AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 SINGULIERS « Puisqu'ici il n'y a qu'au combat qu'on est libre ... » [7/11]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Citation : Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Donec egestas laoreet ipsum in iaculis. Morbi vestibulum ex ut magna pulvinar molestie. Aenean eu est imperdiet, volutpat libero efficitur, ullamcorper tellus. Integer sed euismod libero. Nulla augue mauris, ultrices ac nisi sit amet, tincidunt dignissim est. Donec quis condimentum erat, vel consequat ipsum. In sed condimentum enim. Maecenas sollicitudin iaculis lectus. Proin quis enim metus.

▬ Contributions à l'histoire : 270


Inasmir

Citation : Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Donec egestas laoreet ipsum in iaculis. Morbi vestibulum ex ut magna pulvinar molestie. Aenean eu est imperdiet, volutpat libero efficitur, ullamcorper tellus. Integer sed euismod libero. Nulla augue mauris, ultrices ac nisi sit amet, tincidunt dignissim est. Donec quis condimentum erat, vel consequat ipsum. In sed condimentum enim. Maecenas sollicitudin iaculis lectus. Proin quis enim metus.

▬ Contributions à l'histoire : 270

MessageFeuille de route
MessageSujet: SINGULIERS « Puisqu'ici il n'y a qu'au combat qu'on est libre ... » [7/11]   Jeu 30 Sep 2010, 13:00


LES SINGULIERS

« puisqu'il n'y a qu'au combat qu'on est libre... »


Oyez, oyez braves gens ici sont rassemblés portraits de grands héros et héroïnes auxquels Eydis dans sa grande bonté a donné le nom de Singulier. Veillez à leur porter l'attention qu'ils méritent, l'un d'entre eux aura peut-être l'heur de vous convenir et peut-être souhaiterez-vous emprunter son identité pour écrire l'histoire de Lanriel.



Légende :
libre
réservé
pris


Dernière édition par Inasmir le Mer 03 Nov 2010, 14:39, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Citation : Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Donec egestas laoreet ipsum in iaculis. Morbi vestibulum ex ut magna pulvinar molestie. Aenean eu est imperdiet, volutpat libero efficitur, ullamcorper tellus. Integer sed euismod libero. Nulla augue mauris, ultrices ac nisi sit amet, tincidunt dignissim est. Donec quis condimentum erat, vel consequat ipsum. In sed condimentum enim. Maecenas sollicitudin iaculis lectus. Proin quis enim metus.

▬ Contributions à l'histoire : 270


Inasmir

Citation : Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Donec egestas laoreet ipsum in iaculis. Morbi vestibulum ex ut magna pulvinar molestie. Aenean eu est imperdiet, volutpat libero efficitur, ullamcorper tellus. Integer sed euismod libero. Nulla augue mauris, ultrices ac nisi sit amet, tincidunt dignissim est. Donec quis condimentum erat, vel consequat ipsum. In sed condimentum enim. Maecenas sollicitudin iaculis lectus. Proin quis enim metus.

▬ Contributions à l'histoire : 270

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: SINGULIERS « Puisqu'ici il n'y a qu'au combat qu'on est libre ... » [7/11]   Mar 12 Oct 2010, 08:02

Anahera Metharom


(c) NOXE
▬ Par le nom que je porte, Anahera Metharom
▬ Par mon lieu de naissance, les Îles Marchandes
▬ Mon âge, vingt-six ans
▬ La personne que je suis, une singulière
▬ Et les responsabilités qui vont avec : Héritière d'une famille marchande.
▬ J'ai voué ma loyauté indéfectible à mon ascension sociale
▬ Miroir, mon beau miroir Kirsten Dunst


Tout ce qui est passé est passé

histoire et caractère

Le physique d'Anahera, celui d'une jeune femme blonde aux yeux clairs et à la peau diaphane n'est clairement pas celui d'une insulaire. Et pour cause, sa famille n'est pas originaire des Îles Marchandes mais du continent. Pour autant, c'est le seul environnement que cette jeune et jolie marchande ait jamais connu. Élevée pour paraître polie et bien sous tous rapports, l'épouse parfaite en somme, elle met un point d'honneur à se faire passer pour une oie blanche, une jolie écervelée au rire cristallin et cache son intelligence et ses compétences sous une avalanche de froufrous et de robes toutes plus magnifiques les unes que les autres. Rentière et fille de rentiers, elle navigue pourtant à la cour avec une aisance à nulle autre pareille et se rie sous cape de ses détracteurs qui trouvent sa présence ainsi que son attitude déplacées. Elle n'a absolument pas honte de ses origines humbles même si elle s'est jurée d'accomplir l'exploit dont toutes les filles des Îles Marchandes rêvent. Grimper d'un cran dans la société en épousant un fils de Blasonné. Le tout avec la bénédiction de ses parents, sûrs de la beauté de leur fille et de son habileté à prendre dans ses filets quelque héritier d'une grande famille qui viendrait renforcer encore l'influence de leur empire commercial. Anahera, de son côté, avait déjà mis quelques options sur de beaux jeunes hommes jusqu'à trouver un défi à la hauteur de ses talents. Bien qu'il soit nettement plus jeune qu'elle, la jeune femme a décidé qu'elle serait en mesure d'accomplir l'exploit de séduire le prince héritier et de le convaincre de l'épouser bien qu'elle n'ait pas le moindre sentiment pour lui ou la moindre envie de romance.
Car toute fantaisie a été rapidement bannie de l'esprit de cette demoiselle très terre à terre et il lui arrive parfois d'avoir des accès de mélancolie lorsqu'elle se rend compte que contrairement à la plupart des gens elle n'a pas de rêves ou de désirs pour elle-même. Rien de ce qu'elle fait n'est spontané ou guidé par une envie de faire plaisir ou de se venger. Elle le fait parce que c'est la meilleure chose à faire pour servir ses intérêts et par extension celle de sa famille... On ne peut pas dire qu'elle soit vraiment la plus sympathique des personnes vivant à Lanriel mais le dévouement et l'attachement qu'elle porte à ses proches a quelque chose d'admirable qui ne peut laisser indifférent et doit plaider en sa faveur.

Les relations sont un miroir.


anarya_snow @ LJ
Sitara Uliviel – devin
Sitara est la devin de ses parents et Anahera le sait très bien viendra un jour où cette employée passera sous ses ordres et l'assommera des mêmes conseils mais d'une voix beaucoup plus officielle. Elle ne cesse de l'assommer à longueur de journée sur le fait que ses actes risqueraient d'avoir des répercussions négatives sur la famille Metharom et la jeune femme n'est pas mécontente de savoir une mer entre elle et celle qu'elle considère comme une moralisatrice qui n'a jamais vraiment vécu. Probablement parce qu'elle ignore totalement ce qu'a été la vie de Sitara...



lolzipopzz @ LJ
Liadan Uliviel – singulière
Liadan est mignonne et sage. On ne la remarque presque pas et elle se comporte toujours de manière excellente. Malgré leur importante différence d'âge, Anahera a le curieux sentiment d'être un peu responsable d'elle, comme si inexplicablement l'enfant de Sitara était sa petite sœur. Sans doute est-ce que parce que la fillette a bénéficié de l'éducation de ses propres précepteurs et qu'elle vit depuis sa naissance ou presque sous le toit des Metharom. En tout cas, elle envisage sérieusement de faire d'elle une de ses dames de compagnie lorsqu'elle sera en âge de la rejoindre à la cour.



fangie_yin @ LJ
Lucius Hardansson – famille royale
Le prince ne la connaît pas mais elle en revanche l'a bien observé. Dès son arrivée à Cathairfál, elle a su qu'elle trouverait en lui un défi à sa mesure et qu'elle réussirait à le séduire. Aucun homme fut-il prince ne lui a jamais résisté et elle a toujours su les manipuler avec une adresse sans pareille. Elle voit en lui la façon de s'élever au-dessus de son rang de Rentière et n'a aucun sentiment pour lui. De toute façon, elle sait que si elle ne trouve pas un prétendant digne de ce nom et qui lui convienne un peu, elle finira mariée à un partenaire commercial avantageux pour ses parents. Pour cette raison, elle est prête à tout.



merccou @ LJ
Ezephine Bassey – devin
Ezephine Bassey est sa rivale du moment. Une Blasonnée promise au prince. Plus jeune qu'elle et dont la beauté et le bon caractère devraient a priori inquiéter ne serait-ce qu'un peu Anahera mais elle n'en a cure. Elle a observé la jeune fille et sait que tôt ou tard elle finira par tomber sur une faille dans cette perfection. Son caractère de petite princesse et son manque de pragmatisme évidents sont déjà un bon point de départ. Elle est presque sûre de pouvoir découvrir que la promise du prince cache quelque part un galant très embarrassant.



marylou_gr @ LJ
Dorian Chastain – Héritier
Comment résister à la peau de pêche de la divine Anahera, fraîchement débarquée de ses îles Marchandes ? Pas Dorian, en tous cas, qui a succombé aux charmes de la demoiselle et voit sa carapace se craqueler quand elle est dans les parages. En est-il amoureux pour autant ? Oh ça non ! Mais il la désire ardemment, avidement. Seulement Anahera est loin de lui tomber dans les bras. Comment le pourrait-elle alors que Dorian est plus vieux qu’elle et, pire, boiteux ? Elle le méprise, aurait presque pitié de lui s’il n’était pas aussi détestable. Tous deux sont animés d’intentions différentes et jouent des jeux dangereux. Lequel en sortira sauf ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Citation : Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Donec egestas laoreet ipsum in iaculis. Morbi vestibulum ex ut magna pulvinar molestie. Aenean eu est imperdiet, volutpat libero efficitur, ullamcorper tellus. Integer sed euismod libero. Nulla augue mauris, ultrices ac nisi sit amet, tincidunt dignissim est. Donec quis condimentum erat, vel consequat ipsum. In sed condimentum enim. Maecenas sollicitudin iaculis lectus. Proin quis enim metus.

▬ Contributions à l'histoire : 270


Inasmir

Citation : Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Donec egestas laoreet ipsum in iaculis. Morbi vestibulum ex ut magna pulvinar molestie. Aenean eu est imperdiet, volutpat libero efficitur, ullamcorper tellus. Integer sed euismod libero. Nulla augue mauris, ultrices ac nisi sit amet, tincidunt dignissim est. Donec quis condimentum erat, vel consequat ipsum. In sed condimentum enim. Maecenas sollicitudin iaculis lectus. Proin quis enim metus.

▬ Contributions à l'histoire : 270

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: SINGULIERS « Puisqu'ici il n'y a qu'au combat qu'on est libre ... » [7/11]   Mar 12 Oct 2010, 08:02

Blake de Vinter


(c) NOXE
▬ Par le nom que je porte, Blake de Vinter
▬ Par mon lieu de naissance, Cathairfál
▬ Mon âge, vingt-sept ans
▬ La personne que je suis, un singulier
▬ Et les responsabilités qui vont avec : l'héritier de la famille de Vinter, disparue lors de la première attaque.
▬ J'ai voué ma loyauté indéfectible à Eydis, la grande déesse et à ma vengeance.
▬ Miroir, mon beau miroir Orlando Bloom.

Tout ce qui est passé est passé

histoire et caractère

Avant la chute du Bouclier, Blake était un jeune homme bien sous tous rapports. Fils aîné de la famille de Vinter, il était destiné à hériter des possessions et dignités de ses ancêtres. C'était un jeune comblé, dévoué à ses proches, très croyant qui remerciait chaque jour la grande Eydis pour les cadeaux que l'existence lui avait fait et envisageait de demander la main d'une demoiselle de la cour. Sa vie était une suite de devoirs accomplis avec plaisir et de fêtes somptueuses. Malheureusement pour lui, le départ d'Inasmir marqua la fin de cette existence paisible. Car le soir-même, son oncle inquiet frappa à la porte. Il voulait que la famille se réunisse dans sa demeure de Coróin au nom du principe de protection. Ses parents et lui-même rirent des inquiétudes du quadragénaire et réussirent à le convaincre tant bien que mal à rester ce soir-là puis Blake prit son meilleur cheval pour aller chercher sa cadette. Mais à peine Scarlett avait-elle ouvert la porte que le Bouclier s'effondrait laissant la capitale sans défense. Il voulut retourner vers la demeure familiale, pour les aider, pour se battre, pour défendre sa famille et son amie qui habitait dans un manoir voisin. Mais il n'en eut pas le temps. Car sa perfide soeur, profitant de sa panique pour lui souffler au visage une poudre qui lui fit perdre connaissance. Lorsqu'il se réveilla, tous étaient morts et la seule justification de sa cadette fut son souhait de protéger sa vie. Il la gifla et les choses auraient probablement dégénéré si les serviteurs n'avaient pas été présents...
Ce drame marqua un changement radical dans la vie de Blake. Sa vengeance est devenue l'un des rares buts de sa vie et sa rancune à l'égard du monde ne fait que grandir. Il considère que c'est affront personnel qui lui a été fait lorsque Inasmir et sa maîtresse ont quitté Cathairfál puis laissé tomber le Bouclier. La seule famille qui lui reste est une soeur qu'il déteste et méprise. De croyant, il est devenu dévôt. Une sorte de chevalier fanatique au service d'Eydis. Il estime que le sorcier est responsable de tous les malheurs du monde et qu'il doit mourir. Que c'est parce que des êtres dotés de pouvoir magique arpentent le monde que toute cette tragédie est arrivée. Pour le moment, seul Inasmir mérite d'être mis à mort mais rien n'indique qu'il n'étendra pas cette sentence à tous ceux qui possèdent des pouvoirs magiques bientôt.

Les relations sont un miroir.


selennee @ LJ
Scarlett de Vinter – singulier
Sa soeur, qu'il méprise et déteste parce qu'elle l'a empêché de rejoindre leur famille au moment où ils avaient le plus besoin de lui. Il ne tolère pas le fait qu'elle ait plus de pouvoir et d'influence que lui, qu'elle soit ainsi l'âme damnée du roi et qu'elle fasse les quatre volontés de la couronne. Néanmoins, il a pour elle de grands projets. Elle est, avec lui, la dernière des de Vinter et pour faire renaître leur lignée de ses cendres, elle doit cesser d'être responsable de la sécurité et du renseignement pour la famille royalei, rentrer dans le rang et se marier. Il ne lui en a pas parlé et ne compte pas le faire. Pour lui, elle n'est qu'une femme et doit agir en tant que telle. Pas sûr cependant qu'il ose essayer de mettre ses plans à exécution ou qu'il ait le dernier mot...



paperdreamss @ LJ
Eléonore Hidgard – singulier
Eléonore est sa damnation. Elle incarne à la fois tout le paradoxe de la vie de Blake et sa seule vraie lueur d'espoir. Comment il l'a rencontrée, il ne s'en souvient pas bien mais il est pratiquement certain que c'était peu de temps après la Chute du Bouclier et la mort de sa fiancée. Entretenir une relation plus ou moins régulière avec une prostituée pour un homme qui prétend défendre les valeurs d'Eydis et de la Noblesse n'est pas quelque chose de très glorieux et il se promet toujours d'arrêter de la voir en sortant de sa chambre. Pourtant c'est vers elle qu'il finit invariablement par revenir à chacun de ses passages dans la capitale.



idao @ LJ
Dreann Aronwë – singulier
Dreann et Blake sont tous de jeunes blasonnés qui ont grandi et ont été formés ensemble. Car ils sont issus du même milieu social et que leur instruction militaire a été faite par la même personne, ils ont développé une véritable amitié fondée sur un respect de leurs capacités mutuelles et une confiance en l'autre. Parce que Dreann est un soldat, parce qu'il est un des rares amis toujours en vie de Blake ou qui n'a pas été transformé parce qu'il appelle "le fléau de la vie d'aristocrate", c'est une des personnes en qui il a toujours confiance et c'est généralement à lui qu'il vient demander aide ou asile lorsqu'il passe à la capitale, que son cœur ne le mène pas chez Eléonore ou lorsqu'il la quitte.



ayyur
Inzilbêth Pinneth – inquisitrice
Se confier à une Inquisitrice n'est pas quelque chose que Blake avait prémédité. Mais lorsqu'il a croisé Inzilbêth, il ne sait si c'est le pouvoir de la jeune femme ou son besoin de parler à quelqu'un qui ne soit pas un Singulier, quelqu'un qui soit plus proche d'Eydis, quelqu'un comme une juge de vérité qu'il a fini par confesser tout ce qu'il avait sur le coeur dans l'espoir d'y trouver un quelconque salut. Il n'y a pas eu la moindre révélation divine mais échanger avec cette Inquisitrice qui semble elle-même avoir un passé pour le moins troublé lui a fait du bien. Il se dit que la Déesse les a placés sur le chemin l'un de l'autre afin qu'ils puissent s'entraider.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Citation : Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Donec egestas laoreet ipsum in iaculis. Morbi vestibulum ex ut magna pulvinar molestie. Aenean eu est imperdiet, volutpat libero efficitur, ullamcorper tellus. Integer sed euismod libero. Nulla augue mauris, ultrices ac nisi sit amet, tincidunt dignissim est. Donec quis condimentum erat, vel consequat ipsum. In sed condimentum enim. Maecenas sollicitudin iaculis lectus. Proin quis enim metus.

▬ Contributions à l'histoire : 270


Inasmir

Citation : Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Donec egestas laoreet ipsum in iaculis. Morbi vestibulum ex ut magna pulvinar molestie. Aenean eu est imperdiet, volutpat libero efficitur, ullamcorper tellus. Integer sed euismod libero. Nulla augue mauris, ultrices ac nisi sit amet, tincidunt dignissim est. Donec quis condimentum erat, vel consequat ipsum. In sed condimentum enim. Maecenas sollicitudin iaculis lectus. Proin quis enim metus.

▬ Contributions à l'histoire : 270

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: SINGULIERS « Puisqu'ici il n'y a qu'au combat qu'on est libre ... » [7/11]   Jeu 14 Oct 2010, 13:43

Eléonore Hidgard


(c) Eclatic
▬ Par le nom que je porte, Eléonore Hidgard
▬ Par mon lieu de naissance, Cathairfál
▬ Mon âge, vint-cinq ans
▬ La personne que je suis, singulier
▬ Et les responsabilités qui vont avec : fille de joie, aussi appelée prostituée
▬ J'ai voué ma loyauté indéfectible à moi même et personne d'autre
▬ Miroir, mon beau miroir Olivia Wilde

Tout ce qui est passé est passé

histoire et caractère

Eléonore n'a jamais été gâtée par la vie. Son père est mort quelques semaines avant sa naissance, soldat au service du roi, mort durant une bataille. Sa mère s'est retrouvée seule, pauvre lavandière sans le sou. Eléonore était fille unique et a dût très jeune apprendre à aider sa mère. Elle s'occupait seule de leur misérable demeure, n'ayant alors guère le temps de s'amuser avec les enfants de son âge. Quand elle eut quinze ans, sa mère mourut à son tour, laissant l'adolescente seule pour subvenir à ses besoins. Dans un premier temps, elle reprit le travail de sa mère. Il s'avéra cependant qu'elle était d'une corpulence trop fragile pour être lavandière. Travailleuse et têtue, elle voulut continuer, ce qui l'amena à tomber malade et à rester alitée pendant des mois. Incapable d'exercer un métier durant cette période, elle accepta qu'une étrangère à la recherche d'un refuge loge chez elle, en échange de de quelques pièces de monnaie qui lui suffirent à se nourrir. Une fois qu'elle fut remise sur pied, elle chasse l'étrangère et se remit à la recherche d'un métier. Personne ne voulut l'engager comme lavandière, à cause de son ancienne expérience désastreuse. Après des semaines sans revenus, elle prit la décision la plus difficile de sa vie et devint fille de joie.

Si les premiers mois furent difficile, Eléonore finit par s'y habituer, aussi incroyable que ça puisse être. D'une nature rêveuse, il lui était facile d'imaginer qu'elle se trouvait ailleurs, et avait une vie merveilleuse. Sa force de caractère et sa détermination l'empêchèrent aussi de sombrer dans une dépression dût à sa vie minable, dénué d'affection réelle de la part des autres. Eléonore apprit à être seule, vivre seule et ne compter que sur elle même. Elle rêve de pouvoir quitter le milieu des prostituées qui lui fait si honte et la met à l'écart du monde. Car si les hommes n'hésitent pas à venir à elle dans le milieu de la nuit, quand le soleil est à son zénith, c'est une autre affaire. Ils ne veulent pas voir leur réputation s'enticher à l'évite. Et ce n'est pas du côté des femmes qu'elle peut trouver l'amour qui lui manque car ces dernières sont bien trop méfiantes envers elle. Eléonore est belle et se soumet contre quelques pièces d'or, inutile que leurs maris, frères, enfants fassent sa connaissance.

Les relations sont un miroir.


Sugar Slaughter
Azazel Nythia – singulier
Au départ, Eléonore n'a accepté de s'allier à Azazel que parce que cela lui permettait de se faire de l'argent supplémentaire assez facilement. Elle n'aurait imaginé qu'un jour elle puisse être l'amie d'un homme, et pourtant c'est le cas. Azazel est la seule personne au monde qui fait l'effort de se mettre à sa place et ne prend pas sa condition de prostituée comme un fardeau. Au contraire, il en rigole et cela lui fait du bien. Depuis le temps qu'ils se connaissent, Eléonore aurait même tendance à dire que Azazel est devenu le centre de son univers. Leur relation est seulement amicale mais si fusionnelle qu'elle se félicite souvent d'avoir accepté de travailler avec lui.



narcisse
Blake de Vinter – singulier
Pour Eléonore, Blake ne représente qu'un client parmi tant d'autres. Des hommes comme lui, elle en connait : blasonnés riches qui perdrait leur réputation si quelqu'un découvrait qu'ils fréquentent une prostituée. Eléonore garde le secret de Blake, et de tant d'autres dans le même cas que lui. Au mieux, elle n'éprouve qu'une légère indifférence, au pire un profond mépris. Si le choix lui en était donné, elle montrerait à Blake et à tous ses clients quelle humiliation ils lui font subir à chacune de leur visite. A chaque fois qu'il quitte sa chambre, c'est un peu de sa dignité qu'il emporte à caque fois, sans s'en rendre compte ou s'en soucier.



thefixedfoot @ LJ
Caïn Aurèle Leomis – singulier
Cain fut l'un des clients que Eléonore alla séduire dans la rue. Beau jeune homme, elle ne doutait pas instant qu'il comprendrait qu'elle était fille de joie et qu'il aurait les moyens de la payer. Tout deux rejoignirent son lit et après leurs ébats, Eléonore lui demanda la somme qu'il lui devait. Gêné, il lui expliqua qu'il s'était méprit sur ses intentions et n'avait pas les moyens de la payer, étant pauvre. Contre son gré, Eléonore consentit donc à le laisser partir sans obtenir son dût mais elle garda depuis une certaine rancœur contre lui et s'est promit qu'il la payerai un jour ou l'autre.



elleaf @ LJ
Aranka Seraphinus – inquisitrice
Eléonore a pendant un temps hébergé Aranka il y a des années de cela. Elle l'appréciait beaucoup mais quand l'Inquisitrice lui a révélée sa véritable nature, Eléonore est devenue très méfiante. Les êtres magiques, en particulier les inquisitrices ne lui inspirent pas confiance. Cependant, l'affection entre les deux femmes ayant été partagée, la Mère Inquisitrice vient toujours la voir régulièrement, lui proposant son aide. Eléonore refuse toujours, à la fois par méfiance mais aussi par fierté. Elle souhaite s'en sortir seule. Mais les visites de la Mère Inquisitrice dans sa modeste demeure sont tout de même source de réjouissances car Eléonore sent soudain qu'elle n'est pas aussi insignifiante que cela.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Citation : Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Donec egestas laoreet ipsum in iaculis. Morbi vestibulum ex ut magna pulvinar molestie. Aenean eu est imperdiet, volutpat libero efficitur, ullamcorper tellus. Integer sed euismod libero. Nulla augue mauris, ultrices ac nisi sit amet, tincidunt dignissim est. Donec quis condimentum erat, vel consequat ipsum. In sed condimentum enim. Maecenas sollicitudin iaculis lectus. Proin quis enim metus.

▬ Contributions à l'histoire : 270


Inasmir

Citation : Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Donec egestas laoreet ipsum in iaculis. Morbi vestibulum ex ut magna pulvinar molestie. Aenean eu est imperdiet, volutpat libero efficitur, ullamcorper tellus. Integer sed euismod libero. Nulla augue mauris, ultrices ac nisi sit amet, tincidunt dignissim est. Donec quis condimentum erat, vel consequat ipsum. In sed condimentum enim. Maecenas sollicitudin iaculis lectus. Proin quis enim metus.

▬ Contributions à l'histoire : 270

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: SINGULIERS « Puisqu'ici il n'y a qu'au combat qu'on est libre ... » [7/11]   Sam 16 Oct 2010, 05:48

Eliezhel Madrovel


(c) NOXE
▬ Par le nom que je porte, Eliezhel Madrovel
▬ Par mon lieu de naissance, Perllan.
▬ Mon âge, vingt-cinq ans.
▬ La personne que je suis, un singulier.
▬ Et les responsabilités qui vont avec : fils d'un grand éleveur de chevaux de Perllan.
▬ J'ai voué ma loyauté indéfectible à ma famille et à mon instinct.
▬ Miroir, mon beau miroir Eddie Redmayne.


Tout ce qui est passé est passé

histoire et caractère

Enfant, Eliezhel était un peu le vilain petit canard de la famille. Pour tout dire, il ne faisait jamais rien comme il fallait, rêveur, il était toujours à mille et une lieues de la terre ferme - ou peut-être la tête dans les nuages, tout simplement ? - sans compter qu'il était d'une malice exaspérante pour quiconque croisait son chemin. Mais tout ça n'était rien à côté de la déception qu'il infligeait à ses parents. Non pas que ces derniers lui aient jamais reproché son comportement (encore que sa mère aurait aimé le connaitre plus investi dans les tâches ménagères) mais Eliezhel n'aimait pas les chevaux. Pire, il semblait les détester. Et pour une famille d'éleveurs de chevaux qui se transmettait le flambeau de père en fils, c'était une immense désillusion.
La vérité c'est qu'Eliezhel, effectivement, les détestait de tout son cœur. On l'avait très tôt mis en contact avec les chevaux et le résultat fut déplorable : ils le terrifiaient. Mais, surtout, le petit garçon n'en revenait pas que de simples animaux puissent prendre tant de place dans la vie d'une famille comme la sienne. Les chevaux envahissaient sa vie, c'était aussi simple que cela, et pour quelqu'un qui ne partageait pas la passion des siens, c'était un calvaire permanent. Ils devenaient si envahissants que l'enfant était obligé de s'éclipser pour ne plus en entendre parler. Et encore, il lui fallait s'enfuir très loin pour qu'aucun hennissement n'atteigne ses oreilles, pour que ses yeux ne rencontrent plus ces créatures dont les prés des Madrovel s'étendaient à perte de vue.

Bien entendu, ce fut à ses dépens qu'Eliezhel fuyait les chevaux, et, de fait, sa famille. De toute son enfance, il ne joua que très peu avec son père et sa mère ne lui raconta jamais d'histoires, comme les parents le font en général pour endormir, le soir, leurs enfants. Pendant des années, tout le monde fut ainsi persuadé que le fils Madrovel était un enfant mystérieux, renfermé, timide aussi, et qui passait ses journées à se languir, tant il était désœuvré. Il n'en était rien, pourtant. Il n'avait, il est vrai, pas d'amis de son âge avec qui jouer (ses voisins les plus proches habitant à plusieurs heures de marche) et il est tout aussi certain qu'il affichait toujours un air bougon chez lui mais c'est parce qu'il n'avait nulle envie d'entendre et encore moins de participer aux conversations qui animaient la vie des Madrovel. En réalité, Eliezhel a toujours été un enfant curieux, très vif, qui s'intéressait à mille choses, seulement, personne n'eut jamais l'idée, l'envie ou le temps d'y prêter véritablement attention.

Il faut bien dire, toutefois, que ces années de mutisme lui ont, quelque part, apporté une chose qu'il n'aurait sans doute jamais connu ailleurs : la réflexion. De nature frénétique - parfois maladroit - il n'aurait jamais appris à se remettre en question, à prendre le temps de méditer ou de regarder d'un œil neuf les choses qui l'entourent s'il n'avait pas passé tant de temps seul. Ce fut pour lui une véritable école de vie et c'est ainsi qu'il découvrit, entre autres, la beauté sauvage et spontanée de la nature ou encore, plus concrètement, la passion du tir à l'arc, un art ô combien difficile.

Et un beau jour, tout changea, il devait avoir, à cette époque, entre treize et quatorze ans.
Alors qu'il s'en revenait d'une de ses randonnées quotidiennes, Eliezhel tomba, en contre-bas d'un pré, sur une jument en train de mettre bas. Étant trop loin de la maison pour prévenir quelqu'un, il se sentit obligé de rester sur place, sait-on jamais s'il pouvait faire quelque chose pour aider. Autant affolé qu'émerveillé de voir la vie naitre sous ses yeux, il ne voyait pas ce qu'il pouvait faire de plus, mais il était cloué sur place.
Heureusement, tout se passa pour le mieux et si ce ne fut qu'un évènement des plus ordinaires dans l'élevage, pour Eliezhel, ce fut une révélation, un déclic : il n'avait plus peur des chevaux. Mieux encore, il avait l'impression de les comprendre après de nombreuses années d'ignorance.
Dès lors, sa vie en fut bouleversée. Il devient aux yeux de tous celui qu'il avait toujours été, un jeune homme agréable, passionné, rieur. Heureux. En quelque sorte, il sortit de l'ombre pour ne plus jamais s'y dissimuler.

Aujourd'hui encore, c'est-à-dire une dizaine d'années plus tard, le jeune homme n'en revient pas d'être passé à côté de tant de belles choses pendant toute son enfance... Comment a-t-il pu, ne serait-ce qu'un jour, il y a très longtemps de cela, avoir peur de ces magnifiques bêtes ?

Les relations sont un miroir.


??? @ LJ
Elvire Duverney – singulier
Voilà de nombreuses années qu'Elvire et Eliezhel se connaissent et tout autant d'années que le jeune homme veille attentivement et discrètement sur Elvire. S'il se félicite d'avoir convaincu la singulière qu'elle pouvait lui faire confiance quoiqu'il arrive, ce n'est pourtant pas sans un pincement au cœur qu'il regardait leurs vies se dérouler sans se rapprocher un petit peu plus. Il aurait vraiment qu'ils soient plus que des amis, seulement, il n'a jamais trouvé ni les mots, ni le courage, et, comme Elvire l'ignorait royalement - inconsciemment, espérait-il - sur ce point, il s'est tout simplement tu, gardant ces choses-là pour lui et pour lui seul. Il lui importe bien peu aujourd'hui qu'Elvire découvre un jour la vérité car c'est maintenant trop tard et tout cela finira dans un coin, enfoui dans la mémoire d'Eliezhel comme une hypothèse désuète, une anecdote, peut-être, à raconter à ses petits enfants au coin de feu lorsqu'il ne pourra plus quitter son fauteuil. Malgré tout, il reste un fidèle ami et s'il ignore tout des problèmes actuels d'Elvire, il ne serait pas étonnant qu'elle vienne chercher refuge à ses côtés.



ayyur @ LJ
Esendril Maronmeth – devin
Premier et principal intermédiaire avec la princesse - laquelle, faut-il croire, passant sa vie sur le dos d'un cheval - il était dans l'ordre des choses qu'Esendril rencontre un jour le fils du meilleur éleveur de chevaux du pays. Eliezhel, se sentant à l'aise avec le devin dès le premier contact, lui proposa une balade à cheval dans la région de Perllan où le singulier connaissait des endroits sauvages éblouissants, qu'Esendril s'empressa d'accepter. Ils se découvrirent de nombreux points communs et cette même tendance à l'espièglerie, autant de chose qui les poussèrent à se considérer respectivement comme de véritables amis. Chaque fois qu'Esendril vient, principalement pour des raisons commerciales, c'est toujours la promesse d'un moment agréable en sa compagnie. Esendril lui a promis qu'un jour il lui ferait découvrir les plus beaux endroits du monde, Eliezhel ne le croit pas trop, doutant qu'ils en aient un jour l'occasion, mais la proposition ne le touche pas moins.



intothesouth @ LJ
Nevaëh Ármannsson – devin
Lorsque Riagán s'est présenté chez ses parents, il était accompagné de cette jeune fille, Nevaëh, qu'Eliezhel apprécia tout autant que le sorcier. Ce n'était qu'une soirée, passée autour d'un bon repas puis prolongée au coin du feu pour raconter une partie de leurs vies respectives, mais Eliezhel se prit tout de même d'affection pour eux deux. En partie pour cela, il fut d'autant plus déçu de les voir se volatiliser au matin, alors que les Madrovel leur avait si chaleureusement proposé de passer la nuit à la ferme. Fermement décidé à les retrouver, surtout par curiosité, mais également pour, peut-être, leur venir en aide, Eliezhel se dit que, pour suivre leur piste, il est sans doute plus facile de rechercher en premier Nevaëh et que celle-ci sera sans doute plus amène à répondre à ses questions.



golden_age @ LJ
Riagán Duibhlinn – sorcier
Il y a quelques mois de cela, Riagán s’est retrouvé dans des terres désertes, s’étant laissé prendre au piège par une tempête. N’aimant guère l’idée de trouver des hôtes, il y fut cependant contraint, d’autant plus qu’il ne pouvait ignorer la présence de sa protégée. Les possibilités furent réduites, puisqu’il n’y avait dans les environs qu’une seule maison, celle d’Eliezhel. Les voyageurs furent accueillis dans les règles de l’art, et l’espace d’une soirée, Riagán retrouva là le plaisir d’être au milieu d’une famille, même si cela n’était pas la sienne. Le jeune Eliezhel, se montra plus curieux que jamais sur la vie du sorcier, sans pour autant obtenir une seule réponse. Aussi fut-il aussi déçu de voir la disparition de Riagán le lendemain, mais fut également blessé dans son honneur. Comment un homme pouvait-il accepter l’hospitalité de sa famille, et partir le lendemain sans un mot ? Eliezhel s’est alors mis en tête de le retrouver, et de comprendre un tel comportement qui, il est certain, cache bien plus qu’un simple manque d’éducation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Citation : Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Donec egestas laoreet ipsum in iaculis. Morbi vestibulum ex ut magna pulvinar molestie. Aenean eu est imperdiet, volutpat libero efficitur, ullamcorper tellus. Integer sed euismod libero. Nulla augue mauris, ultrices ac nisi sit amet, tincidunt dignissim est. Donec quis condimentum erat, vel consequat ipsum. In sed condimentum enim. Maecenas sollicitudin iaculis lectus. Proin quis enim metus.

▬ Contributions à l'histoire : 270


Inasmir

Citation : Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Donec egestas laoreet ipsum in iaculis. Morbi vestibulum ex ut magna pulvinar molestie. Aenean eu est imperdiet, volutpat libero efficitur, ullamcorper tellus. Integer sed euismod libero. Nulla augue mauris, ultrices ac nisi sit amet, tincidunt dignissim est. Donec quis condimentum erat, vel consequat ipsum. In sed condimentum enim. Maecenas sollicitudin iaculis lectus. Proin quis enim metus.

▬ Contributions à l'histoire : 270

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: SINGULIERS « Puisqu'ici il n'y a qu'au combat qu'on est libre ... » [7/11]   Sam 16 Oct 2010, 05:48

Elvire Duverney


(c) Miss Victory
▬ Par le nom que je porte, Elvire Duverney
▬ Par mon lieu de naissance, Dinas Uchel.
▬ Mon âge, vingt-quatre ans.
▬ La personne que je suis, une singulière.
▬ Et les responsabilités qui vont avec : héritière d'une fortune consumée.
▬ J'ai voué ma loyauté indéfectible à personne, je ne me suis même pas posée cette question.
▬ Miroir, mon beau miroir Clémence Poesy.

Tout ce qui est passé est passé

histoire et caractère

S'il fallait la définir en un mot, ce serait l'inconstance qui conviendrait le mieux, l'intrépidité sinon. Elvire est née dans une famille de blasonnés se transmettant le titre de génération en génération mais pourtant, les Duverney, ne roulent plus sur l'or depuis déjà bien longtemps, du temps où l'arrière grand-père de Elvire plaça tout son argent entre les mains d'un marchand dont, par malchance, la malhonnêteté n'avait d'égale que son avidité. Les Duverney firent faillite et le père d'Elvire se retrouva avec une dette immense sur les épaules à la mort de son propre père.
Pour autant, il a toujours laissée la bride sur le cou à sa fille adorée qui n'a jamais rien su des difficultés financières de son père et a ainsi grandi au gré de ses envies, allant où elle le désirait et faisant ce qu'elle avait envie de faire au moment où elle voulait le faire. Elle n'a jamais connu la contrainte. Et s'il s'agit là d'un rêve commun à tous les jeunes de Lanriel, toutes races confondues, ce n'est pourtant pas la meilleure chose qui, dans la vie d'Elvire, lui soit arrivée. En effet, libre comme l'air, elle a toujours fait ce qu'elle voulait, n'en faisant qu'à sa tête et peu habituée à se soumettre à l'autorité ou la volonté des autres, qu'ils soient plus gradés, plus âgés ou plus puissants qu'elle. De son indiscipline et de ce qui peut passer pour de l'insolence, découlent tous ses problèmes : elle s'est trop souvent retrouvée dans des situations délicates pour que cela ne soit qu'un hasard.

Mais, il faut bien le dire, si Elvire rencontre des problèmes avec les autres, c'est tout d'abord avec elle même qu'elle a de sérieuses contrariétés. Comme dit plus haut, elle est l'inconstance même. Dites lui noir, elle répondra blanc. Il y a autre chose et c'est ce qu'il y a de plus notable dans sa personnalité, d'ailleurs, c'est ce que retiennent les gens en premier : Elvire est volage. Elle est atteinte de façon étrange et peu banale du syndrome de l'amour. Elle aime tous les hommes, ou, du moins, peut tomber amoureuse de n'importe lequel d'entre eux, dès le premier coup d'œil et, chaque fois, elle aime avec passion et chaleur, mais, cela, c'est dû à sa personnalité fiévreuse et frénétique : tout pour elle est sujet à sa passion, un temps, parfois l'espace d'un instant, avant qu'elle ne jette la dite passion aux oubliettes, qu'elle ne la relègue au rang des souvenirs lointains et insipides.

La dernière mésaventure en date de la jeune fille et, sans aucun doute, également la pire, fut celle dans laquelle une de ses plus fidèles amies trouva la mort. C'était un soir, à une heure déjà avancée de la nuit où les deux jeunes filles, de bonne famille, auraient depuis longtemps dû être dans leurs lits, mais qui, au lieu de cela, trainaient dans une auberge malfamée aux portes de la ville. Ce n'était rien d'autre qu'un défi lancé entre elles, preuve de leur hardiesse et de leurs idées saugrenues. Il n'était pas prévu que les choses se déroulent mal - en vérité, ça n'aurait pas pu être pire - et Elvire fut bien désappointée lorsque Léonie Arenwë, sa comparse, s'affala sur la table, évanouie, droguée en vérité. Ayant repéré un homme dont le visage traduisait l'expérience et la force, Elvire le pria de l'aider à la transporter dehors. Il s'exécuta et, au moment de la déposer à terre, une ombre passa et poignarda sa victime endormie au cœur. De cette façon, il ne pouvait la manquer. Répondant à son instinct de survie et à son désir immuable d'éviter les ennuis, l'homme qui l'accompagnait s'éloigna de la scène de meurtre dans l'instant, prenant, par la même occasion, la poudre d'escampette. Sur un coup de tête, parce qu'horrifiée et prise au dépourvu, Elvire ne vit pas d'autre solution que de le suivre. Elle prit le même chemin, l'appela et le chercha du regard mais l'homme avançait vite et discrètement, et il lui fallu plusieurs heures de marches pour le rattraper. Sans doute, en vérité, avait-il décidé de l'attendre, mais cela revenait au même.
Ils étaient, tous deux, tombés dans un piège qui finirait par se refermait sur eux, mais Elvire, elle, refusait d'y penser. Elle était toute exaltée par cette nouvelle aventure, qu'importe les conséquences, elle y penserait plus tard. Cependant, dès que la nuit tombait, dès que la brume pointait le bout de son nez ou que la jeune blasonnée se retrouve seule, il lui semble toujours entendre la voix, lointaine, de sa défunte amie. Elle frissonne et chasse cette idée de son esprit, cependant, elle n'est pas prête de se remettre de sa mort, d'abord parce que Léonie lui était chère, ensuite parce qu'elle est morte sous ses yeux. Peut-être un peu par sa faute.

Les relations sont un miroir.


graphixed_art @ LJ
Eliezhel Madrovel – singulier
Le connaissant, semble-t-il, depuis toujours, en vérité depuis que sa famille commerce avec les Madrovel, Elvire n'a jamais considéré Eliezhel, au contraire de tant d'autres, comme une connaissance allant et venant, étant présente un jour et disparaissant le lendemain, lorsque vous avez des problèmes. Elle n'a jamais pensé, non plus, que sa relation avec lui était vouée à s'évanouir dans la nature. En fait, Eliezhel est peut être un des rares éléments constants de sa vie et, bien qu'elle ne s'en rende pas compte, la seule personne au monde qui ne lui tournera jamais le dos, même lorsque les autres le feront. La raison de cette fidélité sans faille et capable de traverser toutes les tempêtes, c'est l'amour d'Eliezhel pour cette jeune femme qui l'a toujours accepté tel qu'il était, même lorsqu'il avait une peur effroyable des chevaux, et avec qui les choses ont toujours paru simples, naturelles. Cependant, alors qu'Elvire se languissait pour tous les garçons de son entourage, elle ignorait ostensiblement - mais, paradoxalement, involontairement - le singulier. Elle n'a, en fait, jamais remis en cause la possible évolution de leur amitié en ce sens et, quand bien même elle s'en apercevrait dans un proche avenir, c'est maintenant trop tard, le jeune éleveur étant passé à autre chose et, d'une certaine manière, ayant renoncé...



afronauts @ LJ
Accolon Cil-Gandra – rôdeur
Elvire l'a repéré dès qu'il est entré dans l'auberge. Un peu sombre, un peu mystérieux, dans la force de l'âge, Accolon ne pouvait que plaire à la jeune fille, aussi cette dernière l'a nonchalamment prié de lui venir en aide alors que son amie s'était évanouie. Léonie Aronwë est ainsi morte dans les bras du rôdeur, un peu par la faute d'Elvire qui, finalement, l'a entrainé dans cette histoire. Elle n'aurait jamais pensé à un tel dénouement mais, lorsque Accolon choisit de prendre la fuite plutôt que d'affronter la situation, le sang d'Elvire ne fit qu'un tour, sans prendre le temps de réfléchir, elle prit la décision, lourde en conséquences, de le suivre. Sans même songer qu'il pouvait lui en vouloir d'une quelconque manière, envisager de se venger ou être un dangereux criminel, elle suivit son bel inconnu et, après quelques heures de cavale, le fugitif fut bien obligé d'accepter la présence d'Elvire à ses côtés, sachant combien voyager en dehors de Cathairfal pouvait s'avérer dangereux...



idao @ LJ
Dreann Aronwë – singulier
Dreann, ce chevalier à qui la singulière a toujours voué une profonde admiration et un respect hors normes, est pourtant la personne qu'elle craint le plus actuellement. Comment les choses ont-elles pu en arriver là, Elvire ne saurait le dire mais perdre l'amitié du jeune homme est un de ses plus regrets. Même s'il n'y a pas eu une rupture définitive, nette et précise, de cette fraternité - car c'est de cela qu'il s'agit - Elvire ne voit pas comment le chevalier pourrait la pardonner ou lui faire à nouveau confiance. En effet, en fuyant avec un inconnu et laissant le cadavre de sa meilleure amie, qui était aussi la sœur de Dreann, la singulière a un peu l'impression d'avoir signé son arrêt de mort, et, si ce n'est le sien, tout au moins celui qui l'unissait à Dreann.



idao @ LJ
Scarlett de Vinter – singulier
Parce qu'elle n'a jamais vu en elle une menace, Elvire voit en Scarlett la personne qu'elle est avant de voir la responsable des assassins du roi. Elle l'accepte telle qu'elle est et parce qu'elles ont grandi ensemble, parce qu'elles ont avancé main dans la main, Elvire ne voit en elle que ses qualités, mais aussi ses défauts qui ne la rendent que plus humaine. Et bien qu'Elvire sache parfaitement que le sang coule indirectement sur les mains de son amie, cela ne change finalement rien. Contrairement à d'autres, cette fatalité est bien loin de l'effrayer, peut-être parce qu'elle est convaincue que Scarlett ne pourra jamais lui faire de mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Citation : Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Donec egestas laoreet ipsum in iaculis. Morbi vestibulum ex ut magna pulvinar molestie. Aenean eu est imperdiet, volutpat libero efficitur, ullamcorper tellus. Integer sed euismod libero. Nulla augue mauris, ultrices ac nisi sit amet, tincidunt dignissim est. Donec quis condimentum erat, vel consequat ipsum. In sed condimentum enim. Maecenas sollicitudin iaculis lectus. Proin quis enim metus.

▬ Contributions à l'histoire : 270


Inasmir

Citation : Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Donec egestas laoreet ipsum in iaculis. Morbi vestibulum ex ut magna pulvinar molestie. Aenean eu est imperdiet, volutpat libero efficitur, ullamcorper tellus. Integer sed euismod libero. Nulla augue mauris, ultrices ac nisi sit amet, tincidunt dignissim est. Donec quis condimentum erat, vel consequat ipsum. In sed condimentum enim. Maecenas sollicitudin iaculis lectus. Proin quis enim metus.

▬ Contributions à l'histoire : 270

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: SINGULIERS « Puisqu'ici il n'y a qu'au combat qu'on est libre ... » [7/11]   Dim 17 Oct 2010, 02:50

Niethen Evstand


(c) Narcisse
▬ Par le nom que je porte, Niethen Evstand
▬ Par mon lieu de naissance, la campagne entourant Cathairfál
▬ Mon âge, vingt-cinq ans
▬ La personne que je suis, singulier
▬ Et les responsabilités qui vont avec : soldat au sein de l'armée royale
▬ J'ai voué ma loyauté indéfectible à mon souverain
▬ Miroir, mon beau miroir Bradley James


Tout ce qui est passé est passé

histoire et caractère

La vie de Niethen était déjà tracée bien avant sa naissance. Sa mère était couturière, son père soldat dans l'armée royale. Pour les deux, il était évident que si l'enfant à naître était un garçon, il suivrait la voie paternelle. Dès sa naissance, il lui fut répété combien le roi était bon, et combien il était important de vouloir se battre en son nom. Dès qu'il atteint l'âge possible, environ huit ans, Niethen commença son véritable entraînement de soldat. Son père le faisait combattre des heures durant quand cela lui était possible. Durant son absence, sa mère prenait le relai, même si son apprentissage relevait plus de la danse que du véritable combat. Ainsi entra t-il dans l'armée royale alors qu'il n'avait que seize ans. Quelque part, il fut manipulé par ses parents, bien qu'il n'en eut jamais l'impression. Devenir soldat n'a jamais été un rêve de vie pour lui, seulement une évidence.

D'un naturel féroce et déterminé, il est difficile à battre en combat singulier, même si il n'est pas un expert dans le maniement des armes. La première leçon de son père ayant été de ne jamais avoir aucune pitié pour l'ennemi, Niethen n'a pas la compassion facile. Il n'hésite jamais au combat. Il n'est pas un méchant garçon pour autant, loin de là. Il a bon fond et pense se battre pour la bonne cause. Pour lui, les crimes de guerre sont justifiés. Mais en dehors de son armure, il peut se révéler gentil et généreux. Il se prend plus pour un défenseur de la veuve et de l'orphelin et que pour un rustre soldat. Mais son devoir premier reste envers son souverain : il obéirait à son roi les yeux fermés tellement sa dévotion est grande. Il est aussi loyal, sympathique et charmant. Charmeur aussi, puisqu'il adore les femmes. En tant que fier soldat, il ne lui est d'ailleurs pas très difficile de trouver une compagne d'une nuit. Cette vie lui convient car c'est la seule possible pour lui : il a juré de donner sa vie pour son souverain et le royaume. Qu'importe alors si sa vie devient fade, que sa personne ne devienne plus qu'un nombre dans l'armée et que son nom soit condamné à être oublié une fois sa mort survenue.

Les relations sont un miroir.


???
Ezephine Bassey – devin
De part son statut de soldat, Niethen est parfois amené à fréquenter la cour de loin, même si il est un simple indigent. Cela fait plusieurs années qu'il a remarqué la charmante Ezephine mais seulement quelques mois qu'il lui fait la cour. Entre eux, ce ne sont que des mots, même si un rapprochement physique serait loin de le déranger. Il sait que cette relation ne mènera à rien, de part le fossé d'âge et de naissance mais il s'amuse pourtant à flirter avec la charmante jeune femme. Fidèle à son roi et la famille royale, il ignore bien sûr la relation qui existe entre Ezephine et le prince et si il la découvre, il y a fort à parier qu'il cesse de courir après Ezephine.



narcisse
Caïn Aurèle Leomis – singulier
Autrefois, lorsqu'ils étaient enfants, Niethen considérait Cain comme son meilleur ami. Tout les deux partageaient le même rêve, celui d'intégrer l'armée et ils s'imaginaient qu'ensemble, il y arriveraient. Ils passaient des heures à s'amuser ensemble, simulant guerre et remarquable combat au corps à corps. La réalité les rattrapa : Niethen suivit les traces de son père et devint soldat mais Cain ne réalisa pas ce rêve. Dès lors, ils s'éloignèrent l'un de de l'autre, séparés par le fossé de l'amertume creusé par Cain lui même. Ils sont parfois amenés à se croiser mais Niethen a depuis longtemps abandonné toute idée d'amitié avec Cain.



narcisse
Elandriel Leomis – sorcier
Niethen a toujours considéré Elandriel comme la petite sœur de Cain. Elle était adorable mais inintéressante, comme toutes les filles à cet âge là. Quand son amitié avec Cain prit fin, Niethen oublia jusqu'à l'existence de la jeune femme qui n'avait jamais vraiment eut une place dans sa vie. Les années passèrent puis ils eurent l'occasion de se recroiser dans la rue. Pour la première fois, malgré le fait qu'ils se connaissaient depuis l'enfance, il se prit d'affection pour elle, allant jusqu'à développer une petite amitié à son égard. Il aime la voir de temps en temps, même si le fait qu'il soit toujours en froid avec Cain complique un peu les choses. C'est la seule femme qu'il serait bien incapable de voir comme une énième conquête car pour lui, elle reste toujours l'enfant qu'il a connu.



idao @ LJ
Dreann Aronwë – singulier
D'homme à homme, Niethen apprécie Dreann d'où la fragile amitié entre eux qu'on peut parfois apercevoir. De soldat à chevalier, c'est une toue autre histoire. Niethen accepte mal d'être sous les ordres de Dreann simplement à cause d'un titre de naissance. Il jalouse Dreann, convoitant sa place et celle de tout les autres chevaliers. Cependant, combattre ensemble tisse toujours des liens et Niethen est touché par la mort de la sœur de Dreann. Depuis, malgré la rancœur qu'il peut avoir, il essaie plus ou moins de lui changer les idées afin de le sortir de la noirceur qui l'habite depuis la mort de sa sœur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Citation : Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Donec egestas laoreet ipsum in iaculis. Morbi vestibulum ex ut magna pulvinar molestie. Aenean eu est imperdiet, volutpat libero efficitur, ullamcorper tellus. Integer sed euismod libero. Nulla augue mauris, ultrices ac nisi sit amet, tincidunt dignissim est. Donec quis condimentum erat, vel consequat ipsum. In sed condimentum enim. Maecenas sollicitudin iaculis lectus. Proin quis enim metus.

▬ Contributions à l'histoire : 270


Inasmir

Citation : Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Donec egestas laoreet ipsum in iaculis. Morbi vestibulum ex ut magna pulvinar molestie. Aenean eu est imperdiet, volutpat libero efficitur, ullamcorper tellus. Integer sed euismod libero. Nulla augue mauris, ultrices ac nisi sit amet, tincidunt dignissim est. Donec quis condimentum erat, vel consequat ipsum. In sed condimentum enim. Maecenas sollicitudin iaculis lectus. Proin quis enim metus.

▬ Contributions à l'histoire : 270

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: SINGULIERS « Puisqu'ici il n'y a qu'au combat qu'on est libre ... » [7/11]   Dim 17 Oct 2010, 02:50

Scarlett de Vinter


(c) NOXE
▬ Par le nom que je porte, Scarlett de Vinter
▬ Par mon lieu de naissance, dans une belle demeure un peu hors les murs, à Cathairfál
▬ Mon âge, vingt-six ans
▬ La personne que je suis, une singulière
▬ Et les responsabilités qui vont avec : diplomate, elle est avant tout responsable du renseignement et de la sécurité de la famille royale
▬ J'ai voué ma loyauté indéfectible à sa majesté Arsenios Hardansson
▬ Miroir, mon beau miroir Natalie Dormer


Tout ce qui est passé est passé

histoire et caractère

Scarlett est le deuxième enfant de la grande famille de Vinter. De par sa position dans la fratrie, elle a été très vite arrachée à ses parents pour être confiée à son oncle selon la coutume en usage depuis plusieurs générations. Car l'honneur cette lignée fut entaché par l'un de ses illustres porteurs qui commis l'erreur de comploter contre son souverain et fut pris sur le fait. On lui proposa un choix : assumer ses actes et être décapité ou garder la vie sauve et accepter qu'en contre partie le deuxième né de la lignée principale serait dédié au souverain. Celui-ci deviendrait le diplomate le plus fidèle du roi, celui qui dispenserait la sentence de la couronne. Un Blasonné avec un permis de tuer... Scarlett a donc été formée à l'assassinat, à l'art des poisons, au maniement de la dague, à la politique et à la vie de cour. D'une façon subtile, elle a acquis des réflexes mortels qui font d'elle un véritable péril pour la vie de quiconque la menacerait, elle ou ses proches. Jusqu'à récemment, elle était restée dans l'ombre de son oncle, n'accomplissant que de menues missions. Et puis, le Bouclier vint à chuter. Elle devait y perdre toute sa famille et ne réussit à sauver son frère qu'en le droguant pour ensuite l'enfermer dans un donjon pour le restant de la nuit. Suite à un accord passé avec le roi, elle devient la responsable du renseignement et de la sécurité de sa famille et non pas l'assassin qu'elle était destinée à devenir. Bien qu'elle n'ait jamais tué qui que ce soit de ses mains, la sombre réputation de sa famille reste collée à sa personne...
Côté caractère, la jeune femme a tendance à créer la polémique avec l'excentricité et l'exubérance dont elle fait preuve en permanence. Coquette, féminine, insolente et drôle, elle se sait jolie femme et n'hésite pas à faire usage de son charme naturel pour obtenir des informations ou des avantages. Pour autant, elle n'utilise jamais son corps. Grande manipulatrice, elle ne promet jamais rien et retombera toujours sur ses pattes. Elle sait que frustrer trop longtemps ses débiteurs est une mauvaise politique et s'arrange toujours pour payer ses dettes d'une manière ou d'une autre. Elle connaît la cour comme sa poche et a parfaitement compris que dans ce petit monde clos tout le monde veut quelque chose et que pour obtenir le meilleur d'une personne il suffit de trouver ce qu'elle veut. Elle n'a pas son pareil pour jauger ses interlocuteurs mais en contrepartie, Scarlett pose un regard désabusé sur le monde qui l'entoure, peut se montrer cynique et n'a que peu d'espoirs envers le monde et l'humanité en général...


Les relations sont un miroir.


Narcisse
Blake de Vinter – singulier
Son frère aîné qui la considérait jusque là d'un oeil involontairement méprisant a complètement changé d'attitude du jour où ils ont perdu leurs parents. Elle comprend qu'il lui en veuille et qu'il ait envie de venger la mort de ses proches mais elle ne s'explique pas son acharnement à rejeter la faute sur les sorciers. Enfermé dans sa colère et ses retentissements, il passe son temps à lui reprocher le fait de l'avoir drogué. Sans compter son obsession de la voir se comporter en dame du monde et pas en catin fardée comme il l'appelle. Les disputes entre eux sont nombreuses mais son grand frère est tout ce qui lui reste.



lancelotfan @ LJ
Arsenios Hardansson – famille royale
Sa majesté Arsenios Hardansson est son patron en plus d'être son souverain. Elle rassemble pour lui les informations et transmet ses ordres d'exécution aux assassins sous ses ordres. Son bon fond naturel et sa capacité à pardonner toutes les offenses ont pour conséquence qu'elle est parfois obligée de le pousser à prendre une décision mortelle. Elle ne l'admettra jamais mais elle le respecte énormément et l'apprécie beaucoup.



Sugar Slaughter
Azazel Nithya – singulier
Azazel est ce que Scarlett pourrait appeler un collaborateur occasionnel. Lorsqu'une de ses cibles a vent des projets homicides du roi, elle s'enfuit généralement et pour la retrouver la jeune femme afin de lui envoyer un assassin, a recours au service de ce mercenaire à chaque fois sûre qu'elle obtiendra des résultats à presque tous les coups. La jeune Blasonnée aimant s'entourer de personnes de confiance pour la sale besogne elle est ravie d'avoir trouvé ce mercenaire. Elle l'apprécie pour sa fiabilité et ses compétences même si il est clair que leur relation n'outrepassera jamais la coopération professionnelle. Néanmoins il lui arrive d'afficher ouvertement ce collègue juste pour le plaisir de faire s'étrangler les bien pensants.



narcissusroad @ LJ
Elvire Duverney – singulier
Scarlett n'a eu que peu d'amies durant son enfance et Elvire faisait partie du nombre. Son oncle ne voyait pas d'un mauvais oeil que les deux jeunes filles se fréquentent, la famille Duverney n'ayant pas une mauvaise réputation. Elles sont restées très proches malgré les années au point que Scarlett la considère à présent comme sa seule amie. La seule personne qui accepte sa réputation sans poser de questions ou avoir peur de devenir un jour la cible des assassins sous son commandement. La seule personne avec qui elle puisse parler librement. Pour parler franchement, Elvire est probablement la personne dont Scarlett est la plus proche encore en vie, mais ça elle ne l'avouera jamais, même sous la torture. Lorsqu'Elvire a disparu après la mort de Leonie Aronwë, la jeune femme s'est demandée si elle devait ou non se lancer à sa recherche. Malheureusement, sa présence auprès du roi, elle n'a pu concrétiser ce projet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Citation : Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Donec egestas laoreet ipsum in iaculis. Morbi vestibulum ex ut magna pulvinar molestie. Aenean eu est imperdiet, volutpat libero efficitur, ullamcorper tellus. Integer sed euismod libero. Nulla augue mauris, ultrices ac nisi sit amet, tincidunt dignissim est. Donec quis condimentum erat, vel consequat ipsum. In sed condimentum enim. Maecenas sollicitudin iaculis lectus. Proin quis enim metus.

▬ Contributions à l'histoire : 270


Inasmir

Citation : Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Donec egestas laoreet ipsum in iaculis. Morbi vestibulum ex ut magna pulvinar molestie. Aenean eu est imperdiet, volutpat libero efficitur, ullamcorper tellus. Integer sed euismod libero. Nulla augue mauris, ultrices ac nisi sit amet, tincidunt dignissim est. Donec quis condimentum erat, vel consequat ipsum. In sed condimentum enim. Maecenas sollicitudin iaculis lectus. Proin quis enim metus.

▬ Contributions à l'histoire : 270

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: SINGULIERS « Puisqu'ici il n'y a qu'au combat qu'on est libre ... » [7/11]   Dim 17 Oct 2010, 02:50

Caïn Aurèle Leomis


(c) Insuline
▬ Par le nom que je porte, Caïn Aurèle Leomis
▬ Par mon lieu de naissance, Dinas Uchel.
▬ Mon âge, vingt-quatre ans.
▬ La personne que je suis, un singulier.
▬ Et les responsabilités qui vont avec : armurier pour le compte du roi, parfois aussi investi de missions exceptionnelles.
▬ J'ai voué ma loyauté indéfectible à moi même, les autres n'ont droit qu'à ma méfiance.
▬ Miroir, mon beau miroir Heath Ledger.

Tout ce qui est passé est passé

histoire et caractère

Né à quelques mètres du palais du roi, c'est pourtant dans la misère la plus totale que Caïn a vu le jour et, la chance ne lui ayant pas souri, il n'a pas su s'en défaire. C'est comme si, toute son enfance durant, l'infortune lui avait collé à la peau.

Avec sa carrure vigoureuse et son visage déterminé, Caïn aurait pu se destiner à un bel avenir de guerrier et il en aurait sans doute effrayer plus d'un. D'ailleurs, chaque fois qu'il croise le chemin d'un homme, quelque soit son âge et son expérience, aucun ne peut jamais s'empêcher d'admirer le physique de Caïn et de se féliciter de ne pas être face à un adversaire sur un champs de bataille. Seulement, voilà, Caïn est un indigent et l'armement d'un soldat coûte une petite fortune, fortune que sa mère n'était en aucun disposée à sacrifier à ce dessein. Non seulement parce qu'elle n'avait pas une telle somme sur elle et qu'il lui aurait fallu économiser, dès lors, pendant plus de dix ans, mais surtout parce qu'elle n'avait nullement envie d'envoyer son fils ainé à la mort. De toute manière, pour entrer dans l'armée, Caïn aurait dû suivre un long apprentissage dès son enfance et, lorsqu'il caressa cet espoir, il était déjà bien trop âgé. Il passa son enfance à jongler entre plusieurs métiers journaliers sans jamais trouver le moindre divertissement. Il était, alors et déjà, un enfant croulant sous les responsabilités. Et, lorsqu'il rentrait chez lui bredouille, il ne se faisait pas réprimander par sa mère, mais son silence était bien pire : il l'avait déçue et s'en serait mordu les doigts, lui qui voulait tant voir briller la fierté dans les yeux de sa mère.

Dans ces conditions, il fut bien obligé, à un certain moment, de se trouver un travail correctement rémunéré. En effet, sa mère était la seule source de revenu pour leur foyer et Caïn constatait non sans peine qu'elle avait de plus en plus de mal à suivre le rythme infernal que lui imposait cette vie de restriction et de labeur. N'ayant plus vingt ans et étant loin d'avoir le physique de son fils, elle commençait à fortement inquiéter ce dernier. Aussi, un beau jour, sur un coup de tête, se présenta-t-il comme apprenti chez l'un des armuriers les plus respectés du quartier où il fut accepté avant tout par pitié. Son employeur pourtant n'eut pas à regretter sa décision car Caïn se révéla non seulement travailleur et appliqué, mais surtout, talentueux. À son jeune âge, il n'avait évidemment jamais été forgeron, mais les armes et les armures le fascinaient tant que c'était tout comme : en quelques mois, il avait acquis toute l'expérience d'un forgeur averti. Le roi finit même par s'intéresser directement à lui - à cause d'une dague particulièrement bien forgée tombée entre ses mains - et lorsqu'il le vit pour la première fois, lui même, souverain de Cathairfál se désola de ne pas avoir cet homme, dont la force physique était incontestable mais dont il émanait aussi une aura de courage et d'harmonie, à son service contre les monstres envahissant la ville. Il lui vint alors une idée particulière : il allait faire de ce jeune homme, non pas un espion, mais une sorte de missionnaire dans les rues de Dinas Uchel. Désormais, chaque fois qu'il aurait besoin de discrétion et d'efficacité pour une affaire, il ferait appel à ce garçon. À condition bien sûr que les affaires en question ne soient pas trop sérieuses ou trop impérieuses, car il ne voulait pas mettre un indigent dans les confidences royales. Pour cela, il pouvait compter sur ses fidèles espions.

Malgré cet emploi stable et l'horizon d'un avenir un minimum prospère, Caïn était loin de rouler sur l'or. D'abord parce que sa mère, alitée, ne pouvait plus se lever pour aller travailler et qu'il se retrouvait tout seul pour gérer les ressources économiques de la famille, mais aussi parce que l'atelier de son maitre avait bien du mal à rivaliser avec ceux de Crìfderau Maes. Non pas qu'ils fassent un bien meilleur travail qu'eux, sans compter que, dans le Quartier des Forts, les prix flambaient contrairement à ceux de Dinas Uchel, mais ils n'avaient pas leur luxuriante réputation.
Joignant les deux bouts aussi bien qu'il le pouvait, Caïn dût bientôt faire face à un raz-de-marée de chagrin : la mort de sa mère. Il savait depuis un moment déjà que cela devait finir par arriver, mais il n'avait pas imaginé en souffrir autant. Les jours qui suivirent furent difficiles et il en vint même à se demander si la vie valait vraiment la peine d'être vécue quand une idée emporta tout le reste. Sa sœur. Il ne pouvait ni ne voulait l'abandonner. Si lui même souffrait, la douleur d'Elandriel s'en trouvait décuplée, il le savait, elle qui avait tant été attachée à sa mère, sans doute, d'ailleurs, plus que lui. Sa mère avait œuvré pour le bonheur de sa fille - au dépens de celui de son fils, mais qu'importe, il ne lui en voulait pas, ou plus, maintenant - et il était fermement décidé à poursuivre cette mission. Pour commencer, elle ne travaillerait pas, parce qu'elle n'y avait pas été accoutumée, et parce qu'il la soupçonnait d'être plus fragile qu'elle ne voulait bien l'admettre. En vérité, il craignait qu'elle ne soit malade, et bien qu'il ne le sache pas, ou pas encore, c'était bien le cas. Ensuite, côtoyant, de par son métier, un certain nombre de gens respectables, il s'efforcerait, si cela est possible, d'introduire sa sœur et de lui promettre ainsi un avenir viable.

Les relations sont un miroir.


???
Elandriel Leomis – sorcier
Ah Elandriel ! Gracieuse et fragile Elandriel ! Que ne donnerait-il pas pour sa sœur ? Tout assurément et, en vérité, il lui a déjà sacrifié énormément, songeant toujours, si ce n'est au bonheur, tout au moins au confort de sa sœur avant de penser à lui. A la mort de leur mère, ils ont tous deux connu une mauvaise passe mais, depuis, Caïn s'est juré qu'il ne laisserait jamais tomber la jeune fille. Il la protège, sans doute un peu trop, et a toujours refusé qu'elle cherche un travail, sa mère ayant toujours été persuadée qu'elle était faite pour une vie de princesse et Caïn s'efforçant d'exhausser le vœu, sans doute le plus cher à son cœur, de sa mère. D'ailleurs, il s'est conforté dans ce sentiment et se montre plus protecteur que jamais depuis qu'il la soupçonne - ben qu'elle s'acharne à le cacher - d'être malade.



??? @ LJ
Madwyn Dinaflet – sorcier
Caïn ne sait pas ce qui cloche avec ce garçon mais il l'assimile à un oiseau de mauvaise augure. Plus Madwyn se tient loin de lui et de sa soeur, mieux il se porte.. Car, s'il ne craint pas le sorcier pour lui même, il est pourtant terrifié à l'idée qu'il n'entraine Elandriel dans de tristes aventures et, s'étant juré de protéger sa sœur coûte que coûte, il est prêt à tout pour l'éloigner de Madwyn. En définitive, Caïn aimerait le voir disparaitre de sa vie aussi vite qu'il y est rentré, comme ça, du jour au lendemain, sans que cela ne soulève ni de question, ni de problème. C'est peine perdue lorsqu'on connait les sombres desseins du jeune sorcier et Caïn lui même ne s'y trompe pas : derrière la courtoisie - feinte, l'armurier n'en doute pas - de Madwyn se cachent quelques sinistres pensées que Caïn n'ose pas même imaginer...



sumika_lefav @ LJ
Niethen Evstand – singulier
Du même âge ou presque, Caïn et Niethen ont passé ensemble de longues et heureuses heures de jeu alors qu'ils étaient enfants. Au sommet de cette entente fraternelle résidait le grand rêve qu'ils partageaient tous deux, celui d'intégrer l'armée. Fiers comme des paons, ils passaient le plus clair de leur temps à s'imaginer des scènes de guerre où, immanquablement, l'un finissait toujours par secourir l'autre et vice-versa. Ils n'étaient que des enfants, mais ils se voyaient déjà gravir des montagnes ensemble. Cependant, leurs parents respectifs ne les réservant pas au même avenir, Niethen concrétisa son rêve et Caïn resta sur le carreau, chose que ce dernier eût du mal à accepter. Discrètement et petit à petit, l'amertume prit une place de plus en plus importante dans le cœur du jeune homme jusqu'à l'envahir complètement et réduire à néant la belle amitié qui le liait à Niethen.



starrex @ LJ
Eléonore Hidgard – singulier
Il la rencontra dans la rue au moment le plus trouble de sa vie, c'est-à-dire juste après la mort de sa mère, alors qu'il était sorti prendre un bol d'air pour se changer les idées. Tombant nez à nez avec ce joli petit bout de femme qui s'empressa de jeter son dévolu sur lui à l'aide de sourires et regards aguicheurs, Caïn ne résista pas bien longtemps et se laissa entrainer jusqu'au lit de la jeune femme, sans trop se poser de questions. Décontenancé par ce qu'il venait de faire, ayant si peu l'habitude de profiter des femmes si rapidement et étant lui même révolté contre ceux qui le font, Caïn n'était pas au bout de ses surprises. L'espace d'un instant, éphémère, Eleonore avait réussi à lui faire oublier ses problèmes, c'était bien, mais sans plus, finalement, car tout en étant peu fier de lui, il n'en était que plus brusquement ramené à la réalité. Ajouté à cela, Eleonore finit par lui demander paiement. Effrayé par cette révélation, Caïn eût tôt fait de conclure qu'elle n'avait nullement été intéressée par lui mais seulement par son argent et qu'elle avait été assez maligne pour le séduire à un moment où il était vulnérable. Seulement, problème, il n'était nullement assez riche pour se payer le luxe d'une fille de joie, aussi, lui explique-t-il qu'il ne se serait jamais engagé là-dedans s'il avait su la vérité et qu'il était sans-le-sou. Ne pouvant lui soutirer ce qu'il n'avait pas, Eleonore fut bien contrainte de laisser passer, cependant, elle a toujours gardé cette petite rancœur contre lui...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Citation : Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Donec egestas laoreet ipsum in iaculis. Morbi vestibulum ex ut magna pulvinar molestie. Aenean eu est imperdiet, volutpat libero efficitur, ullamcorper tellus. Integer sed euismod libero. Nulla augue mauris, ultrices ac nisi sit amet, tincidunt dignissim est. Donec quis condimentum erat, vel consequat ipsum. In sed condimentum enim. Maecenas sollicitudin iaculis lectus. Proin quis enim metus.

▬ Contributions à l'histoire : 270


Inasmir

Citation : Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Donec egestas laoreet ipsum in iaculis. Morbi vestibulum ex ut magna pulvinar molestie. Aenean eu est imperdiet, volutpat libero efficitur, ullamcorper tellus. Integer sed euismod libero. Nulla augue mauris, ultrices ac nisi sit amet, tincidunt dignissim est. Donec quis condimentum erat, vel consequat ipsum. In sed condimentum enim. Maecenas sollicitudin iaculis lectus. Proin quis enim metus.

▬ Contributions à l'histoire : 270

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: SINGULIERS « Puisqu'ici il n'y a qu'au combat qu'on est libre ... » [7/11]   Mer 03 Nov 2010, 14:38

Liadan Uliviel


(c) GRITSOU
▬ Par le nom que je porte, Liadan Uliviel
▬ Par mon lieu de naissance, sur un bateau dans l'archipel des Îles Pirates
▬ Mon âge, douze ans
▬ La personne que je suis, une singulière
▬ Et les responsabilités qui vont avec : la fille de Sitara Uliviel, devin privé de la famille Metharom
▬ J'ai voué ma loyauté indéfectible à ma mère.
▬ Miroir, mon beau miroir Georgie Henley.


Tout ce qui est passé est passé

histoire et caractère

Du plus loin qu'elle se souvienne, Liadan était environnée par la mer. L'odeur des embruns, le tangage permanent du bateau, les cris des hommes d'équipage peuplent ses rêves d'enfance ce qui fait qu'elle a toujours eu un grand amour de l'eau. La preuve en est qu'elle a su nager avant même de marcher et qu'aujourd'hui encore elle passe le moindre moment de son temps libre sur la plage à jouer avec les vagues ou à s'imprégner de l'atmosphère industrieuse des ports, attitude qui fait s'arracher les cheveux de sa mère à cause des dangers qu'elle prend. En évoquant Sitara, on en vient obligatoirement à évoquer les pouvoirs de cette dernière et à s'interroger si sa fille prendra la relève un jour. La réponse est non du moins pour le moment. Liadan n'a jamais fait montre de la moindre prescience et même si la situation venait à changer sa mère lui a demandé de le cacher, son propre don lui ayant attiré trop d'ennuis et de convoitises à son goût. Malgré tout au début, c'est cette absence de visions qui a inquiété Sitara, effrayée par le fait que la famille Metharom ne veuille se débarrasser d'une bouche à nourrir. On la rassura bientôt, lui expliquant qu'une fillette comme Liadan pourrait devenir par la suite une dame de compagnie agréable et le fait qu'elle soit issue de leur maisonnée leur rapporterait un grand prestige. L'enfant fut donc prise en charge dès son plus jeune âge par les précepteurs de la famille Metharom payés à prix d'or pour lui donner la meilleure éducation sur le marché et faire d'elle non seulement une dame de compagnie aux manières excellentes mais aussi une secrétaire compétente capable d'assurer l'éducation des enfants, d'écrire les lettres de son employeur, de tenir des comptes et de se montrer agréable par son chant ou ses talents musicaux.

Liadan est donc une adolescente tout juste sortie de l'enfance mais déjà capable d'assurer son rôle ou presque. Elle joue de la harpe, chante des ballades courtoises avec une jolie voix, sait s'occuper des enfants et il lui arrive même d'aider le chef de famille Metharom dans ses comptes lorsqu'il est trop fatigué. Elle reste tout de même une jeune fille rêveuse, persuadée qu'elle trouvera un jour son prince charmant et qui a une vision très romanesque de son défunt père que sa mère n'a pas voulu briser. On peut se demander ce qui lui arrivera lorsqu'elle découvrira qu'il ne s'agissait que d'un pirate parmi tant d'autres qui avait juste eu les moyens d'acheter un devin qu'il a mis dans son lit par ennui.

Les relations sont un miroir.


anarya_snow @ LJ
Sitara Uliviel – devin
Liadan est très proche de sa mère qui constitue pour ainsi dire le centre de son univers. Elle ne se verrait pas vivre sans elle et la simple pensée d'en être séparée plus de quelques jours l'effraye totalement. Très proche d'elle, elle a compris dès son plus jeune âge le fardeau que pouvait être son don et l'aide à le supporter du mieux possible. C'est sur l'impulsion de sa mère que la jeune fille se fait un devoir d'être à la fois cultivée et bien élevée, afin de ne jamais nuire à la réputation de la famille Metharom par ignorance ou impolitesse. Cela dit, il leur arrive périodiquement de se disputer lorsque sa mère apprend que Liadan est retournée sur le port pour observer les bateaux.



lemonpunch @ LJ
Anahera Metharom – singulier
Sa mère a beau qualifier la fille de leurs employeurs de petite oie enfarinée ou de peste trop gâtée sans aucune notion des conséquences de ses actes, Liadan reste fascinée par cette dame du monde qui s'est toujours montrée d'une exquise gentillesse à son égard et qui, depuis son départ pour la capitale, lui a fait parvenir plusieurs lettres lui comptant les merveilles du continent généralement accompagnées de cadeaux somptueux. L'admiration de la jeune fille n'a pas de borne pour cette Blasonnée mystérieuse qui semble toujours savoir tout sur tout et elle espère un jour n'avoir ne serait-ce que le quart de sa beauté ou de son élégance naturelle.



golden_age @ LJ
Elaswen Tagarad – dessinateur
Sa mère a eu une vision de la jeune fille arrivant aux Îles Marchandes et a absolument voulu lui venir en aide. Après avoir demandé l'autorisation à ses employeurs, elle a invité à Liadan à l'accompagner pour accueillir leur invitée surprise à la descente du bateau. Elle espérait probablement que sa présence serait plus rassurante. Liadan s'est vite pris d'affection pour la jeune dessinatrice et s'est empressée de lui faire partager son univers. Aussi a-t-elle été bouleversé par son départ et se réjouit-elle à chaque fois qu'elle reçoit de ses nouvelles. Pour elle, la présence d'Elaswen sur le continent est une raison supplémentaire de vouloir s'y rendre.



sumika_lefay @ LJ
Cendra Evareint – druide
Jusqu'à la voir un beau jour débarquer dans sa vie, Liadan n'avait entendu de Cendra que de vagues rumeurs, des histoires colportées par les mauvaises langues auxquelles, selon l'éducation que lui avait donné sa mère elle ne voulait pas vraiment croire. Puis Cendra a fait irruption dans sa vie et depuis, Liadan en est terrorisée. Elle prétend qu'elle n'est pas la jeune singulière qu'elle croit être mais une future guérisseuse qu'elle doit absolument former de gré ou de force. Elle ne veut pas devenir guérisseuse et a peur que Cendra passe par-dessus la protection de sa mère en réussissant à convaincre les Metharom eux-mêmes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Citation : Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Donec egestas laoreet ipsum in iaculis. Morbi vestibulum ex ut magna pulvinar molestie. Aenean eu est imperdiet, volutpat libero efficitur, ullamcorper tellus. Integer sed euismod libero. Nulla augue mauris, ultrices ac nisi sit amet, tincidunt dignissim est. Donec quis condimentum erat, vel consequat ipsum. In sed condimentum enim. Maecenas sollicitudin iaculis lectus. Proin quis enim metus.

▬ Contributions à l'histoire : 270


Inasmir

Citation : Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Donec egestas laoreet ipsum in iaculis. Morbi vestibulum ex ut magna pulvinar molestie. Aenean eu est imperdiet, volutpat libero efficitur, ullamcorper tellus. Integer sed euismod libero. Nulla augue mauris, ultrices ac nisi sit amet, tincidunt dignissim est. Donec quis condimentum erat, vel consequat ipsum. In sed condimentum enim. Maecenas sollicitudin iaculis lectus. Proin quis enim metus.

▬ Contributions à l'histoire : 270

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: SINGULIERS « Puisqu'ici il n'y a qu'au combat qu'on est libre ... » [7/11]   Sam 06 Nov 2010, 13:17

Azazel Nythia


(c) Insuline
▬ Par le nom que je porte, Azazel Nythia
▬ Par mon lieu de naissance, dans un petit village du nom de Hautbord
▬ Mon âge, vingt-sept ans
▬ La personne que je suis, un singulier
▬ Et les responsabilités qui vont avec : chasseur de primes
▬ J'ai voué ma loyauté indéfectible à moi même
▬ Miroir, mon beau miroir Colin O'Donoghue


Tout ce qui est passé est passé

histoire et caractère

Azazel est né dans une simple famille de paysans qui aspirait simplement à faire une bonne récolte chaque année. La modestie et l'amour de la simplicité de vivre ne lui furent pas transmit par ses géniteurs. Le jeune homme ne supporta pas cette vie, trop fade à son goût. Ceux qui le connaissait avaient remarqué depuis longtemps l'amour de l'or qui le rongeait, au point qu'on le qualifia souvent de l'être le plus cupide et avare de tout Lanriel. Il eut plusieurs fois des problèmes pour ses histoires de vol mais comme la justice se réglait elle même dans son petit village, il ne fut pas réellement dérangé. A seize ans, il quitta ses parents pour Cathairfál, sans un regard en arrière. Une nouvelle vie s'ouvrait à lui, remplie de l'or qu'il avait tant désiré.

Puis, la réalité retomba, aussi froide et inquiétante qu'elle l'avait toujours été. Arriver seul dans une ville inconnue était clairement un problème : il n'avait ni travail, ni logement, ni quoi que ce soit pour se repérer. Il prit le premier emploi venu, devenant maçon. A sa grande surprise, lui à qui l'on avait seulement enseigné le travail de la terre, se révéla très doué dans ce domaine. Mais il était loin des fortunes rêvées. A dix-huit ans, il quitta son travail et choisit une activité plus marginale mais qui rapportait plus : chasseur de primes. Au départ, il eut beaucoup de mal. Il ne savait pas comment mener ses recherches et comment attraper sa cible. Mais le savoir vient avec l'expérience car c'est en forgeant qu'on devient forgeron, et Azazel devint rapidement l'un des plus renommés chasseur de primes de Cathairfál. Cependant, son travail l'obligeant souvent à quitter la ville, les décrets du roi lui mirent des bâtons dans les roues. Plutôt que de soudoyer quelques gardes, il décida de s'allier avec quelqu'un pour échapper à la règlementation. Trouver un compagnon ne fut pas chose aisée : qui voudrait s'allier avec un marginal ? Et la réponse tomba : un autre marginal. Une prostituée accepta de faire alliance avec lui et leur accord était simple : elle l'accompagnait, servait parfois d'appât pour la cible si c'était un homme puis Azazel l'attrapait. Ensuite, il lui reversait près de la moitié de la prime offerte, une fois le prisonnier remit à celui qui avait mit sa tête à prix.

Si bien des défauts peuvent lui être attribués, tels que la cupidité, l'hypocrisie et l'arrogance, il n'en reste pas moins qu'Azazel a aussi des qualités. C'est d'abord sa loyauté, qui en fait un ami et un compagnon hors pair, même si peu de gens le savent. Une fois qu'il a donné sa parole, il s'y tient car il est un homme d'honneur. Il est aussi amusant, courageux et rusé. Cependant, la plupart des gens le voient surtout comme un homme rustre, dont le seul plaisir et de charmer les femmes. Évidemment, le fait de s'allier avec une prostituée renforça cette idée, qui n'est d'ailleurs pas totalement fausse. Azazel reste un homme assez primaire, parfois plus influencé par les courbes d'une belle femme que par sa raison. Mais les gens se trompent sur une chose : son adresse avec les femmes. Le jeune homme n'a pas de réel sens de l'hygiène, et ne sait pas comment charmer les femmes. Le nombre de ses conquêtes est donc relativement peu élevé.

Les relations sont un miroir.


causticammo @ LJ
Eléonore Hidgard – singulier
Azazel a toujours apprit à ne se fier qu'à lui même et à ne jamais donner sa loyauté à quiconque. Quand il a proposé à Eléonore de s'allier avec lui professionnellement, il était loin d'imaginer qu'ils deviendraient amis. Eléonore devait simplement lui servir de passe droit pour pouvoir sortir de la cité, et éventuellement attiser les cibles afin de faciliter leur capture. Et pourtant, la jeune femme est la seule personne qui possède une place dans son cœur. Leur relation est purement amicale, et le restera probablement toujours. Azazel se sent proche d'Eléonore car malgré leurs différences, elle est finalement la seule personne capable de le comprendre et inversement.



sumika_lefay @ LJ
Cendra Evareint – druide
Malgré la rumeur qui circule dans Carthairfál sur la druidesse, ça n'a pas empêché Azazel de lui rende visite lorsqu'il en avait besoin. Ses dons de guérison sont remarquables et plus d'une fois, à cause de son activité professionnelle, le jeune homme s'est retrouvé blessé. Ils sont très différents mais Azazel sait qu'il peut compter sur elle si il a besoin et pour preuve : Cendra l'a recueilli chez elle pendant plusieurs jours lorsqu'il était trop mal en point pour faire quoi que ce soit. Il n'irait pas jusqu'à dire qu'il la considère comme une amie et qu'il lui fait totalement confiance mais elle est certainement l'une des personnes envers qui il est le plus reconnaissant.



selennee @ LJ
Scarlett de Vinter – singulier
Si Azazel côtoie Scarlett, ça n'est sûrement pas par plaisir. La jeune femme fait parfois appel à lui pour des affaires professionnelles. Sous ses ordres, il doit retrouver certaines cibles et elle le paye bien. Il ignore cependant ce que Scarlett manigance après avec les cibles une fois qu'il les a retrouvé mais préfère l'ignorer. Elle n'est clairement pas une dame de la cour ordinaire et lui aspire à la fois admiration pour son intelligence et sa particularité, mais aussi crainte car une aura de danger semble l'entourer. Azazel ne prendrait jamais le risque de la contrarier car même si il ignore quel est son travail, il sait que Scarlett est loin d'être une personne douce qui prend les autres en pitié.



White Rabbit
Théoden Al-Sythens – dessinateur
Malgré sa crainte vis-à-vis des races magiques qui peuplent Lanriel, Azazel fréquente régulièrement Théoden. Ce jeune dessinateur a en effet attiré l'attention d'Azazel en ne sachant pas vers quel profession se diriger. Avoir un dessinateur comme un allié ne pouvant qu'être profitable, Azazel s'est mit en tête de recruter Théoden. Il va le voir régulièrement, lui proposant mille et une fortune s'il accepte de se joindre à lui. Pour l'instant, le dessinateur ne semble pas intéressé par la proposition mais Azazel ne perd pas espoir de le faire céder un jour. Et si il y arrive, nul doute qu'ils formeront avec Eléonore le trio le plus improbable et doué de tout Lanriel.



stella
Oonagh Marzinah – Héritière
De deux ans son ainé, c'est grâce à ses missions de chasseur de prime que le singulier a été amené à rencontrer Oonagh. Un riche seigneur dont on taira le nom avait en effet confié à celui-ci la mission de retrouver un enfant, un bâtard, pour une somme rondelette à la condition qu'il le lui ramène vivant. Cet enfant avait été enrôlé dans la même caravane que Oonagh, en tant que commis aux cuisines, et la jeune femme s'était attachée à ce petit garçon enjoué qui passait tout son temps libre à ses côtés à la régaler de plaisanteries plus drôles les unes que les autres. Aussi, lorsque Azazel s'est présenté comme un voyageur en quête de sécurité et qu'il fit mine de se rapprocher du garçon, il éveilla les soupçons d'Oonagh. Peut-être aidée par sa beauté, Oonagh finit par découvrir quel dessein Azazel réservait au bâtard et elle s'y opposa farouchement. Azazel, qui alors se cherchait toujours un partenaire de crime, s'était laissé dire que la druidesse pouvait être une alliée de poids, elle qui était sans attaches et qui connaissait des breuvages soporifiques non négligeables pour un chasseur de primes.
Oonagh aurait pu accepté, peut-être, si elle n'avait pas pressenti le danger qu'encourait le petit garçon auquel elle s'était tant attachée, aussi joua-t-elle pieds et mains pour l'empêcher de tomber dans un traquenard du Singulier. Peine perdue, un matin, ils avaient tous deux disparu sans laisser de traces et la druidesse n'eut plus jamais de nouvelles de l'un comme de l'autre. Elle se jura que, si elle recroisait le chemin d'Azazel Nithya, elle se vengerait. Dommage, elle commençait presque à l'apprécier...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Citation : Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Donec egestas laoreet ipsum in iaculis. Morbi vestibulum ex ut magna pulvinar molestie. Aenean eu est imperdiet, volutpat libero efficitur, ullamcorper tellus. Integer sed euismod libero. Nulla augue mauris, ultrices ac nisi sit amet, tincidunt dignissim est. Donec quis condimentum erat, vel consequat ipsum. In sed condimentum enim. Maecenas sollicitudin iaculis lectus. Proin quis enim metus.

▬ Contributions à l'histoire : 270


Inasmir

Citation : Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Donec egestas laoreet ipsum in iaculis. Morbi vestibulum ex ut magna pulvinar molestie. Aenean eu est imperdiet, volutpat libero efficitur, ullamcorper tellus. Integer sed euismod libero. Nulla augue mauris, ultrices ac nisi sit amet, tincidunt dignissim est. Donec quis condimentum erat, vel consequat ipsum. In sed condimentum enim. Maecenas sollicitudin iaculis lectus. Proin quis enim metus.

▬ Contributions à l'histoire : 270

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: SINGULIERS « Puisqu'ici il n'y a qu'au combat qu'on est libre ... » [7/11]   Ven 12 Nov 2010, 11:33

Dreann Aronwë


(c) cherryblossom
▬ Par le nom que je porte, Dreann Aronwë.
▬ Par mon lieu de naissance, dans le quartier des Forts, à Crìfderau Maes.
▬ Mon âge, vingt-six ans.
▬ La personne que je suis, un singulier.
▬ Et les responsabilités qui vont avec : chevalier au service du roi.
▬ J'ai voué ma loyauté indéfectible à mon roi et à mes hommes.
▬ Miroir, mon beau miroir Henry Cavill

Tout ce qui est passé est passé

histoire et caractère

Dreann est un jeune homme simple pour une vie simple, à priori. C'est du moins avec cette philosophie, séduisante de simplicité, qu'il a avancé dans la vie.
Il est néanmoins plus facile d'aspirer à ce mode de vie lorsque l'avenir ne nous a jamais fait frémir d'angoisse, lorsqu'on a jamais eu à faire des sacrifices ou des choix cruciaux, lorsqu'on a toujours eu un sentier unique et dégagé en face de soi. En somme, lorsqu'on est, comme Dreann, né parmi les blasonnés, on s'accommode de gré ou de force d'un avenir écrit d'avance depuis votre naissance si ce n'est, parfois, bien avant. Dreann est ainsi, en quelque sorte, chanceux car s'il n'a certes pas choisi, il a tout au moins consenti ou a eu l'impression de le faire. Dès son enfance, il a été entrainé pour devenir ce qu'il est aujourd'hui : un homme maitrisant ses armes, loyal et fidèle autant qu'il est possible de l'être et surtout, ce qui fait la grande fierté de sa mère, qui fait preuve, chaque jour, d'intelligence et de bon entendement. Pour Dreann, tout est à portée de main et, maintenant qu'il est chevalier, qu'il a des hommes sous son commandement et que les choses vont de mal en pis à Cathairfál, il sent ses responsabilités monter en flèche, présage, sans doute d'une imminente promotion, mais, surtout témoin de la confiance que lui accorde le roi.

Il n'aime pas la guerre mais en a pourtant fait son métier. En vérité, ce n'est pas la guerre en elle même qui le saisit d'effroi, mais plutôt ses faces cachées, celles qu'on n'entrevoit qu'une fois entré dans la danse. Le pire fut sans doute pour lui de découvrir avec quelle aisance certains hommes pouvaient ôter la vie d'un autre et comment parfois, trop souvent à son goût, ils en tiraient satisfaction, jouissance.
Pour Dreann, il en va tout autrement. Selon lui, la guerre n'est pas une parade pour se justifier de tuer, c'est avant toute chose le moyen, le seul et l'unique, de se battre pour une cause juste. Et s'il s'avérait, un jour, qu'on lui demande de se battre contre ce qu'il juge sage ou juste, Dreann aime se dire qu'il ne l'accepterait tout simplement pas. Ce n'est évidemment pas si simple puisque Dreann, du haut de ses vingt-six ans, a vécu la chute du Bouclier alors qu'il n'était qu'un tout jeune adulte, il y a sept ans... Autant dire une éternité. Rompu au combat depuis toujours, c'est pourtant contre des créatures magiques qu'il se bat depuis le début de sa carrière et il commence à douter de l'aptitude des hommes de la cité à les vaincre.

Habitué, depuis toujours, à éviter les ennuis - et c'est sans doute ce qui l'a poussé à toujours suivre la raison plutôt que l'instinct, contrairement à la plupart des guerriers - on aurait alors pu croire que les difficultés s'écartaient sur son passage ou que le jeune homme avait une sorte de don pour toujours retomber sur ses pattes.
Pourtant, depuis quelques jours, c'est comme si les problèmes qu'il avait si habilement repoussé, fondaient brusquement sur lui, rattrapant par la même toutes ces années de bonne fortune. Au sommet de cette funeste pyramide se trouve la disparition de sa sœur Léonie. Sans doute parce qu'il n'avait pas de toute sa vie imaginer une seule seconde pouvoir survivre à sa sœur, elle, si belle, si jeune, si délicate et raffinée, alors que lui mettait tous les jours sa vie en danger, cette brusque réalité le meurtrit au plus profond de son être. Il avait déjà perdu des êtres chers, des compagnons pour la plupart, mais jamais il n'avait tant souffert. Aveuglé par cette douleur, il crût d'abord devenir fou, de rage ou de désespoir, avant de se rendre compte qu'une part de lui même était morte en même temps que sa sœur et que, de fait, il ne serait plus jamais le même. D'ailleurs, à présent, Dreann n'est plus qu'une ombre, l'ombre de lui même. Son âme est à la dérive et personne ne viendra le sauver de la noyade. De toute façon, il n'a nulle envie d'être sauvé.

Les relations sont un miroir.


narcissusroad @ LJ
Elvire Duverney – singulier
Dreann ne sait plus trop quoi penser d'Elvire. C'était d'abord la meilleure amie de sa sœur et lui même avait toujours apprécié l'intrépidité de la singulière, son caractère effronté et ses idées parfois farfelues. Il pensait même pouvoir compter sur sa présence pour oublier son chagrin et songeait qu'ensemble, ils auraient pu se serrer les coudes, le malheur ayant frappé Léonie les concernant tous les deux. Oui, Elvire aurait pu être pour lui un soutien sans pareil et lui même aurait pu lui offrir son épaule pour pleurer. Seulement, tout cela, c'était avant qu'il ne découvre que la jeune fille qui accompagnait Léonie le soir de sa mort était Elvire en personne et qu'elle s'était enfuie, de gré ou de force, avec l'assassin présumé. Passé son désarroi premier, connaissant le goût prononcé d'Elvire pour le danger et les mauvais garçons, il ne fut finalement pas surpris par cette nouvelle et s'il veut ardemment retrouver Elvire et lui soutirer sa version des faits, il ne la pense pas pour autant impliquée de le meurtre de sa sœur, elle y était trop attachée pour cela.



afronauts @ LJ
Accolon Cil-Gandra – rôdeur
Pour faire simple, Dreann soupçonne Accolon d'être l'assassin de sa sœur et d'avoir enlevé, peut-être corrompu, la meilleure amie de cette dernière. S'il n'en est rien, Dreann est pourtant loin de croire à la totale innocence de cet homme menaçant et il serait même prêt à remettre en doute le jugement d'une inquisitrice, tant la haine le rend aveugle. Il s'est juré de venger sa petite sœur et s'il devait pour cela tuer, il s'y résoudrait sans trop de culpabilité. Cependant, avant d'en arriver à cette extrémité, il lui faut d'abord retrouver Accolon, et, étant un homme de principe, il lui laissera une chance de se justifier ou de prouver son innocence. Il ne le croit pas innocent, bien sûr, sinon, pourquoi aurait-il fui ? En attendant, Dreann n'est pas prêt à renoncer à son titre de chevalier, et c'est principalement ce qui le bloque dans ses recherches, car il n'est pas libre d'aller où il désire quand il le désire...



girlfridayicons @ LJ
Blake de Vinter – singulier
Blake et Dreann étaient faits pour se rencontrer. Tous deux issus d'un milieu social honorable et de la même tranche d'âge, ils se connaissaient, en vérité, de l'enfance mais c'est lorsqu'on les mit tous deux entre les mains du même homme pour accomplir leur formation militaire qu'ils commencèrent véritablement à se fréquenter. Autant dire qu'ils devinrent très proches, comme de véritables frères d'armes. En ces temps de trouble où tous deux traversent des moments critiques, perdent des proches et voient leur monde s'écrouler, ils savent qu'il est bon d'avoir des alliés et des amis sur qui l'on peut compter et, invariablement, ils peuvent tous deux compter l'un sur l'autre au nom de l'amitié, de la fidélité et de tout ce qu'ils partagent.



blair_graphix @ LJ
Niethen Evstand – singulier
Au contraire de ce qu'il partage avec Blake de Vinter, les relations de Dreann avec Niethen sont plus tendues, plus subtiles. Entre eux, aucune camaraderie sur laquelle Dreann puisse compter alors que, pourtant, face aux créatures des ténèbres, ils ont souvent l'occasion d'être l'un à côté de l'autre et de combattre le même ennemi. Mais, si une fragile amitié existe entre eux, elle est entachée par la jalousie de Niethen qui ne peut oublier sa rancœur pour les gens qui ont mieux réussi que lui, qui ont pu atteindre leur rêve. En effet, nul doute que s'il était né blasonné, Niethen lui aussi aurait été élevé au rang de chevalier, tout comme Dreann, et ne serait pas, au contraire, son subordonné.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: SINGULIERS « Puisqu'ici il n'y a qu'au combat qu'on est libre ... » [7/11]   

Revenir en haut Aller en bas
 

SINGULIERS « Puisqu'ici il n'y a qu'au combat qu'on est libre ... » [7/11]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Echo des Plaines : Chapitre VII ▬ Le Retour d'Inasmir :: GESTION DES PERSONNAGES :: La Galerie des portraits-