Echo des Plaines : Chapitre VII ▬ Le Retour d'Inasmir


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Donnel Armanssun ▬ Les vrais amis t’aiment pour ce que tu es et non pource qu'ils veulent que tu sois.

Aller en bas 
AuteurMessage
Donnel Armanssun

Donnel Armanssun

▬ Contributions à l'histoire : 87

Donnel Armanssun ▬ Les vrais amis t’aiment pour ce que tu es et non pource qu'ils veulent que tu sois. Empty
MessageSujet: Donnel Armanssun ▬ Les vrais amis t’aiment pour ce que tu es et non pource qu'ils veulent que tu sois.   Donnel Armanssun ▬ Les vrais amis t’aiment pour ce que tu es et non pource qu'ils veulent que tu sois. EmptyLun 11 Mar 2013, 00:04

Mon fils, toi que j'ai tant aimé...

Donnel Armanssun ▬ Les vrais amis t’aiment pour ce que tu es et non pource qu'ils veulent que tu sois. 646229obli
frightener


« tu sera bienvenu chez moi »

* La description ci-dessous n’est qu’un brèf résumé de l’histoire de Donnel Armanssun. Je vous conseille fortement de lire sa fiche de présentation ou sa chronologie.

[…] Ce druide est un danger pour toute notre communauté ! Il est scandaleux de constater que certains de nos confrères acceptent son initiative. Agresser ainsi ce groupe d’Héritiers isolés aurait pu nous attirer les foudres de leur chef en personne. Sans parler du risque encouru par les autres membres de cette petite compagnie stupide ! Donnel Armanssun devrait être jugé pour ce crime commis envers notre communauté. À mon humble avis cet exil n’est pas suffisant : il faut vaincre le mal par le mal. Surtout que depuis peu, on raconte qu’il se rapprocherai de notre Souverain. Comment est-il possible qu’une telle personne puisse convoiter le siège du chancelier ?
Ses fréquentations douteuses et sa consommation d’herbe à fumer la pipe lui a obscurci l’esprit et il lui est à présent impossible de réaliser sa tâche de prêtre correctement. Dès demain, je galoperais vers Cathairfàl afin d’aller enquêter sur ce qu’il mijote. Je le soupçonne de s’abandonner à la magie noire – comme je vous l’ai dit dans ma lettre précédente, souvenez-vous, je vous avais fait part de mon inquiétude lors de l’attaque du monastère lorsque Donnel Armanssun avait réalisé un rituel noir – et de faire des recherches à propos de cet objet magique qu’il possède, ce bâton dont certains disent qu’il est taillé dans l’arbre Sacré, rumeurs d’origines douteuses et surtout scandaleuses.
Mon chère ami, je vous en conjure, vous dont la notoriété à Cathairfàl est écrasante, pourriez vous faire passer ce message à nos frères de prière ? Mettez-les en garde sur les intentions de Donnel Armanssun et je vous en serai éternellement redevanble.
Sachez que rien de tout cela n’est personnel et que seule la sécurité de la population, de nos fidèles et surtout de la Sainte Couronne m’inquiète et il n’y a rien de plus important à mes yeux. […]
Extrait d’une lettre envoyé à un prêtre de Cathairfàl


Dernière édition par Donnel Armanssun le Dim 10 Nov 2013, 14:45, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/watch?v=wL_qC8qV3Mk
Donnel Armanssun

Donnel Armanssun

▬ Contributions à l'histoire : 87

Donnel Armanssun ▬ Les vrais amis t’aiment pour ce que tu es et non pource qu'ils veulent que tu sois. Empty
MessageSujet: Re: Donnel Armanssun ▬ Les vrais amis t’aiment pour ce que tu es et non pource qu'ils veulent que tu sois.   Donnel Armanssun ▬ Les vrais amis t’aiment pour ce que tu es et non pource qu'ils veulent que tu sois. EmptyLun 08 Juil 2013, 19:44

Oreste (nom de famille au choix)



(c) vent_nocturne @ LJ
▬ Par le nom que je porte, Oreste (possibilité de deuxième prénom) (nom de famille au choix)
▬ Par mon lieu de naissance, Occident Lointain, Darya, non loin de la côte, un petit village ou plutôt un hameau de maisons de paille.
▬ Mon âge, vingt-neuf ans.
▬ La personne que je suis, sorcier de cinquième ordre.
▬ Et les responsabilités qui vont avec : apprenti de Donnel, il suit une formation pour devenir herboriste voir apothicaire, ses pouvoirs sont ceux de (pouvoir mineur au choix) et de l’apaisement des animaux. Il est le fils d’une fermière et d’un éleveur. Il a deux sœur devenues inquisitrices (possibilités d’en faire de nouveaux scénarios). Il est, depuis tout petit, habitué à ce que l’on le regarde longuement du fait de son physique… avantageux…
▬ J'ai voué ma loyauté indéfectible à Eydis, à ma famille et secrètement, à Donnel
▬ Miroir, mon beau miroir Edward Speleers.
Tout ce qui est passé est passé

histoire et caractère

« C’est un fils de paysan qui vint se présenter, ce matin-là, à Donnel. Il frappa six fois à la porte, pas une de moins, pas une de plus. Perdus dans ses recherches, grimoires poussiéreux, parchemins anciens et autres livres de magie, Donnel manqua de tomber en voulant se précipiter sur la serrure de la vieille porte de ses appartements. Appartements qui étaient, pour un simple serviteur, qui plus est, un serviteur très récent, plus ou moins spacieux, cela relevait des goûts et des couleurs. Ses appartements, Donnel s’y était attaché. Ils ne ressemblaient en rien à ceux de son ancien maître sorcier, le vénérable Inasmir et encore moins à la misérable tante d’Edrëndehr son maître druide. Ici, rien ne laissait supposer que l’on était en réalité situé en dehors du château de Cathairfàl, dans une petite maisonnette faite de fortune, dont la seul entrée donnait dans l’intérieur du château. En vérité, la porte d’entrée était celle d’un ancien passage secret qui avait été réhabilité en logement. Donnel était tombé amoureux de cet endroit, dans la basse ville. La maison était certes petite, mais très chaleureuse : tous les tissus dépareillés qui ornaient les fauteuils, les draps et les rideaux lui donnaient un air presque familial. Donnel se précipita donc sur la poignée, s’attendant à voir un souffrant ou un fidèle d’Eydis. Ce fut donc une surprise lorsqu’il vit un jeune homme rayonnant, d’un blond éclatant. L’enfant, car il s’agissait d’un enfant pour Donnel, était vêtu d’un simple vêtement de cuir ou de tissu impossible à discerner car extrêmement sale. Donnel cru se voir lors de sa belle et tendre enfance. Tout lui revint à l’esprit : ses soirées passées à laver les chaussures d’Inasmir ou bien à curer les sabots du cheval d’Edrëndehr. Plus tard, les soirées très chaudes des bordels itinérants où il n’hésitait pas à s’offrir de nombreuses douceurs et le charmes de ces saltimbanques qui vous volent votre argent contre un morceau de corps dénudé et encore plus lorsque vous osez les embrasser… Donnel ne connaissait même pas ce jeune homme et était déjà plus qu’heureux de l’avoir rencontré. Qui était-il ? La surprise fut d’autant plus grande que ce fut lui qui pris la parole en premier

- On m’a dit de venir vous voir monsieur. Je suis…

Donnel compris très rapidement qui il était. Eydis lui avait envoyé une vision d’un garçon marchant dans la forêt. Les hirondelles lui avaient d’ailleurs chantées le voyage du jeune blond. Telle la Mère Vierge, il était apparu dans ses rêves rayonnant de pureté. Tel un être divin. Nul ne devait savoir que ce fils de paysan était là. Donnel se réservait son éducation. Il n’était même pas sûr qu’il était venu pour parfaire son éducation. Aucun flux magique naturel ne coulait en lui, en tout cas pas celui caractéristique des druides. Ses yeux n’étaient ni dorés, caractéristiques des sorciers de premier ordre, ni de couleur à intimider les dragons. Pourtant il ressentit quelque chose. Son cœur battait bien plus fort qu’a son habitude. A ce moment, Donnel ne redoutait pas un arrêt cardiaque mais bien la présence d’un oeil jaune, un charlatan, ou plus couramment appelé Sorcier.

- Et bien mon garçon, qui est-tu ? Engageat Donnel.

Ils se fixèrent encore quelques minutes. Le temps s’était presque arrêté de passer. Les grands sabliers ne coulaient plus le sable sacré. Juste Donnel et ce jeune homme. Si jeune. Si pure. Si intrigant. Il avait tout d’un Singulier. Ces quelque dix mots avaient déjà cessé de résonner dans sa tête et il ne désirait qu’une chose, c’était qu’il continue de lui parler.

- Oreste monsieur. Oreste (nom de famille), fils d’Isole et de Théobald Protego, de Darya. C’est ma mère, Isole qui m’envoie. Elle dit que vous êtes le meilleur druide du pays et que je pourrai apprendre à vos côtés. Elle m’a dit que vous l’aviez soignée, autrefois. Lorsque vous arpentiez Lanriel, aux côtés d’Inasmir Le Grand.

Ces évènements remontaient à bien longtemps. C’était un passage de sa vie que Donnel préférait passer sous silence. Il ne s’est jamais réellement vanté d’avoir été un jour l’apprenti d’Inasmir, mais n’en a jamais eu honte. Jamais il n’a menti sur le sujet. Il fit entrer le jeune homme. Ce dernier fut surpris de la maison où vivait Donnel.

- À quoi t’attendais-tu ? Je ne suis que le druide de la cour, pas le Roi ! Je vis ici, avec pour seule compagnie Eydis. Mais dit-moi mon garçon, nous sommes nous déjà rencontré ?
- Non monsieur, mais vous avec rencontré ma mère lorsque vous étiez jeunes. Elle était enceinte de moi à l’époque. C’est elle qui m’a dit que je vous trouverai ici. Elle raconte que vous l’avez soignée d’une grave maladie. Que cette maladie avait été provoqué par un sorcier puissant mais qu’Inasmir l’avait capturé et fait exécuté par les Inquisitrices. Il vous avait ensuite donné la tâche de soigner ceux qui avaient besoin des services d’un druides, aussi bien pour ses capacités de guérisseur que d’embaumeur. Je suis né quelques mois après. Elle dit que vous êtes une bénédiction d’Eydis. Que si vous n’étiez jamais venu, je serait sûrement mort-né. Mes parents ont ensuite donné naissance à deux autres filles, mes sœurs. Toutes deux sont devenues Inquisitrices : Igraine et Igerne. Elles ont quitté très tôt la maison. Moi, je suis resté pour aider mes parents à la ferme. Mère m’a instruit tout ce qu’elle savait sur la nature des plantes et l’art de les mélanger.


Donnel demeurait songeur. Il ne pouvait accueillir ainsi les personnes sans raison. Se caressant la barbe, il chercha l’origine du nœud qu’il avait au ventre. Quelque chose n’allait pas chez ce jeune homme. Il avait quelque chose.

- Montre moi ta main je te prie. Comment déjà ?
- Oreste monsieur.


Il lui tendit la main. Donnel fronça les sourcils.

- Tu es ici pour bien plus qu’apprendre l’art de l’herboristerie. Je me souviens maintenant de toi. Déjà à l’époque, encore dans le ventre de ta mère, tu arrivais à me faire voir des images étranges, comme des rêves. Tu est bien plus qu’un simple enfant Oreste fils d’Isole et de Théobald. »

♣ Éléments supplémentaires ♣

  • L’avatar est non-négociable
  • Vous pouvez changer tous les prénoms de la famille d’Oreste (Igraine, Igerne, Théobald, Isole, et Oreste lui même). Je me réserve cependant un droit de véto.
  • Vous pouvez choisir de faire d’Oreste uniquement un sorcier de cinquième ordre (pouvoir mineur au choix)
  • La description ci-dessus est un exemple pour vous resituer rapidement la vie d’Oreste, mais l’histoire est totalement libre.
  • Gardez à l’idée qu’Oreste deviendra par la suite l’apprenti apothicaire de Donnel et Donnel deviendra son mentor en ce qui concerne son pouvoir.
  • Oreste est secrètement passioné par Donnel.

Les relations sont un miroir.


Donnel Armanssun ▬ Les vrais amis t’aiment pour ce que tu es et non pource qu'ils veulent que tu sois. 715340RalphFiennesralphfiennes7657810100100
fanpop
Donnel Armanssun – druide
La porte s’est ouverte et j’ai vu apparaître l’homme qui allait devenir mon mentor, mon exemple à suivre. Il a la patience que je n’aurai jamais et la sagesse de cent milles vies humaines. Il est si gentil avec moi, il m’a tant offert. En quelques mois, je suis devenu son fils. Il m’a littéralement adopté. C’est bien plus qu’un ami, il représente bien plus qu’un père pour moi, Donnel est celui pour qui je suis prêt à tout sacrifier. Tel est mon secret. Le secret d’un amour paternel.



Dernière édition par Donnel Armanssun le Dim 10 Nov 2013, 14:46, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/watch?v=wL_qC8qV3Mk
Donnel Armanssun

Donnel Armanssun

▬ Contributions à l'histoire : 87

Donnel Armanssun ▬ Les vrais amis t’aiment pour ce que tu es et non pource qu'ils veulent que tu sois. Empty
MessageSujet: Re: Donnel Armanssun ▬ Les vrais amis t’aiment pour ce que tu es et non pource qu'ils veulent que tu sois.   Donnel Armanssun ▬ Les vrais amis t’aiment pour ce que tu es et non pource qu'ils veulent que tu sois. EmptyLun 08 Juil 2013, 19:45

Arwen Uemura



(c) asian
▬ Par le nom que je porte, Arwen (possibilité de deuxième prénom) Uemura
▬ Par mon lieu de naissance, un petit village isolé très paysan.
▬ Mon âge, soixante-deux ans
▬ La personne que je suis, Sorcière du troisième ordre
▬ Et les responsabilités qui vont avec : ancienne apprentie de Donnel, elle s'est enfuie car son mentor ne croyait pas en ses capacités de Sorcière (Gardien d'Odhra, au choix, au choix). C'est bien plus tard, après sa fuite qu'il réalisa des pouvoirs magiques de la jeune femme. À présent, elle ne désire qu'une chose : assouvir sa vengeance en détruisant qui conque se mettra entre elle et sa quête de rédemption.
▬ J'ai voué ma loyauté indéfectible à moi-même ainsi qu'en mes capacités
▬ Miroir, mon beau miroir Maggie Smith
Tout ce qui est passé est passé

histoire et caractère

- J’ai tout essayé Arwen. Je t’ai appris tout ce que je savais. Tout. Petite, déjà, je te préparai des potions pour faire passer tes migraines et pour te faire dormir. À l’époque, je ne pensais pas que tu avais de tel dons. Autrefois, tes cauchemars n’avaient rien de prémonitoire… Jamais je n’ai vu de tel sorcière du troisième ordre. Tu étais capable de voir à une semaine près !

À présent, submergé par les émotions, des larmes coulaient le long du visage de Donnel. Cette femme qu’il avait connue si jeune et qui à présent avait le visage vieilli par l’âge pouvait-elle lui en vouloir au point de le tuer ? Impossible, Donnel l’avait soignée autant qu’il l’avait pu. Il avait mis tout son savoir en pratique pour pouvoir espérer trouver la cause des cauchemars d’Arwen. Mais, même après sa fuite, il n’avait jamais cessé de chercher des réponses aux problèmes de la jeune fille. C’était la première sorcière qu’il rencontrait. La fixant, il continua :

- Pardonne-moi Arwen. Pardonne-moi tous ces tourments. Se seulement j’avais diagnostiqué ton don plus tôt ! Je m’en voudrais éternellement, tu sais, de t’avoir fait vivre tout ce que tu as vécu. Pourtant… Tu étais si jeune… Cela ne se pouvait pas…
- Pourtant si. J’ai vécu le martyre durant toute mon enfance : tu m’a faite passer pour une folle aux yeux de toute la capitale et de toute la cour. Plus personne ne me désirait. Personne n’osait m’adresser la parole. Chaque soir, j’avais peur de m’endormir. Je craignais de voir une autre personne se fendre un membre, se faire mordre par un serpent ou bien se faire écraser sous son propre toit. Donnel, soupira t-elle, j’avais confiance en toi. En tes capacités. Tu était quelqu’un de très réputé déjà. Un guérisseur hors norme disait-on. Un fidèle servant d’Eydis. C’était les nom que l’on te donnait.

Arwen avait cette lueur de rage dans les yeux. Mais l’émotion des souvenirs lui rendait les yeux rouges. Vitreux. Elle faisait un effort surhumain –effort que Donnel avait abandonné- pour contenir ses larmes. Le passé était si douloureux à raconter. De plus, elle était à un tournant de sa vie. C’était le moment qu’elle avait attendu : sa confrontation avec Donnel Armanssun.

- J’ai voyagé pendant des mois pour venir auprès de toi. J’étais si jeune… J’ai du me vendre alors que je n’avais même pas ma majorité pour payer une partie de mon voyage. Puis, alors que nous étions qu’à quelques jours d’ici, le villageois qui me guidait me livra à des bandits. Ils me torturèrent des moi durant pour que j’utilise mes dons pour eux. Je revois encore les clous dans les mains… Mais ces idiots, ces idiots ne comprenaient pas que je ne savais pas encore utiliser mes dons ! dit-elle en s’énervant. Puis elle repris plus calmement : Lorsqu’ils comprirent qu’ils n’obtiendraient rien de moi, après avoir abusé de tous mes charmes, ils me livrèrent à la nature.

Donnel, rongé par la culpabilité et par la souffrance, manqua de s’effondrer. Paralysé par les images qui défilaient dans sa tête, il tremblait de tout son corps.

- Et un soir sans lune, je t’ai vu. Dans mes rêves bien sûr. Mais tu étais là. Tu arrivais calmement, comme à ton habitude. Le lendemain alors que je craignais de me faire dévorer par un quelconque monstre de la forêt, j’entendis une voie effrayante. Un murmure dans la forêt silencieuse. Tu étais là. Tel un grand cerf écartant toute menace de moi. Les phrases qui sortaient de ta bouche étaient aussi sombres qu’incompréhensibles. Mais tu étais là, tu m’avais sauvé du mal de cette forêt.
- Arwen ...tenta Donnel
- Laisse-moi finir Donnel, lui coupa la femme. Alors que je me confiais à toi, tu me répondais que ce n’était pas grave, que ce n’était que des cauchemars. J’en suis devenue folle. Tu étais mon seul pilier Donnel. J’avais confiance en toi.

Rongée par la colère et la souffrance, elle se mis à éclater en sanglots. Il y avait de la fureur dans ses yeux. Donnel, toujours paralysé, ressentait cette souffrance comme si c’était la sienne.

- Mais tu m’as rejeté ! hurlât-elle.

Donnel, dont le cœur était brisé, s’appuyait le plus qu’il le pouvait sur son bâton pour pouvoir se relever. Le dos courbé, la barbe dans le vent, il semblait plus vulnérable que jamais. Arwen aurait pu faire qu’une bouchée de lui si elle l’avait désirée. Pourtant, malgré son envie de le poignarder au cœur, elle le pris par le bras pour le soutenir.

- Tu n’es pas obligée de faire ça Arwen… Je t’ai tout appris. Tout ce que je savais. Tu étudiais comme si tu avais toujours fais qu’une avec la magie ! Les plantes magiques n’ont jamais eu de secret pour toi. Tu étais destinée à faire une grande carrière d’apothicaire. Tu vaux mieux que ça Arwen. À nous deux… Nous pouvons tout changer. Je te protègerai. Je te le promets.
- Comme tu me l’avais promis il y a si longtemps ? répondit-elle sèchement.
- Pardonne-moi Arwen. Pardonne-moi d’avoir fait de toi ce que tu es devenue. Je n’avais pas prévu tout ça. Je te le jure. Même les signes dans le ciel ne l’avaient pas prévu. Je refuse de te laisser seule une seconde fois. Si tu reste avec moi, je jure devant Eydis que je ne te laisserai jamais plus seule. Tu deviendras comme ma sœur. Accepte mon aide Arwen. Je t’en supplie.
- Tu as fait de moi rien de plus qu’une femme détruite. Une espèce de folle. Une femme torturée. Tanith Ruane semble tout à fait normale à côté de moi.
- Ne prend pas cette pauvre femme pour exemple Arwen. Elle s’est laissé manipuler par ses capacités magiques. Mais toi, tu as toujours eu le don de contrôler tes dons. Depuis tu as appris à vivre avec l’art divin.

- Sache que je ne t’ai jamais oublié Donnel. Elle pris son couteau attaché à sa ceinture. Je ne t’en ai jamais voulu. Mais je ne fais pas partie de ces gens. Je ne suis pas désirée ici, à Cathairfàl. On m’accuse du meurtre de pas plus de deux paysans. Toi et moi savons que c’est faux. Mais depuis la Ruane, les sorcières, qu’elle qu’elles soient, à partir du moment où elles pratiquent la magie, sont recherchées. Cesses de mentir Donnel. Tu sais pertinemment que nous ne pouvons cohabiter. Je ne te hais point, mais je ne t’aime pas plus autant. Jamais je n’oserai attaquer l’homme qui m’a sauvé la vie, mais je ne l’embrasserai pas non plus.
- Alors disparaît comme tu sais si bien le faire ! Ma porte te sera toujours ouverte, par Eydis, notre Déesse.
♣ Éléments supplémentaires ♣

  • Avatar négociable (je me réserve un droit de veto)
  • Arwen est une femme très doué en magie mais aussi très dangereuse qui n’hésitera pas à ensorceler quiconque se mettra en travers de son chemin (holala, la dark sorcière !)
  • Je vois bien comme pouvoirs pour elle des trucs du genre Illusion, Malédiction, Contrôle mental et tout… Des trucs qui agissent sur l’esprit de la personne (bien que les pouvoirs soient au choix).
  • Vous pouvez changer tous les prénoms. Je me réserve cependant un droit de véto.


Les relations sont un miroir.


Donnel Armanssun ▬ Les vrais amis t’aiment pour ce que tu es et non pource qu'ils veulent que tu sois. Ralph-Fiennes-Wuthering-Heights-ralph-fiennes-7628206-100-100
fanpop
Donnel Armanssun – druide
Un mélange de haine, de désespoir, de rage et d’amitié passée. C’est ce qu’éprouve Arwen pour Donnel. Autrefois son mentor, il est devenu pour elle un but à ne pas atteindre. En réalité, Donnel à toujours craint qu’Arwen ne découvre ses dons et en fasse mauvais usage en raison du mal qui la ronge depuis qu’elle à fui son village. De ce fait il a toujours fait comme si elle n’était qu’une « simple » Singulière. Arwen, hantée par ses cauchemars eut l’impression que son mentor la prenait pour une folle. Elle est devenu totalement indépendante, sensiblement dangereuse ; Donnel en a conscience, mais ne veut pas lui faire plus de mal qu’il ne lui en a déjà fait.


Dernière édition par Donnel Armanssun le Dim 10 Nov 2013, 14:47, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/watch?v=wL_qC8qV3Mk
Donnel Armanssun

Donnel Armanssun

▬ Contributions à l'histoire : 87

Donnel Armanssun ▬ Les vrais amis t’aiment pour ce que tu es et non pource qu'ils veulent que tu sois. Empty
MessageSujet: Re: Donnel Armanssun ▬ Les vrais amis t’aiment pour ce que tu es et non pource qu'ils veulent que tu sois.   Donnel Armanssun ▬ Les vrais amis t’aiment pour ce que tu es et non pource qu'ils veulent que tu sois. EmptyLun 08 Juil 2013, 19:54

ROWRAN GIL-GALAD



(c) antine
▬ Par le nom que je porte, Rowran Gil-Galad
▬ Par mon lieu de naissance, au choix
▬ Mon âge, entre cinquante et soixante ans
▬ La personne que je suis, Singulier
▬ Et les responsabilités qui vont avec : Hermite vivant tel un druide et étant persuadé d’en être un. Il est totalement excentrique et décalé (imaginez un hippie ou un junkie) Il est négligent et insouciant, et il se mêle fort peu des affaires des Singuliers, bien que toute résistance au Mal dû forcément passer par leur coopération. Mais étant resté de bonne volonté (quoique sans beaucoup de courage), ses efforts aidèrent Donnel à des moments cruciaux
▬ J'ai voué ma loyauté indéfectible aux bêtes et oiseaux : il les trouve d'une compagnie plus aisée. Autrement, votre personnage est totalement dévoué à Eydis.
▬ Miroir, mon beau miroir Sylvester McCoy (non négociable)
Tout ce qui est passé est passé

histoire et caractère

Le plus grand drame de Rowran est de ne pas être né druide. Sa découverte avec la déesse est très floue. Vous pouvez imaginer ce que vous voulez. Quoi qu’il en soit, Rowran Gil-Galad a toujours affirmé qu’il était druide, sachant pertinemment qu’il ne l’est réellement pas et s’attirant ainsi le mépris des Singuliers. Trop déçu par ses semblables, il décide de partir laissant toute sa famille derrière lui : sa vraie mère étant Eydis en personne (spirituellement bien évidemment). Il part se réfugier dans la forêt de Riocht na Elves. A ce moment, il décide de construire un habitat à son image : complètement décalé et tout désordonné. Il vit totalement en autarcie, récoltant et cueillant ce dont il a besoin. Il refuse cependant de tuer les animaux pour les manger, les aimant trop. Le reste du temps, il prie Eydis, réalisant des rituels parfois très étranges qu’il a lui-même inventés. Cette situation a finalement fini par lui monter à la tête et son exentricité et son côté décalé son le résultat de son amour pour la Créatrice. Il ne sait pas du tout ce qui se passe en dehors de le foret mythique (contexte politique par exemple) et n’en sort jamais, à part pour aller au Loch Eydis. C’est cependant un expert en potions, en herbes magiques, un brillant apothicaire, alchimiste et herboriste. Il a une connaissance totale à propos de la nature, de la faune et la flore. La légende veut qu’Eydis, s’apercevant de ce Singulier si fidèle, lui aurait offert  quelques dons mineurs lui permettant de communiquer avec les animaux et de percevoir les émotions des plantes. C’est aussi le seul Singulier de Lanriel à avoir une demi-lune constamment dessinée sur son front. Le reste de l’histoire est libre. Donnel se ravitaille en potions autres onguents et herbes magiques, bien évidemment, chez vous. Rowran Gil-Galad est aussi très attentif aux changements liés à la nature en Lanriel et fait très fréquemment des rapports à Donnel sur ce qu’il trouve étrange. Il veille sur Lanriel de façon excessive tel un druide.
♣️ Éléments supplémentaires ♣️

  • Avatar non-négociable
  • Scénario idéal pour ceux qui veulent s’amuser à RP
  • A ne pas choisir si vous voulez jouer une love romance Donnel Armanssun ▬ Les vrais amis t’aiment pour ce que tu es et non pource qu'ils veulent que tu sois. 748815 
  • Histoire relativement libre, ce sont justes quelques lignes pour vous donner un point de départ.
  • Le nom n'est pratiquement pas négociable (m'envoyer un MP)


Les relations sont un miroir.


Donnel Armanssun ▬ Les vrais amis t’aiment pour ce que tu es et non pource qu'ils veulent que tu sois. 753089RalphFiennesWutheringHeightsralphfiennes7629125100100
fanpop
Donnel Armanssun – Druide
Quel lien entre ces deux hommes ? Rowran trouva, un jour, un vieil homme allongé dans le foret de Riocht na Elves, inconscient. Il le ramena chez lui et le soigna. Donnel, à son réveil, fût quelque peut étonné de la présence d’un tel personnage à son chevet. Tous deux apprirent à se connaître et devinrent très rapidement amis. Donnel fût très rapidement captivé par la détermination et la dévotion de Rowran à Eydis : vocation et admiration à la déesse peut être plus intense et peut être superieur à la majorité des druides de Lanriel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/watch?v=wL_qC8qV3Mk
Contenu sponsorisé




Donnel Armanssun ▬ Les vrais amis t’aiment pour ce que tu es et non pource qu'ils veulent que tu sois. Empty
MessageSujet: Re: Donnel Armanssun ▬ Les vrais amis t’aiment pour ce que tu es et non pource qu'ils veulent que tu sois.   Donnel Armanssun ▬ Les vrais amis t’aiment pour ce que tu es et non pource qu'ils veulent que tu sois. Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Donnel Armanssun ▬ Les vrais amis t’aiment pour ce que tu es et non pource qu'ils veulent que tu sois.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les vrais amis
» [TERMINE] C'est dans l'adversité qu'on reconnait les vrais amis - Casey et Robert
» Il n'y a pas d'amis, que des moments d'amitié... J. Renard
» Salutation les amis :)
» [Terminé] « Les vrais amis ne se disent jamais au revoir ; ils se disent simplement à bientôt. » [Hayato & Scarlet]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Echo des Plaines : Chapitre VII ▬ Le Retour d'Inasmir :: QUITTER LANRIEL :: Vous serez tous pendus ! :: Vestiges du passé-
Sauter vers: