Echo des Plaines : Chapitre VII ▬ Le Retour d'Inasmir


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'Adresse Équestre

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Eydis

avatar

▬ Contributions à l'histoire : 424

MessageSujet: Re: L'Adresse Équestre   Mar 24 Jan - 0:25

Le membre 'Wilhelm Nyström' a effectué l'action suivante : Le Jugement d\'Eydis

'Le verdict' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arsenios Hardansson

avatar

▬ Contributions à l'histoire : 135

MessageSujet: Re: L'Adresse Équestre   Mer 25 Jan - 23:20

Jullanar Osgrey ne manquait pas de prestance. De son être, transpirait une puissance apaisante qui ne manqua pas de troubler le souverain de Lanriel. Isnamir se rappelait à son roi d'une bien étrange manière. A l'heure actuelle, nul ne pouvait affirmer valoir la puissance du sorcier mais, en cet instant, autour des yeux mordorés se supervisait un autre visage. Arsenios ne pouvait le nier. L'absence de son conseiller pesait sur son âme et ce, même aujourd'hui. Le singulier craignait parfois que les raisons du départ du mage ne se soient répandues parmi sa caste et que chacun était, dès lors, apte à juger le règne d'Arsenios comme indigne d'en user son don. Cette angoisse ne l'avait jamais tout à fait quitté, persuadé qu'il était d'être le maillon faible, celui qui avait perdu le soutien centenaire fidèle au nom Hardansson.


Sans rien montrer des pensées qui le tourmentaient, le roi inclina la tête dans une salutation polie. Il pria la jeune femme de se mettre à son aise et sembla se désintéresser tout aussi vite de sa personne. Des serviteurs s'affairaient autour d'eux. Un silence s'installa. Il n'était pas froid mais pouvait laisser perplexe, pour peu que la nature du roi vous était étrangère. La vérité était qu'Arsenios s'était de nouveau plongé dans la contemplation des participants. Peu friand des badinages inintéressants, il n'ouvrait la bouche que pour partager des impressions ou trancher des questions politiques. Ainsi, quand il engagea la conversation, ce fut sur un ton enjoué. Ses applaudissements saluant la performance de la première rôdeuse à s'essayer au gardiennage du cheptel.

« - Les épreuves ne manquent pas de m'étonner ! Je ne pouvais rêver meilleur hommage pour mon couronnement. Qu'en dîtes-vous ? Profitez-vous du spectacle ? »


Le regard brillant, il s'accrocha à celui de son invitée. La question était directe. Dans ses souvenirs, Isnamir prenait plaisir à ces festivités. Pourtant, Arsenios n'était pas sans savoir que la magie pouvait sublimer une toute autre adresse. Monter un cheval était dépourvu de tout artifice mais nécessitait un talent certain. Ce n'était sans doute pas comparable à un ballet de dragons mais, comme le ferait un père devant son enfant, Arsenios était bien incapable de ne pas s'émerveiller devant les aptitudes de son peuple, aussi diverses soient-elles.

Ainsi même la déconfiture d'Aeron ne manqua pas de le satisfaire. Non pas pour ses difficultés mais bien pour ce naturel qui la faisait rire aux éclats. Loin de s'emporter et de blâmer la désobéissance des chèvres, la rôdeuse se pliait à leur caractère versatile et s'en amusait. Arsenios ne put qu'admettre que ce n'était pas là le comportement qu'il aurait pu attendre de ce bout de femme qui, de loin, paraissait posséder un caractère bien trempé. Cette erreur de jugement se révélait délicieuse. Avec un rire proche de l'aboiement, il accueillit avec bonne humeur l'apostrophe qu'on lui lançait.

« - Cette jeune femme ne manque pas de charme ! »


D'autres auraient susurrés d'audace. Néanmoins, l'homme que chaque participant honorait ne se formalisait pas de ce genre d'écart à la convenance. D'un signe, il manda un serviteur auquel il confia quelques tâches et suivit le passage du seul homme encore en lice avec attention. Ce dernier ne manqua pas de briller et cela parut l'étonner plus que la foule. Celle-ci ne cessait de clamer sa satisfaction à force de vivats.

« - Et bien voilà qui clôt magnifiquement cette partie de l'épreuve. La suivante est ma préférée. Bien qu'entre nous, je n'y ai jamais eu la moindre disposition !  »


Il sourit. En contre-bas, le serviteur envoyé auprès des concurrents s'avançait un plateau chargé en main. Des coupes et une collation étaient proposées. Arsenios avait trouvé amusant de leur proposer, en plus des boissons habituelles, du lait de chèvre pour la peine que ces dernières avaient pu causer. L'attention s'étendait également aux montures, qui obtenirent chacune des gourmandises. La suite pouvait débuter maintenant.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jullanar Osgrey

avatar

▬ Contributions à l'histoire : 4772

MessageSujet: Re: L'Adresse Équestre   Jeu 2 Fév - 18:23

Malgré l’invitation du roi à s’installer à ses côtés, Jullanar ne se sentait toujours pas à sa place dans cette tribune. Et le silence qui s’installa ne manqua de la déstabiliser un peu plus. Heureusement pour la Sorcière – qui n’aurait jamais eu l’audace d’entamer la conversation sans y être invitée – la suite de l’épreuve commença. Elle reporta alors son attention sur Aislin, distraction fort bienvenue pour sa situation qu’elle trouvait bien gênante. Son amie ne semblait pas très à l’aise dans ce rôle de gardienne de cochons mais elle réussit son épreuve et Jullanar joignit ses applaudissements à ceux de la foule. A la fin de l’épreuve, il faudrait absolument qu’elle salue Aislin. Et probablement la féliciter car elle semblait bien partie pour terminer la journée sur le podium. Elle espérait également pouvoir inviter son amie à rester chez elle le temps de son séjour à la capitale. Non seulement c’était le moins qu’elle puisse faire après avoir reçu sa lettre mais ce serait également le plus commode pour discuter des derniers événements et de leurs aventures respectives – car elle ne doutait pas un instant qu’Aislin ait pu connaître de nouvelles équipées depuis leur dernière rencontre.

Quand le roi s’adressa à elle, Jullanar souriait encore à la petite victoire d’Aislin, aussi lui répondit-elle avec un enthousiasme non feint : « Beaucoup, votre majesté. » Si la Sorcière ne savait toujours pas pourquoi elle se trouvait là, elle en oubliait progressivement la question et constatait surtout que, en cet instant, le roi n’était pas bien différent de ses voisins de tout à l’heure. Même si les précédents étaient plus bruyants et plus démonstratifs, le souverain de Lanriel appréciait tout autant les festivités et n’hésitait pas à le faire savoir, ce qui le rendait plus accessible.

La suite ne manqua pas de confirmer cette impression. La prestation désastreuse de la rôdeuse blonde amusa le public avant de le laisser incrédule lorsque la jeune femme, prise d’un fou rire, abandonna. Si le roi n’avait lui-même pas sincèrement ri aux éclats, le peuple de Lanriel n’aurait sûrement pas suivi. Jullanar ne se montra pas aussi expansive mais elle ne pouvait pas nier le commentaire du roi. Et elle se dit que son vieux compagnon devait sûrement se dire la même chose. En tous cas, la compétition ne manquait pas de surprises et tous les spectateurs devaient se demander ce qui allait arriver avec le dernier concurrent. Si son passage fut moins spectaculaire que celui de son prédécesseur, il n’en fut pas moins réussi et la foule en apprécia l’issue. Jullanar, elle, continuait à se demander où elle avait déjà pu rencontrer ce cavalier.

Le Rôdeur quitta ses pensées en même temps qu’il quittait la piste tandis que le roi lui adressait la parole à nouveau. Elle sourit à sa confidence. Jullanar n’avait jamais assisté aux tournois à l’époque ou Arsenios Hardansson n’était encore qu’un prince – elle était bien trop jeune et, son père ne s’y intéressant aucunement, il ne l’y aurait jamais emmené, même si elle le lui avait demandé – mais, si elle en croyait les dires de ses voisins, qui avaient aussitôt réagi, sa majesté était trop modeste. Jullanar se contenta alors de sourire et accepta un rafraîchissement tandis que la suite du spectacle s’annonçait.

_________________

    An owl came to me, old and wise. Pierced right through my youth. I learned its ways, envied its sense. But needed nothing it had.
    The Crow, The Owl And The Dove - Nightwish.
    icons : ana_jo @ livejournal et anarya
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://winter-sonnet.tumblr.com/
Aislin Basmath

avatar

▬ Contributions à l'histoire : 1030

MessageSujet: Re: L'Adresse Équestre   Jeu 9 Fév - 14:41

Le passage d’Aeron avait le mérite d’avoir augmenté davantage encore la festivité de l’ambiance de l’épreuve et Aislin se prit à se détendre avant de relever la tête vers Jullanar dont le visage moins crispé la rassura encore un peu plus. Elle haussa les épaules en affichant un sourire radieux à peine forcé. Pourquoi ne pas profiter de cette belle journée ? Elle rejeta la tête en arrière, offrant son visage au soleil tandis que la crinière emmêlée qui lui servait de cheveux virevoltait autour de son visage. Elle se joignit enfin aux vivats de la foule, applaudissant la jeune rôdeuse à tout rompre et riant de son impertinence. Oui, les rôdeurs n’avaient pas de maître, la liberté était leur fardeau et leur plus grand cadeau, leur offrant une mélancolique joie que le goût parfois amer de la solitude ne parvenait pas à ternir complètement. Souriant avec attendrissement au malaise de Wilhelm peu habitué à provoquer ainsi les vivats sur son passage elle se joignit une fois encore à l’allégresse générale et siffla bruyamment son confrère en lui envoyant un clin d’œil taquin. Il y avait fort à parier que le jeune homme se trouverait aisément une compagne de nuit s’il le désirait après pareilles acclamations. Le jeune homme était beau et cachait bien sa gentillesse sous ses airs bourrus, Aislin ne pouvait se résoudre à le laisser se complaire dans sa solitude, consciente malgré tout qu’elle avait fait de même après le départ d’Accolon. Fuyant la compagnie de ses confrères et consœurs comme de tout être, elle avait vécu à travers le devoir, oubliant d’apprécier les joies simples et abordant les moindres aspects de sa vie avec une rigidité qui tranchait avec le caractère passionnée d’Aeron.

Rejoignant finalement Aeron et Wilhelm elle apprécia les rafraichissements offerts par le roi et sourit de voir le lait de chèvre offert avec un sourire sardonique du serviteur lorsqu’il en présenta une coupe à Aeron. Décidément la rôdeuse avait tapé dans l’œil du roi et Aislin espéra que ce serait peut-être l’occasion pour elle d’obtenir quelques contrats bien rémunérés. Repensant soudain à sa folle équipée dans l’enfer de la tour de Moragor, elle sourit avec amertume tout en songeant que nul contrat, aussi bien payé soit-il, ne devait justifier pareille terreur que celle qu’elle avait alors vécu. Aislin n’oubliait pas le principal, outre l’enviable récompense offerte à l’heureux gagnant de l’épreuve, il s’agissait surtout pour les trois rôdeurs de faire la preuve de leur talent pour espérer trouver de bons employeurs aux garanties financières solides. La rôdeuse avait horreur d’être engagée par quelqu’un qui n’avait pas les moyens de la rémunérer, généralement se payer sa tête avait des conséquences assez néfastes pour les affaires suivantes de la personne en question et Aislin ne se privait pas de le signaler comme mauvais payeur au Refuge ce qui garantissait presque systématiquement qu’aucun rôdeur ne répondrait plus à ses contrats. Or les rôdeurs étaient d’excellents mercenaires, efficaces, relativement peu chers et pouvant se targuer d’un réseau relationnel assez exceptionnel. En effet, les singuliers avaient beau les craindre ou les mépriser, il y en avait toujours un pour leur devoir un service. Après tout, n’était-ce pas ce genre de motivations qui avaient poussé dame de Vinter à s’offrir ses services ?

Mais l’heure n’était pas aux réflexions et Aislin enfourcha à nouveau sa monture pour l’épreuve la plus délicate : la voltige équestre. Pour Aislin c’était sans doute là la plus belle épreuve de toutes les joutes confondues mais elle était également complexe à réaliser car ici il n’était pas uniquement question de savoir faire mais également de savoir être, de grâce, de délicatesse, de beauté. Et de tout un tas de choses dont la rôdeuse se sentait complètement démunie. Enfilant le costume apporté pour l’occasion elle tenta fébrilement de lisser sa crinière indomptable et grimaça en sentant le cuir bouillir sur sa peau. La séduction, car il s’agissait clairement de cela, ne semblait décidément pas lui coller à la peau. Elle jeta un nouveau regard à Aeron, regrettant encore l’époque révolue de sa jeunesse auprès d’un homme aimé et aimant puis s’élança au rythme des tambours martelant encore et encore, comme suivant les battements de son cœur. A moins que ce ne soit son cœur qui ait décidé de se mettre au diapason des tambourinements, Aislin n’aurait su le dire clairement. Les figures s’enchaînaient avec une fluidité qui lui semblait surprenante et la rôdeuse quasiment en état de transe improvisait un spectacle qu’elle n’avait pas eu le temps de préparer. La foule continuait-elle de crier ? Aislin aurait pu jurer qu’elle était silencieuse car elle n’entendait plus rien sinon son cœur battre si fort que nul dans les gradins ne pouvait l’ignorer. Il battait si fort et si puissamment, si à l’unisson des sabots d’Ysves que rien d’autre n’existait à part ces deux corps dans une osmose si parfaite qu’elle ne devait jamais finir. Les muscles qui se tendaient sous ses mouvements, son visage tendu entre ses bras prenant appui sur le dos d’Ysves, tout exprimait la sérénité d’un amour et d’une confiance qui n’avaient jamais été déçus entre la jument et sa maîtresse.

- Un, deux, trois, quatre, un deux trois quatre… martelait-elle en rythme.

Et voici qu’une jambe montait le plus haut possible avant qu’un retourné ne s’effectue. Un deux trois quatre…Et voilà qu’elle passait à présent au-dessus de l’encolure. Un deux trois quatre… Elle touchait le sol, prenant une impulsion pour remonter sur le dos et enchaîner avec une roue. Un deux trois quatre… La force n’était rien, ce n’était qu’élan et confiance, élan et confiance… Debout sur le dos d’Ysves elle offrait ses bras et son visage au soleil avec une sauvagerie dont elle ne se serait pas pensée capable. Un deux trois quatre, un deux trois quatre… Elan et confiance…

Spoiler:
 

Le cœur battant et les bras en l’air Aislin savoure enfin cette liberté retrouvée où elle n’est plus prisonnière de son propre être Et elle crie, elle crie sa joie et sa victoire sur elle-même. . L’avenir s’annonce radieux et elle accueille le futur, prête à être heureuse. Enfin.

_________________
Premier Concours Annuel des Awards Echo des Plaines.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eydis

avatar

▬ Contributions à l'histoire : 424

MessageSujet: Re: L'Adresse Équestre   Jeu 9 Fév - 14:41

Le membre 'Aislin Basmath' a effectué l'action suivante : Le Jugement d\'Eydis

'Le verdict' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aeron Pryddeth

avatar

▬ Contributions à l'histoire : 119

MessageSujet: Re: L'Adresse Équestre   Jeu 9 Fév - 16:17

La voltige. Eydis qu'Aeron avait hâte que cette dernière épreuve commence enfin. De toutes, celle-ci avait sa faveur. Debout à côté de Ven, elle regardait le passage de Wilhelm lorsque l'arrivée d'un plateau de rafraîchissements attira soudainement son attention. Un regard sur la livrée de l'échanson lui permit de confirmer ce dont elle se doutait, le roi leur avait fait envoyer des friandises. Enroulant ses rênes dans une étrivière, elle posa un baiser sonore sur le chanfrein de sa monture. "Je reviens tout de suite, petit. On ne va pas approcher de ce pauvre gars à trois. Toi, moi et ton estomac néantesque dans lequel aurait tôt fait de disparaître toutes ces douceurs. Je te ramène quelque chose." Elle savait que l'étalon resterait à sa place. Le bruit et les épreuves précédentes l'abrutissant vaguement, il sommeillait le postérieur droit vaguement relevé. Se dirigeant résolument vers le plateau, elle reçut du serviteur une coupe de lait de chèvre accompagné d'un regard amusé. Non content de penser à eux, le souverain avait également l'humour tenace. Se retournant vers la tribune, ignorant complètement si il était possible qu'il la voit ou pas, la jeune femme leva son verre dans sa direction. Au moins saurait-il que les rôdeurs ne manquaient pas d'humour à défaut d'être dotés de talents exceptionnels quand il s'agissait de mener le bétail. Se servant dans le plateau réservé aux montures, elle effectua le voyage du retour en quelques foulées alors qu'Aislin se dirigeait vers la carrière. Observant son amie, Aeron se vit pas l'éclair avide qui traversa les yeux de Ven lorsqu'il entreprit de dévorer la totalité de ce qu'elle lui présentait avec un bruit de succion digne du marais de Dorcha Dúil et force bavement. Baissant les yeux sur sa main engluée, elle lui jeta un regard plein de reproches. "Si tu continues à te jeter sur la nourriture de cette façon, ils vont tous croire que je te ne nourris pas." Ce qui au regard de la corpulence de l'animal était définitivement exclu. Ven était en pleine forme pour ne pas dire légèrement grassouillet.

S'essuyant tant bien que mal sur sa propre tenue, la Rôdeuse enfourcha sa monture pour contempler la fin du passage de son amie du point de vue qu'elle préférait. De l'endroit où elle avait l'impression de dominer le monde. Pour un peu, elle en aurait soupiré d'aise. Mais l'heure n'était pas à se montrer contemplative ou même relaxée. Vérifiant les boucles de chaque harnachement, la bonne tenue de sa selle et ses propres muscles, Aeron s'assura que ni elle, ni le matériel ne risquait de lui faire défaut. Les figures qu'elle espérait réussir étaient des mouvements dangereux appris des années plus tôt. Utilisées dans la cavalerie légère, elles permettaient non seulement de ramasser des objets au sol mais également de se dissimuler derrière son cheval ou de se faire passer pour mort. Le problème était la vitesse. Sur un cheval lancé au galop de charge, la moindre erreur risquait de lui être fatale. Aussi prenait-elle énormément de précaution. L'avantage principal d'une telle démonstration en ces lieux était qu'elle disposait d'une piste suffisamment longue pour montrer des choses intéressantes. Sous la selle, elle sentit Ven se mobiliser à mesure qu'elle effectuait les derniers contrôles puis s'avancer vers le sable alors qu'Aislin sortait. Le flattant, elle s'assura que les rênes étaient correctement coincées avant de lui donner le signal du départ.

Spoiler:
 

La première figure fut une formalité, Aeron basculant complètement en arrière jusqu'à ce que ses mains frôlent le sable de la piste. Après quoi, elle se redressa, passant de l'autre côté de sa monture pour se dissimuler au regard du public alors qu'elle se tenait une main au pommeau invisible dans la crinière foncée de sa monture lancée à fond de train. Se servant du pied qu'elle avait dans l'étrier elle se hissa sur une jambe étendant le reste du corps. Elle venait de poser un pied sur la selle pour se mettre debout lorsqu'elle réalisa qu'il lui restait trop peu de pistes pour réaliser sa dernière figure. Tous deux avaient été un peu trop enjoués. Renonçant à son finale, la Rôdeuse se rassit sur sa selle, ralentit Ven, effectua un salut en direction de la tribune royale, puis des spectateurs et retourna vers ses pairs à une allure de parade. Souriant à la façon dont son cheval paradait éhontément, la jeune femme se dit qu'elle venait de passer une très bonne journée.

_________________


Dernière édition par Aeron Pryddeth le Jeu 9 Fév - 16:28, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eydis

avatar

▬ Contributions à l'histoire : 424

MessageSujet: Re: L'Adresse Équestre   Jeu 9 Fév - 16:17

Le membre 'Aeron Pryddeth' a effectué l'action suivante : Le Jugement d\'Eydis

'Le verdict' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wilhelm Nyström

avatar

▬ Contributions à l'histoire : 742

MessageSujet: Re: L'Adresse Équestre   Ven 10 Fév - 20:28

    Tout ceci l’avait un peu déconcerté. Disons que les légers applaudissements et les rires d’enfant qu’il pouvait entendre durant ses spectacles de fauconneries n’était rien en comparaison des vivats et éclats de voix qu’on pouvait entendre ici même durant cette épreuve. Cela l’avait déjà déconcentré auparavant, pendant l’épreuve des javelots, et il redoutait de l’effet désastreux que cela pourrait avoir sur la voltige et pour ses prochains contacts. Car après l’honneur des rôdeurs, l’idée d’une récompense et le plaisir de la compétition, il avait aussi en tête de faire sa propre publicité auprès des singuliers pour trouver du travail. Certes, le bouche à oreille était une excellente méthode dans le monde des baroudeurs, mais un petit coup de pouce était toujours le bienvenue. Avec sa dernière prestation au bétail, il était sûr de faire un peu parler de lui, mais la voltige était toujours le plus impressionnant. Profitant au même titre que ses consœurs des rafraichissements offerts par le roi, Wilhelm ne manqua pas de nourrir sa jument qui avait l’air de bien s’amuser et d’être d’excellente humeur. On aurait presque l’impression qu’elle adorait la foule et qu’elle était fière de sa prestation. Connaissant le caractère princier d’Eliora, ça n’étonnait guère son cavalier, et il était satisfait de la voir dans cet état malgré ses craintes de la voir se blesser.

    Si la voltige était une épreuve qui le passionnait, il savait que face à deux femmes, il n’avait guère de chance de briller. Sa jument était un petit bijou, mais il n’était ni gracieux ni élégant. Agile et fort, oui ça il l’était, et c’était bien là sa seule chance de briller pendant l’épreuve. Aislin prit du temps pour se montrer sous son meilleur jour, et Wilhelm se retient de lui dire que c’était totalement superflu. Il trouvait que la rôdeuse était une belle femme loin d’être fanée et elle n’avait guère besoin d’autant d’apparat. De son côté, il s’occupa plus en détail de son cheval, la brossant et vérifiant tout son équipement pour éviter un malheureux accident. Tout s’était passé à merveille depuis le début de l’épreuve et le rôdeur tenait à ce que cela continue de cette manière. Juste une petite épreuve, juste quelques figures et c’était terminé. Le plus gros était bien derrière lui.

    Il avait profité du début du passage d’Aislin pour changer rapidement de chemise avant d’observer le reste de la compétition. Son aînée fit un brillant passage bien que la fin vint malheureusement un peu noircir le tableau. Mais elle avait l’air d’en avoir parfaitement cure, et semblait plus heureuse et épanouie que j’avais. Le rôdeur se demanda un instant si c’était à cause de l’adrénaline, ou si faire de la voltige la plongée dans cet état de béatitude. Il n’eut guère l’occasion de se poser plus longtemps la question car déjà son amie d’enfance faisait son entrée sur le terrain. Une belle performance, bien qu’un peu trop courte, le fait qu’elle ait du avorté sa dernière figure n’échappa pas vraiment à son ami. Voyant qu’il avait du fil à retordre pour espérer briller après ses deux camarades, il s’échauffa une ultime fois les épaules et les jambes avant de s’avancer avec Eliora.

    Pour prendre un peu de cours l’assemblée, il s’arriva pas sur la selle de sa jument, mais elle avança toute seule dans un petit trot, le temps pour son maitre de sauter et d’atterrir à genoux sur sa croupe en guise de première figure. Il se força à ne faire aucune attention à la foule pour se concentrer au maximum sur le reste de la compétition. Il banda tous ses muscles et les fit rouler sous sa peau cuivrée pour faire une roulade avant suivie d’un arbre droit. Quelques secondes, tout au plus, sentant qu’il était sur le point de flancher son équilibre fragile. Le souffle court, il se rassit sur sa selle quelques instant avant d’entreprendre de se mettre debout sur son cheval. La figure la plus simple pour lui, elle lui avait été bien utile plusieurs fois dans divers missions. Sa concentration au maximum et le cœur battant à tout rompre dans sa poitrine, il entreprit son final : faire balancer son corps entièrement vers l’avant du côté droit de son cheval, et dans un mouvement de balancier, passer du côté gauche, pour revenir parfaitement sur sa selle.

    Spoiler:
     

    Manque de confiance en ses capacités, déconcentration, ou tout simplement mauvaise maitrise, le rôdeur est forcé de revenir sur sa selle sans avoir pu terminer son final. C’est juste maintenant qu’il refait attention à la foule qui semble néanmoins avoir apprécié le spectacle. Soulagé que tout soit terminé sans incident, il offrit un sourire sincère et heureux à l’assemblé en saluant le public et la tribune royale. C’est à ce moment-là que le visage d’une jeune femme apparut dans son champ de vision. Certain de l’avoir déjà vu, il n’y fit pas plus attention et se dirigea vers ses consœurs à coup de grand galop. Dès qu’il eut le pied à terre, dans un geste d’affection fraternelle qui lui ressemblait bien, il s'approcha des deux femmes pour les prendre dans ses puissants bras. Il avait toujours été peu doué avec les mots, ce geste était la meilleur façon qu'il avait de les féliciter.


_________________
For all those who would hurt you: I wish I could have taken this blow for you. For all those who hurt you: I wish it had been my blood instead of you.
Let the tide turn, let oceans shift. Wolf-mother, rise avenge my love. Let the new era of vengeance begin. My angel is fallen, my kindness is lost.


Dernière édition par Wilhelm Nyström le Ven 10 Fév - 20:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eydis

avatar

▬ Contributions à l'histoire : 424

MessageSujet: Re: L'Adresse Équestre   Ven 10 Fév - 20:28

Le membre 'Wilhelm Nyström' a effectué l'action suivante : Le Jugement d\'Eydis

'Le verdict' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arsenios Hardansson

avatar

▬ Contributions à l'histoire : 135

MessageSujet: Re: L'Adresse Équestre   Dim 12 Fév - 22:59

Arsenios offrit un nouveau sourire à Jullanar. Si cette dernière ne semblait pas suffisamment à l'aise pour se lancer dans une folle discussion, le souverain pouvait, au moins, apprécier la maitrise de sa voix lors de ses réponses. Il ne pouvait déterminer s'il l'impressionnait de par son titre ou si les échanges avec des inconnus n'entrait pas dans les habitudes de la magicienne. Quoiqu'il en soit, l'épreuve se poursuivit dans une atmosphère cordiale. La première concurrente s'élança et gratifia l'assistance d'un passage impeccable ou presque. Le roi apprécia de voir l'aisance avec laquelle elle évoluait de concert avec sa monture. Leur complicité était palpable et c'est avec un plaisir non feint que chacun accueillit leur réussite, sans se préoccuper du petit accroc final. Précédemment, Jullanar avait accueillit le savoir-faire de la femme avec un plaisir manifeste et tandis qu'il guettait discrètement la réaction de sa compagne spectatrice, le souverain de Lanriel se demanda s'il n'existait pas entre elles une amitié.


Naturellement la sage à ses côtés ne manquait pas de féliciter les autres candidats mais en comparaison, on distinguait un peu moins de chaleur. Il nota cette information dans un coin de son esprit et reporta son attention sur la suite de la démonstration. L'autre rôdeuse s'élança et Arsenios suivit avec intérêt l'exécution de ses figures. Il était fou de penser que le roi éprouvait une certaine préférence pour la jeune femme mais son bon caractère l'avait séduit. Aucun participant ne semblait prendre l'épreuve trop à cœur et il était heureux de constater que les chevaux ne souffraient pas des échecs de leurs maitres. Les rôdeurs paradaient mais sans excès. Cette modestie naturelle ne manquait pas d'étrangeté au sein de Cathairfàl. Avec dépit, il vit la dernière figure échappée à l'extravertie et rejoignit toutefois les applaudissement du spectateur.

Niethen semblait avoir totalement quitté la scène et c'est donc le dernier rôdeur qui paracheva l'épreuve. En comparaison de ses deux prédécesseurs, l'homme ne partait pas avec une charpente avantageuse. Son corps tout en muscles le présageait davantage comme une force brute qu'un agile acrobate. Toutefois, le spectacle ne manqua pas de surprendre le blasonné. Ses gestes étaient moins souples que ceux de ses amies mais il avait un véritable talent pour mettre en valeur ses mouvements gymnastiques. Son final, malheureusement, manqua de précision mais l'ensemble méritait les clameurs qui suivirent son tour de piste. Nul n'était parvenu à achever correctement sa prestation mais la plupart des commentaires mirent cet état sur la fatigue accumulée lors des exercices précédents. La journée s'achevait. Il était temps de récompenser le gagnant et un héraut réclama le silence.

Dignement, Arsenios se leva et remercia chacun, d'une voix forte et claire, d'avoir participé à ce nouvel hommage. Il offrit son bras à Jullanar et lui enjoignit d'un regard courtois de l'escorter. Ensemble, ils descendirent dans l'arène face aux trois jeunes gens alignés, un page sur leurs talons. Le serviteur se tenait droit et solennel, un coffret d'ébène posé sur un coussin de velours pourpre entre les mains. Arsenios lui fit signe de s'avancer. Il s'exécuta prestement. Le roi adressa un sourire ravi à son public et énonça le discours de circonstance.

« -  En ce jour d'été de l'an 30, moi, Arsenios Hardansson, souverain légitime de Lanriel et serviteur dévoué d'Eydis déclare Aislin Basmath victorieuse de cette épreuve. Veuillez avancer d'un pas, je vous prie. »


Il pivota gracieusement et souleva le couvercle de bois qui cachait un magnifique étalon fait d'or. Le trophée n'excédait pas les quinze centimètres mais sa revente était une somme non négligeable. Arsenios hocha la tête de satisfaction face à la facture et s'écarta. Son regard tomba sur Jullanar qu'il étudia avec minutie. L'honneur relevait aux dames. En l'absence d'Octavia ou d'Izhélindë, il voyait en la magicienne la candidate et lui témoignait ainsi sa considération. Quand l'échange fut fait, le roi salua son invitée et les cavaliers puis s'en fut aussi pompeusement qu'il était apparu.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'Adresse Équestre   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'Adresse Équestre
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» adresse offroad wiltz
» Adresse GPS pour le prochain croos de la VBM
» Adresse du club, modalité etc....
» [Ok] Une même adresse e-mail pour tous mes comptes
» Adresse MSN

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Echo des Plaines : Chapitre VII ▬ Le Retour d'Inasmir :: HORS JEU :: Vous serez tous pendus ! :: Miroir aux souvenirs-
Sauter vers: