AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 SORCIERS « Moi, je t'offrirai des perles de pluie, venues de pays, où il ne pleut pas ... » [2/3]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Citation : Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Donec egestas laoreet ipsum in iaculis. Morbi vestibulum ex ut magna pulvinar molestie. Aenean eu est imperdiet, volutpat libero efficitur, ullamcorper tellus. Integer sed euismod libero. Nulla augue mauris, ultrices ac nisi sit amet, tincidunt dignissim est. Donec quis condimentum erat, vel consequat ipsum. In sed condimentum enim. Maecenas sollicitudin iaculis lectus. Proin quis enim metus.

▬ Contributions à l'histoire : 270


Inasmir

Citation : Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Donec egestas laoreet ipsum in iaculis. Morbi vestibulum ex ut magna pulvinar molestie. Aenean eu est imperdiet, volutpat libero efficitur, ullamcorper tellus. Integer sed euismod libero. Nulla augue mauris, ultrices ac nisi sit amet, tincidunt dignissim est. Donec quis condimentum erat, vel consequat ipsum. In sed condimentum enim. Maecenas sollicitudin iaculis lectus. Proin quis enim metus.

▬ Contributions à l'histoire : 270

MessageFeuille de route
MessageSujet: SORCIERS « Moi, je t'offrirai des perles de pluie, venues de pays, où il ne pleut pas ... » [2/3]   Lun 27 Sep 2010, 13:20


LES SORCIERS

« moi, je t'offrirai des perles de pluie, venues de pays, où il ne pleut pas ... »


Oyez, oyez braves gens ici sont rassemblés portraits de grands héros et héroïnes auxquels Eydis dans sa grande bonté a donné le nom de sorciers. Veillez à leur porter l'attention qu'ils méritent, l'un d'entre eux aura peut-être l'heur de vous convenir et peut-être souhaiterez-vous emprunter son identité pour écrire l'histoire de Lanriel.



Légende  :
libre
réservé
pris


Dernière édition par Inasmir le Dim 01 Déc 2013, 11:45, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Citation : Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Donec egestas laoreet ipsum in iaculis. Morbi vestibulum ex ut magna pulvinar molestie. Aenean eu est imperdiet, volutpat libero efficitur, ullamcorper tellus. Integer sed euismod libero. Nulla augue mauris, ultrices ac nisi sit amet, tincidunt dignissim est. Donec quis condimentum erat, vel consequat ipsum. In sed condimentum enim. Maecenas sollicitudin iaculis lectus. Proin quis enim metus.

▬ Contributions à l'histoire : 270


Inasmir

Citation : Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Donec egestas laoreet ipsum in iaculis. Morbi vestibulum ex ut magna pulvinar molestie. Aenean eu est imperdiet, volutpat libero efficitur, ullamcorper tellus. Integer sed euismod libero. Nulla augue mauris, ultrices ac nisi sit amet, tincidunt dignissim est. Donec quis condimentum erat, vel consequat ipsum. In sed condimentum enim. Maecenas sollicitudin iaculis lectus. Proin quis enim metus.

▬ Contributions à l'histoire : 270

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: SORCIERS « Moi, je t'offrirai des perles de pluie, venues de pays, où il ne pleut pas ... » [2/3]   Mar 12 Oct 2010, 08:09

Madwyn Dinaflet



(c) Assow

▬ Par le nom que je porte, Madwyn Dinaflet
▬ Par mon lieu de naissance, à Vieilleville dans la Riocht Na Elves
▬ Mon âge, vingt-cinq ans
▬ La personne que je suis, un sorcier du deuxième ordre.
▬ Et les responsabilités qui vont avec : je dispose des pouvoirs Messager d'Eydis, Invisibilité Majeure et Télékinésie Majeure
▬ J'ai voué ma loyauté indéfectible à moi-même et à ma quête de pouvoir.
▬ Miroir, mon beau miroir Gaspard Ulliel
Tout ce qui est passé est passé

histoire et caractère

Être sorcier et fils de sorcier force l'admiration. Pourtant pour Madwyn, être sorcier du deuxième ordre est une honte, un revers qui lui a été infligée. Il porte son appartenance comme d'autres porteraient une maladie honteuse. Son père était un sorcier du premier ordre et du plus loin qu'il se souvienne, Madwyn a toujours rêvé d'avoir ses yeux dorés et ses pouvoirs presques illimités.La faute, il l'a rejetée sur sa mère, une Singulière morte en couches qui en plus de n'avoir même pas été présente, l'a privé de son héritage légitimie. Son père l'a pourtant élevé dans l'amour et n'a jamais montré le moindre mépris vis à vis de son statut. Il s'estimait même très fier de tout ce que son fils réussissait. Mais ce n'était pas assez. Ce n'était jamais assez. L'influence de son seul parent en vie aurait peut-être pu enrayer cette ambition dévorante mais il trouva la mort, foudroyé par l'épidémie qui emporta une grande partie de la population, laissant son fils grandi seul dans le Sanctuaire des Mages, entouré de personnes qui n'arrivait pas à s'occuper de lui, dépassés qu'ils étaient par les conséquence de la guerre et de la maladie. Madwyn grandit donc seul ou presque, alimentant rage et rancune à  l'égard de sa naissance, de sa mère, de son père qui malgré tous ses pouvoirs n'avait pu se soigner, de ses professeurs qui essayaient de lui faire comprendre que le fait qu'il appartienne au deuxième ordre n'était pas une honte mais un honneur et qu'il appartenait à un petit groupe de privilégié.

À l'adolescence, il commença à changer comprenant que se montrer sous sa vraie nature ne faisait qu'alimenter les soupçons de ses pairs à son égard, sentant sur lui des regards observateurs et soucieux qui contrôlaient presque chacun de ses faits et gestes. Ce fut à cette époque que certains commencèrent à murmurer qu'un jeune homme si obsédé par une telle quête de puissance pourrait se montrer très dangereux et que si cette obsession ne se calmait pas il faudrait peut-être songer à des solutions plus radicales. Voulant préserver sa vie et son accès à des ouvrages traitant de sujets qui pouvaient l'aider à ses sortir de la fange, Madwyn prit le parti de modifier son comportement. Se montrant avenant, il se socialisa et découvrit qu'il n'était pas très compliqué de tromper son monde. Les jeunes filles paraissaient particulièreent enclines à croire ce qu'il disait et il se fit un devoir de découvrir jusqu'où le menait ses capacités de séducteurs. Le solitaire devint donc, au moins publiquement, un Don Juan amical et galant qui se faisait un devoir de se montrer adorable avec quiconque alors qu'à l'intérieur, sa fureur ne faisait que croître.

Il finit par découvrir à force de recherche, que malgré ou à cause de la crainte inspirée par Vorlun, après la Grande Guerre, personne n'avait osé franchir les portes de la forteresse de Mogaròr et que tout le savoir accumulé par les forces de "l'ennemi de Lanriel" s'y trouvait probablement encore. Dès lors, il annonça sa décision de quitter le Sanctuaire et de rallier la capitale, afin de découvrir le monde. Il s'y est installé et profite des bibliothèques royales pour continuer ses recherches tout en se préparant à se rendre dans la forteresse maudite autour de laquelle il a déjà fait quelques reconnaissances.

Les relations sont un miroir.



Anarya
Aislin Basmath – rôdeuse
Il a rencontré Aislin lorsqu'il s'est approché la première fois de la forteresse de Mogarór. Elle l'a d'abord menacé de son arc et il a bien cru qu'elle allait le tuer. Il aurait très bien pu la pulvériser mais il a préféré faire d'elle son allié plutôt que de risquer de s'attirer les foudres d'une communauté aussi soudée que les Rôdeurs. Il s'est fait passer pour un jeune sorcier en quête de réponse et soudain la jeune femme s'est transformée. Elle s'est montrée aimable, serviable et bien plus utile que la plupart des professeurs arrogants du Sanctuaire des Mages. Il revient la voir régulièrement, sachant qu'elle monte la garde près de la forteresse et désireux de la gagner à sa cause. Ce grand manipulateur est convaincu qu'en la séduisant, il pourra l'entraîner dans cette cité maudite et se débarrasser d'elle à ce moment-là.




Narcisse
Elandriel Leomis – sorcier
C'est en passant dans une rue de la capitale que le jeune sorcier a entendu le son du piano d'Elandriel. Etant capable de reconnaître ses semblables, il a senti les vibrations de la magie qui sont traditionnellement celles des mages que l'on a pas éduqué. Il sait que ces individus ignorants sont vulnérables car ils sentent les symptômes caractéristiques de la magie sans pouvoir y remédier. Parfois, certains en meurent. Il a fait des pieds et des mains pour rencontrer la jeune musicienne dans le but de lui faire prendre conscience progressivement de ses pouvoirs, d'entrer dans ses bonnes grâces et de faire d'elle une de ses alliés les plus puissantes dans sa quête de puissance.




thefixedfoot @ lj
Caïn Aurèle Leomis – singulier
Caïn est une pierre dans le jardin de Madwyn. Une pierre impressionnante au vu de l'influence que le jeune singulier a sur sa sœur, une sorcière qui s'ignore et sur laquelle Madwyn a fondé de grandes espérances. Le jeune armurier n'a de cesse de lui mettre des bâtons dans les roues et de l'empêcher d'accéder à la jeune femme, allant jusqu'à le menacer parfois physiquement. Avec lui, le sorcier est sur une corde raide mais il a décidé de se montrer poli et sympathique, de se faire passer pour une victime de la paranoïa de Caïn, sachant qu'un jour il lui fera payer son comportement très cher.




ayyur @ LJ
Esendril Maronmeth – devin
Esendril est une véritable énigme. Et sans doute la seule personne qui en ce bas-monde ait fait quelque chose de complètement désintéressé pour Madwyn en lui sauvant la vie. Le jeune sorcier se trouvait dans les rues de la capitale peu de temps après son arrivée et y déambulait tranquillement lorsque quelqu'un l'attrapa par le col pour le tirer violemment en arrière. Surpris de se voir agresser en plein jour et de manière aussi stupide, le jeune homme s’apprêtait à répliquer lorsqu'une poutre vint s'écraser à la place qu'il occupait peu de temps auparavant. Il réalisa alors que cet inconnu venait de lui sauver la vie sans la moindre raison et y avait risqué sa propre peau. Depuis cette aventure, ils sont devenus amis et l'influence bénéfique d'Esendril sur le sorcier arrive parfois à lui faire oublier sa soif de pouvoir un moment.


Dernière édition par Inasmir le Dim 01 Déc 2013, 11:44, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Citation : Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Donec egestas laoreet ipsum in iaculis. Morbi vestibulum ex ut magna pulvinar molestie. Aenean eu est imperdiet, volutpat libero efficitur, ullamcorper tellus. Integer sed euismod libero. Nulla augue mauris, ultrices ac nisi sit amet, tincidunt dignissim est. Donec quis condimentum erat, vel consequat ipsum. In sed condimentum enim. Maecenas sollicitudin iaculis lectus. Proin quis enim metus.

▬ Contributions à l'histoire : 270


Inasmir

Citation : Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Donec egestas laoreet ipsum in iaculis. Morbi vestibulum ex ut magna pulvinar molestie. Aenean eu est imperdiet, volutpat libero efficitur, ullamcorper tellus. Integer sed euismod libero. Nulla augue mauris, ultrices ac nisi sit amet, tincidunt dignissim est. Donec quis condimentum erat, vel consequat ipsum. In sed condimentum enim. Maecenas sollicitudin iaculis lectus. Proin quis enim metus.

▬ Contributions à l'histoire : 270

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: SORCIERS « Moi, je t'offrirai des perles de pluie, venues de pays, où il ne pleut pas ... » [2/3]   Mar 12 Oct 2010, 08:09

Elandriel Leomis



(c) Cristalline

▬ Par le nom que je porte, Elandriel Leomis
▬ Par mon lieu de naissance, les ruelles sombres de Dinas Uchel.
▬ Mon âge, vingt ans.
▬ La personne que je suis, une sorcière du troisième ordre.
▬ Et les responsabilités qui vont avec : aucune, je ne travaille pas, sur interdiction de mon frère. Un avenir de musicienne m'attend peut-être...
▬ J'ai voué ma loyauté indéfectible à mon frère.
▬ Miroir, mon beau miroir Tamzin Merchant.
Tout ce qui est passé est passé

histoire et caractère


Elandriel n'a pas connu une vie simple, malgré les apparences. Née à Dinas Uchel, à quelques pas des belles demeures appartenant aux Blasonnés, c'est pourtant le dénuement le plus total qu'Elandriel a connu la plus grande partie de sa vie. Orpheline de père, sa mère passe son temps à travailler pour leur offrir, à elle et son frère aîné, mais cela ne suffit pas toujours, et Elandriel ne mangea pas toujours à sa faim. Très vite, elle vit son frère devoir travailler et renoncer à ses rêves pour que les choses s'arrangent pour eux. Et malgré leur pauvreté, ils arrivaient à avoir une vie heureuse. D'ailleurs, c'est durant l'enfance qu'elle découvrit la musique et plus précisément le piano, qu'elle se mit à apprendre avec acharnement.

Mais ce bonheur était, à l'image de leur situation, tout à fait précaire. Quand sa mère tomba malade, les rires se firent de plus en plus rare, et la joie tout autant. Son frère dut bientôt travailler encore plus qu'avant, et elle ne le vit plus autant qu'elle le voulait. Elle, elle passait le plus de temps qu'elle pouvait avec celle qui lui avait donné la vie: elle n'était qu'une adolescente, mais elle la voyait s'éteindre à petit feu, à mesure que sa santé déclinait et que la maladie s'empirait. Quand Eydis la rappela auprès d'elle, Elandriel fut effondrée des semaines durant: elle venait de perdre l'une des deux personnes les plus chères à ses yeux.

La deuxième, c'était son frère, devenu entre temps forgeron pour le compte du Roi. Elle l'avait toujours admiré, et s'était toujours sentie coupable de ne pas pouvoir en faire autant que lui pour les sortir de la misère. De constitution fragile, Elandriel était souvent malade et les efforts la fatiguaient rapidement. Elle semblait atteinte d'un mal dont nul n'avait jamais trouvé l'origine, et dont elle avait fini par accepter, comme s'il eut s'agit de la fatalité: elle était faible, voila tout. Elle refusa cependant de se laisser abattre et, après un long deuil, elle rejeta sa mélancolie comme un organisme rejette la maladie. C'est à ce moment qu'une idée germa dans la tête de la jeune femme: elle avait passé sa vie à s'exercer au piano, et elle s'avérait être plutôt bonne joueuse. Et puis, ils étaient nombreux, ceux qui vantaient son joli minois et ses belles manières. Peut-être pourrait-elle devenir musicienne, et vivre de sa passion ? Elle s'imaginait déjà riche, parée de ces belles robes que portaient les Blasonnées ...

Et elle aurait presque réussi si son état ne s'était pas aggravé. Elle était de plus en plus fatiguée, de plus en plus malade, de plus en plus à fleur de peau ... Et puis, il y avait tout ces évènements étranges, presque surnaturels qui arrivaient autour d'elle. Très vite, Elandriel se sentit happer par la maladie comme sa mère avant elle, et n'eut plus la foi de poursuivre son rêve. Son frère, très inquiet, pris la décision de s'occuper d'elle et de la faire intégrer à la cour, où elle pourrait exercer son talent et vivre à l'abri du besoin, mais malgré ses promesses et ses tentatives pour la rassurer, Elandriel savait que son forgeron de frère ne jouissait pas de toute l'influence qu'il aurait voulu pour parvenir à ses fins ...  Et puis, c'était à elle de se prendre en main. Elle ne pouvait pas se résigner comme l'avait fait sa mère ! Ce n'était pas digne d'elle ! Sa maladie devait bien avoir une origine, pas vrai ? On ne meurt pas sans raison, la Déesse n'était pas si cruelle !

Elandriel prit donc la décision de ne pas attendre que quelqu'un d'autre la sauve du funeste sort qui l'attendait. Bien décidée à remuer ciel et terre pour trouver l'origine du mal qui la ronge, la jeune femme s'apprête donc à partir à l'aventure, à la recherche de quiconque pourra l'aider. Comme réagira t-elle lorsqu'elleelle découvrira que, en réalité, ce n'est pas la maladie qui menace sa vie, mais la magie qui coule en elle et qui, ignorée depuis toujours, cherche à se révéler à la jeune femme ...



Les relations sont un miroir.



Insuline
Caïn Aurèle Leomis – singulier
Avec son frère, c'est une longue histoire qui n'est pas prête de s'arrêter. Ils ont traversé tant de mauvais coups durs ensemble qu'Elandriel a tout naturellement fini par reporter toute sa confiance sur Caïn. A ses côtés, elle a l'impression que rien ne peut lui arriver et qu'il sera toujours là pour elle, pour qu'elle ne manque de rien, et, plus le temps passe, plus elle rester persuadée qu'il ne la laissera jamais seule, quoi qu'il arrive, que le temps soit au beau fixe ou non. Malgré tout, si cette fidélité et cet amour valent chers au cœur de la jeune fille, elle aimerait toutefois que son frère la surprotège un peu moins et lui laisse un peu plus de liberté. Après tout, elle n'est plus une enfant et elle aspire à de grands projets.




gaspardicons @ LJ
Madwyn Dinaflet – sorcier
Il ne résultera peut-être rien de bon de cette relation entre les deux jeunes sorciers, mais Elandriel est bien trop naïve pour s'en apercevoir, pour ne serait-ce que douter de la bonne foi de Madwyn. Un jour, alors qu'elle jouait du piano chez elle, Madwyn est entré et s'est dit touché par sa musique. Depuis, elle se laisse manipuler par le bout du nez sans trop se poser de questions mais, toutefois, les choses ne sont sans doute pas aussi simples que ne l'avait escompté le sorcier : d'abord, il y a Caïn, le frère d'Elandriel qui fait tout pour l'empêcher de s'en approcher, et puis il y a Elandriel elle même qui, dans un moment de lucidité, s'est demandée en quoi Madwyn s'intéressait à elle, elle qui ne se trouve ni jolie, ni captivante. Elle veut bien croire qu'il aime sa musique mais commence de plus en plus à douter que ce soit là la seule raison.




white rabbit
Théoden Al-Sythens – dessinateur
Elandriel peine à le reconnaitre, mais, lorsqu'elle passa si près de Théoden dans une ruelle de Dinas Uchel qu'elle pût distinguer la couleur de ses prunelles et voir son visage se peindre de surprise, ce parfait inconnu lui fit, il faut bien le dire, un drôle d'effet, comme si elle l'avait déjà rencontré dans une autre vie. Chose totalement absurde sur laquelle elle tira un trait sitôt après y avoir pensé, pourtant, elle ne peut s'empêcher d'y repenser lorsqu'elle croise dans la cité quelqu'un qui ressemble au dessinateur. Qu'elle se rassure, leurs chemins finiront par s'entrecroiser à nouveau puisque Théoden est fermement décidé à la retrouver...




ayyur @ LJ
Niethen Evstand – singulier
Lorsqu'elle fit sa connaissance, ils étaient enfants et Niethen était avant tout chose le meilleur ami de son frère. Aussi loin qu'elle s'en souvienne, elle a toujours été amoureuse du jeune homme mais, aussi discrète qu'une souris, elle s'est toujours contentée d'apparitions furtives en sa présence et a pris grand soin de toujours garder ses sentiments secrets. Il était aimable avec elle, lui offrait quelques sourires, et cela lui suffisait amplement pour réchauffer son petit cœur. Cependant, quelques années plus tard, lorsque Niethen et Caïn se disputèrent, ce fut une immense désillusion pour Elandriel qui constata avec dépit que le soldat ne s'intéressait plus du tout à elle dès lors qu'elle n'était plus la sœur d'un ami. Résignée, elle oublie tout ça, ou croit avoir oublié mais, lorsque, par hasard, elle recroise un jour Niethen et qu'il s'arrête pour lui parler, un mince espoir renait des cendres. Ayant gagné plus en maturité en l'espace de quelques mois que toutes les années précédentes depuis sa naissance, elle se soumet à l'idée que ce qu'elle ressentait n'était rien d'autre qu'un amour de jeunesse, éphémère, qui depuis, s'est éteint. Mais que faire alors de cette petite voix, dans sa tête, qui ne cesse de lui susurrer mielleusement qu'elle n'est pas passée à autre chose ? Pauvre petite créature...


Dernière édition par Inasmir le Dim 01 Déc 2013, 11:44, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Citation : Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Donec egestas laoreet ipsum in iaculis. Morbi vestibulum ex ut magna pulvinar molestie. Aenean eu est imperdiet, volutpat libero efficitur, ullamcorper tellus. Integer sed euismod libero. Nulla augue mauris, ultrices ac nisi sit amet, tincidunt dignissim est. Donec quis condimentum erat, vel consequat ipsum. In sed condimentum enim. Maecenas sollicitudin iaculis lectus. Proin quis enim metus.

▬ Contributions à l'histoire : 270


Inasmir

Citation : Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Donec egestas laoreet ipsum in iaculis. Morbi vestibulum ex ut magna pulvinar molestie. Aenean eu est imperdiet, volutpat libero efficitur, ullamcorper tellus. Integer sed euismod libero. Nulla augue mauris, ultrices ac nisi sit amet, tincidunt dignissim est. Donec quis condimentum erat, vel consequat ipsum. In sed condimentum enim. Maecenas sollicitudin iaculis lectus. Proin quis enim metus.

▬ Contributions à l'histoire : 270

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: SORCIERS « Moi, je t'offrirai des perles de pluie, venues de pays, où il ne pleut pas ... » [2/3]   Sam 13 Nov 2010, 07:57

Riagán Duibhlinn



(c) Livia
▬ Par le nom que je porte, Riagán Duibhlinn
▬ Par mon lieu de naissance, Bairr Bán
▬ Mon âge, trente cinq ans.
▬ La personne que je suis, un sorcier du premier ordre, maîtrisant la télékinésie et la matérialisation .
▬ Et les responsabilités qui vont avec : sorcier-mercenaire membre de la Guildes des Chuchoteurs.
▬ J'ai voué ma loyauté indéfectible aux forces du mal pendant longtemps, et auxquelles je tente aujourd'hui d'échapper.
▬ Miroir, mon beau miroir Jonathan Rhys Meyer.
Tout ce qui est passé est passé

histoire et caractère

Lorsque Riagán montra ses premiers dons, ce fut la surprise générale. Ses parents, de simples paysans, voulurent montrer au reste du monde que même les indigents étaient capables d’engendrer un être exceptionnel. Selon eux, l'enfant était béni de la Déesse car personne n'avait jamais possédé quelque don magique que ce soit dans la famille, et c'était là la preuve du destin fabuleux qui l'attendait. Ainsi, l’enfant prodige avait tous les droits, souvent au dépend de ses trois frères et deux sœurs, qui eux devaient travailler à la ferme. Difficile ne de pas avoir un égo démesuré avec une éducation pareille, et le jeune homme n’y échappa pas. Fier de ce qu’il était et sûr de sa magie tout comme de lui-même, rien ne semblait pouvoir l’arrêter, ni même le raisonner. Si bien qu’à l’aube de ses quatorze ans, Riagán quitta sa famille, et son petit village natal pour accomplir un destin bien plus glorieux, ou tout au moins, c’était ce qu’il croyait.

Rejoignant le Sanctuaire des Mages d'Assur, haut lieu de formation, on lui « diagnostiqua » un potentiel magique extraordinaire, qui l'autoriserait sans doute, une fois sa formation terminée, à rejoindre la poignée de Sorciers appartenant au Premier Ordre. Autant dire que cette nouvelle ne fit rien pour réduire son trop plein d'orgueil, et qu'il devint plus prétentieux encore qu'auparavant. Cette arrogance ne l'aida pas vraiment à fraterniser avec ceux qui étudiaient la magie en même temps que lui. Peu à peu, il se mit à chérir la solitude plus que de raison, se coupant peu à peu du reste du monde. Cela fonctionna bien, au début mais, au fur et à mesure qu'il s'engouffrait dans un monde où il n'y avait que lui et sa magie, il sentait peu à peu la tristesse et folie s'instiller en lui. Quand il quitta le Sanctuaire pour partir à la recherche de son Catalyseur, il crut même craquer complètement.

C'était sans compter sa rencontre avec celle qui changea sa vie. Il la croisa au hasard des ruelles d'Assur, celle qu'il aima tant: Yshorëa. Elle sut passer outre sa carapace et son mauvais tempérament. Il tenta bien de la rejeter mais rien y fait. Les deux jeunes tombèrent fous amoureux l'un de l'autre, et ils ne se quittèrent plus. Ils voyagèrent ensemble aux quatre coins du pays, le Sorcier offrant ses services pour offrir monts et merveilles à sa dulcinée. Malheureusement, la vie reprend parfois aussi vite qu'elle ne donne. Un jour, Yshorëa tomba gravement malade, et ni les druides, ni les sorciers, ni les guérisseurs singuliers ne surent jamais dire pourquoi, ni comment la soigner. Riagán n'eut d'autre choix que de regarder s'éteindre à petit feu celle qu'il avait tant aimé, jusqu'à ce qu'elle rende son dernier souffle, dans ses bras. Le jeune homme crut mourir de rage: n'était-il pas l'un des plus puissants mage du Royaume ? Comment pouvait-il rester impuissant face à cette injustice ? Lui, le grand et puissant Sorcier, allait réparer ce qu'il pensait être une erreur, il allait reprendre celle qui était à lui ! Mais aucun sort traditionnel ne pouvait rendre la vie à ce qui l'avait perdu. Il dut alors se plonger dans d'anciennes et sombres magies que seuls de rares initiés connaissent. Il s'engouffra dans des abysses bien plus profondes que celles qu'il avait connu auparavant ...

Il sombra et il ne parvint jamais à ramener celle qu'il avait tant aimé. Il s'était cru assez fort pour résister, mais ce ne fut évidemment pas le cas. La magie noire s'empara de lui et l'asservit. Riagán commit nombre d'atrocités, simplement par pure cruauté, englouti qu'il était par le sentiment de puissance qui l'avait submergé. Cette période de sa vie dura un an ou deux, peut être trois. Mais même au fin fond des ténèbres les plus sombres il arrive qu'un rayon de lumière vous fasse retrouver la vue. Peu à peu, il parvint à combattre la noirceur qui s'était emparé de son cœur et à s'en débarrasser même, si encore aujourd'hui, il sait qu'en lui sommeille toujours une petite part de ténèbres capable de ressurgir à tout moment.

Les relations sont un miroir.



anarya_snow @ LJ
Nevaëh Ármannsson – messagère de l'Oracle
Riagán n’est nul autre que le sorcier ayant recueillie Nevaëh lorsqu'elle prit la fuite. C'est ce qu'il croit du moins, car la jeune femme est, en réalité, chargée par la Pythie de surveiller le Sorcier pour l'empêcher de retourner à ses vieux démons. Toujours est-il qu'entre eux est apparut une relation étrange. En la présence de Nevaëh, le sorcier fait un peu tomber sa carapace et son air sévère, tandis qu'elle s'avère beaucoup plus docile lorsqu'elle est avec lui, Riagan s'avérant être le seul à avoir un peu d'autorité sur elle. Difficile de dire si le lien qui les unit est amical, fraternel, ou si les deux n'éprouvent pas des sentiments un peu plus fort que ça. Quoiqu'il en soit, ils voyagent régulièrement ensemble, Riagán emmenant la jeune femme partout dans ses déplacements, et elle le suivant pour le surveiller.




dragonflywings @ LJ
Áedán Kinnaird – druide
Les deux hommes se sont déjà affrontés par le passé, lorsque Riagán était encore sous l'emprise de la magie noire qu'il avait libéré. Alors qu'il tyrannisait un village, le Sorcier tomba sur un os en la personne d'Áedán. Le druide s'opposa en effet à lui, et s'il fut grièvement blessé au cours de l’affrontement , il poussa le Mage à prendre la fuite. Les deux hommes se jurèrent alors de se retrouver un jour pour reprendre le combat là où ils l'avaient laissé. Si, aujourd'hui, la rancœur de Riagán n'a plus lieue d'être, celle d'Áedán est toujours bien vivace, et le Sorcier sait que son vieil ennemi est toujours sur ses traces. Ce ne serait pas un problème si Nevaëh n'avait pas récemment fait la rencontre du druide, qu'elle semble apprécié , en plus de ça ! Jaloux, lui ? Certainement pas ! Enfin ...    




graphixed_art @ LJ
Rose V. Duvall – singulière
Il y a quelques mois, Riagán fut contacté par un mystérieux inconnu qui lui proposa de rejoindre une organisation répondant au nom de « Guilde des Chuchoteurs ». Le sorcier comprit rapidement de quoi il s'agissait, et finit par accepter de mettre son don à louer. C'est par l'intermédiaire de la Guilde qu'il se retrouva au service de Rose V. Duval, épouse du Maître de la Corporation des Artisans. Cette femme de pouvoir et d'influence avait besoin de la science d'un sorcier pour régler certaines de ses affaires et, la paye étant conséquente, Riagán accepta volontiers. Le problème, c'est que, si Riagán n'a jamais eu de scrupules à user de ses dons à plus ou moins mauvais escient, il s'est juré de ne pas retomber dans ses anciens travers, et préfère aujourd'hui utiliser sa magie avec parcimonie. La rentière, elle, paye pour un sorcier, et elle entend bien que celui-ci règle ses problèmes par la magie et pas autrement ! Le courant est donc tendu entre l'employeur et son employé, tout deux campant sur ses positions. Jusqu'où se supporteront-ils ?




Sunlight
Tanith Ruane – Héritière
Jolie fille que Tanith avec ses yeux de biche et son air innocent auquel on donnerait Eydis sans confession. Raison de plus pour s'en méfier. Elle maîtrise étonnamment bien ses pouvoirs pour une sorcière qui se prétend si ignorante et l'aisance avec laquelle elle assouplit sa morale sur certaines choses ont réveillé la méfiance de  Riagán. Sans parler de ses fréquentations dont il n'a eu qu'un aperçu que par de brèves remarques. Il a essayé de mener sa petite enquête mais personne ne semble savoir d'où elle vient ni où elle a acquis sa magie. À vrai dire, personne ne semble savoir qui elle est. Pour autant, elle semble rechercher autant sa compagnie en tant que sorcier que les leçons qu'il peut lui apporter. Depuis le Procès de la Sorcière, il sait néanmoins à quoi s'en tenir. Malheureusement, il sait qu'il a éveillé la curiosité de la jeune femme et, s'il ne sait pas comment cela est possible, il est persuadé qu'elle connaît son secret. Riagán ne peut cependant pas prendre le risque de s'approcher trop près de l'Héritière, sous peine de voir ses vieux démons ressurgir à son contact.


Dernière édition par Inasmir le Dim 01 Déc 2013, 11:40, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Citation : Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Donec egestas laoreet ipsum in iaculis. Morbi vestibulum ex ut magna pulvinar molestie. Aenean eu est imperdiet, volutpat libero efficitur, ullamcorper tellus. Integer sed euismod libero. Nulla augue mauris, ultrices ac nisi sit amet, tincidunt dignissim est. Donec quis condimentum erat, vel consequat ipsum. In sed condimentum enim. Maecenas sollicitudin iaculis lectus. Proin quis enim metus.

▬ Contributions à l'histoire : 270


Inasmir

Citation : Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Donec egestas laoreet ipsum in iaculis. Morbi vestibulum ex ut magna pulvinar molestie. Aenean eu est imperdiet, volutpat libero efficitur, ullamcorper tellus. Integer sed euismod libero. Nulla augue mauris, ultrices ac nisi sit amet, tincidunt dignissim est. Donec quis condimentum erat, vel consequat ipsum. In sed condimentum enim. Maecenas sollicitudin iaculis lectus. Proin quis enim metus.

▬ Contributions à l'histoire : 270

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: SORCIERS « Moi, je t'offrirai des perles de pluie, venues de pays, où il ne pleut pas ... » [2/3]   Dim 01 Déc 2013, 11:29

Elaswen Tagarad




(c) Narcisse
▬ Par le nom que je porte, Elaswen Tagarad
▬ Par mon lieu de naissance, dans un petit village du nom de Hautbord, près de Nobleterre.
▬ Mon âge, dix-huit ans.
▬ La personne que je suis, une Sorcière du Second Ordre.
▬ Et les responsabilités qui vont avec : pour le moment, elle propose ses services contre quelques pièces. Mais son ambition est bien plus grande ...
▬ J'ai voué ma loyauté indéfectible à la déesse Eydis, et à l'incroyable destinée que celle-ci lui réserve.
▬ Miroir, mon beau miroir Emma Watson
Tout ce qui est passé est passé

histoire et caractère

Il n'a jamais été aisé de dire quelle destinée attendait Elaswen, tant de chemins ayant été tracés pour elle durant son enfance. Avant sa naissance, sa mère était une guérisseuse très respectée au sein du village et ce, malgré son jeune âge. Néanmoins, tombée enceinte à dix-sept ans lors d'une fête traditionnelle, elle fut contrainte d'épouser le père de son enfant, un garçon qu'elle connaissait à peine. Cet évènement entacha sa réputation, elle qu'on avait toujours pensé sage et posée. Sa fille fut élevée avec un amour poli, mais loin d'être pleinement satisfaisant. Dès son plus jeune âge, Elaswen fut initiée à l'art de la guérison, dans le but de continuer l'œuvre de sa mère. Son père, loin d'être d'accord avec ce choix de vie, fit tout ce qu'il put pour que Elaswen devienne une femme cultivée, lui payant cours de lecture et d'écriture quitte à s'en trouer la bourse. A sept ans, l'enfant était déjà partagée entre le désir d'avenir de sa mère, devenir guérisseuse, et celui de son père, accéder à une place importante dans le monde. Elle ne parvint jamais à choisir l'une de ces voies, ayant toujours pensé qu'elle était la seule à savoir ce qui était le mieux.

C'est vers l'âge de onze ans que ses pouvoirs lui apparurent. Ses parents, un peu désemparé face à la particularité de leur fille, décidèrent de l'envoyer habiter au sein d'une communauté de Sorciers. Parmi eux, elle apprit à contrôler ses pouvoirs, et reçut une éducation. Très vite, on s'aperçut des talents de la jeune fille, aussi bien magiques qu’intellectuels. En effet, outre ses dons de Bénédiction et de Matérialisation, Elaswen démontra très vite une réelle vivacité d'esprit et une force de caractère rare. De plus, elle était aussi un leader en puissance qui savait mener ses camarades à la baguette, malgré qu'elle ait parfois plusieurs années de moins qu'eux. Difficile de dire si cette pensée était présente avant ou si elle s'en vint avec l'apprentissage mais, quand Elaswen termina ses études, elle était persuadée de savoir mieux que quiconque ce dont le monde avait besoin.

Dès lors, elle fut obnubilée par cette pensée: elle avait un grand rôle à jouer sur les évènements à venir en Lanriel. Élevée depuis toujours dans le respect et l'amour d'Eydis, elle fut bientôt certaine de voir la volonté d'Eydis dans le ciel, et les  chemins qu'elle emprunte sont depuis dictés par les étoiles. Si elle n'avait jamais eu jusque là une idée bien précise de ce que la Déesse-Mère pouvait bien attendre d'elle, sa récente rencontre avec des Héritiers s'en prenant à des fidèles d'Eydis l'a convaincu du rôle qu'elle avait jouer: elle serait la Championne d'Eydis, son bras vengeur. Mais Elaswen n'est pas folle, elle sait qu'elle ne peut agir seule. Son idée ? Réunir d'autres fidèles d'Eydis autour d'elle, pour combattre le feu par le feu. Son rêve ? Fonder un ordre combattant qui protégerait le Culte d'Eydis de ces dangereux hérétiques. Un peu aveuglée par sa quête, Elaswen en oublie un peu le monde qui l'entoure et ses intérêts. Elle est capable de faire le bien, comme le mal et dans les deux cas, elle sera certaine d'avoir raison. Car Elaswen est une fille têtue, intelligente et beaucoup trop narcissique pour son bien. Certaine d'exercer la volonté de la Déesse elle même, Elaswen serait prête à tout, y compris à tuer. Elle n'a que dix-huit ans, mais elle est loin d'être une simple enfant...

Les relations sont un miroir.



psychozee @ Bazzart
Ezephine Bassey - Singulière
Ezephine occupe une place particulière dans la mémoire d'Elaswen. Les deux jeunes femmes ont fait connaissance alors qu'elle n'étaient que des enfants. A l'époque, le précepteur d'Elaswen, un Sorcier réputé, fut amené à résider à la cour de Cathairfal quelques semaines pour rendre service au Roi. Les deux fillettes se rencontrèrent alors, et une amitié naquit peu à peu au fil des discussions que l'on aurait pu croire sorties de la bouche d'adultes. Les deux comparses refaisaient le monde, et parlaient de leurs vies passées et à venir sans aucune réserve. Cela fait plusieurs années qu'Ezephine et elle ne sont pas croisées, mais elle espère aujourd'hui renouer avec elle et profiter du fait que la Blasonnée soit promise au fils du Roi pour obtenir de l'aide dans sa quête. A l'époque, Elaswen avait naturellement sut, comme à chaque fois, imposé une forme de domination légère dans son amitié avec Ezephine. Peut-être en sera t-il autrement cette fois ?




Narcisse
Sitara Uliviel - Augure d'Eydis /i]
Elaswen a rencontré Sitara alors que ces pérégrinations la menait à Assur. Sitara était là dès son arrivée, lui révélant qu'elle avait prévue sa venue. Dans un premier temps, Elaswen n'en crut pas un mot, mais un simple contact physique avec Sitara permit à cette dernière de lui en dire tellement sur la Sorcière que celle-ci finit par y voir la volonté d'Eydis. Sans lui dévoiler sa nature d'Augure, Sitara conforta Elaswen dans sa quête et l'incita à persévérer. Ce qu'Elaswen ne sait pas, c'est que Sitara est chargée par la Pythie de la guider, mais aussi et surtout de la surveiller. Le fanatisme de la Sorcière peut être aussi bénéfique que dévastateur, et Sitara n'est pour l'instant pas persuadée qu'elle soit la bonne personne pour mener ce projet à bien ...






Narcisse
Tanith Ruane - Sorcière
Si Elaswen connaît Tanith, l'inverse n'est pas vrai. En effet, les deux Sorcières ne se sont jamais rencontrées. Pourtant, Elaswen fait tout pour qu'une rencontre ait lieu: comme tout Lanriel ou presque, la jeune femme sait que Tanith est une Héritière. Depuis, elle n'a qu'une idée en tête: la retrouver pour en apprendre plus sur cette hérésie qu'est le Culte de Mynkor. Intimement persuadée que cela l'aidera à combattre ses partisans, Elaswen ne sait pas encore qu'elle sort elle réservera à la sorcière déchue si elle la retrouve ... La tuer peut-être ? Une telle cible pour un premier fait d'arme suffirait sans doute à convaincre nombres de combattants de se joindre à elle ...  
[i]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: SORCIERS « Moi, je t'offrirai des perles de pluie, venues de pays, où il ne pleut pas ... » [2/3]   

Revenir en haut Aller en bas
 

SORCIERS « Moi, je t'offrirai des perles de pluie, venues de pays, où il ne pleut pas ... » [2/3]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Echo des Plaines : Chapitre VII ▬ Le Retour d'Inasmir :: GESTION DES PERSONNAGES :: La Galerie des portraits-