Echo des Plaines : Chapitre VII ▬ Le Retour d'Inasmir


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 it's a dark day [Pv Lundre ]

Aller en bas 
AuteurMessage
Araëlle Sil-Emaïs

avatar

▬ Contributions à l'histoire : 357

MessageSujet: it's a dark day [Pv Lundre ]   Lun 11 Juin 2012, 12:12

Araëlle n'avait pas dormi depuis deux nuits maintenant. Ou du moins avait-elle tenté la première nuit mais le réveil avait été rapide et inattendu. Daärim s'était présenté sur son lit et l'avait réveillé avec un son plaintif qui la tira en sursaut de son réveil. Une surprise assez grande fut de constater qu'il avait été blessé. Pourquoi ? Elle n'en savait strictement rien mais une partie de son flanc ensanglanté suggérait des soins rapides, ce qu'elle ne tarda pas à faire. Elle le soigna puis le veilla ensuite, l'inquiétude étant de mise et voulant bien évidemment s'assurer qu'il ne manque de rien, ce qui impliquait de lui apporter de la nourriture régulièrement, de l'eau mais aussi un soutien constant. Avec les heures et l'occupation qu'elle lui prodiguait, elle s'attendait à un rétablissement certain durant la journée... Ce qui ne fut pas le cas. Contre toute attente, il s'affaiblissait. Elle ne savait pas ce qui l'avait blessé et elle aurait tout donné pour le savoir car sans aucune certitude, elle suspectait un empoisonnement. Le tout l'un dans l'autre, elle avait besoin de Zoran qui semblait être le mieux placé pour la chose, déjà parce qu'il s'occupait lui-même d'un faucon, et ensuite parce que les poisons et lui c'était presque une histoire d'amour. Toujours est-il qu'en attendant, il n'était pas là - jamais là quand on en avait besoin - et que le seul moyen de le faire venir se trouvait à l'agonie devant elle. Elle se sentait totalement impuissante et elle avait horreur de ça, tout comme le sentiment qui la tiraillait pour l'instant. Elle qui ne se souciait jamais de personne et par conséquent qui n'avait pas d'attache et donc pas de sentiments forts envers les gens, tenait malheureusement à cet animal qui l'avait épaulé depuis maintenant tellement d'années et qui était devenu une sorte de meilleur ami et protecteur. Elle s'était renseignée et bien sûr elle savait que les faucons avaient une durée de vie limitée mais il n'avait pas encore atteint son maximum et elle ne comptait pas le perdre en cours de route. Elle voulait qu'il vive, elle en avait besoin et il était hors de question de toute façon qu'on l'abandonne là comme ça. Aussi fit-elle mandater une de ses "filles" pour qu'elle se rende en ville et qu'elle lui apporte une personne capable de s'occuper de son faucon. elle aurait préféré le faire elle-même mais elle ne pouvait psychologiquement pas quitter le chevet de son animal. Elle avait envoyé la plus futée de ses catins s'offrant déjà une sécurité sur le travail réalisé.

Il fallut plusieurs heures à la concernée pour revenir au bordel avec quelqu'un. Mais cet homme s'avérait être un charlatan et elle comprit avec le discours de ce dernier que c'était ses belles paroles qui avaient su convertir sa "fille". Cependant, une fois qu'il fut seule avec elle, elle ne se retint nullement de le menacer avec une arme fraîchement dessinée qui était assez acérée pour faire comprendre à son interlocuteur qu'il avait tout intérêt à déguerpir rapidement s'il ne voulait pas finir tailladé. Ce qu'il réalisa sans fioritures verbales. Toujours est-il qu'elle n'avait toujours pas d'aide et que Daärim continuait à faiblir. Elle envoya alors chercher un médecin simplement. Faute de mieux, elle voulait au moins un avis à un niveau médical. Peut-être trouverait-il quelque chose. Il fallut de nouveau attendre un moment avant qu'un médecin accepte de se déplacer jusqu'à son bordel. Endroit mal vu, endroit où on ne voulait pas se rendre. Elle avait l'habitude mais un médecin se présenta tout de même et se montra totalement incompétent. Si seulement son client pouvait se présenter pour l'aider... Mais toujours pas de traces de lui dans les environs. Elle dut attendre le milieu de la seconde nuit pour qu'une catin vienne la trouver et lui offre l'information qu'elle venait de quérir d'un client comme quoi il existait une fauconnerie à Perllan. C'était étrange, elle n'en avait jamais vraiment entendu parler. Pourtant depuis le temps qu'elle était à Cathairfàl. Mais elle devait reconnaître qu'à part Zoran, les faucons n'étaient pas des animaux de compagnie que l'on voyait régulièrement. Toujours est-il que désormais elle avait un lieu où se rendre et elle devait s'y rendre rapidement. Déléguant le rôle de tenancière provisoirement à une de ses catins, elle enfila un manteau sur sa rose souple et légère qu'elle avait enfilé par facilité et enroulant délicatement Daärim dans un linge, le prit dans un de ses bras avant de mettre sa capuche sur sa tête et de s'envoler dans la nuit noir.

Ce fut à cheval qu'elle arriva à l'aube à la fauconnerie. Elle s'était approprié un bien d'autrui qui serait bien plus rapide que de venir à pied. Elle n'avait pas le temps de faire les fines bouches et après tout, voler un cheval ne lui posait aucun problème. Les sons provenant de Daärim s'étaient fait plus rare et ses mouvements vraiment moindre. Aussi ne tarda-t-elle pas à descendre de la monture une fois arrivée et à quémander à la porte l'arrivée rapide si possible du fauconnier présent. Elle n'était jamais venue en cet endroit et ne le connaissait pas. Elle ne savait même pas qui y travaillait, mais ça lui était totalement égal. Elle avait juste besoin de quelqu'un qui s'y connaissait en faucon et qui pourrait soigner son rapace rapidement. Le temps ne s'était déjà trop écoulé depuis qu'il s'était présenté à elle. Aussi elle n'hésita pas à tambouriner plus fort pour se faire entendre. Les lieux n'étaient pas encore ouvert vu l'heure mais ils allaient être obligé de faire une impasse sur les horaires habituels. Elle ne partirait de toute manière pas sans aide.


_________________

Toi, mon Faucon
Toi, mon ami
Toi, qui ne me quitte pas
Toi, qui s'envole à l'effigie de notre liberté commune
Nous sommes devenus un,
De ton nom, Daärim, tu te lies au mien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lundre Soleren

avatar

▬ Contributions à l'histoire : 486

MessageSujet: Re: it's a dark day [Pv Lundre ]   Sam 30 Juin 2012, 14:23

Dans la volière, un oiseau de nuit s’élança et prit place sur l'un des perchoirs encore vacants. Bon nombre de volatiles avaient été soigneusement remis dans leurs cages et dormaient paisiblement. La fauconnerie Soleren était particulièrement calme. Lundre s'était occupé de ses petits "pensionnaires" toute la soirée et les avait quittés en sentant qu'il ne resterait pas éveillé bien longtemps au vu de la fatigue qu'il accumulait. Dans un éclair motivation, il avait trouvé le courage de descendre l'escalier qui le menait à sa chambre et de sombrer dans un sommeil bien mérité. Il n'était pas sûr d'être totalement remis de son dernier voyage, une fois de plus. Une certaine tendance, si ce n'était une tendance certaine, à s'attirer des ennuis, rendait ses périples toujours plus éprouvants sans pour autant mettre sa survie en danger. A défaut d'avoir une chance de cocu, Lundre était nanti d'une veine incroyable qu'il devait à ses faibles pouvoirs de sorcier et qui lui permettaient d'apaiser toute créature nocive. Rentré près de ses fidèles volatiles dont il appréciait jusqu'aux coups de becs affectueux, il passait le plus clair de son temps à s'occuper d'eux, gérer quelques clients et retourner converser avec des oiseaux plus ou moins intéressés par ses propos.

Il y aurait beaucoup de choses à régler dans les jours suivants. Revoir quelques amis, s'assurer que sa clientèle n'irait pas chez un concurrent à cause de ses absences répétées, s'occuper des volatiles et des quelques poussins qu'on lui avait confié ... Autant d'affaires dont il n'avait pas envie de s'occuper immédiatement. Il était fatigué et si on ne le laissait pas dormir il deviendrait bien vite grognon. Le manque de sommeil lui faisait perdre ses répères et grommeler plus que de raison. Si bien qu'il lui fallut quelques instants pour savoir où il était lorsqu'on frappa à sa porte. Le bruit de sabots qu'il avait entendu dans un demi-sommeil n'était pas un rêve. Et semble-t-il, pas un voyageur quelconque. On frappait à sa porte. Il laissa s'écouler un autre coup avant d'être certain qu'on ne toquait pas près d'un autre endroit. Non. C'était pour sa pomme. Mais quelle heure était-il, au juste ? Il n'entendait pas encore ses oiseaux mais il faisait trop clair pour que ce soit encore la nuit noire. Le fauconnier se leva et passa quelques vêtements propres. Pour sa barbe mal rasée et son regard ensommeillé, il ne pouvait rien faire à court terme. Peut-être que tout cela n'était qu'un rêve et qu'il pourrait se rendormir rapidement. Il sortit de sa chambre, traversa la fauconnerie et ouvrit grand la porte.

Ah. Zut. Pas un rêve du tout. Il resta quelques secondes interloqué et jaugea la personne qui lui faisait face. S'il avait autant de femmes que d'hommes dans ses clients, une visiteuse arrivant à cheval à une heure pareille était assez rare. Il lui jeta un regard furtif pour observer la couleur de ses yeux. Bon, ils n'étaient pas dorés. Ce n'était pas une sorcière. Peut-être rien qu'une Singulière. Habillée d'une curieuse façon, mais pas de quoi en faire un drame.

« Hem ... »

Il s'accorda quelques secondes pour réfléchir et décida finalement de frotter ses yeux. D'accord, il y avait peu de chances pour qu'une idée lui vienne de cette manière, mais il serait bien retourné dormir, non d'un petit bonhomme. En cessant de se frotter les mirettes, maintenant qu'il avait les yeux un peu rougis, le fauconnier aperçut la silhouette d'un oiseau. Et un beau, en plus. Pas n'importe quel moineau. Comment avait-il fait pour ne pas le voir avant ?

« Vous v'nez pour lui ? »

Lundre se pencha légèrement et inspecta l'oiseau autant que possible avec la lumière du jour. La rue était encore trop sombre, il ne le verrait pas bien. Etait-il blessé ou malade ? Les plumes lui paraissaient avoir un peu terni, et la respiration difficile du volatile lui plaisait peu. Un patient, pas une lettre à envoyer. Tant mieux, il ne réveillerait pas un de ses oiseaux. En attendant, hors de question de laisser celui-là en mauvais état. Lundre avait déjà envie de le voir se redresser et s'envoler de nouveau. Il avait bien récupéré des oiseaux et des oisillons en mauvais état plusieurs fois, ce ne serait pas une exception.
Se frottant derechef une paupière, le fauconnier s'écarta pour laisser passer sa cliente et désigna le « comptoir » au fond de la pièce.

« On va le poser là pendant que je l'examine. 'Lui est arrivé quoi ? »

Traversant la salle d'un pas un peu plus réveillé, il s'arrangea pour y faire un peu de lumière. A l'étage, quelques pépiements de réveil se firent entendre.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Araëlle Sil-Emaïs

avatar

▬ Contributions à l'histoire : 357

MessageSujet: Re: it's a dark day [Pv Lundre ]   Lun 02 Juil 2012, 17:27

Le temps lui parut être une éternité avant que quelqu'un ne daigne se manifester à la porte de la demeure. A leur avis ce n'était pas aussi important que ça le fait qu'elle tambourine aussi tôt dans la matinée ? Il fallait être un brin stupide pour ne pas se presser ! C'était forcément une urgence ! Elle avait bien évidemment autre chose à faire que chevaucher pendant la nuit pour se rendre à Perllan. Evidemment, l'inquiétude la rendait de particulièrement mauvaise humeur. Le fait de la faire attendre n'était en soi pas vraiment quelque chose qu'elle souhait éradiquer totalement. Elle n'était pas aussi braquée. Mais ici ça ne la concernait pas elle, mais son faucon Daärim, son seul véritable compagnon, et il était hors de question qu'il meure aujourd'hui. Elle ne laisserait rien lui enlever le seul lien affectif qu'elle avait créé dans sa vie. Le sort s'était assez acharné sur elle et lui avait retiré assez d'années de sa vie pour lui occire en plus le seul Etre qu'elle aimait. Néanmoins, cela s'évapora légèrement lorsqu'enfin la porte s'ouvrit et qu'un homme qui semblait s'être fait tiré du lit se présenta à elle. Il faut dire qu'elle n'en avait rien à faire de l'avoir réveillé. Elle se doutait bien que vu l'heure il n'était pas en train de s'activer. Quoi qu'il y avait des énergumènes nocturnes, tout comme ses filles et elle-même par conséquent, chacun faisait son train de vie comme il le souhaitait. Mais en tout cas ça n'avait pas l'air d'être le cas de l'homme devant elle qui bien que réveillé présentait encore des signes évidents d'une lenteur qui allait petit à petit l'exaspérer s'il ne se bougeait pas un peu plus ! Elle était pressée bon sang, ce n'était quand même pas compliqué à comprendre ! Si elle ne l'était pas elle serait venue en journée durant les heures d'ouverture normales. Elle leva les yeux au ciel quand il demanda si elle venait pour son rapace...; Comme si elle pouvait venir pour autre chose dans une fauconnerie avec dans les bras un faucon qui trépassait lentement ! Ce que les gens pouvaient être aréactifs et stupides quand ils s'y mettaient. Un brin de jugeote et de bons sens leur auraient épargné quelques secondes en plus à attendre devant le pas de la porte avant de pouvoir entrer dans la demeure et que les soins commencent à être instaurés. Elle se retint néanmoins de faire une quelconque remarque et lâcha un simple "oui" qui suffit à expliciter la situation mais dont le ton évidemment était un brin sec. Son irascibilité pouvait se faire entendre. Elle n'était pas du genre à cacher ses pensées et ses sentiments.

Toujours est-il qu'elle le laissa observer son confrère ailé et entra quand il lui intima de le faire pour aller poser l'animal sur le comptoir et permettre une meilleure observation avec les lumières. Le bruit provenant de la fauconnerie lui fit lever les yeux pour repérer un étage où il semblait y avoir la présence de nombreux volatiles. Cela lui rappelait étrangement la maison de son bourreau qui lui aussi était fauconnier. Cet endroit isolé où vivait un homme avec ses rapaces et une gamine enfermée dans le grenier. Mais cela faisait partie du passé et désormais elle devait se focaliser uniquement son son compagnon ailé et sur sa guérison qui devait être obligatoire. Elle ne supporterait pas qu'il en soit autrement. Elle décida donc de répondre à cet homme qui lui avait demandé la cause de tout ceci. Si seulement elle le savait...

"Je ne sais pas ce qu'il a. Il est arrivé y a deux jours, et il était blessé. Je l'ai soigné en espérant que ça se remette mais il s'est affaibli et finalement je n'ai pas eu d'autres choix que de vous l'amener. "

Elle marqua une pause pendant que sa main lentement caressait le volatile. Elle n'était pas du genre à être inquiète, pas du genre à s'énerver rapidement ni même à prendre la mouche. Mais quand il s'agissait de Daärim, elle était rapidement à fleur de peau et rapidement elle devenait agressive et exigeante. Ce n'était pas un caprice, c'était simplement de l'inquiétude qui s'exprimait de la manière qu'elle pouvait. Elle n'était pas quelqu'un avec beaucoup de sentiments. Elle n'aimait pas forcément les gens, ou du moins il l'indifférait grandement. Elle s'en foutait de tout et faisait toujours ce qu'elle voulait. Donc forcément, peu de choses l'atteignaient. Elle fixa l'homme droit dans les yeux et le darda d'un regard pénétrant avant de formuler le fond de sa pensée.

"Je ne sais pas si c'est un empoisonnement, si on l'a attaqué ou que sais-je, mais vous avez intérêt à trouver et à me le soigner ! Est ce clair ? De l'argent j'en ai. S'il meurt, je vous préviens que ce n'est pas moi qui payerai mais vous, et de votre vie ! "

Et voilà le ton était lancé... Pauvre homme qui n'avait rien fait et qui allait sûrement s'évertuer à réaliser son travail, voilà que planait sur lui une menace de mort.... Si seulement il n'avait pas ouvert... Peut-être qu'elle aurait simplement laissé tombé en se disant qu'il n'y avait personne. Elle aurait frappé longtemps mais au bout d'un moment, il fallait bien reconnaître que forcément elle aurait du abandonner. Mais toujours est-il qu'ici non seulement il avait ouvert mais en plus toute la responsabilité de l'état de son faucon reposait sur les hommes de cet homme qu'on avait tiré de son sommeil pour le mettre devant le fait accompli. Il avait intérêt à soigner l'animal cela dit parce qu'elle n'était pas en train de jouer et si jamais Daärim mourait, par chagrin et colère mélangés, elle n'aurait aucun mal à le tuer. Elle se reprit néanmoins et quitta des yeux le fauconnier avant de regarder son ami ailé. Elle le regarda un instant avant de reprendre la parole, d'une voix qui se voulait maîtrisée mais emprunte de plus d'inquiétude que les propos précédents.

"Que puis-je faire pour vous aider ?"

_________________

Toi, mon Faucon
Toi, mon ami
Toi, qui ne me quitte pas
Toi, qui s'envole à l'effigie de notre liberté commune
Nous sommes devenus un,
De ton nom, Daärim, tu te lies au mien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: it's a dark day [Pv Lundre ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
it's a dark day [Pv Lundre ]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dark Heresy ?
» reportage photo : Apocalypse chez les Dark Angels
» Dark City 2.10 FIN
» land speeder dark eldar
» Dark Angels + Ultra Marines + titan Ork VS GI

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Echo des Plaines : Chapitre VII ▬ Le Retour d'Inasmir :: HORS JEU :: Vous serez tous pendus ! :: Miroir aux souvenirs-
Sauter vers: