AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Se ressourcer là où il faut bon vivre [PV Solan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
▬ Contributions à l'histoire : 409


Amaëlys Cathëilina

▬ Contributions à l'histoire : 409

MessageFeuille de route
MessageSujet: Se ressourcer là où il faut bon vivre [PV Solan]   Mar 05 Juin 2012, 01:26

Perllan. Sa contrée natale. Le lieu de toute son enfance, des plaisirs que rien effacent. Les odeurs typiques d'une région dont la verdure est omniprésente. Là où tout a commencé et là où elle avait besoin de revenir, du moins d'y passer avant de repartir vers une contrée bien moins plaisante. Rhewilf était l'endroit qu'elle avait quitté il y a maintenant plusieurs jours. De la neige, du froid, de la rudesse, des sentiments violents. Elle n'avait encore jamais vécu un tel moment et surtout, elle l'avait enfin rencontré. Elle ne s'y était pas attendue car Rhewilf n'est pas Bairr bàn et dans sa tête, elle devait atteindre ce lieu pour pouvoir le voir. Or elle n'avait pas eu le temps de s'y rendre que leurs chemins se croisent et la surprennent par la même occasion. Ca avait été un moment de souffrance, un moment de contradictions internes. Elle avait rencontré son père et lui n'avait rencontré qu'une gamine. Elle avait voulu qu'il la reconnaisse, qu'il l'accepte malgré tout ce que sa mère lui avait narré sur sa personne. Elle le savait dur d'approche, elle le connaissait sous un jour charmeur et à la fois violent. Mais là elle n'avait eu que rudesse d'échanges et avait désespérément tenté de capter son attention. Sans comprendre vraiment pourquoi, elle n'avait pas révélé son identité. Allez savoir ce qui lui avait traversé l'esprit.... Mais prise de cours, elle avait décidé d'apprendre d'abord à le cerner et même de chercher à se lier pour pouvoir peut-être savoir où était son frère tant désiré. Mais ce moment avait été bien plus complexe sentimentalement qu'elle ne l'aurait cru. Et au final, c'était par miracle qu'elle avait réussi à obtenir une seconde rencontre, à Sliabh Òrga, et plus précisément dans les Ruines de Londunë. Encore un lieu froid et dont le dessin n'était que montagnes et roches, totalement différent de sa contrée natale qu'elle affectionnait tant. C'était bien pour ça que même si c'était un détour, elle avait calculé sur son itinéraire un passage par Perllan. Elle ne savait pas si elle irait voir sa mère... Simplement parce qu'elle n'avait pas la moindre idée de si elle était capable de ne pas lui révéler sa découverte. Elle savait que celle-ci la dissuaderait d'y aller ou encore désirerait faire le chemin avec elle, mais elle ne pouvait pas l'admettre. Pas maintenant. Elle devait se confronter à son paternel, c'était un besoin et elle devait le faire seule. Mais être dans les bras si réconfortant, si maternels, cela lui manquait éperdument. Elle avait besoin de retrouver un point d'ancrage... Elle n'avait rencontré personne de connu sur la route, le retour à Perllan s'était fait en solitaire, accompagnée de sa monture qu'elle avait désormais libérée pour parcourir Perllan à pieds. Elle en trouverait une autre si nécessaire au moment de repartir vers Sliabh Òrga.

Elle s'arrêta quelques secondes à l'orée de la Forêt de l'Eveil. Cette fameuse forêt dont immergeait des rumeurs folles sur des arbres parlant tout ça pour effrayé les inconnus. C'était amusant elle devait le reconnaître mais ce n'était que sottise, cette forêt était dense et magnifique. Combien de fois n'avait-elle pas voulu s'y rendre enfant, y entraîner Elzaïr qui refusait catégoriquement d'y mettre les pieds, lui qui croyait dur comme fer à cette rumeur qu'on racontait aussi aux enfants pour éviter qu'ils n'aillent s'y perdre. Au final, ça avait été plutôt efficace car il l'avait toujours empêchée de s'y rendre. A se souvenir elle se rendit compte qu'elle était une enfant plutôt intrépide et qu'au fond, c'était sûrement cela qui l'avait poussé à voyager ainsi et parcourir Lanriel, en plus de cette recherche paternelle effrénée. Penser à Elzaïr entraîna une certaine souffrance qu'elle avait atténuée avec l'oubli. Mais la nostalgie d'une époque si facile lui parut lourd à porter à ce moment précis et elle sentit les larmes monter. DEpuis la rencontre avec son père, elle n'avait pas craqué, même pas quand cet homme avait disparu sur le dos de son reptile immense et effrayant. Elle était simplement partie pour quitter la région rapidement et trouver un point de chaleur quel qu'il soit. Elle avait compris qu'une pause s'imposait et qu'elle devait également retourner aux sources. Et voilà, elle était ici à Perllan et pour la première fois, elle se sentit faible et fragile et elle se demandait si elle ne devait pas arrêter tout ça, rentrer chez elle, et reprendre sa vie dans son cocon familial et s'y enfermer quelques temps pour retrouver ses marques. Elle essuya rapidement ses joues pour effacer les traces humides qui venaient de s'insinuer. Elle avait juste besoin de quelques jours de repos et de détente... Elle était simplement fatiguée. Voilà. Elle ne devait pas abandonner maintenant. Elle lui avait dit à cet homme qu'elle tiendrait le coup, ce n'était pas pour revenir sur ses propos à la moindre faiblesse psychologique. C'était difficile mais elle le savait et elle s'était donné le défi toute seule de supporter cette situation sans chercher à s'en défaire. Donc elle tiendrait, c'était comme ça et pas autrement.

Elle essuya de nouveau rapidement ses yeux avant de prendre un bon bol d'air. Elle avait retrouver des endroits connus à Perllan, ça lui ferait du bien de reprendre ses marques et de pouvoir profiter des bienfaits ruraux de cette contrée. Alors qu'elle entendit un bruit, elle se retourna et ce fut avec une grande surprise qu'elle remarqua qui venait d'approcher et qui elle n'aurait jamais cru revoir ici, surtout maintenant.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▬ Contributions à l'histoire : 2354


Solan Runnarth

▬ Contributions à l'histoire : 2354

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: Se ressourcer là où il faut bon vivre [PV Solan]   Jeu 26 Juil 2012, 14:42

Oui, Perllan. Combien de fois ses pas l'avaient mené ici par le passé ? Plusieurs fois, à vrai dire. Néanmoins, il ne s'y était jamais vraiment senti à son aise. La raison ? Il ne la connaissait pas précisément, mais il se doutait que son enfance passé à errer ici et là, à travers bois et prairies, l'avaient quelque peu dégoûté de cette atmosphère que certains se plaisaient à qualifier de reposante. Pour lui, le mot juste était oppressante. Pour beaucoup, la forêt, la campagne, c'était le souvenir d'une enfance heureuse, d'après-midi passé à cueillir des baies et à s'en goinfrer, ainsi qu'un tas d'autres souvenirs qu'il était facile pour qui a vécu proche de la nature de les imaginer. Pour Solan, c'était différent: il n'avait pas vécu proche de la nature, il avait grandi en son sein plusieurs mois durant, et s'il s'en était sorti sans trop de peine, il n'avait jamais été vraiment nostalgique de cette époque passé à se cacher des hommes dont il chapardait les biens. C'était il y a longtemps, certes, mais il n'aimait guère y repenser et, s'il passait outre ses vieux démons lorsqu'il y était forcé, il n'aimait pas s'aventurer à travers bois quand cela n'était pas nécessaire. Il se sentait bien plus à l'aise dans les ruelles d'Unigol ou même de Dinas Uchel. Et pourtant, il était là aujourd'hui, à Perllan. Y était-il donc contraint ? Non, pas vraiment. A dire vrai, si Perllan lui rappelait de mauvais souvenirs, il semblait être voué à ne pas y trouver que des déceptions.

Ainsi, ce n'était pas la première fois qu'il mettait les pieds dans la partie la moins citadine de Cathairfal. La dernière fois qu'il y était venu, c'était à l'occasion du Grand Tournoi, où il s'était amusé à délester quelques personnes de leurs bourses, dont cette femme, cette Blasonnée qui n'avait pas hésiter à lui résister malgré la violence dont il avait fait preuve. Il y a plus longtemps encore, il y avait rencontré Prophessy. Un instant, il songea à ce qu'elle était devenue, puis il termina simplement par se dire qu'elle avait probablement disparut dans le vaste monde, et qu'il ne la reverrait sans doute plus jamais. Il n'en garderait que mieux le souvenir, pensa-t-il. A de nombreuses reprises il était venu ici pour se cacher un peu, ou bien pour cambrioler les maisons des riches habitants de Cathairfal, Rentiers ou Blasonnés, qui étaient attirés par l'isolement relatif de Perllan. Aujourd'hui pourtant, ce n'était pas pour ça qu'il était là. Non, il venait dans l'espoir de retrouver quelqu'un.

Il y a plusieurs mois que Solan n'avaient pas remis les pieds à Cathairfal, profitant de sa nouvelle carrière de mercenaire pour explorer la vaste Lanriel, continent sur lequel il avait vécu le trois quart de sa vie sans jamais n'en voir plus que Cathairfal et ses environs. Son périple avait commencé alors qu'il accompagnait Una jusqu'au Sérail des Dessinateurs puis, revenant sur ses pas, il était retourné vers le nord pour arriver jusqu'à Wlad Hud où il n'avait trouvé que désolation et ennui mortel. Il avait donc continué son chemin, espérant dans un premier temps regagner Cathairfal directement, c'est à mi-chemin qu'il avait croisé Amaëlys dont il avait partagé la compagnie avant de la laisser s'en aller en direction de Bairr Ban. Depuis, il avait poussé son aventure jusqu'à Port-aux-princes mais, n'osant pas franchir le bras de mer qui le séparait des îles pirates, il rebroussa finalement chemin et, après un ultime détour par Loch Eydis, il était revenu à Cathairfal. C'était il y a deux semaines environ et, depuis, il avait repris sa vie à Cathairfal, exécutant de temps à autres quelques contrats qui lui permettaient maintenant de vivre décemment. Pourtant, il n'avait pu s'empêcher de s'interroger: qu'était-il advenu d'Amaëlys ? Malgré toute la bonne volonté qu'il déployait pour feindre de ne pas s'en rendre compte, il lui était difficile de nier l'attachement qu'il avait pour elle et, parfois, il s'étonnait encore de la ressemblance bien plus que patronymique qu'elle partageait avec Lis. Ainsi, au cours du bout de chemin qu'ils avaient passé ensemble, il avait appris que c'est à Perllan qu'elle vivait quand elle ne voyageait pas et il ne pouvait s'empêcher de s'interroger sur ce qui était advenue d'elle. Difficile de ne pas imaginer le pire quand on est soi-même l'une des raisons pour lesquelles il est dangereux de voyager dans Lanriel, pas vrai ?

C'est donc dans l'espoir de la retrouver qu'il avait gagné Perllan, bien qu'il craignait qu'elle ne soit tout simplement pas encore rentrer du périple qu'elle aussi avait entrepris de son côté, à la manière d'un voyage initiatique. Un truc de druide, sans doute. Toujours était-il qu'il se rendit compte qu'il ne savait pas où elle vivait précisément, et qu'il devrait sans doute se renseigner auprès des habitants du coin. S'en suivit alors une longue et fastidieuse entreprise qui, dans un premier temps, ne porta pas ses fruits. Alors qu'il était sur le point d'abandonner, Solan obtint finalement quelques indications, un passant lui indiquant qu'il connaissait la jeune femme et qu'il l'avait justement vu passé une ou deux heures plus tôt, et qu'elle s'en était allé en direction de la Forêt de l'Eveil. Etait-ce vraiment elle ? Le paria hésita d'abord à se rendre dans la forêt puis, finissant par se dire que cela valait la peine d'essayer, finit par se résigner. Il ne connaissait de cet endroit que les ridicules légendes qui l'entouraient, aussi craignait-il de ne jamais retrouver la druidesse si elle s'était déjà enfoncée dans la forêt. Eydis, pourtant, semblait être à ses côtés aujourd'hui car, à peine était-il arrivé en vue de la Forêt de l'Eveil que déjà il remarquait une silhouette qui se mouvait entre les premiers arbres. Il n'y avait pas l'ombre d'un doute, c'était elle, la longue crinière blonde qui battait au vent ne pouvait en laisser présager autrement. L'espace d'un instant, il douta: devait-il vraiment s'imposer à elle de la sorte ? Déjà pourtant Amaëlys se retournait vers lui. Il n'était plus question de fuir.

« - Pourquoi cela ne me surprend pas de te trouver ici ? » dit-il, lui souriant maintenant chaleureusement. « - Je suis rentré à Cathairfal il y a peu, et je savais que tu vivais à Perllan alors ... J'espère ne pas te déranger ?»

Il se sentait presque obligé de justifier la raison de sa présence, comme si cela était déplacé ou malvenu. Ses yeux se posèrent dans ceux d'Amaëlys et il ne put s'empêcher d'y lire l'étonnement. Pensait-elle ne pas le revoir de sitôt ? Possible. Lui était content de la savoir saine et sauve: il pouvait maintenant s'empêcher de se maudire de ne pas lui avoir proposé de poursuivre la route à ses côtés.

« - Je voulais m'assurer que ... » Il n'osa pas finir. « - Je suis content que tu ailles bien. »

Il n'ajouta rien. Il se maudissait maintenant de s'être inquiété pour rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▬ Contributions à l'histoire : 409


Amaëlys Cathëilina

▬ Contributions à l'histoire : 409

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: Se ressourcer là où il faut bon vivre [PV Solan]   Lun 30 Juil 2012, 03:56

Contrairement à son homonyme masculin, elle était particulièrement surprise de trouver Solan ici. En réalité, elle ne s'était attendu à croiser personne qu'elle connaissait en revenant aux sources. Tout ce qu'elle avait souhaité c'est simplement de l'apaisement et Perllan lui avait paru l'endroit le plus conseillé. Elle avait envie de revoir sa mère mais elle n'allait pas aller la trouver car son périple n'était pas fini et elle ne voulait surtout pas que sa mère la tente pour rester chez elle car sincèrement, elle n'aurait peut-être pas le courage de refuser et de retourner pour le coup au point de rendez vous qu'elle avait mis avec Zoran, son père, son horrible père, cet homme dont pourtant elle cherchait l'attention. Il avait été désobligeant avec elle, il l'avait traité comme une brindille sans aucune importance. Il ne savait pas qui elle était c'était réel, il ne la voyait que comme une personne avide d'en apprendre davantage sur les plantes et qui agissait telle une enfant. C'était vrai qu'elle avait perdu pied devant lui... Mais enfin, enfin elle avait obtenu quelque chose puisqu'il avait accepté de la revoir. Ainsi elle ne pouvait pas abandonner, ce serait bien trop lâche de sa part. Elle était forte, elle savait qu'elle pouvait le faire. Mais simplement elle avait besoin d'un peu de repos, du moins du repos pour l'esprit. Et ce n'était que dans cette contrée qu'elle pourrait en retrouver. Mais elle ne s'était pas du tout préparer à le revoir, lui. Un homme cela allait de soi mais pas n'importe lequel. Celui qui avait été son premier, celui qui l'avait marquée et dont elle ne pouvait nier un attachement qu'elle n'avait pas contrôler. Il était important pour elle, ce n'était pas qu'un inconnu et ils avaient parcourus un bout de chemin ensemble qui les avait rapprochés encore. Un étranger ce n'était pas le cas. Un ami c'était certain. Plus ? Elle ne pouvait pas encore le déterminer et elle n'avait pas envie d'y réfléchir. Elle se laisserait guider par Eydis et par ce qu'elle lui réservait. Tout ce qu'elle voulait, c'était ne pas le perdre comme elle avait perdu les hommes chers dans sa vie. Mais peut-être le destin commençait -il à changer. Elle avait retrouver son père, elle avait retrouvé cet homme et il revenait de nouveau à elle. Peut-être arriverait-elle alors à retrouver son jumeau également ? Elle l'espérait du fond du coeur. Mais une chose à la fois. De pas sa sincérité des sentiments, elle ne se concentra que sur l'homme qui se tenait devant elle.

Elle était surprise, non plus de sa présence maintenant, mais de ses propos. Etait-il venu jusqu'à Perllan pour elle ? C'était ce qu'il semblait sous-entendre. Cette gentillesse la toucha bien plus que cela ne devrait. En réalité, cette douceur dans sa voix, cette chaleur qui émanait de lui ne put que lui apporter tout ce qu'elle avait espéré retrouver en venant à Perllan. Après avoir été ainsi torturée psychologiquement par l'attitude de son père, par la froideur de la région tout comme son austérité, retrouver une personne qu'elle connaissait et qui allait lui offrir un peu de réconfort et de douceur... C'était bien plus que tout ce qu'elle avait espéré. Ainsi une fois la surprise passée, une fois qu'elle fut capable de vraiment réaliser qu'il était là et qu'elle ne rêvait pas, elle n'attendit pas plus longtemps pour se jeter un peu à son cou. Elle se serra contre lui et entoura son cou de ses bras. Elle était réellement heureuse de le voir et elle fit ce qu'elle peut pour ne pas pleurer de nouveau. Mais c'état difficile. Elle essuya discrètement ses yeux et resta comme ça un temps, appréciant d'entendre son coeur battre parce que leurs corps étaient proches, de sentir sa poitrine se lever et de rabaisser au rythme de sa respiration, de sentir sa chaleur humaine. Elle s'était sentie tellement seule ces derniers jours, désemparée, qu'elle se raccrochait à la seule personne qui lui était apparue digne de la réconforter. Elle avait de rester comme ça un moment et c'est ce qu'elle fit. Juste rester contre lui. Elle ne lui avait pas encore adressé la parole, elle n'avait pas encore exprimé son contentement mais elle savait qu'elle avait d'abord besoin de se contrôler pour ne pas paraître triste ou même dérangeante. Elle ne voulait pas être un poids ou une contrainte alors qu'il avait l'air content de la voir. Elle ne voulait pas l'écraser avec ses problèmes. Il était content qu'elle aille bien, alors elle allait lui montrer qu'elle allait bien. Elle voulait qu'il le croit et elle voulait qu'il sourie encore. Pas d'inquiétude sur son visage, pas de tristesse, elle voulait juste qu'il sourie. C'était bien mieux ainsi. Elle finit donc par défaire son étreinte et bien que ses yeux étaient encore un peu brillant, il n'y avait pas de larmes ni même de traces. Elle avait fait tout disparaître. Un doux sourire imprégna son visage et elle le regarda un instant avant de se décider enfin à parler.

"Je suis vraiment contente de te voir aussi... Je ne m'y attendais pas, tu m'as surprise."

Elle rit un peu doucement alors qu'elle défaisait totalement son étreinte et qu'elle reculait d'un pas ou deux pour ne plus le coller comme elle venait de le faire. Elle n'était pas gênée, mais elle voulait le laisser respirer. Elle venait déjà de l'étreindre pendant de longues minutes, il avait le droit d'être tranquille. Elle reprit la parole.

"D'ailleurs tu vois je suis tellement contente que je n'ai pas pu m'empêcher de te sauter dessus." Elle sourit doucement amusée avant de l'observer. "Toi aussi tu as l'air en forme... J'ai hâte que tu me racontes ton périple !"

Sa bonne humeur habituelle était revenue. Pour se sentir bien, il fallait qu'ils discutent, qu'il lui raconte ce qu'il avait vu, ce qu'il avait fait, qu'il lui change les idées. Peut-être elle aussi lui raconterait son périple...peut-être tout, peut-être pas, elle ne savait pas encore mais elle n'avait pas envie d'y penser. CE n'était pas important dans l'immédiat, c'était d'abord lui qui devait parler. Elle aurait aimé pouvoir l'emmener chez elle, lui montrer sa maison, lui présenter sa merveilleuse maman, qui était la femme qu'elle aimait le plus au monde, mais c'était trop risqué. Quoi que peut-être que s'il était là elle aurait plus facile de repartir ? pas sûr... Elle ne préférait pas prendre le risque, elle aurait trop à perdre de ne plus être capable de reprendre la route. Elle reprit cependant la parole.

"Tu connais la Forêt de l'Eveil ? J'aime cet endroit... c'est une forêt dont certains ont peur suite aux rumeurs que les habitants de Perllan ont fait naîtr pour effrayer les étrangers." Elle rit "Ils sont bêtes... Mais viens, on sera mieux ailleurs, le Jardin Princier sera bien plus agréable pour discuter!"

Elle lui prit la main et se mit en route avec lui. Le Jardin Princier était un somptueux endroit qui avait été appelé ainsi grâce à ma visite d'un roi qui s'était amouraché de ce lieu. Elle ne pouvait que le comprendre. Elle même adorait cet endroit et prenait grand plaisir à s'y balader. Il fallait dire qu'il en valait clairement la peine. Leur région était devenue beaucoup plus connue et visitée après que ce roi lui ait rendu ainsi un tel hommage. encore maintenant des personnes de la haute société appréciait venir à Perllan pour pouvoir visiter ce lieu et s'y balader. C'était un endroit très apaisant. Tout ce qu'il lui fallait en somme pour profiter et se ressourcer. Surtout en si bonne compagnie. Alors qu'elle avançait lui tenant toujours la main, elle le regarda.

"Alors te voici de nouveau à Cathaïrfál. Je ne pensais pas que tu viendrais à Perllan. J'ai un très bon souvenir de toi ici...."

Elle sourit en coin bien que ses joues avaient pris une légère teinte rosée.Evidemment elle faisait référence à leur première rencontre qu'elle ne pouvait certes pas oublier de si tôt. Mais désormais, cet homme ne lui inspirait pas que ce moment, il lui inspirait la douceur et le calme, un moment agréable aussi qui s'était déroulé y a un temps maintenant. Elle le regarda un instant avant de reprendre la parole pour ajouter quelque chose.

"J'ai... cru déceler dans tes propos que tu serais venu ici pour me retrouver... C'est vrai ?"

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▬ Contributions à l'histoire : 2354


Solan Runnarth

▬ Contributions à l'histoire : 2354

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: Se ressourcer là où il faut bon vivre [PV Solan]   Mar 14 Aoû 2012, 08:19

Si Amaëlys fut surprise de revoir Solan, ce dernier était quant à lui surpris de voir quel intérêt leur retrouvaille avait suscité chez la Druidesse. A dire vrai, il avait imaginé nombres de scénarios alors qu’il faisait route vers Perllan, et parmi tous, ceux dans lesquels Amaëlys était heureuse de le retrouver n’était pas ceux qui lui apparaissaient être les plus convaincants, et il n’avait de toutes façons pas imaginé une pareille réaction. En fait, il lui avait paru que, au mieux, cela ne la dérangerait pas et, qu’au pire, elle aurait trouvé ça franchement déplacé qu’il cherche à la retrouver comme ça, comme s’ils étaient proches … Mais, alors qu’elle lui sautait au cou, le paria dut bien se rendre à l’évidence : elle semblait franchement heureuse de le revoir, et Solan se surprit à apprécier cela. Ca le rassurait, quelque part. Il n’était pas encore très habitué à l’idée que certaines personnes puissent avoir de l’affection pour lui, ou plutôt il en avait perdu l’habitude au fil des années à fuir toutes sortes de relations, amicales entre autres. Quand ce qu’il pensa d’abord n’être qu’une simple accolade se transforma, au bout de plusieurs secondes, puis de plusieurs minutes, en une étreinte dont il ne sut déterminer la signification, Solan se mit à la serrer inconsciemment dans ses bras, et de plus en plus fermement. L’idée que la jeune femme puisse aller mal ne lui vint pas explicitement à l’esprit mais, inconsciemment, le paria savait que quelque chose n’était pas normal, et c’était la seule chose qu’il lui sembla possible à faire pour l’instant : rendre ce que lui donnait Amaëlys. Puis, elle glissa quelques mots avant de se détacher de lui, et il eut l’impression qu’on lui arrachait quelque chose. Néanmoins, il ne l’en empêcha pas. Le sourire d’Amaëlys le rassura, elle ne semblait pas malheureuse. Sa bonne humeur communicative ne tarda pas à faire son effet, et il ria un peu quand elle l’observa avant de conclure sa bonne forme :

« - Il faut dire que j’ai fait beaucoup de chemin après que l’on se soit séparé. J’aurais beaucoup de choses à dire. » dit-il simplement, avant de reprendre : « Mais on a tout notre temps. »

Lui, en tout cas l’avait. Il avait encore un peu d’argent pour vivre une semaine ou deux sans avoir à travailler, et il avait maintenant l’intelligence de mettre une partie de ses gains de côté, en cas de réelle urgence. Bref, il pouvait bien se permettre de flâner avec Amaëlys autant qu’elle supporterait sa présence. Pour l’instant, il ne semblait pas encore importuner la Druidesse qui, l’attrapant par la main, se mit en tête de quitter la forêt de l’Eveil pour gagner le Jardin Princier. Il se laissa entraîner sans rien dire. En fait, il préférait de loin le Jardin, même s’il n’avait jamais eu l’occasion d’y passer beaucoup de temps.

« - Je préfère le Jardin Princier, même si m’a toujours semblé être un endroit trop paisible pour moi. » confia-t-il sans vraiment sembler le regretter. Ils avançaient toujours quand elle fit allusion à leur toute première rencontre. Solan la regarda, étonné, puis sourit. Les images lui revinrent en tête et il eut du mal à croire que ça avait eu lieu à quelques pas d’ici. Sans doute dans la Forêt de l’Eveil, d’ailleurs. Ce soir-là, la paisible Perllan avait pris un air bien plus agité qui, au goût du jeune homme, était bien plus intéressant et, l’espace d’un instant, il se souvint de ce qu’il s’était passé entre eux. Il finit par dire :

« Un très bon souvenir ? Tu me flattes … Il y a tellement de temps qui s’est écoulé depuis cette nuit-là … J’ai du mal à croire que c’était ici, que c’était nous. » avoua-t-il avant de reprendre, amusé : « Les années ont dû influer sur le souvenir que tu as de moi. »
Ils continuèrent à marcher le long des petits chemins bordés de fleurs, plus colorées et jolies les unes que les autres. L’endroit tout entier sentait bon et le soleil brillait suffisamment pour réchauffer l’air. Il faisait beau. Comme il l’avait dit plus tôt, c’était un endroit paisible pour un moment paisible. Ils se faisaient rares, ces moments, et il ne les appréciait que d’autant plus. La compagnie d’Amaëlys l’apaisait, et il en avait besoin après ces dernières semaines plus que mouvementées. Est-ce ça qu’il était venu chercher à Perllan, un genre de réconfort ? Peut-être bien, et il s’en trouva très égoïste.

« - Oui, c’est vrai. Je me demandais ce qui avait bien pu t’arriver après que nos routes se soient séparée et j’avais besoin de vérifier par moi-même si tu étais revenue saine et sauve. » Il sembla hésiter un peu, puis reprit : « Et puis, je te devais quelque chose ! » Il fouilla un peu dans le sac qu’il portait toujours en bandoulière en sortit un paquet : « - Tiens, c’est pour toi. Je l’ai faite faire selon des mesures approximatives, mais … je me souvenais plutôt bien de ton corps. » dit-il sur le même ton qu’elle avait employé plus tôt, alors qu’elle avait fait référence à leur première rencontre. « - Si elle ne te va pas ou ne te plaît pas, on pourra aller la faire retoucher, ça ne me gêne pas. »

Quand Amaëlys ouvrirait le paquet, elle découvrirait une robe faite par un tailleur de Cathairfal que Solan lui avait faite faire. La robe était d’un style plutôt simple, mais finement réalisée et peu encombrante pour qu’elle puisse la porter lors de ses voyages. Solan se remit à marcher le long d’un lac sur lequel flottait des nénuphars et dont le clapotis de l’eau ajoutait à la quiétude du lieu. Il s’arrêta à nouveau pour profiter de l’atmosphère. Quand il fut rejoint par son amie, il dit :

« - Ca me fais penser à Loch Eydis. En bien plus petit, c’est vrai. T’y es déjà allé ? Ça te plairait, je crois. » Solan marqua une pause : « Jusqu’il y a quelques semaines, cette étendue d’eau était la plus grande que j’avais jamais vu. Puis j’ai été à Loch Eydis, et après j’ai été à Port aux Princes, et j’ai vu la mer. Tu sais que j’ai aidé à libérer une Devineresse esclave d’un équipage de pirates ? » dit-il, sans vantardise, mais plutôt d’un air étonné. « - J’ai fait un long voyage. » Il marqua une pause, et reprit : « - Trouvons un endroit où s’installer, et je raconterai tout. Après, ce sera ton tour. »

Il lui sourit encore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▬ Contributions à l'histoire : 409


Amaëlys Cathëilina

▬ Contributions à l'histoire : 409

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: Se ressourcer là où il faut bon vivre [PV Solan]   Ven 17 Aoû 2012, 01:32

Amaëlys n'avait pu s'empêcher de rire quand il parla de leur première rencontre. Il est vrai que maintenant cela lui paraissait loin. Elle n'avait sûrement pas enjolivé, elle se souvenait de cette force virile et de la surprise et l'inquiétude que sur le moment elle avait ressentie. Ce n'était pas un moment parfait, c'était simplement un moment important de sa vie. Et elle avait aimé ce moment, même avec ses imperfections. Mais il est vrai que tout ça lui paraissait lointain. Déjà lorsqu'elle avait revu Solan pour la première fois au début de son périple, il lui était apparu comme sorti d'un rêve, un rêve qu'elle avait fait plus jeune. Et maintenant, ce rêve lui paraissait presque irréel. Il lui était encore arrivé d'y penser lorsqu'elle avait imaginé Perllan, sa verdure, sa forêt lorsqu'elle avait cherché un brin de réconfort dans des pensées positives. C'était sûrement pour cela qu'elle se trouvait ici maintenant, pour tenter de retrouver un coin paisible et familier. Elle en avait parcouru du chemin depuis qu'elle avait quitté sa contrée natale. Elle avait souffert également même si ce n'était que dernièrement cela. Mais elle avait vu aussi de belles choses, elle avait grandi, rencontré certains personnes intéressantes. Tout cela l'avait forgé mais surtout lui avait montré que sa petite vie paisible de Perllan -même si là aussi elle avait souffert de plusieurs manières - n'était qu'une infime partie de la vie. Il y avait beaucoup de choses à voir, beaucoup de moments difficiles à braver, que la vie n'était nullement simple et que le monde n'était pas aussi gentil qu'elle avait voulu l'espérer. Oh bien sûr elle n'était pas de ces petites jouvencelles naïves qui ne se méfiait de personnes, c'était davantage un trait de sa personnalité de souhaiter trouver du bon en chacun des gens. Mais elle avait compris qu'Eydis ne mettait pas que de bons évènements dans la vie de Hommes simplement parce que ce serait leur mentir. Bien sûr ce n'était pas facile et elle avait mis beaucoup de temps à l'accepter, mais Eydis permettait qu'on se relève des épreuves pour mieux arriver à continuer, mais elle ne pouvait pas préserver des embûches qui constituaient la vie. Mais tout ça n'avait pas d'importance dans le moment actuel, après tout, elle se baladait tranquillement avec Solan, sans encore avoir lâché sa main, et sa présence lui apportait un apaisement bénéfique, c'était parfait elle qui l'avait souhaité en venant à Perllan.

Le Jardin Princier était magnifique. Comme il l'avait toujours été. Elle était venue un nombre incalculable de fois lorsqu'elle vivait ici. En bonne compagnie ou seule. Elle y était venu avec son ami d'enfance... Le jour avant qu'il ne parte d'ailleurs. Ils avaient erré tous les deux en profitant de sa beauté. Un peu comme elle le faisait là maintenant avec Solan. Elle ne put s'empêcher de lever les yeux sur lui. Bien que sur le moment même, elle n'avait pas vu son visage, désormais son rêve d'antan avait été modifié depuis qu'elle avait connu son identité. Elle pouvait mettre un visage à cet inconnu et elle ne pouvait nier que c'était plutôt agréable. Surtout que Solan était loin d'être le genre d'homme qu'on puisse ignorer, il avait une beauté étrange. Il n'était pas l'homme parfaitement beau, sans faille, qu'on pouvait imaginer, mais il avait cette beauté virile, masculine, d'un homme qui a vécu et qui a beaucoup vu. Elle aimait le regarder, observer son faciès, y découvrir les petits défauts cachés parfois sous certaines petites rides naissances, ou encore offerts par des blessures passées.Ses cheveux étaient plus courts que la dernière fois. C'était amusant, malgré le temps écoulé, il semblait plus jeune avec ces cheveux ainsi rafraîchis. Elle ne put s'empêcher de sourire discrètement face à toutes ces pensées qui venaient de l'envahir. Elle regarda un peu la main qui tenait dans la sienne. La sensation n'était pas différente, elle connaissait cette main et l'avait appréciée par le passé. Mais elle se surprit à se rendre compte qu'elle était plus douce que celle de son souvenir. La chaleur qui s'en dégageait était enivrante mais apaisante aussi. Mais elle releva les yeux pour le regarder quand il prit la parole pour répondre à la question qu'elle venait de lui poser. Elle fut surprise et touchée de cette attention. Jamais elle n'aurait pensé qu'il se serait inquiété pour elle de cette façon lorsque leurs routes s'étaient séparées. Cela datait de quelques mois maintenant. Elle sourit doucement mais remarqua qu'il semblait en proie à une certaine hésitation. Elle voulut prendre la parole mais finalement il finit par faire son choix puisqu'il reprit la parole.

Sa surprise fut grande quand il sortit un paquet du sac et lui offrit. Elle sourit amusée à sa remarque sur son corps et le poussa gentiment avant de regarder de nouveau le paquet. Elle ne s'attendait pas du tout à recevoir un cadeau. Elle ne voyait pas du tout ce qu'il lui devait d'ailleurs. Elle ouvrit soigneusement le paquet et admira radicalement la robe somptueuse qu'elle tenait dans les mains...

"Solan... Tu n'aurais pas du..."

Elle déplia entièrement la robe et l'admira. D'apparence superficielle elle avait l'air simple mais en y regardant de plus prêt on pouvait voir le travail qui avait été réalisé dans ce vêtement et elle était persuadée que la légèreté de la robe et le tissu facilement pliable n'était pas anodin. Il était vrai qu'effectivement, elle pourrait transporter ce petit bijou sans trop de difficultés. Mais elle n'arrivait surtout pas à le quitter des yeux. Cela faisait très longtemps qu'elle ne s'était plus achetée de nouvelles robes. Son périple l'avait contraint à quelques reprises de le faire pour paraître un peu plus décente, mais jamais elle n'avait de toute façon acheté une robe aussi belle. Elle avait terriblement envie de la mettre mais elle remarqua que Solan s'était un peu éloigné alors elle se rapprocha de lui, la robe toujours dans ses bras. Elle n'eut pas le temps de le remercier que déjà il reprenait la parole. Mais ce n'était que partie remise. Elle l'écouta d'abord et fut très surprise.

"Loch Eydis ! Oh j'ai toujours rêvé d'y aller c'est vrai ! Mais je ne suis malheureusement pas passé par là ... Je le regrette." Elle aussi fut étonnée de la suite et elle sourit "C'est vrai que ça a du être une aventure...affronter les pirates! Comme dans les contes qu'on peut narrer aux enfants."

Elle l'observa d'un regard tendre quand il parla de son long voyage. Il semblait fatigué subitement et peut-être lui aussi avait-il vécu des choses pas faciles et qu'il avait besoin de se ressourcer. Elle acquiesça à l'idée d'aller se trouver un coin tous les deux mais la robe dans ses bras lui rappela quelque chose. Elle s'accrocha à son bras pour retenir la marche que Solan avait reprise.

"Attends ! La moindre des choses c'est quand même que j'essaye ta robe !"

Sans attendre qu'il réponde ou émette une objection, elle lui donna la robe pour qu'il la tienne et elle s'appliqua à se déshabiller. Défaisant le noeud de son baluchon, elle le posa délicatement au sol avant de commencer à défaire ses vêtements. Cela pouvait paraître surprenant de la part de quelqu'un comme Amaëlys mais au fond, elle n'avait jamais été gênée de ce genre ce comportement. Elle ne voyait pas ce qui avait de mal à ça. Oh bien sûr, elle portait une sous robe ce qui entraînait qu'elle n'avait nullement être nue, mais c'était quelque chose qu'on ne pouvait pas deviner avant qu'elle en soit à ce stade là de son déshabillage. Toujours est-il qu'elle fit glisser à ses pieds sa robe actuelle et resta donc en sous robe, d'un bleu doux, à fines brides qui laissait un peu plus suggérer son corps que la robe précédente qui le camouflait mieux, puis elle attacha rapidement ses cheveux pour avoir plus facile, prit la robe des mains de Solan et l'enfila soigneusement. Elle avait finalement compris pourquoi il lui avait offert cette robe, se souvenant parfaitement qu'elle avait du déchirer son ancienne après la chute qui l'avait blessé à la tête. Mais c'était quand même bien trop gentil alors qu'au fond la chute avait été de sa faute. Toujours est-il qu'une fois mise, elle passa doucement sa main sur la robe et sourit en s'observant un peu avant de regarder Solan.

"Alors ? En tout cas effectivement tu n'avais pas oublié mon corps. " Elle rit avant de sourire et de dire "Elle est vraiment magnifique..." s'approchant de Solan, elle le regarda un instant avant de passer doucement sa main dans les cheveux raccourcis de l'homme devant elle et elle déposa un baiser au coin de ses lèvres délicatement avant de lui sourire doucement. "Merci. Ca me fait très plaisir."..elle l'observa un peu avant de dire "Je suis contente que tu sois venu à Perllan, ça me fait du bien de te voir."

Elle lui sourit davantage avant de paraître amusée et de s'écarter pour aller replier ses anciennes affaires pour les ranger. Une fois fait, elle remit son baluchon sur son échine, refit le noeud plus ou moins au niveau de sa poitrine avec les deux brides provenant l'une de son épaule, l'autre de son bassin et elle reprit la main de Solan pour se remettre en route. Elle lui sourit doucement avant de regarder autour d'eux pour trouver un coin où s'asseoir. Après un instant, elle trouva un parterre floral encore plus coloré que ce qu'ils n'avaient vu jusqu'à présent et elle l'y entraîna. Elle s'assit alors enlevant à nouveau son baluchon mais ici pensant plutôt à le faire passer au dessus de sa tête qu'à défaire le noeud. Ici elle n'avait rien à ranger donc elle n'avait pas été obligée de le défaire. Elle attendit que Solan s'asseye, ses cheveux toujours attachés en une queue de cheval qu'elle avait oublié de défaire et elle le regarda amusée avant de prendre la parole.

"Alors vas y ! Raconte moi tout ce que tu as vécu ! Raconte moi pourquoi tu es allé à Loch eydis, et puis comment tu t'es retrouvé à affronter des pirates, et à Port-au-prince aussi ! Je veux tout savoir !"

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▬ Contributions à l'histoire : 2354


Solan Runnarth

▬ Contributions à l'histoire : 2354

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: Se ressourcer là où il faut bon vivre [PV Solan]   Dim 19 Aoû 2012, 08:11

Solan ne comprit pas d'abord. Que voulait-elle dire, quand elle affirma que la moindre des choses était d'essayer la robe ? Ce n'est que quand elle commença à se déshabiller qu'il comprit, et il fut étonné de voir avec quelle aisance elle s'était débarrassée de la robe qu'elle portait jusqu'alors. Il hésita: devait-il détourner le regard, ou pas ? Manifestement gêné, il pensa pourtant que faire comme s'il n'avait jamais vu le corps de la jeune femme était absurde, et son regard resta posé sur Amaëlys. Elle portait, en dessous de son premier vêtement, une sous-robe bien plus fine et serrée que la pièce censée la recouvrir, et elle épousait bien plus les formes de la Druidesse, l'esprit de Solan n'ayant plus que les détails de ce corps à imaginer, ou plutôt à se remémorer. Dire que la scène ne suscita rien d'autre chez lui que de l'indifférence serait mentir, et si ses pensées ne s'égarèrent pas de trop, il se souvint tout de même, encore une fois, de cette nuit où ils s'étaient rencontrés pour la première fois. A vrai dire, il s'interrogeait sur les raisons qui l'avaient poussé à jeter son dévolu sur elle: après tout, les fêtes de Beltane étaient pleines d'opportunités et rencontrer des femmes, souvent très belles, était à la portée de n'importe qui. Pourtant, son regard s'était posé sur elle et aucune autre, et il ne s'en était décroché qu'après qu'il l'ait emmené là-bas, à quelques mètres du sol qu'il foulait plusieurs années plus tard, aujourd'hui-même. Le premier intérêt qu'il lui avait porté avait été purement physique, sexuel, presque instinctif, animal. D'ailleurs, cela s'en était ressenti dans la façon dont il l'avait emporté: sans un mot ni vraiment de tendresse. Il songeait que, si cela était à refaire, il en serait sans doute autrement. Il était clair qu'elle n'était devenue un peu plus que cette femme au rire envoûtant dont il avait tant désiré le corps, et uniquement le corps, cette nuit-là.

Il l'observait maintenant qui attachait ses cheveux, avant d'enfiler la robe qu'il venait de lui offrir. Elle semblait contente, et cela suffit à le satisfaire lui aussi. Il fut néanmoins surpris des petits gestes d'affection qu'Amaëlys eut à son égard, d'abord la main dans les cheveux puis le baiser au coin des lèvres. Il ne s'en offusqua pas, mais n'importe qui aurait pu remarquer l'air surpris, voir gêné qu'il arbora l'espace d'un instant. Il n'y répondit pas. A vrai dire, il n'avait pas l'habitude de ce genre de rapport et il n'aurait pas su dire si les transports affectueux d'Amaëlys étaient normaux ou non.

« - Je ... C'est trois fois rien tu sais. » bredouilla-t-il en réponse à ses remerciements. Il se ressaisit un peu, et dit: « - En tout cas, elle te va à ravir, vraiment. Pour un spectacle pareil, ma blessure à la tête n'est pas si cher payée. » Il sourit, l'air charmeur, sans qu'il soit vraiment possible de déterminer si l'intention était tout à fait sérieuse. « - Je suis content de te voir aussi. »

Ce dernier aveu était visiblement sincère. Il ne savait dire pourquoi mais, depuis son passage à Port-aux-princes, où il avait échappé au tumulte des flots, il aspirait à un retour aux sources, à plus de quiétude. Ce moment partagé avec Amaëlys étanchait un peu cette soif de tranquillité, comme voyager l'avait fait pour sa soif d'aventure. Solan considéra la Druidesse qui l'emmenait à quelques mètres de là, près d'un parterre de fleur. Ils s’essayèrent l'un près de l'autre, et la jeune femme demanda à ce qu'il lui raconte son périple, comme il le lui avait promis. Le paria hésita d'abord, puis rassembla ses souvenirs, comme pour remettre de l'ordre dans le déroulement de ces dernières semaines qui n'avaient été pour lui qu'un long voyage, rythmé par quelques péripéties, rencontres et contrats. Il finit par dire:

« - Loch Eydis, c'était il y a plusieurs mois maintenant. Avant même qu'on le se retrouve à Tearmainn, à vrai dire. J'accompagnais ... une amie, qui se rendait au Sérail des Dessinateurs. C'est un endroit magnifique, je te le dis. Si tu as l'occasion de t'y rendre, fais-le, car je n'ai pas vu pareil endroit ailleurs ! » confia-t-il, visiblement marqué par la beauté de ce lac vers lequel Una et lui avaient fait route. Ses pensées s'égarèrent un instant sur la Dessinatrice et sur ce qu'il avait bien pu advenir d'elle, puis il revint vers Amaëlys: « - Après que l'on se soit séparé, j'ai fait route vers le sud. Je suis repassé par Loch Eydis, dans l'idée de passer la Jungle d'Odhra pour rejoindre le désert. »Il fit une pause, puis reprit: « - Mes plans ont finalement changés. J'avais besoin d'aller à Port-aux-Princes et de ... prendre la mer. C'est une longue histoire, et je ne suis pas certain qu'elle t'intéresse. Toujours est-il que là-bas, j'ai sympathisé avec un marin qui m'a proposé de faire la route dans le navire où il servait, un navire pirate. » Il sembla s'en vouloir un peu d'avoir dit cela, car Amaëlys comprendrait qu'il avait été prêt à s'engager en tant que pirate lui aussi, et ça le dérangeait. C'était trop tard cependant, et il reprit: « - J'ai accepté. Seulement, une fois à bord, j'ai fait la rencontre d'une Devineresse. Tu savais que les pirates réduisaient les Devins en esclavage ? Ils s'en servent pour prévoir les tempêtes et les patrouilles royales. Toujours est-il que je refusais de travailler pour un esclavagiste. Je lui ai proposé de s'enfuir avec moi, ce qu'elle a fait. » Il ajouta: « - Tout le monde aurait fait pareil, je crois. »

Il savait que c'était faux, mais il espérait, plus ou moins inconsciemment, redorer un peu son blason auprès de la jeune femme. Il se disait que, quelque part, une fille comme elle n'était sans doute pas du genre à supporter la compagnie d'hommes comme lui. Il ne mentionnait que cet épisode de son voyage, et pas tous les autres où il avait des choses bien moins héroïques. Il savait que cela ne durerait qu'un temps et qu'elle finirait par se rendre compte de comment il était différent la plupart du temps. En attendant, il abandonnerait un peu son habit de bandit, au moins pendant qu'il serait à ses côtés. Les occasions de s'en débarrasser étaient rares, et il avait parfois la sensation de ne plus être vraiment à l'aise depuis qu'il avait fui Port-aux-Princes: il était maintenant à peu près certain qu'aucun sang de pirate ne coulait dans ses veines, et peut-être n'avait-il jamais été prédestiné à devenir ce qu'il était devenu. Peut-être que tout aurait été autrement, s'il avait rencontré une femme comme Amaëlys plus tôt, si Lis n'avait pas succombé cette nuit-là ... Il se sentit à nouveau dériver vers des souvenirs qui ne lui plaisaient guère, et il préféra se concentrer sur le moment présent.

« - Après ça, j'ai été obligé de fuir Port-aux-Princes. C'est dommage, j'aurais tant voulu rejoindre les îles de Darya. C'est là que je viens, tu sais ? » Il conclut: « - Finalement, je suis revenu à Cathairfal il y a quelques jours. Je m'ennuyais, et l'argent commençait à se faire rare. Il y a plus de travail ici. »

Solan se tut un instant. Il n'avait plus rien à dire. Son regard se fixa sur Amaëlys et ne s'en détachait plus, si bien qu'il put donner l'impression qu'il la dévorait des yeux. C'était peut-être le cas, car derrière les pupilles bleues de Solan, dans son esprit, se rejouait le spectacle de cette nuit-là, où il s'était emparé d'elle presque avec brutalité. Qu'est-ce qui le poussait ainsi à la revoir dans ses bras, alors qu'ils s'unissaient le temps d'une nuit ? Il ne savait pas: peut-être le fait de le voir ainsi en sous-robe, ou ce baiser au coin des lèvres ... peut-être était-ce simplement le fait d'être près d'elle. Après tout, il était difficile de nier que tout ça reste à l'origine de leur relation actuelle. Est-ce qu'il était encore attiré par elle ? Sans doute. Il s'en rendit compte néanmoins, et sans doute Amaëlys avait eu elle aussi tout le loisir de le deviner, rien que par l'insistance de ce regard qui s'était égarée sur elle depuis plusieurs secondes maintenant. Solan eut l'air un peu gêné, mais se ressaisit et dit:

« - Enfin ! A toi maintenant ! » s'exclama-t-il. « - Qu'as-tu fais après que l'on se soit séparé ? Tu devais aller vers Bairr Bann, non ? Qu'est-ce qui te ramène à Cathairfal ? » questionna-t-il subitement.

Après tout, il n'était sans doute pas le seul à avoir des choses intéressantes à dire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▬ Contributions à l'histoire : 409


Amaëlys Cathëilina

▬ Contributions à l'histoire : 409

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: Se ressourcer là où il faut bon vivre [PV Solan]   Mar 21 Aoû 2012, 01:30

La robe était vraiment somptueuse. Forcément avoir reçu un tel présent lui donnait vraiment envie de le porter pour le mettre en valeur et non l'envoyer dans son baluchon. Elle aurait pu pour la conserver le plus longtemps possible intacte mais c'est vrai que sa nouveauté donnait envie alors que sa robe actuelle devenait vraiment abîmée en son bas. Elle s'était donc en tout innocence déshabillée. Peut-être qu'à une époque elle ne l'aurait pas fait mais en réalité, elle n'était pas de ces jeunes filles prudes et coincées. Il est vrai qu'elle n'était pas des plus extravagantes ni même des plus exaltées qui soit, mais certaines attitudes faisaient d'elle quelqu'un d'étonnant comparé au jugement qu'on avait pu porter sur sa personne. Aussi donc elle n'avait en aucun cas été dérangée de se mettre dans son plus simple apparat. Et encore, il cachait une partie de son corps même s'il en laissait suggérer les formes. Mais qui mieux que Solan pouvait connaître celles-ci puisqu'il avait même réussi l'exploit après autant d'années de faire faire une robe taillée sur mesure pour elle. C'était vraiment un beau cadeau et effectivement la robe lui allait à merveilles. Du moins au niveau de la taille. D'après Solan, elle lui allait bien tout court. Tant mieux. Mais de toute façon, elle n'avait jamais cherché la beauté dans ses habits qu'elle achetait pour son périple. Après tout, il fallait davantage quelque chose de pratique et non quelque chose de beau. Elle n'était pas là pour exhiber quoi que ce soit, elle avait un but et elle comptait bien le réaliser, et cela n'avait rien à voir avec des habits achetés. Mais Solan avait bien choisi néanmoins puisque sa robe comportait un caractère pratique, léger et à la fois joli. On lui avait toujours dit que les hommes n'étaient pas doués à ce niveau là et pour la peine elle devait reconnaître qu'elle n'était pas d'accord. C'est sûr que Solan n'avait pas pris de risque dans le sens que la robe était d'une couleur unie, douce et qu'il serait très difficile de ne pas l'aimer. Mais c'était une marque de goût. Il aurait pu choisir une couleur plus forte, plus sombre, moins unies, excentrique....ou que sais-je encore. Elle en avait vu dans sa vie des robes qu'elle n'aurait jamais osé porter. Mais il avait particulièrement bien choisi. en plus, c'était la première fois qu'on lui faisait un tel cadeau, donc c'était certain qu'elle allait en prendre soin. Du moins autant que possible. Et si jamais elle était abîmée ce ne serait pas bien grave, elle la conserverait précieusement. Après tout Solan n'était pas n'importe qui alors recevoir un cadeau de sa part lui faisait vraiment plaisir. Néanmoins, elle se concentra sur autre chose quand Solan répondit à sa demande concernant son périple. Elle voulait en savoir le plus possible donc autant écouter attentivement.

Sa première surprise fut de constater que la visite de Loch eydis précédait leur ancienne rencontre. C'était amusant de se rendre compte qu'il n'en avait même pas parlé. Mais peu importe il n'était jamais trop tard après tout. Et puis concernant le lieu, il n'était vraiment pas le premier à en parler avec un regard brillant et une nostalgie évidente dans la voix. C'était apparemment réellement un lieu somptueux et elle l'avait entendu régulièrement de la part des voyageurs qui faisaient halte chez elle. Elle avait toujours voulu aller le voir mais il n'était pas trop tard. Elle savait que désormais sa vie aurait du mal à se résumer à un endroit où s'établir. Bien sûr elle avait besoin d'un point d'ancrage, d'un point source où elle pourrait toujours revenir mais ça elle savait parfaitement que Perllan serait toujours cet endroit. Pour du reste, elle avait pris goût au voyage et il y avait encore nombreuses choses qu'elle devait découvrir et que par conséquent elle ne voulait pas rater. Mais elle revint à la voix de solan quittant ses pensées quand il expliqua la suite de son voyage. Un petit son de surprise et d'étonnement quitta ses lèvres quand il parla d'un bateau pirates. Oh bien sûr elle savait que ce n'était pas des enfants de coeur mais elle n'en tenait strictement pas rigueur au jeune homme devant elle et en plus elle n'avait pas du tout pensé à mal lorsqu'il avait dit qu'il avait accepté de travailler pour eux. Le son qui était sorti de ses lèvres suggéraient davantage que cela l'impressionnait car elle n'avait jamais vu de pirates et elle n'en avait entendu parler qu'à travers des histoires qu'on narrait aux enfants. Donc par curiosité pure, elle n'aurait pas été contre de rencontrer ce genre de population. PAr contre il est vrai que le fait de rendre esclave des devineresses n'avaient rien de joyeux. Les pauvres...ça refroidissait un peu car elle se demandait si au fond tout prétexte pourrait être pris pour rendre esclave n'importe qui. Ainsi une druidesse-guérisseuse qui s'y connaissait en herboristerie pourrait peut-être aussi trouver satisfaction auprès de ces gens.... Finalement, les voir oui mais de loin c'était beaucoup mieux. Ou en entendre parler, ça prenait encore moins de risque. Elle écouta la suite et par conséquent appris que Solan avait aidé une jeune femme à se sortir de cette situation et à trouver la liberté. Elle ne put que sourire doucement.

"Tu as tout à fait raison. Sincèrement si tu as pu l'aider c'est bien. Grâce à toi maintenant elle va pouvoir choisir sa vie puisque tu lui as redonné sa liberté. Elle n'aura plus à satisfaire les pirates contre son gré."

elle savait bien que Solan n'était pas blanc comme neige. De toute façon personne ne l'était mais elle savait bien qu'il avait un côté qu'elle ne connaissait pas vraiment. Cependant, elle savait aussi de lui par la gentillesse qu'il manifestait vis-à-vis d'elle et par des actes comme celui qu'il avait réalisé avec cette devineresse qu'il devait avoir un bon fond et c'était tout ce qui lui importait. Cela suffisait à faire quand même de lui quelqu'un de bien. La suite fut un peu dommage puisqu'il dut fuir Port-aux-Princes alors qu'il voulait se rendre dans sa contrée d'où il était originaire. Mais tout comme elle pour Loch Eydis, elle savait qu'il aurait forcément l'occasion de pouvoir s'y rendre un jour. S'il le voulait vraiment il n'y aurait pas de problème et même peut-être sur un bateau moins risqué qu'un bateau de pirates. Enfin apparemment il avait d'abord besoin de se faire de l'argent et c'était une des raisons pour laquelle il était revenu à Cathairfál.

"C'est vrai que cette partie de Lanriel est très développée et comprend beaucoup d'opportunité pour travailler. Tu trouveras sûrement facilement de quoi renflouer un peu ta bourse."

Cependant, elle fut surprise de constater le regard que Solan posait sur elle. C'était étrange parce qu'elle avait même presque l'impression qu'il n'avait pas tellement entendu ses derniers propos. Elle le regarda un instant avant de sourire amusée et un brin gênée. Elle comprenait petit à petit le sens de ce regard et bien que c'était flatteur, elle ne pouvait l'accepter sans être légèrement gênée. Elle attendit patiemment que les diverses pensées qui tourbillonnaient dans cet esprit masculin laisse place à l'actualité et après son exclamation qui lui laissa échapper un petit rire discret, elle se souvint que malheureusement c'était à elle de raconter son histoire. Souriant plus simplement et regardant un point devant elle, elle prit quelques secondes pour rassembler ses idées. Elle ne savait pas très bien ce qu'elle pouvait dire puisqu'il se souvenait parfaitement qu'elle devait se rendre à Bairr Bann. Après elle n'était pas obligée de s'étendre sur le sujet après tout... Il ne savait rien à part qu'elle recherchait son frère et son père. Peut-être pourrait-elle simplement signaler qu'elle l'avait retrouvé et puis...changer de sujet. C'était encore difficile pour elle de se remémorer cette rencontre rude, sans aucune affinité à part l'herboristerie mais avec presque ce cynisme, cette absence d'émotion verbale, aucune douceur... Quand elle pensait que c'était son père, cela lui faisait mal. Elle avait toujours refusé de croire de sa mère que c'était un monstre. Elle voulait d'abord le voir de ses yeux...mais après ça, peut-être que sa mère avait simplement raison. Mais elle voulait, maintenant elle le savait, elle avait toujours voulu, une reconnaissance de sa part...un signe...quelque chose. Et puis elle devait en savoir plus sur son frère...où il était, que faisait-il, était-il devenu Dragonnier lui aussi ? Elle n'en savait encore rien... Elle devait persévérer, elle le savait. Et tenir le coup. Après un petit silence dans lequel elle s'était perdue, elle se reprit surprise et sourit à Solan, son sourire s'étant effacé contre son gré de son visage.

"Excuse moi ! J'étais un peu perdue dans mes pensées..." Elle se reprit totalement avant d'ajouter "Alors mon périple à moi... Et bien oui je devais me rendre à Bairr Ban comme tu t'en souviens. Mais avant ça, après t'avoir quitté, j'ai continué un peu ma route car j'avais quand même envie de découvrir plusieurs choses. Enfin il faut dire que c'est grâce aux rencontres que j'ai faite que je me suis retrouvée embarquée dans divers petits voyages dans mon périple. Du coup je me suis retrouvée dans le désert... C'était amusant mais c'est un endroit impressionnant. Ensuite, je suis revenue par ici, je suis repassée par Cathairfál pour me rendre vers Bairr Bann. Mais je n'y ai finalement jamais mis les pieds parce que j'ai retrouvé par hasard mon...père... à Rewhilf. Tu te souviens que je t'avais dit que je le cherchais ainsi que mon frère. Et puis après, j'ai voulu retrouver un peu mes racines alors je suis revenue à Perllan.." Elle marqua une pause avant de reprendre. "Je n'aimais pas REwhilf... C'était une terre austère, dure, froide... J'avais besoin de quelque chose de plus doux, de plus serein. J'ai bien fait au fond puisque ça m'a permit de te revoir pour la peine.".

Elle était contente d'elle. Elle avait su aborder le sujet superficiellement et elle n'avait montré aucun signe de faiblesse. Et puis elle s'était retenue de signaler que Rewhilf était à l'image de son père en réalité. Mais ça ne devait pas intéresser Solan et elle n'avait pas envie de gâcher ce moment avec des détails peu agréables. Pour éviter du coup qu'on s'attarde sur elle, elle plongea dans son baluchon et en sortit quelques trucs à manger qu'elle posa non loin d'eux.

"Tiens j'avais oublié ! Il me reste des choses que j'ai acheté en chemin... Comme tu n'as pas beaucoup d'argent tu n'as peut-être pas mangé à ta faim... Du coup sers toi n'hésite pas !"

Il y avait du pain, de quoi mettre dessus mais aussi des gâteaux un peu diverses. Elle n'avait pas non plus énormément de choses mais ça suffirait pour une petite fringale. Elle lui sourit avant de poser une question pour qu'il reparle de lui.

"Tu vas t'installer à Cathaïrfál alors pour le moment ? Tu sais déjà quel genre de travail tu vas réaliser pour obtenir un peu d'argent ? "

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: Se ressourcer là où il faut bon vivre [PV Solan]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Se ressourcer là où il faut bon vivre [PV Solan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Faut-il vivre pour manger ou bien manger pour vivre ? [ Marie Thérèse ]
» Buenevo, "Tony" Green. Parce qu'il faut bien vivre. (Attente de validation.)
» Il faut vivre.
» Faut-il apprendre à vivre?
» Faut bien trouver une occupation... [ PV : Patte d'Hiver ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Echo des Plaines : Chapitre VII ▬ Le Retour d'Inasmir :: HORS JEU :: Vous serez
tous pendus !
 :: Miroir aux souvenirs
-