AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Game of Thrones [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
▬ Contributions à l'histoire : 2037


Tanith Ruane

▬ Contributions à l'histoire : 2037

MessageFeuille de route
MessageSujet: Game of Thrones [PV]   Mar 21 Fév 2012, 14:29


Game of Thrones
« Les voici en train de brûler, du premier au dernier. Ils sont morts et ils brûlent, chacun d'entre eux, avec tous leurs complots, tous leurs stratagèmes et toutes leurs trahisons. Mon jour est venu, maintenant. À moi ce château, à moi ce royaume. »


Elle était parfaitement éveillée quand la fit sursauter la clameur. Des cris, d'abord lointains, mais qui, si elle prêtait une oreille plus attentive, semblaient se rapprocher. Maints appels qui s'entremêlaient, sans qu'elle pût distinguer les mots. Et des piaffements de chevaux, des bruits de pas précipités, des ordres véhéments. Tanith se coula jusqu'à la fenêtre. Et, prudemment, elle y jeta un coup d’œil. Des hommes couraient, encerclaient sa demeure, munis de piques, d'épées et de torches. Retourne te coucher, s'enjoignit-elle, il s'agit d'un mauvais rêve, rien de plus. Toutefois, son regard s'attarda. Par Mynkor, ce qu'ils avaient l'air réel... Sans réfléchir, elle ne se détourna que pour se précipiter vers sa garde-robe. Elle tenait à tout prix, rêve ou non, sauver les quelques objets qu'elle affectionnait tant. Mais qu'est-ce que je fais? se disait-elle tout en fourrant ses effets personnels dans une vieille bourse de cuivre, c'est de la folie! Des dizaines de torches illuminaient désormais les arbres et l'épaisse végétation de la forêt. Ces chevaliers du Roi – car elle avait reconnu l’écusson d'or qui décoraient leurs capes – étaient-ils venus revendiquer une quelconque rançon? Si tel était le cas, ils ne seraient jamais venus en aussi grand nombre et ne seraient pas aussi armés. Elle dissimula une lame – celle que Brawyn lui avait offerte – sous son vêtement puis se dirigea, furtivement, vers la porte du fond... Une colonne de spadassins en manteau rouge arrivait au pas de course, du moins, c'est ce qu'elle semblait distinguer à travers la couche brumeuse de la forêt. Il lui semblait entendre des hommes boucler leur ceinture et d'autres descendre à terre. Cette idée lui coupa le souffle. Elle était cernée de tout bord tout côté. Aussi silencieuse elle-même qu'une ombre, Tanith se mit en mouvement. Le sol était également dallé de pierre, ses pieds le lui attestaient; non pas de marbre polie, comme dans les grands temples de la Déesse, mais d'un matériau plus grossier, raboteux. Au fur et à mesure qu'elle progressait plus avant dans l'antique forteresse magique, elle eut l'impression que s'y confondaient des senteurs étranges, l'odeur chaude et âcre du sang... Tanith eut aussi l'impression d'y puiser un peu plus de bravoure...

Noir et désolé, tel était l'aspect de la forteresse de Mogaròr depuis que des trous béants s'y étaient substitués aux portes de chêne et aux fenêtres garnies de volets qu'elle comportait naguère. Mais même en ruine et humiliée, sa silhouette dominait toujours de manière imposante le décor aux airs de château hanté de Dorcha Dúil. Au fur et à mesure qu'on s'éloignait de son emprise magique, son ombre nous engloutissait au passage. Et, chaque fois que son regard ambré et vermeil étudiaient minutieusement la pierre effritée, la Sorcière se demandait l'instant d'un moment combien d'hommes et de femmes avant-elle avait vu ses mûrs se refermer sur eux tel l'étau d'un tombeau... Au bas des escaliers de pierre, du côté nord du château, Tanith se sentit prise de tournis et inspira profondément tout en s'appuyant contre la paroi humide et froide de son sanctuaire délabré. Maudite soit cette plaie, rien n'y fait, je devrai emprunter le chemin boisé pour leur échapper, pensait-elle, chassant cet instant de faiblesse d'un battement de paupières. Un vent vif et saturé d'humidité enfilait les couloirs étroits de la forteresse en y faisant tourbillonner la poussière de la journée. La nuit était d'une fraîcheur hors de saison, même pour le printemps. Je serais une adversaire plus sérieuse pour la populace si ce n'était de cette damnée blessure. Une agression lui aurait presque fait plaisir, sa main descendit effleurer la lame qu'elle portait, à demi camouflée dans les plis de sa robe de lin déchirée. Tout confortable qu'était ce costume de Sorcière, il lui donnait des airs encore plus lugubres, voir plus redoutable qu'une robe de grandes dames. « ▬ Soit prudente, mon adorée. Tu es faible et ils sont nombreux. Ne tente pas de les surprendre, cherche plutôt à les fuir, cela nous sera plus bénéfique.Et s'ils me trouvaient?Je me chargerai d'eux, cours te réfugier dans les bois; tu connais de nombreuses cachettes, jamais ils ne te trouveront, lui obéissant docilement, elle continua son parcours vers la sortie la plus proche ». Soudainement, digne d'un animal sauvage pris au piège, elle s'immobilisa brusquement. Une lueur orangée éclaboussait les murs de la forteresse et le cliquetis d'une armure s'écrasait sur le silence; un intrus approchait. « ▬ Cache-toi immédiatement! »
fiche par century sex.
CHRONOLOGIE : Ce rp ce déroule environ 2 ou 3 jours après l'intrigue des héritiers.
Music from Bellum
Echo des Plaines RPG


_________________
a villain is just a victim whose story wasn't been told. the pariah who never had the chance to who proves himself to be good and faithful. the victim, the miserable one who never had chance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▬ Contributions à l'histoire : 669


Dreann Aronwë

▬ Contributions à l'histoire : 669

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: Game of Thrones [PV]   Sam 25 Fév 2012, 16:24

Mogaror. Enfin. Quelqu'un avait-il un jour si satisfait de voir cette ruine, cet endroit maudit ? Il en doutait. Lui, en tout cas, en avait rêvé, l'avait désiré. Il le savait depuis longtemps, dès cette nuit d'horreur déjà, qu'il foulerait un jour ce territoire oublié, et s'il en avait douté il n'avait jamais vraiment cessé d'y croire à quelque moment que ce soit. Il avait un combat à mener, c'était inévitable et rien ne pourrait plus l'arrêter maintenant. Du haut de sa monture, il continuait son chemin vers l'imposante silhouette de Mogaror qui se découpait dans l'horizon. Derrière lui, une vingtaine d'homme armés parmi les meilleurs soldats,chevaliers et mercenaires, tous volontaires pour accomplir tout autant qu'ils étaient une mission qui, depuis le premier jour, Dreann tenait pour essentielle: venger l'affront qui avait été fait à la Chevalerie et à l'Armée royale tout entière. Celle qu'ils étaient venus chercher avait tué l'un des leurs. C'était impardonnable. À ses côtés se tenait Nylem Fairban, militaire de grand talent avec lequel pourtant le jeune chevalier n'avait que peu d'affinités. Quelque part, il savait qu'ils n'étaient pas animés par la même chose. Néanmoins, il avait précédemment mené une expédition ici même, à Mogaror, ce qui lui conférant le net avantage de connaître les lieux. Il y avait aussi Aeron Pryddeth, une mercenaire qui avait déjà eu affaire avec leur cible par le passé. Aujourd'hui, elle était dans l'autre camp, bien qu'il se méfiait d'elle: il ne pouvait avoir confiance dans les rôdeurs.

« - établissez un périmètre de sûreté autour de cette ruine ! » commanda Dreann à ses hommes. « - Abattez quiconque essaiera d'en sortir. »

Presque la moitié des soldats - une douzaine - se dispersèrent autour de ce vestige du passé qu'était Mogaror afin de couvrir toute tentative de fuite de la Sorcière. Tous avaient été sommés de s'équiper avec des armures permettant une bonne mobilité ainsi qu'avec des armes bénéficiant d'une grande allonge. Néanmoins, ils restaient peu nombreux et il y avait une grande part de terrain à couvrir, aussi avait-on massivement accroché, aux arbres des alentour et à tout ce qui le permettaient, des torches qui, dans la nuit finissante, donnaient l'impression d'une armée sur le pied de guerre. Le but ? Dissuader toute idée de fuite dans certaines directions, afin de mieux diriger la course de leur proie s’ils venaient à la manquer dans la Forteresse. L'étau se resserrait. Dreann savait que, bientôt, celle qui avait occupé toutes ses nuits, toutes ses pensées, toutes ses ambitions depuis ces dernières semaines serait bientôt à sa merci; il n'en doutait pas: sa foi en Eydis et le bienfondé de sa mission ne le lui permettaient pas, ni maintenant ni jamais. Bientôt Tanith supplierait le Roi de l'épargner. Bientôt, Margan serait vengé, son erreur réparée.

Alors que le gros de la troupe encerclait Mogaror, Dreann et le reste de ses hommes planifiaient l'assaut. Le chevalier avait évidemment pour objectif qu'aucune âme ne soit sacrifiée, bien qu'il était déterminé, au même titre que tous ses compagnons d'ailleurs, à donner la sienne pour que les objectifs soient menés à bien. Cependant, le contingent qui avait été mis à sa disposition n'était pas exclusivement composé de soldats. Il y avait aussi des mercenaires, à l'image d'Aeron. Et, à l'instar de la rôdeuse, il ne faisait pas confiance à ses gens: question de valeurs, sans doute. Aussi, il avait préféré qu'ils l'accompagnent au sein même de la forteresse, car, si les choses venaient à mal tourner, il comptait sur leur implication au plus près du combat pour rester jusqu'à la fin. Au final, le groupe qui pénétrerait dans la forteresse serait ainsi composé: lui-même, Aeron, Nylem, trois de ses soldats les plus expérimentés et trois mercenaires. Un rapide coup d’œil sur le groupe qui l'entourait le fit douter de son décompte: ils étaient bien trois, à l'instant, pourtant il n'en voyait plus que deux. Très vite, une main tendue en direction de l'entrée de la forteresse lui indiqua que le dernier avait décidé " d'ouvrir la marche". D'abord incrédule, Dreann fit signe au groupe tout entier de le suivre. Ils rattrapèrent l'aventurier:

« - Personne ne se sépare du groupe ! » dis Dreann au moment où il plaqua le mercenaire contre le mur, énervé par l'imprudence de ce dernier. « - Nous devons avancer tous ensemble, il est inutile de chercher à l'affronter seul ou même à deux, aucun de nous ne fait le poids ! »Tous parmi eux avaient été mis au courant de l'issu du premier combat qui l'avait opposé à Tanith. « - Nylem ouvrira la marche et nous guidera. Soldat, vous serez chargé de nos arrières. » dit-il en désignant un homme qu'il savait particulièrement concentré.

Le Blasonné savait qu'il allait avoir des problèmes avec ces mercenaires, en particulier celui-là qui s'était appliqué à rester bien à l'écart du groupe pendant toute la durée du voyage qui les avait conduits jusqu'ici. Il détestait cette mentalité d'inconscient, préférant de loin la rigueur des militaires, au moins lorsqu'il s'agissait de confier sa propre vie à quelqu'un. En attendant, le Roi avait jugé qu'il était préférable d'impliquer et donc de risquer la vie du plus petit nombre de soldats possible, aussi lui en avait-il confié juste assez pour que la symbolique de la Chevalerie vengeant leur frère d'armée tombé au combat ne soit pas complètement absente. Et puis, au fond, Dreann était déjà bien heureux d'avoir obtenu gain de cause sur la voie à suivre pour s'arrêter à pareils détails. Il jeta un dernier coup d'oeil à la nuit qui, peu à peu, s'effaçait: c'était maintenant ou jamais. Considérant à nouveau l'entrée de Mogaror, le chevalier dégaina son épée:

« - Allons-y. »

Chacun leur tour ils s'engouffrèrent dans ce qui était le premier d'une longue série de couloirs sombres, de corridors suintants et d'escaliers écroulés. L'espace d'un instant, l'idée que Tanith puisse s'être déjà enfui, ou même qu'elle ne soit tout simplement pas là lui traversa l'esprit. Non, c'était impossible. Il savait que le moment était venu.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité
MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: Game of Thrones [PV]   Mer 29 Fév 2012, 05:18


Une odeur aussi écœurante que tenace embaumait à présent la procession armée qui pataugeait misérablement dans les marécages. La chaleur des beaux jours avait favorisé la prolifération des insectes qui se délectaient à présent de leur chair. Dans ce paysage de désolation, chacune de leur foulée, faisait grandir l’ombre de Mogaror qui se découpait à l’horizon.
Nylem gardait un goût amer de sa dernière visite en ces lieux. Cette mission restait l’un des échecs les plus cuisant de sa carrière. Mais outre son amour propre meurtrit, c’était les répercutions de ce capotage qui lui faisaient grincer les dents : il n’était qu’un subalterne dans cette expédition ! Pourtant Aronwë n’avait pas eut un mot plus haut que l’autre à son égard. Peut-être avait-il pressentit qu’il ne serait pas enclin à se laisser humilier de la sorte ? Ou est-ce tout simplement son code du parfait petit chevalier qui lui imposait cela ? Le général se moquait pas mal de ces réponses. Tout comme de cette mission. Beaucoup disaient que « l’honneur » de la chevalerie ou le « prestige » de Cathairfal étaient en jeu. Cela le faisait doucement rire. Il suffisait d’un simple coup d’œil pour s’apercevoir qu’une grande partie de leurs effectifs étaient des mercenaires aussi avides qu’incapables. C’était donc ça la fierté du roi ? Envoyer des vaut-rien jouer au petit soldat et mettre des torches dans les bois pour paraître plus imposant ? Le visage du blasonné se fendit d’un rictus mauvais. Le roi n’avait pris en compte aucune des recommandations de son précédent rapport. Il allait à présent en payer le prix.

Du haut de sa monture, Nylem regarda Dreann planifier et organiser l’assaut de la forteresse. Pas un mot ne franchit ses lèvres durant ces longues minutes de préparation. Il restait dans l’ombre du blasonné, se contentant d’opiner par moment pour donner son consentement. Après tout Aronwë était un homme d’expérience, qui avait l’habitude de mener des hommes au combat. C’était pour cela il était écouté et respecté par ses paires. Il pouvait bien se débrouiller sans lui ! De toute façon, ses manies horripilantes de petit soldat modèle et son statut de supérieur hiérarchique positionner directement le chevalier dans le top dix des personnes à qui il avait le plus envie de décrocher un uppercute. Ce qui n’arrangerait pas ses affaires.
Néanmoins Nylem n’avait pu s’empêcher de faire la moue lors que qu’il fut décidé que les mercenaires les accompagneraient. Certes on ne pouvait leur faire confiance, mais leur sens particulier de la loyauté ainsi que leur aptitude médiocre au combat en faisaient les pires candidats pour affronter ce qui sommeiller en ces murs. Mais inutile de revenir là-dessus. Il avait déjà du essuyer assez de moqueries lorsqu’il avait mentionné le balrog de Mogaror dans son rapport. A croire que ces missives n’étaient pas si confidentielles que cela. Ou que les bon à rien qui constituaient leur expédition avaient eut la langue bien pendue.

Enfin prêt, le petit groupe allait pénétrer dans les couloirs humides de la forteresse. Ils n’avaient pas emprunté le même chemin que la dernière fois pourtant une étrange impression de déjà vu envahit le gradé tout entier. Ces maudits couloirs serpentaient et se croisaient les uns les autres sans autre point de repère que quelques mousses qui jonchaient le sol. Si bien qu’il était facile s’y perdre définitivement. Nylem avait les yeux perdus dans l’abysse jais que formait l’ouverture devant eux. Ses pensée vagabondaient déjà dans la forteresse alors de Dreann posait les règles de l’expéditions. Une rôdeuse les avaient guidé l’autre fois, mais à présent c’était son rôle. D’un geste sec il défit le nœud d’une petite bourse en cuir qu’il portait à la ceinture. Le blasonné se servit de son contenue – une pâte confectionnée à base d’ocre – pour l’essayer sur le mur d’entrée. Satisfait du rendu de sa création, il l’effaça avec de la boue avant que les pigment n’aient pu sécher. Nylem ignorait tout de la complexité des symboles dont se servaient les rôdeurs pour se repérer dans l’espace. Mais sa trace associée à un chiffre avait le mérite d’être compréhensible.
Ces multiples précautions ne semblaient pas du goût de tout le monde car l’un des mercenaires s’élançait déjà seul dans les couloirs. Le blasonné le laissa s’éloigner, le regard amusé par cette attitude puérile. Nylem paria mentalement sur le nombre de mètre qui seraient nécessaire avant de trouver son cadavre. Cinquante, cent tout au plus. Mais Aronwë bondissait à sa poursuite. Une fois le fugitif rattrapé, le chevalier lui passa un savon qui en fit sourire plus d’un. Arrivant à sa hauteur, le générale en profita pour lui susurrer à l’oreille d’une voix mielleuse.

« Passez devant si bon vous semble. Mais croyez moi. Si je vous rattrape, vous allez regretter de ne pas être tombé dans la gueule d’un basilic. Tienez le vous pour dire, je ne suis pas aussi clément que sir Aronwë envers les déserteur. »

Le Maitre du Jeu a écrit:
Le couloir que vous empruntez (ou que vous vous apprêtez à emprunter) est vide de toute présence. Vous et vos compagnons ne voyez et n'entendez personne.

D’un pas non chaland, le blasonné pris la tête du petit groupe. Seule le cliquetis des armures troublait le silence qui c’était installé. Un calme pesant, oppressant même. Cela qui n’avait rien de naturel. Il semblait planer une aura malfaisante entre ces murs. On ne surnommait pas ces ruines pour rien le château maudit !
Tous continuaient d’avancer. Epée au clair, Nylem avait tout ses sens en alerte, près à frapper si besoin. Il était déterminer à en finir vite ! Sa lame allait la transpercer de par en par avant que la lueur diabolique n’ait pu enflammer ses yeux. Il voulait l’entendre expier son dernier souffle et la voir quitter ce monde. Le roi la voulait vivante mais mort elle serait plus facile à transporter. De toute façon qu’allait-il lui faire ? La récompenser pour ses exploits peut-être ?
A une intersection le générale cru reconnaître l’une des marques laissées par Aislin. Ils bifurquèrent donc dans sa direction, non sans laisser leur propre trace. Ils n’y avait aucun signe de vie dans les environs. Hors mis une mue de basilic qu’ils avaient croisés plus loin. Cependant le blasonné savait qu’ils se rapprochaient du lieu de leur première rencontre…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
▬ Contributions à l'histoire : 119


Aeron Pryddeth

▬ Contributions à l'histoire : 119

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: Game of Thrones [PV]   Jeu 01 Mar 2012, 14:26

Après le dénouement de l'expédition imprévue en compagnie d'Héritiers dans laquelle Aeron s'était lancée sans vraiment le savoir, la jeune femme avait fait le chemin inverse à toute allure. Volant le cheval que Galahad avait abandonné, elle avait parcouru la route conduisant à la capitale au grand galop presque sans le moindre égard pour sa monture pour remonter les rues au petit matin dans un grand claquement de sabots traversant le champ de bataille alors que les entrailles des monstres et des soldats fumaient encore. Elle avait fait un tapage monstre pour obtenir une audience royale, arguant qu'elle avait non seulement des informations sur ces maudits adorateurs de Mynkor mais également qu'elle pouvait leur donner des renseignements de première main sur Tanith. Finalement, on avait consenti à l'entendre lorsqu'un jeune lieutenant l'avait reconnue comme l'une des participantes du concours d'Adresse Equestre. Elle avait répété son récit devant plusieurs hauts gradés avant qu'enfin cette bande de d'empottés de Blasonnés ne consente à la croire. Puis à la présenter au roi à qui elle avait du faire un nouveau rapport tout en se demandant si il y avait une personne dans ce palais de fou qui n'avait pas entendu son histoire.

Quand la nécessité d'une incursion dans la forteresse de Vorlun s'était imposée, la jeune femme avait hésité à en faire partie. L'héroïsme n'avait jamais fait partie de son caractère et elle l'avouait bien volontiers, la perspective d'affronter ce lieu de cauchemars ou ses pensionnaires la clouait sur place de terreur. Pourtant c'était une chose à laquelle elle ne pouvait se dérober. Elle faisait partie de ce petit pourcentage de personnes qui était entré dans la citadelle et qui en était revenu. Elle se devait donc d'y retourner pour s'assurer que Tanith ne tisserait plus ses sombres toiles où que ce soit. Et qu'elle finirait ses jours de triste sire dans une geôle dans le meilleur des cas. Aeron ne souhaitait pas vraiment sa mort. Mais la voir hors de l'équation serait chose rassurante. Et si cela devait arriver. Et bien ainsi soit-il.

Elle avait donc pris la route avec les chevaliers et les mercenaires, se gardant de se mêler à ceux qu'elle considérait comme de la chair à canon et évitant ceux qui de toute évidence la méprisait à cause de ses origines ou de sa nature. Peu de temps après leur arrivée, elle s'était vue décerner l'insigne honneur de faire partie du groupe d'élite qui irait débusquer la Sorcière dans sa tanière. En gros, elle avait tous les risques de connaître une mort affreuse entre les mains d'une psychopathe qui adorait un dieu dévoyé. Ce qu'Aeron ne comprenait pas en revanche c'était pourquoi un chevalier avait tant voulu faire partie de l'équipée. Le général aux allures mercenaires et sa réputation de boucher, la Rôdeuse pouvait appréhender ses motivations ou au moins la raison pour laquelle on l'avait chargé de cette mission. Mais le noble héros dans son armure étincelante. Non définitivement il n'avait pas le profil de la personne qui piétine dans la vase et la boue sans une bonne raison. Mais il n'avait visiblement pas envie de lui parler. Le plus neutre de ses regards trahissait tout le mépris et la méfiance qu'il nourrissait à son égard aussi la jeune femme l'avait-elle soigneusement évité. À une distance raisonnable, elle observa les heurts de leurs égos et leurs petites batailles futiles pour savoir qui entrerait dans la forteresse en premier. Si on lui avait laissé le choix, elle n'aurait pas mis un orteil en ces lieux...

Finalement, le petit groupe en ordre s'enfonça dans le tunnel pour affronter Tanith. Aeron prenant place derrière le général en armure de plates de façon à pouvoir l'utiliser comme bouclier humain se décida à observer l'endroit, tous ses sens en éveil. Les Singuliers étaient sourds et coupés de leurs instincts mais la Rôdeuse comptait bien en ce qui la concernait ne pas faire l'erreur de sousestimer leur ennemie...

Le Maitre du Jeu a écrit:
Jugement d'Eydis: "Est-ce une piste que vous repérez dans la poussière ?"
Oui: Que ce soit par hasard ou par volonté, votre regard tombe sur des traces de pas dans la poussière. Elles sont récentes et vont dans la direction inverse de de celles laissées par votre groupe.
Non: Un pas ou de la poussière mal répartie, peu importe. L'opération discrète se transforme en ramdam où l'égo des uns met la patience des autres en péril. Impossible pour vous de vous concentrer sur les détails alentours.


Elles étaient si ténues et la tension si importante entre les membres de l'expédition qu'elle faillit bien les manquer. Mais en les observant de plus près, elle s'aperçut qu'il nee s'agissait pas de leurs traces mais bien des pas de quelqu'un d'autre. Frappant quelques coups contre l'armure de l'homme qui la précéderait comme elle aurait toqué à une porte, elle attira son attention. "Hé mon général, votre Seigneurerie. J'aimerais attirer votre attention sur le fait qu'il y a des traces fraîches dans cette direction et que nous sommes en train de partir dans le mauvais sens..." Elle désigna les pas dans la poussière et la direction qu'ils prenaient.

_________________


Dernière édition par Aeron Pryddeth le Jeu 01 Mar 2012, 14:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▬ Contributions à l'histoire : 450


Eydis

▬ Contributions à l'histoire : 450

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: Game of Thrones [PV]   Jeu 01 Mar 2012, 14:26

Le membre 'Aeron Pryddeth' a effectué l'action suivante : Le Jugement d\'Eydis

'Le verdict' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▬ Contributions à l'histoire : 2037


Tanith Ruane

▬ Contributions à l'histoire : 2037

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: Game of Thrones [PV]   Ven 02 Mar 2012, 08:26


Game of Thrones
« Les voici en train de brûler, du premier au dernier. Ils sont morts et ils brûlent, chacun d'entre eux, avec tous leurs complots, tous leurs stratagèmes et toutes leurs trahisons. Mon jour est venu, maintenant. À moi ce château, à moi ce royaume. »


Le Maitre du Jeu a écrit:
Tandis que la lumière se rapproche et sous entend la présence d'un intrus, Vorlun vous invite à vous dissimuler.
Votre choix parmi une liste prédéfinie: Vous obéissez mais la présence est trop proche et d'autres personnes la rejoignent déjà. Heureusement, vous dénichez subitement une fracture dans la pierre, suffisamment profonde pour vous y engouffrer rapidement
> Vous calmez votre respiration et ne bougez plus. Votre cachette est idéale, invisible à leur vue et à leur ouïe, vous pouvez les observer sans vous faire repérer.

Elle se faufila sous une arche à sa droite pour aboutir dans un corridor qu'elle n'avait jamais vu auparavant. Elle regarda autour d'elle, visiblement désorientée, comme incertaine quant à la direction à prendre. Malgré tout, elle suivit son instinct et, telle une voleuse, elle se dissipa dans l'ombre et l'obscurité qui jouait en sa faveur. Son esprit lui disait comment réagir, mais son corps manquait de coordination pour le faire. Et cette douloureuse sensation qui lui lancinait les hanches et le bas ventre depuis qu'elle s'était éveillée ne l'aidait en rien dans sa tentative d'évasion. Ainsi, en voulant se retourner rapidement, elle chuta sur les genoux et les mains, Pire encore, elle avait tellement donné d'elle-même que, à lui seul, son poids suffisait à faire trembler ses bras. Elle semblait avoir oublié comment respirer, elle faisait fonctionner ses poumons comme un soufflet, chaque inhalation et chaque exhalaison était le résultat d'un ordre conscient. La Sorcière du Premier Ordre recherchait désespérément de l'air, il lui fallait garder son calme sans quoi tous ses efforts seraient réduits à néants. « ▬ Garde ton calme mon enfant, sinon tu ne seras jamais en mesure de fuir tes ennemis ». Tanith se raidit sur ses doigts et ses orteils, tel un chat prêt au combat, filant en crabe vers le muret pour prendre appuie contre la pierre et se redresser progressivement. Les pensées se bousculaient dans sa tête à une vitesse vertigineuse et l'Héritière les emmagasinait comme les voleurs collectionnaient les pièces d'or, elle analysait ses adversaires aussi rapidement et exhaustivement que possible. Elle ignorait le nombre exacte de chevaliers qui parcouraient la forteresse, elle ignorait également le nombre approximatif qui l'attendait à l'extérieur, mais depuis le départ, les chevaliers avaient l'avantage, car, de toute évidence, ils savaient où chercher et quoi trouver. L'air était devenu de plus en plus glacial, au point qu'elle pouvait voir sa respiration et sentir la chair de poule envahir la moindre parcelle de son corps. « ▬ Regarde à travers cette brèche, tu pourras davantage évaluer la situation de tes ennemis ». S'exécutant, la vision lui coupa le souffle.

À première vue, le chaos qui régnait à l'extérieur semblait avoir son équivalent à l'intérieur de la forteresse, mais à mieux y regarder, cette impression était démentie. Tanith avait l'impression d'observer une immense machine humaine qui avait un but précis pour chaque geste, qu'il s'agisse pour assurer la sécurité d'un périmètre déterminé ou d'inspecter chaque sombre recoin de Mogaròr. À cet instant, elle sentit le froid et la peur l’envahir. Sa peau pâlit, ses lèvres et le bout de ses doigts bleuirent légèrement, comme si elle avait été enduite de glace. Son cœur tonnait, chaque battement portant un coup, mais il n’y avait nul mouvement dans sa poitrine; elle était aussi immobile qu’une ombre, qu’un cadavre… une pierre aurait été plus vivace qu’elle : « ▬ Ne reste pas là, ne les entends-tu pas, mon enfant? Ils te cherchent, il faut fuir! . Soudainement, l’Héritière entendit les pas des cavaliers qui s’approchaient. Il n’y avait probablement pas plus de cinq chevaliers au sein de son sanctuaire, mais leurs bottes d’argent frappaient sur les pavés comme sur un tambour, à tel point qu’ils donnaient l’impression d’être dix fois plus nombreux. ▬ Ils sont beaucoup trop nombreux, je ne pourrai pas les fuir! ». Calée contre le mur de pierre, accroupie dans l’ombre d’une crevasse, elle apercevait des silhouettes se dessiner, deux corridors plus loin. Des sombres armures et des casques à cornes qui scintillaient sous l’éclat vacillant de leurs torches et des flammes. Du cuir recouvert de plaques d’acier, conçues autant pour le confort que pour le côté pratique. La large carrure de ces hommes semblaient tous sortis du même moule et contrastait de façon frappante avec la figure menue qu’ils pourchassaient. Outre que c’était une femme, Tanith n’avait pas leur taille et encore moins la carrure de ses poursuivants. Mais ce manque était largement compensé par la force de sa personnalité. Elle ne portait pas d’armure et donnait l’impression qu’elle n’en avait pas besoin, qu’elle était plus que capable de s’en passer. Et là était la source de sa vulnérabilité; elle accordait beaucoup trop d’importance à ses pouvoirs magiques, qui d’ailleurs lui était cruellement réservés. « ▬ Par ici! » La jeune femme retrouva ses esprits à une vitesse impressionnante. Toutefois, elle était beaucoup moins rapidement qu’eux, de nouveau, il lui faudrait prendre la fuite; il n’y avait aucune autre option envisageable. Ne sachant pas à quelle distance précisément ses attaquants se trouvaient, elle décida tout de même de prolonger la distance qui les séparait en s’enfonçant de nouveau dans une autre petite crevasse – plus étroite cette fois - pour se diriger vers la face sud de la forteresse. Aussi silencieuse qu’un chat
code CSS et fiche par century sex.
CHRONOLOGIE : Ce rp ce déroule environ 2 ou 3 jours après l'intrigue des héritiers.
Music from Bellum
Echo des Plaines RPG


_________________
a villain is just a victim whose story wasn't been told. the pariah who never had the chance to who proves himself to be good and faithful. the victim, the miserable one who never had chance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▬ Contributions à l'histoire : 669


Dreann Aronwë

▬ Contributions à l'histoire : 669

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: Game of Thrones [PV]   Sam 03 Mar 2012, 16:38

Ça y est, la traque pouvait commencer. Nylem en tête, le petit contingent commença son avancée dans les ténèbres de Mogaror. Dreann, lui, tentait de rester concentré malgré le poids de la nervosité qui l'accablait. À vrai dire, l'enjeu était de taille et il ne pouvait pas se permettre d'échouer: à ce moment, il se fichait bien de ce que pourrait être la suite de sa carrière si les choses venaient à mal tourner, non, il s'inquiétait avant tout de mettre hors d'état de nuire Tanith, quel qu’en soit le prix. Alors qu'il avançait aux côtés de ses compagnons d'armes d'un jour, Dreann ne pouvait s'empêcher de laisser bifurquer son esprit vers la sorcière. Dans quel état se trouvait-elle, à ce moment précis ? Il savait que, si elle était ici, ils n'avaient pas été assez discrets pour qu'elle ne se soit pas déjà rendu compte de leur présence. À tord ou a raison, il se plaisait à imaginer l'état d'esprit de celle qui pour lui n'était plus guère qu'un prédateur encombrant qu'il avait fallu venir débusquer directement dans sa tanière. Avait-elle peur ? Il l'espérait, car qu'importe ce quels sombres desseins elle préparait ici, qu'importe quelles magies elle utiliserait, qu'importe l'ardeur qu'elle mettrait au combat: sa macabre aventure était sur le point de s'achever.

En attendant, le chevalier ainsi que le reste du groupe continuèrent d'avancer, guidés par Nylem Fairban fort de sa participation à la première expédition qu'il avait mené ici il y a plusieurs mois de cela et où il avait déjà croisé la route de Tanith. Dreann n'avait pris connaissance de cette mission que très récemment, alors qu'il préparait sa propre escarmouche. Comme tout le monde, il était plus que circonspect à l'idée que cette ruine puisse abriter Balrogs et autres monstres de légendes. Malgré ça il n'avait pas pour autant écarté l'hypothèse que son groupe ne fasse ce genre de mauvaises rencontres: s’il n'appréciait pas vraiment Nylem, ni en tant qu'homme ni en tant que soldat, il jugeait que sa parole était plus que fiable. Le chevalier avait ainsi lourdement insisté auprès du Roi pour que des moyens plus importants lui soient accordés, mais il n'avait obtenu que ce groupe de vingt hommes. Parmi eux, Dreann avait pris soin de recruter les tueurs de monstres parmi les plus réputés, au cas où. Pourtant, la surprise vint d'Aeron, une rôdeuse qui devait sa participation au fait qu'elle aussi avait été amenée à côtoyer Tanith, qui avait apparemment trouvé une piste, évitant au groupe de partir dans la mauvaise direction:

« - Bien vu. Prenons plutôt ce chemin, alors. » indiqua Dreann, décidé à suivre l'avis d'Aeron.

À la seule lumière des flammes de leurs flambeaux, le groupe se mit à remonter les traces qui, manifestement, étaient plus récentes. Une preuve de la présence de Tanith ? Le chevalier l'espérait plus que toute autre chose, néanmoins il n'osa pas s'emballer pour autant. Après tout, il était possible que quelqu'un ou quelque chose d'autre soit présent. Assez rapidement, ils remontèrent deux couloirs puis ... plus rien. Les traces s'arrêtaient net. Un des mercenaires qui les accompagnait exprima l'évidence: « - Ce qui était là s'est engouffré dans ce trou, juste là. » Dreann s'abaissa, éclairant avec sa torche ce qui se révéla être un passage aussi sombre qu'étroit qui devait serpenter à travers le château à demi effondré. Manifestement, c'était là que menait la piste d'Aeron. Malgré ça, le chevalier hésitait: pouvaient-ils seulement s'engouffrer tous à la fois dans cette galerie qui menaçait de s'écrouler d'un moment à l'autre ? Ils pouvaient bien envoyer quelqu'un en éclaireur, mais le chevalier souhaitait rester fidèle à son idée de départ qui consistait à ne pas diviser le groupe. Alors que faire ? Renoncer à ce chemin signifiait qu'il devrait rallier l'autre côté de ce tunnel par un autre chemin, or il doutait que ni Aeron ni Nylem ne sachent où cela menait.

« - Il semblerait que nous n'avons pas le choix. » lâcha le chevalier, l'air contraint. « - Allons-y. On ne peut pas se permettre d'ignorer cette piste. »

Aussitôt qu'il eut fait part de sa décision au groupe, Dreann s'accroupit et commença à se faufiler dans le tunnel. Après avoir pris une avance de plusieurs mètres, il fit comprendre que la voie était libre. Néanmoins, la progression s'avérait compliquée: le manque d'espace et l'équipement faisaient de chaque mouvement une tâche compliquée. De plus, le manque de lumière et d'air frais étouffait l'esprit. Le bout du passage n'était qu'obscurité.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▬ Contributions à l'histoire : 119


Aeron Pryddeth

▬ Contributions à l'histoire : 119

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: Game of Thrones [PV]   Lun 05 Mar 2012, 09:57

Fixant le disque de ténèbres pures qui se découpait dans le mur, Aeron réfléchissait à la marche à suivre, à l'attitude qu'elle devrait adopter. Tout autour d'elle sentait le traquenard. Tout autour d'elle puait la mort. Une mort sournoise, pernicieuse qu'illustrait une odeur discrète mais persistente de charognes sous-jacente à la puanteur âcre des marais. Le valeureux chevalier s'était enfoncé dans les ténèbres sans la moindre hésitation mais la Rôdeuse n'avait pas son courage... ou son inconscience. La proie était certes toute proche mais la jeune femme n'avait pas envie de perdre la vie bêtement en entrant dans un tunnel qui risquait de s'effondrer à tout moment... Ses yeux noisettes accrochèrent la maçonnerie délabrée alors qu'elle essayait de déterminer les probabilités que le passage s'affale au moment où elle s'y engagerait. Lorsque Dreann leur signala que tout allait bien, elle réalisa finalement que probabilités ou pas, elle n'avait plus le choix. Il fallait bien rattraper Tanith et plus elle hésitait, plus la sorcière avait de chances de leur glisser entre les doigts. Profitant de son armure légère et de son gabarit plus réduit que celui des hommes qu'elle accompagnait, Aeron s'accroupit pour s'engager relativement facilement dans l'étroit boyau. Vérifiant de ses mains que le plafond ne s'apprêtait pas à lui lâcher un bloc de roche brute sur le crâne, elle entreprit de rattraper son retard. Sous ses pieds, le sol semblait avoir changé de texture. Après la boue gluante des couloirs, il était agréable de trouver un terrain sec. Qu'elle aurait même pu qualifier d'agréable sous la botte. Ce n'est que lorsque la terre se mit à bouger qu'elle comprit que quelque chose clochait. Elle sentit une matière organique se refermer autour de sa cheville puis agripper sa jambe avant de l'attirer vers le bas. La douleur, la surprise, la peur, la colère ou peut-être un mélange de tous ses sentiments la firent d'abord hurler comme une fille. Elle reprit le dessus lorsqu'elle réalisa à quoi elle avait affaire.

Le Maitre du Jeu a écrit:
Tandis que Dreann Aronwë se lance dans la brèche, vous observez le chemin: sombre et étroit.
Votre choix parmi une liste prédéfinie: Vous vous méfiez de ce trou. Les roches paraissent instables. Et si elles s'écroulaient ? Vous avancez mais maintenez votre regard vers le plafond et tâtez du bout des doigts la stabilité de certaines roches.
> L'initiative était prudente. Hélas, votre attention ne se portait pas vers le véritable danger. Le sol jusqu'ici irrégulier semble soudainement s'agiter sous vos pieds. Un filet du diable ! Les cris d'angoisse sur vos arrières, vous signalent que vos acolytes s'enfoncent tout comme vous. Cette galerie dans la pierre est le résultat de la croissance de cette plante durant des décennies. Votre seule consolation: Tanith Ruane doit être aussi piégée que vous.

Ce tunnel n'avait jamais rien eu d'une galerie faite de main d'homme. Il ne s'agissait pas d'un égout comme elle l'avait d'abord pensé. Dans un moment de fatalisme, elle réalisa qu'il aurait été préférable de patauger dans la bouse de basilics jusqu'aux genoux. Tout plutôt que d'aller chatouiller l'intérieur d'un Filet du Diable. L'environnement avait visiblement profité au végétal qui avait atteint un gabarit tout à fait impressionnant. Pour un peu Aeron se serait extasiée sur sa taille. Si seulement il n'avait pas été en train d'essayer de l'étrangler... Après s'être débattue quelques secondes, la jeune femme se forçait maintenant à bouger le moins possible pour éviter de précipiter sa fin. Elle espérait que les porteurs des torches ne se trouvaient pas encore véritablement dans ce traquenard. Et que la sorcière par contre avait eu tout le temps de profiter des particularités de ce système racinaire. Elle se ressaisit finalement pour tenter quelque chose. Usant toute la puissance de ses cordes vocales, la Rôdeuse essaya d'attirer l'attention des soldats qui éclairaient la petite colonne. "De la lumière. Faites de la lumière. Foutez le feu si il le faut mais éclairez-moi ce machin!" L'air commençait à manquer. Malgré son immobilité, le Filet du Diable resserrait inexorablement son étreinte. Sa vision commença à se brouiller...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▬ Contributions à l'histoire : 669


Dreann Aronwë

▬ Contributions à l'histoire : 669

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: Game of Thrones [PV]   Mer 21 Mar 2012, 15:39

Un tremblement de terre, un hurlement: il n'en faut pas plus à Dreann pour comprendre que quelque chose ne va pas. Un peu surpris d'abord, il ne parvint pas à identifier immédiatement d'où provenait le danger et ce n'est que quand il sentit les branches du Filet du Diable qui se resserrait peu à peu autour de lui qu'il comprit quelle était l'urgence. Derrière lui, il entendait ses deux compagnons, Nylem et Aeron, qui se débattaient pour échapper à l'emprise du végétal. Luttant contre la panique, le chevalier tentait de ne pas bouger de façon inconsidérée, aussi bien parce qu'il ne voulait pas pousser la plante à renforcer son étreinte que parce qu'il craignait de voir s'effondrer le tunnel sur lui et ceux qui, sur son ordre, avait fait l'erreur d'entrer dans ce qui se révélait maintenant être un véritable enfer. Néanmoins, se remettre en question lui paraissait dispensable et il valait mieux pour te le monde qu'il prenne une décision rapidement. Derrière lui, il entendait ses deux compagnons qui hurlaient de douleur et lui-même ne pouvait s'empêcher de laisser s'échapper quelques suppliques de souffrance alors que la pression du Filet du Diable se faisait plus forte à mesure que le temps passait. Il fallait pourtant faire abstraction, garder son calme: il lui semblait que se débattre comme un forcené ne faisait que renforcer l'étreinte du végétal.

Le Maitre du Jeu a écrit:
Le Filet du Diable affermit sa prise sur vous. Deux de vos compagnons hurlent de terreur, la peur supplantant toute raison, ils n'ont cessé de s'agiter et en subissent maintenant les conséquences.
Votre choix parmi une liste prédéfinie: Vous tentez de couvrir les hurlements pour inciter le groupe au calme avec toute votre autorité de chef de mission.
>Le calme se fait soudain, mais votre martyr commence. Le végétal constricteur vous étreint plus violemment. Sous sa pression, vos doigts lâchent la garde de votre arme. Un des soldats encore libres, l'un de vos subordonnés à Cathairfal, se précipite. Son épée mord violemment l'épaule de Nylem Fairban alors qu'il se fraye un chemin tant bien que mal. Il tranche dans le vif et sa colère se traduit en des grognements rauques et une respiration saccadée. Les lianes relâchent temporairement leur emprise. Il enjambe le corps ligoté d'Aeron et se rapproche de vous. Certaines lianes fouettent dans le vide, tâchant d'appréhender l'opportun. L'une d'elles s'écrase contre un mur. Sous le choc, une partie du plafond s'écroule au-dessus du soldat. Il meurt, englouti sous les gravats, tandis que votre jambe se retrouve bloquée, ensanglantée et poussiéreuse, mais indemne.

« - Calmez-vous ! » hurla Dreann, tentant de contenir sa propre douleur. « - Plus vous vous débattez, plus elle se resserrera autour de vous » Puis, il songea à ceux qui étaient restés en dehors du tunnel: « - Dépêchez-vous d'intervenir ! »

Alors que Dreann mit tout son souffle dans ces dernières consignes, le Filet du Diable sembla vouloir punir cet effort et mit plus de puissance encore dans son étreinte, forçant le chevalier à lâcher son arme qui tomba au sol. Au même moment, un des soldats pris n'écouta que son courage et prit l'initiative de rejoindre les trois malheureux alors piégés dans le tunnel. Dreann n'a pas vraiment conscience de ce qu'il se passe, mais il comprend que son subordonné ne fait pas attention, brassant l'air de son arme. Le chevalier reconnaît la voix de Nylem qui injure, touchée apparemment par le soldat qui, dans la panique, agit inconsidérément. L'emprise des lianes se fait cependant moins oppressante et Dreann parvient à récupérer son arme. L'instant d'après pourtant, il entend le plafond qui tremble. Les lianes ont heurté la roche et des gravats tombent sur leurs têtes. Le soldat ne donne plus aucun signe de vie.

« - Mais apportez de la lumière bordel ! » Dreann, à bout de souffle, perd patience.

Heureusement, les débris n'empêchent pas un des mercenaires d'approcher, torche main, et d'entrer à son tour dans le tunnel. Les effets de la lumière orangée du feu se font immédiatement ressentir. En effet, les trois infortunés jusque-là pris au piège peuvent sentir la pression exercer par les lianes s'affaiblir, jusqu'à ce que ces dernières soient tout à fait inanimées. Les prisonniers sont enfin libres, mais la perte de temps et le manque d'efficacité du soldat leur a coûté un temps précieux et, surtout, risquent de laisser des traces physiques. Néanmoins, chacun peut savourer sa liberté. Bientôt, ils sont rejoints par les hommes restés à l'extérieur du tunnel. Cette fois, tout danger est écarté et, tant que les torches restent allumées, le Filet du Diable ne devrait plus être dans la capacité de poser problème. Dreann laissa quelques instants pour que tous puissent reprendre leurs esprits et pour que Nylem puisse panser sa plaie. Puis, il dit dit:

« - Nous devons vite reprendre notre avancée. Si nous avons été bloqués, Tanith l'a surement été aussi ! »

Puis, sans perdre plus de temps, le jeune homme reprit sa route à travers l'obscurité.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▬ Contributions à l'histoire : 2037


Tanith Ruane

▬ Contributions à l'histoire : 2037

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: Game of Thrones [PV]   Sam 24 Mar 2012, 07:38


Game of Thrones
« Les voici en train de brûler, du premier au dernier. Ils sont morts et ils brûlent, chacun d'entre eux, avec tous leurs complots, tous leurs stratagèmes et toutes leurs trahisons. Mon jour est venu, maintenant. À moi ce château, à moi ce royaume. »



Le Maitre du Jeu a écrit:
Tandis que vous vous avanciez dans la crevasse avec assurance, votre parcours est subitement interrompu par la manifestation d'un filet du diable. L'absence de torche vous condamne à son bon vouloir et l'étau se resserre sur vous. De loin, vous parvient l'animation d'un éboulement. Le silence se fait. Bientôt la troupe de vos poursuivants se fait entendre. Vous êtes repérée mais toujours prisonnière.

Elle entendit un bruit sec et un léger grondement de tonnerre lorsqu'elle fut suffisamment enfoncée dans un nouveau corridor parsemé de débris et de poussière. Ses yeux enregistrèrent l'image différée d'un éclair qui avait fendu l'air pour venir s'écraser contre le mur derrière elle. Elle cligna encore des yeux et vit quelque chose de sombre et flou apparaître au loin. Cette chose ne restait pas en place, se balançait d'un côté et de l'autre, se dressant furieusement dans les airs en signe de frustration, comme si elle voulait se précipiter sur elle pour la déchiqueter et la réduire en pièces, mais n'osait le faire. Les bruits qu'elle produisait n'étaient ni des grognements de bêtes qu'elle avait déjà croisé à Mogaròr, ni des gémissements d'hommes, mais plutôt comme une sorte de marmonnement sourd, comme si la bête s'exprimait sous l'eau, un son plus strident que la vapeur en ébullition sortant d'une soupape. Cette créature lui mettait les nerfs à vif et lui donnait envie de hurler de la même manière. Reculant prudemment pour évaluer la situation à laquelle elle faisait face, Tanith percuta alors le mur derrière elle. La fraîcheur humide des murs verts du corridor lui donnait la vague impression d'être dans une caverne. Il y faisait de plus en plus humide subitement et les bruits ne cessaient de s'amplifier. Bientôt, une odeur de sel de mer et d'algues vinrent ce joindre à cette chaleur pesante, cette créature faisait sentir sa présence en ces lieux, et elle était visiblement mécontente de voir son repaire occupée par autrui...

Au loin, elle entendait le bruit des bottes sur les pavées, le cliquètement de l'armure et des épées, qui annonçaient l'approche de ses poursuivants. La bête s'agita furieusement lorsque l'éclat des torches vinrent illuminer quelque peu le sombre corridor. La bref vision qu'en eu Tanith la pétrifia d'horreur, cette bête était si immense que la pièce ne parvenait pas à la contenir convenablement. Ses immenses ramures se tortillaient dans tous les sens tel un dais impénétrable de végétation humide. Soudainement alors, dans un cri aiguë, la créature se jeta subitement sur elle. En un clin d’œil, deux lianes vinrent se refermer sur ses chevilles tel des fers. Elle se débattit malgré tout, mais sans résultats concluant, elle tomba plutôt sur le dos, incapable de se défaire de ses liens. Ce n'est qu'une fois immobile et clouée au sol que se manifesta l'idée que tout cela pouvait bien n'être qu'une ruse pour l'amener à se livrer à ses ennemis de son plein gré. Cette idée, pourtant, fut chassée lorsqu'elle entendit les cris de ses poursuivants retentir contre les parois vertes de la caverne. Eux aussi avaient été prit dans les filet de ce monstre. « ▬ Mais apportez de la lumière bordel! » fut l'unique voix qu'elle reconnu parmi toutes les autres. Elle frissonna d'horreur, ainsi cet impertinent chevalier qu'elle avait croisé par le passé s'était joint à cette expédition au cœur des ténèbres. Pourquoi diable n'était-elle pas si étonnée?

Le Maitre du Jeu a écrit:
Jugement d'Eydis: La lueur de leur flammes vous baigne mais le filet du diable vous a affaibli et ne semble pas gêné par cette menace. Sa taille est imposante ici et le brûler semble votre seule échappatoire. La chose faite, qu'en sera t-il de vous ? Serez-vous apte à faire face ?
Oui: Le souffle court, la peau couverte des hématomes faits par le végétal constricteur vous êtes mal en point mais êtes capable de compliquer la tâche à la petite troupe, pour peu que le combat soit court.
Non: La respiration sifflante, vous suez sang et eau. Incapable de vous relever, vous observez, impuissante, le groupe se refermer sur vous.

Une autre inspiration, aussi inattendu et mystérieuse que son impulsion de se fier à l'esprit torturé de Vorlun, la poussa à poser une main libre sur sa taille encore libre d'accès malgré l'étau de la créature. D'un mouvement sûr et rapide, car elle ne pouvait se permettre ni erreur ni hésitation, elle s’empara du poignard de Brawyn à sa ceinture pour la planter furieusement dans la peau visqueuse de son ennemi. La créature hurla, mais ne défit pas son emprise et vint même grimper jusqu'aux côtes déjà endommagée de la Sorcière. Tanith siffla de frustration. Ses mains étaient trop petites, elle n'avait pas de prise suffisante et n'arrivait même pas à planter correctement sa lame dans la chair de la bête tant la lame était abîmée et la peau trop épaisse. Subitement, les flammes furent plus grandes et dans un bruit assourdissant, des pierres tombèrent du plafond. Un autre éboulement qui s'écrasa contre certaine partie de la plante. Tanith eu de la chance, l'une des pierres suffisamment bien aiguisée trancha la tentacule qui la détenait prisonnière. À la fois surprise par cet éboulement de pierre et les flammes des torches qui la brûlait par moment, la plante se retira, non pas mécontente, vers les profondeurs de la grande pièce. Libre, la jeune évadée tomba sur le sol, plat le ventre. Elle sentait une piqûre brûlante contre sa cuisse, et remarqua la lame noire de sang. Les os broyés, sa douleur à l'estomac et au bassin n'était que plus fort et plus intolérable. Elle poussa un hurlement déchirant lorsqu'elle tenta tant bien que mal de se redresser. Mais elle en fut incapable, cette douleur lancinante l'empêchait de bouger correctement. Elle se demanda même un instant si cette expédition n'avait pas eu le but ultime de la tuer.

Recouverte d'eau et de son propre sang, la terrible Sorcière des ténèbres n'était plus qu'une enveloppe faible de chair. Elle s'écroula sur le sol, la tête reposé contre son avant bras. Ses paupières pesantes ne tenaient plus et elle sombra dans l’inconscience. Mais avant de ne s'avouer vaincu, Tanith eu tout juste le temps d'apercevoir les corps armés de ses ennemis se rapprocher d'elle et la lumière de leur torche lui brûler le visage... Tanith Ruane, l'enfant des ténèbres, l'Héritière de Mynkor, l'élève de Vorlun le Non-mort avait été vaincu par un simple et banal filet du diable...

code CSS et fiche par century sex.
CHRONOLOGIE : Ce rp ce déroule environ 2 ou 3 jours après l'intrigue des héritiers.
Music from Bellum
Echo des Plaines RPG

_________________
a villain is just a victim whose story wasn't been told. the pariah who never had the chance to who proves himself to be good and faithful. the victim, the miserable one who never had chance.


Dernière édition par Tanith Ruane le Sam 24 Mar 2012, 08:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▬ Contributions à l'histoire : 450


Eydis

▬ Contributions à l'histoire : 450

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: Game of Thrones [PV]   Sam 24 Mar 2012, 07:38

Le membre 'Tanith Ruane' a effectué l'action suivante : Le Jugement d\'Eydis

'Le verdict' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▬ Contributions à l'histoire : 669


Dreann Aronwë

▬ Contributions à l'histoire : 669

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: Game of Thrones [PV]   Lun 26 Mar 2012, 04:40

Enfin défait de l'entrave du Filet du Diable, le petit groupe put reprendre sa progression malgré les blessures plus ou moins graves que la plante meurtrière leur avait infligées alors qu'ils luttaient pour leur survie. La lumière des torches suffisait maintenant à calmer les ardeurs du végétal, aussi le danger semblait maintenant écarté. Tout en avançant dans le silence le plus complet, Dreann songea à la vie du soldat qui venait d'être sacrifiée. Il s'était porté volontaire, certes, pourtant le chevalier ne put s'empêcher de regretter profondément cette perte. À cet instant, l'idée même qu'il aurait pu laisser sa vie ici, dans ces ruines isolées, dévoré par une plante, lui traversa l'esprit, animant son échine d'un spasme provoqué par l'effroi que cela suscitait en lui. Il n'avait pas peur de mourir, pourtant il fallait avouer que trépasser en ces lieux n'avait rien de réjouissant. N'être qu'un tas d'os de plus, jonchant le parcours de futurs aventuriers ... Cette idée lui occupa l'esprit jusqu'à ce que la vue d'un corps inanimé, juste devant lui, ne parvienne à le ramener à la réalité. Était-ce possible que ... ? Dreann n'en crut d'abord pas ses yeux, se tournant vers Aeron qui le suivait de près alors, comme pour s'assurer qu'il n'était pas le seul à pouvoir jouir de ce spectacle bien trop beau pour être réel: Tanith gisait devant eux, apparemment inconsciente. L'épée dans la main et la torche dans l'autre, Dreann s'avança précautionneusement, craignant que tout cela ne soit qu'une ruse destinée à mieux les surprendre une fois qu'ils seraient proches. Puis, après une minute à l'observer, Dreann glissa sa main sur le cou de la Sorcière, s'assurant que son cœur battait toujours.

« - Elle est toujours vivante. Elle a dû se retrouver coincée comme nous dans le Filet du Diable sans pouvoir s'en défaire avant notre arrivée. » Dreann considéra la situation un instant, avant de reprendre: « - Il ne faut pas perdre une seule seconde. Soldat, apportez-moi les liens. »

Obéissant aux ordres, un des soldats se fraya un chemin jusqu'à Dreann, lui remettant les entraves qui permettraient de mettre Tanith hors d'état de nuire à son réveil. Une fois fait, le chevalier ordonna à la colonne de faire chemin inverse. Ils n'avaient plus à rien faire ici. Alors ils emportèrent la Sorcière toujours inconsciente jusqu'à l'extérieur de Mogaror, n'omettant pas de ramener avec eux le cadavre du soldat dont le sacrifice, quoiqu'un peu vain, ne serait pas oublié. Le chevalier fit réunir tout ses hommes, y compris ceux restés à l'extérieur pour sécuriser l'extérieur de la Forteresse. Qu'est-ce qu'il pouvait bien leur dire ? Dreann n'était pas très doué pour les discours, pourtant il tenait à faire part à chacun, notamment aux soldats, de leur réussite. Pour lui, c'était important de véhiculer le symbole d'une victoire de l'armée royale sur celle qui s'en était prise à leurs compagnons.

« - Malgré le sacrifice d'un de nos frères d'armes, nous pouvons nous vanter d'avoir réussi à arrêter la menace que représente cette sorcière pour le Royaume et son armée, puisqu'elle est, comme vous le savez, la responsable de plusieurs assassinats parmi nos rangs. Par notre capacité à la surprendre et à la traquer avec l'aide plus que primordiale d'Aeron, nous l'avons poussé à l'erreur, celle qui lui a été fatale. » Dreann marqua une pause, songeant à la suite de son discours. Il montra du doigt Tanith qui gisait non loin de là: « - Grâce à votre action, elle subira le jugement de la Justice, du Roi et d'Eydis. Soyez-en fiers. »

Dreann savait ce genre de discours avaient un impact sur les hommes, et particulièrement sur les soldats, surtout ceux qu'il avait choisis pour l'accompagner: des hommes qui, comme lui, avaient à cœur de ne permettre à quiconque de mettre à mal le prestige de la Couronne et de l'armée qui la servait. Il n'aimait pas particulièrement l'exercice, mais il était conscient de son importance. Enfin, le temps du discours était terminé maintenant. En effet, le chevalier fit signe à tout le monde se préparer au retour vers Cathairfal. Leur mission ici était terminée. Ainsi, la vingtaine d'hommes qui l'accompagnait se mit à rassembler tout l'équipement et à préparer les chevaux. Pendant ce temps, Dreann se tourna vers Nylem et Aeron, restés près de lui:

« - Aeron, votre aide nous a été précieuse, autant pour la traque que lorsqu'il a fallu combattre le Filet du Diable. Je ne suis pas certain que quelqu'un d'autre ici savait que la lumière était la solution. Soyez certaine que le Roi aura bon écho de vous. » Puis, il se détourna vers Nylem: « - Merci d'être revenu jusqu'ici, même si cela t'a coûté une blessure à l'épaule. » lâcha sincèrement Dreann, désolé pour lui, d'autant que les circonstances dans lesquelles il s'était vu infligé cette entaille n'étaient pas très glorieuse: « - J'espère que c'est la dernière fois que tu auras à revenir ici, car qui sait sur quoi tu risques de tomber sinon ? » Il faisait référence au Balrog, sous-entendant qu'il était maintenant convaincu de la véracité de son rapport malgré les réserves qu'il émettait jusque-là.

Il se détourna enfin de ses deux compagnons et marcha jusqu'à l'endroit où on avait abandonné Tanith le temps des derniers préparatifs. Celle-ci avait été bâillonnée et entièrement ligotée. Il était impossible pour elle de faire le moindre mouvement, de dire le moindre mot. Dreann l'observait non sans satisfaction. Sa mission était une réussite et la mort de Margan était vengée. Il avait depuis plusieurs semaines maintenant oubliées la sensation que lui procurait le sentiment d'un devoir accompli sans faux pas. Son regard parcourait la Sorcière réduite à l'état de captive tout à fait inoffensive. Voilà ce qu'il en coûte de défier la Couronne. Il s'en retourna sans même lui adresser un mot, l'occasion se représenterait bientôt. En attendant, Dreann se dirigea vers sa monture. Tout le monde était fin prêt. Au moment de partir, le regard du chevalier se figea sur Mogaror. Qui sait quels genres de secrets cette ruine recelait encore ? Il craignait d'avoir à y revenir un jour, à vrai dire. Une chose était sûre, des mesures étaient à prendre. Enfin pourtant le petit contingent s'éloignait de l'ombre menaçante qui faisait planer la Forteresse sur Dorcha Duil. Sa prisonnière placée juste derrière lui sur la croupe de son cheval, Dreann songeait à ce que le Roi réserverait à la Sorcière.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▬ Contributions à l'histoire : 119


Aeron Pryddeth

▬ Contributions à l'histoire : 119

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: Game of Thrones [PV]   Jeu 29 Mar 2012, 02:06

Un instant, elle crut sa dernière heure arrivée. Puis finalement l'étreinte du végétal se desserra libérant son adbdomen lui permettant de prendre une grande inspiration salvatrice emplissant ses poumons des remugles de Mogarór et de l'oxygène qui lui manquait encore quelques secondes plus tôt. Les soldats avaient fini par réagir. La chose avait couté la vie de l'un d'entre eux et une belle blessure à l'antipathique général mais au moins la majorité du groupe en avait-il réchappé. Elle se promit de ne plus jamais participer à une expédition de la sorte sans être en possession d'une torche. Et éventuellement de pois. Des litres et des litres de pois. Suffisamment pour remplir les couloirs de cette maudite forteresse jusqu'à la gueule et pouvoir cautériser cette plaie purulente de mal à l'état pur. S'extrayant de sa prison de lianes la jeune femme se dirigeait vers Dreann lorsqu'elle remarqua à son tour la présence d'une silhouette avachie sur le sol un peu en aval de leur position. Malgré l'obscurité, sa nature indéniablement humaine était perceptible. Un instant, la Rôdeuse crut que ses yeux lui jouaient des tours. Tanith, sorcière du premier Ordre, ne pouvait avoir été prise au piège par un Filet du Diable dans son propre refuge. Puis elle se rappela que Mogarór était vaste. Vaste et dangereuse. Du temps de son bâtisseur, les créatures avaient probablement été maintenues sous contrôle étroit mais depuis la défaite du Sorcier, celles-ci avaient fini par se libérer pour se répandre à l'envi. Le regard que lui lança le chevalier qui la précédait était sans équivoque. Lui aussi avait repérée leur proie inconsciente. Lui aussi pouvait désormais lancer un vibrant hommage à leur déesse commune.

On transporta la sorcière entravée vers la sortie. Aeron suivit le groupe à une distance respectable prête à prendre ses jambes à son coups si les liens ne s'avéraient pas capable de contenir la folie furieuse de la psychopathe occulte. Celle-ci ne semblait même pas capable de sortir de l'inconscience où elle flottait à la suite de l'attaque du monstre résidant dans les catacombes, encourageant finalement la jeune femme à se détendre. Bientôt, très bientôt Tanith ne serait plus qu'un mauvais souvenir qui entrerait dans les annales du royaume comme un nouvel échec à ajouter au compte de Vorlun le Maléfique. Échec auquel un Rôdeur aurait participé. Bien qu'il fut douteux que les Singuliers puissent accorder le moindre crédit aux actions des siens, elle sentit tout de même la fierté de ses actes pour infimes qu'ils fussent dans la capture de la criminelle. Après toute cette aventure, elle méritait bien de retrouver la quiétude du Refuge. Et de retrouver sa monture. Elle jeta un regard critique au hongre qui l'avait accompagné. Un Rôdeur avait toujours besoin d'une bonne monture et l'animal s'était montré à la hauteur de tous les défis qu'elle lui avait imposé. Elle décida de le ramener avec elle plutôt que d'en rester à sa première inspiration en le vendant à un maquignon. Au moins rentrerait-elle plus vite que si elle faisait le chemin du retour à pieds.

Elle était en train de planifier son voyage lorsque Dreann Aronwë s'adressa à elle. Pour la remercier. Chose surprenante à laquelle elle ne s'attendait guère aussi mit-elle quelques secondes avant de composer une réaction appropriée qui n'impliquerait pas une part conséquente d'incrédulité. "Je vous en prie." Sur le moment elle ne sut pas quoi ajouter d'autre mais se reprit finalement un instant plus tard en complétant. "Je me tiens à la disposition de la Couronne chaque fois qu'on aura besoin de moi." Non content d'apprécier le roi pour son naturel sympathique, elle était parfaitement au courant que Cathairfál n'était pas le plus mauvais payeur de Lanriel et qu'elle serait ravie de voir l'or du trésor royal entrer dans son propre pécule. Mais aucun des hommes présents n'avait besoin de le savoir. Elle regarda Dreann Aronwë faire une sortie remarquée, sa prisonnière en croupe avant de se tourner vers Nylem Fairban avec un sourire amusé. Le côté terriblement théâtral du départ du Blasonné ne lui avait pas échappé et elle le trouvait terriblement comique. "Grand prince, votre jeune seigneur. Il doit faire soupirer dans les chaumières je suppose. À condition d'être une mièvre demoiselle de la Cour." Réalisant qu'elle n'obtiendrait probablement pas de réponses et qu'elle s'en moquait grandement, elle décida qu'il était temps de partir. Sa solde se trouvait déjà dans ses fontes et si Arsenios Hardansson souhaitait lui faire parvenir un complément à cette récompense, il saurait la faire convoquer. Retrouver un monde qui lui était plus familier lui manquait. Il était temps de tirer sa révérence. "Faites soigner ça mon général, vous n'aimeriez pas perdre un bras et avec l'état de ces souterrains vous risqueriez d'attraper n'importe quoi. Je vous souhaite une bonne journée." Enfourchant sa monture, elle la dirigea résolument vers la sortie du marais avant de s'engager au grand trot sur la route qui menait vers les Cités des Morts.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: Game of Thrones [PV]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Game of Thrones [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Game of Thrones
» Game of Thrones BD
» Game of Thrones Des lions, des loups et des hommes en noir
» Test - Quel personnage de Game of Thrones êtes-vous ?
» Game of Thrones - Officiel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Echo des Plaines : Chapitre VII ▬ Le Retour d'Inasmir :: HORS JEU :: Vous serez
tous pendus !
 :: Miroir aux souvenirs
-