Echo des Plaines : Chapitre VII ▬ Le Retour d'Inasmir


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La maitrise de soi est un long voyage. Partie I [Pv : Aeryn Baykon]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: La maitrise de soi est un long voyage. Partie I [Pv : Aeryn Baykon]   Ven 27 Avr 2012, 22:49

Ilbriak eut l'impression que son corps était écrasé par une centaine de chevaux durant l'espace d'une seconde, puis quand cette douloureuse sensation s'estompa, il ouvrit les yeux. Regardant autour de lui, il ne distingua qu'une grande plaine devant lui avec croyait-il apercevoir, une vague forme bleutée. Derrière lui se tenait une forêt. A quelques pas seulement des premiers arbres, il se demanda comment il avait fait pour arriver là.

L'instant d'avant, il se trouvait dans ce qui semblait être une ruine elfique sur l'île d'Ataahua et voilà que maintenant, il se trouvait sur une lande déserte il ne savait où... Enfin, pas tout à fait déserte. Deux personnes se rapprochaient de lui sur un chemin qui tenait plus de la piste d'un chevreuil qu'une voie praticable pour un cheval. Aussi, le rôdeur se dirigea vers eux et leur demanda où ils se trouvaient.

Les deux jeunes gens qui s'avéraient être un homme et sa dulcinée lui lancèrent un drôle de regard avant de lui expliquer prestement qu'ils se trouvaient à la lisière nord-ouest de la fôret de Riocht Na Elves, l'ancien royaume des elfes, à quelques jours de marche seulement du glacier Rhewlif et de la chaîne des Bairr Bán. Et que s'il voulait survivre, il ferait mieux d'éviter le glacier et qu'il trouverait un village du nom de Rocrouge dans les montagnes. Puis les deux jeunes gens, poursuivirent leur chemin comme s'il était un tueur échappé d'une quelconque prison des environs.

Ayant piqué sa curiosité à propos de ce glacier, Ilbriak se promit d'y faire un tour un jour. Mais pour le moment, une seule pensée tournait dans sa tête, il se retrouvait dans le Septentrion, dans la zone la plus au nord de Lanriel. Mais quelle mouche l'avait piqué de vouloir toucher ce symbole elfique dans la ruine qu'il venait de quitter contre son gré. Il était bien avancé... Et il lui faudra des semaines pour rejoindre Cathairfàl et remettre en main propre l'artefact qu'il avait trouvé pour ce blasonné, son premier commanditaire. Et il lui faudrait attendre au moins autant de temps pour toucher sa prime. La poisse.

Le rôdeur avait besoin de cet argent, les langues se déliant beaucoup plus facilement après qu'une ou deux pièces d'or eut passées de main. Et avec ses missions, c'était le seul moyen qu'il avait trouvé pour suivre la piste de sa famille. Mais puisqu'il était si loin de la capitale, il comptait se payer quelques jours de repos, avant de reprendre sa longue route vers Cathairfàl. Ainsi, Ilbriak se dirigea vers le nord ouest, en direction de ce fameux village de Rocrouge.


**


Quatre jours s'étaient écoulés depuis son arrivée en Septentrion et bien que le rôdeur soit à même de dormir et de se nourrir dans la nature, la chaleur d'une auberge était parfois la bienvenue. Surtout que l'air semblait plus froid ici, peut-être était ce lié au glacier, Ilbriak n'en savait rien. C'est en début de soirée, assis à une table avec quelques badauds, que le jeune rôdeur vit entrer un homme entre deux âges. L'inconnu balaya l'assemblée du regard avant d'entrer dans l'établissement et de se diriger vers l'aubergiste. Après quelques secondes de dialogue, qu'Il' n'entendit pas, l'homme derrière le comptoir en fit le tour pour prendre un parchemin que son interlocuteur lui tendait.

L'aubergiste enleva une dague plantée d'une grosse poutre soutenant son toit, arrachant au passage quelques morceaux de bois et l'y replanta avec le parchemin. C'était un avis de recherche énonçant le souhait de l'homme de trouver quelqu'un de confiance pour servir de protection "pour un long voyage". De confiance voulais de toutes évidences dire être reconnu de la couronne sinon d'avoir une réputation assez élevée, or Ilbriak n'avait rien de tout cela, mais déjà il se ruait dehors à la suite de l'homme.


" - Excusez-moi, vous cherchez quelqu'un, il me semble ?
- Je cherche quelqu'un d'un peu plus ... imposant. Lui répondit l'homme de façon neutre.
- Je suis chasseur de prime et je n'ai certes aucun moyen de vous prouver ma confiance, mais j'aimerais essayer de vous convaincre de me prendre pour ce boulot. J'ai l'oeil vif et l'ouïe fine et je sais aussi ... "


Ilbriak sorti son couteau rapidement et le lança avec précision de telle sorte que ce dernier se planta avec force pile entre les deux yeux d'un bonhomme qu'un gosse avait dû dessiner sur un baril d'eau dans la rue, à une dizaine de mètres.

" très bien me défendre. " Finit-il un sourire un peu puéril sur le visage.


L'homme esquissa un sourire et lui demanda de le suivre. Un peu à l'écart des oreilles indiscrètes qui pourraient traîner, il lui expliqua que sa mission consisterait en l'escorte d'une personne de Mhian Dhiaga jusqu'aux rives de Joch Eydis. Puis, il lui donna un point de rendez-vous où le rôdeur serait censé attendre sa mission le surlendemain. Enfin, après un signe de tête l'homme s'éloigna en direction de la sortie du village.

Ilbriak ne posait jamais de questions sur une mission, pourtant cette fois, il y avait de quoi se questionner... Pourquoi une personne habitant Mhian Dhiaga ne demandait-elle pas à un dragonnier d'assurer sa protection ? Sans compter qu'à dos de dragon, le voyage aurait été bien plus rapide. Il s'agissait là d'une mission de plusieurs semaines, à pied. Et pourquoi vouloir aller à Loch Eydis, il n'y avait rien autour de cet immense lac. Seule une rumeur racontait qu'une école pour dessinateur se cacherait dans cette région...

Puis Ilb' compris, un sourire se dessinant sur son visage... Oui, cette mission promettait d'être passionnante.


**


Ilbriak passa le jour suivant à ne rien faire qu'ouvrir ses sens au calme des arbres qui l'entouraient, près du village. A ne penser à rien. C'était peut-être sa dernière occasion avant bien longtemps. Lle soir venu il dormit à la belle étoile avant de prendre le chemin de bon matin, ses effets personnels tous en place dans sa besace - l'artéfact elfique bien emballé dans un tissu.

Suivant les indications de l'homme, il distingua bientôt à une centaine de mètres une maison plutôt coquette aux abords de Mhian Dhiaga. Arriver devant la porte, Ilb' respira à fond et frappa calmement. Il n'eut à attendre que quelques secondes avant que les gonds de la porte ne pivotent.


Dernière édition par Ilbriak Kaderil le Lun 30 Avr 2012, 15:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La maitrise de soi est un long voyage. Partie I [Pv : Aeryn Baykon]   Dim 29 Avr 2012, 13:12


Muzicons

~~The Beginning of the Journey ~~

[A Window to the Past - HP3]


ಊಊಊಊಊಊಊಊಊಊಊಊಊ


Allongée sur sa couche, les yeux perdus dans la contemplation du plafond, Aeryn attendait patiemment que le temps passe. Son visage d’ange, dépourvu d’expressions, témoignant de l’état de léthargie dans lequel elle se trouvait, la demoiselle faisait le vide dans son esprit… Il faisait nuit noire dehors, et seule la lune apportait ses rayons fantomatiques.

Elle savait, depuis la veille, qu’elle allait devoir partir. Pour de bon cette fois. Un mélange de sentiments avait remué ses entrailles au moment où son Père lui avait annoncé la nouvelle. Ainsi, elle s’était contentée de sourire, choisissant d’éclater en sanglots seulement au moment des séparations. Et elle avait tenu bon…

Ses adieux, la jeune fille les avait fait la veille, après avoir rempli la besace qui allait l’accompagner partout. Par Eydis… Jamais elle n’avait autant versé de larmes de sa vie… Ses frères, sa sœur, son père, oui, son père qui s’était donné tout le mal du monde pour lui payer un accompagnateur qui saurait la protéger tout au long de son voyage. Allait-elle les revoir un jour ?

Sentant une larme couleur le long de sa joue, Aeryn bougea lentement son bras gauche afin de la faire disparaitre d’un revers de manche. L’heure de pleurer était passée, il fallait se montrer forte car il ne fallait en aucun cas les décevoir.

C’est donc sur cette pensée motivante que la demoiselle sombra dans les bras de Morphée en oubliant que le lendemain, son voyage allait commencer.

ಊಊಊಊಊಊಊಊಊಊಊಊಊ


Le soleil renaissait à peine de ses cendres lorsqu’on vint frapper à la porte des Baykon plongé dans le silence. Assis à sa table, Rodrick Baykon, qui avait longuement attendu celui qu’il avait choisi pour accompagner sa fille, prit une bonne bouffée d’air afin d’aller ouvrir sa porte. Lorsque ceci fut fait, son regard croisa celui de cet homme qui n’avait rien des qualités qu’il avait recherchées au départ mais qui s’était montré très persuasif grâce à sa vitesse et à son agilité pour manier les armes. D’une voix rauque qui traduisait un mutisme prolongé, le maître des lieux fit alors signe à l’inconnu de rentrer.

« Bonjour à vous cher ami. Bonne heure, ponctualité, oui, oui, bon… »

D’un geste rapide, il tira la bourse qui pendait le long de sa ceinture puis la lança à celui qui allait conduire sa fille au Loch Eydis.

« ‘vous fait confiance, vous avez l’air d’être sérieux. C’est ma fille qu’vous escortez là-bas… Elle va arriver. »

Une pointe de tristesse fit tressaillir sa voix, signifiant qu’il devait se retirer rapidement. Sans adresser un mot de plus, il fit alors demi-tour et laissa le rodeur seul. Sa fille lui avait clairement fait comprendre qu’elle ne souhaitait pas le croiser… Et il avait compris pourquoi. Le simple fait de la mentionner était une torture, alors des adieux de dernières minutes… Il ne fallait pas imaginer.


ಊಊಊಊಊಊಊಊಊಊಊಊಊ



Lorsqu’elle perçu les frappements contre la porte, Aeryn se leva d’un bond en sentant son estomac se nouer. Le cœur battant à tout rompre, elle avait l’impression qu’on la poussait vers un ravin pour y faire un ultime saut qui se terminerait par une chute douloureuse. Sa besace étant prête, elle enfila sa tenue de voyage comme une poupée de chiffon que l'on manipulait tant elle était à l'ouest. En effet, la demoiselle tentait de percevoir les voix qui émanaient de la grande pièce… Mais en vain, elle ne pouvait rien entendre hormis des bribes. Ainsi, elle resta le regard plongé dans le vide en faisant les gestes machinalement. Ne penser à rien, il ne fallait penser à rien au risque de se laisser envahir par la peur et la tristesse. Seule la liste des choses qu’il ne fallait surtout pas oublier résonnait en boucle dans son esprit

*Mes dessins, mes plumes, le collier, la carte, les vivres, la petite bourse de Père…*

C’est alors que les voix s’évanouirent et que des pas résonnèrent entre les murs de la maisonnette. Son père, selon ses indications, avait du déserter le lieu afin de la laisser seule… Souhait qu’elle avait émis afin de ne pas rouvrir la plaie du départ qui avait été ouverte la veille. Consciente que le moment qu’elle redoutait tant arrivait, la jeune fille attacha rapidement ses cheveux en une queue de cheval qui mettait sans le vouloir son faciès en valeur et saisit ses affaires. Fermant les yeux une fois tout en main, elle prit une immense bouffée d’air et quitta sa chambre en évitant de s’attarder sur de sombres pensées qui auraient fini par la faire de nouveau pleurer.

Une fois la porte refermée silencieusement, la demoiselle fit alors irruption dans le centre de la maison en alliant grâce et lenteur. Son visage ne témoignait d’aucune peur ni d’aucune joie… A vrai dire, il ne reflétait rien d’autre que de la mélancolie. Son regard se posa alors sur celui qui allait faire partie intégrante de sa vie durant les semaines à venir. Il donnait l’impression d’avoir beaucoup voyagé en dépit de son jeune âge… Pour le reste… L’analyse d’Aeryn resta floue… Peut-être était-il magicien… ou un espion ? Il lui était tout bonnement impossible de juger un homme en un coup d’oeil… Surtout qu’elle ne connaissait rien du monde étant donné que jamais elle n’avait quitté sa famille.

D’un geste lent, elle s’approcha alors en baissant la tête en signe de salutation, comme sa mère le lui avait appris des années auparavant et fit entendre sa douce voix.

« Pardonnez mon Père, les adieux ne sont pas ce qu’il préfère… Je suis Aeryn, Aeryn Baykon… »

Maintenant qu’elle s’était présentée… Elle savait que son aventure avait enfin commencé.

ಊಊಊಊಊಊಊಊಊಊಊಊಊ



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La maitrise de soi est un long voyage. Partie I [Pv : Aeryn Baykon]   Dim 29 Avr 2012, 15:06

Le battant pivota doucement, ginçant quelque peu dans le silence du matin et laissa apparaitre l'inconnu de la taverne. Celui-ci semblait avoir les traits tirés et Ilb' se doutait qu'il ait veillé une partie de la nuit. Doute qui se confirma quand il l'invita à entrer chez lui de la voix grave de ceux qui parlent peu.

« Bonjour à vous cher ami. Bonne heure, ponctualité, oui, oui, bon... »

Ilb' entra à sa suite se contentant d'un signe de tête et l'homme enchaîna, lui lançant une petite bourse :

« 'vous fait confiance, vous avez l'air d'être sérieux. C'est ma fille qu'vous escortez là-bas... Elle va arriver. »

Sa voix tressaillie et sans attendre de réponse, il s'esquiva à l'abri des yeux de l'inconnu qu'était le rôdeur. Ibriak aurait aimé lui dire qu'il préférait lui laisser l'argent le temps qu'il revienne avec par exemple, un message de sa fille lui certifiant qu'elle était arrivée à bon port, mais il n'en eut pas l'occasion. Et d'un point de vue tout à fait terre à terre, Ilb' avait besoin d'une partie de cet argent pour leur assurer un minimum de confort lors de ce long voyage qu'ils allaient entreprendre, lui et sa mission.

Le rôdeur resta ainsi debout, seul dans cette pièce silencieuse. Toute la maison semblait aussi silencieuse. Pourtant, l'ouïe fine du rôdeur lui signala que le pauvre homme avait du mal à contenir ses larmes tandis que d'autres personnes, deux semblait-il, étaient aussi présentes dans la maison. Eveillées, en témoigne le bruit de leur pas qui tournaient en rond malgré l'heure matinale.

Jetant un regard autour de lui, Ilb' se remémora avec nostalgie son propre foyer. Le mobilier, les souvenirs ici présents, tout lui rappelait sa famille. Un jour, il les retrouverait ... C'est sur ces pensées que le rôdeur entendit une porte s'ouvrir non loin et se refermer. Le temps qu'il se retourne, une jeune demoiselle venait d'entrer. Elle semblait vraiment jeune. Son visage n'exprimait rien si ce n'est la mélancolie de savoir que l'on va quitter son foyer, ceux qu'on aime. Ilb' ne connaissait cela que trop bien.

Puis, elle s'avança vers lui et se présenta. Ilb' n'était pas habitué à l'étiquette, au protocole de cette situation, d'habitude il avait à faire à des hommes et ne savait donc pas vraiment comment traiter une jeune demoiselle. Alors, il se contenta à son tour de hocher la tête, affichant un léger sourire qu'il voulait rassurant.

" Moi c'est Ilbriak Kaderil. Si vous avez tout ce qu'il vous faut, nous pouvons nous mettre en route, le voyage sera long. "

Ilb' sorti alors de la maison tandis que le soleil levant venait réchauffer peu à peu l'air humide de la nuit. Du coin de l'oeil, il vit un rideau bougé. La famille d'Aeryn, sûrement, qui voulait la voir une dernière fois avant qu'elle ne parte. Peut-être se demandaient-ils si un jour ils la reverraient. Ilb' s'en savait rien, mais il comptait bien qu'elle arrive saine et sauve à Loch Eydis. Car il réussissait toujours ses missions, mais aussi car elle lui rappelait un peu lui quand il était parti. Peut-être aurait ce été plus facile d'être accompagné ? Peut-être ...

Attendant la jeune femme, il en profita pour glisser rapidement la bourse dans sa besace. Ilb' ne voulait pas lui donner l'impression d'être sans coeur, de se réjouir d'avoir de l'argent alors qu'elle quittait sa famille. Il remarqua alors que l'artefact elfique qu'il avait en sa possession s'était mis à luire faiblement. Peut-être était-ce dû à la présente d'un grand nombre de dragon dans le coin ... Regardant autour de lui et notamment au-dessus, Ilb' cru distinguer haut dans le ciel, la forme énorme d'un dragon qui passa rapidement derrière un nuage.

Mais son ouïe lui rapportait les chants des oiseaux qui s'éveillaient, et son odorat le léger parfum des fleurs qui s'ouvrent. De bons signes présageant d'une bonne journée pour débuter un voyage sous les meilleurs hospices.

Une fois la bourse dans sa besace, il se tourna vers la porte de la maison attendant que la jeune femme le rejoigne. Quelques secondes après, la jeune femme blonde émergea. Elle était vraiment ravissante, le soleil jouant dans ses cheveux. Lui avait sûrement l'air d'un homme bourru avec sa barbe hirsute et ses manières quelques peu ... rudes.

Quand elle arriva à sa hauteur, Ilb' s'engagea alors sur le chemin, s'éloignant de la petite maison. D'ordinaire, il n'était pas bavard, même pas du tout. Mais peu importait à ces hommes qu'il côtoyait d'habitude, justement ceux-ci voulaient être escortés sans être importunés. Pourtant, plus le temps passait plus Ilb' se disait que cette situation de silence prolongé pourrait ne pas être très ... joyeuse, pour la jeune femme. Lui laissant ressasser moult sombres pensées. Aussi, le rôdeur se dit qu'il essaierait de la distraire un peu, malgré le fait qu'il préfère rester silencieux plutôt que de parler pour ne rien dire, brisant le charme d'une marche en plein air, à communier avec la nature.

Alors il distingua un parchemin qui semblait grisé dépassant de la besace de sa jeune compagne de voyage.

" Ce sont des dessins que je vois ? Je ne voulais pas m'immiscer, mais il dépassait... T'as l'air doué. "

Ilb' se dit sur le coup qu'il n'aurait peut-être pas dû prendre la parole et encore moins pour parler d'elle. Au final, il n'était pas censé poser de questions à propos de la mission, mais quand même, passer plusieurs semaines sans parler cela allait faire beaucoup pour la pauvre petite...

Alors Ilb' décida, ne sachant comme se comporter, que si elle voulait parler, il lui répondrait mais qu'il s'occuperait de ses affaires le cas contraire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La maitrise de soi est un long voyage. Partie I [Pv : Aeryn Baykon]   Dim 29 Avr 2012, 18:04



ಊಊಊಊಊಊಊಊಊಊಊಊಊ

Aeryn avait redouté le moment de la rencontre toute la nuit. Tiraillée par divers sentiments, elle avait longuement étudié les attitudes à adopter en fonction de celui qui allait l’accompagner. S’il se montrait muet et distant, alors elle tenterait juste de parler une fois afin de se terrer dans le silence par la suite… S’il était étranger au point de ne pas parler la langue, elle lui apprendrait les bases, s’il refusait tout contact avec elle, alors elle resterait muette… Rester muette… Cela lui faisait peur, oui, peur à elle qui allait sûrement avoir mille et une questions à poser sur le monde une fois sur le chemin du Loch Eydis.

Cependant, et en dépit du pire des scénarios qu’elle avait imaginé, la rencontre avec Ilbriak Kaderil fut des plus… rassurantes. Peut-être était-ce grâce au sourire que l’homme lui avait adressé en se présentant ? Un sourire qu’elle avait tenté de lui rendre pour lui montrer qu’elle était prête en dépit du flux d’émotions qu’elle tentait de contrôler. Car le moment de partir était arrivé…

Seule dans cette maison que son accompagnateur avait désertée pour l’attendre au dehors, Aeryn s’attarda sur les moindres détails afin que tout cela reste gravé dans sa mémoire à jamais… La pièce baignait dans le soleil… On commençait à sentir l’odeur du pain chaud… Ses frères se levaient, elle le savait car le plancher bougeait au loin… Son père, lui devait se trouver derrière, refusant de se montrer dans un état de faiblesse. Avec un faible sourire, la demoiselle s’avança alors sur la table et y déposa une feuille de dessin sur laquelle elle avait travaillé une partie de la nuit. On pouvait y avoir sa famille, en entier… Devant cette maison qui resterait à jamais la sienne. Versant une dernière larme, Aeryn lâcha un soupir bruyant, serra les poings et prit le chemin qui menait à l’extérieur en essuyant sa joue. Fini de pleurer, les choses sérieuses commençaient à présent et il ne fallait en aucun cas qu’elle passe pour une pleurnicharde.

L’ambiance dans le petit jardin sauvage était réconfortante… La journée s’annonçait chaude et agréable pour voyager. Les alentours commençaient à immerger et on pouvait entendre des voix au loin qui se saluaient. N’arrêtant pas sa course, Aeryn avança vers le fameux Ilbriak Kaderil sans succomber à son envie de se retourner. Lorsqu’elle arriva à son niveau, celui-ci emboita le pas sur le chemin animé par le bruit des feuilles et le chant des oiseaux. Le cœur au bord des lèvres, la jeune fille n’osait pas parler… Et même si elle avait voulu, elle avait la gorge tellement serrée que cela n’aurait rien donné. Ainsi, elle porta ses yeux curieux sur la végétation et tout ce qui aurait pu être posé sur le papier… Le paysage offrait tellement de possibilités avec ce beau temps qu’elle se laissait bercer par son rêve, oubliant ainsi progressivement la tristesse qui s’était emparée d’elle.

Cependant, la voix de son accompagnateur résonna dans son esprit, la ramenant doucement à la réalité. Celui-ci avait remarqué les feuilles qu’elle trimbalait dans sa besace et c’est avec sincérité qu’il lui fit un compliment. Un sourire gêné étira alors les lèves fines de la demoiselle qui répondit en râlant sa gorge sèche.

« Oh… C’est gentil… de votre part… En fait… Je... »

Une petite pause s'imposa... Comme si le fait de parler de "magie" était douloureux...

« Je... suis une... Dessinatrice… C’est pourquoi je dois me rendre au Loch… Pour apprendre à maitriser… ce… don»

La situation était tellement bizarre à expliquer qu’elle en avait perdu ses mots. Fallait-il parler de don ou de pouvoir dans ce monde où l’on se méfiait de tout parfois ? Naïve et perdue, Aeryn ne savait pas vraiment comment se comporter avec les différents habitants de Lanriel… D’autant plus que le pouvoir qu’elle avait découvert en elle continuait de l’effrayer un peu… Ce n’était pas tous les jours que l’on apprenait qu’il était possible de donner la vie à de simples dessins… Ainsi, et enfin de ne pas passer pour une folle, la jeune fille reprit la parole sur un ton qui mêlait douceur et appréhension…

« C’est étrange de parler de ce genre de chose, désolée si je vous ai offusqué… »

Ponctuant sa phrase par un sourire sincère, la Dessinatrice décida qu’il était temps de changer de sujet… Ainsi, il serait libre à lui de revenir dessus s’il le désirait…

« Vous… Vous venez de loin… ? »

Peut-être était-ce déplacé de parler autant, mais il lui était impossible de garder le silence de peur de se laisser envahir par la tristesse et la nostalgie. D’autant plus que le voyage allait durer des jours… Il valait mieux que le courant passe dès le début afin d’éviter les incompréhensions par la suite.


ಊಊಊಊಊಊಊಊಊಊಊಊಊ



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La maitrise de soi est un long voyage. Partie I [Pv : Aeryn Baykon]   Dim 29 Avr 2012, 19:27

[Hj : Désolé un peu plus court.]

Alors qu'Ilb' redoutait de ne pas entendre le son de sa voix. Un mince sourire s'afficha sur son visage avant qu'elle ne prenne la parole, ou plutôt n'essaie. En effet, ses paroles furent quelques peu hésitantes, mais au fil des mots, la jeune femme prit un peu plus d'assurance.

« Oh... C'est gentil... de votre part... En fait... Je... Je... suis une... Dessinatrice... C'est pourquoi je dois me rendre au Loch... Pour apprendre à maitriser... ce... don. "

Ce dernier mot fut à peine prononcé. Or il percuta Ilb' avec une grande force, lui amenant à l'esprit le visage de sa jumelle qui avait elle aussi rejoint Loch Eydis pour y apprendre à maîtriser son don. Don ... Ce dernier mot, Aeryn l'avait soufflé, comme s'il elle ne savait pas comment en parler, ni même si elle le devait.
Le rôdeur plongeant momentanément dans ses souvenirs, il revit ce dessinateur emmener sa soeur, mais Aeryn repris la parole lui empêchant de faire remonter trop de douloureux souvenir. C'est pour ça qu'il ne parlait jamais de sa famille...

" C'est étrange de parler de ce genre de choses, désolée si je vous ai offusqué... Vous... Vous venez de loin... ? "

Apparement, la jeune demoiselle ne savait pas non plus comment réagir face à cette situation un peu délicate, au moins ils étaient deux... Mais apparemment, elle ne s'offusqua pas de sa prise de parole et y répondit même, le rôdeur décida donc qu'un peu de discutions ne pouvait pas faire de mal. Il resta tout de même silencieux quelques secondes avant de répondre.

" Je me doutais que tu étais dessinatrice. Sûrement car j'ai connu quelqu'un qui l'était aussi et qui a aussi dû se rendre à Loch Eydis, à cause de ce don. Ne t'en fais pas, cela ne me dérange pas de parler de ça... Ajouta Ilb' devant l'incertitude de la jeune femme. Je suis ce que tout le monde appelle un rôdeur. Je peux communiquer aussi aisément avec les animaux qu'avec toi. De plus la nature, ses sons, ses odeurs, non pas de secrets pour moi. "

Prenant à nouveau le temps pour continuer, Ilb' songea à toutes ces années passées avec celui qui lui avait tout appris. Alors que le soleil montait encore et atteindrai bientôt son zénith, clignant des yeux d'avoir regardé le ciel éclatant, Ilb' repris.

" Parfois, on nous traite de voleur, parfois on nous ignore. Mais le peuple de Lanriel, n'a que peu de considération, en général, pour ceux qui sont comme moi... Les rôdeurs. Pour ce qui est des dessinateurs, ils sont généralement aduler et craint à la fois de par leur pouvoir. Si tu veux un conseil, réfléchit bien avant de dévoiler tes atouts à quelqu'un. Il peut parfois être dangereux de trop parler dans certaines régions de Lanriel et un voyageur anodin passe souvent plus inaperçut. "

Ilbriak regardait tout autour de lui en marchant profitant de chaque souffle de vent, qui comme un murmure, lui contait de nombreux secrets. Respirant profondément, détendu, Ilbriak enchaîna pour répondre à la question de la jeune femme blonde.

" Je suis originaire de Tearmainn, à une vingtaine de jours de marche au nord ouest de la capitale. La légende veut qu'un magicien ait donné sa vie pour protéger les habitants de cette partie de Lanriel. Donc c'est assez loin d'ici en effet... "

Alors qu'il finissait sa phrase, le soleil avait maintenant dépassé son zénith depuis de nombreuses minutes. Ilb' se demanda s'ils croiseraient un village où il pourrait déjeuner tranquillement, dans une auberge, ou bien s'ils leur faudraient trouver un endroit excentré du chemin pour se reposer. En effet, si Ilb' avait mangé avant de partir rejoindre Aeryn chez elle, peut-être celle-ci n'avait pas eu le courage, ni même l'envie de manger sur le moment. Or Ilbriak étant bien placé pour savoir que marcher toute une matinée ouvrait l'appétit.

Décidant d'attendre un peu pour avoir sa réponse, ils continuèrent à marcher sans incidents notables. Pourtant, le vent tourna imperceptiblement et Ilb' ressentit alors comme un frisson d'avertissement parcourir son dos.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La maitrise de soi est un long voyage. Partie I [Pv : Aeryn Baykon]   Lun 30 Avr 2012, 16:11



ಊಊಊಊಊಊಊಊಊಊಊಊಊ

Le silence… Même s’il n’avait duré que quelques secondes, Aeryn avait eu l’étrange impression qu’il s’était écoulé de longues minutes avant la prise de parole d’Ilbriak. Son souffle, coupé par la peur, s’échappa alors de sa bouche en un long soupir silencieux lorsque le rôdeur lui avoua qu’il avait très bien compris qui elle était. Comment réagir face à cela ? A vrai dire, la demoiselle n’eut pas le temps d’y penser car la suite de la discussion l’hypnotisa littéralement. L’homme qui l’accompagnait avait connu quelqu’un qui avait dû se rendre au Loch Eydis pour son don… Tout comme elle.Voilà une révélation qui la rassura...

Les yeux écarquillés, la bouche légèrement entrouverte, elle buvait littéralement les paroles qu’elle entendait. Ce n’était pas possible, elle rêvait ? Ou alors Eydis veillait sur elle. Mais cela ne s’arrêta pas à la simple connaissance des Dessinateurs… Il s’avérait qu’Ilbriak Kaderil était un rôdeur qui avait la capacité de communiquer aussi aisément avec les Hommes qu’avec les animaux… En réalité, il ne faisait qu’un avec la nature tant il la connaissait sur le bout des doigts. Encore un détail qui laissa la belle pantoise.

Ayant conscience qu’elle avait devant elle un véritable puits de connaissance, la jeune fille resta attentive à la moindre parole, l’esprit en proie à de plus en plus de questions. Elle apprit alors que les rôdeurs n’étaient pas biens vus parfois car on les assimilait le plus souvent à la caste des voleurs… Ils avaient droit à l’ignorance, comme si leur existence n’était rien. Ces pensées, au combien négatives, bouleversèrent Aeryn qui pensait que le monde n’était que respect et bonté. Voilà qu’elle tombait en haut en apprenant tout cela… Mais ce n’était pas terminé…

Ilbriak revint alors sur la vision extérieure des Dessinateurs… Adulés et craints à la fois à cause ou grâce à leurs pouvoirs, il lui conseilla d’éviter de parler de son don à n’importe qui afin d’éviter tout conflit. Approuvant d’un signe de tête, le visage de la demoiselle affichait un sérieux des plus impressionnants. Surtout au moment où l’homme commença à parler de son village d’origine et de l’histoire du magicien… Pour tout avouer, Aeryn ne pensait plus à son départ, ni à la faim qui commençait à se faire ressentir, bien trop avide d’en savoir plus sur ce monde étrange… Ne connaissant pas bien la carte du monde de Lanriel, elle ne pouvait dire où Tearmainn se trouvait, tout comme la capital… Tout ce qu’elle savait était que cela se trouvait loin… Très loin. Mais elle allait apprendre, elle avait tout le voyage pour le faire.

Soudain, une petite brise fraîche vint la faire frissonner… Le ciel si radieux du matin commençait à s’assombrir de façon menaçante… Quel dommage… Il allait falloir trouver un abri assez vite s’il s’avérait que la pluie ne tombe violemment. Ainsi, et afin de ne pas laisser le silence s’imposer, la demoiselle à la chevelure de blés fit entendre sa voix, en étant plus à l’aise.

« Je ne connais rien du monde de Lanriel, et j’avoue que vos paroles suscitent beaucoup de curiosité… J'aimerais beaucoup vous poser des questions quand nous serons au repos si vous le voulez bien... »

Marquant une pose, Aeryn baissa les yeux sur le sol comme à l’accoutumé…

« Je ne pensais pas que les habitants pensaient tout cela… Des rôdeurs, des Dessinateurs… Cela doit être pareil pour tout monde… »

Pour l’avoir touchée, cela l’avait touchée et pas qu’un peu… Mais ce qu’elle redoutait le plus était le côté sombre du monde qui semblait bien plus important que le reste. La vérité, elle la découvrirait un peu plus chaque jour au côté d’Ilbriak et même si elle allait altérer sa vision parfaite de la vie, cela allait être nécessaire pour survivre dans les situations les plus catastrophiques.


ಊಊಊಊಊಊಊಊಊಊಊಊಊ



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La maitrise de soi est un long voyage. Partie I [Pv : Aeryn Baykon]   Lun 30 Avr 2012, 17:23

Les révélations d'Ilb' semblèrent presque choquer la demoiselle. Sûrement qu'Aeryn n'avait eu que peu la chance de voyager et il comprenait sans mal ses réactions, qu'il avait eu lui aussi alors qu'il avait à peu près le même âge. Pourtant, il était bien moins attentif à ce que disait son mentor comparé au sérieux dont la jeune femme faisait preuve maintenant envers lui. Cette pensée le fit sourire.

Certaines choses la surprirent, d'autre peut-être l'effrayèrent, se rendit compte Ilb' quand ses yeux s'écarquillèrent un peu. Peut-être ne devrait-il pas lui raconter tout cela tout de suite et aussi... froidement. C'était certes la réalité et il faudrait que la jeune femme s'y fasse, mais le rôdeur se promi d'essayer d'être moins abrupte sur le fait que la vie n'était pas toute rose comme elle aurait pu le penser.

Hochant la tête, la demoiselle lui faisait comprendre qu'elle comprenait la nécessité de faire attention à ses dires et faits et gestes quand elle n'était pas avec quelqu'un de confiance et encore.... Ilb' avait en effet eu vent de plusieurs histoires où des personnes avaient été enlevées pour leur dons.

Peu de temps après qu'Ilb ait ressentit ce frisson bizarre le parcourir, le ciel se mit à se couvrir. Cela ne témoignait rien de bon, Ilb' sentait approcher la dépression qui lacherai bientôt sur eux une averse qui promettait d'être costaude. Et alors qu'il pensait à cela, Ilb' vit quelques oiseaux chasser au ras du sol, ce qu'il faisait quand la pression atmosphérique variait, annonçant une averse.

Alors qu'il allait prendre la parole, la voix de la jeune femme résonna, lui témoignant son peu d'expérience et sa curiosité. Mais aussi son désarroi face à ce que les gens pouvaient penser et avoir de plus noir. Ilb' pensa avec une pointe de tristesse que malheureusement, la plupart des personnes étaient ainsi faites...

Mais l'heure n'était plus à la parole, elle était à l'action. S'ils voulaient avoir un abri avant que la pluie ne tombe. Et ce sentiment bizarre qu'Ilb' avait ressentit, revint à nouveau. Plus puissant. Ilb' se sentait observer, mais il n'aurait sû en dire plus. Restant sur ses gardes, mais taisant son doute pour ne pas effrayer la jeune femme, il lui sourit et prit la parole.

" Je répondrais volontiers à tes questions et ce que nous soyons assis ou sur le chemin, n'ais crainte. Mais pour l'heure, nous devons trouver un abri si nous voulons rester sec et nous en profiterons pour manger. Suis moi. "

Et Ilb' s'enfonça dans la forêt sur leur gauche. Il faisait un peu sombre, cela étant sûrement dut aux nuages gris qui affluaient. Mais en parallèle, plus ils s'enfonçaient dans la forêt plus la sensation d'être observés augmentait, aussi Ilb' décida de ne pas s'enfoncer plus de quelques dizaines de mètres entre les arbres.
Plus pour distraire la jeune demoiselle, que par envie d'étaler ses quelques connaissances, Ilb' prit la parole, tout en cherchant un abri des yeux.

" C'est à cause de la montagne qu'il pleut beaucoup dans cette région, les nuages gorgés d'eau sont trop lourds que pour pouvoir s'élever assez pour passer par-dessus la chaine montagneuse. Aussi, bloqués contre les rochers, ils finissaient par déverser leurs eaux sur le flanc de la montagne. "

Ilbriak repéra une petite clairière au bord de laquelle de gros rochers d'éboulis pourraient leur offrir une anfractuosité assez grande pour s'y réfugier. Entrainant le jeune femme à sa suite, il poursuivit :

" Et une fois qu'ils ont perdu leurs eaux, ils sont beaucoup plus légers et de ce fait s'élève encore plus dans le ciel. Assez pour passer les montagnes. "

Arrivé près des énormes rochers, le rôdeur en fit le tour pour chercher une quelconque ouverture. Ouverture qu'il trouva du coté exposée à la clairière et par conséquent exposée aux vents qui chasseraient l'eau par l'ouverture... Mais ça ne serait pas un problème, apparemment l'anfractuosité faisait un petit coude qui offrait un rempart aux gouttes.

La prochaine étape était de ramasser du bois pour faire un feu. Voulant préserver les forces de la jeune femme, il voulût lui dire de rester à l'abri, mais ce sentiment si infime soit-il qui le taraudait aux limites de ses sens poussa Ilb' à la garder près de lui.

" Viens, maintenant qu'on a un abri, on va essayer de trouver du bois. En temps normal, on se s'éterniseraient pas pour manger, mais comme l'averse peut durer assez longtemps, mieux faut avoir de quoi se chauffer, au cas où. Il nous suffit de nous pencher pour en ramasser, par contre prend que celui qui te parait sec. "

Sans compter que le feu faisait peur à de nombreuses créatures... Mais Ilb garda cette pensée pour lui. Ils finissaient de réunir leur petit tas de bois de différentes tailles qu'ils entassèrent dans l'anfractosité, quand Ilb' reçut une goutte sur le visage. Ils se dirigèrent alors vers leur abri et à peine en eurent-ils franchit le seuil que l'averse commença vraiment.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La maitrise de soi est un long voyage. Partie I [Pv : Aeryn Baykon]   Lun 30 Avr 2012, 22:18



ಊಊಊಊಊಊಊಊಊಊಊಊಊ

L’ambiance si agréable avait à présent laissé place à une ambiance lugubre qui faisait froid dans le dos. Le vent combiné aux étranges bruits des alentours n’avaient rien de très rassurant, au grand désespoir d’Aeryn qui vivait ça pour la première fois de sa vie. Cependant, Ilbriak continuait d’afficher un sourire parfait comme pour lui faire comprendre qu’il ne se passerait rien de grave. Afin de lui répondre, la jeune fille avait montré une mine plus ou moins décontractée…

Se détournant du chemin principal, le Rôdeur s’enfonça dans la noirceur de la forêt après avoir dit qu’ils parleraient tout deux tranquillement une fois un abri trouvé. Il est vrai que le ciel changeait à une vitesse vertigineuse et la pluie n’allait pas tarder à les tremper jusqu’aux os. Une pluie qui selon les dires de son compagnon, n’avait rien à voir avec celle qu’elle connaissait tant elle pouvait occasionner de dégâts dans les montagnes. Consciente qu’elle devait suivre ses conseils à la lettre, la demoiselle le suivait comme son ombre, en marchant exactement là où il avait posé ses pieds.

C’est alors qu’il repéra un quelque chose qui allait pouvoir faire office d’abri le temps que la pluie passe. Toujours aussi silencieuse, Aeryn lui suivit tout en ayant les yeux hypnotisés par ce qui se tramait au-dessus de sa tête. Maintenant qu’ils étaient sur place, il fallait trouver l’entrée, ce qui se fit assez rapidement à vrai dire. L’abri naturel était parfait, et ne manquait plus que le feu, comme l’avait si bien dit Ilbriak.

Respectant les ‘ordres ‘ de l’homme qui l’accompagnait, la demoiselle se mit alors à la tâche en ramassant des morceaux de bois secs sans trop s’éloigner… Cependant… Une présence attira son attention… Stoppant alors ses gestes, elle se mit à chercher un être vivant des yeux, le cœur battant furieusement dans sa poitrine. Mais la pluie vint la tirer de sa transe étrange et c’est en détalant comme un lapin qu’elle rejoint l’abri. A demi-trempée, la jeune fille déposa les morceaux de bois et s’installa en tentant de se calmer. A tous les coups elle s’était fait des idées et la chose qui l’avait effrayée n’était rien d’autre qu’un animal.

__________________


Le feu ne mit pas longtemps à prendre, et ce ne fut pas grâce à Aeryn et ses talents de baroudeuse. Enfin apaisée, elle sentait qu’elle pouvait enfin poser toutes les questions qu’elle souhaitait et qu’elle avait gardées au chaud dans sa mémoire. Ainsi, et pendant qu’ils mangeaient un morceau, elle mit son mutisme de côté afin de satisfaire sa curiosité sur un ton chaleureux et agréable.

« Alors vous avez connu quelqu’un qui a rejoint de Loch Eydis ? Mon père a eu de la chance de vous trouver… »

Un sourire franc étira ses lèvres, signifiant clairement qu’elle était en confiance en dépit de la pluie qui tombait à torrent dehors.

« J’aimerais bien que vous me parliez des gens que l’on peut trouver sur les terres de Lanriel… Je ne sais rien d’eux…»

Avec délicatesse, Aeryn prit une bouchée de son petit encas, et poursuivit sur un ton à la fois curieux et rêveur…

« La seule chose dont on m’a parlé… Enfin c’est ma mère qui disait cela… Qu’il existe des femmes qui peuvent déceler la vérité dans les yeux des Hommes en un seul… »

Un bruit étrange arriva alors à ses oreilles, coupant instantanément son élan de joie… Tétanisée, elle braqua son regard au loin, à travers le paysage apocalyptique…. Puis dans la seconde, se tourna à nouveau vers Ilbriak, le visage blême.

« Vous… Vous avez entendu ?? Vous… avez vu ?? »

Déglutissant, la demoiselle tentait de contrôler la peur qui l’envahissait toujours plus à chaque seconde… C’est alors que le souvenir de la forêt lui revint en tête.

« Je… Tout à l’heure, j’ai… j’ai eu l’impression que quelqu’un nous suivait… Vous pensez que… ? »

Les mots restèrent coincés dans sa gorge... Que ? Que c’était quelque chose de vile et dangereux ? Un animal ? Un homme ? Une des créatures de la nuit qui attaquaient la Capitale… Car oui, la nuit commençait à tomber, et tout était possible en ce monde, tout… Et ça, Aeryn le savait à présent.



ಊಊಊಊಊಊಊಊಊಊಊಊಊ



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La maitrise de soi est un long voyage. Partie I [Pv : Aeryn Baykon]   Mar 01 Mai 2012, 13:59

Une fois sous l'abri, Ilbriak se secoua un peu pour faire tomber l'eau de ses cheveux et de sa besace, puis s'enfonça un peu plus dans l'anfractuosité. Celle-ci était en fait relativement petite, mais avait l'avantage de n'avoir qu'une ouverture et donc qu'une seule entrée à surveiller.

Le rôdeur alla déposer sa besace tout au fond de la cavité puis entassa le bois au pied d'un des "murs" de leur abri, un peu plus près d'eux et éloigné de l'entrée par laquelle chassait déjà la pluie. Il ramassa plusieurs petits rochers de la taille son poing et réalisa un cercle avec ceux-ci, juste avant la limite de là où tombait l'eau dans l'abri. Puis le rôdeur y entassa les toutes petites brindilles qu'ils avaient ramassé et autres feuilles, mousses et morceaux d'écorce qui traînaient dans la grotte tandis que le rideau d'eau qui tombait empêchait de voir bien loin dehors.

Le feu serait assez proche pour qu'ils aient chaud, mais en même temps assez éloigné pour ne pas s'étouffer avec la fumée. S'accroupissant face à la sortie, Ilb' essaya de percer le rideau de pluie et un éclair traversa ses entrailles, là-bas de l'autre côté de la clairière, il avait vu bouger une masse qui semblait assez impressionnante. Il comprenait enfin ce sentiment qui le suivait depuis plusieurs heures, c'était celui de la proie traquée... Ne disant rien pour ne pas alerter sa jeune compagne, le rôdeur prit son silex et sa pierre à feu en main pour allumer au plus vite le feu, une fois cela fait, ils seraient tranquilles.


A force de cogner la pierre à feu avec le silex au-dessus du petit tapis qui se trouvait dans le cercle, Ilb obtint quelques étincelles qui l'embrasèrent rapidement. Le vent ayant commencé à se lever aussi peu après l'averse et s'engouffrant un peu dans l'abri, Ilb' n'eut aucun mal à faire de ces petits points rouges, des braises sur lesquelles déposer du petit bois. Très vite, avec minutie, le feu grandit et devint assez imposant pour garder à l'écart ce qui se terrait là-bas.

Assuré qu'ils ne risquaient rien dans l'immédiat, ils commencèrent à manger un bout et la discussion repris. Ilb' gardant quand même ses sens aux aguets.

" Alors vous avez connu quelqu'un qui a rejoint de Loch Eydis ? Mon père a eu de la chance de vous trouver... Aeryn lui sourit et poursuivit. J'aimerais bien que vous me parliez des gens que l'on peut trouver sur les terres de Lanriel... Je ne sais rien d'eux... La seule chose dont on m'a parlé... Enfin c'est ma mère qui disait cela... Qu'il existe des femmes qui peuvent déceler la vérité dans les yeux des Hommes en un seul... "

Et là Ilb' identifia ce qui se trouvait à proximité. Une archne. Le crissement caractéristique des mandibules de la bête résonna tout près d'eux et avant qu'il n'ait pu réagir Aeryn se tourna vers lui.

" Vous... Vous avez entendu ? Vous... avez vu ? Je... Tout à l'heure, j'ai... j'ai eu l'impression que quelqu'un nous suivait... Vous pensez que... ? "

Oui, Ilb' avait entendu. Elle ne devait pas être loin.

" Pas quelqu'un, quelque chose. Répondit le rôdeur. C'est une Arachne, une araignée qui peut être tellement grande qu'on pourrait se tenir debout dessous à plusieurs. Mais ne t'inquiète pas, celle-ci est loin d'être aussi grosse sinon elle nous aurait attaqué dès qu'elle nous a vu. Or elle ne l'a pas fait, c'est qu'elle est donc plus petite et qu'elle ne serait pas forcément victorieuse dans le cas d'un affrontement. Même si son dard reste venimeux et que la toxine paralyse lentement celui qui est piqué, le temps qu'elle le ligote dans un cocon de toile. Une fois pris dans le cocon, on ne peut en sortir seul même si la toxine ne fait plus effet.
Et de deux, elle ne passera pas l'entrée. Elles ont peur du feu, comme beaucoup d'autres bêtes.
"

Ilbriak réfléchissait en même temps qu'il parlait. En effet, le feu la tiendrait à l'écart, mais ils n'avaient pas un stock illimité de bois et de toute façon, il faudrait bien qu'ils sortent un jour. Plusieurs options s'offraient à eux.

Rester ici avec le feu allumé, en espérant qu'elle se lasse et parte ? Pas sûr que ça arrive, si les Arachne chassent pour faire des provisions, rien ne garantit que celle-ci ne soit pas à cour de réserves...
Attendre une meilleure situation pour combattre, notamment que la pluie cesse ? Possible mais risqué, s'ils venaient à ne plus avoir de bois et que la pluie tombe encore cela impliquait un affrontement sous la pluie et de surcroit dans le noir si l'attente les menaient à la nuit.
Sortir maintenant, certes sous la pluie mais avec l'avantage du jour, si sombre fusse t-il, face à cette créature plutôt nocturne semblait être la meilleure solution. De plus, Aeryn serait à l'abri derrière le feu, il n'aurait donc pas à faire attention à leur deux vies en même temps et si Ilb' avait raison, elle n'était pas plus grosse qu'une vache, il pouvait s'en sortir.

" On va attendre un peu, voir si elle part et si elle n'est pas partie d'ici le milieu de l'après-midi, c'est qu'elle ne nous lâchera pas. Dans ce cas, je sortirais et je l'éloignerais de toi. Tu devras m'attendre dans l'abri en t'assurant de garder le feu vivant, d'accord ? "

Ilb' accrocha un sourire réconfortant à son visage et mordit dans son en-cas avant de répondre aux questions de la jeune femme.

" En effet, j'ai connu quelqu'un qui y est allé, mais ce n'est pas moi qui l'y ai accompagné et je ne sais pas ce que cette personne est devenue depuis, donc je ne peux pas te donner plus de détails, désolé. Ilbriak lui sourit. En ce qui concerne les gens de Lanriel, je crois que notre voyage ne sera pas assez long pour tout dire, mais j'essaierais de t'en dire un maximum. Ces femmes dont on t'a parlé sont des Inquisitrices. Et en effet, elles ont le pouvoir de connaitre la vérité sur les gens, un regard suffit et elles peuvent affirmer s'il est coupable ou non. Ce qui fait d'elles des personnes très écoutées et respectées, cependant ce ne sont pas elles qui prononcent les sentences. Et peut-être le sais-tu mais seul les femmes peuvent être Inquisitrice, il n'a jamais été fait mention d'homme ayant ce pouvoir. Tout comme les dragonniers ne sont que des hommes. "

Ilbriak fit une pause de quelques minutes après ce long monologue et reprit, un sourire aux lèvres malgré les crissements qu'il distinguait au loin avec son ouïe développée, caractéristique des rôdeurs.

" Je me demandais si tous les dessinateurs voyait leur don se manifester de la même façon. La personne dont je te parle n'avait qu'à penser pour faire apparaitre ce qu'elle pensait, il en est de même pour toi ou c'est différent ? "


Dernière édition par Ilbriak Kaderil le Mar 01 Mai 2012, 21:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La maitrise de soi est un long voyage. Partie I [Pv : Aeryn Baykon]   Mar 01 Mai 2012, 21:43



ಊಊಊಊಊಊಊಊಊಊಊಊಊ

C’est avec un calme parfait qu’Ilbriak avoua à la jeune Aeryn qu’il avait repéré ce qui les suivait depuis un moment déjà. Il n’y avait pas de quoi être étonné si l’on se referait aux aveux qu’il avait fait un peu plus tôt concernant ses capacités épatantes… Et pourtant, la demoiselle resta ébahie devant un tel professionnalisme. A tel point que cela remplaça durant quelques secondes la peur qui avait commencé à la faire trembler.

Ne sachant plus quoi dire, elle prêta alors attention aux moindres détails concernant leur traqueur… Une Arachne… La description manqua de la faire hurler mais elle se contenta d’hocher la tête en frissonnant afin de ne pas passer pour une idiote. Et pourtant plus le discours avançait et plus son corps s’agitait de légers soubresauts… N’ayant jamais vu de créature de ce type, la demoiselle appréhendait réellement la suite des événements. Son voyage ne faisait que commencer et les ennuis n’avaient pas tardé à débarquer. Il avait été aussi très naïf de sa part de croire que tout allait être tout beau et tout rose avec tout ce qu’elle avait appris en si peu de temps.

Cependant, l’assurance du rôdeur lui fit reprendre son calme lentement… La taille de la bestiole n’avait rien d’alarmant et elle ne risquait pas d’entrer dans leur petit abri de sitôt étant donné qu’elle avait peur du feu. Son cœur ayant retrouvé des battements plus ou moins normaux, Aeryn tenta alors un sourire qui se transforma en une grimace mélangeant douleur et peur. Le fait de rester seule à attendre si tout n’allait pas dans leur sens l’effrayait grandement… Mais elle essaya de ne pas y penser afin d’éviter de plonger dans une psychose dont elle ne sortirait jamais.

Ainsi, l’ambiance changea littéralement et même si la situation semblait être contrôlée, la jeune fille ne cessait de jeter des regards dehors ou de trembler à chaque cri strident de la bête. Néanmoins, cela ne l’empêcha pas de prêter attention aux paroles de son compagnon qui reprit la discussion sur les dessinateurs. Il n’avait pas accompagné la personne en question… et en avait eu aucune nouvelle… Pensant qu’il aurait été très déplacé de demander plus amples informations, elle continua d’écouter… Les Inquisitrices, la justice… Tout cela semblait être irréel… Pourtant, elle connaissait les Dragonniers mais le fait d’apprendre qu’il existait des êtres capables de déceler la vérité lui donnait clairement l’impression d’être une ignare. Et lorsqu’elle entendit la question d’Ilbriak, elle mit un moment avant de lui répondre…

Clignant des yeux comme pour revenir à elle, elle déglutit et se mit à parler sans trop savoir comment expliquer le phénomène…

« Heu… Non… Je… Je n’ai pas fait comme ça, je ne savais même pas que c’était possible… C’est… »

Perdue dans ses propos tant le pouvoir l’avait effrayée avec le témoignage du Rôdeur, elle mit un moment avant de reprendre la parole, ouvrant et fermant la bouche pour ne rien dire.

« En fait… Je dessinais… Et puis le dessin… C’était un chat… Il a commencé à sortir de la feuille… Il était réel et en vie… »

Soudain une idée lui traversa l’esprit… Une idée absurde sûrement et qu’elle ne put garder pour elle plus longtemps car elle souhaitait avoir l’avis de celui qui semblait tout connaître de Lanriel.

« Vous pensez qu’il est possible de se défendre contre des créatures avec ce genre de… don ? »

Mais avant que son accompagnateur n’ait eu le temps de répondre, les cris de la bête se firent de plus en plus bruyants… Approchait-elle de leur abri en mettant sa peur du feu de côté ? Jetant alors un œil au dehors, Aeryn vit que l’ombre se rapprochait de plus en plus, puis reculait un peu pour revenir à la charge… Décidemment, Eydis les avait abandonnés sur le coup… A croire que le début de la journée n’avait été qu’un rêve….

« Elle… Elle n’a pas l’air de vouloir… partir… »

Son regard se plongea alors dans celui d’Ilbriak afin d’y chercher du réconfort... Elle savait que le moment qu’elle avait redouté quelques instants plus tôt allait arriver… Et elle voulait à tout prix avoir la force de ne pas se laisser submerger par l'horreur.



ಊಊಊಊಊಊಊಊಊಊಊಊಊ



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La maitrise de soi est un long voyage. Partie I [Pv : Aeryn Baykon]   Mar 01 Mai 2012, 23:19

Ilbriak s'attendait à ce qu'elle lui en veuille de ne pas l'avoir avertie plus tôt du danger qui les suivait. Mais quand il lui révéla, la jeune femme sembla juste... surprise. Surprise qui laissa place petit à petit à de la peur dans ses yeux. Une fois de plus, Ilbriak avait manqué de beaucoup de tact et Aeryn commença à trembler. Il n'aimait pas voir la jeune femme comme ça. Quel imbécile il faisait. Puis peu à peu la jeune femme blonde réussit à reprendre son calme, tentant même un sourire qui vira pourtant à la grimace, ce qui fit sourire Ilbriak.

Pendant que le rôdeur répondait à ses questions, le regard de la jeune femme semblait comme hypnotisés par l'écran opaque que formait l'averse, comme si elle voulait déchirer ce voile et découvrir enfin ce qui se cachait derrière. La question d'Ilb' sembla d'ailleurs la prendre un peu au dépourvu, elle mis quelques minutes pour exprimer ce qu'elle voulait dire.

" Heu... Non... Je... Je n'ai pas fait comme ça, je ne savais même pas que c'était possible... C'est... En fait... Je dessinais... Et puis le dessin... C'était un chat... Il a commencé à sortir de la feuille... Il était réel et en vie... "

En même temps, il comprenait parfaitement que la jeune femme ne réussisse pas encore bien à concevoir ce qui lui arrivait, c'est d'ailleurs pour cela qu'elle se rendait à Loch Eydis. Cette réponse rendit songeur le rôdeur, ainsi chaque dessinateur est susceptible de voir son don se manifester de façons différentes... Ilb' repensait à la démonstration un peu involontaire de sa soeur quand une idée lui traversa l'esprit et apparemment Aeryn venait d'avoir la même.

" Vous pensez qu'il est possible de se défendre contre des créatures avec ce genre de... don ? "

Cependant, Ilb' n'eut pas l'occasion de répondre. Des cris stridents, de plus en plus proches se faisaient entendre. Et comme le fit remarquer Aeryn, l'arachne semblait bien décidée à les avoir pour déjeuner. Croisant le regard de la jeune femme, il y lut sa peur. Peur qu'il avait eu aussi, que son mentor ne revienne pas. La regardant droit dans les yeux Ilb' prit la parole.

" Ecoute, je pense savoir ce que tu te dis. Mais si jamais il venait à m'arriver quelques choses, c'est que l'arachne aura eu ce qu'elle voulait. Si je ne reviens pas, tu ne risqueras plus rien de sa part. Dans ce cas, passe la nuit ici car c'est trop dangereux de se déplacer seul la nuit, reprend l'argent de ta famille et retourne y au plus vite, d'accord ? "

Ilbriak se voulait rassurant, mais au fond il espérait bien ne pas faillir à sa mission. Tournant la tête vers la bête qui continuait à se rapprocher, le rôdeur enchaîna.

" Je pense qu'il est possible de se défendre, oui. La... dessinatrice que je connais à réussit à faire disparaitre une arme, alors pourquoi serait-il impossible d'en faire apparaître ? "

Ilbriak échafaudait déjà plusieurs scénarios tout en continuant de parler quand un doute émergea dans son esprit.

" Penses tu être capable de dessiner, là ? As tu déjà réessayé d'utiliser ton pouvoir ? Car il se pourrait que ça nous soit bien utile. Si ce n'est pas le cas, je m'en tiens à mon plan de base. J'essaie de la blesser suffisamment de loin pour avoir un avantage et je sors d'ici pour l'écarter de toi. Mais si pas hasard il t'était possible de réussir à user de ton don, j'avoue que ça augmenterait mes chances de pas finir en soupe d'environ... beaucoup. Il y a quand même un hic, je ne sais pas si on aura assez de temps pour que tu puisses dessiner sur le papier ce dont nous pourrions avoir besoin et notre amie là, ne semble pas vouloir attendre... "

Le visage du rôdeur se fit plus grave, plus sérieux.

" Avant que tu ne te décides, je voudrais seulement te dire que dessiner demande beaucoup d'énergie. Aussi, dépenser trop d'énergie en dessin ce qui risque surtout d'arriver à un débutant, peut engendrer de graves complications pour la personne qui dessine. Je ne te laisse donc qu'une, voir deux tentatives. Se rendant compte que cela n'allait pas aider Aeryn, Ilb' tenta une pointe d'humour. Si jamais ça ne marchait pas, on repasse au plan B. Je l'asticote de quelques flèches, puis je la zigouille un peu plus loin pour t'épargner cette horrible fin... "

Tenter est obligatoire pour réussir, mais cela n'implique pas que toutes tentatives aboutissent... Aussi, c'est ce moment de solitude, plutôt déplacé dans le contexte actuel, qui aurait pût être drôle. Secouant la tête pour faire disparaitre son début de sourire et reprendre ses esprits, Ilb' se re-concentra. Dans le cas où Aeryn dessinerait, il fallait trouver quelque chose d'efficace. Quelque chose qui leurs permettraient d'avoir un avantage sur la créature par la suite.

Il fallait un dessin de petite taille, rapide à faire et qui ne demanderait pas à Aeryn d'investir toutes ses forces. Il était donc exclu d'envisager une énorme tapette. De plus, Ilbriak avait déjà une arme. Liant pensées et gestes, il se dirigea vers sa besace et en sortir son arc qu'il monta rapidement. Pourquoi pas une sorte de flèche améliorée ? Plus transperçante, empoisonnée peut-être ? Le rôdeur se demandait s'il était possible de dessiner quelques chose que l'on avait jamais rencontré, juste à partir de l'imagination. Et alors qu'il tentait de trouver un moyen de combiner le dessin d'Aeryn à son habilité à l'arc, ou à toutes autres idées qui pourrait les aider, cette dernière pris la parole. Peut-être avait-elle une idée ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La maitrise de soi est un long voyage. Partie I [Pv : Aeryn Baykon]   Mer 02 Mai 2012, 21:53



ಊಊಊಊಊಊಊಊಊಊಊಊಊ

La décision semblait être prise concernant la bête qui s’amusait à les traquer en dépit de la pluie et du feu qui illuminait l’intérieur de l’abri. Toujours aussi calme, Ilbriak prit alors la parole en plongeant son regard dans celui d’Aeryn… La demoiselle retint son souffle durant le silence puis n’osa plus respirer lorsqu’elle comprit le sens des paroles du rôdeur… Comment s’il ne revenait pas ? Non, non, elle ne souhaitait penser à cette éventualité car c’était de loin la pire ! Il devait revenir ! D’autant plus qu’elle n’avait pas fait attention à la route empruntée et jamais elle ne saurait retourner chez elle. Puis, elle n’en avait plus l’envie, maintenant qu’elle était partie, elle désirait tout faire pour atteindre sa destination avec celui qui l’accompagnait. Certes, il était tôt pour se battre, mais il l’aurait bien fallu un jour ou l’autre.

Tentant de contrôler sa folle envie de s’accrocher à aux jambes de l'homme de peur pour ne pas qu’il parte, la jeune fille se contenta d’hocher la tête non sans afficher un visage tendu. Ilbriak s’écarta alors un peu du sujet de l’Arachne en lui confiant que la Dessinatrice qu’il avait connue avait réussi à faire disparaître une arme. Sentant une once de courage lui parcourir le corps, Aeryn fronça les sourcils, les yeux illuminés par la flamme de la détermination. Ainsi, il comptait sur elle, oui, et elle devait tenter tout ce qu’elle pouvait pour réussir à les sauver tout les deux…

Cependant, il la prit au dépourvu en lui demandant d'uitliser son don avant qu’elle ne se propose. Inspirant bruyamment, la demoiselle déglutit pour la nième fois et serra ses petits poings de toutes ses forces. Durant tout le moment où il lui exposa son plan d’attaque, elle pensa aux choses qu’elle pourrait faire apparaitre sans non plus aller trop loin. Son pouvoir étant brute, elle ne pouvait le contrôler à sa guise… Il fallait donc quelque de petit mais efficace… Oui de petit, car le rôdeur venait de lui dire que cela allait lui demander beaucoup d’énergie et t s’avérer très dangereux… Son air sérieux n’avait rien de faux… D’ailleurs, heureusement qu’il ponctua sa déclaration par un zeste d’humour car elle aurait vraiment fini par défaillir.

Le silence n’eût pas le temps de s’installer car Aeryn se posa sur le sol et chercha une feuille vierge ainsi que l’instrument qui lui permettait de pratiquer son art. Paniquée, elle tentait de contrôler son souffle rapide mais rien n’y faisait, la situation ne l’aidait vraiment pas. Les mains tremblantes, elle commença alors à faire des croquis…

« Bon… Quelque chose de petit, petit… Petit… Heu… Non, ça va pas , ça va pas… »

Faisant voler la feuille d’un geste gracieux, la Dessinatrice tenta un nouvel essai… Encore infructueux… Puis un autre, semblable au précédent...

« Non… Non… ça non plus… non… NON ! »

Prenant la tête dans ses mains, elle commença à sentir des larmes de colère et de peur couler le long de ses joues… Pourquoi ? Pourquoi n’y arrivait-elle pas ? Le stress, la peur… La peur de l’Arachne mais aussi de faire apparaitre n’importe quoi… Son don l’effrayait, mais bientôt elle allait l’aimer… Il le fallait, pour Ilbriak qui s’était porté volontaire pour la mener au Loch, pour sa mère qui avait cru en elle, pour ses frères qui l’avaient toujours motivée, pour sa sœur qui avait réussi à la convaincre de partir… Puis pour son père qui fondait beaucoup d’espoir sur elle et qu’elle souhaitait revoir sourire à nouveau… Dans cet immense capharnaüm, deux images sortirent alors du lot… L’arc du rôdeur… Les armes forgées par son père… Eux avaient des armes… Et il lui était impossible d’en créer une… Sauf si…

« J’ai trouvé. »

Elle avait relevé la tête, un air sérieux quelque peu froid sur son visage ruisselant encore de larmes. Puis dans la seconde qui avait suivit, elle s’était reportée sur la feuille vierge qu’elle tenait… Faisant le vide autour d’elle, elle focalisa son esprit sur son idée en fermant les yeux… Ses mains bougèrent lentement avec fluidité et des traits naissaient sur le papier… N’entendant plus rien, ne sentant plus le feu, ni la peur, ni ses vêtements humides, Aeryn dessinait en y mettant tout son cœur en baignant dans une transe agréable.

Il fut impossible de dire combien de temps il s’était écoulé… Mais lorsqu’elle émergea afin après avoir donné un corps à la flèche qu’elle venait de dessiner, elle se sentit toutes ses forces l’abandonner… La vue brouillée, la bouche pâteuse, le corps tremblant, la sueur perlant sur son front, elle n’arrivait même pas à dire un mot tant cela lui demandait de l’énergie. Ainsi, elle se contenta de la donner à Ilbriak en tentant un sourire avant de s’écouler de fatigue sur le sol.

Elle avait apporté sa pierre à l’édifice… Tous ses espoirs reposaient à présent sur le rôdeur et son arc. Il fallait juste prier pour que sa flèche ait la capacité qu'elle avait imaginé et qui était celle de transpercer n'importe quoi grâce à sa pointe unique et aiguisée à souhait.



ಊಊಊಊಊಊಊಊಊಊಊಊಊ



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La maitrise de soi est un long voyage. Partie I [Pv : Aeryn Baykon]   Ven 04 Mai 2012, 10:32

[Hj : Désolé, j'espère que mon message fait pas passer mon personnage pour un super-puissant-qui-réussit-trop-facile-à-tuer-des-gros-monstre, mais ça fait longtemps que j'ai pas écris de combat. :/ ]

La déclaration d'Ilbriak à la jeune femme lui disant qu'elle pourrait se retrouver seule sembla provoquer un grand choc chez elle, ce qui était normal. Pourtant, elle se contenta d'un signe de tête un peu tendu en guise de réponse. Et quand ils évoquèrent à nouveau les pouvoirs des dessinateurs, la jeune femme sembla reprendre du poil de bête. Sans plus de cérémonie, elle se baissa et ramassa de quoi dessiner.

Ses premiers dessins ne furent pas fructueux et la jeune femme avait déjà utilisé plusieurs feuilles quand elle posa ses mains sur son visage. Ilbriak pensait qu'elle abandonnerait, ce qui n'aurait pas du tout été une honte et il aurait très bien compris qu'elle ne réussisse pas. Pourtant, dans un simple "Je sais ", Ilb' comprit qu'elle y arriverait. Elle releva la tête pour le regarder et sembla entrer dans une sorte de transe. Sa main voletait au-dessus du papier alors que la jeune femme avait les yeux fermés. Cela stupéfia Ilb', c'était la première fois qu'il voyait réellement un dessinateur à l'oeuvre et il semblait se dégager une telle puissance de la jeune femme... Les dessinateurs étaient surement l'une des plus grandes puissances de ce monde.

Le temps passait et le soleil continuait sa course. Aussi Ilb' finit par reporter son regard sur l'arachne et ne vit pas le dessin prendre vie, émerger du papier. Ce n'est que lorsqu'il perçut un mouvement d'Aeryn qu'il se retourna. Celle-ci lui tendait une flèche qui semblait être faite entièrement de métal. Alors qu'il l'attrapait, la jeune femme tomba de fatigue, littéralement. Aussi, il s'empressa de poser son arc qu'il avait toujours en main et la flèche, étonnamment légère et adossa la jeune femme au mur de la cavité opposé au tas de bois, près du feu. Allant chercher sa cape de voyage qui était dans sa besace, Ilb' la déposa sur la jeune femme, espérant qu'elle ai moins froid. Alors que les tremblements de la jeune femme semblèrent se calmer, il lui murmura :

" Ne t'en fais pas. Tout ira bien."

Déterminé à les sortir de là, Ilb' se releva. Lentement. Puis saisissant son carquois qu'il plaça dans son dos, il prit son arc. Debout derrière le feu, face à l'ouverture de l'abri, le rôdeur distinguait la silhouette de l'arachne à travers le rideau de pluie. Encochant une première flèche, Ilb' prit une profonde inspiration en fermant son oeil gauche tout en bandant l'arc. Puis expirant jusqu'à vider ses poumons, il lâcha la corde. Celle-ci vibra dans l'air et le trait fusa.

Mais comme il s'y attendait, la pluie et le vent firent dévier la flèche qui se planta dans un tronc à plusieurs mètres de la créature. Analysant l'endroit du point d'impact par rapport à là où se trouvait la bête qu'il avait visée, Ilb' en déduisit l'influence des éléments sur la trajectoire de son projectile. Alors, solennellement, il encochant la flèche de métal d'Aeryn, Ilb' ajusta sa visé par rapport au vent, à la pluie et au poids de cette flèche, si bien qu'il dut orienter son arme bien au-dessus et sur le côté de la bête.

Le trait fusa.

Citation :
Jugement d'Eydis:

Oui : La flèche atteint sa cible dans le mille, la tête de l'arachne. Qui agonise dans les minutes qui suivent.
Non : L'arachne tente d'esquiver la flèche, mais celle-ci atteint quand même en partie sa cible. L'Arachne se retrouve avec les deux pattes droites avant sectionnées par la flèche magique.

Ilbriak grimaça, il avait partiellement manqué son tir tandis qu'un cri plus strident que les autres retentissait. Heureusement que la créature n'était pas très rapide. Mais son "tir de réglage" avait dû alerter la bête et elle avait anticipé l'arriver d'un autre projectile.

Elle était tout de même handicapée et pour s'assurer de ne pas finir en repas, Ilbriak tenta d'arroser la bête de ses traits. Une flèche à peine partie, une autre était encochée et décochée. Mais l'araignée comprit vite et elle se mit à l'abri derrière les arbres qui bordaient la clairière. Même avec deux pattes en moins, elle s'accrochait. Ilb' prit alors son couteau, un morceau de bois enflammé en guise de torche et sortit de l'abri, son seul moyen de la vaincre devait se trouver quelques part dans l'herbe de la clairière.

Ilb' s'avança doucement en sentant la présence rôder autour de lui et alors que la flamme de sa torche improvisée mourrait rapidement sous la pluie un crissement de mandibule retentit tout près de lui.

Dans le dernier instant de vie de sa torche, Ilb' se mit à courir. La bête le poursuivait, son instinct de prédatrice déclenchée par la mise en mouvement de sa proie. Le rôdeur sentait, plus qu'il ne distinguait, la démarche chaloupé de l'arachne à cause de ses deux pattes en moins mais qui ne ralentissait que peu la bête. Elle serait bientôt sur lui. Et toute cette eaux ne rendait pas facile la course du jeune homme qui glissa, perdit l'équilibre et chuta.

Ouvrant les yeux le visage dans l'herbe mouillées, Ilb' sourit. L'arachne était sur lui. Et alors qu'elle bondissait, le rôdeur tendis le bras et attrapa la flèche magique avant de se retourner sur le dos pour la lui planter en plein thorax au moment où elle s'écrasait sur lui.La flèche, comme il s'y attendait s'enfonça dans la créature comme dans du beurre, tandis qu'une douleur cuisante se fit sentir dans sa jambe gauche.

Lle poids de la bête se fit sentir et le rôdeur fut immobilisé sous l'araignée maintenant morte ou presque. Il lui fallut plusieurs minutes pour se dégager et quand cela fut fait, la flèche dessinée avait disparue... Ramassant son couteau, il tenta de se relever malgré la douleur. Espérant que cela passerait, il se dirigea vers l'abri alors que la nuit commençait à prendre ses droits. C'est quand il s'assis près de la jeune femme qu'il compris pourquoi il avait mal. Un trou perçait son pantalon et sa peau d'où coulait un filet de sang. Il avait été piqué.

Déjà ses muscles se raidissaient.


Dernière édition par Ilbriak Kaderil le Ven 04 Mai 2012, 11:25, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Eydis

avatar

▬ Contributions à l'histoire : 424

MessageSujet: Re: La maitrise de soi est un long voyage. Partie I [Pv : Aeryn Baykon]   Ven 04 Mai 2012, 10:32

Le membre 'Ilbriak Kaderil' a effectué l'action suivante : Le Jugement d\'Eydis

'Le verdict' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La maitrise de soi est un long voyage. Partie I [Pv : Aeryn Baykon]   Ven 04 Mai 2012, 23:18



ಊಊಊಊಊಊಊಊಊಊಊಊಊ

Ses pieds foulaient le sol à une vitesse vertigineuse, ses cheveux virevoltaient au vent en une danse gracieuse tout comme le pan de sa robe couleur saphir. Aeryn courait dans un champ en gloussant de rire afin d’attraper les petits fripons qui lui servaient de frères. La joie illuminait son visage aux traits fin comme le soleil illuminait le paysage…

Cependant, les éclats de rire cessèrent aussi nettement que l’astre brûlant de rayonner, et la demoiselle se retrouva plongée le noir. L’air agréable devint glacial et de sa bouche sortaient des volutes de fumée… Prise de panique, elle se mit à crier les prénoms de ses frères, de plus en plus fort, la respiration de plus en plus saccadée. Soudain, une arachne se matérialisa devant ses yeux… Une Arachne énorme aux mandibules terrifiantes. Paralysée, elle ne pouvait bouger ses jambes, et plus aucun son ne sortit de sa bouche lorsqu’elle essaya d’hurler. La créature s’avança alors vers elle, les cliquetis résonnant en écho dans l’espace vide… Puis la planta avec son dard à une vitesse vertigineuse….


_________


« Noooonnn… »

C’est avec un gémissement de douleur et de peur qu’Aeryn reprit conscience dans l’abri où elle s’était effondrée comme une poupée de chiffon. Faible et déboussolée par le cauchemar qu’elle venait de faire, elle jeta un œil apeuré vers la sortie, en se demandant si la créature était encore en vie. C’est en scrutant de nouveau le monde qui l’entourait qu’elle distingua Ilbriak assis à côté d’elle et qui ne paraissait pas très en forme. Clignant des yeux afin de retrouver une vue normale, la demoiselle se colla contre le mur en continuant d’observer son compagnon. Ce ne fut que lorsqu’elle fut à peu près apte qu’elle tenta de parler…

«Qu’est… Vous… bien ? »

C’est dans un souffle qu’elle avait voulu se renseigner, et seulement trois mots s’étaient distingués du reste. La bouche pâteuse et engourdie, elle recommença alors après avoir pris une bonne bouffée d’air.

« Vous… Allez bien ? »

Ses yeux ayant retrouvé leur aptitude, la jeune fille distingua alors une blessure au niveau de sa jambe gauche. Fronçant les sourcils, elle réfléchit un moment avec difficulté afin d’arriver à l’horrible conclusion. Le combat avait eu lieu mais il ne s’en s’était pas sorti indemne… La chose avait du bien l’amocher, voire pire, le piquer. Respirant bruyamment de panique, Aeryn concentra son regard sur la blessure et comprit… Non ce n’était pas possible.

« Non… Non… Non… Elle… Elle vous a touché… Non… Que… Qu’est ce que je dois faire ? Dîtes… Dîtes moi… »

Agenouillée à côté de rôdeur, elle était dépassée par les événements… Peur de perdre celui qui avait mis sa vie en danger, elle tenta alors de se souvenir de ce qu’il avait dit concernant le dard des Arachnes. La toxine… Elle… était venimeuse, et paralysait… Mais pour combien de temps… Posant ses mains contre son front, la Dessinatrice tentait de se souvenir des paroles bienfaitrices du rôdeur, mais rien n’y faisait, sa tête lui faisait si mal qu’elle aurait eu du mal à lire le début d’un livre.

A nouveau, elle succomba aux pleurs et ne put s’arrêter…

« Je … Je… ne sais pas quoi faire… S’il vous plait… Vous n’allez pas mourir… Dîtes moi ce que je dois faire… Je vous en prie… »

Serrant faiblement sa robe entre ses poings, la jeune fille était complétement perdue… D’ailleurs elle ne savait même pas ce qu’il s’était passé durant le combat et n’arrivait pas à mettre de l’ordre dans ses souvenirs pour se calmer… Fallait-il s'occuper de la plaie sans trop la toucher ? Allait-il se paralyser et mourir de douleur ? Un cauchemar... Tout cela était un véritable cauchemar... Il me manquait plus qu'une bande d'Arachne ne débarque dans l'abri...




ಊಊಊಊಊಊಊಊಊಊಊಊಊ



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La maitrise de soi est un long voyage. Partie I [Pv : Aeryn Baykon]   Sam 05 Mai 2012, 14:46

Le venin de l'arachne était comme de la lave dans ses veines, Ilb' souffrait, mais ne pouvais crier, ce qui était peut-être mieux. Il ne voulait pas réveiller Aeryn qui avait bien besoin de ce repos. Tous ses muscles sans exception était raides, même cligner des yeux était difficile. La douleur était à la limite du supportable, tout juste assez faible pour que son subconscient ne puisse le plonger dans une espèce de coma, défense naturelle biologique pour éviter les trop grande souffrance.


Ne pouvant, que rester éveillé, Ilb' regarda la nuit passer sans ne rien pouvoir aire. Il ne savait pas combien de temps durait le venin. A priori assez longtemps pour que l'arachne tisse un cocon autour d'une proie aussi grosse qu'un homme. Ce n'est que lorsque la nuit commença à s'éclaircir qu'Ilb' sentit un changement de respiration à côté de lui. Aeryn semblait faire un cauchemar. Qui n'en aurait pas fait autant, en tombant sur une arachne lors de son tout premier voyage...


Le temps passa encore un peu et c'est lorsque le premier rayon du soleil vint frapper la clairière qu'Aeryn se réveilla dans un cri. Désorientée, elle regardait partout autour d'elle comme pour vérifier qu'elle ne rêvait plus. Son regard tomba sur le rôdeur et elle essaya de parler, vainement. Respirant à fond, elle rouvrit la bouche et lui demanda s'il allait bien.


Ilb' aurait voulu répondre mais il n'en était pas capable. La douleur avait diminué un peu, signifiant que le venin dans son organisme commençait à disparaitre, mais pas assez pour qu'il eut recouvré une quelconque possibilité de mouvements. Et très vite la jeune femme réalisa ce qu'il s'était passé. Ou du moins en avait-elle une idée, au vu de la blessure.
Aeryn commença à paniquer. Il aurait aimé lui dire qu'il allait bientôt aller mieux, que ce n'était qu'une question de temps. Mais il ne pouvait pas. Et Aeryn commença à pleurer, cette détresse toucha le rôdeur qui essaya de combattre à nouveau sa paralysie. Il avait abandonné plus tôt dans la nuit, mais il ne voulait pas faire souffrir plus la jeune femme.


Alors que les pleures de la jeune femme se furent étaient presque taris, Ilb' réussit à bouger un doigt. Puis deux. Lentement, il reprenait le contrôle de son corps. Difficilement, il tourna la tête vers la jeune femme blonde et tenta de lui sourire. Ilb' espérait que cela ne ressemblait pas plus à une grimace et continua à essayer de bouger, à réveiller ses muscles. Il lui fallut près d'une heure de plus pour récupérer entièrement sa mobilité.

Lentement, il s'adossa à son tour au mur et tenta de parler:


" Désolé... de t'avoir... fait peur. L'arachne est ... morte. Grâce à ta flèche. "


Ilb' lui sourit et ferma les yeux quelques instants. Chaques mouvements étaient douloureux, comme s'il était courbaturé de partout à la fois. Puis, lentement Ilb' regarda autour de lui. Le feu était éteint, même s'il restait peut-être des braises exploitables et dans la clairière gisait le corps de l'arachne. La pluie avait cessée, mais tout était détrempé. Au même titre que ses vêtements...


" Il va me falloir... un peu de temps pour pouvoir être apte... à re-marcher. Enfin, assez pour qu'on continue notre chemin. "


Ilb' reprenait peu à peu la faculté de parler normalement. Il en était sûrement de même pour le reste de ses muscles. Ilb' tenta de se lever, mais n'y arriva pas. Il lui fallut plusieurs tentatives pour se mettre sur ses pieds. Une fois cela fait, il se mit en tête de réanimer le feu si cela était possible, pour faire sécher ses vêtements. Il chercha des yeux ses pierres et alla les ramasser, comme s'il avait vieilli de plusieurs dizaines d'année en une nuit.


Une fois au-dessus du feu, il dégagea les cendres et constata avec joie qu'il restait quelques grosses braisent. Aussi, il ne devrait pas avoir besoin d'utiliser ses pierres. Même si honnêtement, il aurait été incapable de faire assez de mouvements rapides pour créer la friction nécessaire aux étincelles.


" On va sûrement devoir rester ici encore quelques heures. On va ... essayer de rallumer le feu, comme ça on sera mieux pour attendre... dans cet air humide et j'en profiterais pour faire sécher mes vêtements... J'espère que tu n'y vois pas d'inconvénient... sinon... "


Ilb' fût pris d'un rire qui ravivait chez lui la douleur, mais ne pouvait s'empêcher de rire de ses bêtises.


" Sinon, je risque de mourir de froid. Ce qui ne m'arrive pas du tout souvent... T'en fait pas, je m'enroulerai dans ma cape et ... quand ils seront à peu près sec, on mangera un bout... Avant de partir. Je devrais avoir perdu mon statut d'infirme d'ici là. "


Ilb' sourit à nouveau à sa compagne et s'accroupit, en serrant les dents, pour tenter de ranimer le feu. Mais raide comme un manche, il n'arrivait à rien...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La maitrise de soi est un long voyage. Partie I [Pv : Aeryn Baykon]   Sam 05 Mai 2012, 22:35



ಊಊಊಊಊಊಊಊಊಊಊಊಊ

Combien de temps s’était écoulé depuis son réveil ? Combien d’heures depuis le combat contre l’Arachne ? Combien de jours avaient-ils passé dans l’abri ? Complètement perdue, Aeryn n’arrivait pas à se situer dans l’espace-temps maintenant qu’il faisait jour. D’autant plus qu’Ilbriak n’était pas en forme et le son de sa voix ne l’avait vraiment pas apaisée même si elle avait annoncé une bonne nouvelle.

La mort de la chose qui les avait poursuivis était un point positif, mais l’état dans lequel tous deux se trouvait n’avait rien de réjouissant. Le temps passait lentement dans l’abri… La Dessinatrice reprenait des forces et continuait de tanguer légèrement en essayant de remettre en ordre ses pensées. Le Rôdeur, quant à lui, lui faisait part de ses blessures… Parlant de façon saccadée, il lui fit alors comprendre qu’il allait lui falloir du temps pour remarcher… Afin de lui faire signe qu’elle avait très bien compris en dépit de son air perdu, Aeryn fit un léger signe de tête et ferma un peu les yeux. Lui, s’était battu, elle, avait juste fait apparaitre une flèche et s’était transformée en une larve juste après. Il fallait vraiment qu’elle apprenne à maitriser son don si elle voulait voir plus grand.

Les secondes s’écoulaient… La demoiselle commençait à sortir de cette brume qui lui avait obstrué l’esprit depuis son exploit. Son accompagnateur arrivait à parler avec plus d’aise ce qui la rassura un tant soit peu… même s’il disait qu’ils allaient devoir rester un moment dans cet endroit. A vrai dire, cela arrangeait la jeune fille qui souhaitait faire le point sur ce qu’il s’était passé. Puis elle voulait aussi reprendre des forces et faire ses preuves. Plus questions de mettre la vie de quelqu’un d’autre en danger.

Ainsi, lorsqu’Ilbriak lui avoua qu’il allait devoir sécher ses vêtements suivit d’un petit rire, elle se mit à rire avec lui. Rien de tel pour détendre l’ambiance un peu étrange d’après combat. Ayant retrouvé assez de force pour se bouger convenablement, Aeryn prit alors la relève pour raviver le feu afin de laisser le blessé se reposer.

« Je ne veux pas que vous mourriez de froid. Laissez-moi faire, j’ai plus de force que vous à présent, puis c’est à cause de moi que vous êtes dans cet état. »

Le ton bienveillant qu’elle avait pris , elle le prenait lorsqu’elle veillait sur ses frères d’habitude… Il était normal que cela arrive car maintenant, elle se devait de surveiller quelqu’un d’autre même si cela ne faisait pas partie de sa « tâche »… Car oui, elle était celle qu'il fallait protéger au départ. Néanmoins, elle ne voulait pas être un fardeau jusqu’au Loch Eydis… La première journée de voyage le lui avait bien fait comprendre.

D’une voix plus claire mais toujours aussi douce, la Dessinatrice reprit de nouveau la parole en saisissant un peu de nourriture qui se trouvait non loin d’elle.

« Tenez, il vous faut manger un morceau si vous souhaitez recouvrer vos forces. »

Lentement elle lui donna la portion qu’elle avait dans la main en lui adressant un sourire. Pour l’instant, la faim, elle ne la ressentait pas… Se reposer, fermer les yeux et penser, voilà ce qu’elle désirait faire… Mais avant, il lui fallait quelques réponses pour être fixée…

« Que s’est-il passé durant le combat… ? Cela fait longtemps que vous êtes blessé… ? Je n’arrive pas à me situer… J’ai l’impression d’avoir dormi des jours entiers… »

Les yeux cernés mais l’esprit devenant de plus en plus vif, Aeryn attendait patiemment des réponses sans trop espérer non plus… Le rôdeur était fatigué, peut être allait-il lui dire qu’il lui répondrait plus tard… Ou dans quelques jours... Le principal était d'abord de retrouver des forces et de se tenir au sec afin de repartir de bon pied.






ಊಊಊಊಊಊಊಊಊಊಊಊಊ



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La maitrise de soi est un long voyage. Partie I [Pv : Aeryn Baykon]   Dim 06 Mai 2012, 12:59

Aeryn semblait perdue dans ses pensées. Elle lui signalait qu'elle le comprenait par de petits signes de tête tandis qu'il parlait. Le temps semblait avoir été ralenti, alors que tout deux étaient plongés dans une sorte de flou artistique. Heureusement, tout redevint à peu près normal quand la jeune femme accompagna le rôdeur dans son délire. Ilbriak souriait encore quand Aeryn lui dit de la laisser faire, qu'elle allumerai le feu.


" Ce n'est pas ta faute, c'est celle de l'arachne. J'ai décidé moi même de choisir cette mission, ne te fait pas de repproches. "


Répondit Ilb', qui inconsciemment jeta un regard dans la clairière. Cependant, le ton qu'elle avait employé avec lui ressemblait au ton que prenait sa soeur pour s'occuper de lui, cela le fit sourire. Pourant il s'en voulait, c'était à lui de la protéger, pas l'inverse. Le jeune homme se dit qu'il ferait tout pour que ce soit la première et la dernière fois lors de ce périple qu'il faillirait à sa tâche.


Et tandis que les braises commençait à chauffer le bois d'Aeryn y avait apporté, elle lui tendit de la nourriture dans un sourire. A son tour avec un sourire, d'excuse d'être celui dont il fallait s'occuper, Ilb' prit la nourriture qu'il entama aussitôt.


Les yeux fermés la tête appuyée contre la paroi rocheuse, Ilb' entendit alors Aeryn lui demander ce qu'il s'était passé.

Il prit son temps pour lui tout lui raconter. La partie où Ilb' avait jaugé les éléments avec une première flèche, puis le fait que celle qu'Aeryn lui avait donné n'avait pas atteint le but désiré, mais qu'il avait eu de la chance d'handicaper la bête, qui s'était rapidement cachée pour éviter d'autres projectiles potentiels. Alors il était sorti en voulant retrouver la flèche, la seule qui réussirait à tuer l'arachne. Que dans sa course, il avait chuté mais que la chance avait été avec lui et qu'il était tombé près de la dite flèche.


Quand la créature avait bondis sur lui, il avait placé entre eux la flèche magique et la bête était venue s'empaler d'elle-même sous le choc. Choc durant lequel, sa jambe à lui avait été empaler par le dard de la bête.
Il lui raconta qu'elle était restée amorphe qu'une nuit seulement et que c'était le temps qu'il avait passé paralysé à côté d'elle. Et que la suite elle la connaissait. Aeryn voulant prend le temps de remettre tout cela au clair dans son esprit et Ilb' ne rechignant pas à quelques jours de repos en plus, ils décidèrent d'un commun accord de rester un peu plus dans la clairière.

*****

Le premier jour, celui où ils s'étaient tout deux réveillés après le combat se déroula presque dans le silence après qu'Ilb' eu raconté ce qu'il s'était passé. Ils avaient eu tout juste assez de bois pour tenir jusqu'au midi. Heureusement cela fut suffisant à Ilb' pour faire sécher ses vêtements. Le rôdeur avait beaucoup dormi, la jeune femme, elle, semblait plongée dans ses pensées à chaque fois qu'il ouvrait les yeux. Le soir, ils mangèrent un peu et se couchèrent plutôt rapidement. Il fallait dormir pour récupérer.

**

Le deuxième jour, Ilb' se sentant beaucoup mieux, se leva aux aurores en laissant Aeryn dormir et s'aventura un peu au dehors. Il ramassa au passage quelques baies, racines et autres fruits pour la journée, il voulait éviter qu'il n'entame trop leur réserves. La journée passa normalement dans une ambiance normale. Chacun avait réuni et rangés ses affaires pour pouvoir partir à l'aube du troisième matin. Ilb' avait cependant profité de l'après midi pour tenter quelque chose.


A chaque fois qu'il passait à côté de l'arachne, le souvenir douloureux du poison le faisait grimacer et Ilb' en vint à se demander s'il était possible de récupérer un peu de ce venin. Ainsi, il s'était approché de l'araignée et lentement avec des gestes minutieux l'avait ouverte. Son couteau remontant du bas de l'abdomen, près du dard jusque presque tout en haut de l'abdomen.


Il avait écarté la peau rugueuse de la bête et avait dégagé un petit canal blanc qui semblait prendre naissance à la base du dard. Il l'avait suivi jusqu'à une poche relativement importante, de la taille de son poing.. Celle-ci semblait être vide au deux-tiers, ce qui était normal étant donné que le reste était passé dans son corps et que morte, la bête n'avait pas pu refaire son stock.


Le rôdeur avait cherché une solution pour pouvoir récupérer ce venin. N'ayant pas de récipient, il avait alors cherché une branche plutôt fine dans laquelle il avait coupé une section d'environ la taille de sa main. Dans ce petit cylindre de bois, il avait creusé les quelques premiers centimètres qu'il pouvait atteindre avec son couteau, formant une sorte de petit tube. Du liège découpé dans un tronc servirait de bouchon.

Avec soin, Ilb' avait percé le bas de la poche et avait donc récupéré ce qu'il restait du venin. Rebouchant avec le liège, il disposait à présent d'une petite quantité de venin paralysant. Ca pourrait surement servir un jour...
La fraicheur tombant quand Ilb' revint dans l'abri pour y déposer sa fiole en bois dans sa besace. Une fois encore, ils mangèrent et se couchèrent tôt. Le matin venu, Ilb' réveilla doucement la jeune femme tandis que les premiers rayons du soleil était plus ou moins stoppés par des nuages. Au moins, il ne pleuvrait pas, c'était déjà ça.
Ayant tout deux remis toutes leurs affaires dans leur besaces, ils s'étaient mis en route.

**

Le trajet se déroulait bien. Dormant à la belle étoile, Ilb' chassait de temps en temps un lapin pour varier un peu de leurs provisions, qui diminuaient assez vite. Il apprit à Aeryn à reconnaitre certaines choses qu'elle pouvait manger sans risques et d'autres qu'il fallait éviter.


La nuit tombant sur leur quatrième jour de marche, ils trouvèrent un endroit où s'arrêter. Ils avaient parcouru un peu plus de la moitié du trajet jusqu'à Rhewlif, où ils feraient escale pour dormir dans un lit et se réapprovisionner.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La maitrise de soi est un long voyage. Partie I [Pv : Aeryn Baykon]   Lun 07 Mai 2012, 23:41



ಊಊಊಊಊಊಊಊಊಊಊಊಊ

Le récit du combat donna à Aeryn l’impression de découvrir un monde dont elle avait ignoré l’existence toute sa vie. Elle avait baigné, à cause, ou grâce à ses parents, dans un cocon d’innocence et d’ignorance… Bien sûr, elle savait que la vie était pénible, que son coût avait un prix et qu’il était difficile de diriger une famille… Mais concernant la magie, les créatures et les rapports entre les habitants, elle n’était qu’une pauvre inculte.

La blessure que l’Arachne avait faite à Ilbriak avait donné la vie à ses pires cauchemars et cela ne vint pas améliorer le malaise qu’elle n’avait cessé de ressentir depuis qu’elle avait dessiné la flèche. Ainsi, elle accepta volontiers de rester plus longtemps dans l’abri. Retrouver des forces était nécessaire, mais ce n’était pas tout… La demoiselle devait sérieusement penser à tout ce qu’elle venait d’apprendre afin d’adopter une bonne conduite lors du reste du voyage.

La suite de la journée ne fut pas des plus bavardes… Rythmée de petites siestes et de pensées profondes, elle passa assez vite… L’énergie enfin retrouvée, la demoiselle avait pu aller chercher un peu de bois devant l’abri avant que le soleil ne se couche.

Le deuxième jour, Aeryn émergea assez tard… Ayant cauchemardé une partie de la nuit, elle n’avait pas réussi à trouver le sommeil, la peur de voir une créature entrer dans leur « havre de paix » étant omniprésente… Mais la fatigue avait finalement réussi à l’emporter une fois les premières lueurs du jour visibles. A sa grande surprise, elle ne trouva pas Ilbriak tout de suite. Pensant qu’il s’était passé quelque chose de grave, elle risqua un œil et l’extérieur… Et elle fut rassurée de le voir en train de… récolter quelque chose sur l’Arachne.

Durant les petits jours qui avaient succédé l’attaque, la demoiselle avait appris beaucoup de choses sur le monde qui l’entourait, mais ce n’était pas tout. En effet, elle ne montrait plus aucune once de peur à l’écoute de récits qui auraient pu la tétaniser le jour de son départ et afin de ne rien oublier, elle prenait des notes. La Dessinatrice en elle aurait bien aimé poser les créatures qu’on lui décrivait sur le papier, mais la peur de les matérialiser réellement et sans le vouloir avait fini par l’emporter sur l’envie.

Le duo reprit la route lorsque les forces furent de nouveau au rendez-vous. Silencieuse et attentive, la jeune fille restait toujours sur ses gardes et évitait de s’attendrir sur des choses bénignes de l’environnement. Plus les jours passaient, et plus la demoiselle changeait dans sa façon d’être… Bien sûr, elle restait innocente et naïve, mais les nuits à la belle étoile lui avaient permis de devenir une voyageuse, et une vraie.

Cependant, et après des petits jours de marche, lorsqu’une auberge, selon elle, fut visible au loin, Aeryn ne put s’empêcher d’être soulagée. La nuit tombait et les bruits qui se faisaient entendre dans l’obscurité n’avaient rien de rassurant. Marchant silencieusement aux côtés d’Ilbriak, elle décida de faire entendre sa voix afin de demander quelque chose d’assez important qu'elle avait gardé pour elle.

« Hum… J’ai quelque chose à vous demander… »

Le sourire qu’elle avait affiché disparut de son faciès afin de laisser place à une expression plus grave…

« J’aimerais savoir… S’il était possible… Que vous m’appreniez à me servir de ça… »

D’un geste délicat, la demoiselle saisit la dague que son père lui avait offerte la veille de son départ.

« Vous m’avez appris beaucoup de choses, et je pense que… savoir utiliser ceci me serait très utile… »

Se rapprochant de l’endroit qui allait les abriter une nuit, Aeryn décida de ralentir puis de se stopper… Avant de continuer, elle voulait avoir la réponse du rôdeur…

« Vous m’apprendrez alors ? »

Les yeux emplis d’espoir, elle attendit patiemment… Cela pouvait paraitre idiot comme question, mais elle voulait avoir un objectif durant le voyage… Un objectif qui lui enlèverait ce côté vulnérable qui finirait par la perdre une fois au milieu de nouvelles têtes… Car oui, rencontrer des gens qui n’avaient rien à voir avec ceux qu’elle connaissait avait quelque chose d’effrayant.




ಊಊಊಊಊಊಊಊಊಊಊಊಊ



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La maitrise de soi est un long voyage. Partie I [Pv : Aeryn Baykon]   Mar 08 Mai 2012, 11:01

Le voyage continua sans accroc et Ilb' avait remarqué que la jeune femme semblait s'enhardir de plus en plus, ce qui était une bonne chose. Il fallait s'endurcir avant de pouvoir se permettre à nouveau d'être contemplatif à certains moments. Et ce changement chez elle devint tout à fait clair quand celle ci prit la parole, peu de temps après qu'ils aient aperçut leur premier village au loin.


Vision qu'elle semblait accueillir avec joie, ce qui fit sourire Ilbriak. Pourtant son visage devint emprunt d'un grand sérieux quand ses premières paroles franchir ses lèvres.


« Hum... J'ai quelque chose à vous demander... J'aimerais savoir... S'il était possible... Que vous m'appreniez à me servir de ça... Vous m'avez appris beaucoup de choses et je pense que... savoir utiliser ceci me serait très utile... »


Et c'est en s'arrêtant au milieu de la route déserte que la jeune femme sortit une dague. Semblant attendre une réponse sur-le-champ, elle réitéra sa question. Ilbriak resta silencieux quelques secondes. Bien sur, il comprenait son envie. Lui même l'avait ressenti, des années plus tôt. Pourtant était-ce une bonne idée ..?
Le rôdeur songea qu'elle était encore jeune pour tenter d'apprendre à manier une arme, pensée purement inutile.
En Lanriel, il fallait pouvoir et savoir se défendre. Ne serait ce qu'au cas où ils seraient séparés, même si cela n'arriverait pas, pensa Ilbriak. Alors avec un petit sourire, il lui fit un signe de tête lui signalant qu'il lui apprendrait. Il était toujours bon d'avoir plusieurs cordes à son arc.


" Nous commencerons ton entrainement après être repartis de ce village qu'on voit au loin et dans lequel on va passer la nuit. "


N'étant pas une rôdeuse, il ne pouvait lui apprendre certaines choses, certains ... secrets de leur classe, mais apprendre à ce défendre était affaires de voyageurs et Aeryn en serait une sous peu, si ce n'était pas encore le cas.

Ils continuèrent leur route, devant eux grandissant le rassemblement de petites maisons entourant un clocher. Peut-être un lieu de culte à Eydis pensa le rôdeur, même si concrètement, il n'en avait que faire.
Il leur fallait refaire leurs réserves de nourritures et de toutes autres choses qui pourraient leur être utile. Maintenant qu'Ilb avait les poches sonnantes et trébuchantes, il comptait bien acquérir quelques choses qui pourraient lui être utile dans le futur. Jusque là, c'était son mentor qui avait tout, lui n'ayant besoin de rien avoir. Mais la nuit tombant rapidement et Ilb' se dit qu'ils n'auraient pas le temps de se réapprovisionner avant de chercher une chambre et que cela retarderait leur départ au lendemain.


C'est sur ce point qui ne l'enthousiasmait pas trop qu'il songea à un autre détail.


" J'aurais un service à te demander... Tu connais mon prénom, mais d'ordinaire je me fais appeler "Kah" quand je me présente à un client ou toutes autres personnes qui seraient susceptible d'avoir un lien avec mon boulot. Ca me permet de me faire connaitre, tout en restant dans un relatif anonymat. Simple question de prudence. Aussi, j'aurais aimé que tu m'appelles comme ça en présence d'autres personnes. Surtout des inconnus. "


C'était peut-être idiot et quelqu'un qui le connaitrait en tant que chasseur de prime le reconnaitrait sûrement. De plus, s'il venait à avoir des ennemis, ceux-ci n'aurait qu'à lui proposer un boulot pour lui tendre une embuscade, mais ainsi ceux à qui il tient ne risquerait pas d'avoir de problèmes par la faute des gens, plus ou moins recommandables, qu'il côtoyait régulièrement pour son boulot.


Pour les amis, la famille, il était Ilbriak; pour les autres il était Kah, le chasseur de prime. Ce qui empêchait quiconque de remonter à ses êtres aimés pour leur faire du mal ou lui faire du chantage.


" D'accord ? Tu ne dois pas dire que tu connais Ilbriak. Tu connais Kah et tu n'es rien pour lui, rien qu'une mission de plus. Pour ta sécurité. On n'est jamais trop prudent. "


Le rôdeur espérait que la jeune femme comprenne bien que ce n'était pas pour la mettre à l'écart et qu'il n'avait que faire d'elle, mais qu'au contraire, alors qu'il s'attachait chaque jour un peu plus à Aeryn, s'était pour la protéger.


Ils continuèrent à marcher les quelques kilomètres qui leur restaient, tandis que devant eux commençait à s'éclairer la petite bourgade.

Plus que quelques centaines de mètres et ils pourraient profiter de la chaleur d'une auberge et de la compagnie des gens avant de se glisser dans des draps chauds pour une nuit réparatrice. Non pas qu'Ilb manque de tout ça, mais de temps en temps c'était quand même appréciable.


** Fin du périple - Partie I **


Lien vers la Partie II.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La maitrise de soi est un long voyage. Partie I [Pv : Aeryn Baykon]   

Revenir en haut Aller en bas
 
La maitrise de soi est un long voyage. Partie I [Pv : Aeryn Baykon]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Repos après un long voyage
» Retour d'un long voyage...
» Nuage de Perle ● Je suis partie, pour un long voyage, sans aucun baguage...● EC
» Achat de provisions pour un long voyage
» [Rome-Versailles] Un long, trop long voyage [RP unique]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Echo des Plaines : Chapitre VII ▬ Le Retour d'Inasmir :: HORS JEU :: Vous serez tous pendus ! :: Miroir aux souvenirs-
Sauter vers: