AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Chapitre VII ▬ Le retour d'Inasmir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Citation : Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Donec egestas laoreet ipsum in iaculis. Morbi vestibulum ex ut magna pulvinar molestie. Aenean eu est imperdiet, volutpat libero efficitur, ullamcorper tellus. Integer sed euismod libero. Nulla augue mauris, ultrices ac nisi sit amet, tincidunt dignissim est. Donec quis condimentum erat, vel consequat ipsum. In sed condimentum enim. Maecenas sollicitudin iaculis lectus. Proin quis enim metus.

▬ Contributions à l'histoire : 270


Inasmir

Citation : Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Donec egestas laoreet ipsum in iaculis. Morbi vestibulum ex ut magna pulvinar molestie. Aenean eu est imperdiet, volutpat libero efficitur, ullamcorper tellus. Integer sed euismod libero. Nulla augue mauris, ultrices ac nisi sit amet, tincidunt dignissim est. Donec quis condimentum erat, vel consequat ipsum. In sed condimentum enim. Maecenas sollicitudin iaculis lectus. Proin quis enim metus.

▬ Contributions à l'histoire : 270

MessageFeuille de route
MessageSujet: Chapitre VII ▬ Le retour d'Inasmir   Sam 04 Aoû 2012, 02:20

Chapitre sept – Le retour d'Inasmir


Nous sommes au début de l'automne de l’an 30 du deuxième âge II. Le procès de Tanith Ruane et sa condamnation ont conduit à une recrudescence des actes haineux envers les possesseurs de capacités occultes. Peu à peu la capitale et le pays s'enfoncent dans un marasme de suspicion et de crainte alors que dans l'ombre les Héritiers tentent de se remettre de la perte d'une de leurs figures emblématiques.

Événement dixième – La mort d'Andaril


I loved you my lady... Though in your grave you lie.


Il est des moments décisifs qui ignorent les comportements individuels et lient l'humanité toute entière. Comme en cette nuit qui fermait définitivement ses portes à l'été, passé, et laissait place à une saison brumeuse, venteuse, aux reflets roux et safranés, ocres et dorés. L'automne.


Cette nuit, seul sous le regard de la lune, le sempiternel sorcier était en proie à la défiance. Oui, malgré son grand âge et tous les exploits qui avaient façonné sa vie, il restait un homme et comme le plus commun des Singuliers, il était tourmenté par un doute né d'un pressentiment, d'une funeste impression, désormais mus en une seule et même certitude inébranlable. L'amour rendait les hommes fragiles. Et, comme un appel du fin fond de ses entrailles et de son âme, Inasmir entendit la douleur de son aimée. Andaril se mourrait.
Et parce que le vénérable sorcier connaissait depuis longtemps déjà ce sentiment délectable d'avoir en lui le pouvoir d'absorber, d'engloutir le temps, l'espace, les époques et les distances, Inasmir n'hésita pas un instant de plus. N'écoutant que son cœur et son instinct, il s'élança, oublia la réserve et la prudence des années passées dans l'ombre à observer la lente et habile ascension des disciples de Mynkor et ses Héritiers...


Son dernier souffle, elle venait de sacrifier son dernier souffle cette nuit mais n'y avait consenti seulement parce qu'elle ne pouvait guère plus retarder l'heure du trépas, sa souffrance était désormais trop grande, trop éreintante, après des saisons et des saisons passées à se dresser contre le temps et la mort. Mais la dernière pensée d'Andaril Sirwë fut pour lui, pour l'homme qu'elle avait aimé plus que de raison. Pour Inasmir. Une conviction l'étreignait toute entière dans son ultime douleur : le sorcier viendrait trop tard. Et puis ses paupières se fermèrent, emprisonnant dans l'éternité le secret confié par l'homme de sa vie qu'elle n'avait jamais trahi.


Cette nuit, à des centaines de lieues de là, dans un instant crucial, une devineresse à la peau sombre de Cathairfal fut fauchée dans sa course alors qu'elle traversait un lieu chargé d'énergies. Elle fut immobilisée par une divine volonté. Là, la terre était imprimée du sang des créatures de la nuit mêlé à celui des hommes morts pour défendre leur cité. Là s'était autrefois élevé le Bouclier dont rien ne subsistait plus aujourd'hui. Cendra Evareint n'était que de passage et passait en cet endroit uniquement parce qu'elle ne pouvait l'éviter pour atteindre sa destination. Pourtant ce fut là, en ce lieu où les âmes des morts dégageaient des souvenirs et des émotions si forts que tout être doué de magie pouvait les ressentir, oui ce fut en ce lieu devenu sacré qu'Eydis choisit d'offrir sa vision à la devineresse. Des landes que la jeune femme identifia comme étant celles de Tuamarbh malgré la nuit profonde et brumeuse. Une cérémonie qu'elle devina vite être des obsèques à cause de l'héroïne qui, dans son linceul et transportée par les bras musculeux d'hommes anonymes, était au centre de l'attention. Et puis cet homme qui, brisant la solennité et la gravité du moment, pointa du doigt une ombre dessinée dans la lune ronde qu'offrait au loin la terre sans relief du septentrion.
Alors que la vision s'estompait et que la réalité reprenait ses droits sur elle, la devineresse comprit. Inasmir annonçait au monde son retour.


Événement onzième – Les projets des Héritiers


Journey to deep fear...


Sous les futaies profondes, dans les ruelles sombres, un murmure séditieux. Un nom murmuré, chuchoté, repris dans tous les endroits où les ténèbres font loi. Mynkor. Mynkor. Frère de la déesse Eydis qui gisait encore dans sa sombre prison. On racontait que Tanith, la sorcière, avait été condamnée par le Sanctuaire des Mages, ce sanctuaire fantoche, complètement soumis à l'autorité des Hardansson, et par le roi à une peine qui faisait frémir les Sorciers d'un bout à l'autre du monde. Privée de ses pouvoirs. Condamnée à marcher au milieu des foules comme n'importe quelle Singulière désormais. Enfin... Si on lui rendait un jour sa liberté. Cette décision avait inspiré la peur chez certains êtres à la conscience trouble et chez d'autres pour qui cette démonstration de force était le prélude à une chasse aux occultistes. Mynkor. Mynkor. Cette divinité exilée était-elle la solution ? Fallait-il que ceux que leur naissance avait gratifié d'un pouvoir quelconque se détourne de leur déesse protectrice pour embrasser le culte noir d'un dieu dont on entendait parler que depuis peu... Oh bien sûr il y avait toujours eu des rumeurs. Des références dans les récits sacrés à un adversaire d'Eydis. Un rival de son propre sang que ses actes avaient rendu indésirable auprès de leur créatrice. Mais de ces actes affreux on ne trouvait nulle référence. Alors certains s'étaient lancés dans des conjectures. Et si le prisonnier avait été mis en cage pour avoir fait usage de magie. Et si Eydis était encline à prendre parti uniquement pour les singuliers, délaissant les autres de ses enfants. En ces temps troublés, ces doutes, ces rumeurs innombrables n'avaient nul besoin d'être encouragées pour grandir, plantes vénéneuses dont les racines se gorgeaient avec bonheur de la peur, de l'ignorance et de l'opportuniste des plus déterminés. Cette ambiance délétère constituait le terreau parfait pour que les Héritiers puissent propager leurs préceptes en toute quiétude.

Ces Héritiers pourtant n'étaient pas en bonne posture. Avec la disparition de Tanith, une certaine inquiétude s'était également emparée de leur groupe. Désormais des factions se créaient et les égos, jusque-là fermement maintenus par la menace de la folie de la sorcière et de ses pouvoirs exacerbés par la présence dans sa tête d'une rémanence de Vorlun, s'exacerbaient désormais. La situation semblait hors de contrôle. Un homme pourtant avait le désir de conduire ce groupe vers de plus hauts sommets que ceux, minables, où les cantonnaient désormais les dissensions diverses où ils s'enferraient avec bonheur. Cet homme, ce devin, le haut-prêtre de Mynkor, cet Ithel Garashi mal connu et aux dires de certains, peu apprécié désirait désormais apparaître comme un point de ralliement pour tous les Héritiers de Lanriel. La tâche pourtant n'en était pas aisée. En travers de son chemin, ne se dressait pas seulement son manque de popularité ou de célébrité. Mais il en était d'autres qui auraient aimé assumer cette responsabilité et ce pouvoir. D'autres tout aussi déterminés que lui à utiliser tous les moyens pour parvenir à leurs fins.

A l'intérieur même des Héritiers, la situation se compliquait encore. Si certains désiraient voir émerger une personnalité dominante, des groupuscules prônaient leur indépendance et des voies d'actions diverses. Certains voulaient constituer des groupes de défenses légaux pour venir en aide à leurs confrères martyrisés. D'autres préféraient imposer par la force leur point de vue aux Singuliers en perpétrant des attentats sanglants qui plongeraient le monde dans un déluge de sang et de terreur. Il se chuchotait enfin qu'un dernier courant, un groupe secret composé de maîtres des arcanes et d'ambitieux pratiquants dotés de pouvoirs divers, s'était donné une mission bien plus noble, bien plus téméraire et recherchait désormais dans ce sens. Leur projet, si il aboutissait, prouverait de manière définitive la supériorité des Héritiers sur n'importe quelle autorité, y compris celle du roi. Elle contraindrait la totalité du continent à reconnaître leur suprématie. Elle démentirait par ailleurs les intentions malsaines qu'on attribuait aux adeptes de Mynkor. En apparence, ils seraient des héros. Et auraient ainsi le champ libre pour réaliser les visées de leur Maître. Pour établir un royaume où les Singuliers seraient à leur place.et où la domination des êtres dotés de magie ne serait plus constamment remise en cause. Ce groupe-là était une légende. Nombreux étaient d'ailleurs ceux qui doutaient de leur existence et riaient ouvertement lorsqu'on les évoquait. Nombreux étaient également ceux qui doutaient de leur réussite. Ces gens-là, racontait-on, avaient un projet fou. Par leurs recherches, par leurs expériences, ils désiraient atteindre un but que personne en dix ans n'avait jamais atteint. Réaliser un nouveau Bouclier pour la ville de Cathairfál...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Chapitre VII ▬ Le retour d'Inasmir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Shin - Chapitre 1 : Le retour dans la prison de l'esprit
» Retour aux bercailles [Qui veut]
» L'homme est de retour ...
» Jean-Bertrand Aristide : Un comité pour son anniversaire et son retour
» retour de la droite dure en Suisse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Echo des Plaines : Chapitre VII ▬ Le Retour d'Inasmir :: HORS JEU :: Vous serez
tous pendus !
 :: Miroir aux souvenirs
-