AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Une soirée au palais ▬ pv Athran

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
▬ Contributions à l'histoire : 2000


Scarlett de Vinter

▬ Contributions à l'histoire : 2000

MessageFeuille de route
MessageSujet: Une soirée au palais ▬ pv Athran   Lun 07 Mai 2012, 07:26

Scarlett ne manquait presque jamais une seule réception à la Cour. Lorsque cela arrivait, il fallait généralement l'imputer à une maladie passagère ou aux ordres express de l'un ou l'autre des membres de la famille royale. En bonne mouche du coche et en toute mauvaise foi, la jeune femme aimait penser que si elle était absente à un bal alors la fête ne serait pas complète. Aussi était-elle toujours particulièrement attentive à la perspective d'une bacchanale, quelle qu'elle fut. Les récentes fiançailles de la princesse Izhelindë avaient à ce sujet fourni une bonne excuse pour toutes sortes de soirées futiles et oisives qui étaient non seulement l'occasion de féliciter les 'joyeux' promis mais également de se livrer à toutes les activités superficielles qu'affectionnaient d'ordinaire les Blasonnés de tout Lanriel. Mais ces réunions mondaines étaient également le cadre de complots de couloir tout à fait réjouissants et d'une lutte acharnée pour le prestige ou la préservation des apparences. Des alliances s'y faisaient et s'y défaisaient au gré des discussions, des repas ou des beuveries. En un sens, y être spectateur était presque aussi intéressant que d'y participer activement. Pour la jeune femme, les bals constituaient une sortie où plaisir et obligation se mêlaient avec autant d'élégance, de naturel que les couples parés de joyaux et de tenues luxueuses...

Ce soir-là, elle avait opté une sobriété bon teint. Ou ce qui était considéré comme tel chez elle. Sa robe couleur crème tissée de fils d'argent tombait en une vaste corolle autour d'elle alors que sur sa peau claire et dans ses cheveux sombres des parures précieuses autant par les métaux qui les composaient que par les pierres qui les ornaient luisaient doucement dans la lumière des torches et des bougies. Comme toutes les jeunes femmes de la société qui l'avaient vu naître, Scarlett avait appris les mérites d'une apparence soignée. Elle considérait avec amusement les élégantes qui l'entouraient consciente que sans le recours au truchement des cosmétiques, des émaux qui pendaient à leurs cous, leurs oreilles ou ornaient leur doigts, ou des tenues hors de prix, peu d'entre elles auraient pu être considérées comme véritablement belles. Elle croisa son propre reflet dans un fenêtre. Elle-même disposait d'un physique particulier. Elle étouffa un petit rire en se remémorant le nombre d'heures qu'elle avait passé devant une glace dans l'espoir de plaquer sur son minois l'expression qui lui conviendrait le mieux. Son cavalier surprit son hilarité avec une certaine panique pensant avoir commis un impair. Elle le rassura d'un geste conciliant avant de décider qu'elle avait suffisamment tournoyé pour la soirée. Ses pieds serrés dans des escarpins de vair commençaient à le lui reprocher et elle se sépara de son compagnon du moment avec un mot de remerciement, n'oubliant pas de le recommander à l'une des jeunes femmes avec qui elle passait d'ordinaire une considérable partie des soirées à jacasser de tout et de rien. Elle s'éloigna de la piste, des couples qui décrivaient encore et encore les mêmes gestes dans un tourbillon de couleurs et de scintillements. Arrêtant un échanson sans le moindre remord, la jeune femme se fit servir un verre d'un vin fruité et frais qu'elle dégusta en observant la Cour avec l'avidité d'un fauve en chasse. Il ne lui fallut pas longtemps pour réaliser que l'oisiveté ne lui seyait point. Et de se mettre en chasse d'un interlocuteur qui aurait moins de soixante ans et qui ne lui rebattrait pas les oreilles de banalités. Quelqu'un qui fut plus stimulant que ses habituels compagnons. Arsenios n'était pas là et généralement n'avait pas beaucoup de temps à lui accorder. La compagnie d'Octavia lui était parfois difficile. Quand à Izhelindë... Eh bien Izhelindë ne serait pas d'un abord agréable ou même facile pendant un moment encore. Scarlett l'évitait pour ne pas avoir à subir ses récriminations. Ou ses questions. Elle ne pourrait pas lui répondre même si elle l'avait souhaité mais elle savait que la future reine ignorerait cette donnée pour l'accabler de son rancoeur.

Elle finit par trouver l'oiseau rare. Assailli par une bonne partie des vautours de la Cour. Femmes et hommes de rang divers, certains même presque plus nobles que sa propre personne, ils ne perdaient jamais une occasion d'essayer de rentrer dans les bonnes grâces de ceux qui possédaient une once de pouvoir. Par mesquinerie ou dans un accès d'humour de mauvais goût, elle envisagea de le laisser aux prises avec ses parasites. Il devait probablement y être habitué maintenant et elle était curieuse de savoir par quelle pirouette il comptait s'en débarrasser. Elle-même n'avait pas le même soucis. Primo, parce qu'elle effectuait une sélection stricte dans ses relations. Et que sa réputation factice faisait le reste. Ensuite parce qu'elle n'était pas destinée à se faire obéir d'eux. À se faire aimer de cette fraction du peuple qui n'avait rien d'intéressant ou d'utile mais qui pouvait se révéler particulièrement contrariant si elle se sentait délaissée. Finissant d'un geste sec mais élégant sa boisson, elle se débarrassa de son verre avant d'entreprendre la traversée de la salle, contournant la piste de danse. Son approche ne manqua pas d'être remarquée par une partie de la troupe d'importuns qui entourait Athran Ildahel, provoquant un éparpillement de cette dernière dans un mouvement de panique qui ressemblait furieusement à l'envol d'un groupe de moineaux. L'analogie ne lui échappa pas, la faisant sourire de toutes ses dents dans une expression qui aurait pu être qualifiée de vaguement carnassière. Cette réputation d'empoisonneuse, cette image de croque-mitaine héritée de la fonction familiale avait ses bons et ses mauvais côtés. Ce soir elle pourrait se concentrer sur les bons. Elle salua le fiancé de la princesse d'une révérence élégante. "Bonsoir, sire Athran. Quelle surprise de vous voir ici. J'ignorais que vous seriez présent. Ou que vous aimiez ce genre de réunions. J'espère que vous passez une bonne soirée." Qu'une diplomate, membre du Conseil Restreint du souverain actuel, aborde ainsi le futur représentant de la Couronne lanrieloise n'avait rien de surprenant mais elle espérait que son interlocuteur ne s'offusquerait pas qu'elle l'eut rejoint sans y être préalablement invitée. "J'ose espérer que je n'ai pas interrompu une conversation importante au moins." ajouta-t-elle avec un sourire narquois désignant d'un geste du menton les courtisans que son apparition avait fait fuir.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echodesplaines.livejournal.com/
avatar
▬ Contributions à l'histoire : 219


Athran Ildahel

▬ Contributions à l'histoire : 219

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: Une soirée au palais ▬ pv Athran   Mar 08 Mai 2012, 11:18

Un dragonnier à une soirée de Blasonnés. Il s'était clairement préparé à ce genre d'évènements et à devoir se montrer sous un jour plus superficiel, plus bourgeois et moins homme de terrain. En gros futur roi. Mais en réalité, il avait espéré que ça arriverait bien moins vite que ça. Il y avait un nombre inimaginable de personne, il était vêtu comme jamais auparavant et pour être sincère avec lui-même, il n'était nullement à l'aise. En réalité, il devait reconnaître qu'il n'avait pas du tout été préparé à ça. Les seules réunions auxquels il participait étaient des réunions militaires ou encore organisationnelles concernant l'Ordre des Dragonniers. Et ça n'avait bien évidemment rien à voir avec la soirée actuelle. Il n'était ni question d'amusement, ni question de festoiement en tout genre. C'était discussion tactique, mise en place pratique, aller droit au but et agir rapidement par la suite. Là, il avait appris quelques jours auparavant qu'il serait présenté plus précisément à la bourgeoisie de Lanriel et aux Blasonnés qu'il serait amené à rencontrer régulièrement. Il n'avait pas relevé de danger potentiel à cela. Après tout, rencontrer du monde il ne faisait que ça depuis qu'il était arrivé au Palais. Enfin, courser la princesse aussi... Après sa fuite engendrée par leur première rencontre, il l'avait cherchée pour la retrouver dans un état déplorable pour une personne de son rang. Au final, ça n'avait fait que l'exaspérer. Il devait reconnaître que les premiers jours de son arrivée, il s'était montré totalement patient et calme, mais cette manière de fonctionner au quotidien l'éreintait fortement. Il avait d'ailleurs commencé à jongler avec Bairr Bán et ses nuits ne s'étaient toujours pas rallongées. Sans oublier qu'il voyait bien moins Elthaïr et que ça lui déplaisait fortement. Le tout l'un dans l'autre, il se remerciait d'avoir un contrôle de lui-même imposant parce que sincèrement, il avait de quoi craquer et envoyer tout balader. Mais il tenait bon... Et au départ, il avait même vu en cette soirée un moyen de s'amuser durant une soirée ou du moins de retrouver un moment de détente bien rare dans sa vie actuellement - si on enlevait les rares fois où il pouvait s'évader dans le ciel. Toujours est-il qu'une fois le jour fatidique arrivé et l'annonce du nombres de personnes présentes obtenue, il se sentait bien moins apaisé et voyait désormais une longue soirée en perspective. Finalement, il s'en serait clairement bien passé et après s'être vu vêtu des parures d'une qualité royale, heureusement toujours avec la marque des Dragonniers, il n'avait réellement qu'une envie, c'était s'enfuir. Il n'était pas vraiment fait pour ce genre d'accoutrement et bien que ça lui allait il n'y avait rien à dire, ce n'était pas comme ça qu'il se sentait à l'aise. Mais bon.... Il ne devait pas flancher maintenant alors qu'il n'était pas là depuis longtemps. Qu'est ce que ça allait être quand il deviendrait roi ? Il savait qu'il fallait juste qu'il s'adapte.

A peine fut-il rentré dans la salle qu'il sentit les regards sur sa personne. Voilà... Là il sentait clairement qu'il n'aurait jamais du venir. D'ailleurs au fond, il n'avait eu aucune obligation claire et net du roi et la reine pour faire part de sa présence, mais il s'était dit qu'en tant que concerné et vu que c'était fait pour ses fiançailles, ne pas être présent serait fortement inadéquat. Maintenant, quand il voyait le monde et qu'il savait qu'il allait devoir rester, il se sentit claustrophobe et surtout pas à sa place. Heureusement qu'il n'y avait pas d'autres Dragonniers à cette soirée, sincèrement il ne serait pas forcément fier qu'on le voit s'afficher de la sorte. Toujours est-il que ne pouvant plus faire marche arrière, il s'avança dans la salle et prit place près du mur opposé préférant de loin ne pas se mêler de front. De toute façon, il n'eut nulle besoin de le faire. Le mur il ne l'atteignit que bien plus tard... A peine eut-il fait quelques pas qu'un homme vint le saluer. Un Blasonné, apparemment ami du roi, qui était ravi de le rencontrer enfin. Bien qu'il conversa poliment, il comprit directement que les personnes présentes représentaient un ramassis de gens simplement curieux de savoir qui il était, et bien qu'il savait qu'il serait un peu comme une bête de foire - étranger et Dragonnier- il devait avouer que ça ne lui plaisait guère. Mais discipliné et d'un calme olympien, il souriait et conversait avec simplicité. Il avait bon tenté néanmoins d'atteindre son mur, nombreuses personnes vinrent à sa rencontre, certaines agréables, d'autres beaucoup moins derrière leurs airs bourgeois, mais il ne broncha pas et se contenta de remettre poliment à sa place les personnes qui s'aventuraient sur le terrain des Dragonniers. Décidément, il se disait qu'il avait de plus en plus mieux fait d'ouvrir son peuple vers les autres car la vision qu'on avait d'eux était nettement faussée. Bien sûr ils étaient dangereux avec leur dragon, bien sûr que c'était un univers d'hommes et pas des femmelettes. Néanmoins ils n'étaient pas des monstres pour la cause et ils n'avaient pas besoin d'être craint de la sorte. Enfin peu importe... Après un certain temps il finit par s'éloigner un peu pour atteindre le mur qu'il souhaitait imposer de sa personne. Il accueillit avec ravissement le verre que lui tendit un membre du personnel. Il en profita quelques instants mais ceux ci furent malheureusement fort courts. Une femme s'approcha de lui et avec un sourire mielleux commença à entamer une discussion. Bien que les femmes n'étaient pas les êtres qu'il rencontrait le plus souvent, il comprit directement le petit manège mais s'évertua à ne pas l'envoyer paître comme il l'aurait en n'importe quelle autre circonstance... Enfin quoi que peut-être ne l'aurait-il pas fait s'il n'était pas fiancé. Toujours est-il que désormais il l'était et que c'était bien pour ça que cette femme s'intéressait à lui, le futur roi. Les rejoignit encore quelques personnes et finalement, contre le mur, il n'avait plus aucune façon de s'échapper et il dut faire face à ce groupe encore bien trop longtemps à son goût.

Alors qu'il pensait de plus en plus à se noyer poliment dans son verre pour ne pas leur dire d'une méchanceté rare chez lui d'aller vraiment voir ailleurs s'il s'y trouvait, il remarqua que cet attroupement se dispersa plutôt rapidement et alors apparut devant ses yeux une autre belle femme mais cette fois-ci qu'il connaissait bien et qui fut pour lui un ravissement, plus par son acte que parce qu'il se permettrait des vues sur celle-ci. Scarlett de Vinter. Il n'avait nullement oublié son nom et il ne l'avait plus vue depuis leur première rencontre. Ou du moins n'avait plus vraiment pu s'entretenir avec elle. Il ne savait pas si ses propos étaient sincères ou non mais en tout cas, elle concevait qu'il puisse prendre du plaisir à cette soirée.... Or c'était bien loin d'être le cas.

"Rassurez-vous, Dame Scarlett. Vous venez réellement de me sauver. Il me semble difficile d'avoir une conversation importante avec des charognards."...il ajouta après avoir bu une gorgée "Veuillez m'excuser pour mon langage mais croyez-moi, si j'avais su que ce serait ce genre de réception, je ne serais pas venu. Même si ma place me semble être ici vu la raison de cette réception, je dois dire que je ne m'y sens nullement à l'aise. En tant que Dragonnier, je n'ai jamais participé à ce genre d'évènement."

Bien sûr il ne le montrait pas vraiment et sans savoir pourquoi, il faisait réellement confiance à Scarlett. Le fait qu'elle soit aussi directe avec lui et ne tentait pas d'enjoliver les choses ou de réaliser des fioritures verbales lui plaisaient fortement et le mettaient en confiance. Il observa la foule qui les regardait de loin et qui n'osait plus tellement approcher. Il respirait enfin et il n'allait pas s'en plaindre. Il reprit une gorgée voire finit son verre avant de le poser non loin d'eux puis il regarda de nouveau Scarlett.

"Rassurez moi.... Vous comptez me tenir encore un petit moment compagnie n'est ce pas ? Parce que bien que j'ignore pourquoi tout le monde a fui à votre arrivée, cela me convient parfaitement. D'ailleurs dites moi, je vais devoir participer régulièrement à ce genre de réception...? "

Non pas qu'il n'avait pas envie.... Mais si clairement il n'avait pas envie. Au fond, il n'avait qu'une maigre idée des devoirs d'un monarque. Arsenios lui avait beaucoup parlé de ses fonctions mais en tant qu'homme de terrain et dirigeant. Ils n'avaient pas réellement parlé de ce genre de moment qui sûrement devait sembler sans importance et d'une facilité sans limite pour les Blasonnés. Mais pour lui, tout était que superficialité, discussion en l'air, curiosité mal placée, profits éventuels et avec toute cette fatigue et les devoirs qu'il devait assumer quotidiennement, c'était vraiment difficile de se détendre dans ce genre d'environnement. Il observa un peu Scarlett et remarqua qu'elle avait l'air totalement à l'aise et à sa place dans ce manège incessant. Il sourit un peu et reprit un verre qu'on lui tendit.

"Je me demande comment vous faites pour être aussi à l'aise. Je vous envie."

_________________
..............

{ I Never Give Up }
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▬ Contributions à l'histoire : 2000


Scarlett de Vinter

▬ Contributions à l'histoire : 2000

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: Une soirée au palais ▬ pv Athran   Ven 11 Mai 2012, 03:02

Scarlett fut ravie de découvrir que ses yeux ne l'avaient pas abusée et qu'effectivement Athran Ildahel paraissait aussi à l'aise dans cette réunion mondaine qu'un être humain qui serait tombé par mégarde dans un nid d'Arachnes affamée. La nuque roide, il venait apparemment d'endurer avec un stoïcisme tout guerrier la compagnie des courtisans, des lèches-bottes et des flatteurs. Et il ne s'en rengorgeait pas comme certains auraient pu faire lorsqu'ils se retrouvaient au centre de l'attention générale. A contrario, le dragonnier en paraissait presque gêné. Et ses propos indiquaient qu'il était ouvertement soulagé qu'elle soit venue le secourir de ceux qu'il qualifiait à voix haute de charognards. Tentant tant bien que mal de dissimuler son sourire amusé quant à ce jugement de valeur tout simplement périlleux, elle s'empressa de le corriger.

"Je suis ravie que vous soyez si reconnaissant de ma présence. Mais tâchez de garder pour vous des avis personnels qui pourraient être dangereux à la Cour. Vous jouissez encore d'une certaine tolérance considérant vos origines exotiques mais rappelez-vous que vous êtes avant tout le fiancé de la princesse. Et que la noblesse aime se sentir appréciée. Tâchez d'éviter les écueils de vos jugements personnels en public même si vous les partager avec des... personnes de confiance. La Cour, les bals sont pleins de personnes dotées d'une ouïe particulièrement perçante. Vous risquez de vous rendre très impopulaire. Et c'est une chose que vous voulez absolument éviter."

Il y avait eu des rois qui ne voulaient pas sur les Blasonnés pour régner, préférant les mépriser plutôt que de s'attirer leur respect. Ceux-là devaient s'attendre aux complots, aux émeutes, à la duplicité permanente. Ceux-là avaient besoin de s'assurer les services de goûteurs, d'espions, d'assassins plus encore qu'Arsenios Hardansson en ces temps difficiles. Un aristocrate pouvait s'avérer extrêmement utile si on savait s'assurer de sa fidélité, de sa reconnaissance et, parfois, dans de très rares cas son amour... A l'inverse, il pouvait se révéler être une épine dans le pied de son souverain pour peu qu'il considère avoir été floué. À l'heure actuelle, Scarlett savait que les yeux de ceux qu'Athran avait qualifié de 'charognards' étaient fixés sur eux, espérant qu'il parle en bien de leurs personnes.

"Ne m'en veuillez pas de ma franchise mais vous n'êtes plus un Dragonnier. Ou du moins plus entièrement. En attachant votre destin à celui de la princesse, que ç'ait été votre volonté ou pas, vous êtes devenu quelqu'un d'autre. Quelque chose d'autre. Votre rôle de prince consort prime sur votre nature... Vous ne vous appartenez plus, en quelque sorte. Vous êtes devenu la propriété de la Couronne. Une de plus... Et si vous êtes la propriété de la Couronne, vous leur appartenez un peu à tous..."

Elle désigna la salle de danse d'un geste circulaire de la main d'une façon probablement un peu théâtrale. Pourtant elle pensait réellement chacun des mots qu'elle avait prononcé. Elle connaissait suffisamment bien les Blasonnés pour connaître leur mode de pensée. Ce sentiment d'appartenance ou de possession sur lequel elle pouvait disserter des heures. Profitant du passage d'un serviteur à portée de bras, elle se servit un nouveau verre ne sachant pas comment occuper ses mains autrement lorsqu'elle discutait. Elle but une gorgée avant de se retourner vers son interlocuteur pour répondre à ses questions.

"Si cela peut vous rassurer, j'ai effectivement l'intention de vous tenir compagnie un moment. Je suis lasse de danser et je cherchais justement quelqu'un avec qui converser. Et puisque vous sembliez tellement en détresse que je n'ai pas pu me résoudre à vous abandonner..." Elle eut à cette occasion un sourire ouvertement narquois en espérant qu'il ne manquerait pas l'allusion à peine dissimulée le comparant à une demoiselle en détresse. "La plupart a fui à cause de ma réputation. Ou de ma personnalité. Je ne sais pas bien lequel prime sur l'autre. Toujours est-il qu'ils ont pris l'habitude de s'enfuir à vive allure lorsqu'ils m'aperçoivent. Les autres... Eh bien sans entrer dans les détails, vous serez peut-être surpris d'apprendre que, malgré mon caractère attachant, je n'ai pas que des amis à la Cour. Et pour répondre à votre autre question, rassurez-vous, vous ne serez pas contraint de participer à chacune des fêtes qui sont données à la Cour. Vous pouvez d'ailleurs remarqué qu'aucun autre membre de la famille royale n'est présent. Ils se contentent de faire une apparition rapide avant de retourner vaquer à leurs occupations. Les Blasonnés se contentent sans problème de leur absence du moment qu'un geste de reconnaissance, pour bref qu'il soit leur est accordé. Nous avons d'ordinaire nos propres complots, nos propres occupations. L'obligation actuelle qui vous condamne à y participer est du à votre statut de nouveauté. D'ici peu vous ferez partie du paysage, l'essentiel de ses gens vous connaîtront, ou penseront le faire, et vous n'aurez plus à vous forcer..."

Elle savait que tous ne partageaient pas son amour immodéré pour les soirées mondaines, pour les bals où la musique semblait naître de l'air lui-même, ses harmonies rebondissant sur les murs lambrissés, s'échappant par les larges fenêtres vers les jardins où se tenaient de secrètes entrevues. Certaines romantiques, d'autres pas particulièrement. La nuit prêtait son voile de mystères aux plus folles réunions. On se rencontrait pour discuter de tout et de rien, pour échafauder des plans plus ou moins fous et parfois pour des motifs plus sérieux. Encore qu'ils fussent rares, les conjurés assez stupides pour se rencontrer dans les jardins du roi à quelques mètres de sa demeure et évoquer leurs projets dans un espace ouvert. Le son portait loin la nuit et il y avait toujours quelqu'un d'attentif pour prêter son oreille aux discussions des autres. Étonnamment, il ne s'agissait pas toujours de ses propres espions. Certains aristocrates se faisaient un devoir de surveiller les autres dans l'espoir d'entendre quelque chose de suffisamment compromettant pour qu'ils puissent espérer tirer quelque substantielle récompense de leur vente, puis se précipitaient pour le lui répéter. N'étant pas en mesure de les rémunérer pour leurs services, Scarlett les assurait de l'éternelle reconnaissance de la Couronne, leur promettait à demi-mots que leurs efforts, leur fidélité seraient récompensés. Si l'information avait une véritable valeur, elle la transmettait au Roi prenait ses responsabilités en la matière. Elle n'avait jamais eu assez d'intérêt pour le sort de ses aristocrates suffisamment avides d'attention et de reconnaissance pour se comporter comme des espions pour savoir quel genre de récompense ils recevaient. Elle réalisa que le cours de ses propres pensées l'avait distrait de sa conversation et se retourna vers Athran... Comment faisait-elle pour être aussi à l'aise dans ces fêtes blasonnées ? La question la fit sourire bien qu'elle soit néanmoins étrangement justifiée. Ce n'était pas son oncle Seanan qui l'avait pourtant élevée qui aurait pu lui donner le goût de ses bals... Il les fuyait comme la peste. Comme il avait toujours fui les gens à vrai dire. Peut-être avait-elle en cela bénéficié de la formation de sa mère... Toujours est-il qu'elle ne trouvait pas du tout ce type d'activités ennuyeuses loin s'en fallait. Elle leur trouvait un caractère toujours rafraîchissant et elle n'était jamais déçue. Que ce soit des gens qu'elle y rencontrait ou des évènements qui s'y produisaient. Elle dédia un sourire compatissant à son interlocuteur.

"Nous avons tous nos domaines d'expertises respectifs, je pense. Si cela peut vous rassurer je n'ai pas toujours été à l'aise en société. Enfant, j'avais horreur de ses fêtes, de tout ce protocole, de cette société. Je voulais devenir rôdeuse." La chose lui paraissait tellement comique et pathétique avec le recul qu'elle émit un petit rire amusé sur sa propre attitude. "Mon oncle a eu une attitude particulièrement pédagogique. Il m'a confié pendant trois jours à l'un de ses contacts. Un de ses contacts Rôdeurs. Trois jours à patauger dans la boue m'ont appris que je n'étais définitivement pas faite pour la vie sauvage. Après cette expérience pour le moins désagréable j'ai découvert qu'il y avait pire dans ce monde que quelques importuns au cours de soirées. Et que je pouvais même m'y amuser... Je pourrais vous présenter des interlocuteurs qui vous intéresseront plus que la plupart des Blasonnés, si cela vous intéresse."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echodesplaines.livejournal.com/
avatar
▬ Contributions à l'histoire : 219


Athran Ildahel

▬ Contributions à l'histoire : 219

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: Une soirée au palais ▬ pv Athran   Lun 14 Mai 2012, 02:05

Le mot "Charognard" lui avait en réalité totalement échappé. Il devait reconnaître qu'être dans ce genre d' "arène" alors qu'il cumulait fatigue, boulot, et surtout bon vouloir de sa future femme, c'était un peu trop en peu de temps. Il avait été poli, souple, patient jusqu'ici mais il sentait ses nerfs mis à rude épreuve. Pourtant il ne craquerait pas et ça il en était persuadé, il était de ceux qui tiraient sur la corde jusqu'à ce que celle-ci cède. Il ne l'appliquait pas envers les autres, c'est-à-dire qu'il était le premier à être médiateur de deux personnes, le premier à tenter de régler les conflits rapidement et de façon posée et intelligente, mais tout le monde sait que ce qu'on applique pour les autres on se l'applique rarement. Donc sa personne, il en prenait peu soin. Eltaïr le faisait pas mal pour lui, ce dragon qui pouvait scanner son coeur parce qu'au fond il ne faisait presque plus qu'un avec le sien. Si seulement là maintenant il pouvait l'avoir avec lui... Mais ce n'était pas le cas et ce ne serait pas possible, il devait faire face à cette foule et tout comme Scarlett l'avait bien signifié, il n'était désormais plus officiellement un Dragonnier. Son âme l'était avec force mais ses responsabilités l'en déchargeaient grandement pour le moment. Il était le futur roi et il avait encore beaucoup beaucoup beaucoup de temps à passer avec tout ces Blasonnés. Il n'était pas infaillible et sa détermination dans cette alliance était mise à rude épreuve. Bien sûr, il était convaincu d'avoir fait le bon choix. C'était un bien pour son peuple et pour le peuple de Lanriel. Il en était intimement convaincu. Et il fallait absolument qu'il s'accroche à ça car c'était son devoir. Il ne devait pas prendre en compte ses sentiments personnels. Mais c'était parfois difficile de les réprimer. Il n'avait jamais eu autant de mal à se contrôler. Il se sentait comme un appât dans une immense fourmilière dont il ne connaissait rien. Aurait-on mis n'importe lequel de ces Blasonnés dans sa forteresse que l'équivalent aurait été obtenu, mais à l'inverse. Mais tout ça demanderait du temps. Il était déjà beaucoup moins perdu qu'à son arrivée, mais les choses avançaient lentement et le plus lourd était sûrement le manque de rapprochement, d'entente ou au moins de communication avec la Princesse. Au moins avait-il trouver une personne qui apaisait un peu tout ce poids sur ses épaules. C'est pour ça qu'il préféra quitter tout ce sombre nuage et se concentrer sur la dame à ses côtés qui acceptaient de partager son temps avec lui. Au moins, elle avait le mérite de pouvoir le détendre. Ce n'était pas donné à tout le monde.

Il écouta donc Scarlett quand elle expliqua la raison de la fuite de tout ce beau monde à son arrivée. Il devait reconnaître que c'était quelque peu ridicule. Mais bon ça lui était bien égal ce que pensait la Cour, au fond, il se ferait sa propre opinion de la demoiselle avec le temps, même s'il en avait déjà une bonne partie en tête. Il fut aussi soulager d'apprendre que ce genre d'évènement ne ferait pas partie de son quotidien. Il pouvait affirmer qu'il n'aimait pas les réceptions, même si celle-ci était sa première, elle ne faisait que confirmer le préjugé qu'il en avait. Mais en attendant d'arriver à cette tranquillité, il fallait d'abord qu'il se fasse bien voir. Ce ne serait pas vraiment difficile, il le savait pertinemment qu'il passait très bien, qu'il était moins abrupte et asocial que certains de ses confrères Dragonniers et que c'était bien pour ça que le contact avec le roi actuel s'était si bien installé. Il fut surpris d'apprendre que Scarlett avait voulu dans un premier temps être rôdeuse car à la voir vêtue de la sorte, avec cette présence et stature qui était la sienne, tout comme elle l'avait appris par elle-même, il ne la voyait pas du tout patauger dans la boude ou encore négliger son aspect physique. Il ne l'avait pas vue souvent mais les quelques fois où ils s'étaient croisés ou rencontrés, elle était toujours somptueusement décorée d'habits, il en était sûr, choisis avec soin. Il sourit à l'évocation du contraste entre soirées mondaines et bain de boue. Contrairement, à elle, c'était lui certes l'inverse qu'il préférait. Il aurait préféré être dans un combat, sous la pluie, en terrain boueux, avec Eltaïr qu'être dans cette soirée, vêtu des plus beaux atouts, enfermé à boire et se faire dévisager, et pour couronner le tout, sans son dragon. Mais il était un homme, et Scarlett une femme, et aussi loin que pouvait aller les préjugés, cela influençait quand même beaucoup la donne. Bien sûr les exceptions existaient, mais ce n'était pas pour rien qu'il n'y avait pas de femme chez les Dragonniers. Maintenant, cela n'enlevait en rien la force de caractère ou même les capacités que les femmes pouvaient avoir. Comme il l'avait toujours pensé, tout le monde pouvait être dangereux, peu importe le sexe. Il la regarda à ses dernières paroles et sourit.

"Je suis plus qu'intéressé, Dame Scarlett. Ma vie va désormais être ici, peut-être pas à cent pour cent mais en tant que futur roi, forcément je me trouve dans ma nouvelle maison. Alors j'espère ne pas devoir me cantonner aux paroles superficielles et superflues toute ma vie. Si vous avez des personnes de conversations intéressantes, je ne peux décemment pas refuser l'offre."

Il observa toute cette population devant lui. Beaucoup regardaient dans sa direction et tandis qu'il prenait une nouvelle gorgée, lui adressait des sourires courtois ou charmeurs. Ne pouvant rester de marbre, ce n'était pas son rôle, il y répondit poliment, mais ça le fatiguait grandement et préféra tourner son regard vers les pairs dansantes et profitant des bienfaits d'une musique entraînante. Il n'avait jamais dansé pour dire vrai et concrètement, il ne pensait pas danser un jour. Peut-être en serait-il obligé ? Ca risquait d'être plus drôle qu'autre chose. Monter, diriger, guider un dragon n'avait plus aucun secret pour lui, mais entraîner une femme dans des gestes assurés pour virevolter dans un sens et puis l'autre dans des arabesques subtiles, ça par contre c'était tout un art dont il n'avait nullement le secret. Absorbé par les prouesses de deux distingués, il prit quelques secondes pour se rappeler qu'il avait de la compagnie et se tourna vers Scarlett.

"Dites moi, pensez vous que danser va devoir devenir l'une de mes fonctions ? Parce qu'entre nous, si jamais je me dois à un moment donner de ma vie entraîner la Princesse à des cabrioles du genre, là vous pouvez être sûre que je risque de perdre toute crédibilité emmagasinée jusque là."

Bien que son sourire était amusé, la sincérité de ses paroles n'étaient nullement à en douter. Il ne savait pas danser et il voyait très mal comment et surtout quand il aurait le temps d'apprendre. Et puis, s'il pouvait se l'épargner il ne demanderait pas mieux mais s'il ne pouvait en réchapper, il avait tout intérêt à trouver un stratagème rapidement pour pallier à ce défaut de capacité. Enfin dans l'immédiat il n'y avait aucun risque, si même on lui proposait il suffisait de décliner avec politesse. Et en ce qui concernait la Princesse, très peu de chance qu'il se retrouve sur la piste de danse dans les jours à venir. Encore fallait-il qu'il arrive à la croiser pour pouvoir prétendre avoir l'opportunité de l'inviter. Il allait devoir encore chercher à la convier pour pouvoir l'approcher. Mais bon... Il était prévenu de la difficulté qui l'attendait et au vu de ce qu'il avait aperçu, elle correspondait bien à la description qu'on lui avait faite. Qu'elle n'avait rien demandé et ne voulait pas ce mariage avaient été clairement exprimés. Pour du reste... Il espérait que ça allait s'arranger. Un mariage forcé était une chose mais une vie entière avec une femme qui ne pouvait pas s'accommoder de sa présence en était une autre. Il espérait que le temps jouerait en sa faveur et attirerait peut-être pas l'amour mais au moins la sympathie de sa future femme. Enfin... L'avenir le lui dirait, ça il ne pouvait pas le prévoir. Il regarda Scarlett un instant avant de parler.

"Avez-vous une famille, Dame Scarlett ? Je veux dire par là, un homme à vos côtés ou même des enfants ? "

Peut-être cette question était trop intrusive, mais les Dragonniers n'avaient pas pour habitude de garder les questions pour eux, même quand elles étaient personnelles, simplement parce qu'en réponse, si la personne ne voulait pas répondre, elle ne prendrait pas quatre chemins pour le dire. Chez les Dragonniers on ne se retenait pas vraiment de dire le fond de la pensée. Excepté si c'était un contexte de vouloir des torts à quelqu'un, cette peuplade n'était pas dénuée de sournois ou de rusés.

_________________
..............

{ I Never Give Up }
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▬ Contributions à l'histoire : 2000


Scarlett de Vinter

▬ Contributions à l'histoire : 2000

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: Une soirée au palais ▬ pv Athran   Lun 21 Mai 2012, 13:22

Scarlett parcourut la salle des yeux lentement, son regard acéré scrutant chaque visage, analysant chaque expression, jaugeant chaque personne. Il était plus que temps qu’Athran apprenne à faire cet art de cour qu’était le bain de foule mondain. Qu’il se sorte un peu du carcan étriqué des entrevues avec la famille royale et son petit cercle restreint. Et qu’il parle à des personnes qui n’avaient pas d’accointances militaires, proches ou lointaines. Ce qui éliminait d’ores et déjà le groupe de vieux chefs de guerre qui devisaient dans leur coin. Et l’habituel rassemblement de chevaliers qui tenait un autre coin de la salle comme si ils s’étaient trouvés sur une position stratégique capitale. Encore que… On ne pouvait décemment pas les éviter si il s’agissait de présenter le dragonnier aux gens présents. Certains devaient même passer avant les autres… On tolérerait sans doute sans problème les petites entorses que le fiancé de la princesse pourrait faire au protocole mais si Scarlett se laissait aller à négliger les bonnes mœurs et les préséances des uns et des autres, son attitude serait qualifiée de muflerie. Plutôt que de présenter Athran aux personnes qui pourraient être d’une compagnie intéressante pour lui, elle devait avant tout lui inculquer les bases des règles à la Cour.
« Je préfère vous mettre en garde tout de suite. Les personnes dont je vais vous suggérer les noms ne sont pas forcément les mieux placées dans l’échelle sociale ou hiérarchique de Cathairfál. Et vous avez du le remarquer, l’étiquette a son importance. Les gens lui obéissent comme si il s’agissait d’un commandement divin et tous doivent y sacrifier. Je suis assez bien placée pour venir vous adresser la parole mais beaucoup des personnes présentes dans cette salle n’osent vous adresser la parole si vous n’avez pas initié la conversation. Exception faite bien sûr de vos compagnons de tout à l’heure qui ne doutent de rien en ce qui les concernent, eux et leur propre importance. Cependant, vous ne pouvez pas vous diriger spontanément vers l’un de ces invités si celui-ci n’est pas bien placé dans la société. » Elle marqua une pause pour boire une nouvelle gorgée. « Vous devrez obligatoirement saluer les membres des vieilles familles de Lanriel avant de discuter avec n’importe qui. Ils sont en haut de la chaîne alimentaire. Ce qui comprend entre autres, votre humble servante. Si votre interlocuteur se trouve appartenir à l’une d’entre elles, vous pouvez discuter avec lui en priorité mais n’oubliez pas qu’il vous faudra présenter vos respects aux autres au risque de passer pour un indélicat si vous négligez vos obligations. Vous pourrez vous contenter d’une poignée de main avec le temps mais il vous faudra sacrifier à des discussions inintéressantes un moment avec cela. Mais je suppose que vous préféreriez sans doute éviter le cérémonial des présentations ce soir. En matière de superficialités et de paroles superflues… »
Elle laissa sa phrase en suspens. Elle savait qu’elle n’avait pas besoin d’épiloguer des heures sur ce qui se passerait si il se mettait en tête de rencontrer tout le monde ce soir. La Cour ne s’était pas encore remise de la nouvelle des fiançailles d’Izhelindë aussi les bals étaient-ils particulièrement fréquentés dans l’espoir d’échanger quelques mots avec le futur prince consort…

Ses questionnements impliquant sa personne et le fait de danser la prirent quelque peu au dépourvu et l’amusèrent grandement. La plupart des blasonnés était formée à la danse dès leur plus jeune âge pour faciliter leur intégration à la Cour lorsqu’ils y étaient amenés pour leur présentation. Ceux qui n’avaient pas la chance ou les moyens d’en bénéficier étaient généralement moqués par leurs pairs. Elle savait que personne ne serait assez bête pour faire une remarque désobligeante à Athran en public mais elle était aussi consciente qu’un futur souverain qui n’était pas capable de danser ne fut-ce qu’à son mariage serait sans doute l’objet de moqueries en coulisses. « J’aurais du me douter que l’art de la valse n’était pas l’un des arts enseignés en priorité à Mhian Dhiaga. Vous ne devez pas donner beaucoup de bals… » Elle se tut pour réprimer une envie de rire tout à fait embarrassante et malvenue. Elle ne pensait pas qu’il soit homme à se vexer pour si peu mais les puissants étaient parfois complètement imprévisible. Et elle n’osait tester les limites de l’humour de son interlocuteur. Il avait beau être particulièrement sympathique pour un dragonnier, elle gardait à l’esprit qu’ils avaient la réputation d’être acariâtres. « Pour vous répondre, danser n’est pas une habitude royale mais je crains que vous ne deviez sacrifier à la tradition pour les grandes occasions. Votre mariage pour commencer. » Si il y avait mariage un jour. Scarlett devait avouer une certaine curiosité quant au déroulement de ces fameuses noces. Elle imaginait mal comment Sa Majesté Arsenios Hardansson allait réussir à traîner son incorrigible fille jusqu’à l’autel. Et elle concevait encore moins qu’il y ait la moindre célébration après l’union d’Izhelindë et d’Athran. On pourrait enchaîner la princesse dans le temple mais la forcer à danser… Mieux valait ne pas y penser. Elle n’osait penser à ce que serait la vie de ce futur couple mais elle avait déjà l’impression vague mais persistante que leurs jours n’auraient rien à voir avec les ballades romantiques que chantaient parfois les bardes. Si la princesse était décidée à pourrir la vie de son conjoint de toutes les manières, elle le ferait. Et la jeune femme savait qu’elle n’était pas dénuée de ressources en la matière. Il n’y avait qu’à voir les trésors d’ingéniosité qu’elle déployait pour échapper à la vigilance des gardes lorsqu’elle s’échappait du palais. « Je ferai quérir un professeur capable de remédier à cette lacune et vous l’enverrai avant que vous ne deviez faire une démonstration publique de vos talents. »
Elle sursauta ouvertement lorsqu’Athran lui posa une question complètement inattendue sur la possibilité qu’elle soit mariée ou qu’elle ait des enfants. Elle lui jeta un regard qui non content d’être explicitement incrédule était aussi plein de surprise. Comment pouvait-il concevoir qu’elle fut mariée ? Comment pouvait-il ne fut-ce que l’imaginer ? Elle comprit aussi brutalement qu’elle avait été déstabilisée qu’Athran ne faisait que poser une question innocente. Qu’il ne concevait probablement pas les règles implicites qui encadraient sa vie et ses rapports avec les autres. La mauvaise image que les autres avaient de sa personne… Il ne pouvait pas les imaginer puisqu’il n’avait pas grandi dans l’univers des Blasonnés de Cathairfál mais dans celui, militaire, roide et psychorigide des dragonniers de Mhian Dhiaga. Elle-même ne pouvait que supposer quelle avait été l’ambiance qui avait présidé à son enfance, son adolescence et à une partie de son âge adulte. Elle avala une gorgée de vin avec difficulté, se composant une attitude plus sereine avant de répondre. «Pardonnez-moi cette réaction… Non. Avec mon rôle au sein de la Cour. Je n’ai pas de famille à moi. Après la Chute du Bouclier, j’ai perdu une grande partie des miens. Il ne me reste que mon frère et il n’approuve pas mes choix de vie… » C’était le moins qu’elle puisse dire. Blake l’avait giflé la dernière fois qu’ils s’étaient vus et cela remontait à des années. Où pouvait-il bien être maintenant elle l’ignorait. Tenait-elle à le savoir ? Elle ne pouvait pas le dire… «Je ne suis pas sûre que si j’en avais l’occasion je ferai de toute façon une excellente épouse ou une bonne mère. Je suis trop habituée à ne vivre que pour moi-même. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echodesplaines.livejournal.com/
avatar
▬ Contributions à l'histoire : 219


Athran Ildahel

▬ Contributions à l'histoire : 219

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: Une soirée au palais ▬ pv Athran   Dim 27 Mai 2012, 15:19

Athran se doutait évidemment qu'il allait devoir faire le tour des personnes pompantes de la Cour. Il n'était pas trop idiot et connaissait certaines bienséances même si dans son univers ça ne marchait pas tellement comme ça. Concernant d'aller trouver les personnes hauts placées, certes oui, mais en ce qui concernait la superficialité et le superflu, c'était plus difficile quand la peuplade était bien moins nombreuse et qu'en plus, le côté direct et l'absence de fioritures verbales avaient tendance à prendre les devants. Donc forcément, il savait mais ne pratiquait guère. Il devait reconnaître qu'après tout il n'aimait pas. Mais peu importe, il le ferait. Il s'était mis seul dans cette situation, il devait en assumer tous les tenants et aboutissants sans rechigner, même s'il s'était permis de donner un avis négatif à Scarlett. Après tout il n'avait vraiment personne ici à qui se confier et Elthaïr était loin pour le plus grand de ses regrets, donc n'étant pas inhumain, il se laissait peut-être un peu trop aller pour évacuer. Mais il allait forcément se reprendre, il savait très bien le faire. Il n'était pas quelqu'un de haineux ni même pris d'impulsions néfastes. Donc il gérerait cette situation comme il avait géré toutes les autres jusqu'à maintenant. Celui de la danse par contre, il n'était pas sûr de gérer convenablement. L'idée que les Dragonniers ait une formation de danse durant leur éducation dragonnienne avait tendance à procurer une certaine hilarité silencieuse également. C'était sûr que certains plus âgés encore que lui, bien plus fermés, plus rustres auraient été assez amusants de voir danser avec une femme qu'ils n'étaient pas du genre à courtiser. Enfin au fond, quand il pensait à lui en train de danser, il n'était pas sûr que ça donnerait quelque chose de plus convenable. Et comme il devrait danser à son mariage. Mais pour qu'il y ait mariage, il devait d'abord arriver à séduire la princesse. Par forcément séduire d'amour, mais au moins qu'elle le trouve plus plaisant que ce qui laissait présager que ce n'était pas le cas pour le moment. Mais il n'avait pas tellement envie de penser à tout ça là maintenant. Ces derniers jours avaient été plutôt mouvementés avec la princesse et même déplaisants. Il n'était pas donc vraiment opportun d'y penser à un moment où il devait montrer le meilleur de lui-même et non sa fatigue mentale. Baisser les bras n'était pas dans sa nature de toute façon.

"Je vous remercie. Vous me sauvez d'un grand moment de solitude au moment venu." dit-il à la suite de ses paroles concernant la participation d'un professeur de danse.

il avait posé ensuite une autre question plus privée concernant Scarlett car lui qui n'avait jamais pensé à prendre une femme et fonder une famille, croyant que ses fonctions ne s'y prêtèrent guère et qu'il devait plutôt se concentrer sur sa fonction, la vie en couple et tout ce qui en découlait lui était pratiquement tombé dessus. Ainsi au vu de l'inconnu qui se profilait dans sa vie, il s'était demandé si Scarlett qui semblait aussi mettre sa fonction en premier plan, avait une vie derrière cette façade diplomatique et professionnelle. Maintenant peut-être avait-il était trop indiscret au vu de l'étonnement plus que palpable qui se dessina sur son visage. C'est vrai qu'il ne connaissait rien à la vie de la concernée et des Blasonnés en général. Il avait beaucoup à apprendre à ce niveau là même si ses discussions avec le Roi lui avaient apporté énormément d'informations. Mais pour lui, peu importe les fonctions, on pouvait toujours chercher à avoir une famille. Que ce n'ait pas été dans son optique de vie, ça n'empêchait pas que ce soit possible cependant. Mais il avait posé une question apparemment fortement inappropriée. Il s'attendait pour le coup à ce qu'elle ne lui réponde pas. Il n'en serait nullement vexé, comme tout dragonnier qu'il était si on ne répondait pas à une question personnelle, il ne s'en frustrait pas. D'ailleurs, tout comme lui ne connaissait pas le fonctionnement des Blasonnés, elle ne pouvait pas savoir qu'elle pouvait se permettre de ne pas lui répondre. Enfin surtout avec lui en tout cas, les hommes de mauvais caractère ça existait énormément chez les Dragonniers. alors entre eux c'est sûr qu'ils se permettaient beaucoup de chose, mais quand cela venait de personnes extérieures, parfois les règles changeaient, ce qui était un peu stupide selon son avis.

"Ne vous forcez pas à me répondre si cela ne vous agrée pas."

Mais au final elle lui répondit tout de même, et apporta l'information qu'elle n'avait pas de famille, que ce soit amoureuse, ou génétique, excepté un frère mais qui ne semblait pas être proche du tout. Il écouta cependant la suite et but une gorgée en gardant un instant le silence. C'est vrai qu'il était très difficile de savoir si l'on ferait un bon parent ou même un conjoint approprié. Il avait essayé de prendre en compte plus l'alliance entre leurs deux peuplades plutôt que son implication personne en tant qu'époux. Mais au final, il y avait beaucoup réfléchit. Savoir s'il pouvait être roi déjà n'était pas rien, mais se dire surtout qu'il allait être marié, qu'il allait devoir épouser une femme qu'il ne connaissait strictement pas, sans demander son consentement et en plus devoir assurer un héritier ou une héritière par la suite... Il s'y était étendu longuement, mais jamais avant il ne s'était posé la question car dans sa tête, il y avait peu de chance qu'il prenne femme. Son père pourtant lui en avait déjà parlé car il l'estimait en âge de devoir maintenant y penser, pour pouvoir lui aussi avoir un enfant un jour dragonnier. Mais au fond, malgré tout, ses fonctions avaient pris le pas sur son questionnement personnel. Il finit par prendre la parole.

"Je ne pourrais pas vous dire si oui ou non vous feriez une bonne mère ou une bonne épouse. Et ce même si vous n'aviez pensé qu'à vous jusqu'alors. Parfois la vie est faite de surprises. Des bonnes et des mauvaises certes, mais elles peuvent surprendre dans le bon sens parfois. Peut-être seriez-vous étonnée de ce que ce changement dans votre vie apporterait."
Il marqua une courte pause avant de reprendre la parole. "Je suis néanmoins désolé de vous avoir posé cette question. Je me rends compte qu'elle était sûrement déplacée et que je n'avais pas à me permettre une telle intrusion dans votre vie. Je crois que le fait d'être confronté à un mariage arrangé et donc à une épouse et sûrement un enfant en devenir m'a fait me questionner. CAr tout comme vous cela m'aurait peut-être paru aberrant si on m'avait posé là question il y a quelques mois. Pourtant les Dragonniers ont des familles parfois, ce n'est pas inexistant, mais ça reste quand même rare."

Il but une nouvelle gorgée et observa un peu la foule de nouveau étant légèrement plongé dans ses réflexions. Peut-être était-il bien plus préoccupé par ce retournement de vie qu'il ne voulait bien le dire. C'est vrai qu'il n'en avait au fond parlé à personne, qu'il avait pris cette décision seule et qu'il avait fait le choix seul. Et une fois sa décision prise, il avait simplement parlé de la proposition aux autres leaders. Mais personne n'avait fait le choix à sa place et personne ne lui avait donné son avis. A part le roi, mais l'avis était évidemment plus une proposition avec tout des avantages positifs. Donc ça n'avait pas vraiment été un avis et encore moins une vraie discussion. La réflexion avait du être personnelle. Il se reprit cependant et regarda Scarlett.

"Veuillez m'excuser, je fais retomber mes propres réflexions sur notre discussion."

_________________
..............

{ I Never Give Up }
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▬ Contributions à l'histoire : 2000


Scarlett de Vinter

▬ Contributions à l'histoire : 2000

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: Une soirée au palais ▬ pv Athran   Lun 04 Juin 2012, 14:36

Il y avait bien des années que Scarlett n’avait pas éprouvé ce qu’Athran appelait un « grand moment de solitude ». Elle se demandait même si elle savait réellement quel genre de sensations recouvrait ce qualificatif. Cet état de fait n’était pas du au seul aplomb avec lequel la jeune Blasonnée menait sa barque ou à un talent naturel pour éviter les situations embarrassantes. Son oncle tout d’abord avait tenu à s’assurer que sa pupille saurait en toutes circonstances adopter la conduite à tenir pour éviter de ternir son image de marque ou mettre en péril sa situation sociale dans la petite société cloisonnée où elle évoluait. Elle jeta une œillade en coin à Athran, constatant que si il se devait de nourrir certaines appréhensions et prendre certaines précautions, la tâche serait qui l’attendait serait nettement moins ardue que celle qu’affrontaient tous les jours les dames de la Cour. A son égard, les critiques seraient moins virulentes. Après tout, Athran Ildahel était un homme doublé d’un guerrier. Deux particularités qui en Lanriel vous exemptait de nombres d’activités socialement périlleuses. Au nombre desquelles figuraient la danse. Elle promena son regard aux alentours sur ces fiers généraux, vieux soldats bardés de gloire et de décorations pour récompenser leurs actes passés. Actes qui avaient pour la plupart consisté dans le fait d’infliger à leurs semblables une mort sale et pas toujours rapide. Les mêmes actes qui auraient conduit n’importe qui d’autres à être pendu haut et court sous l’opprobre général. Elle en revint à ces hommes si sûrs d’eux-mêmes, roitelets en leurs propres domaines, seigneurs et maîtres de leurs gens. Et pourtant, il suffisait d’évoquer la perspective d’un tour sur la piste de danse pour que cette belle assurance s’effondre comme un château de cartes…
« Rassurez-vous, personne n’exigera de vous que vous deveniez un parfait danseur ou même que vous appréciez le fait de vous donner en spectacle. Du moment que vous évitez de marcher sur les orteils de la princesse Izhelindë, je pense que tout le monde vous excusera de ne pas être un modèle de grâce. Et je suis sûre que vous tenez à votre vie… »
Izhelindë ne serait sans doute pas ravie de devoir se marier et Scarlett imaginait sans mal qu’elle trouverait tous les prétextes pour assouvir ce qu’elle estimait être une juste vengeance sur son infortuné mari. La jeune femme appréciait réellement l’héritière du trône mais son égoïsme puéril la rendait ingérable. Elle savait qu’elle ne pensait pas à mal lorsqu’elle quittait le château mais elle n’imaginait pas l’embarras dans lequel elle plongeait les gardes chargés de la surveiller qui se retrouvaient invariablement accusés d’incompétence ou son père. Elle n’avait encore jamais fait de mauvaises rencontres qui se soient véritablement mal terminées mais la jeune femme n’osait penser à ce qui se passerait si un jour la chance venait à tourner… Si Izhelindë était prise en otage ou pire… Elle secoua la tête pour chasser ses idées sombres de son cerveau, préférant se consacrer à des sujets plus légers, s’étonnant une nouvelle fois de la sollicitude avec laquelle Athran se comportait à son égard. Définitivement son interlocuteur était un étrange mélange de la noblesse traditionnelle de Lanriel qu’elle côtoyait tous les jours et de l’honnêteté brutale des dragonniers. Devait-elle s’attendre à en rencontrer d’autres comme lui ou bien était-il une exception à Mhian Dhiaga choisi justement en raison de son comportement marginal ? Augurait-il d’une nouvelle génération chez ses guerriers impitoyables ? Des questions passionnantes auxquelles elle obtiendrait des réponses au cours des prochains mois…
Sa tirade sur le fait qu’elle puisse ou non constituer une bonne épouse ou une bonne mère la surprit. Le reste de son monologue en revanche fut moins étonnant. La jeune femme était consciente qu’il nourrissait sans doute les mêmes appréhensions que sa fiancée mais ne s’était pas attendue qu’il les exprime en sa présence alors qu’ils se connaissaient à peine. Elle comprit qu’Athran Ildahel si tout se passait correctement ne serait pas celui de la famille royale qui lui poserait le plus de problèmes. Ils pourraient même très bien s’entendre. Elle ne voulait pas mêler un concept d’amitié lorsqu’il s’agissait de son travail mais une relation basée sur une confiance mutuelle était toujours plus profitable qu’une collaboration que venait teinter une nuance de méfiance.
«Je vous en prie. Je ne m’offusque pas de telles questions. Je ne suis certes pas habituée à ce qu’elles soient posées de manière aussi… directe. Ici, tout est histoire de présentation, de sous-entendus et d’insinuations. Ne prenez pas ma remarque comme une critique. J’avoue que le changement est rafraîchissant mais vous faites bien de prendre garde. Vous vous apercevrez que je passe pour une femme avec des idées dangereuses et un comportement tout bonnement immoral. Certaines personnes ont un goût plus que modéré pour la nouveauté. » Elle marqua une pause se préparant à aborder un autre sujet beaucoup plus sérieux. « Vous devriez faire part de vos réserves, de vos hésitations et de vos questionnements à Izhelindë si vous en avez l’occasion. Peut-être ne vous écoutera-t-elle pas sur le moment mais il y a une chance pour que vos propos l’atteignent tôt ou tard. La connaissant, elle s’imagine probablement que vous n’êtes qu’un matador qui arrive en terrain conquis. Ou pire. Un courtisan qui n’a des vues sur elle que pour l’avancement social qu’elle représente. » Elle eut un petit gloussement cynique. « On peut la taxer de beaucoup de défauts. L’imprudence en tête. Mais notre princesse est loin d’être stupide et elle connaît bien les lois qui régissent cet univers. Si elle accepte d’arrêter de bouder, elle vous sera d’une aide précieuse. » Encore fallait-il qu’elle daigne arrêter d’agir comme une enfant de cinq ans qui tapait du pied parce qu’on lui avait imposé de faire ses devoirs. Scarlett s’était toujours demandée si elle avait espéré échapper à un mariage arrangé. Elle espérait que non. Sans quoi la princesse eut fait montre d’un irréalisme très inquiétant. Elle savait qu’Arsenios avait toujours encouragé un certain optimiste chez ses enfants mais elle n’avait jamais eu l’impression que celui-ci eut jamais confiné à la bêtise crasse et à la croyance béate que tout allait s’arranger pour peu qu’on prenne la peine de le croire.

Avide de ragots plus que de détendre l’atmosphère, la jeune femme se tourna vers le dragonnier. « D’ailleurs racontez-moi. L’on murmure qu’à l’occasion de vos noces, il se prépare un voyage à Mhian Dhiaga… Est-ce vrai ? » Malgré l’influence que Scarlett avait à la Cour il existait encore des domaines qui échappait à sa curiosité. L’organisation du royal hymen en faisait partie. Avant l’annonce officielle de l’identité du fiancé de la princesse, elle n’avait même pas pu obtenir la moindre bribe d’informations sur son origine et le fait de se savoir ainsi gardée hors de la confidence la faisait littéralement mourir de curiosité.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echodesplaines.livejournal.com/
avatar
▬ Contributions à l'histoire : 219


Athran Ildahel

▬ Contributions à l'histoire : 219

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: Une soirée au palais ▬ pv Athran   Sam 09 Juin 2012, 06:40

C'est vrai qu'Athran était surpris d'avoir ainsi conversé avec Scarlett. C'était une sorte de moment d'égarement dans toute cette tension et cette solitude qu'il ressentait actuellement. Il ne s'était jamais plaint de sa condition, et d'ailleurs n'avait pas de quoi le faire. Il avait toujours voulu ça car les Dragonniers étaient sa priorité. Donc s'il en était là actuellement, c'est parce qu'il l'avait choisi au fond. Mais il devait reconnaître que c'était moins facile que ce qu'il n'aurait cru. Avoir une princesse qui ne désirait point sa présence, des soirées comme celle-ci qui ne l'intéressaient guère, énormément de choses à faire entre ici et la forteresse. Bref, tout ceci demandait pas mal d'investissement qui ne lui offrait pas l'opportunité d'un repos mental et donc de nuits adéquates. Pour se retrouver, il avait besoin de prendre le large avec Elthaïr et ça il le faisait trop rarement à son goût. Mais peu importe, il ne comptait nullement se plaindre et bien qu'il avait évoqué une vie de famille à laquelle il n'avait pas pensé, il ne reviendrait sûrement plus sur le sujet et avancerait comme il l'avait toujours fait en tant qu'homme prévoyant, calme, et autant assuré que sa condition lui demandait de l'être. De plus, s'il voulait un jour pouvoir être apprécié de la princesse, il sentait bien qu'il devait se montrer dans une posture qu'il maîtrisait autant que possible et non justement montrer ses faiblesses. Il écouta du coup les dires de la dame à ses côtés qui lui rappelait d'être prudent sur ses dires qui semblaient trop directs. Mais c'est vrai que lui n'avait pas l'habitude. Peut-être était ce le roi qui était très ouvert mais il avait souvent été du genre direct avec lui et ils avaient toujours conversé de manière libre l'un et l'autre. Maintenant bien sûr, il ne parlait pas avec lui pareillement qu'avec un Dragonnier qu'il connaissait bien. Mais là était question de respect et de politesse qu'il savait avoir même s'il était Dragonnier. La question qu'il avait posée à Scarlett n'était nullement déplacée et ne manquait pas de politesse. Elle avait juste été quelque peu intrusive, et il était vrai et ça il l'avait compris, qu'il devait faire attention à ses paroles selon les gens qu'il avait devant lui. Mais c'était des nobles ici, des blasonnés, des personnes totalement différentes de Mhian diagha. Il l'avait parfaitement compris mais ça il l'avait su avant de s'engager. Juste les côtoyer constamment le dépaysait fortement.

Il fut par contre quelque peu surpris d'entendre la suite. Parler de ce qu'il ressentait à sa future femme ? Il se voyait très mal le faire. Pas du tout par fierté masculine mal placée - il était vrai qu'il était un homme et que chez eux la femme n'avait pas vraiment sa place dans leur affaire mais il acceptait totalement ici les conditions des femmes au pouvoir et d'ailleurs que sa future femme le devienne - mais de là à se confier à une demoiselle qui ne prenait nullement ses responsabilités, à une enfant presque dans le domaine, il n'avait vraiment pas envie. Déjà se confier ne faisait nullement partie de ses caractéristiques premières. Il était plutôt du genre à réfléchir longuement seul pour finir par prendre les décisions qui s'imposaient et il n'impliquait que très rarement les autres dans ses choix personnels. Mais bon, il avait entendu ce que Scarlett lui disait et ne l'oublierait pas, mais il ne l'appliquerait sûrement pas dans l'immédiat. Pas parce qu'il ne voulait pas mais parce qu'il estimait que ça ne se présentait pas vraiment comme adéquat pour l'instant. Mais cela il le garderait pour lui pour ne pas offusquer Scarlett, même si étonnamment il était persuadé que ce n'était pas dame à se renfrogner pour si peu. Au moins ils étaient tout deux d'accord sur le point qu'il fallait d'abord qu'elle arrête d'en faire qu'à sa tête avant de pouvoir arriver à quoi que ce soit. Donc implicitement, elle était finalement d'accord avec lui sur le caractère non imminent de cette conversation qu'elle proposait qu'il ait avec la princesse.

"Vos dires sont peut-être vrais mais comme vous le confirmez, il faut d'abord qu'elle accède à un stade plus responsable et il semblerait que je doive un peu patienter d'abord."

Il observa les personnes autour d'eux qui parlaient toujours de choses qu'il ne pouvait entendre et qu'il savait ne guère l'intéresser dans l'immédiat. De toute façon, rien ne l'intéressait à cette soirée et s'il pouvait s'éclipser il l'aurait fait. Mais il était finalement parvenu à avoir une compagnie agréable et donc estimait que c'était finalement un bien malgré le mal qui l'entourait. Et puis, comme son interlocutrice lui avait clairement expliquer, il pourrait se passer des autres évènements de ce genre tant qu'il faisait une brève apparition, information qu'il ne manquerait pas de retenir, comme tout le reste cela dit. il se tourna vers Scarlett quand elle aborda un tout autre sujet. C'est vrai que ça aussi risquait d'être épique comme évènement. Il ne redoutait pas forcément ce moment mais il espérait simplement que cela se passerait bien.

"Oui, c'est totalement vrai. J'estime que si je dois me rendre ici pour les présentations officielles, ma future épouse doit également se présenter à la forteresse. Il est vrai aussi qu'au vu de cette alliance, elle va devenir notre Reine par défaut. Donc je préfère qu'elle sache à quoi s'attendre avec les Dragonniers et pour ce faire il faut s'y rendre. De toute manière, il est important qu'elle fasse le déplacement. "

Il regarda Scarlett un instant. C'était la première fois depuis qu'il était ici qu'on lui rapportait cet évènement qu'il avait prévu avec Arsénios. Il est vrai que tant qu'à présent, ils n'avaient nullement mis ce projet en route officiellement simplement parce qu'à part un mariage sûr et certain dans l'avenir, rien n'était encore concrètement fait. Il devait lui aussi préparer ce voyage avant qu'il ne se déroule en retournant à Mhian Diagha. Et puis il fallait qu'il s'assure que les puritains ne tenteraient rien. Il ne voyait pas son peuple comme ça et il était plutôt convaincu qu'il pourrait se tenir, mais parfois on ne maîtrisait pas toute les situations de A à Z et il le savait parfaitement.

"Ce voyage vous intéresse-t-il ? Car vous êtes la première à m'en parler et même avec le roi nous n'avons pas encore mis ce projet officiellement en route. Tout est encore en discussion. Serait ce vos hommes qui vous ont murmuré cela ?"

Il sourit en coin. Cela ne le dérangeait guère et d'ici quelques temps, cette information ne serait nullement cachée. Après tout ce n'était pas du tout quelque chose de dérangeant à savoir, simplement c'était en cours et non clairement défini. D'où la légère surprise que l'information lui parvienne déjà. Il garda le silence un instant avant de reprendre la parole.

"Il est rare que des personnes extérieures viennent ainsi officiellement chez nous. Mais il est vrai aussi que cette alliance est la première dans le domaine et c'est la première fois que nous sommes mêlés de la sorte aux Singuliers. Forcément ça mérite le déplacement. Même pour les Dragonniers ce n'est pas rien." Il garda le silence un instant avant d'ajouter "Mais autant ce lieu est dépaysant pour moi, autant je pense que Mhian Dhiaga sera très dépaysant pour les personnes qui feront partie de ce déplacement. Je m'assurerais que cela soit convenablement orchestré pour permettre une approche tout à fait convenable et adéquate."


_________________
..............

{ I Never Give Up }
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▬ Contributions à l'histoire : 2000


Scarlett de Vinter

▬ Contributions à l'histoire : 2000

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: Une soirée au palais ▬ pv Athran   Mer 13 Juin 2012, 00:24

Athran n’avait visiblement pas compris qu’il n’y aurait sans doute jamais d’amélioration dans le comportement d’Izhelindë si il ne faisait pas le premier pas. Le manque de maturité de la princesse était au centre des conversations depuis des années et la jeune femme avait pour sa part ses propres théories sur la chose. Il n’était pas dans le caractère de l’héritière du trône de faire des compromis, de par sa relégation prolongée dans un rôle d’enfant, elle se retrouvait reléguée au second plan dans une position protégée qui lui permettait d’éviter la plupart des contraintes. Elle savait que pour autant Izhelindë considérait sa vie à la Cour comme une succession intolérable de règles et de d’obligations. Elle n’imaginait même pas comment elle considérerait le protocole et la nécessité de faire des compromis qui allait avec la fonction royale. Elle concevait cependant sans mal qu’il ne serait pas facile de faire comprendre à l’indomptable jeune femme qu’avec un grand pouvoir venait non seulement de grandes responsabilités mais également un nombre croissant d’obligations de toutes sortes. Dont celle de ne pas fausser compagnie aux gardes et de ne pas disparaître dans la nuit pour partie en quête d’aventures et de grands frissons. Quand elle pensait à ce pauvre Esendril qu’Izhelindë entraînait par monts et par vaux dans toutes sortes d’épopées invraisemblables, Scarlett se sentait envahie par la pitié… L’écuyer était plein de bonne volonté mais la Blasonnée savait qu’il serait le premier mis en cause si il arrivait quelque chose à la future reine de Lanriel. La princesse était à ce point sûre d’elle ne pensait pas qu’il pouvait lui arriver quoi que ce soit. Elle ne pensait même pas au châtiment qui attendait son ami si jamais elle perdait la vie au cours de leurs aventures. « J’ai conscience que mon conseil vous paraîtra peut-être déplacé mais je vais tout de même me permettre cette petite intrusion dans votre future vie de couple. N’attendez pas que la princesse Izhelindë change du jour au lendemain. Elle vous paraît peut-être jeune mais son caractère ne se modifiera pas... » Elle se corrigea, n’excluant aucune possibilité. « Probablement pas avant qu’elle accède au trône. Parlez-lui. Vous y gagnerez des années de paix…» Elle compléta avec un haussement d’épaules. « Mais comme je vous l’ai dit, je ne suis pas à ma place. »

Ils en vinrent enfin à discuter d’un sujet qui pourrait la faire certainement briller en société lors d’une prochaine soirée ragots au Palais. La possible visite des fiancés royaux dans la cité des Dragonniers, la rumeur qui faisait bruisser le château comme une volière d’oiseaux rares. Si Arsenios et ses alliés avaient fait en sorte de se montrer le plus discrets possibles en la matière la chose n’avait pas tardé à se murmurer aux quatre coins du château. Pour cela, Scarlett levait son verre aux gardes. Les hommes d’armes étaient pires en matière de commérages que l’armée de domestiques chargés de nettoyer la demeure royale. Laquelle était pourtant connue pour fournir tous les réseaux de renseignements en matière de nouvelles croustillantes… Les révélations eussent-elles dépassé le simple cadre informel concernant une annonce à laquelle tous ou presque s’attendaient que Scarlett eut déclenché une véritable chasse aux sorcières. Mais tout le monde savait que tôt ou tard, il faudrait que les dragonniers fassent la connaissance de la princesse de visu. Le protocole ne pouvait pas se contenter que « l’heureux » fiancé soit le seul à faire le déplacement et tous à la Cour le savait. Scarlett avait même ouï dire que dans certains cercles on avait lancé des paris pour savoir qui aurait le privilège de faire partie de la compagnie qui quitterait Cathairfál pour se rendre à Mhian Dhiaga. « Connaissant la princesse, je pense qu’elle saura tout de même trouver un certain charme à la perspective de ce voyage. » Elle évita de faire part de ses certitudes, consciente qu’en la matière, Izhelindë et son caractère de cochon saurait s’affranchir de toutes les probabilités pour imposer à son entourage une bouderie qu’on avait dit charmant pour l’enfant qu’elle avait été mais qui était aujourd’hui tout bonnement ridicule chez une femme de 23 ans. Réflexion que Scarlett, qui ne voulait pas s’aliéner la princesse avec laquelle elle avait toujours plus ou moins réussi à traiter, avait cependant toujours gardé pour elle.

« Mes hommes ne m’en ont pas parlé. Ils n’en ont pas eu besoin. J’ignore comment sont les choses à Mhian Dhiaga mais croyez-moi, ici, les gens jacassent et les murs ont des oreilles. Tout le monde se doutait que vous devriez tôt ou tard présenter votre fiancée aux vôtres. Il suffit qu’une commère bien intentionnée ait jacté dans une taverne du coin pour que le bruit se soit répandu. Dans tous les cas, cela n’a rien d’une surprise. » Est-ce que Scarlett tenait à accompagner le jeune couple ? Eydis, non. Elle faisait de son mieux pour rester en dehors du chemin de l’irascible furie qu’était devenue Izhelindë aussi ne tenait-elle pas à partager le voyage qui scellerait son destin… Et la perspective d’un voyage la faisait frissonner. La jeune femme savait depuis bien longtemps qu’elle n’était pas faite pour l’extérieur et essayait tant bien que mal d’éviter les corvées diplomatiques qui impliquaient un déplacement. Elle avait lamentablement échoué par deux fois au cours de l’année écoulée. La première en se rendant dans la fameuse cité des dragonniers alors que leur déesse leur avait retiré sa faveur. La seconde lorsque le Conseil l’avait piégée pour se rendre à Beltane. Elle comptait bien s’éviter les corvées que constituaient un voyage en carrosse, de nuits sous la tente et de courbatures infernales à l’arrivée. Une dame de sa qualité ne pouvait se déplacer autrement que claquemurer dans l’ambiance malsaine d’une calèche surchargée aux décorations clinquantes qui secouait ses occupants comme d’autres barattaient le beurre. Eut-elle eu l’audace de faire le chemin à cheval qu’il en eut peut-être été autrement. Mais elle avait une image à préserver et elle ne pouvait pas se permettre de se comporter comme une certaine héritière. Provoquer de micro-scandales à la Cour par ses tenues ou ses propos étaient une chose. Piétiner toute une éducation en était une autre. « Comme je vous l’ai déjà dit, je ne suis pas une femme qui voyage. J’aime mon confort et traîner sur les routes à la suite d’un interminable convoi n’est pas un projet qui me réjouit d’avance. J’imagine que si Sa Majesté Arsenios tient à ce que j’accompagne votre fiancée, il ne devrait pas tarder à me le faire savoir. » L’autre solution étant nettement moins réjouissante. Izhelindë pouvait parfaitement considérer qu’il n’y avait pas de raison à ce qu’elle soit la seule à souffrir des nouveautés que cette alliance impliquait et décide d’emmener ce qu’elle considérait comme responsables de cette trahison, même par association, dans son excursion. Et Scarlett était parfaitement consciente que son nom se trouvait dans cette liste…

« Je me suis rendue dans votre cité cette année pour une mission diplomatique qui n’avait rien à voir avec vos fiançailles. Malheureusement ce fut un échec cuisant. Eydis ne nous avait pas encore rendu sa bénédiction. Malgré cela… J’aurais aimé y passer plus de temps, ne fut-ce que pour découvrir la cité elle-même. J’en aurais peut-être l’occasion prochainement si le roi le désire… » Quelque chose dans la solennité qui se dégageait de la cité dragonnière lui avait plu et elle avait sincèrement voulu en savoir plus. Malheureusement elle avait du affronter la froideur de ses habitants et leur réserve sur son statut de femme. Elle devait avouer une certaine impatience à voir ces grands guerriers être confrontés à la présence de leur intenable princesse. Si elle faisait effectivement partie de l’expédition, elle se consolerait des désagréments du voyage en assistant à la rencontre entre l’univers psychorigide de ces combattants du ciel et d’Izhelindë. Dans l’optique bien sûr qu’elle ne fut pas la personne chargée d’arrondir les angles.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echodesplaines.livejournal.com/
avatar
▬ Contributions à l'histoire : 219


Athran Ildahel

▬ Contributions à l'histoire : 219

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: Une soirée au palais ▬ pv Athran   Lun 18 Juin 2012, 07:50

Athran n'était pas du genre à refuser les avis des personnes compétentes selon le sujet de discussion. Aussi, avait-il bien compris par l'insistance de Dame Scarlett qu'il était celui sur qui la base de leur relation reposait. Pour qu'échange il y ait, il faudrait donc qu'il fasse le premier pas. Il pouvait éventuellement le concevoir simplement parce qu'il savait pertinemment qu'il devrait s'investir réellement dans cette aventure qu'était le mariage. N'y étant amené que depuis qu'il avait réalisé son choix, il n'avait cependant aucun apprentissage dans le domaine et encore moins dans les relations de longues durées avec les femmes. Il s'était bien trop investi en tant que Dragonnier pour pouvoir s'octroyer du temps à ça. Mais ce n'était pas un regret pour lui. C'était ce qu'il avait toujours voulu. Mais l'idée d'avoir un héritier avait toujours été dans ses pensées également et maintenant qu'il savait que ça allait être possible cela ne lui déplaisait guère. Néanmoins avant d'en arriver là, il y avait d'abord tout le reste, c'est-à-dire arriver à se rapprocher de sa chère et tendre. Ironiques propos que ceux-là pour caractériser plutôt une fougueuse et impulsive demoiselle. Mais bon se résigner n'était pas dans ses moeurs et même devant une femme il n'allait pas renoncer. Ils trouveraient bien à un moment ou un autre un terrain d'entente. Il préféra cependant désormais clore ce sujet. Bien qu'il aimait discuter avec Scarlett, le sujet des fiançailles était encore quelque peu sensible pour lui. Pas dans le sens qu'il ne savait pas en parler mais dans le sens que l'étape allait être difficile à passer et donc qu'il ne serait pas contre varier. De puis, il aurait bien besoin d'un avis totalement extérieur et peut-être pourrait-il en convenir avec son ami dragonnier et coursier qu'il serait sûrement amené à revoir d'ici peu. Mais en attendant il ferait face comme un grand à cet inconvénient passager. Il n'avait pas le choix à ce qui lui semblait de toute manière.

Cependant comme son souhait fut exaucé, ils partirent tout deux sur le terrain de sa terre natale, endroit bien plus familier que le Palais - lieu pourtant qui devrait vite faire partie de sa familiarité. Que la princesse apprécie ou non le voyage, elle n'aurait pas trop le choix. Ce serait un manque politique et surtout de courtoisie totale que de ne pas se rendre chez les personnes qui lui étaient par alliance liées. Et puis il fallait reconnaître que c'était comme sa famille après tout, c'était son univers, sa maison, et ce n'était pas parce qu'il allait se marier avec une Singulière qu'il n'y mettrait plus jamais les pieds. Donc autant qu'elle sache où il allait et comment cela se représentait. Ainsi cela serait-il bien mieux également pour parfaire ses connaissances sur cette contrée, ainsi que leurs habitants, bien méconnus. La suite lui rappela comment fonctionnait les choses au fond. C'est vrai qu'à la forteresse, ce principe était totalement existant aussi, mais différemment. Après tout c'était un monde d'hommes et jacasser ne faisait pas partie de leur priorité première. Il y avait des coups bas, des messes basses, c'était certain, mais il s'aventurait à dire que si l'information passait correctement, c'était le principal. Et puis ils étaient bien moindre que dans un palais royal. Cela devait intervenir dans les considérations. Il était de toute façon certain que c'était dans la logique des choses que se réalise ce voyage. Donc que les gens le sachent n'était nullement un problème. Ce n'était pas un secret, c'était simplement une information qui n'avait pas encore été amenée au grand jour. Il ne put s'empêcher de sourire au rappel qu'elle n'était pas femme prompte au déplacement. Il pouvait comprendre que ce n'était pas une perspective réjouissante. Lui même ne pourrait pas faire un tel trajet. Ayant l'habitude des chemins rapides à dos de Dragon ou au moins à dos de cheval, se faire traîner inlassablement d'un lieu à l'autre dans un convoi ne lui plaisait guère.

"Je ne saurais vous aider sur les personnes impliquées dans ce déplacement. Nous n'avons parlé que de la réalisation de celui-ci, pas des détails le concernant. Mais oui, vous avez sans doute raison, l'information vous parviendra d'ici peu je suppose."

Lui même ne savait pas encore comment organiser tout ça clairement. La princesse viendrait forcément sur Elthaïr avec lui mais à part ça, il n'avait pas de plus amples informations. De toute manière, ce n'était pas pour tout de suite non plus. Ca ne tarderait pas car ça devait avoir lui officiellement d'ici peu pour ne pas entraîner d'affront envers les Dragonniers - même si en tant qu'un des leur, ils savaient pertinemment qu'il ne laisserait pas passer cette obligation protocolaire. Il fut cependant surpris d'apprendre que Scarlett s'était rendue par le passé dans la forteresse. Il ne se souvenait pas de l'avoir croisée et encore moins d'avoir été convié à un quelconque évènement hors du commun. Il poussa un instant sa réflexion avant de comprendre à quel moment elle faisait allusion. Effectivement on lui avait narré l'arrivée de Singuliers qui s'était déroulée pendant un de ses voyages. Il sourit un instant.

"Je tiens à m'excuser pour cet échec. Effectivement, je me souviens de ce qui m'avait été rapporté. Je n'étais pas là car en déplacement et je conviens que cela m'avait dérangé après coup. Peut-être cela se serait-il passé différemment. Il faut dire que nous avons pas mal de principes et, sincèrement, même si j'ai des partisans à ma cause en ce qui concerne cette alliance, si la décision ne m'était pas revenue de me marier avec la princesse, il n'y aurait sûrement jamais eu cet accord. Avoir un Dragonnier sur le terrain même des Singuliers est un atout que je n'ai pu négliger lorsqu'Arsénios m'a exposé le fond de sa pensée. et c'est ce qui a fortement fait pencher la balance pour accepter l'offre que je leur proposais."

Il garda le silence un instant se rappelant l'étonnement et la stupéfaction qui avait entraîné l'arrivée de cette information par lui-même lors d'une réunion de l'Ordre qu'il avait demandée. Tout comme lui-même avait mis du temps à se décider, les différents leaders de l'Ordre en avait fait de même, ce qu'il avait totalement concédé et compris.Encore maintenant, il savait pertinemment que divers Dragonniers n'approuvaient pas son choix, comme Zoran par exemple ou encore son chef de guerre Rayner, qui pourtant, tout deux hommes de prestiges et pour qui il avait un grand respect, auraient été des alliés certains à sa cause. Mais il ne pouvait pas changer une mentalité profondément ancrée et d'ailleurs ne désirait pas que ça arrive, il voulait simplement une ouverture d'esprit pour une contrée constamment mise de côté par crainte de leur force. Il se reprit néanmoins et revint à la réalité.

"Si jamais vous ne participiez pas à cet évènement, je serais totalement disposé à vous y emmener et vous faire visiter. A dos de Dragon ce sera effectivement bien plus rapide et plus sensationnel que lors d'un convoi long et ennuyeux."

Il lui sourit en coin pour accompagner ses dires mais il était cependant totalement sincère et si tel était le désir de Scarlett, il accepterait sans aucune ambiguïté de lui faire visiter sa demeure. Mais cela il ne le saurait qu'une fois les détails du déplacement mis en exécution. Il allait reprendre la parole lorsqu'un homme vint le trouver et lui intima qu'un dragonnier désirait le voir. Apparemment, au vu du nom, un confrère avait fait la route pour lui apporter quelque chose et il se devait, par conséquent d'aller le trouver. Il en fut quelque peu surpris mais sans en être totalement étonné. Les échanges allaient sûrement commencer sans que lui-même ne fasse toujours les déplacements. Et puis si ça se fait c'était peut-être son ami, coursier, qui en avait profité pour lui rendre visite. Qui sait... Toujours est-il qu'il se devait de prendre congé de la Dame qui lui avait permis de faire passer différemment cette soirée. Lorsque le messager le quitta, il se tourna alors vers Scarlett.

"Veuillez m'excuser, on vient de me signaler qu'un de mes confrères me cherche. J'espère que vous me pardonnez cet abandon subit. En tout cas je tiens à vous remercier de m'avoir chaperonné pour cette soirée. Vous me l'avez rendue bien plus agréable que ce qu'il n'était prévu."

Il lui sourit avant de la laisser pour aller requérir l'information qu'on tenait à lui délivrer. En espérant que c'était davantage de la courtoisie qu'une mauvaise nouvelle.




Spoiler:
 

_________________
..............

{ I Never Give Up }
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: Une soirée au palais ▬ pv Athran   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une soirée au palais ▬ pv Athran

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Palais de Caras Galadhon
» Le palais Sans-souci en Danger
» (Haïti-Diplomatie) Le Palais veut des diplomates vendeurs
» Début de soirée en milieu hostile ...
» Le Palais National un symbole puissant dans la mémoire collective

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Echo des Plaines : Chapitre VII ▬ Le Retour d'Inasmir :: HORS JEU :: Vous serez
tous pendus !
 :: Miroir aux souvenirs
-