Echo des Plaines : Chapitre VII ▬ Le Retour d'Inasmir


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [ Terminé ] La séduction a toujours été une histoire de manipulation ▬ Araëlle

Aller en bas 
AuteurMessage
Galahad Caherval

avatar

▬ Contributions à l'histoire : 1017

MessageSujet: [ Terminé ] La séduction a toujours été une histoire de manipulation ▬ Araëlle   Dim 20 Mai 2012, 18:18

     Le lieu le plus adapté pour le vol à la tire restait certainement les environs du bordel. Les hommes qui se faisaient voler leurs bourses après qu'elles aient été déjà délestées par des femmes de joie - au sens propre comme au sens littéral - n'allaient pas oser parader devant les gardes pour dire l'endroit où ils se trouvaient au moment de l'incident. Nombreux étaient les clients mariés qui cherchaient un peu de changement dans leur vie monotone, ils se rendaient alors dans l'un des bordels de Lanriel afin d'essayer de trouver cela, mais n'en revenaient généralement qu'avec des maladies peu ragoûtantes et leur pécule du moment très clairement allégé. Galahad n'avait jamais réussi à comprendre cet engouement que les hommes possédaient pour les femmes légères, à croire que payer pour obtenir quelque chose qu'ils pouvaient avoir gratuitement auprès de leurs épouses, rendait la plus agréable. N'y ayant jamais eu recourt, le forgeron ignorait quel était le prix le plus courant dans ce métier, mais il savait que cela n'en valait pas la peine. À quoi bon épouser une femme et la supporter pendant des années, si c'était pour la tromper à la première occasion qui se présentait. Tout cela dépassait le jeune homme et de loin, mais au fond une seule chose importait : qu'il puisse lui aussi tirer profit de toute cette mascarade. Seulement mieux valait délester les clients de leur pécule avant qu'ils ne le vident pour payer le service acheté, malheureusement pour lui, aborder ces personnes n'était pas une chose aisée et ses essais se révélaient infructueux jusqu'à présent. C'était sans compter que le jeune Singulier n'était pas voleur dans l'âme, il usait de temps en temps de ce procédé pour remplir ses poches et ne pas avoir à travailler comme tout le monde, mais il lui manquait une grosse expérience. Inutile de préciser que se faire chopper en train de voler revenait à se faire condamner au trou, voir éventuellement à avoir la main coupée pour expier sa faute. Seulement l'Héritier avait besoin de ses deux bras, il fallait donc changer ses plans sous peine de revenir bredouille dans son minable petit chez lui.

     Les femmes, c'était un autre moyen bien plus facile. Les catins qui travaillaient dans ce bordel entraient ou sortaient de temps en temps, seulement Galahad ne pouvait pas vraiment exprimer le souhait de profiter de leurs talents, elles risquaient de l'envoyer directement dans le bordel en prétextant qu'il trouverait davantage de choix là-bas. Il fallait qu'il se débrouille pour que la femme en question ne l'invite pas à pénétrer dans le bâtiment, après tout, tout ce qu'il souhaitait c'était la bourse avec l'argent de la journée que la fille de joie pouvait avoir, rien d'autre. Il n'y avait pas de garde à l'extérieur du bâtiment, mais la chose n'était pas aussi certaine à l'intérieur. N'y étant jamais entré, il ne pouvait s'en assurer, seulement sa logique le poussait à envisager qu'un tel endroit devait forcément connaître quelques déboires ou l'arrivée d'une épouse jalouse. Mieux valait donc se montrer prudent.

     Il patienta assez longtemps, plusieurs dizaines de minutes pour être précis, jusqu'à ce qu'une femme daigne enfin montrer le bout de son nez sur le chemin menant au bordel. À l'abri des regards dans sa ruelle, Galahad jaugea la femme du regard. Elle avait l'air d'une fille qui travaillait ici, rien que sa tenue qui ne laissait que peu de place à l'imagination le montrait, mais quelque chose dans son attitude ou dans sa démarche indiquait qu'elle n'était pas pleine de chasteté et de vertu. Il la laissa s'éloigner de quelques pas du bâtiment avant de quitter sa ruelle, longeant une bâtisse d'un pas rapide, jusqu'à ce qu'il débouche au coin de la rue, tombant juste à quelques mètres de la blonde qui avait eu le temps de quitter le forêt. Est-ce qu'elle le remarqua tout de suite ? Il ne le savait pas vraiment, mais peu lui chalait, de toute manière le jeune homme comptait l'aborder. Il fallait jouer les naïfs, quitte à passer pour un imbécile, l'essentiel était qu'elle le prenne pour un potentiel client et s'imagine qu'il soit impossible qu'il représente le moindre danger pour elle. Le jeune Singulier avança de quelques pas jusqu'à se hisser à la hauteur de la blonde. Deux bons mètres les séparaient lorsqu'il l'interpella.

     ▬ Mademoiselle ! »

     Un client habitué de s'amuserait jamais à appeler une catin de la sorte, c'était justement le but, qu'elle le prenne pour un gamin ou pour un homme sans expérience. Comme s'il n'osait pas s'approcher d'elle, Galahad arrêta sa marche et s'immobilisa, la regardant quelques secondes dans les yeux avant de détourner son regard sur son visage, descendre plus bas au niveau de sa gorge et suivre la ligne de son décolleté jusqu'à ce qu'il regardant brusquement le sol comme sous le coup de la honte. Le but était de jouer les timides pour qu'elle ne l'invite pas à se rendre dans un endroit trop fréquenté. Ses yeux mordorés contemplèrent un instant les pavés de la rue avant qu'il n'ose enfin les reposer sur le minois de la blonde. Elle était belle selon les critères des hommes, certainement séduisante, mais il ne la voyait que comme une cible potentiel et rien de plus. Chassant son désintérêt de son regard, il reprit enfin la parole.

     ▬ Je suis désolé de vous aborder dans la rue, je sais très bien qu'il y a un endroit pour ça, mais disons que je n'ai pas particulièrement envie d'aller dans un endroit fréquenté... »

     Dans son esprit, il n'y avait pas le moindre doute, cette femme travaillait au bordel, malgré tout, histoire de jouer les ingénus, il allait devoir distiller quelques doses d'hésitation. Galahad avait adopté un ton gêné, laissant son regard dévier fréquemment de celui de la blonde comme pour lui donner le sentiment qu'elle avait affaire à un jeune puceau ou un benêt, les deux étaient envisageable et du moment que son plan fonctionnait, le reste était sans importance. Afin de renforcer l'image du jeune homme timide, il ajouta quelques mots.

     ▬ Enfin, je ne suis même pas sûr que vous travaillez là-bas... Je suis désolé de vous avoir dérangé, je vais peut-être vous laisser faire ce que vous prévoyiez. »

     Il avait joué le tout pour le tout, si elle le remerciait et s'en-allait, il était quitte pour attendre de nouveau plusieurs heures avant qu'une autre ne se repointe. Restait à prier Mynkor pour qu'il joue un peu en sa faveur.

_________________


Dernière édition par Galahad Caherval le Ven 01 Juin 2012, 17:40, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://song-of-ice-and-fire.forums-rpg.com/
Araëlle Sil-Emaïs

avatar

▬ Contributions à l'histoire : 357

MessageSujet: Re: [ Terminé ] La séduction a toujours été une histoire de manipulation ▬ Araëlle   Lun 21 Mai 2012, 12:38

Réveillée de bonne heure, elle était restée étendue sur son lit dont la chaleur des quelques rayons de lumière irradiait les endroits éclairés de son corps. Vêtue, elle ne l'était pas. Le contact des draps soyeux sur sa peau lui convenait parfaitement et elle n'avait pas besoin de barrière entre son corps et cette literie. Un son caractéristique lui parvint depuis la fenêtre et elle tourna la tête pour apercevoir son ami de toujours, son rapace préféré, Daärim, son faucon. Chaque matin il attendait qu'elle ait ouvert les yeux pour se manifester et elle, peu importe le temps qu'il faisait, laissait sa fenêtre ouverte pour pouvoir profiter de sa présence quand il le souhaitait. Elle se leva et nue s'approcha de lui pour lui prodiguer quelques attentions qu'elle était la seule à pouvoir lui donner. Quoi qu'elle avait dans ses connaissances, un être qui savait également parler aux faucons, dragonnier pourtant. Mais c'était bien le seul qui pouvait prétendre approcher Daärim. A son cou pendait un pendentif en pierre d'une brillance éclatante sur sa peau de lait. Tranchante pour marquer n'importe quel matériau et d'une faculté permettant de dessiner sur n'importe quel papier, cela lui permettait d'avoir sur elle, un outil de dessinatrice indispensable. Oh bien sûr, elle la portait aussi par esthétisme, et elle s'assurait toujours d'abord un autre moyen de dessin à portée de main. Rien n'était infaillible et elle préférait rester prudente. Surtout depuis que son bordel était aussi un lieu d'abris pour les Héritiers. Même si ce fait restait quelque peu tu - elle n'était pas le genre à cacher ce qu'elle faisait mais il serait profondément stupide de clamer cette option de son bordel - elle préférait se méfier des rumeurs ou des choses que certaines personnes pouvaient savoir contre son gré. Toujours est-il qu'en cet instant, c'était la seule chose qu'elle portait. Mais en tant que tenancière, elle ne pouvait pas trôner dans sa chambre indéfiniment, il fallait qu'elle aille voir ses filles et s'assurer que les règles de sa maison étaient toujours bien maintenues. Ainsi, après avoir revêtu une robe-bustier suggérant ses formes et dont la partie inférieure était ouverte sur le côté permettant d'observer l'une de ses magnifiques jambes, elle ajouta les quelques fioritures féminines pour orner son visage et, rejoint par Daärim sur son épaule, sortit de sa chambre pour rejoindre les autres.

Le matin, la demeure se trouvait exclusivement remplie de femmes. Les hommes s'étant éclipsés durant la nuit ou alors étaient en partance - plutôt rapidement car elle interdisait de les croiser - car ils ne pouvaient séjourner tel un hôtel. Bien sûr il y avait des exceptions mais généralement, celles-ci étaient des Héritiers ou alors ses clients personnels. Ils n'étaient pas nombreux. Mais en cette matinée, les hommes avaient bien retenus la règle et lors de sa descente - elle occupait le dernier étage de la maison - elle ne croisa pas de gentes masculines. Par contre, des filles nues, venant de se laver, presque habillée ou pas encore, ça elle ne cessait d'en voir. Certaines dormaient encore et tant qu'elles se réveillaient à l'heure où les clients commençaient à arriver, cela lui était bien égal. Le début de journée se passa comme à son habitude : quelques détails étaient revus mais dans l'ensemble, tout allait sur des roulettes. Il fallait dire qu'elle gérait sa maison avec un caractère qui ne laissait pas place à l'erreur. Elle ne supportait pas qu'on lui désobéisse et, peu gentille, elle n'était nullement contre des sanctions. MAis tant qu'on respectait ce qu'elle disait, tout se passait bien. Toujours est-il qu'une fois tout prêt pour la future vague de clients, elle enfila son long manteau léger pour couvrir un minimum ses épaules, arrivant jusqu'au sol avant de sortir. Elle avait un rendez vous dans la ville et elle avait désigné une remplaçante pour gérer la maison en son absence. C'était un poste que tout le monde redoutait puisqu'à la moindre erreur, la punition suivait. Mais à force les filles prenaient le pli et arrivaient un peu à la cerner. Toujours est-il qu'elle quitta la demeure, Daärim prenant son envol une fois dehors, pour se rendre en ville. Bien qu'elle était sur des talons, elle n'avait aucune peine à quitter la forêt où elle était établie pour rejoindre un sentier plus praticable afin d'atteindre son point de chute. Elle s'aventura alors sur le sentier avant de pénétrer dans une rue plutôt classique jusqu'à ce quelque chose arrête son parcours. Quelque chose qu'elle avait cru apercevoir comme approchant mais qu'elle n'avait pas pris la peine d'offrir attention.

Une voix masculine l'interpella et elle se retourna pour regarder l'homme qui se tenait près elle. Apparemment plus jeune mais cependant déjà homme, il n'avait pas l'air de clairement savoir à qui il s'adressait. Concrètement, on pouvait bien l'appeler comme on voulait ça lui était totalement égal. Néanmoins, elle le regarda et attendit ce dont elle se doutait. Elle ne cachait pas qui elle était et sa tenue en était une preuve. Et puis après presque un an de travail à portée de la ville, tout le monde connaissait l'existence de son bordel, alors de fait, venant de la forêt et entrant en ville, vu son style elle ne pouvait pas venir d'autre part. Mais le "mademoiselle" pour accoster une catin on lui avait encore jamais fait cependant. Peu importe.

"Je peux t'aider ?"

Le vouvoiement ? Ca dépendait mais il était vrai qu'elle avait tendance à rapidement l'abandonner. Elle n'était pas quelqu'un d'une politesse exemplaire. Elle était désinvolte, vulgaire et à force ça lui plaisait bien plus que cela n'aurait du. Personne ne connaissait son passé et pour peu qu'on sache, elle n'était pas sûr que beaucoup comprenait qu'elle en soit arrivée là au vu de ce qu'elle avait subi. Mais le temps lui avait permis de s'y faire et de profiter de l'éducation particulière qu'elle avait eue. Elle l'avait ensuite mise à profit et maintenant elle avait un commerce rentable et de bonnes relations chez les Héritiers. Et surtout elle était libre. Que demander de plus ? Toujours est-il que ses prunelles fixées sur cet homme, elle le regarda la dévisager, la scruter avant de paraître dérangé et honteux. Un jouvenceau ? Un puceau ? Un crétin ? Peu importe mais ça faisait longtemps qu'elle n'avait plus vu un homme qui avait l'air perdu et inexpérimenté. Du moins qui le montrait si ouvertement... Ca avait quelque chose d'étrange d'ailleurs. Mais peu importe. Il n'avait pas l'air bien dangereux. Elle le laissa parler et lui expliquer qu'il désirait ses services mais qu'il ne voulait pas venir dans un endroit fréquenté. Pourquoi pas... Cependant pour quelqu'un qui ne désirait pas forcément être vu côtoyant une catin, l'endroit n'était pas des plus discrets. Cela la surprit qu'à son âge, cet homme soit toujours si coincé. MAis bon ça ne la regardait pas. Après tout tout le monde n'avait pas commencé à 15 ans comme elle. Elle le toisa un moment.

"Bien sûr que si je travaille là bas. Si tu m'as abordé c'est pas sans raison, c'est que j'ai l'air d'une catin. Donc tu ne peux pas te tromper."

Malgré toute l'expérience qu'elle avait, quelque chose le gênait chez cet homme. Elle n'avait pas pour habitude de satisfaire quelqu'un comme ça. Elle avait une demeure, c'était fait pour. Après tout elle se considérait un peu comme une catin de luxe. Et puis elle était la patronne, elle ne pratiquait plus n'importe quel homme. Ceux qu'elle côtoyait lui prodiguait un certain intérêt. Elle savait très bien que ses filles se seraient jetées littéralement sur cet homme et lui aurait fait tout ce qu'il voulait pour une belle petite somme. Après tout, il n'était nullement déplaisant physiquement. Enfin, ça devait correspondre aux critères. Elle n'en avait cure réellement. C'est vrai que les hommes qui venaient dans son bordel n'étaient pas toujours des plus somptueux. Elle regarda encore un moment le jeune garçon avant de s'avancer vers lui et le pousser dans la petite ruelle la plus proche avant de le coller contre le mur se collant à lui. LA seule manière de voir s'il était sérieux et ce qu'il attendait vraiment, c'était de passer à l'action. Elle avait un mur pour dessiner rapidement une arme si besoin et Daärim volait au dessus d'elle et la suivait du regard, elle le savait pertinemment. Ainsi, collée contre l'homme, elle le fixait de ses prunelles claires bien que les yeux dessinés de noir.

"Tu veux que je m'occupe de toi c'est ça ? " dit-elle en glissant une main à l'endroit stratégiquement masculin.

Elle n'était pas le genre de personne à tourner autour du pot. Si c'était ce qu'il voulait, elle lui donnerait une petite satisfaction rapide et l'enverrait ensuite dans sa demeure s'il voulait plus. Si ce n'était pas ça, il allait devoir se dérober rapidement en trouvant une parade... Elle espérait que ce serait d'ailleurs plus ce deuxième point histoire qu' un peu de divertissement égaye sa journée et titillerait sa curiosité.

_________________

Toi, mon Faucon
Toi, mon ami
Toi, qui ne me quitte pas
Toi, qui s'envole à l'effigie de notre liberté commune
Nous sommes devenus un,
De ton nom, Daärim, tu te lies au mien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Galahad Caherval

avatar

▬ Contributions à l'histoire : 1017

MessageSujet: Re: [ Terminé ] La séduction a toujours été une histoire de manipulation ▬ Araëlle   Lun 21 Mai 2012, 21:21

     C'était bien une catin, mais d'un côté ce n'était pas comme si Galahad avait eu le moindre doute à ce sujet. Si elle avait été une femme respectable, le forgeron aurait conseillé à son époux de revoir la garde-robe de sa partenaire, elle était bien trop révélatrice pour paraître honnête. Quoique, au fond, la blonde en montrait tellement qu'il était difficile de croire qu'elle pouvait encore dissimuler la moindre petite chose, mais en bon menteur qu'il était, le roturier savait que pour mieux cacher il fallait toujours en montrer beaucoup. Ses lèvres restèrent scellées alors qu'elle le contempla quelques instants, certainement pour le jauger en se demandant s'il avait une tête de client potentiel ? Visiblement l'Héritier dû le réussir, car avant qu'il ne puisse prévoir ce qui allait arriver, la catin s'approcha de lui pour le pousser dans une ruelle avant de réduire encore davantage la distance les séparant. Il n'appréciait pas. Pas du tout même. Le Singulier tenait à sa zone privée et rien ne l'irritait davantage que de voir une femme se tenir trop proche de sa personne. Autant dire que la blonde l'était davantage que toutes les autres femmes qu'il avait récemment abordées. Les yeux de Galahad croisèrent ceux très clairs de la catin alors qu'elle lui posa une question clairement adaptée à la situation, appuyant l'interrogation d'un geste plus parlant que tous les mots qu'elle avait employés jusqu'à présent. S'il avait pu tolérer la proximité juste le temps de lui voler son pécule, ce genre d'actions dépassait ce qu'il acceptait. Il n'était pas coincé. Simplement désintéressé et n'appréciait pas de savoir que des mains étrangères se situaient à des endroits pouvant être utilisés contre lui. Il réagit aussitôt. À peine avait-elle terminé sa phrase qu'il avait déjà esquissé un mouvement de la main en direction du bras de la blonde. Il lui attrapa le poignet afin de l'éloigner de lui-même, puis prit seulement conscience qu'il était en totale contradiction avec ce qu'il venait de lui demander. Réfléchissant rapidement, le jeune homme inspira légèrement avant de lui servir une excuse pas très fine, mais l'audace de la blonde l'avait déstabilisé.

     ▬ Pas si vite ! Il n'avait pas lâché la main de la jeune femme comme pour la dissuader de recommencer son initiative. Oui, c'est ce que je veux, mais pas à n'importe quel prix. Je me doute bien que tu ne dois pas être aussi bon marché que toutes ces filles qui écartent les cuisses pour quelques pièces de cuivre, non ? Il voulait savoir si elle avait beaucoup sur elle, mais surtout devait pouvoir localiser où elle rangeait sa bourse. Est-ce que tu as au moins de quoi prendre mon argent ? Je n'ai pas envie que tu te fasses détrousser par le premier voleur venu parce que tu n'as pas de bourse sur toi. »

     Il avait instinctivement opté pour le tutoiement puisqu'elle ne s'était pas gênée pour le faire. Galahad était conscient que son inquiétude – loin d'être sincère – pourrait paraître étrange, mais après tout, ne fallait-il pas déjà avoir un problème pour devoir recourir aux services d'une professionnelle ? Le Singulier estima finalement que la blonde devait avoir compris qu'elle devait garder ses mains éloignées de lui, il lâcha donc sa prise sur son avant-bras pour la libérer, puis laissa retomber son bras le long de son corps. Le jeune homme avait d'ailleurs profité de ce geste pour la tirer légèrement en arrière de manière à ce que la distance qui les séparait soit plus conséquente. Oh, si jamais quelqu'un débarquait ils passeraient juste pour un client et une prostituée, Galahad se fichait pas mal d'avoir une réputation de ce genre, au moins se ferait-il lâcher la grappe par le tavernier où il avait ses habitudes qui le raillait de ne jamais ramener de femme. Quelque chose l'embêtait, les choses ne tournaient pas comme il s'y attendait et le jeune homme avait du mal à reprendre les rênes en main. Finalement, il aurait tout de même dû se borner aux clients, il y avait peu de chances pour qu'un mari infidèle lui saute presque dessus, contrairement à une catin comme celle-ci. Décidément, les femmes lui poseraient toujours des problèmes, tout aurait été tellement plus simple s'il avait été sensible à leurs charmes. Galahad soupirant légèrement, détournant son attention de la prostituée pour regarder les environs, mimant le comportement d'un homme qui n'avait pas forcément la conscience tranquille. Logiquement, les hommes ne devaient pas être fiers de venir ici, non ? Il s'humecta les lèvres, toujours dans le rôle du jeune homme coincé, avant de lui servir un nouveau mensonge.

     ▬ Écoutez, je suis désolé de vous avoir repoussée comme ça, mais je ne suis pas un habitué de ce genre d'endroits... Et je ne tiens pas à ce que d'autres soient au courant de mon passage ici. »

     Il baissa les yeux vers le sol, regardant les pieds de la blonde avant de remonter lentement, constatant que sa tenue dévoilait vraiment plus qu'elle ne dissimulait. Cela le laissa de marbre et n'ayant jamais contemplé avec attention un homme qui dévorait une femme du regard, le forgeron peinait bien à mimer cette expression. Lorsque son regard mordoré se posa à nouveau sur le minois de la catin, il se demandait comment il pourrait la pousser à lui accorder une certaine confiance. Il fallait qu'il puisse cibler l'endroit où se situait sa bourse pour la lui voler. Sans aucun doute, s'il devait recourir à la violence il pourrait la maîtriser sans trop de peine. Son métier de forgeron lui octroyait une certaine force dans les bras et les mains, plus que celle d'une catin, même si elle ne s'approchait pas d'un homme musclé. Il restait gringalet comparé à eux. Est-ce qu'elle le trouverait désintéressant ? Après tout, elle devait avoir l'habitude de fréquenter tout un tas d'hommes, il ignorait totalement ce qu'elle pouvait montrer comme expression si la situation lui convenait. Le Singulier était retombé dans le silence, se disant qu'elle dissimulait peut-être sa bourse sous sa jupe. Il avait déjà repéré une catin qui glissait les pièces dans son corsage puisqu'elle ne l'enlèverait que rarement. L'idée de devoir en arriver là ne l'enchantait guère, mais il pourrait toujours justifier la présence de ses mains à cet endroit si jamais la blonde révélait qu'elle adoptait le même système. Jouant une fois de plus de sa franchise, l'Héritier décida de savoir à quoi s'en tenir, après tout, elle menait la danse pour le moment, s'il devait patienter avant de voir apparaître une autre prostituée, ce n'était pas un mal, au moins saurait-il quoi éviter comme approche avec la suivante.

     ▬ Écoute, finalement c'était une mauvaise idée. Je vais aller voir ailleurs, je suis persuadé qu'il y a des catins qui ne travaillent pas dans ce bordel et qui seront plus aptes à me donner ce que je cherche. Autrement dit, leur bourse sans résister. Glissant sa main dans sa poche, il en extirpa une pièce qu'il lui tendit. Pour le dérangement. »

     Il attendait qu'elle la prenne et la range, si c'était dans un endroit accessible, le forgeron n'hésiterait pas à lui prendre tout ce qu'elle avait, mais si la jeune femme se révélait finalement plus fauchée qu'il ne le pouvait, mieux vaudrait aller voir ailleurs. C'était du bluff qu'il faisait, Galahad n'allait pas se promener dans tout Cathairfál pour trouver une prostituée moins méfiante que celle-ci. Seulement, est-ce qu'elle allait marcher dans son piège ? Étrangement, il en doutait un peu.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://song-of-ice-and-fire.forums-rpg.com/
Araëlle Sil-Emaïs

avatar

▬ Contributions à l'histoire : 357

MessageSujet: Re: [ Terminé ] La séduction a toujours été une histoire de manipulation ▬ Araëlle   Mar 22 Mai 2012, 10:56

Et voilà. Ca avait été un jeu d'enfant de le piéger. Elle ne l'avait pas quitté des yeux et le dégoût ou la non-appréciation de son geste avait été plus que visible dans le regard du garçon. Il n'avait jamais voulu profiter de ses capacités et maintenant au moins elle en était assurée et surtout... amusée. Il avait vivement repoussé sa main et tenait fermement son bras pour être sûr qu'elle ne tenterait plus rien. Et au fond elle ne tenterait plus rien du genre car elle n'avait pas pour habitude de faire plaisir dans la rue. Et puis avant tout, elle avait voulu le tester plutôt que de lui faire plaisir. Et il avait totalement répondu à son attente. Et la cerise sur le gâteau, il était décontenancé. Elle sourit légèrement en coin en le regardant. C'était particulièrement intéressant d'avoir un homme devant elle - bien qu'il l'avait désormais quelque peu éloignée - qui ne désirait pas ses charmes mais autre chose, qu'elle ignorait pour l'instant. Etait-ce le fils d'un homme qu'elle avait tué ? Allez savoir... Quoi que si ça avait été elle, elle aurait profité de la ruelle pour la tuer. Mais lui n'avait pas l'air de lui vouloir du mal, du moins pas de prime abord. Peut-être se trompait-elle mais elle saurait se défendre ce n'était pas un problème. Elle était de toute façon, au sinon, bien accompagnée. Elle l'écouta quand il essaya de masquer son absence de désir par une excuse bidon à deux francs que même les bons manipulateurs n'auraient jamais utilisé. C'était intéressant de voir qu'il tentait de la faire tomber dans un piège qu'il ne maîtrisait pas du tout. Allez savoir pourquoi il s'en était pris à elle maintenant... Sa curiosité était titillée et elle comptait bien le savoir avant de le laisser faire sa besogne ailleurs ... ou de le tuer si jamais. Elle n'avait pas vraiment de scrupules pour être honnête et il n'était qu'un homme passant par là. Peut-être que personne ne le regretterait.... Et puis Daärim pourrait se nourrir de ses entrailles. L'idée commençait à lui plaire mais elle contrôla ses pensées impulsives. Elle ne devait pas tuer à tout bout de champs non plus. Ca ne servait à rien de se faire remarquer dans la ville qui faisait marcher son business. Qu'elle tue dans sa maison close était une chose mais dans la ville là comme ça.... Ca en était une autre. Elle fut cependant surprise qu'il lui parle de sa bourse... qu'est ce que son argent venait faire dans l'histoire ? Ou du moins qu'est ce que ça pouvait bien lui faire qu'elle ait une bourse pour mettre l'argent qu'il comptait lui donner ?

"Et même si je n'avais pas de bourse pour mettre ton argent, ça me regarde... Là où part tes pièces ne fait plus partie de ton affaire."

A moins que... Doucement, cette phrase qu'elle avait prononcée venait de lui faire comprendre que justement, peut-être que si ça intéressait le concerné de savoir où elle refourguait son fric. Après tout de voleurs, la ville en était remplie. Mais elle n'aurait jamais cru par contre qu'on viendrait l'accoster de la sorte. Le pauvre quand même... elle n'était pas sûre à cent pour cent qu'il en voulait à son argent, mais si c'était le cas, il fallait vraiment qu'il revoit sa stratégie d'approche car si elle avait eu une arme - elle pouvait toujours en dessiner une au fond - c'était autre chose qu'elle aurait pu mettre au niveau de son entre jambe. Il n'avait pas été assez prudent et en plus, il n'était pas très bon en manipulation. Mais elle devait reconnaître qu'il y mettait beaucoup du sien et qu'il essayait vraiment de la persuader. Dommage qu'il ne soit pas tombé sur une simple catin, naïve et juvénile. Non... Avec son passé elle était plus celle qui manipulait, celle qui faisait chanter, ou celle qui tuait. Dérober n'avait jamais été une passion. Elle n'avait au fond jamais rien eu de bons des autres, elle préférait ainsi obtenir les choses par elle-même. Et le vol n'était pas une preuve de savoir faire. Elle elle manipulait pour obtenir, c'était plus amusant aussi. Il finit enfin par la lâcher et continua son manège. Quoi qu'il avait l'air mal à l'aise et là elle ne savait pas vraiment dire si c'était réellement du jeu ou s'il se sentait vraiment mal de ne pas contrôler la situation. De toute façon, ça n'avait que peu d'importance, il n'obtiendrait rien d'elle que ce soit charnel ou financier. Elle croisa donc les bras pour écouter la suite.

"Si tu avais voulu que les autres ne soient pas au courant, mon mignon, tu ne m'aurais pas accosté aussi ouvertement dans la rue."

Elle le laissa la scruter et fut étonnamment surprise que son regard ne semble pas évoquer de désir. Avec le temps, elle était devenue fine observatrice du regard qu'on pouvait porter sur elle, surtout celui des hommes. Et celui qui se trouvait en face d'elle n'avait réellement pas envie de partager un moment intime en sa compagnie. C'était vraiment visible voire même lisible dans ses yeux. Il n'y avait pas cette perversité que l'on ne contrôlait pas et qui pouvait se lire dans les yeux. Il tentait de paraître intéressé mais sans plus. Peut-être aimait-il plus les hommes ? Ou alors les brunes ? Les plus rondes ? Peu importe... Il aimait après tout ce qu'il voulait, cela lui était totalement égal. En tout cas, elle s'amusait beaucoup à le voir se débroussailler dans cette conversation, mais elle fut un peu déçue de le voir abandonner. Il n'avait pas tort au fond... La situation était sûrement désespérée pour lui. A moins que ce signe d'abandon n'était rien d'autre qu'une dernière tentative ? Allez savoir. Elle l'observa un instant avant d'émettre un doux sifflement en saccades durant quelques infimes secondes. Quand elle arrêta, elle sourit au garçon, alors que rien ne se passa. Du moins, rien avant que son rapace ne vienne prendre par surprise la pièce tendue avant de venir la lâcher après quelques battements dans la main ouverte de sa maîtresse, trônant ensuite royalement sur son épaule.

"Puisque tu me l'offres."

Elle referma sa main autour de la pièce avant de s'approcher de nouveau du garçon, sans le toucher cette fois, mais n'étant pas loin de la proximité naguère refusée. La seule différence était le faucon sur son épaule qui, aussi dressé qu'il était, n'avait pas forcément l'air rassurant et dissuadait donc toute attaque ou même riposte.

"Ecoute moi bien, quand tu souhaites obtenir quelque chose, soit plus franc, plus direct et surtout soit sur de toi. Si tu tentes une approche directe, séduit la personne. Le vol, c'est une forme de séduction. ET quand tu auras appris ça, tu pourras voler tout ce que tu veux." Elle le fixa longuement avant d'ajouter "Mais tant qu'à présent, pour peu que la personne soit plus douée que toi dans l'art de la persuasion, tu n'as aucune chance."

Elle s'écarta alors un peu pour quitter la ruelle. Elle s'arrêta à l'entrer de celle-ci et observa les quelques personnes qui déambulaient. Elle prit quelques instants pour se rendre compte que finalement, elle pouvait bien rester un peu plus longtemps en ville. Les clients ne commençaient sûrement que seulement à venir dans la maison d'hôte, elle pouvait donc bien profiter de cette escapade pour s'amuser un peu. Elle se tourna de nouveau vers le garçon qui pour être sincère, pouvait bien être dépité de s'être fait ramasser comme ça et elle lui lança la pièce qu'il lui avait "donnée" avant de dire.

"Suis moi. Tu vas me payer à boire, ça compensera le dérangement." dit-elle avant de se mettre en route.

_________________

Toi, mon Faucon
Toi, mon ami
Toi, qui ne me quitte pas
Toi, qui s'envole à l'effigie de notre liberté commune
Nous sommes devenus un,
De ton nom, Daärim, tu te lies au mien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Galahad Caherval

avatar

▬ Contributions à l'histoire : 1017

MessageSujet: Re: [ Terminé ] La séduction a toujours été une histoire de manipulation ▬ Araëlle   Mar 22 Mai 2012, 17:13

     Une chose était sûre : Galahad ne maîtrisait pas la situation. Son erreur avait été de s'en prendre à une femme qui travaillait dans un domaine où il n'avait aucun intérêt. Autant dire que savoir la manipuler était quasiment impossible. Il avait fait une grossière erreur, tout bon manipulateur savait que pour réussir à entraîner quelqu'un dans une direction précise, il fallait savoir où aller. Seulement le Singulier ignorait beaucoup trop de choses au sujet du « travail » de la blonde – ou il ne s'y intéressait guère ce qui revenait au même – autant dire qu'il avait avancé les yeux fermés. Et désormais, il s'en mordait les doigts. La catin lui avait répliqué que l'endroit où elle rangeait ses pièces ne regardait aucunement ses clients, c'était certain, a question n'avait pas été subtile et lui-même s'impressionnait de la bêtise dont il avait fait preuve. À croire que la surprise de sa réaction inattendue avait complètement troublé ses pensées si bien ordonnées. Il détestait vraiment ces filles de joie, incapables de suivre un comportement logique. Quelle idée de sauter sur le premier inconnu qui vous abordait ! Et s'il avait été un mercenaire ou un assassin, elle l'avait entraîné dans une ruelle déserte où il aurait parfaitement pu lui régler son compte ! Bien évidemment, le jeune homme était loin de se douter qu'il n'avait pas qu'une simple prostituée face à lui et qu'elle était certainement bien plus dangereuse que lui-même. Difficile de voir une femme qui passait le plus clair de son temps sur le dos, comme un danger potentiel d'un côté. Il resta muet alors qu'elle croisait les bras sous sa poitrine déjà suffisamment mise en valeur au goût du Singulier. Trop même s'il se basait sur ses goûts personnels.

     Après ses paroles maladroites, la blonde reprit la discussion afin de souligner une erreur dans ses dires, précisant que s'il voulait garder l'anonymat il ne viendrait pas l'aborder de la sorte. Vraiment ? Il n'en savait rien, disons que ce n'était pas dans ses habitudes de demander à des catins de lui accorder quelques minutes de leur temps. Galahad aurait pu répliquer, se défendre en disant qu'il était novice en la matière ou même qu'il avait une bourgeoise jalouse à qui il devait cacher cette sortie. Mais il ne dit rien. À quoi bon ? Visiblement elle avait clairement compris qu'il n'était pas un client potentiel, les femmes de ce genre devaient certainement voir défiler plus d'hommes dans une journée qu'un tavernier, il s'était fourvoyé en pensant pouvoir la manipuler. Son expression se rembrunit alors qu'il constatait qu'il n'allait pas pouvoir se remplir les poches avant un bon moment. Pas avec elle en tous les cas. Une brusque apparition manqua de le faire sursauter alors qu'un énorme oiseau lui arracha la pièce des mains. Le jeune homme regarda l'animal s'éloigner à coup d'ailes avant de se poser sur l'épaule de la blonde. Voilà où passait son argent. Nouvelle contrariété chez le Singulier qui ne masquait plus son irritation, apparemment elle se moquait ouvertement de lui en prenant cette pièce. Il lui décrocha un regard légèrement agacé alors qu'elle approchait de nouveau, mais cette fois-ci la blonde s'arrêta avant d'être trop proche, bien qu'elle l'était déjà trop selon l'Héritier. L'animal n'avait pas l'air commode, mais Galahad décida de l'ignorer et se concentra sur la catin qui osait lui dispenser quelques conseils comme s'il n'était qu'un gamin turbulent. Elle se prenait pour plus forte que lui et l'arrogance du Singulier n'apprécia pas de se faire rabaisser de la sorte. Il serra les dents en silence comme elle s'éloignait, pestant contre lui-même. Au lieu de remplir sa bourse, il avait perdu une pièce et du temps. Ajoutez à cela une certaine humiliation et il pouvait considérer que cela avait été un véritable fiasco. Alors que le jeune homme n'attendait qu'une chose : voir la catin disparaître avec son air supérieur, il eut la désagréable surprise de voir qu'elle n'en avait apparemment pas fini avec lui. Les yeux mordorés du Singulier ne quittaient pas la femme qui lui rendit sa pièce en lui ordonnant de la suivre. Le forgeron attrapa l'argent avant de le glisser dans sa poche, scrutant et jaugeant la femme avant de finalement soupirer d'un air agacé pour lui emboîter le pas. Non loin derrière elle, l'artisan raté ne se gêna pas pour lui lâcher une remarque contrariée.

     ▬ Le dérangement ? Je ne t'ai même pas pris deux minutes de ton temps, ne me dis pas que je t'ai fait perdre des clients. »

     Le temps était de l'argent, il le savait bien, mais ce n'était pas comme si les hommes de cette ville faisaient la queue pour se rendre au bordel tout de même. Ou alors les femmes de Cathairfál avaient du souci à se faire ! Le jeune homme n'avait pas particulièrement envie d'attirer l'attention, autant dire que de se balader aux côtés d'une femme qui ne masquait pas son métier ne l'arrangeait pas des masses. Oh, il se fichait pas mal de passer pour un amateur de catins, mais se promener à ses côtés dans la rue n'était pas comme se faire surprendre par un garde à discuter avec elle dans une ruelle. Il marchait donc légèrement derrière la blonde qui de toute manière, attirait toute l'attention sur elle. Que ce soit hommes ou femmes, visiblement tout le monde remarquait sa tenue peu adaptée à une promenade pour bien débuter la journée. Il ignorait où elle souhaitait précisément aller, mais espérait simplement que ce n'était pas dans l'endroit qu'il fréquentait quotidiennement. Préférant prévenir que guérir, le Singulier accéléra légèrement son allure pour se hisser à la hauteur de la catin et lui adresser la parole. Galahad n'adoptait plus son ton faussement hésitant, autant se montrer aussi désagréable qu'à l'accoutumée vu le bide de sa tentative.

     ▬ Je te serais gré de prendre une autre auberge que celle située au centre de Dinas Uchel, il m'arrive d'y aller et je n'ai pas particulièrement envie d'y être vu en compagnie d'une... professionnelle comme toi. »

     Qu'elle s'imagine qu'il avait honte de pouvoir s'adresser à elle lui était égal, déjà que le jeune homme avait lâché quelques informations le concernant, qu'elle se fasse une fausse idée à son sujet ne l'embêtait guère. Bien au contraire. Le forgeron profita du fait qu'ils passaient non loin d'une auberge qui offrait aussi les services d'une taverne, pour inviter la catin à y entrer. Il y avait intérêt à ce qu'elle n'ait pas vraiment soif, Galahad avec sa galanterie naturelle ne comptait pas dépenser plus que la pièce qu'il lui avait tendue quelques minutes plus tôt. La pièce était presque vide, mis à part le tavernier et quelques piliers de bar, personne ne semblait perdre son temps ici. Une serveuse tournait entre les tables et dévisagea la blonde lorsqu'ils entrèrent, au moins ne connaissait-il personne dans cette auberge. Il n'y avait que l'embarras du choix pour la table vu le nombre qui étaient libres, il laissa donc à la jeune femme le plaisir de sélectionner celle de son choix, puis s'installa après elle, prenant bien évidemment soin de se placer aussi éloigné que possible d'elle. Après tout, la catin avait suffisamment empiété dans son espace vital pour la journée. Comme la serveuse avait disparu quelques instants, les yeux du Singulier se posèrent sur la femme pour lui rétorquer quelque chose.

     ▬ D'ailleurs, en réponse à ce que tu m'as dit avant, ne vas pas me faire croire qu'un homme a besoin de la moindre forme de séduction lorsqu'il aborde une catin. Ou alors tu es une bien étrange fille de joie, il me semblait que c'était simplement l'argent qui vous intéressait ? Il soupira légèrement. Au final, c'est plutôt vous les voleuses, être payées pour ce que n'importe quelle épouse fait gratuitement, si ce n'est pas du vol, je ne m'y connais pas. »

     C'était le cas en réalité. Il ne s'y connaissait pas dans ce domaine, mais en vol déjà un peu plus, bien qu'il se bornait généralement aux cibles plus faciles comme les jeunes dames encore naïves. Critiquer le métier des autres avait toujours été son habitude, mais peut-être que cela lui serait aussi refusé vu la manière qu'elle avait de tout lui renvoyer en plein visage ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://song-of-ice-and-fire.forums-rpg.com/
Araëlle Sil-Emaïs

avatar

▬ Contributions à l'histoire : 357

MessageSujet: Re: [ Terminé ] La séduction a toujours été une histoire de manipulation ▬ Araëlle   Mer 23 Mai 2012, 09:01

Araëlle sourit légèrement en marchant tranquillement. Non seulement elle venait de remettre à sa place un homme, mais en plus il prenait du coup l'offensive parce qu'il n'était pas fier et surtout pas content. Cela l'avait toujours amusé comme un homme pouvait être susceptible quand les choses n'allaient pas dans leur sens... Qu'est ce qu'un homme pouvait être fier quand même. Ne pas supporter ainsi l'échec... Il fallait relativiser. Mais c'est vrai que les hommes aimaient avoir le pas sur la femme et ça dans tous les contextes, même sexuels. Cela lui était totalement égal. Elle aimait aussi maîtriser les choses un minimum simplement pour ne plus être piégée et privée de liberté. C'était l'unique but sur lequel elle ne pouvait faire des concessions. Et pour le moment, elle se débrouillait à merveille. Ce qu'elle trouvait très amusant avec l'homme qui l'avait accosté c'est qu'elle l'avait remis en place avec supériorité mais au fond, elle ne se considérait pas comme tel. Elle avait simplement beaucoup plus d'expérience que lui, c'est tout. Cela lui était bien égal au fond qu'il n'arrive pas à voler, qu'il se fasse ramasser ou encore tuer parce qu'il n'était pas doué. Il avait juste eu la maladresse d'en vouloir à son argent à elle. Et avec une méthode qu'il ne maîtrisait pas du tout et qui semblait clairement le répugner. Ca aussi ça l'intéressait, un homme qui ne profitait pas de n'importe quelle situation pour se faire une femme. C'était rare. Quoi qu'il y avait encore certains purs qui n'aimaient pas les catins simplement parce qu'elles écartaient les cuisses à nombreux hommes et ce de manière aléatoire sans vraiment de critères de choix. Après tout il ne fallait pas être exigeant dans ce domaine sinon on obtenait rien. Elle pouvait se le permettre désormais parce qu'elle était tenancière et qu'au fond elle n'avait jamais été une catin dans le sens qu'on l'entendait. De base, elle ne s'était jamais offerte pour de l'argent. Elle s'était offerte dans ses propres intérêts, pour servir ses propres désirs et maintenant encore plus qu'avant. Ses clients à elle étaient particuliers, peu nombreux, et ceux qui n'étaient pas ses clients réguliers, elle s'en occupait pour obtenir quelque chose en échange. Contrairement aux trois quart de ses "filles" qui elles s'offraient à n'importe qui voulant d'elle pour de l'argent. Mais ça, au fond, tout le monde s'en foutait, et elle la première. Elle agissait comme elle l'entendait que ça plaise ou non. C'est pour ça qu'elle aimait aussi se balader vêtue comme elle le souhaitait car maintenant elle pouvait se faire regarder sans que personne ne puisse en profiter. Ce n'était pas une invitation, juste l'envie de mettre ce qu'elle voulait comme elle l'entendait, simplement.

Toujours est-il qu'elle ne regarda pas l'homme qui se tenait à quelques pas d'elle et non à côté. Le pauvre petit qui n'appréciait pas d'être avec une femme considérée comme catin. Ca devait tellement ternir la réputation... Enfin, elle supposait parce que concrètement, beaucoup d'hommes venaient dans son bordel et, même s'ils l'ignoraient dans la rue, elle savait qu'ils étaient clients quand même. Au fond, elle était un peu la peste noire pour les gens qui craignaient de voir leur réputation amputée. Et pourtant... avant qu'un Singulier quelconque obtienne une information de sa part sur ses clients, il fallait y aller. Seuls les Héritiers qui quémandaient ses talents d'informatrice obtenaient satisfaction. Sinon elle était une tombe, un peu comme pour les infos de sa vie privée. Elle lui jeta un coup d'oeil quand il lui expliqua le choix de la taverne. Cela lui était totalement égal... Elle fréquentait peu les endroits convenables disons, à moins d'être vêtue telle une princesse ce qui n'arrivait jamais.

"Tu es beaucoup plus agréable avec ton caractère de chien."

Paradoxe ? non. A ses yeux, quelqu'un qui avait un caractère bien trempé et qui ne mâchait pas ses mots avait plus de mérite et surtout était bien plus intéressant qu'un jeune farouche, maladroit et juvénile. Déjà le garçon qu'elle avait démonté ressemblait plus à un homme, même si elle savait que c'était toujours la fierté qui parlait. Elle le suivit donc dans le lieu approprié de son choix, faisant s'envoler d'abord son faucon qui n'avait rien à faire enfermé ainsi. Elle le regarda fendre les airs vers le ciel avant de pénétrer dans la demeure. Il n'y avait personne et ce n'était pas plus mal. Elle allait pouvoir prendre un verre tranquillement sans que des ivrognes ne se permettent de s'installer à sa table. Elle s'installa et croisa les jambes regardant la serveuse qui s'était provisoirement éloignée avant de reporter son regard maquillé sur l'homme qui se tenait aussi loin d'elle que possible. Comme une maladie qu'il fallait surtout pas attraper. Elle l'écouta et ne put s'empêcher de sourire vaguement en le regardant toujours.

"Les catins ne sont pas toutes dénuées de bon sens." elle écouta la suite et le regarda longuement avant de dire "Tu es naïf."

La serveuse arriva - ce qui ne fut pas étonnant vu le peu de travail qu'elle avait à faire - et elle lui commanda un alcool fort avant de laisser le garçon commander à son tour. Puis elle regarda la serveuse partir avant de reporter son attention sur l'homme à ses côtés. Elle ne se souvenait plus d'avoir déjà eu une conversation avec un homme qui remettait en doutes les bienfaits d'une catin. Comme quoi il y avait encore peut-être des hommes pures dans Lanriel. Mais au fond, elle ne savait pas si c'était un bien ou non, car le pauvre risquait d'être déçu à maintes reprises. Mais allez savoir... Peut-être serait-il heureux aussi, avec une épouse et des gosses, comme la logique le voudrait. Grand bien lui fasse.... Elle ne vivrait jamais ainsi, non pas par choix mais parce qu'elle en était désormais incapable.

"Crois tu que tout homme veut d'une épouse ? Et crois-tu réellement que toute épouse peut faire tout ce que nous faisons ? Sincèrement, si tes connaissances s'arrêtent à ça, c'est que tu n'as encore rien vu du monde sexuel et relationnel homme-femme. " Elle marqua une pause observant les gens présents avant de reprendre. "Si un homme est marié, tu peux être sûr qu'il vient assouvir des envies intolérables pour une épouse digne de ce nom. Evidemment, selon tes désirs tu dois en mettre le prix. Mais être une catin n'est pas chose facile. " elle le fixa dans les yeux "Tu crois qu'il suffit d'écarter les cuisses bien gentiment couché sur le lit pour que l'homme soit satisfait ? Vraiment ? Non. Les hommes veulent que tu subisses leur fantasme, que tu deviennes la chienne en chaleur qu'ils veulent que tu sois, que tu gémisses si ça te fait mal, que tu en demandes encore alors qu'au fond tu n'aimes pas. Toutes les filles de joie ne le sont pas par plaisir ou par choix." Elle regarda la serveuse revenir et déposer les verres avant de la regarder partir. Elle but une gorgée avant d'ajouter "Certes, il y en a qui aime ça. Mais je ne vois pas pourquoi ce serait un mal ? Si les hommes ont le droit d'avoir des fantasmes, pourquoi pas les femmes ? On ne devrait être que la bonne épouse gentille et aimante ? Au fond, on nous regarde de travers, on nous traite de catins comme sous un juron, mais sans nous, les hommes seraient insatisfaits et les viols seraient bien plus nombreux."

Elle observa le garçon. Elle se demandait au fond si c'était simplement une façade ou s'il était réellement de ceux qui se voulaient suivre une voie "digne". Même si pour elle ce terme était profondément ridicule. Elle garda le silence un moment en pensant à ce que sa vie aurait été si elle n'avait pas été kidnappée. Peut-être aurait-elle grandit comme tous ces Blasonnés, dans la richesse et la quiétude, attendant le moment où le prince charmant viendra sur son beau cheval demander sa main. Et alors elle se serait mariée, serait partie vivre avec cet homme, aurait eu des enfants. Elle se coucherait tous les soirs sur le lit et écarterait les cuisses tout simplement, dans une position classique, pour les désirs de son mari qui penserait peut-être à une autre pendant qu'il aurait des mouvements inlassablement en elle. Ou alors seraient-ils tout simplement heureux de s'unir l'un à l'autre .... Cela lui paraissait grotesquement utopique et elle savait que de toute façon, son âme était bien trop noircie pour pouvoir un jour arriver à ce stade là. Elle but une nouvelle gorgé avant de reprendre la parole.

"Mais détrompe toi, je ne suis pas contre un mariage heureux. Si ça existe et si les gens sont contents ainsi, tant mieux pour eux. Au fond je m'en tape. Je sais que même si c'est inavouable, les gens ont assez de vices pour venir dans un bordel." elle le fixa un instant avant de dire "Et donc toi tu préfères trouver l'épouse parfaite et lui faire des gosses ? Et elle est où ton épouse qui ne te ferait pas payer pour écarter les cuisses ? "

_________________

Toi, mon Faucon
Toi, mon ami
Toi, qui ne me quitte pas
Toi, qui s'envole à l'effigie de notre liberté commune
Nous sommes devenus un,
De ton nom, Daärim, tu te lies au mien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Galahad Caherval

avatar

▬ Contributions à l'histoire : 1017

MessageSujet: Re: [ Terminé ] La séduction a toujours été une histoire de manipulation ▬ Araëlle   Mer 23 Mai 2012, 21:04

     La blonde répliqua, déclarant que les catins n'étaient pas forcément dénuées de bons sens, puis lui asséna qu'il était naïf. Les yeux du jeune homme se posèrent sur le visage de la catin, est-ce qu'elle se moquait de lui ? C'était bien la première femme à le taxer d'un tel terme, Galahad se considérait comme tout sauf naïf. Mais d'un côté, le domaine dans lequel elle semblait exceller était effectivement le genre de choses qu'il ne connaissait pas parfaitement. Il n'était pas aussi innocent qu'un oisillon tomber du nid bien évidemment et savait parfaitement que la séduction était une arme très dangereuse si elle était utilisée à bon escient, mais il ne savait pas le faire. Il ne s'y intéressait donc pas, c'était aussi simple que cela. Développer ses talents était une chose contre laquelle il ne reculait pas, mais ce domaine lui apparaissait tout simplement comme hors de portée. Le fait de se faire traiter de naïf ne l'enchantait donc pas, mais il devait l'admettre. À demi. La serveur arriva, prenant les commandes des deux clients et Galahad demandant simplement un alcool basique, pas du grand luxe et quelque chose qui permettait de garder les idées claires. Son regard s'était détourné de la prostituée jusqu'à ce qu'elle reprenne la parole et qu'il daigne la regarder. Il n'aimait pas les robes qui dévoilaient ainsi toutes les formes, c'était désagréable et il avait la vague impression que la femme qui la portait pensait que tous les hommes ne pourraient pas détacher leurs yeux de la vue de sa poitrine. C'était certainement vrai en fin de compte, mais lui ne se sentait pas concerné. Le forgeron essaya de se concentrer sur les dires de la blonde au lieu de laisser son irritation le gagner toujours davantage. La situation lui échappait et il n'aimait pas cela.

     L'interrogatoire commença alors qu'elle lui demandait s'il s'imaginait que tous les hommes voulaient d'une épouse. La réponse était simple : non. Lui-même n'en désirait pas, elles étaient agaçantes et prenaient trop de temps. Un peu comme les chiens ou les enfants au fond. Il avait du mal à voir qu'une catin pouvait offrir d'autres choses qu'une simple femme. Qu'une épouse, il pouvait le concevoir, certaines femmes étaient bien trop coincées pour laisser leurs époux obtenir tout ce qu'il voulait. Mais avait-il besoin pour autant d'aller dépenser tout son pécule auprès d'une femme sur qui la moitié de Lanriel était passé ? Pas franchement. L'idée dégoûtait plus le forgeron qu'elle ne l'intéressait. Un léger sourire moqueur se dessina sur les lèvres de l'Héritier alors qu'elle prétendait que son métier n'était pas une chose aisée. Ah ? Vraiment ? Elle travaillait dans un domaine où tout le monde s'amusait, Galahad avait bien du mal à visualiser la moindre difficulté à ce niveau. Il ne détournait pas les yeux, soutenant le regard de la blonde qui lui expliquait tout ce que les hommes pouvaient bien vouloir d'elles, des choses assez étranges qui finirent de convaincre le forgeron qu'il avait choisi la bonne voie en se contentant d'user de son esprit et non de ce qui se situait sous sa ceinture. La serveuse coupa brièvement court à leur discussion en déposant les verres sans que le jeune homme ne lui accorde le moindre intérêt, puis elle s'éloigna et la catin daigna enfin continuer. Lorsqu'elle termina en déclarant que le plus vieux métier du monde était aussi celui qui permettait d'éviter les viols, il détourna le regard sans chercher à masquer le profond amusement que cette révélation provoquait en lui. Sous peu elle allait lui dire que c'était de l'altruisme d'aider les hommes à tromper leurs femmes ? Oh, il s'en fichait au fond, la fidélité n'entrait pas dans son mode de fonctionnement non plus. Juste son plaisir personnel.

     Il prit la peine de boire un peu à sa choppe alors que son attention passait des murs de la taverne aux quelques bougres attablés, puis à la catin qui reprenait alors la parole. Elle avoua ne pas être contre un mariage heureux avant de lui demander de but-en-blanc quelles étaient ses attentes en la matière. Galahad se contenta de poser le contenant sur la table en la regardant avec un certain calme, son irritation s'envolait lorsqu'il ne la fixait pas trop longuement. Après une brève réflexion, il répliqua.

     ▬ Et qu'est-ce qui te dis que ce n'est pas déjà fait ? Elle m'attend peut-être chez moi avec nos gosses comme tu dis. L'idée était... hilarante. Il avait du mal à se voir avec une épouse et encore plus avec des marmots. Mais elle ne le savait pas. Elle ne le connaissait pas. Il pouvait en profiter, jouer les époux modèles. C'était un choix intéressant, mais quelque chose lui disait qu'elle le comprendrait et se jouerait de lui. Il soupira avant de répondre plus sérieusement. J'estime que le mariage est la chose la plus stupide qui fut inventée. Il pousse simplement les maris à être infidèles et les femmes à être malheureuses. Je n'aspire à rien d'aussi saugrenu. »

     Mais cela ne signifiait pas pour autant qu'il comptait devenir un fidèle du bordel du coin, à croire que les hommes devaient impérativement assouvir leurs besoins s'ils voulaient pouvoir faire quelque chose de leur vie. Pour une catin ce n'était pas étonnant que le sexe prédomine et que tout le reste soit secondaire, mais tout de même, la population de Lanriel ne pouvait pas être entièrement dirigée sur quelque chose d'aussi basique et primaire que le sexe. Sa main tenait toujours la choppe alors qu'il avait à nouveau détourné les yeux le temps de s'arracher à la vue de cette femme qui vendait son corps contre de l'argent. Elle le dégoûtait au final. L'idée qu'elle se laisse passer dessus par tous les bougres du coin était assez repoussante pour qu'il n'y pense pas en la regardant dans les yeux.

     ▬ Ne me fais pas croire que tu as des clients à ne plus savoir quoi en faire. Je doute que tous les hommes mariés ou tous les soldats du coin ne viennent vous rendre visite, tout le monde n'obéit pas aveuglément à ses désirs. C'est les faibles qui y cèdent à la moindre occasion. Il la regardait de nouveau, drôle de discussion au final. Tu veux me faire croire que vous faites un métier qui aide les pauvres donzelles en leur évitant les viols ? Tu as l'air de croire que tous les hommes ne réfléchissent qu'avec ce qu'ils ont sous la ceinture, vu la manière dont tu as réussi à te jouer de moi, je m'attendais à ce que tu sois plus réfléchie que cela. Ses paroles n'étaient même plus atténuées, il ne voyait pas pour quelle raison est-ce qu'il s'amuserait à prendre des pincettes avec une femme qui n'avait aucun respect pour le comportement des hommes. Les épouses ne font peut-être pas tout ce qu'un homme veut, mais c'est bien à cela que servent les amantes. Au moins n'y a-t-il pas besoin de dépenser tout son pécule pour attraper une maladie après que les trois quarts de Lanriel soit passés avant nous. Aux yeux du forgeron une catin était forcément pleine de maladies. Alors ne me dis pas que les catins n'ont pas un métier facile, vous travaillez dans un domaine où tout le monde s'amuse, j'ai du mal à croire que vous vous donnez autant de mal qu'une couturière ou qu'une domestique. »

     Le ton était donné, le jeune homme ne masquait pas le mépris qu'il avait pour les femmes comme elle et ce n'était pas sans raison qu'il avait décidé de s'en prendre à elles. Tant qu'à faire, autant mettre une personne qu'il n'appréciait pas dans l'embarras non ? Portant une fois de plus sa choppe à ses lèvres, il posa ses yeux sur le mur non loin de là, l'estimant plus intéressant que le spectacle que la blonde lui offrait. Après un petit moment de silence, posant à nouveau la pinte sur la table il retira sa main pour la laisser devant lui, sur la table, puis répliqua une dernière fois.

     ▬ Tu me dis que pour manipuler quelqu'un il faut le séduire, mais qu'est-ce que tu fais lorsque tu tombes sur quelqu'un qui n'est pas sensible à tes.... Il la dévisagea quelques instants avant de détourner à nouveau les yeux. Atouts ? Tu essayeras de le faire céder ? Une femme qui ne connait que le sexe ne pourra rien offrir de plus, malheureusement pour vous les gens se lassent vite de ce domaine et il est toujours possible de trouver l'équivalent ailleurs. Une femme avec de l'esprit c'est plus rare par contre. »

     Il était hautain et désagréable, arrogant et vaniteux. Il était lui tout simplement.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://song-of-ice-and-fire.forums-rpg.com/
Araëlle Sil-Emaïs

avatar

▬ Contributions à l'histoire : 357

MessageSujet: Re: [ Terminé ] La séduction a toujours été une histoire de manipulation ▬ Araëlle   Mer 23 Mai 2012, 22:44

En réalité, Araëlle aimait beaucoup cette conversation. Elle n'avait rien d'habituel c'était certain, mais contrairement à ce qu'elle avait cru d'abord, l'homme qui se trouvait devant elle était différent de ce qu'elle avait vu jusqu'alors. Du moins dans cette tranche d'âge. Elle savait parfaitement qu'on pouvait très bien résister à ses charmes, qu'il ne fallait pas forcément succomber, et qu'on le fasse ou pas, cela lui était parfaitement égal. Le but n'était pas de séduire tout le monde, juste d'obtenir ce qu'elle voulait. Mais dans le fond, elle savait rester des jours sans sexe. Ce n'était pas une obligation. Et en tant que tenancière, elle couchait avec des clients bien moins souvent que ses "filles". Elle écoutait attentivement ce qu'il disait, simplement parce que ça en valait la peine. Il était quelqu'un d'arrêté sur ses idées, de crus, de direct et surtout très loin d'être hypocrite. Elle comprenait encore moins pourquoi il l'avait approché de façon si juvénile. Enfin il fallait reconnaître que tout le monde jouait la comédie quand il désirait farouchement quelque chose tout en sachant ne pas l'obtenir en étant soi-même. Après tout elle-même faisait pareil et c'était pour ça qu'elle aimait la manipulation, même si elle était sexuelle. Mais chacun prenait le domaine qu'il connaissait. Au fond elle n'avait pas choisi d'exceller dans le sexe... C'était simplement ce qu'elle avait connu pendant presque sept ans, pratiquement toutes les nuits. Elle savait qu'il n'avait pas d'épouse et d'enfants. Quand on avait quelque chose, on ne prononçait jamais cette question-réponse qui disait "Et qu'est ce qui te dit que je n'ai pas ce dont tu parles ? " si on l'avait. C'était un genre de "Ne parle pas de ce que tu ne sais pas". Personnellement elle s'en foutait. Elle n'avait pas posé cette question pour le provoquer. Sincèrement, ça avait été sa façon de demander s'il prônait ce genre de relation. Et sa réponse lui avait bien fait comprendre que non. D'ailleurs il ne tarda pas à lui exprimer plus clairement mais contre toute attente, sa réponse lui plut fortement. Cet homme ne se rangeait pas parmi les bons pensants. Ceux qui ne vont pas voir les putes parce que c'est mal, qui attendent sagement la femme qui passera par là, qui sera leur épouse, et qui le restera toute sa vie parce que ce sont les coutumes. Les Blasonnés fonctionnaient énormément comme ça et c'était bien pour ça que les mariages arrangés existaient. ELle n'arrivait pas à dire si c'était une infamie ou justement plutôt un idée géniale. Mais ça ne la concernait et ne la concernerait de toute façon jamais, alors elle n'avait pas creusé davantage la question.

Elle but une gorgée en l'observant. Elle n'avait rien vraiment à dire à ça. Ca changeait juste sa façon de le voir et de le percevoir. Et ça faisait de lui quelqu'un d'intéressant. Mais son comportement l'était également. Il avait les réactions en accord avec ses pensées. CE n'était pas "je ne veux pas" annoncé fièrement avec des gestes qui trahissaient une envie irrépressible. Il était en accord total avec lui-même et elle aimait ça. Peut-être n'aurait-il pas été aussi sincère si elle ne s'était pas adressée aussi directement avec lui. Mais tant mieux s'il suivait le pas et par conséquent montrait ouvertement le dégoût qu'elle pouvait lui inspirer. C'était tellement rare ce genre de comportement. Enfin non... Elle devait reconnaître qu'on la regardait souvent avec dédain dans la rue parce qu'on savait qu'elle faisait partie du bordel. C'était étonnant car personne ne savait qu'elle était celle qui le tenait et non une pratiquante corporelle régulière. Cela prouvait que les gens aimaient les rumeurs et parlaient souvent de ce qu'il ne connaissait pas. Avoir été recluse pendant autant d'années lui donnait un plaisir fou à observer les autres. Dégoût, dédain, haine, jalousie, arrogance, ... Elle aimait ces sentiments négatifs. L'amour, la passion, la douceur, la gentillesse... tout ça lui paraissait fade. Finalement elle était bel et bien brisée... Mais qui ça dérangeait si ça ne la dérangeait même plus elle-même ? Son attention fut captivée de nouveau par les paroles de son interlocuteur. Il reprenait du poil de la bête et lui rentrait dedans - verbalement- sans se soucier des répercussions. Elle l'observait en écoutant attentivement ces paroles lancées et non contrôlées. Il y allait ferme et bien. Elle sourit à la fin de sa tirade. Il n'aimait clairement pas les catins et bien qu'elle l'avait compris déjà plus tôt, il venait de le confirmer ouvertement. Elle ne répondit pas tout de suite. Elle le regardait et bien qu'il but et regarda ailleurs, elle voulait être sûre qu'il avait fini de parler. Qu'il lâche tout ce qu'il pensait. Après tout elle l'avait sermonné et lui avait dit le fond de ses pensées, c'était donc à son tour de le faire. Plus il parlait et moins elle était pressée de l'abandonner. L'intérêt était là et ça la changeait.

Il reprit la parole à nouveau confirmant qu'il n'en avait pas terminé. Ainsi avait-elle vu juste et elle écouta cette dernière logorrhée avant de reprendre une gorgée. Elle ne l'avait pas quitté des yeux contrairement à lui. Elle le regardait, 'observait, le scrutait, sans aucun scrupule, ni honte et encore moins gêne. Elle le regarda encore un moment avant de laisser sa voix percée le silence installé entre eux deux.

"Ca y est ? Ca fait du bien non d'évacuer son mépris ? "

Ce n'était nullement une moquerie. Après tout, peu de gens pouvait avoir une conversation sur les catins et encore moins entre un homme et une femme. Ce n'était pas le genre de sujet qu'on abordait. C'était quelque chose de tabou, de caché, qu'on laissait pour les arrières boutiques ou les endroits dont il fallait être client pour connaître. On ne parlait pas de ses vices.... Ils restaient bien enfouis et sortaient que quand ils devenaient insoutenables. Elle le regarda encore un instant avant de reprendre.

"Tout d'abord, sache qu'il ne faut pas être marié, faible, ou soldat pour venir nous voir. Il faut simplement avoir du désir, une envie de sexe facile sans aucune complication à l'horizon et surtout, savoir qu'il n'y aura jamais de sentiments pour tout gâcher. "...elle garda un peu le silence puis reprit "C'est ça qui gâche toujours tout... Les sentiments. On s'attache, on veut posséder... Ca complique finalement toujours les relations Une femme, une épouse, une amante, elle aura toujours des exigences. Il est vrai qu'aucune d'entre elles ne sera payée pour ses services sexuels. mais l'appartenance... c'est un sentiment puissant. Le besoin de savoir que ça nous appartient."

Elle but une nouvelle gorgée en repensant à Lui. Etait cela qui l'avait poussé à l'enfermer à ses côtés ? Etre sûre qu'elle lui appartienne pour toujours... Un léger sourire cruel s'étira rapidement sur ses lèvres avant de disparaître. Cette possession l'avait tué... C'en était presque hilarant. Elle reposa son verre avant de se redressée un peu pour appuyer son coude sur la table et venir poser son menton sur sa main regardant de nouveau l'homme devant elle.

"Une catin ça ne tombe pas amoureux. Les hommes viennent, en font ce qu'ils veulent puis s'en vont. Ils n'auront jamais de problèmes, jamais d'attaches. C'est une maison de passe... Et cette histoire de maladie... Pour peu que tu prennes une épouse qui a déjà été voir ailleurs, tu peux tomber malade. Il ne faut pas croire que nous sommes les seules à porter tous les fardeaux maladifs de Lanriel. "/b] Elle fit une nouvelle pause avant d'ajouter [b]"Et à propos des domestiques... Certaines écartent leur cuisse aussi pour quelques faveurs. Le sexe est omniprésent, y a pas besoin d'être une catin pour pratiquer et obtenir ce que l'on veut pas ce biais. "

Elle fit tourner lentement son verre, qu'elle venait de vider, sur la table. La dernière question était intéressante et elle fit languir la réponse. Ne pas succomber à ses charmes... En réalité, elle n'usait jamais de ses charmes sur quelqu'un qui n'avait pas l'air intéressé. Et pour la dernière partie, il avait amplement raison. Les femmes d'esprit, calculatrices, qui voyaient plus loin que le bout de leur nez, c'était rare. Certes elles avaient des "filles" qui n'étaient pas dénuées d'intelligence, mais elles avaient quand même beaucoup ce côté juvénile, ou puéril, cette tendance aux idioties, aux sottises. C'est pour ça qu'elle était tenancière, qu'elle gérait, qu'elle ne participait pas forcément aux amusements que celles-ci pouvaient réaliser entre elles, aux discussions débiles qu'elles avaient sur les rumeurs, les clients et autre... Elle gardait l'oreille car on pouvait toujours apprendre des choses, mais elle ne participait jamais car ce qu'elle savait et qui était important, n'était jamais divulgué excepté aux intéressés qu'elle avait sélectionnés parmi ses clients privés. Elle se redressa et s'appuya sur son dossier avant de regarder de nouveau son interlocuteur.

"Mes atouts comme tu dis si bien, je ne les utilise que quand je sais que ça me sera utile. Si la personne n'est pas intéressée, tout comme toi, ce serait profondément stupide de tenter de l'amadouer par ce biais. Il y a d'autres façons de manipuler alors, d'autres façons de séduire, de montrer qu'on a de quoi intéresser le concerné... Je ne suis pas en reste. Et tu as totalement raison. Notre domaine est éphémère, c'est bien pour ça que les clients ne s'éternisent pas. Ils viennent quand ils ont envie, ils voient la fille qu'ils ont envie. Jamais la même ? comme ils veulent... Une fois au bout d'une lune ? Ca m'est totalement égal. Nous avons des clients. Nous en avons pas mal. Beaucoup de têtes différentes. Etrangers, de passage, habitués, curieux.... Peu importe. Il est lucratif parce que c'est un commerce qui ne stagne pas. C'est un monde cruel. Ou c'est peut-être moi qui le rend cruel. Mais si tu passes catin, t'as peu de chance qu'on te voit un jour différemment."
Elle le fixa un instant avant de dire "J'aime ta façon de penser. Elle est remplie d'idées fixes, peu malléable, crue, et insolente. Tu fais partie des gens intéressants. J'aime ceux qui revendiquent leurs idées avec ferveur et conviction. Mais méfie toi du passé des gens. Il n'est pas dit que la femme de ta vie ait du un jour devenir catin. Je suis admirative de ceux qui décident de quitter ce milieu car tu peux penser ce que tu veux, mais pour peu que tu saches t'y prendre, tu peux obtenir énormément de choses par le sexe. Que ça te dégoûte ou non ne change rien à la donne."

Elle le regarda encore un moment avant de chercher la serveuse des yeux et de lui signifier qu'elle désirait reprendre une tournée. Si son interlocuteur ne désirait plus rien, il pouvait simplement prendre congé, cela ne la dérangerait point, elle n'était pas faite pour les politesses obligatoires. La tournure de cette conversation et même de l' "attaque" tentée par son pseudo voleur en était bien la preuve. Cela l'amusait beaucoup de parler de sexe de la sorte, alors qu'il y a quelques années, cela la dégoûtait sûrement autant que l'homme devant elle. C'était intéressant de se voir pourrir... Amusant et plaisant à la fois. Son esprit était devenu malsain à son insu et elle l'avait laissé continuer à pourrir sans chercher à l'arrêter. Elle était une dessinatrice qui vouait sa dévotion à Mynkor contrairement à ce qu'on avait tenté de lui enseigner. La serveuse fut rapide pour leur apporter leurs nouvelles consommations, après tout la taverne ne s'était pas davantage remplie et donc elle ne pouvait se dérober du peu de travail qu'elle avait. Elle but une longue gorgée avant de reposer son verre et de regarder de nouveau le jeune homme.

"Alors dis moi... Nous avons énormément parler de ce qui est censé occuper mes journées, mais toi ? Voler est ton occupation première ? Parce que personnellement je ne trouve pas ça valorisant. Et puis vu comment tu t'y prends en plus... " Elle le fixa un moment avant d'ajouter ironiquement "Tu devrais passer catin, tu gagnerais bien avec ta gueule." elle ajouta "Après tout, les femmes jugeraient peut-être avec moins de dédain les bordels si elle pouvait en profiter aussi."

De nouveau elle ne cherchait pas à être hautaine, mais au fond ils se ressemblaient pas mal tous les deux. Ils ne tournaient ni l'un ni l'autre autour du pot, ils allaient droit au but avec la rudesse de la vérité. Pas de barrières, pas de fioritures verbales. Juste une conversation d'expression des opinions. Ca avait quelque chose de masculin comme conversations. Aussi surprenant que sa façon d'être pouvait le suggérer, elle n'était pas féminine dans l'âme. Elle le regarda un instant avant de parler de nouveau.

"Tu devrais te reconvertir dans un commerce qui fonctionne mieux. " comme si elle en avait quelque chose à faire au fond.

_________________

Toi, mon Faucon
Toi, mon ami
Toi, qui ne me quitte pas
Toi, qui s'envole à l'effigie de notre liberté commune
Nous sommes devenus un,
De ton nom, Daärim, tu te lies au mien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Galahad Caherval

avatar

▬ Contributions à l'histoire : 1017

MessageSujet: Re: [ Terminé ] La séduction a toujours été une histoire de manipulation ▬ Araëlle   Jeu 24 Mai 2012, 15:45

     Oui, beaucoup de bien même, Galahad axé son attention sur la blonde le temps de regarder si elle se moquait de lui, mais rien dans son expression ne semblait indiquer une pareille pensée. Il resta muet comme elle continuait en lui expliquant qu'il ne fallait pas forcément être faible pour aller voir les catins, mais simplement éprouver du désir. Soit. Mais au fond, céder à son désir revenait à être faible, il avait du mal à percevoir la différence pour le coup. Cela dit, lorsque la catin aborda le sujet des sentiments il ne pouvait que l'approuver. C'était exactement ce qu'il pensait et combien de fois l'avait-il répété à Izhi lors de leurs discussions ? Les sentiments rendaient faible et vulnérable, même si l'on était persuadé de se dominer. Les amantes ne pouvaient être jalouses si l'on en changeait régulièrement, son esprit cartésien le poussait à envisager les choses sous un angle pratique, il en oubliait souvent que tout le monde ne pouvait pas entamer une relation sans y mêler des sentiments. Quel dommage au fond, cela aurait été bien plus simple pour tout le monde. Les yeux du jeune homme se posaient de temps en temps sur le visage de la blonde avant qu'il ne se concentre sur autre chose le temps de laisser son irritation s'apaiser. C'était étrange cette manière que son esprit avait de se froisser d'une situation pourtant commune. À croire qu'il y avait un problème quelque part chez lui. Peut-être que c'était le cas au fond. La voix de la catin le tira de ses pensées comme elle poursuivait en vantant les avantages des catins, sauf qu'elle oubliait toujours le coût engendré par de pareilles relations. Les maladies furent chassées de la conversation en un rien de temps, elle n'avait pas tort, au final le mieux était bel et bien de ne laisser personne s'approcher de soi, il ne risquait rien de la sorte. Les domestiques dont elle faisait état étaient tout de même très rares, du moins c'était ce qu'il considérait, il existait encore des femmes capables de ne pas écarter les cuisses pour un oui ou pour un non.

     Vidant sa pinte, le forgeron observa en silence le verre que la catin faisait tourner dans ses doigts tout en lui expliquant qu'elle ne les utilisait pas n'importe quand. Vraiment ? Parce qu'il existait des bonnes occasions ? Le jeune homme avait une certaine difficulté à y croire, mais après tout, si elle le disait c'était qu'elle devait savoir ce quoi elle parlait. Lorsqu'elle aborda le fait que les catins étaient toujours vues comme telles, il n'en doutait pas une seule seconde. Le comportement d'une femme était bien souvent le reflet de ce qu'elle avait fait dans sa vie et il était peu probable qu'une catin puisse devenir une honnête épouse par la suite, le Singulier les voyait comme tâchées par le vice. Comme si lui était totalement pur à côté. Il était tout aussi souillé, pas dans le même domaine, mais certains habitants devaient certainement le considérer comme aussi bas que ces femmes. L'idée l'irrita brièvement puis il la chassa histoire de ne pas s'énerver davantage. Galahad darda ses prunelles mordorées sur le visage de la catin comme elle lui déclarait que sa manière de penser était intéressante. Il esquissa un léger sourire, persuadé qu'elle le flattait pour essayer de le manipuler, il ne croyait pas une seule seconde à ce qu'elle lui disait, mais n'en fit pas état. Pas tout de suite. Il garda cela de côté pour la suite. Son expression se referma légèrement lorsqu'elle déclara une fois de plus que le sexe permettait énormément de choses, il préférait encore ne rien avoir plutôt que de devoir se comporter comme cette femme, c'était certain ! La serveuse arriva à temps pour marquer une légère pause et il reprit la même chose tant qu'à faire. La discussion était intéressante à sa manière et il n'était pas contre la poursuivre un peu. Comme la femme s'en-allait d'un pas trop chaloupé pour être naturel, la blonde reprit la parole pour diriger la discussion sur le forgeron qui s'en serait bien passé. Elle se moquait de lui et il détourna son regard pour laisser sa contrariété s'envoler doucement, du moins jusqu'à ce qu'elle lui fasse une suggestion on ne peut plus saugrenue. Il crut d'abord avoir mal entendu, puis sa dernière phrase l'assura que non. Un masque d'irritation se dessina aussitôt sur le visage de l'Héritier alors qu'il lui offrait un regard noir.

     ▬ Tout le monde n'est pas comme toi, je ne suis pas obligé de me contenter d'un métier aussi dégradant ! Le ton n'était même plus neutre, la proposition l'avait clairement vexé et il ne s'en cachait pas. C'est très aimable à toi de te soucier de ma vie, mais je ne suis pas qu'un simple voleur de bas-étage, je fais simplement quelques extras à côté, mais je n'ai pas besoin de tes propositions, surtout lorsqu'elles sont aussi idiotes. Il lui décrocha un regard noir. J'ai simplement mal choisi en considérant que les catins étaient des bonnes proies, je n'avais pas à l'idée que vous étiez toutes aussi promptes à sauter sur le premier client qui se présente. C'était un reproche, clairement. Si tu as des problèmes avec les femmes, tu ferais mieux de leur proposer de travailler dans ton bordel plutôt que d'essayer de débaucher des hommes. Après tout, les hommes ne feraient pas de employés il en était persuadé. J'ai horreur que l'on se moquer de moi et tu ne cesses de le faire depuis que je t'ai abordé, c'est comme ça que tu essayes d'amadouer les gens qui ne sont pas sensibles à ton travail ? Il détourna les yeux pour se concentrer sur sa choppe quelques instants puis reprit. D'ailleurs tu flattes si grossièrement que personne ne peut tomber dans le panneau, pour quelqu'un qui se targue d'être manipulatrice je m'attendais à mieux. »

     Comme un gamin vexé par une parole de travers, le forgeron concentra toute son attention sur le liquide ambré qui clapotait dans sa choppe chaque fois qu'il la bougeait. La discussion ne le gênait pas, même s'il avait le sexe en horreur ce n'était pas pour autant qu'il jouait les vierges effarouchées chaque fois que quelqu'un abordait le sujet. Non, il pouvait en parler sans difficulté, mais étant donné son manque d'attirance pour ce divertissement, les conversations tournaient rapidement court voilà tout. La blonde dont il ne connaissait toujours pas le nom l'avait contrarié et il n'avait plus la moindre envie de lui répondre. Il allait donc la laisser avec sa question et ne comptait pas éclairer sa lanterne en lui expliquant ce qu'il faisait de ses journées. De toute manière, avouer qu'il passait son temps à essayer d'embobiner des personnes risquait surtout de la faire rire ou qu'elle se fiche encore de lui. Avouer qu'il essayait de se faire bien voir de jeunes femmes pour qu'elles lui offrent leurs bijoux et autre, risquait par contre de la faire déclarer qu'il n'était pas bien différent d'elle. C'était tout à fait véridique et il le savait, c'était justement ce qui le frustrait. Comme si le fait de ne pas en parler l'empêcherait de le comprendre, il relança la discussion sur un autre sujet.

     ▬ Tu n'es pas franchement ambitieuse pour une catin, si tu es si forte que cela dans ton domaine tu devrais viser les blasonnés ou même carrément le Roi. Si tu sais vraiment manipuler les gens, tu pourrais vivre comme une Reine au lieu d'écarter les cuisses pour les marins du coin. Il secoua la tête en signe d'incompréhension. Je ne comprends pas que tu puisses vendre ton corps pour autre chose que pour une vie vraiment luxueuse, ce n'est pas étonnant que tu considères ton métier comme valorisant si tu ne vois pas plus loin que le bout de ta rue. Lui voyait loin. Même très loin, à un tel point qu'il ne savait pas exactement où il allait. Ce n'était pas franchement mieux, mais son arrogance l'en persuadait. Et ne me dis pas que les clients fidèles rapportent plus qu'un blasonné, au moins eux tu es sûre que tu pourras toujours les faire chanter s'ils décident d'aller voir ailleurs, tandis que tes clients peuvent changer de bordel une fois que le temps aura fané tes atouts. »

     Une chose était sûre, il ne savait pas vraiment parler aux femmes et pour être sincère, qu'elle le prenne pour une rustre ou un butor lui était assez égal, il doutait que leurs chemins se recroisent un jour.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://song-of-ice-and-fire.forums-rpg.com/
Araëlle Sil-Emaïs

avatar

▬ Contributions à l'histoire : 357

MessageSujet: Re: [ Terminé ] La séduction a toujours été une histoire de manipulation ▬ Araëlle   Ven 25 Mai 2012, 23:31

Eut-elle le rire facile qu'elle aurait ri en cet instant à la vue d'un homme atteint sévèrement dans sa fierté alors qu'elle lui avait fait une proposition qu'il avait considérée comme dégradante. Elle s'était moquée c'est vrai. Après tout il était si farouchement opposé à son statut et son métier qu'elle ne voyait pas pourquoi elle devrait le préserver. Du coup il était tellement facile de le titiller. Il suffisait de l'engager sur la voie de la désinvolture et surtout de la décadence relationnelle qu'il se sentait d'un coup blessé et déshonoré dans son amour propre. Le mieux encore était qu'il ne s'en cachait pas. Son expression était aussi ouverte que ses paroles. Il n'avait largement pas apprécié et le disait clairement. Décidément ce garçon avait le mérite d'être honnête. C'était le genre de personne qu'elle n'avait pas envie de tuer... Elles étaient tellement rare les personnes qui ne tenaient pas leur langue. Elle en connaissait quelques unes mais au fond ce n'était largement pas la majorité. Les gens aiment plaire et surtout complaire, et même si certaines parties de sa vie consistaient en ce principe, ce n'était pas sa nature profonde. Peut-être que son interlocuteur était directe avec elle parce qu'il avait les catins en abomination. Eusse été une fille "normale" peut-être aurait-il été plus doux. Elle n'espérait pas car ça gâcherait la considération qu'elle avait pour lui, même si au fond aucun des deux n'en avaient à faire de sa considération. Il était juste agréable pour passer le temps et au fond, cela n'allait pas plus loin vu qu'il ne possédait rien qu'elle souhaitait et qu'il ne désirait pas venir dans son bordel. Donc il était un homme qui allait passer dans sa vie, à moins qu'elle lui trouve un intérêt avant qu'il décide qu'il en avait clairement marre d'être avec elle voire que son air allait être polluer par sa présence. Au point où il en était à descendre son travail, elle s'accommoderait très bien d'une telle remarque au final. Ce ne serait presque que le décours logique de toutes ses propos. Elle appréciait justement le regarder, subir son regard noir, sa pseudo haine, son désaccord total avec elle. C'était une conversation finalement animée qui les tenait l'un avec l'autre. Si celle-ci avait été banale et bateau, il y a peu de chance pour qu'elle ait duré aussi longtemps. Après 5 minutes ils se seraient séparés et peut-être qu'au fond ça n'arriverait pas beaucoup plus tard, mais pour l'instant, même énervé, il ne comptait pas partir et avait même accepté la seconde tournée. C'était plutôt amusant car il y avait quelque chose de contradictoire chez ce garçon, typique des gens qui cachent quand même quelque chose. Peut-être était-il sexuellement pur mais pour le reste pas du tout.... Allez savoir, sa vie tournait beaucoup autour du sexe, mais pour sa part, elle gérait davantage les relations sexuelles de ses filles que de pratiquer, et elle pratiquait d'autres "saletés" qui étaient bien plus cruelles et beaucoup moins agréables.

Elle quitta ses réflexions quand il reprit ses paroles désagréables envers sa personne. Enfin elles étaient censées être désagréables pour quelqu'un qui en avait quelque chose à secouer. Mais pour sa part, c'était juste matière à discuter, et sûrement pas à la vexer. Si elle avait du l'être quand son éducation avait pris le pas sur son dégoût, elle aurait été constamment vexée à s'en rendre malade. Là aussi elle aurait pu rire des propos de cet homme. C'était vraiment amusant la façon de penser de ce garçon. Elle le regarda et l'écouta jusqu'au bout. Après tout ça avait été un peu la règle depuis le début de cette conversation... Il déblatérait sa rancune et son dégoût, elle y répond lentement et tranquillement, à son aise, en donnant son avis, qu'il le partage ou non. Elle aurait pu rester sans rien dire et le laisser penser ce qu'il voulait, mais au fond ils discutaient, alors autant discuter. Il était tellement direct.... Elle devait vraiment reconnaître que ça avait le mérite d'être intéressant. Il aurait pu la charmer par ce genre d'attitude, un peu comme l'avait fait Zoran qui était un client plus que privilégié chez elle. Mais le désintérêt profond de sa personne par ce garçon, bien que c'était intéressant, ne lui amenait pas l'envie de tenter de l'amadouer. De toute façon, elle n'en avait pas envie. Elle n'était pas là pour ça. Maintenant qu'un petit silence c'était imposé après la fin de son discours elle estima qu'elle devait reprendre la parole.

"Pour commencer, ne t'énerve pas mon mignon. Ca ne sert à rien voyons. Même avec une gueule comme la tienne, vu ton attitude je ne t'accepterais pas dans mon bordel."

Remettre une couche ? Non.... enfin juste une toute petite pour bien préciser qu'elle n'était nullement vexée de ses propos. Et surtout pour bien dire qu'il ne finirait pas "catin". Elle serait quand même fort amusée de l'envoyer en appât à ses "filles". Lui qui n'aimait pas ça il tenterait sûrement d'attenter à sa vie après quelques minutes. Mais peu importe.

"Bon reprenons un peu tout ton petit discours de garçon vexé qui veut reprendre le dessus de la conversation." Elle ne se moquait pas, elle aussi pouvait tout simplement être crue et directe. "Pour te rappeler le contexte, TU m'as sauté dessus dans la rue. Peut-être pas comme tu l'entends mais au fond tu m'as invité toi-même par ta demande de m'occuper de toi. Ensuite, vu que tu m'apparaissais dérangeant je t'ai testé. Et pour tester, il faut aller droit au but. Tu as répondu à toutes mes attentes."

Après tout elle n'avait pas à lui cacher le manège qu'elle avait joué tout comme lui. A faire la malin, elle n'avait pas à se retenir. De toute façon, elle n'en avait pas envie et surtout ce n'était pas dans sa nature. Bien sûr elle n'était pas stupide et savait se retenir selon à qui elle avait à faire. MAis ici, elle ne le devait certes pas et ce serait bien moins amusant.

"Ensuite, je n'ai aucun problème avec les femmes et .... Qui te dit que je suis en train de te manipuler ? Et te flatter ? Parce que j'ai dit que tu avais une belle gueule et que j'aimais que tu sois cru ? J'appelle pas ça de la flatterie mais simplement mon avis. Si tu ne sais pas faire la différence c'est bien dommage... enfin pour toi. Pour moi ça revient au même. Parce qu'au fond, que tu sois flatté ou non ne change rien à ce que je pense. ET crois moi si je cherchais à te manipuler, tu m'aurais soit donné ce que j'attends, soit tu serais dans mon lit, soit.... qui sait."


Lui annoncer qu'elle tuait des gens n'était pas du tout dans son optique d'action. Etre une catin était une chose, être une meurtrière passait moins bien. Quoi qu'au fond.... Elle se demandait si les gens trouvaient plus "propre" un assassin ou une catin. Ca serait intéressant à savoir.... même si pour elle ça ne changerait rien vu qu'elle était les deux. Enfin assassin et catin au fond c'était le moins fréquent de son travail. Mais ça arrivait quand même plutôt régulièrement, elle ne devait pas le nier. Et plus ses relations sexuelles que ses meurtres quand même. Enfin ça n'avait pas d'importance que son interlocuteur sache tous ces détails. Elle but une gorgée en marquant un instant de silence pour suivre ses paroles.... Elle reposa son verre et repris la parole.

"Poursuivons... En ce qui concerne mes ambitions, elles n'ont rien à voir avec l'argent. Oh ? Surprenant ? C'est vrai que vu comme tu nous considères ça doit te paraître aberrant. Tu dois te dire "oh par Eydis, en plus elle vend son corps pour autre chose ! C'est possible ?!". Sache que déjà j'écarte mes cuisses que quand je l'entends et non quand les hommes l'entendent. Et ensuite, tu dois avoir un intérêt certain dans ma vie. Et puis mon bordel recèle bien des secrets...."

Par là voulait-elle signifier tout ce qui se tramait en rapport avec les Héritiers. Mais ça non plus elle ne le dirait pas ouvertement. C'était d'ailleurs pour ça qu'elle avait abordé le sujet d'Eydis. Selon sa réaction, elle saurait s'il était un de ses partisans et donc un Singulier avec peu d'intérêt, excepté sa tchatche.

"Et comme tu dis... MEs atouts me quitteront un jour et alors là peut-être aurais-je d'autres croyances. En attendant, j'ai des atouts, qui ne me serviront nullement à détrôner la Reine et me taper le Roi, mais à bien d'autres choses beaucoup plus intéressantes."

Elle le regarda longuement. Elle avait un peu repris les différents points qu'il évoquait. Elle l'écoutait et se voulait de lui répondre parce que c'était ses réactions, ses frustrations, sa répugnance qui donnaient à cette conversation qu'elle soit animée. Elle but une nouvelle gorgée avant de sourire vaguement en coin et de reprendre la parole.

"Sache qu'on est pas très différent toi et moi. Tu as des croyances qui sont bien ancrées, j'ai les mêmes mais à l'opposer. On a pas eu la même éducation, du moins je l'espère pour toi, et sa vie parfois est un décours logique de son passé... Mais en attendant, nous sommes deux personnes avec un prénom, donné par nos géniteurs et il serait fortement adéquat de s'en servir. A moins que révéler ton identité à une catin te répugnes tout autant que le reste. Je me contenterai alors de 'l'inconnu qui haïssait les catins". " elle ajouta après un instant "Et d'ailleurs comme gage de ma bonne fois je vais me présenter en première : Araëlle, tenancière d'un bordel nommé "les Chaleureuses". Ah oui pardon, ce dernier point tu le savais déjà. Oh d'ailleurs, concernant le fait que je me moque de toi... Tu me donnes quand même fortement d'opportunité pour pouvoir le faire. Mais ne t'en fais pas je ne mords pas....enfin... disons que dans ce contexte tu ne risques rien."


Elle risquait sûrement de le dégoûter à vie. Et pourtant, elle pouvait faire bien des choses bien plus... "dégoûtantes" selon la vision des choses de son interlocuteur. Elle garda le silence en contemplant le contenu de son verre qui se vidait bien trop vite à son goût. Elle ne se précipitait pas pour boire pourtant mais les bonnes choses ne duraient jamais longtemps et même si elle pouvait renouveler encore son verre, cela n'aurait pas été raisonnable. Même si ce mot ne faisait pas partie de son vocabulaire, elle avait un rendez vous après et ce n'était pas simplement pour une partie de jambe ne l'air,voire même pas du tout. Et pour ce faire, elle préférait être sobre et en état de contrôler les choses. Même si avec le temps elle avait acquis une certaine descente, elle préférait tenir ses distances avec ce mode de fonctionnement. Elle regarda alors de nouveau le garçon, histoire de s'occuper l'esprit sur autre chose et une question s'immisça dans sa tête.

"Tu es alors plutôt puceau ? PArce qu'avec ce genre de propos, je n'ai pas l'impression que le sexe t'agrée beaucoup."

Voilà qui était dit.

_________________

Toi, mon Faucon
Toi, mon ami
Toi, qui ne me quitte pas
Toi, qui s'envole à l'effigie de notre liberté commune
Nous sommes devenus un,
De ton nom, Daärim, tu te lies au mien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Galahad Caherval

avatar

▬ Contributions à l'histoire : 1017

MessageSujet: Re: [ Terminé ] La séduction a toujours été une histoire de manipulation ▬ Araëlle   Sam 26 Mai 2012, 15:51

     Ils parlaient d'une manière plutôt étrange, attendant à chaque fois que l'autre cesse de discuter pour répondre aux multiples déclarations, puis bien souvent aux critiques. La catin restait calme, elle avait l'air de ne pas se laisser frustrer par les propos pourtant insultants du jeune homme, preuve évidente qu'elle devait être habituée à entendre bien pire. Oh, Galahad s'imaginait aisément qu'une telle femme entendait certainement des insultes bien plus humiliantes, surtout venant d'autres femmes, les hommes se montraient toujours plus respectueux avec le sexe faible. En général du moins. La blonde lui demanda de ne pas s'énerver avant de lui balancer quelque chose qui entrait en contradiction avec ce qu'elle venait de lui dire précédemment. La preuve évidente qu'elle ne cherchait simplement qu'à le provoquer en l'insultant. La contrariété se dessina sur son visage, il ne prenait pas la peine de le dissimuler. Pas avec elle du moins. Elle n'en valait pas la peine ? Peut-être bien. Ou peut-être qu'il était dépassé tout simplement. Se murant dans son silence buté, Galahad manqua de lui répliquer quelque chose de bien sentit lorsqu'elle osa lui dire que c'était lui et non elle qui lui avait sauté dessus. Certes, c'était le forgeron qui l'avait abordée, mais pas d'une manière qui invitait à ce qu'elle s'exécute tout de suite non ? ! Ou alors il devait réellement revoir son jugement en la matière. L'idée d'être testé ne l'enchantait guère, mais il resta muet, ruminant sa contrariété tandis qu'elle enchaînait en prétendant ne pas avoir cherché à le flatter, mais simplement à dire ce qu'elle pensait. Une fois de plus son esprit habitué aux pseudos compliments se montra trop méfiant pour croire sur parole ce qu'elle disait. Un léger sourire moqueur se dessina sur les lèvres de l'Héritier comme elle avançait sans honte que si elle avait tenté de le manipuler, elle y serait parvenue. En voilà une qui avait un sacré égo. Un peu comme lui, mais placé d'une autre manière simplement.

     Il buvait de temps en temps une gorgée à sa choppe, promenant toujours son regard sur les environs comme si les clients étaient davantage intéressants que son interlocutrice. Pourtant Mynkor savait que la discussion lui plaisait sincèrement, c'était juste dommage que ce ne soit pas lui qui la mène et elle qui se joue de lui de la sorte. Son égo en prenait un sacré coup. La catin axa ses déclarations sur un autre point, avançant qu'elle ne voulait pas de l'argent ou de quoi que ce soit de ce genre et qu'elle faisait ce qu'elle voulait quand elle le voulait. L'énonce d'Eydis le fit d'ailleurs sourire, s'il avait dû s'exclamer, il n'aurait pas fait état de la déesse. Les secrets que son bordel abritaient soit-disant n'intéressaient pas du tout le forgeron au se contenta de rester silencieux en se demandant ce qu'elle pouvait bien avoir de plus intéressant que de prendre la place de la Reine. Galahad l'observa quelques instants, se disant qu'il ne comprendrait définitivement jamais les catins. Puis, comme pour le provoquer une fois de plus, elle osa prétendre qu'ils se ressemblaient. Le jeune homme la dévisagea avec une légère hostilité, s'attendant à entendre une nouvelle insulte qui ne vint finalement pas. Ce ne fut que lorsqu'elle donna son prénom que le forgeron esquissa un léger sourire. À quoi bon lui donner le sien ? Elle n'en aurait aucune utilité, puis il n'était pas franchement sûr d'avoir envie de le lui communiquer. Mynkor seul savait ce qu'elle pourrait bien en faire. Au final, comme si elle voulait lui faire savoir que c'était toujours elle qui dirigeait toute leur discussion, la catin prénom Araëlle aborda le sujet de la sexualité du roturier, chose dont il n'avait pas pour habitude de bavarder avec qui que ce soit. Qu'est-ce que cela lui changerait de savoir s'il était puceau ou non ? Il lui décrocha un regard inquisiteur avant de secouer la tête d'un air dépassé.

     ▬ N'y a-t-il donc que le sexe qui t'intéresse ? Tu te contredis bien avec ce que tu m'as déclaré juste avant. Il faisait référence au fait qu'elle avait dit n'écarter les cuisses que lorsqu'elle le désirait. Je ne vois pas en quoi ce qui me concerne puisse t'intéresser, tu n'as pas eu l'air d'être d'un altruisme débordant jusqu'à présent. Ses soit-disant conseils ou propositions n'avaient pas été sincères, c'était clairement visible, à moins d'avoir une curiosité malsaine elle n'avait donc aucune raison d'attendre une réponse franche. Il lâcha toutefois un bref détail pour qu'elle le laisse tranquille à ce sujet. J'estime que pour détester quelque chose il faut y avoir goûté avant. Mais tu as raison, je n'y porte aucun intérêt ou aucune appréciation. »

     Comme tous les jeunes hommes il avait aussi fait son expérience en la matière, pour se rendre compte que les plaisirs de la chair n'apparaissaient que comme une corvée à ses yeux, il avait dû chercher à les connaître. Au fond, ce n'était pas plus mal, toute cette énergie vainement gaspillée était utilisée dans un autre domaine et il en profitait davantage. D'un autre côté, il se permettait bel et bien de critiquer les catins et de les dénigrer alors qu'il n'avait jamais eu recourt à leurs services. Le jeune homme se contredisait donc en prétextant ne pas critiquer négativement quelque chose qu'il n'avait pas expérimenté auparavant. Enfin, certainement qu'elle en déduirait qu'il avait déjà été dans un bordel et au fond, Galahad s'en fichait pas mal. Mais le sujet ne l'intéressait pas, il ne désirait guère s'attarder sur sa vie et encore moins donner des informations à cette femme. Elle ne comprendrait pas. Comment expliquer à une catin qui était payée pour coucher, qu'il ne voyait cela que comme une perte de temps ? Il ne désirait point perdre de la salive à ce sujet. Changeant de sujet, le Singulier reprit donc la parole.

     ▬ En imaginant que j'ai été outré par ce que tu avais à dire, je n'aurais pas crié le nom de cette... déesse. Il n'avait jamais caché son penchant pour Mynkor alors à quoi bon le passer sous silence après tout ? Je me demande bien ce qu'une catin peut voir de plus intéressant que de l'argent. Est-ce que tes clients t'offrent des choses qui ne peuvent être acquises par quelques piécettes. Je n'ai encore rien rencontré qui puisse être placé dans cette catégorie. Ou alors, pas quelque chose qui se procure autrement qu'en se rapprochant des gens de pouvoir et ça ne semble pas être ton but. »

     Il était intéressé par les paroles de cette femme, que pouvait donc vouloir une patronne de bordel qui avait plus de valeur que de l'argent ? Déjà, Galahad comprenait mieux pour quelle raison est-ce que cette femme lui apparaissait comme différente des autres prostituées qu'il avait pu rencontrer, après tout, la gérante d'un tel endroit ne devait pas être une simple catin, mais bien quelqu'un de plus doué et de plus futé que ces filles de petite vertu qui couraient les rues de Cathairfál. Peut-être qu'elle pourrait lui apporter quelques informations en plus ? Il était plutôt culotté, lui demandant sans cesse plus de détails sans pour autant daigner donner la moindre donnée le concernant. Le Singulier avait passé sous silence le sujet de son identité, il ne voulait pas qu'une « simple catin » puisse la connaître, même si au final il ne devait certainement pas être le seul à porter ce prénom dans tout Lanriel. Question de principe, le jeune homme ne donnait rien sans rien en retour et vu comme elle le ridiculisait depuis le départ, cette femme devrait donner beaucoup avant qu'il ne fasse un effort. Vu qu'il doutait qu'elle soit réellement intéressée par ce qui le concernant, Galahad se disait simplement qu'elle lâcherait l'affaire. Toujours contrarié, bien qu'il le masquait déjà plus facilement maintenant qu'il – pensait du moins – reprenait le dessus, il pouvait se permettre cet effort.

     ▬ Tu dis que je fais tout pour que tu me ridiculises, mais tu me prends visiblement pour quelqu'un de bien sot. Qu'est-ce qui ne te fais pas croire que c'est moi qui suis en train de me moquer de toi ? Tu es plutôt arrogante pour une femme qui se vend, même si tu n'es que la patronne et pas l'employée. Tu vas me faire croire que tes années de travail dans un bordel t'ont apprises à connaître les hommes sur le bout des doigts ? »

     Elle y avait déjà répondu en grande partie, mais le jeune homme voulait qu'elle se dévoile davantage, qu'elle le détrompe peut-être en lui expliquant qu'elle n'était pas une catin issue d'un bordel. Qui sait, peut-être une petite roturière blasée de sa vie de jeune paysanne et qui avait choisi une autre voie ? Une histoire triste et larmoyante qui pourrait expliquer qu'elle le prenait de haut. Ou alors tout simplement une femme comme une autre. Galahad restait persuadé que les représentantes du sexe faible étaient toutes des profiteuses. Plus que les hommes en tous les cas.

     ▬ Et quelle étrange idée d'avoir ouvert un bordel ici, tu me dis que tu ne veux pas d'argent, tu devrais faire ça à l'œil. Au moins le nombre de viols diminueraient encore et tu pourras dire que c'est pour le bien de tout le monde. Tes filles prendront du plaisir et les vierges de Cathairfál seront en paix. Une véritable bienfaitrice, plus personne n'osera te critiquer à ce moment. »

     Sauf lui. Mais c'était différent, il n'était jamais satisfait.

_________________


Dernière édition par Galahad Caherval le Mar 29 Mai 2012, 12:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://song-of-ice-and-fire.forums-rpg.com/
Araëlle Sil-Emaïs

avatar

▬ Contributions à l'histoire : 357

MessageSujet: Re: [ Terminé ] La séduction a toujours été une histoire de manipulation ▬ Araëlle   Mar 29 Mai 2012, 09:44

Araëlle avait fini par se faire à l'idée que la salle était sûrement plus intéressante à regarder pour le garçon qu'elle même. Il était fortement logique qu'elle le dégoûte au vu des paroles haineuses voire désagréables qu'il ne cessait de laisser sortir contre les catins et ce monde sexuel dont il semblait dépourvu de connaissances. Du moins à un niveau dépravé. Peut-être avait-il déjà touché une femme. Allez savoir... Elle s'en tapait fortement mais c'était denrée rare que d'avoir un tel homme dans Lanriel. A moins qu'on aille dans la tranche en dessous de 13 ans. Et encore.... Enfin peu importe. Toujours est-il qu'elle lui avait lancé une question des plus directes. Après tout, leur conversation tournait principalement sur le même sujet et cela n'était pas inintéressant, alors pourquoi le changer. En lançant quelques informations à droite à gauche, peut-être en saurait-elle plus sur lui. En tout cas, elle ne connaîtrait pas son prénom ça elle l'avait bien compris. Tant pis. Elle se contenterait du "voleur qui n'aimait pas les catins". C'était un peu long mais au fond, elle ne savait pas s'il était intéressant pour son business - en tout cas pas sexuel ça c'était plus que certain- et si elle allait le revoir un jour. Dinas Uchel était pas mal grand mais surtout comportait pas mal de population, et pour peu que cet homme aimait voyager ou venait d'ailleurs, il était certain qu'elle ne le reverrait plus jamais. Ce n'était pas pour la déranger. Les hommes - et même les femmes- qu'elle voyait régulièrement se comptaient sur les doigts d'une main. Enfin non... Les hommes et femmes qu'elle avait envie de voir. Parce que bien sûr dans son bordel, il y avait des habitués qu'elle croisait souvent - mais qui n'atteignaient jamais sa couche pratiquement. Son bordel comprenait maintenant assez de filles pour qu'elle ne fasse plus partie des choix. Ses clients, c'est elle qui les sélectionnait et pas l'inverse. Et dans un but précis autre que financier. Elle n'était pas une catin au fond, elle utilisait juste son corps pour obtenir quelque chose. C'était assez différent même si beaucoup ne comprendrait nullement la différence. Elle était plus ce qu'on appelait une "salope". Mais un terme pouvait être bien des choses et prendre bien des définitions. Elle savait ce qu'elle était et elle n'avait besoin de le prouver à personne. Car Dessinatrice dans l'âme également, peu le savait.

Elle aimait bien avoir le dessus de cette conversation simplement parce que ça l'amusait beaucoup de le voir essayer de reprendre la main. C'était divertissant de le sentir un peu dépourvu et de chercher dans ses paroles quelque chose pour la rabaisser ou la remettre à sa place. Il n'aimait peut-être pas le sexe mais il restait un homme dominant avec une sacré fierté. Ce n'était pas dérangeant. Un homme qui n'aimait pas le sexe... Vraiment rare et surtout surprenant. Prétendre ne pas vouloir y goûter constamment lui aurait parut logique voire concevable. Mais ne pas aimer du tout lui paraissait surprenant pour un homme... Même les femmes au fond avait du désir. CE n'était pas quelque chose de purement masculin mais disons que ça pouvait plus vite arriver une femme qui ne voulait pas écarter les cuisses qu'un homme qui ne voulait pas qu'elles les écartent. Peut-être trouverait-il plus de plaisir dans le sexe opposé. S'essayer avec un homme... Elle lui en aurait bien parlé elle était sûre encore de provoquer une polémique choquante chez le jeune homme. Mais il n'arrivait déjà pas à clairement reprendre le dessus alors que la conversation était gentillette. Alors elle n'allait pas le provoquer trop le pauvre... Enfin quoi qu'elle n'était pas le genre à se soucier de l'état d'âme des personnes à qui elle parlait. Elle avait déjà eu une de ses filles en larmes devant elle lui suppliant de la garder dans le bordel et elle l'avait tout simplement fait mise dehors sans même se retourner ni ressentir la moindre compassion. Elle n'avait plus ce genre de sentiments. Tout un côté de sa personnalité était plutôt mort et au fond ce n'était pas plus mal. Ca facilitait certaines choses et ça lui avait permis de faire quelque chose de sa vie. Pas très bon dirait sûrement ses parents mais au moins elle avait un chez elle, elle avait un business qu'elle gérait fort bien et beaucoup de relations intéressantes....Le principal disons.

Contre toute attente, elle apprit enfin autre chose sur son interlocuteur. Il ne vénérait pas Eydis. Bonne chose. Mais cela ne lui disait pas que son idéal était Mynkor pour autant. Il pouvait très bien n'aimer ni l'un ni l'autre. Elle n'aurait pas été étonnée vu le personnage que pour se différencier encore des autres il ne soit d'aucun penchant divin. Mais se trompait-elle peut-être et en relançant la question sur son intérêt qui différait de l'argent - ce sujet avait l'air de le préoccuper fortement car il revenait très souvent dessus- elle pouvait lui poser une question concernant son dieu. Après tout, ses intérêts étaient justement en rapport. Et elle n'attendit pas cette fois qu'il ait fini de parler.

"Si tu ne vénères pas Eydis, aurais-tu un penchant certain pour Mynkor ? "

Selon sa réponse, peut-être lui parlerait-elle un peu plus de ce qu'elle faisait clairement... ou peut-être pas. Mais c'est vrai que sans connaître vraiment la personne, elle estimait qu'à partir du moment où déjà on avait choisi cette divinité, on avait forcément plus d'intérêt que lorsqu'on vénérait Eydis. Celle qui était censée nous relever de tous les maux.... Tu parles ! C'était Mynkor qui l'avait relevée et il était bien le seul après elle-même. Ce garçon était quand même fortement énigmatique. A part cette information et celle qu'il n'aimait pas les catins, il ne laissait pas paraître grand chose sur sa vie. Mais bon elle en apprenait sur sa personnalité : fier, dominant,... Elle préférait ce genre d'informations que savoir ce qu'il avait vécu. Tout comme elle, très peu, voire personne, ne savait ce qu'elle avait vécu et ce n'était pas quelque chose qu'elle racontait car elle était tout simplement Araëlle, tenancière et Héritière. Même Dessinatrice quasiment personne ne le savait. Et ceux qui l'avaient su étaient peut-être morts à l'heure actuelle. Elle dut se retenir de rire de nouveau en entendant qu'il était peut-être celui qui se moquait d'elle. Un simple sourire étira ses lèvres mais elle n'en pensait pas moins. C'était amusant qu'il essaye de lui faire croire ça alors que toute son attitude prouvait le contraire. Ou alors il était vraiment très très très bon acteur mais elle avait des doutes... Connaître les hommes sur le bout des doigts... Elle n'en savait rien. Peut-être connaissait-elle une certaine catégorie d'hommes.

"Ce n'est pas mon bordel qui m'a fait connaître les hommes, ce sont eux-même en s'imposant dans ma vie." Elle ne comptait pas en dire plus car ça résumait parfaitement son passé sans pour autant qu'on comprenne. Elle ne l'avait d'ailleurs pas dit ni sur un ton triste ou souffrant. C'était une simple constatation. "Et je ne prétends pas connaître les hommes sur le bout des doigts. Certains sont très intéressants par leur comportement différent. Mais toujours est-il que j'ai toujours su avoir ce que je voulais par le sexe... A partir de là on peut quand même faire une petite généralité. Maintenant, peut-être que j'ai eu la chance de ne côtoyer que les pervers faciles à berner."

Elle en doutait fortement mais peu importe. Autant laisser planer le doute. Elle n'était pas ce genre de personne à estimer avoir toujours raison, elle n'avait pas de fierté... Par contre, "chance" n'était pas vraiment approprié. De départ c'était d'abord une malchance que d'avoir été une enfant rencontrant un grand méchant fauconnier. Disons qu'à l'heure actuelle, les hommes intéressants pour son business devaient quand même aimer un peu le sexe ou alors être des Héritiers qui venaient chez elle pour diverses raisons, autre ou non que le plaisir charnel. Elle se rendait compte qu'elle avait un peu brisé la chaîne du laisser parler et d'intervenir ensuite. Il faut dire que ses propos maintenant laissaient plus place à une réponse au compte goutte. Elle but une nouvelle gorgée et le laissa terminer ce qui serait sa dernière tirade. Elle fut impressionnée car elle aurait pu cataloguer ses paroles de "mignonnes". D'ailleurs elle ne manqua pas de lui faire remarquer.

"Tu es mignon. J'aime assez quand tu essayes de m'attaquer. Mais tout comme toi tu voles - mal certes - mais tu voles pour pouvoir avoir de l'argent, moi je tiens mon bordel pour avoir assez d'argent pour vivre. Chacun son truc. Et entre nous, je préfère être malfaisante et qu'on me critique. C'est bien plus amusant que d'être constamment vantée et d'avoir constamment des éloges. Enfin excepté pour mes prouesses au lit..." elle sourit un peu en coin en le regardant.

Elle garda le silence un moment en le regardant avant de finir on deuxième verre. Il était tellement intéressé par ce qu'elle cherchait à avoir qu'elle hésitait entre le laisser encore mijoter ou lui dire qu'en tant qu'Héritière elle prenait grand plaisir à accueillir ses semblables en toute clandestinité. De toute façon, elle sentait que si elle ne lui répondait pas il risquait de venir sur le sujet car il avait vraiment envie de savoir et de comprendre pour qu'elle raison elle écartait les cuisses. Même si au fond, elle écartait pas souvent les cuisses et pas vraiment toujours dans le but dont elle allait parlé.

"Puisque tu as l'air tellement intéressé par mes motivations, je vais te dire pour quelle raison j'ai un bordel ici. D'abord effectivement, parce que Dinas Uchel est un bon lieu de passage... Beaucoup de gens se rendent ici. Et beaucoup de gens d'une certaine sorte également... Comme des Héritiers." Elle marqua une pause en regardant autour d'eux mais les gens ne s'intéressaient guère à leur conversation. Certains la regardaient elle, avec une envie non dissimulée, mais ça lui était profondément bien égal. "Maintenant si tu veux vraiment en savoir plus, il va falloir que tu donnes de ta personne. Oh rassure toi, n'aie pas peur, je ne vais pas te demander de m'écarter les cuisses. Mais je suis curieuse de savoir si au fond tu ne pourrais pas être utile quand même... Si tu ne fais pas que voler, ce que j'espère pour toi, que fais tu d'autres ? Et tu travailles pour quelqu'un en particulier ? Les relations c'est toujours utile et quoi que tu penses, je peux être une très bonne relation..."

Elle le fixa. Ils avaient longuement parler c'était certain. Longuement déblatéré sur sa condition, mais elle voulait savoir ce qu'il était lui et ce qu'il pouvait lui apporter. Des connaissances un peu partout, ça n'était sûrement pas inutile. Et peut-être pouvait-elle tirer finalement quelque chose de cet amateur de vol plutôt que de chair. Quoi qu'elle se demandait s'il n'y perdait pas au change.... Elle attendit calmement en le regardant. Et cette fois elle ne le lâchait clairement pas de ses yeux clairs contrastés avec ce noir qui les rendaient plus durs.

"Mon business pourrait au fond peut-être t'intéresser si tu restais un peu moins buté. Les ressources intéressantes se trouvent parfois là où on les attend le moins."

Et oui...il fallait aller au delà de son dégoût. Elle ne savait pas s'il serait intéressé et peut-être que lui avoir parlé ainsi entraînerait quelque chose de négatif pour son travail. Mais alors il suffirait tout simplement de le tuer. Dessiner une arme, sortir de l'auberge, le tuer discrètement et on en parlait plus. Ca serait vite fait et sans trop de bavure. Elle le sentait. Daärim se chargerait des détails corporels par la suite. Mais une chose à la fois. Elle n'allait pas déjà l'enterrer s'il pouvait lui être utile. Après tout lui aussi avait peut-être des connaissances qui pourraient être un profit. Il connaissait peut-être des Blasonnés qui en connaissaient d'autres et de fil en aiguille obtenir des informations plus hautes. elle ne tenait nullement à être Reine et à se taper le Roi, mais savoir ce qu'il comptait faire concernant les Héritiers n'étaient pas de trop cependant.

"A moins que même en dehors du sexe tu ne t'y connaisses pas trop non plus..."

Le provoquer ? Non. Enfin un peu. Les hommes fiers ne se dévoilaient que quand on touchait leur fierté. C'était bien connu. Mais ici c'était une question à la fois un peu provocatrice mais surtout qui lui était passée par la tête. Qui sait ... C'était peut-être juste un garçon banal sans aucun intérêt... On ne pouvait jamais dire.

_________________

Toi, mon Faucon
Toi, mon ami
Toi, qui ne me quitte pas
Toi, qui s'envole à l'effigie de notre liberté commune
Nous sommes devenus un,
De ton nom, Daärim, tu te lies au mien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Galahad Caherval

avatar

▬ Contributions à l'histoire : 1017

MessageSujet: Re: [ Terminé ] La séduction a toujours été une histoire de manipulation ▬ Araëlle   Mar 29 Mai 2012, 17:14

     Il avait ignoré la question volontairement axée sur Mynkor, elle avait visé juste et la question était presque inutile. Certes, ceux qui choisissaient de ne vénérer aucune divinité existaient bel et bien, mais ils étaient si peu nombreux qu'ils étaient presque négligeables, sans compter qu'une personne qui n'était pas adepte de Mynkor le disait aussitôt par peur d'être mal vu. Galahad gardait cela de côté pour la suite, il n'aimait pas vraiment répondre aux questions et la catin avait dû s'en rendre compte. Comme elle continuait en expliquant ne pas avoir connu les hommes grâce au bordel, mais à sa vie, le Singulier imagina aussitôt qu'elle avait dû connaître une vie de débauche qui avait irrémédiablement conduite à la prostitution, comme si cela coulait de source. Une bonne manière d'effrayer les jolies donzelles trop volages en y repensant. Comme Araëlle concluait en disait qu'elle ne connaissait peut-être que des pervers, l'Héritier acquiesça bien volontiers. Il y avait des chances pour qu'elle attire les personnes aux inclinaisons louches vu la manière dont elle se comportait et dont elle s'habillait, mais cette déclaration ne demandait aucune réponse aussi s'abstint-il de répliquer. La blonde semblait décidée à le provoquer, car elle recommença aussitôt avec ses mots humiliants et dès qu'elle lui eut balancé qu'il était « mignon », le jeune homme lui darda un regard noir en plein visage. C'était comme si elle avait parlé à un gamin, franchement vexant surtout lorsque l'on possédait un égo aussi développé que celui de Galahad. Ce dernier baissa les yeux pour masquer son agacement grandissant alors qu'elle aimait être critiquée et préférait même cela aux compliments. Sa dernière réplique sur ses talents en sport horizontal n'intéressaient guère le Singulier qui se contenta de vider une fois de plus sa choppe pour faire taire les protestations qu'il pouvait vouloir prononcer.

     Les yeux en train de fixer le fond en bois de sa choppe, il ne leva pas les yeux lorsque la catin déclara qu'elle allait lui avouer les véritables raisons de la présence de son bordel dans le coin. Il s'attendait à une sombre révélation, du genre qu'elle était la bâtarde ou la maîtresse d'un blasonné qui lui apporterait son aide financière si elle restait dans le coin. Mais la vérité fut toute autre. Dès qu'il entendit parler des Héritiers, le Singulier redressa la tête pour observer le visage de la femme et tenter de savoir si elle se moquait de lui. Apparemment non, elle avait l'air d'être sérieuse et le fait qu'elle en parle aussi librement poussait Galahad à penser qu'elle devait être capable de s'assurer qu'il n'allait pas répéter leur discussion si jamais il n'était pas du côté de Mynkor. Sa perception de la tenancière fut tout à coup différente et il se demanda si elle avait déjà assassiné dans son petit bordel. Quelle bonne couverture. Quel homme allait avouer qu'il allait au bordel ? Les faire disparaître là-bas devait être une partie de plaisir en y repensant. Peut-être que cette blonde n'était pas une catin comme les autres au final. Malgré tout, une certaine contrariété planait comme elle annonçait à son homologue qu'il allait devoir payer de sa personne pour en savoir plus, c'était le type d'accord qu'il détestait devoir passer, mais il n'avait visiblement pas le choix. Alors qu'il réfléchissait en essayant d'ignorer le regard trop présent de la blonde, Galahad l'entendit reprendre pour avancer l'idée qu'il puisse finalement trouver son compte dans son bordel. C'était une possibilité, mais il n'allait pas sauter les deux pieds dans le plat sans être sûr de l'endroit où il se rendait. Soupirant légèrement, il esquissa finalement le premier sourire sincèrement amusé depuis le début de la discussion alors qu'elle le provoquait ouvertement.

     ▬ Si tu penses que tu vas me faire tout lâcher avec une provocation aussi minable, tu dois me prendre pour un sacré imbécile. Je n'ai pas besoin de te prouver en quoi que je suis qualifié. Je sais ce que je vaux et seul mon avis a de l'importance à mes yeux. »

     C'était la seule chose que l'on pouvait lui laisser : il n'avait jamais besoin de prouver aux autres qu'il valait quelque chose, vu que l'avis des autres personnes ne l'intéressait pas, il se fichait pas mal de savoir qu'ils le considéraient comme un incapable ou quelqu'un de doué. Un moment de silence s'était installé alors qu'il regardait la blonde dans les yeux avec une grande attention. Cette fois-ci ce fut sans détourner le regard, comme s'il était en train de peser le pour et le contre de ce qu'elle venait de lui dire. Elle pouvait être une bonne relation c'était un fait, mais à côté il avait réussi à se tisser un lien assez durable avec la princesse et la future Reine de Lanriel. Galahad était un opportuniste, il jouait sur plusieurs tableaux pour voir lequel aurait le plus à lui offrir, il n'était donc pas exclus qu'il puisse un jour quitter les Héritiers si Izhi avait autre chose à lui proposer. Se lier plus intimement avec cet ordre n'était donc pas sa priorité. Après avoir réfléchi un petit moment, il daigna enfin répondre.

     ▬ Sans vouloir te vexer... En fait c'était le but recherché. J'ai déjà des relations plus influentes qu'une prostituée. Même si tu gères ton propre bordel. Il en disait un peu, mais sans pour autant trop se mouiller. Ce n'était pas pour prouver à la jeune femme qu'il était capable de se débrouiller seul, non, simplement pour lui faire savoir qu'elle allait devoir être sacrément convaincante si elle envisageait de le faire s'intéresser à son bordel de plus près. Qu'est-ce qui te fait dire que j'ai envie de t'être utile ? Tu ne m'as pas vraiment convaincu d'avoir envie de passer plus de temps en ta compagnie, je ne suis pas maso et les humiliations en boucle ce n'est pas mon truc. Je ne suis pas comme tes clients. Il revenait toujours à ce sujet comme s'il avait besoin de le lui faire savoir à chaque parole qui sortait de sa bouche. Je fais beaucoup de choses. J'apprends ce qui pourrait m'être utile, je me débrouille pour ne pas avoir besoin de travailler pour qui que ce soit. Je n'ai jamais rien attendu des autres, je sais que si je veux atteindre mon objectif, je ne peux compter que sur moi-même.... Il la fixait et essayait de savoir ce qu'elle pensait de ses paroles. Même si certains m'aident sans le vouloir bien entendu. »

     Les personnes qu'il avait réussi à manipuler en somme. Galahad était buté, c'était un fait, il n'avait aucune envie d'aller dans son bordel pour en apprendre plus. D'un parce qu'il n'avait pas envie de devoir cacher la raison de sa présence en ce lieu et qu'il ne voulait pas avoir à repousser les éventuelles offres des catins en manque d'argent, puis ensuite parce qu'il n'arrivait pas à faire illusion lorsque cela concernait le domaine du sexe. Elle l'avait bien remarqué par ailleurs.

     ▬ Je ne mettrai pas les pieds dans ton bordel, même pour Mynkor. Je n'ai pas envie de tomber sur d'autres catins à qui je devrai expliquer que je ne viens pas pour elle... Puis franchement, tu me vois débarquer chez toi et faire illusion ? Je pense que tu as remarqué seule que mentir au sujet du sexe ce n'est pas vraiment mon truc. »

     Il y mettait surtout de la mauvaise volonté. La preuve, il avait bien réussi à faire du charme à une fille de blasonnés à qui il avait dérobé un beau collier qui avait rempli sa bourse pendant plusieurs semaines. Mais c'était lui qui devait en avoir envie et pas autre chose. Caractère de chien, ce n'était pas sans raison qu'il faisait bande à part après tout. Galahad n'avait pas détourné son regard d'Araëlle une seule fois et il enchaîna de plus belle.

     ▬ Je ne suis pas quelqu'un de très investi, je fais passer mon intérêt avant celui des autres vois-tu, je n'aime pas avoir des ordres et des obligations, ce n'est pas pour rien que je suis seul. Il prenait un risque en le lui disant. Il le savait parfaitement. Tu n'es pas une simple catin je l'ai compris, tu n'aurais jamais révélé un tel secret si tu n'avais pas été sûre de pouvoir te débarrasser de moi si je posais problème. Je suis aussi un adorateur de Mynkor et je ne m'en cache pas, je le dis à qui le veut. Il cherchait à vérifier les risques qu'elle était prête à prendre, voir si elle ferait machine arrière une fois qu'elle en connaîtrait un peu plus sur lui. Au fond, il espérait que oui. Tu es peut-être une bonne relation, mais laisse-moi te dire que ce n'est pas forcément réciproque. Je risque de t'attirer plus d'ennuis que d'avantages. Tu vois, je suis aussi altruiste, je pense à toi.... »

     Un léger sourire s'était dessiné sur ses lèvres, lui penser à quelqu'un d'autre ? L'idée était décidément très amusante.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://song-of-ice-and-fire.forums-rpg.com/
Araëlle Sil-Emaïs

avatar

▬ Contributions à l'histoire : 357

MessageSujet: Re: [ Terminé ] La séduction a toujours été une histoire de manipulation ▬ Araëlle   Mer 30 Mai 2012, 09:20

Araëlle ne put que sourire légèrement en coin aux premières paroles. Enfin il reprenait un peu du poil de la bête et se montrait moins soumis dans la conversation. Il était vrai que sa provocation était minable. Elle le savait très bien. C'était du bas de gamme. Mais jusqu'à présent, lui non plus n'avait fait aucun effort pour réellement redevenir un égal dans la conversation. Il s'était montré agressif sur un point dont il ne connaissait rien et forcément, elle n'avait eu aucun mal à le recadrer - sans chercher à être dominante elle dans la conversation. La relation de provocation s'était introduite toute seule en suivant le comportement de son interlocuteur. Mais maintenant qu'elle avait abordé un sujet autre que son entre cuisse pouvant entraîner un rapprochement "professionnel" entre eux deux, il semblait avoir repris un peu de poil de la bête. De plus, elle semblait avoir clairement touché juste. Il n'avait pas forcément répondu à sa question concernant Mynkor mais c'était une sorte d'affirmation implicite. Et elle en avait eu confirmation quand il avait daigné enfin la regarder à la suite de l'évocation des Héritiers. Il n'aurait pas été rassuré forcément s'il ne faisait pas partie de cet ordre car c'était rarement des gens tout gentil et tout beau qui faisaient partie de ce cercle restreint. Toujours est-il que pour le coup, elle était presque sûre qu'il trouverait un point d'entente. Sans savoir encore lequel exactement. En plus de reprendre de l'assurance, ses propos étaient également enfin intelligents selon elle. Il avait peut-être une fierté et un égo mal placés mais en attendant, l'assurance il en avait et elle elle était tout ce qu'il y avait de plus adéquat. Il ne devait rien prouver ? Parfait. Il savait ce qu'il valait ? Encore mieux. Elle l'avait dit qu'ils se ressemblaient. Tout deux avait l'air de s'être construit seul et d'en assumer la pleine responsabilité. Peut-être se trompait-elle mais elle le ressentait comme ça et au fond ça lui convenait parfaitement bien. Et pour couronner le tout, enfin, il soutenait son regard. Ca y est. Elle avait capté clairement son attention et maintenant, il la voyait différemment. C'était difficile de quitter le statut de catin mais elle préférait cent fois être considérée comme telle et surprendre en montrant qu'au fond elle ne l'était pas, que l'inverse. Elle aimait qu'on ne sache pas qui elle était vraiment. C'était beaucoup plus facile pour certains affaires et ça permettait parfois beaucoup plus de liberté si elle n'était vue que comme une catin banale.

Sans le quitter des yeux, ce qui faisait que pour une fois ils se fixaient réellement sur le long terme, il reprit la parole et son sourire s'agrandit légèrement. Elle l'avait décidément bien cerné. C'était une rencontre fortuite mais qui pouvait lui apporter.. peut-être. En tout cas, elle ne fut pas surprise qu'il ait des relations. Cela faisait simplement rehausser son intérêt. Elle écouta gentiment la suite. Il avait enfin décidé de jouer correctement, de la provoquer correctement et surtout adéquatement. Il avait de bons arguments et elle se demandait pourquoi il avait attendu aussi longtemps pour montrer qu'il n'était pas qu'un gamin fier et puéril. Il était un homme qui savait se jouer des autres aussi quand il le voulait. Cette fois-ci, comme précédemment, elle le laissa réaliser sa réponse entièrement avant de daigner répondre. Après tout, elle devait d'abord l'analyser pour juger de son réel intérêt pour son business. Ce serait quand même idiot de tuer quelqu'un qui avait du potentiel. Il était amusant... Il se montrait intéressant et en même temps voulait faire croire qu'il ne serait d'aucune utilité. Il provoquait bien mais pas sur tous les points. On ne dit pas qu'on a des relations et donc qu'on peut apporter quelque chose dans le business si on ne tient absolument pas à y participer. Ou alors il cherchait vraiment à ce qu'elle s'ouvre davantage, et là c'était plutôt futé. Malin... Il l'avait appâté comme elle l'avait fait précédemment. Il s'en sortait finalement bien. Mais quelque part, ce qu'il ne savait pas, c'est que quoi qu'il choisisse, elle n'en avait rien à faire. Des relations elle en trouvait; elle ne se concrétisait pas, elle ne courrait pas après. Mais elle aimait tester et voir le potentiel de la personne pour qui elle avait un semblait d'intérêt. Quand il eut fini, elle le regarda longuement en souriant avant de daigner enfin répondre, ayant laissant le silence s'installer dans un premier temps pour faire planer une certaine tension.

"Tout d'abord. Que tu le veuilles ou non, on fonctionne de la même façon. Je fais les choses par moi-même, mes relations sont du donnant-donnant, je ne suis sous les ordres de personne et personne ne me commande, les autres ne sont que des pièces sur un échiquier qui m'aident ou qui sont éjectés, mon intérêt prime et je ne cache nullement mon penchant pour les Héritiers."

Elle le regarda laissant de nouveau le silence s'instaurer. Cette relation allait quelque part et il fallait que ça aboutisse. Elle n'aimait pas que ça finisse en queue de poisson et, malheureusement pour elle, elle n'aimait pas tuer des Héritiers, pour peu que ça n'arrive pas à un compromis. Mais quelque part, qu'il connaisse son existence et surtout son trafic lui semblait dangereux si elle ne pouvait pas mettre la main sur lui. Sans pouvoir vraiment justifier, elle sentait qu'il pouvait les trahir sans aucune hésitation. Simplement parce qu'au fond, elle pouvait trahir aussi sans aucune hésitation. Mais elle ne le ferait jamais concernant les Héritiers parce qu'elle n'avait rien à retirer des autres. Ceux-ci au moins lui apportait quelques choses et les relations qu'elle avait en valait clairement la peine. Toujours est-il qu'exceptionnellement, si jamais elle ne pouvait pas l'avoir dans sa poche, elle devrait réfléchir sérieusement à le tuer. Elle ne pouvait pas se permettre de perdre son bordel et les enjeux qui s'y jouaient. Mais elle verrait ça plus tard. Elle préférait tant qu'à faire tenter de l'avoir dans sa poche.

"Cette conversation n'est qu'un test qui traîne en longueur. Les humiliations en boucle comme tu dis, tu les as cherchées toi-même et enfin, maintenant, je n'ai plus un gamin mais un homme devant moi qui montre qu'il a quelque chose dans la tête et dans le pantalon aussi finalement, même si tu ne t'en sers pas souvent. Je ne suis pas quelqu'un qui cache ses pensées au cas où tu ne l'aurais pas remarqué. Tu as cherché dès le début à me casser parce que j'étais, selon toi, une catin. Je t'ai remis à ta place et maintenant, nous sommes tous les deux sur un même pied d'égalité. Tu as perdu cette image de catin dégoûtante qui n'a rien à t'apporter et tu me vois un peu plus comme une femme digne d'intérêt."

Elle marqua une nouvelle pause. Leur conversation avait pris un nouveau tournant alors elle était franc jeu et rentre dedans mais surtout légèrement plus investie. Elle savait très bien que pour l'instant, elle avait raison sur toute la ligne. N'ayant vu en elle qu'une catin, il n'avait même pas daigné savoir s'il y avait autre chose dans sa vie. Les hommes fier et cassé sur un sujet avaient du mal à l'en quitter tant qu'il n'avait pas repris le contrôle de la conversation sur ce point précis. Mais maintenant il fallait passer à autre chose et ce sujet, son interlocuteur semblait le maîtriser davantage. Autant en profiter alors puisque ça donnait un vrai échange.

"Ton altruisme, tu peux clairement le mettre là où je pense. Surtout quand on sent le mensonge à plein nez." elle lui sourit en coin. "Tu as des relations plus intéressantes qu'une catin ? Parfait moi aussi. Beaucoup de choses se mettent en place et si tes relations valent clairement la peine, notre réseau d'information peut t'apporter beaucoup comme tu peux nous apporter beaucoup aussi. Il n'y a pas de réunions ou de choses pareilles. On se voit quand on doit se communiquer quelque chose, quand on a quelque chose à mettre en place. Personne ne donne d'ordres à personne et sincèrement, je m'en fous complètement que tu ne viennes pas dans mon bordel. Comme tu vois je sais me déplacer. Certains préfèrent y venir car cela leur assure un point de chute où on ne viendrait pas les chercher. ET crois moi, tout le monde ne se tape pas une catin." Il avait encore son esprit fort fermé sur le sujet et apparemment cela ne partirait pas. Peu importe. Il avait le droit de penser ce qu'il voulait comme il voulait. Elle s'en foutait réellement qu'il ne préfère pas venir dans son bordel, elle n'allait pas en faire toute une histoire. Et s'il devait un jour y venir, il serait toujours temps de parlementer à ce moment là. Elle enchaîna. "Je n'ai aucune garantie à t'offrir dans l'immédiat car comme tu t'en doutes, je ne vais certes pas te révéler ce que je sais de but en blanc comme tu ne le feras pas également. Les Héritiers s'étendent... Des projets il y en a. Soit tu veux en faire partie, soit pas. Mais je te préviens. Si tu t'impliques- bien que tu n'es pas obligé de donner le nom de tes relations, cela va de soi- je veux du concret de ta part. Si ce n'est pas le cas..."

Elle ne fit pas sa phrase et le regarda simplement dans les yeux en le fixant. Oui... Malheureusement pour lui il avait rencontré quelqu'un sans scrupule et qui mettrait un terme à sa vie si cela pouvait devenir dangereux de l'avoir sous la confidence. Et encore, elle savait qu'avant qu'elle lui donne des informations vraiment importantes, il allait devoir faire ses preuves. Elle se tut de nouveau longuement. L'offre était lancée, elle n'avait plus rien vraiment à lui exposer. Le choix désormais lui appartenait. Et il devait mesurer dans quoi il s'investissait, si jamais il décidait d'en faire partie. Car si elle était déjà une sorte d'assassin, ses relations n'étaient pas des enfants de coeur non plus. il fallait clairement en prendre conscience et, comme il venait de se montrer intelligent, elle savait qu'il l'avait parfaitement compris.

_________________

Toi, mon Faucon
Toi, mon ami
Toi, qui ne me quitte pas
Toi, qui s'envole à l'effigie de notre liberté commune
Nous sommes devenus un,
De ton nom, Daärim, tu te lies au mien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Galahad Caherval

avatar

▬ Contributions à l'histoire : 1017

MessageSujet: Re: [ Terminé ] La séduction a toujours été une histoire de manipulation ▬ Araëlle   Mer 30 Mai 2012, 17:11

     Un long silence s'était installé avant que la catin - qui n'était plus juste un prostituée dans l'esprit de Galahad - daigna enfin lui répondre. Cherchait-elle à le mettre mal à l'aise ou à le faire mariner en attendant une réplique de sa part ? Ce n'était pas une réussite, enfin, pas en entier. Le jeune homme ressentait toutefois une étrange pression peser sur lui, s'il avait visé juste en pensant qu'elle tuait aussi souvent qu'elle écartait les cuisses, il était donc légitime qu'il se sente en danger. Le forgeron était originaire d'un village paumé ou le seul danger mortel était de tomber d'un pommier ou de se noyer dans la rivière, mais il n'avait encore jamais côtoyé la mort pour de bon. Du moins pas donnée par une personne avec qui il conversait, être en danger hors de Cathairfál n'était pas comparable à discuter avec un assassin. Donc oui. Au final, l'Héritier n'était pas rassuré et il se méfiait de ce que la belle plante allait pouvoir lui dire. La peur ne devait pas handicaper, mais être contrôlée pour devenir un moteur, il refusait de se laisser impressionner par une femme qui vendait son corps pour gagner sa vie, même si elle ne faisait visiblement pas que cela. Il resta muet comme elle déclarait qu'ils fonctionnaient de la même manière et qu'elle n'obéissait aux ordres de personnes. En effet, ce qu'Araëlle exprimait, Galahad s'y reconnaissait et l'idée d'avoir quelque chose de commun avec elle ne l'enchantait pas particulièrement, mais il n'avait malheureusement pas grand-chose à rétorquer à tout cela.

     Après un nouveau silence, la jeune femme reprit la parole, avançant que la discussion n'était qu'un test et qu'il avait lui-même cherché à être humilié. Galahad haussa légèrement les sourcils en se demandant si elle se fichait de lui, il n'avait fait que répondre à ses provocations. Et il avait aussi fait l'erreur de s'aventurer sur un terrain qu'il ne connaissait pas, chose qu'il n'allait plus réitérer à moins d'y être fermement obligé. Ravalant ses protestations, il pinça les lèvres d'un air contrarié sans la quitter des yeux alors qu'elle se lançait dans une analyse comportementale du forgeron qui n'appréciait pas d'être ainsi disséqué. Était-il si transparent ? Le jeune homme n'avait pas pensé que l'on puisse lire en lui comme dans un livre ouvert. Quelle ironie sachant qu'il se targuait habituellement de pouvoir masquer ses pensées et ses buts réels sans aucune difficulté. Son humeur se gâtait au fur et à mesure qu'elle poursuivait ses explications, lui renvoyant en plein visage le prétendu altruisme qu'il avait eu à son égard, puis enchaîne afin de lui développer plus amplement comment fonctionnait leur système. Galahad l'écoutait avec attention, mais il doutait pouvoir apporter quoi que ce soit à cette femme. Il était en lien avec Izhi, mais savait bien que les Héritiers étaient les adversaires de la monarchie, après tout ils ne supportaient déjà pas les Singuliers et le jeune homme avait eu l'occasion de s'en rendre compte avec le temps. Finalement, lorsque Araëlle déclara que tous les visiteurs de son bordel ne se tapaient pas ses filles, il esquissa un léger sourire. Cette idée ne l'avait pas effleuré, il pensait bien que les Héritiers de passage avaient autre chose à faire, mais la simple idée de se trouver dans un tel endroit ne lui convenait pas tout simplement.

     Après une nouvelle pause, la catin conclut finalement en lui expliquant qu'elle n'allait pas lui fournir de garantie pour des raisons évidentes, mais que s'il décidait de s'investir dans leur cause, il allait devoir montrer patte blanche. Après ce discours, le jeune homme eut un léger rire comme elle ne le quittait pas du regard, était-elle en train de le provoquer ouvertement et de le menacer de mort ? Visiblement oui, elle n'avait pas froid aux yeux et même si l'idée de se faire trancher la gorge dans une ruelle ne l'emballait pas, il essayait de ne pas le montrer. Galahad n'était pas un combattant. Il n'était pas plus sorcier, devin ou quoi que ce soit d'autre. Il n'avait rien d'autre à offrir que sa normalité et c'était justement là que résidait – selon lui – son avantage. Qui irait imaginer qu'un simple Singulier sans aucun talent pouvait être membre des Héritiers ? Même si pour le moment personne ne semblait l'admettre, le forgeron était persuadé de pouvoir leur être très utile. Il ne se priva pas de le faire savoir.

     ▬ Si ce n'est pas le cas quoi ? Tu comptes te débarrasser de moi dans une ruelle ? Ce serait assez imprudent, je ne t'ai pas dit qui était mes contacts, mais peut-être bien que quelqu'un pourrait se demander où je suis passé. Je n'ai pas pour habitude de disparaître sas prévenir mes relations. »

     C'était faux, totalement faux, Galahad se demandait même si Izhi remarquerait sa disparition s'il venait un jour à lui arriver malheur. Probablement pas. Il vivait seul, il finirait seul et personne ne remarquerait que le petit forgeron, voleur raté, avait disparu de son écurie miteuse où il logeait. Cette femme pourrait peut-être le deviner, mais il avait mis tout l'aplomb possible dans son intonation pour la pousser à croire qu'il avait peut-être plus d'influence qu'elle ne semblait le croire.

     ▬ Je suis peut-être intéressé, mais tu veux que je te donne des garanties avant que tu ne me dises ce que tu peux m'apporter ? Tu dis que nous nous ressemblons beaucoup, tu dois donc savoir que je ne suis pas assez humble pour donner sans savoir ce que je reçois en retour. »

     Avec leurs caractères respectifs, il était vrai qu'il serait très difficile de parvenir à un accord et pour être franc, Galahad pensait que leur discussion allait se solder sur une séparation sans que rien ne se soit tissé entre eux. Il inspira légèrement, détournant à nouveau ses yeux mordorés du visage de la catin comme il était en train de réfléchir. Que faire ? Que dire ? Humectant ses lèvres, le jeune homme tourna finalement son visage vers Araëlle, hésita un bref instant avant de reprendre la parole.

     ▬ Histoire que notre longue discussion ne serve pas à rien, je vais faire un effort de mon côté et j'ose espérer que tu feras de même... Il laissa planer un bref instant de silence. Les Héritiers dénigrent les Singuliers, je ne suis rien de plus qu'un simple forgeron et je n'ai rien de réellement palpable à apporter au groupe. Mais je pense justement que ce manque de pouvoir peut être utile. Les adorateurs d'Eydis ne se méfient pas autant d'un adorateur de Mynkor qui n'est qu'un simple Singulier vois-tu.... Il fixait les yeux clairs de la catin avant d'enchaîner. Actuellement mes relations ne me voient pas comme un Héritier et je me débrouille pour approcher des personnes assez influentes. Jusqu'à présent, je dirais que ça a porté ses fruits. »

     Il n'en dit pas plus à ce sujet, après tout si elle voulait en savoir davantage il allait falloir qu'elle fasse aussi un effort de son côté. Peut-être que la blonde penserait qu'il était en train de se vanter et n'avait rien de bien palpable à apporter, si tel était le cas, Galahad ne chercherait pas à la détromper. Il prendrait ses affaires et quitterait cette salle, après tout, il n'avait rien à attendre d'eux non ? Pas question de se mettre à ramper pour obtenir leurs faveurs, ce n'était pas son genre. Après un bref instant, il continua.

     ▬ Tu ne vois peut-être pas les choses sous le même angle que moi, je doute que tu sois une simple Singulière, mais si tu considères que tu ne peux rien me dire de plus pour ce que je viens de t'expliquer, ce n'est pas grave. Nouvelle pause avant qu'il n'annonce la couleur. Mais sache que je vais au plus offrant. »

     Il prenait des risques, celui que la jeune femme décide de le tuer s'il refusait sa proposition, comme cela de dévoiler ses plans et que les autres Héritiers décident qu'il valait mieux mort. Enfin, s'il valait la peine que d'autres s'intéressent à lui. Être Singulier avait du bon, mais pas toujours.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://song-of-ice-and-fire.forums-rpg.com/
Araëlle Sil-Emaïs

avatar

▬ Contributions à l'histoire : 357

MessageSujet: Re: [ Terminé ] La séduction a toujours été une histoire de manipulation ▬ Araëlle   Jeu 31 Mai 2012, 09:27

Araëlle ne broncha pas quand il se mit à rire. Cela ne la gênait guère et, au fond, il réagissait comme il voulait face à ce qu'on aurait effectivement pu appeler communément une menace. Elle n'était pas vraiment du genre à annoncer la couleur mais ici, c'était d'Héritier à Héritier et il se devait d'avoir une ligne de conduite convenable. Elle ne connaissait pas l'homme qui se tenait devant elle et ce jusqu'à son nom, qu'elle quémanderait plus tard de toute façon, et elle ne pouvait se permettre de faire foirer son réseau, qui n'était pas encore des plus étendus c'était certain, mais qui comprenait un homme puissant et dangereux qu'elle ne pouvait pas se permettre d'avoir contre elle à cause de quelqu'un d'autre. De plus, sa deuxième relation - bien qu'elle était très proche de lui- n'était pas un enfant de coeur comme elle l'avait mentionné et comprenait aussi peu de scrupules qu'elle. Donc s'il était lui aussi en danger, allez savoir ce qu'il pourrait faire. Il était quand même Dragonnier et son compagnon avait pratiquement la taille de son bordel... Alors bon... Valait mieux le mettre lui aussi de son côté, ce qui actuellement était fait avec plaisir et non contraintes. Mais toujours est-il que ce jeune homme devant elle qui leur serait sûrement utile ne pouvait pas non plus les mettre en échec d'une quelconque façon que ce soit. C'était donc pour ça qu'elle lui avait assuré sa mort si jamais il ne respectait pas certaines convenances et au vu de ses paroles il l'avait clairement bien intégrée. Par contre la suit la fit sourire. On le chercherait ? N'avait-il pas dit plus tôt qu'il était quelqu'un de solitaire ? Petite contradiction dont elle tiendrait compte. Mais elle ne le casserait pas cependant pour une fois. Bien qu'il se ressemblait, si elle elle venait à disparaître, c'était sûr et certain qu'on la chercherait, simplement parce qu'elle tenait un bordel qui comprenait nombreuses filles qui avaient besoin d'elle. Elle avait une attache, maigre, mais elle en avait une qui lui permettait une certaine sécurité. Concernant ses relations, elle ne devait pas leur en demander trop non plus... Si elle venait à disparaître elle n'était pas persuadée que cela leur ferait réellement quelque chose. Pour l'un peut-être un peu moins d'amusement, pour l'autre une contrainte déplaisante mais qu'il pallierait autrement. Elle n'était pas un maillon indispensable, c'était son bordel qui était un lieu intéressant, même si c'était grâce à elle. Mais peu importe, si elle avait voulu mourir, elle serait morte il y a maintenant un paquet d'années. Elle avait survécu et elle comptait bien continuer.

Toujours est-il qu'elle laissa le bénéfice du doute à son interlocuteur concernant des relations qui le chercheraient. Ca ne l'empêcherait nullement de le tuer simplement parce que quand elle commettait un meurtre, elle ne laissa aucune trace derrière elle : l'arme disparaissait définitivement et dans son bordel, les corps pouvaient aussi. Elle écouta la suite et comprit par ces propos qu'il était intéressé et une fois le silence revenu, tandis qu'elle continuait à le regarder en attendant paisiblement, elle savait qu'il réfléchissait. Cela ne lui déplut pas. Ses propos tentaient toujours de garder le dessus et c'était bien, il fallait qu'il montre de l'assurance car elle était persuadée qu'il n'en était pas dépourvu. Mais il savait aussi réfléchir pour comprendre où était l'offre la plus alléchante et elle sentait qu'il allait venir vers elle. Peut-être se trompait-elle mais en tout cas, elle ne commenta nullement ce silence pour lui laisser le temps de prendre sa décision. Elle n'obligeait pas les Héritiers à se réunir, mais pour elle, ils étaient à part et ils étaient généralement forts, d'une façon ou d'une autre, donc dans un but commun, ils avaient plutôt intérêt à s'entendre. Elle ne voyait pas l'utilité de se tirer dans les ailes entre eux. Mais il était vrai que si elle devait, elle tuerait un Héritier avec aussi peu de scrupules que les autres. Peut-être un brin de regret mais on pouvait très bien s'en remettre sans problème. Elle le regarda toujours quand ses iris revinrent se planter dans les siennes. Il avait pris sa décision et au vu des premières paroles, cela lui plut et elle écouta alors à son tour attentivement ses propos. Bien qu'un peu déçue, elle ne fut pas tant étonnée que ça qu'il ne soit qu'un simple Singulier. Mais il avait réfléchi à sa condition et il semblait clairement comprendre à quel point il pouvait être utile. Et il avait entièrement raison. Même si ses relations à elle étaient capable de manipulation, cet homme en face d'elle pourrait au fond passer où il voulait même sans manipuler. Il n'était qu'un forgeron après tout, qui s'en méfierait ? De plus, selon ses dires ses contacts étaient influents. Parfait. Il pourrait le prouver plus tard. Ici il fallait simplement qu'ils trouvent une sorte d'accord.

Elle sourit quand pour conclure, lui aussi la menaça. Pas de mort, oh non, mais plutôt d'aller voir ailleurs si l'herbe n'était pas plus verte. Elle continua de le fixer et garda un peu le silence le temps de faire croire qu'elle réfléchissait. Or elle n'avait pas besoin de réfléchir au fond, elle savait très bien ce qu'elle pouvait dire et ce qu'elle ne voulait pas dire. Elle prit donc une pause pas trop longue mais assez pour faire croire que avant de prendre la parole.

"Bien... Tu as l'air intéressé malgré tout ce que tu dis et tu as réellement fait un pas vers moi. Je reconnais que ta place de Singulier type sans faculté spéciale fait de toi quelqu'un d'intéressant pour se faufiler là où ça peut rapporter. Et apparemment, tu sembles le mettre à profit déjà pour ta propre personne. Donc tu sais comment faire. Parfait."

Elle marqua une pause. Elle l'avait remis à sa place pendant quasiment toute leur conversation, ici elle lui lançait quelques fleurs mais pas pour le plaisir de lui donner quelques compliments, juste parce que c'était vrai et qu'il fallait qu'elle montre qu'elle n'était pas désintéressée par ce qu'il était - même si d'habitude les simples Singuliers ce n'était pas forcément ceux qu'elle estimait le plus. Mais ici, justement par cette condition, elle estimait qu'il avait pas mal de culot vu qu'il avait compris qu'il avait en face de lui. Tant mieux. Pour avancer en tant qu'Héritier, il en fallait du culot. C'était plutôt une bonne qualité. Elle reprit la parole.

"Dans mon bordel viennent certaines connaissances qui m'apportent des informations sur ce qu'il se passe aux alentours concernant les Héritiers et moi je leur apporte des informations que certains clients que je sélectionne dans ce but me révèlent après quelques bienfaits de ma part. C'est mon rôle. Mon bordel et moi-même sommes une sorte de relais d'information. C'est pour ça que je me suis établie ici. Les trois quarts des Blasonnés vivent ici, des informations circulent, la royauté n'est pas loin, et certains clients ne sont pas dénués d'oreilles. Outre ça, je suis aussi - comme je te l'ai dit - un lieu de passage pour les Héritiers. Ils peuvent s'établir un temps chez moi ou y prendre refuge. Ce sont les seules personnes qui peuvent passer la nuit entière dans mon bordel sans y être éjecté. Cette information commence à se savoir doucement et j'espère par là que certains Héritiers se révéleront pour pouvoir les connaître et agrandir le réseau."

Voilà. Son pas à elle venait d'être fait également. Elle avait en quelque sorte détaillé son job, sans entrer dans les détails. Tout comme le jeune homme. Preuve qu'elle l'avait cru quand il avait parlé et que du coup, c'était à son tour de la croire. Elle n'était pas forcément quelqu'un de sincère qui se devait de rendre l'appareil si on ne lui mentait pas. Mais ici, pour les Héritiers, elle avait tendance à plus de sincérité. Après tout c'était du business aussi même si c'était quelque chose de plus personnel. Mais si on donnait il fallait donner sous peine de perdre beaucoup plus qu'il n'y avait à gagner. Ainsi, un pas était réalisé de chaque côté, les dés d'une relation professionnelle entre eux étaient en quelque sorte jetés. Elle le regarda un moment de nouveau en gardant le silence. Maintenant, il fallait concrétiser ce qu'il pouvait lui apporter et ce qu'elle pouvait lui apporter. Concrètement, ce ne serait que de l'information et elle le savait. Il détestait trop les bordels pour lui amener de la clientèle à cuisiner et apparemment ce n'était pas ce genre de relation qu'il cherchait à avoir. Elle réfléchit réellement pendant quelques longues secondes avant de reprendre la parole.

"Voilà ce que je te propose pour commencer. Nous pouvons nous voir, à délai respectable pour n'éveiller aucun soupçon, dans le lieu de ton choix, où nous nous passerons des informations. Si avant ce rendez vous, tu apprends quelque chose concernant des mouvements contre Héritiers ou qu'on est découvert tu m'avertis. Et moi de même. Mais pour ce faire... Il me faut ton nom. Si j'entends parler de toi et ce de façon dangereuse pour toi, je ne le saurai pas sans ton identité. Je suis peut-être spéciale mais je ne suis pas devineresse."
Elle marqua une pause avant d'ajouter "Dans un premier temps nous pouvons fonctionner comme ça. Selon alors comment ça se passe, nous pourrons toujours aller plus loin selon les projets que nous mettrons en place et selon ce que tu peux y apporter et comment tu veux t'y investir." Elle le regarda longuement avant de demander "Ca te convient ? "

_________________

Toi, mon Faucon
Toi, mon ami
Toi, qui ne me quitte pas
Toi, qui s'envole à l'effigie de notre liberté commune
Nous sommes devenus un,
De ton nom, Daärim, tu te lies au mien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Galahad Caherval

avatar

▬ Contributions à l'histoire : 1017

MessageSujet: Re: [ Terminé ] La séduction a toujours été une histoire de manipulation ▬ Araëlle   Jeu 31 Mai 2012, 17:48

     Un sourire pour toute réponse lorsqu'il termina sa réplique. C'était bon signe qu'elle ne recommence pas aussitôt à parler d'un côté, cela signifiait qu'elle réfléchissait à ce qu'il venait d'annoncer et peut-être qu'elle était intéressée. Oh, dans l'esprit vaniteux du jeune homme il était tout bonnement impensable qu'elle puisse le considérer comme inintéressant ou alors elle serait plus stupide qu'il ne l'avait considéré au début de leur discussion. L'assurance et l'arrogance empêchaient qu'il ne puisse douter de sa qualité. Il n'était pas dénué d'intérêt, c'était simplement les idiots autour de lui qui ne se rendaient pas compte de sa valeur voilà tout ! Est-ce que Galahad se fourvoyait ? Certainement, il était commun au possible et seul le fait qu'il croit le contraire le rendait original. Araëlle prit alors enfin la parole, avançant qu'il avait l'air intéressé et qu'il avait effectivement fait un pas vers elle. C'était un bon point, si la catin lui avait annoncé qu'il devait avant toute chose lui en donner plus pour qu'elle daigne lui parler, le forgeron aurait tout ramassé et l'aurait laissée avec ses attentes. Elle saisissait la chance qui passait à porter et rien que pour cette raison, l'estime du Singulier pour la blonde remonta légèrement. D'autant plus que la jeune femme approuvait effectivement le fait que sa position de Singulier dénué de pouvoir avait de quoi intéresser. Enfin une qui ne se signait pas dès qu'elle apprenait qu'il n'avait rien de plus que sa personne à offrir, le forgeron commençait à être lassé de se casser les dents sur toutes les personnes à qui il adressait la parole. Son estime des Héritiers n'était pas très haute, à force de se faire refouler il en gardait rancune, surtout avec un égo comme le sien. Est-ce qu'elle ferait changer la donne ? Allez savoir.

     Un bref silence s'installa nouveau, précédent des révélations qu'il attendait avec une certaine impatience vu la manière dont elle l'avait fait patienter. Le bordel servait donc de comptoir de commerce, achetant et revendant des informations aux Héritiers, il était vrai que certains hommes avaient pour habitude de confier des choses sur l'oreiller, à croire qu'ils étaient tous stupides après avoir vu une femme écarter les cuisses. Quel besoin de se confier à une catin je vous le demande ? Tant mieux pour eux d'un côté, même si l'idée était plutôt étrange à ses yeux. En somme, Araëlle s'intéressait de près à ce qui se passait autour de la royauté et avait des contacts qui gravitaient autour du Roi et des environs de la famille royale, ils étaient un peu sur le même point à ce niveau, sauf que le jeune homme apprenait ces informations de la bouche de la princesse en personne. Il avait aussi appris qu'une Izhi saoule était plus bavarde et que l'Héritier pourrait donc espérer obtenir des informations intéressantes de sa part s'il l'emmenait une fois de plus faire la tournée des tavernes. Le dernier point soulevé par la blonde était très intéressant, un endroit où les Héritiers pouvaient de temps en temps passer la nuit, en cas de problèmes c'était un bon point et il fallait avouer qu'elle avait bien joué son coup. Dommage que ce soit dans un bordel, même s'il y avait fort à parier que c'était justement ce qui permettait d'abriter autant les personnes qui s'y trouvaient. Il était peu probable que les gardes aillent vider le bordel alors que si c'était une taverne, les choses seraient différentes.

     Une nouvelle pause alors qu'elle semblait réfléchir, puis finalement la jeune femme reprit la parole pour lui faire savoir ce qu'elle pouvait lui proposer. Des rencontres à des intervalles régulières dans un endroit de son choix de manière à ce qu'ils puissent parler des informations qui circulaient sur les Héritiers. Une chose très logique et un bon début, la jeune femme faisait d'ailleurs un effort en faisant en sorte que la rencontre se déroule dans un autre endroit que son bordel. Pour être sincère, il était presque certain qu'elle lui aurait dit de s'y rendre et cela lui aurait donné une raison de refuser, mais là.... Les choses étaient moins compliquées qu'il ne pensait et les efforts de la catin étaient difficiles à ignorer. Avec amusement il constata qu'elle ne lui facilitait pas la tâche en arrangeant les choses pour lui, désormais il ne pouvait plus refuser. Il s'était fait avoir par son propre jeu. Au fond peut-être que c'était le signe qu'il allait devoir changer un peu sa manière de bosser en solitaire ? Galahad réfléchissait alors qu'elle lui déclara avec justesse qu'il faudrait qu'elle connaisse son prénom pour savoir si quelqu'un parlait de lui d'une manière qui était à craindre. Logique d'un côté. Le forgeron n'avait pas souhaité l'éclairer avant parce qu'il ne la voyait que comme une catin, mais là les choses étaient différentes. Une possibilité d'évolution fut avancée, plus qu'on ne lui avait offert jusqu'à ce jour et par conséquent, le jeune homme ne voyait pas vraiment pour quelle raison il refuserait. La réflexion ne fut que de courte durée alors qu'il répondait enfin.

     ▬ Ça me convient. Son regard s'éloigna quelques instants avant qu'il n'en revienne à elle. Je m'appelle Galahad, mais je doute que tu puisse entendre quoi que ce soit me concernant, je ne me fais pas vraiment remarquer comme je te l'ai dit. Quoique, crier à qui veut l'entendre qu'il était un adepte de Mynkor n'était pas forcément une bonne chose. Pour le lieu de rencontre dans l'immédiat je n'ai pas d'idée, j'évite de traîner trop longtemps dans le même coin, mais si tu as une idée autre que ton bordel, je suis preneur. Dire qu'il avait insisté pour ne pas avoir à mettre les pieds dans son bordel et que maintenant il l'ennuyait à ne pas savoir où aller... Après une brève pause il reprit. J'étais persuadé que tu m'enverrais sur les roses, tu dois être la première Héritière n'étant pas Singulière à me voir autrement que comme un poids sans intérêt. »

     Même Tanith n'avait jamais prit trop la peine de lui faire savoir ce qu'elle pouvait penser de lui. Il n'était qu'un simple Singulier voilà tout ! Seule la femme qui était venu le recruter dans son petit village miteux pouvait être tirée du lot et c'était certainement pour cette raison qu'il n'était pas allé voir ailleurs depuis longtemps. Peut-être bien qu'Araëlle pourrait l'intéresser davantage par la suite en effet, mais il ne tenait pas à trop se mouiller d'un coup, il restait quelqu'un de très solitaire et égocentrique, ses informations seraient donc difficiles à être données sans qu'il ne puisse ressentir la désagréable impression d'être berné. Il ne se priva pas de le lui faire savoir d'ailleurs.

     ▬ Je n'ai pas trop pour habitude de donner des informations durement gagnées comme ça, pour le bien d'un groupe. Surtout sachant que ce groupe n'a jamais vraiment pris la peine de m'accorder plus de crédit que le premier imbécile venu. »

     Il ne disait pas qu'il n'allait pas le faire, au contraire, mais mettait simplement la jeune femme en garde contre le fait qu'il pourrait peut-être se montrer quelque peu difficile à l'avenir. Il avait un sale caractère et était versatile qui plus est, toutes les qualités requises pour l'emmerdeur de service, mais pas forcément un contact digne de ce nom. Il avait été très désagréable jusqu'à présent avec elle et par conséquent, le jeune homme considérait qu'elle savait à quoi s'attendre. Un dernier renseignement fut de mise avant qu'il ne puisse signer pour de bon ce fameux contrat.

     ▬ Un dernier point. Je veux bien tenter le coup, mais j'ai mes habitudes et elles ont la vie dure, si je ne voulais plus procéder à ces rencontres d'ici quelques semaines, est-ce que je devrais m'attendre à avoir ta visite pour s'occuper de mon compte ? Je n'ai pas particulièrement envie de mourir demain alors si c'est le cas, je crois que ça rendra caduc notre accord. Sinon... Qui vivra verra ma foi. Il esquissa un léger sourire amusé. Peut-être même que je pourrais faire un effort si tout se passe bien. »

     Comme aller faire les rencontres au bordel pour lui éviter de sortir ? Peut-être pas avant très longtemps, mais il savait que les femmes aimaient bien l'idée d'une récompense au bout, peut-être que cela l'inciterait à le supporter davantage. À moins qu'il ne se trompe une fois de plus sur le compte du sexe faible, ce qui était fort probable au fond.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://song-of-ice-and-fire.forums-rpg.com/
Araëlle Sil-Emaïs

avatar

▬ Contributions à l'histoire : 357

MessageSujet: Re: [ Terminé ] La séduction a toujours été une histoire de manipulation ▬ Araëlle   Ven 01 Juin 2012, 11:41

Araëlle était plutôt satisfaite de cette journée. Elle était partie en ville pour en rendez vous auquel elle devrait se rendre par la suite. Elle avait pris de la marge justement pour pouvoir laisser les choses se faire et errer un temps en ville sans but précis. Elle avait été prise de court par un homme qui finalement se trouvait devant elle et avec qui elle était en train de conclure un arrangement. Il montrait beaucoup de bon vouloir depuis quelques instants laissant suggérer que vu l'offre qu'elle venait de lui faire il y avait peu de chance qu'il refuse. Après toute la discussion qu'ils avaient eu et alors qu'ils étaient si près du but ce serait fortement idiot qu'il bute maintenant. Mais elle ne reviendrait pas sur ce qu'elle avait dit. Elle avait donné les accords qui pouvaient se jouer entre eux, si ça ne lui convenait pas elle ne pouvait faire mieux. Elle attendit donc calmement en regardant le garçon dont elle espérait avoir bientôt le nom. Elle avait un peu menti elle devait le reconnaître. Certes elle voulait son nom pour savoir quand on parlerait de lui si on venait à parler de lui. Mais en réalité elle n'aimait pas, ne pas savoir à qui elle avait à faire. Elle avait besoin de connaître un minimum et le nom en faisait partie. Elle connaissait le nom de chacune de ses relations et cela lui convenait parfaitement. Tout comme elle-même donnait son nom également. C'était un bon échange pour débuter. Et puis il valait mieux avoir en sa possession l'identité d'un allié car on ne savait jamais combien de temps il le serait et il pouvait toujours passer ennemi par la suite. Bien sûr ils étaient un groupe d'Héritiers, bien sûr ils avaient quand même un but commun, mais il ne fallait pas croire, elle n'avait réellement confiance en personne. Même en Zoran avec qui elle était particulièrement proche, elle ne lui faisait pas confiance. Elle ne savait même pas s'il était vraiment digne qu'on lui fasse confiance. Lui comme elle, fonctionnaient par rapport à leur intérêt premier. Ils étaient des égoïstes notoires et elle savait très bien qu'il n'avait aucun scrupule tout comme elle. Il pouvait sans difficulté la laisser derrière ou même la considérer comme morte si elle venait à disparaître. Il n'avait pas vraiment d'attache à part son dragon et ça elle l'avait parfaitement compris. Et concernant Gregor...alors là elle savait très bien que lui n'hésiterait même pas à la tuer si besoin. Donc oui, elle préférait connaître l'identité des personnes qu'elle côtoyait et qui pouvait lui enfoncer un couteau dans le dos - même si ça c'était plus son truc à elle.

Elle sourit quand enfin il accepta et qu'en plus il donna son nom en guise de bonne foi. Parfait. Galahad. Effectivement, elle n'en avait encore jamais entendu parler jusqu'à présent. Peut-être ce nom avait-il été mentionné sans attirer son attention. Mais elle oubliait rarement quand on lui parlait de quelque chose, c'était un peu son côté méfiant qui faisait qu'il valait mieux toujours tout retenir que laisser échapper quelque chose. Après en plus de dessinatrice et assassin, elle était un genre d'informatrice. Et ce genre de caractéristique obligeait toujours à avoir l'oreille tendue dans toutes les directions. Point de rendez vous, pas le bordel. Ca elle l'avait particulièrement bien compris. Mais ce n'était pas plus mal. C'était aussi utile de sortie un peu. Elle allait lui répondre sur l'endroit durant cette légère pause avant qu'il ne reprenne la parole pour lui annoncer qu'elle était sûrement la première dans les Héritiers qui le jugeait comme intéressant. Il ne fallait pas se leurrer, elle avait bien compris qu'il faisait partie de ces gens sans facultés. Ces gens banals pour qui elle n'avait aucun intérêt. Et en réalité, Galahad aurait été catalogué de parfaitement inutile s'il n'y avait pas eu toute leur discussion et qu'elle n'avait pas trouvé un quelconque infime intérêt en lui. Mais il s'était montré plutôt sous un jour favorable. Et un Singulier qui avait choisi Mynkor gagnait déjà des points pour elle car il s'était montré un peu plus intelligent que la moyenne. Et puis, elle voyait surtout son utilité. Son argument avait eu du poids : qui se méfierait d'un banal Singulier ? C'était ça surtout qui avait titillé sa réflexion. C'était de ça qu'elle avait besoin. Parce que les Héritiers étaient pour beaucoup dangereux, puissants, avec des facultés spéciales...mais pour la petite main, pour les informations bien placées, ils avaient besoin de quelqu'un comme lui. Surtout s'il avait déjà des relations. Elle le regarda donc avant de répondre à ça.

"Finalement tu te vends bien." dit-elle simplement avec un léger sourire en coin.

Ce n'était pas totalement faux et ce n'était pas plus mal. Elle le regarda et écouta la suite. Il émettait quelques réserves par rapport aux Héritiers qui l'avaient toujours mal vu. Elle pouvait comprendre même s'il devait bien reconnaître qu'il n'était pas le plus utile des membres. Mais bon ça elle ne lui dirait pas. Elle avait elle bien compris comment il fonctionnait et il avait besoin qu'on lui montre de l'intérêt - même si c'était se jouer de lui mais tant qu'il ne s'en rendait pas compte ça n'avait aucune espèce d'importance. Elle allait donc être de son côté. Peu importe, elle pouvait être très bonne actrice. Sincèrement, elle n'était pas totalement désintéressée par sa personne, donc elle ne se moquait pas de lui. Mais il était vrai que ce serait peut-être un des premiers à être tué s'il fallait éliminer certaines personnes. Mais tout ça ce n'était pas pour tout de suite et pour le moment, cela ne lui déplaisait guère de savoir Galahad de leur côté. Elle sentait, sans savoir pourquoi, qu'il était assez fourbe pour se faufiler là où on l'attendait le moins. Et ce justement par sa qualité - ici c'était une qualité et non un défaut- de Singulier. Elle attendit se demandant si ces propos seraient accompagnés de conditions ou autre... Mais ce ne fut pas le cas et à la place il clarifia un dernier point. C'est bien... Il assurait aussi ses arrières. Elle aimait ça car ça veut dire qu'il ne se cantonnait pas au moment présent. Il pensait plus loin et voyait pour l'avenir aussi. Ses relations seraient peut-être très utile alors s'il les avait eues dans cette optique là. Comme quoi on pouvait montrer une certaine intelligence mesquine même si on était un Singulier.Ce n'était pas plus mal. Elle sourit légèrement quand il évoqua l'idée de faire un effort. Elle le regarda un bon moment avant de parler.

"Tout ceci me semble parfait. Si tu ne veux pas que je te tue dans l'optique où tu ne travaillerais pas avec nous, assure toi que j'aie confiance dans le fait que tu tiennes ta langue. Sinon malheureusement nous aurons un petit problème toi et moi." Ce n'était pas du tout une menace. Lui disait ce qu'il pensait et ses conditions, elle faisait pareil. Elle reprit la parole après quelques instants. "Pour ce qui est du groupe, c'est moi qui t'ai recruté, tu auras donc mon appui. Si tu me fournis des choses intéressantes, j'en ferai de même. C'est notre accord et il n'y a pas de raison qu'il ne soit pas respecté, à moins que l'un des deux partis ne prennent pas ses responsabilités."Elle marqua une nouvelle pause tout en le regardant avant de sourire un peu en coin et d'ajouter "Mais je sens que nous allons bien nous entendre toi et moi."

Et même si ce n'était qu'un Singulier, elle en était convaincue. Il allait leur apporter quelque chose, elle le sentait et elle comptait bien ne pas laisser partir cette occasion. Mais elle serait juste avec lui, elle lui fournirait ce qu'il demandait également. C'était un échange et ce parce qu'il était Héritier. S'il ne l'était pas elle aurait juste profité de lui en offrant un faux rendu. Mais là ce n'était pas nécessaire, pour le moment, il était de son côté. Donc parfait. Après un moment à le regarder elle finit par se redresser un peu et se lever. Elle glissa une main dans une des poches de son manteau avant d'en sortir de quoi payer leur consommation qu'elle jeta négligemment sur la table.

"Tu vois finalement, tu n'avais pas tant à t'en faire en me suivant. Tu as bu gratuitement et tu as une nouvelle relation." elle lui sourit en coin avant d'ajouter "Pour les rendez vous, débrouille-toi pour me faire parvenir un mot de la manière que tu veux au bordel quand tu seras de retour par cette taverne - comme ça en attendant tu fais ta vie sans contraintes. On se retrouvera ici la deuxième fois, puis on choisira un lieu différent pour chaque rendez vous. On les espacera de manière irrégulière. Ce sera mieux également." Elle le regarda un nouveau moment en plantant ses yeux dans les siens avant de se mettre en route tranquillement vers la porte en disant "Et soi un peu plus ouvert, on ne sait jamais ce qu'on peut trouver, même si c'est une catin. Et arrête de voler, je ne voudrais pas te voir mort avant que tu m'aies été utile." elle lui sourit en coin. Dernière petite provocation. " A la prochaine, Galahad." dit-elle avant de quitter les lieux.



Spoiler:
 

_________________

Toi, mon Faucon
Toi, mon ami
Toi, qui ne me quitte pas
Toi, qui s'envole à l'effigie de notre liberté commune
Nous sommes devenus un,
De ton nom, Daärim, tu te lies au mien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Galahad Caherval

avatar

▬ Contributions à l'histoire : 1017

MessageSujet: Re: [ Terminé ] La séduction a toujours été une histoire de manipulation ▬ Araëlle   Ven 01 Juin 2012, 17:40

     Oui, il savait se vendre lorsqu'il le fallait, mais encore devait-il s'en donner la peine ce qui était bien plus rare. Elle répondit alors après un bon moment de réflexion, expliquant que tout lui semblait parfait et qu'il devait simplement veiller à ce qu'elle puisse avoir confiance en lui s'ils travaillaient ensemble. Oh, c'était assez... Difficile. Galahad n'était pas vraiment l'homme de confiance par excellence, il manipulait les gens et utilisait ce qu'il avait en sa possession pour pouvoir se hisser jusqu'aux branches qu'il visait. Mais il n'était pas stupide pour autant, le jeune homme savait bien qu'il risquait gros s'il avait la langue trop pendue et par conséquent ne vendrait jamais les secrets qu'il avait en tête. C'était sans compter que si un jour Izhi avait davantage à lui offrir que les Héritiers, il souhaitait garder une porte de sortie et pourquoi pas la possibilité de revenir vers ses anciens « camarades » si les choses ne tournaient pas comme il l'avait souhaité auprès de la monarchie ? Toujours assurer ses arrières, il serait extrêmement facile de faire croire aux autres Héritiers qu'il avait été près de la Princesse pour en apprendre davantage et qu'il devait s'assurer de ne pas être surveillé. Enfin, c'était ce qu'il espérait du moins. Il hocha donc la tête dans un signe d'acceptation, puisqu'il fallait poser des conditions ma foi, il n'allait pas s'en vexer. En attendant elle n'allait pas le tuer pour un oui ou pour un non et s'il voulait réaliser ses desseins, il fallait bien qu'il prenne quelques risques de temps en temps, non ?

     Elle enchaîna en éclaircissant quelques derniers points, expliquant qu'elle lui donnerait son soutien et que s'il lui donnait des informations, elle le ferait en échange. C'était le procédé normal dans de telles occasions et même si l'idée de devoir donner avant de recevoir ne l'emballait toujours pas, le forgeron devait admettre qu'il fallait des fois mettre son égo de côté pour pouvoir atteindre certaines personnes. Il resta muet, ne faisant pas état de cette légère gêne au risque de la voir tout reprendre, puis la blonde termina sa réplique en déclarant qu'ils allaient bien s'entendre. Un léger sourire se dessina sur les lèvres du Singulier alors qu'il se disait que cela semblait effectivement être le cas, même si les choses évoluaient très rapidement dans ce monde chamboulé. Peut-être que l'un des deux aura changé d'avis lors de leur prochaine rencontre, qui sait ? Il la regarda se redresser avant de lâcher quelques pièces sur la table qu'elle avait tiré de son manteau, puis lança une phrase tout à fait véridique et qui pouvait certainement chasser les souvenirs de la contrariété qu'il avait ressentie au fil de leur conversation. Elle n'était plus qu'une catin dans son esprit désormais, même si l'idée de la voir écarter les cuisses pour obtenir ce qu'elle voulait refusait de sortir de son esprit. De toute manière il avait peu d'estime pour toutes les personnes qui gravitaient autour de lui - sauf éventuellement la Princesse - alors une de plus ou de moins ma foi... Cette auberge fut donc déterminée comme lieu de rencontre pour leur prochaine discussion et il n'aurait aucune peine à glisser un mot à une catin ou quelqu'un qui fréquentait ce bordel, pour ce point Galahad ne se faisait pas de soucis. Il se contenta de hocher la tête alors qu'elle le regardait, qu'y avait-il à ajouter à cela après tout ?

     Le jeune homme s'apprêtait à se lever pour sortir, mais elle reprit la parole en lui donnant quelques conseils, comme arrêter le vol et se montrer plus ouvert. Il y avait de l'espoir en ce bas-monde, Galahad était bien trop indépendant pour pouvoir se passer de voler. Sans vol pas d'argent et sans argent pas de quoi vivre. À moins de travailler et il était évident que s'il en était venu à voler alors qu'il savait forger, ce n'était pas parce qu'il avait envie de bosser sous la coupe d'un patron bête comme ses pieds. Il prendrait aux autres ce dont il avait besoin, même s'il devait risquer sa vie pour cela, chacun son truc après tout, elle pouvait aussi attraper une saleté et ne plus lui être utile. Son expression resta neutre, hors de question de lui accorder une fois de plus le victoire sur cette discussion, même si au fond c'était bel et bien elle qui l'avait menée depuis le début. Le jeune homme attendit qu'elle sorte de la taverne avant de se lever à son tour pour quitter les lieux et retourner à son occupation principale. Il avait perdu une cliente en gagnant un contact et ce n'était pas cette discussion qui allait lui remplir l'estomac ce soir !

HP:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://song-of-ice-and-fire.forums-rpg.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [ Terminé ] La séduction a toujours été une histoire de manipulation ▬ Araëlle   

Revenir en haut Aller en bas
 
[ Terminé ] La séduction a toujours été une histoire de manipulation ▬ Araëlle
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La séduction a toujours été une histoire de manipulation [Derek]
» La séduction a toujours été une histoire de manipulation [Renan & Ginger]
» La séduction a toujours été une histoire de manipulation ▬ Charlie
» [Flashback] La séduction a toujours été une histoire de manipulation. | Ulwyck & Allyria
» Le Résumé officiel des INTRIGUES [A consulter régulièrement]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Echo des Plaines : Chapitre VII ▬ Le Retour d'Inasmir :: HORS JEU :: Vous serez tous pendus ! :: Miroir aux souvenirs-
Sauter vers: