Echo des Plaines : Chapitre VII ▬ Le Retour d'Inasmir


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Conversation avec l'assassin (terminé)

Aller en bas 
AuteurMessage
Jullanar Osgrey

avatar

▬ Contributions à l'histoire : 4772

MessageSujet: Conversation avec l'assassin (terminé)   Ven 10 Fév 2012, 19:20

Spoiler:
 

Manoir de la famille de Vinter. Jullanar se tenait devant la porte d’entrée. Elle souleva le heurtoir ouvragé et le laissa retomber plusieurs fois pour signaler sa présence à la maisonnée. Il y avait plusieurs jours, maintenant, que la maîtresse de maison l’avait sollicitée pour une entrevue. La Sorcière, qui avait d’abord ignoré la missive, pour des missions plus pressantes – ou plus personnelles – ne pouvait plus se soustraire à cette rencontre qu’elle redoutait.

Tout avait commencé avec le procès de la jeune Rhewen, qui avait marqué le premier pas de Jullanar dans le système politique de Lanriel. Les événements s’étaient alors enchaînés et, à sa grande déception, la Sorcière du Premier Ordre s’était retrouvée en quelques mois mêlée à plus d’intrigues magiques et politiques qu’elle ne le pensait. Malgré son héritage, sa puissance magique et sa place au sein de la hiérarchie de sa caste, Jullanar avait toujours fait en sorte de se tenir à l’écart de toutes ces manœuvres qui l’éloignaient de son but premier : la recherche et la compréhension de la magie, de son essence. Depuis le début de l’hiver et la désillusion provoquée par l’échec de son voyage avec Madwyn au Sanctuaire, elle avait l’impression de perdre progressivement son objectif de vue. Ce qui l’ennuyait profondément. Evidemment, elle ne rechignait pas à l’excitation de l’aventure ou à l’intérêt de nouvelles rencontres mais, cette année, trop de choses se produisaient en même temps. Jullanar n’avait plus le temps de travailler, ni même de rencontrer ses amis dans le calme et la tranquillité.

Il y avait cependant quelques points positifs. Le principal étant l’arrivée de Rhewen dans sa maison. Et la découverte que ce nouveau rôle de professeur, de guide, lui avait plu. Qu’avoir une enfant chez elle était agréable, nouveau mais satisfaisant. Qu’elle regrettait déjà beaucoup son départ. A dire vrai, si son vieil ami du Sanctuaire ne l’avait pas accompagnée ni réquisitionné une partie de sa demeure, le sentiment de vide, d’abandon, aurait sûrement été plus fort, plus pesant. Jullanar ne réalisait pas encore. Probablement en rentrant de son entretien avec Scarlett de Vinter car, à son retour, Fosco ne serait plus là, reparti vers le Sanctuaire dans la matinée.

La lourde porte s’ouvrit, faisant apparaître une jeune femme au sourire timide, mais accueillant. Jullanar se présenta et lui expliqua l’objet de sa visite. La maisonnée avait été prévenue de son arrivée imminente et la servante invita la Sorcière à entrer et à la suivre dans les couloirs pour rejoindre la pièce où mademoiselle de Vinter l’attendait.

Tandis que Jullanar se glissait dans les pas de son guide, elle réfléchit à l’objet de cet entretien. La missive de Scarlett de Vinter était simple au possible, la convoquant seulement pour discuter « d’affaires importantes ». Avec leur présence respective au procès de Rhewen, il y avait fort à parier que la jeune Sorcière serait l’un des sujets de conversation mais il ne semblait pas à Jullanar que c’était l’affaire importante à laquelle elle faisait allusion dans son message. Elle avait bien entendu quelques rumeurs dans la capitale, plus ou moins confirmées par les nouveaux « contrôles » qui avaient lieu dans la ville, mais elle ne savait quel crédit accorder à tout cela. Il se passait quelque chose, c’était évident, et malgré les jours de fêtes et de joies que vivaient les habitants de Lanriel grâce à Beltane ou au Tournoi, quelque chose couvait.

A défaut de pouvoir faire des suppositions, Jullanar abandonna ses réflexions et laissa son regard dériver sur la demeure des de Vinter, appréciant les meubles, les tentures, peintures et autres décorations qui défilaient sur son chemin. Elle arriva bientôt dans la pièce où l’attendait la conseillère – souvent décriée – du Roi. La servante l’introduit et l’annonça auprès de sa maîtresse. Jullanar la remercia d’un signe de tête avant de saluer son hôte.

« Dame de Vinter. »

_________________

    An owl came to me, old and wise. Pierced right through my youth. I learned its ways, envied its sense. But needed nothing it had.
    The Crow, The Owl And The Dove - Nightwish.
    icons : ana_jo @ livejournal et anarya


Dernière édition par Jullanar Osgrey le Lun 23 Avr 2012, 09:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://winter-sonnet.tumblr.com/
Scarlett de Vinter

avatar

▬ Contributions à l'histoire : 2000

MessageSujet: Re: Conversation avec l'assassin (terminé)   Dim 12 Fév 2012, 12:24

Spoiler:
 

Peu de choses en ce bas-monde avait la capacité de mettre Scarlett de Vinter, assassin de sa majesté, dans un état de stress déraisonnable. Avoir convoqué une Sorcière du Premier Ordre dans son manoir pour l'entretenir des affaires de la Couronne en faisait partie. Aussi se sentit-elle soudain comme une petite fille prise en faute lorsqu'on lui annonça que son invitée se trouvait aux portes de son manoir. Jaillissant du fauteuil de la bibliothèque dans lequel elle avait élu domicile quelques heures plus tôt, elle donna rapidement des ordres pour qu'une collation soit préparée dans les plus brefs délais avant de tenter de se glisser dans la peau de la machine de guerre froide, implacable et politicienne qu'elle avait tenté d'incarner lors du procès de la jeune Rhewen. Cette entrevue serait notamment l'occasion de prendre des nouvelles de la jeune fille. Mais il y avait des affaires plus urgentes. Et Tanith de Mogarór se trouvait en haut de la liste. Il faudrait trouver les bons mots pour convaincre la sorcière aux cheveux d'or la légitimité de coaliser les énergies du Sanctuaire et de la Couronne pour les lancer aux trousses de l'une de ses compatriotes. Ou potentiellement considérée comme telle... Et qu'il ne s'agissait pas d'une façon détournée de se venger de la trahison d'Inasmir. Encore une fois, sa peur irrationnelle des Sorciers l'envahit. La frayeur inspirée par une personne apparemment aussi intègre que le paraissait dame Osgrey était ridicule. Mais Scarlett avait toujours eu du mal se sentir en sécurité confontée à des gens capable de la transformer en crapaud d'une simple formule.

Elle jeta un regard critique à sa tenue. Elle l'avait voulu simple et sobre ce matin au lever car il n'était pas prévu qu'elle reçut la moindre visite. Ses cheveux étaient lâchés, dépourvus du moindre ornement, ses joues exemptes de fard et elle ne portait pas le moindre bijou. Il faudrait sans contenter. Elle doutait que la sorcière fut femme à se laisser impressionner par des démonstrations ostentatoires de richessse. Et la laisser attendre n'eut pas été poli. Après tout, elle l'avait mandée en son manoir d'une façon qu'elle-même jugeait quelque peu cavalière mais guidée par la nécessité et l'urgence du moment. Elle avait détesté rédiger cette lettre brève, presque sèche, qui suggérait des tas de choses mais n'en expliquait aucune. Pour autant, eut-elle disposé d'un peu plus de temps pour mettre en ordre ses idées elle n'aurait pas modifié sa prose. Certaines choses étaient trop importantes, trop confidentielles pour être livrées à un morceau de papier. La Cour bruissait déjà de rumeurs à propos d'une mystérieuse femme aux motivations sombres. Connaissant Cathairfál, Scarlett doutait que la basse-ville fut en reste. Ignorant tout du personnel de service de Dame Osgrey ou même de la personne qui lui remettrait ce pli, l'assassin avait préféré rester vague. Une confirmation écrite aurait eu des conséquences dramatiques... Descendant les marches quatre à quatre vers la salle d'apparat où elle recevait d'ordinaire ses invités, la jeune femme eut le soulagement d'arriver avant la sorcière. Le contraire l'eut placé dans une situation de faiblesse inacceptable de son point de vue. Mettant à profit les quelques secondes d'avance gagnées sur Jullanar, elle se composa un personnage qui n'avait rien à voir avec la Scarlett détendue et oublieuse du monde plongée dans une encyclopédie de légendes quelques minutes plus tôt. Le but n'était pas d'impressionner la Sorcière. Elle ne nourrissait aucune ambition de cette sorte. Mais elle n'oubliait pas l'âge de son interlocutrice ou le fait qu'elle fut sa cadette de quelques années. Ou qu'elle représentait la couronne. Il était nécessaire de traiter sur un pied d'égalité.

La porte s'ouvrit finalement pour laisser place à une de ses domestiques. Une jeune fille douce, timide et qui se déplaçait avec la furtivité d'une souris. Recrutée quelques temps plus tôt par l'Intendant, elle était encore en période d'essai, s'occupant principalement des invités. D'affaires publiques en somme. Lui annonçant la présence de son invitée, elle s'inclina avant de battre prudemment en retraite, laissant les deux femmes dans la pièce. Répondant au salut de Jullanar par une révérence, Scarlett l'invita à s'asseoir. "Dame Osgrey. Je vous remercie d'avoir répondu à mon invitation. Permettez-moi de m'excuser pour le style peu protocolaire de cette dernière. Les circonstances ne m'ont guère laissé le choix. Asseyez-vous, je vous en prie. Nous avons plusieurs sujets à traiter et je crains de nous voir prendre racine si nous restons debout." La jeune femme ignorait si sa tentative d'humour porterait mais elle l'espérait. Prenant place dans son propre siège, elle attendit que les questions viennent à elle, ainsi que son oncle lui avait appris des années plus tôt. Contrôler un entretien était plus simple si l'on ferrait son interlocuteur avec les phrases appropriées. Et elle n'oubliait pas que compte tenu de la situation la Couronne se retrouvait dans la position du mendiant. En donnant le plus d'avantages à son propre camp, Scarlett espérait que les Mages ne demanderaient pas un prix trop élevé...

_________________


Dernière édition par Scarlett de Vinter le Mer 11 Avr 2012, 12:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echodesplaines.livejournal.com/
Jullanar Osgrey

avatar

▬ Contributions à l'histoire : 4772

MessageSujet: Re: Conversation avec l'assassin (terminé)   Lun 13 Fév 2012, 19:15

Malgré le fait que la Sorcière n’avait rencontré l’assassin royal qu’à une seule et unique reprise – et il était probablement heureux que ce fut lors d’un événement officiel – elle ne s’était pas attendu à trouver son hôte vêtue si sobrement. Elle se souvenait encore de la richesse des motifs et des textures qui composaient la robe de Scarlett lors du procès. Et l’intérieur du manoir n’avait pas manqué non plus de lui montrer le goût de la famille de Vinter pour les belles choses de qualité. Pour autant, Jullanar ne s’en formalisa pas. Elle était bien la dernière à pouvoir juger une femme sur sa tenue. En dépit de l’héritage laissé par son père, et par sa famille avant lui, les Osgrey n’av aient jamais fait étalage de leur fortune, la seule ostentation notable ayant été le caractère fantasque de son père. Il n’y avait qu’à voir la demeure de la Sorcière, plus pratique que confortable et artistique. Et il en allait de même pour ses tenues, certes de bonnes qualités, mais aux couleurs et motifs discrets. En ce jour, d’ailleurs, elle ne s’était même pas posé la question de savoir quelle robe il convenait de porter. Elle avait trop peu d’expérience en entrevues de haute importance pour seulement y penser. Alors se rendre compte que son hôte avait plus ou moins adopté la même philosophie incita Jullanar à croire que cette entrevue avait ainsi un côté moins « officiel », voire même secrète au vu de l’absence d’autres personnages dans la pièce.

Pour autant, Jullanar ne se sentait pas parfaitement à l’aise. La réputation de Scarlett de Vinter la précédait et l’absence de préparation à cette rencontre ne l’aidait pas. Cependant, Jullanar avait décidé de ne pas se laisser atteindre par les ragots et l’ignorance et c’était avec l’esprit ouvert qu’elle comptait entamer cette conversation, dont elle ne doutait pas un instant de l’importance de la teneur. Leur première rencontre lors du procès lui avait donné l’impression d’avoir affaire à une personnalité forte, à l’esprit acéré et à la parole dure et sans ambages. Le genre auquel Jullanar n’était pas particulièrement habituée.

« Je vous remercie. »

Jullanar sourit à son interlocutrice et prit place dans le fauteuil qu’elle lui montrait. Le silence se fit quelques instants durant. La Sorcière s’était attendue à ce que son hôte prenne les rênes de la conversation mais il semblait qu’elle comptait adopter une autre stratégie. Une tactique de diplomatie qui lui échappait visiblement car les deux femmes auraient ainsi pu continuer à se regarder en chiens de faïence si Jullanar ne s’était pas décidée à briser ce silence pesant.

« Vous parliez dans votre courrier d’affaires importantes. Je ne crois pas que la jeune Rhewen Faynn ait nécessité une rencontre si pressante… » La volonté d’amener le sujet de la jeune Sorcière sur le tapis n’était pas dans le seul but d’une telle constatation mais de rappeler à la représentante du Roi qu’elle avait une certaine part de responsabilité dans l’exil de la jeune fille et que, si elle l’avait oublié, il aurait été de bon ton de demander de ses nouvelles. La voix de Jullanar ne contenait pas d’animosité pour autant, mais elle restait sur ses gardes. « … Puis-je vous demander de quoi il s’agit ? »

_________________

    An owl came to me, old and wise. Pierced right through my youth. I learned its ways, envied its sense. But needed nothing it had.
    The Crow, The Owl And The Dove - Nightwish.
    icons : ana_jo @ livejournal et anarya
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://winter-sonnet.tumblr.com/
Scarlett de Vinter

avatar

▬ Contributions à l'histoire : 2000

MessageSujet: Re: Conversation avec l'assassin (terminé)   Mer 15 Fév 2012, 09:20

Scarlett ne détestait pas le silence. Le silence était reposant. La Cour ne l'était jamais avec son bourdonnement perpétuel de rumeurs, de complots, de futilités. Elle attendait les mains posées l'une sur l'autre que Jullanar fasse enfin un geste dans sa direction. Elle était à présent très sereine, comme un soldat prêt à livrer une impitoyable guerre. Finalement, elle vit la Sorcière se pencher vers elle pour entamer enfin la conversation. Fourbissant ses propres armes pour l'éventualité d'un combat à venir, l'assassin se prépara non seulement à lui fournir toutes les explications nécessaires mais également à défendre ses positions et son propre camp. Mais ce fut Rhewen qui la première semblait devoir faire l'objet de leur rendez-vous. L'image de la gamine effrayée qu'on lui avait présentée un beau matin en l'absence du roi alors qu'une rue des bas quartiers réclamait sa tête vint danser devant ses yeux. Rhewen, pauvre fillette terrorisée qui aurait pu très mal tourner. La confier à Jullanar Osgrey avait été une bonne chose, Scarlett ne doutant ni de son caractère responsable, ni de sa capacité à prendre soin de quelqu'un. Cette enfant d'Indigent était pleine de possibilités. L'assassin s'était assurée que son crime, même accidentel, serait un atout de plus dans la manche de Cathairfál. "Rhewen. Il est vrai que je voulais vous rendre visite mais j'ai manqué de temps." Elle tut le fait qu'elle avait abandonné son projet par pur calcul politicien. Surveiller la jeune fille de loin était une chose. Entretenir une relation plus personnelle avec elle ou sa tutrice aurait immédiatement entraîné une attention malvenue autour d'elles. Les opportunistes ne manquaient pas à la Cour, les tentations de créer des troubles non plus. Le simple fait que la jeune sorcière s'en fut sortie avec ce qui apparaissait aux yeux de certains sujets des bas quartiers comme une tape sur les doigts avait fait suffisamment de mécontents sans que l'assassin de Sa Majesté renforce les rumeurs d'allégeance du palais au Sorcier par une attitude potentiellement considérée comme compromettante. La jeune femme eut un sourire conciliant. "Comment va-t-elle?" La réponse apparaissait évidente lorsqu'on avait eu vent de quelques uns des comportements de son ivrogne de père à son encontre mais faire preuve de politesse n'était jamais inutile.

Ramenant finalement son esprit et son attention à des affaires plus urgentes, elle entreprit de brosser à la Sorcière un portrait de la situation qui ne serait pas trop alarmiste ou trop optimiste. "Vous avez certainement entendu parler des récents troubles en ville. Et probablement de la mort d'un jeune chevalier de la Cour. Toutes ces perturbations auraient une origine commune." Elle adressa une brève prière mentale à Eydis pour l'implorer d'empêcher Jullanar de prendre la mouche avant de continuer sa phrase. "Une sorcière de premier ordre qui se fait appeler Tanith de Mogarór. Elle a récemment réussi à s'introduire au palais pour y dérober le cheval d'un noble avant d'essayer de s'enfuir. Deux chevaliers l'ont pris en chasse et l'un d'entre eux est décédé des suites de ses blessures. Je l'ai moi-même rencontré par deux fois. Ici dans la capitale puis à Tearmainn lors des feux de Beltane." Elle marqua une nouvelle pause, se demandant comment elle pourrait amener la suite de son discours sans paraître donner un ordre à son interlocutrice ou sembler être dans le besoin. "Nous ignorons ses buts ou ses motivations véritables. Nous ignorons ce que signifie sa tendance à se revendiquer comme originaire de la forteresse de Vorlun. Néanmoins à chacune de nos rencontres, sa volonté à vouloir rencontrer le roi ou un membre de sa famille à tout prix me permet tout de même de me livrer à quelques conjectures concernant ses intentions. Nous aurions aimé savoir si le Sanctuaire possédait des informations à son propos et si les Sorciers étaient prêts à joindre leurs efforts à une opération de justice pour stopper ses exactions..." C'était fait. Scarlett venait de jeter un pavé dans la mare. Il ne lui restait plus qu'à observer les rides qu'il provoquerait en espérant que seuls ses orteils en pâtissent.

_________________


Dernière édition par Scarlett de Vinter le Mer 11 Avr 2012, 12:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echodesplaines.livejournal.com/
Jullanar Osgrey

avatar

▬ Contributions à l'histoire : 4772

MessageSujet: Re: Conversation avec l'assassin (terminé)   Mar 21 Fév 2012, 18:58

Jullanar n’était pas dupe. Que ce fut le roi, sa représentante ou quelqu’un d’autre à la Cour, une fois le jugement prononcé, personne ne serait venu voir comment se passait la condamnation de la petite Sorcière. Il était même probable que, si Jullanar avait décidé de garder Rhewen auprès d’elle et continuer son apprentissage, personne ne s’en serait rendu compte tant que la livraison était faite en temps et en heure. Car lorsque la jeune Faynn serait apte à contrôler ses pouvoirs, et seulement à ce moment, elle deviendrait intéressante et plus encore, utile.

« Elle est actuellement au Sanctuaire. Et entame sa formation, comme convenu. »

La question de Scarlett de Vinter étant vide de sens, la Sorcière opta pour une réponse qui ne disait rien non plus. Qu’aurait-elle pu dire, de toute manière ? Elle avait laissé Rhewen au Sanctuaire voilà plusieurs semaines et n’avait pas encore reçu de courrier personnel de la jeune fille, seulement les rapports que lui envoyaient ses confrères sur la progression de la jeune mage. Elle ne doutait pas que la jeune fille finirait par lui écrire mais, pour le moment, elle n’avait aucune idée de son état d’esprit.

L’assassin royal ne s’appesantit pas plus sur la question et passa à autre chose. La véritable raison de cette entrevue. Sans rien manifester de ses émotions – pour le moment – Jullanar écouta l’exposé de Scarlett de Vinter. Depuis son retour à la capitale, elle avait entendu des rumeurs, effectivement, mais rien de concret et ne savait notamment rien de la mort d’un chevalier. Le doute l’assaillit une toute petite seconde mais, si Brawyn avait été le tué en question, elle l’aurait su. L’évocation du nom de Tanith l’empêcha de se triturer l’esprit plus que nécessaire et là, elle se permit un froncement de sourcils. Il ne pouvait y avoir d’ambiguïté possible. Il s’agissait bien de la Sorcière qu’elle avait accueillie chez elle par une nuit froide il y a plusieurs semaines de cela. Et probablement la même à laquelle Rhewen avait été confrontée. L’attention de Jullanar se resserra sur l’assassin. Ce qu’elle lui apprenait dépassait tout ce qu’elle savait de Tanith. Et l’alarmait. Personne n’avait fait mention de quoi que ce soit lors de son passage au Sanctuaire. Comment avaient-ils pu passer à côté de ces événements ?

« Je ne crois pas que le Sanctuaire connaisse cette Sorcière. » Voilà qui était dit. Tant pis pour les conséquences qu’auraient cette révélation sur les relations futures entre les Sorciers et la couronne mais Jullanar elle-même était effarée de constater que la conseillère du Roi en sache plus sur une personne de son Ordre que les Sorciers eux-mêmes. Madwyn avait-il raison en disant que les mages du Sanctuaire n’étaient que des vieux croulants dépassés par les événements ? Elle commençait à le croire. Et la Cour allait pouvoir faire de même.

« Et je ne peux me prononcer en leur nom. » Probablement une deuxième déception pour Scarlett de Vinter. Quand bien même Jullanar faisait partie du Premier Ordre, elle ne dépendait en rien du Sanctuaire et n’avait aucun pouvoir décisionnel échu. Elle ne pouvait décemment prendre position pour tous les mages et la rencontre était bien trop « privée » pour avoir pu préparer une décision avec ses confrères et consœurs. Néanmoins, elle pouvait ressortir de cette entrevue avec des informations claires et concrètes.

« J’ai moi-même eu l’occasion de rencontrer cette Sorcière. » Elle fit une petite pause, laissant l’assassin assimiler l’information, tout en gardant le principal pour elle-même. « Mais soit vous en dites trop, soit vous n’en dites pas assez… que s’est-il passé, exactement ? De quoi est-elle accusée ? »

Contrairement à ce qui s’était passé la première fois lors du procès de Rhewen, Jullanar comptait savoir de quoi il retournait. Le problème était sérieux. Et elle ne pouvait se contenter de conjectures. Pas si la couronne requérait l’aide du Sanctuaire. Mais surtout, elle ne pouvait permettre aux Singuliers de juger une consœur sur de simples suppositions. Et sur ce point, elle pouvait parler au nom du Sanctuaire.

_________________

    An owl came to me, old and wise. Pierced right through my youth. I learned its ways, envied its sense. But needed nothing it had.
    The Crow, The Owl And The Dove - Nightwish.
    icons : ana_jo @ livejournal et anarya
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://winter-sonnet.tumblr.com/
Scarlett de Vinter

avatar

▬ Contributions à l'histoire : 2000

MessageSujet: Re: Conversation avec l'assassin (terminé)   Jeu 23 Fév 2012, 10:16

Jullanar Osgrey ne se perdait pas en circonvolutions inutiles. Chacune de ses phrases, chacun des mots qui franchissaient ses lèvres avaient un but défini et la Sorcière ne s'embarassait ni de faux semblants, ni de politique. Elle parlait avec une franchise proprement inhabituelle pour son interlocutrice qui avait toujours été habitué à subir les langues de bois et les discours de façade. Pour ne pas dire ouvertement désarmante. Pour Scarlett, cet entretien était autant un véritable soulagement qu'un défi presque insurmontable. Enfin rencontrait-elle une personne qui ne cherchait à se cacher derrière des flatteries ou des banalités pour ne pas répondre à ses questions. D'un autre côté, il lui faudrait faire preuve d'une aussi grande clarté dans ses propos autant que dans ses actes. Il ne s'agissait pas ici d'apprendre les rudiments de la politique de cour à un chevalier trop impétueux pour agir avec un minimum de diplomatie. Jullanar Osgrey était bien plus que cela et l'assassin ne savait pas par quel bout l'attraper. À vrai dire depuis le début de toute cette histoire, elle avait la nette impression de tenir un serpent venimeux par la queue.

La déclaration de la sorcière blonde lui confirma ce que son propre réseau lui avait dévoilé. Le Sanctuaire des Mages ne paraissait pas au courant de l'existence de Tanith ou de ses frasques. Pourtant, il convenait d'insister sur le terme paraissait. Jusqu'à preuve du contraire, rien n'empêchait de supposer que les responsables du Sanctuaire n'aient pas sciemment choisi d'ignorer le problème. Ce qui était pour ce qu'elle en savait parfaitement possible. Du moins était-ce apparemment une surprise pour Jullanar que d'entendre parler des "exploits" homicides de sa consoeur. On découvrirait bien assez tôt si il s'agissait d'une généralité ou d'une spécificité personnelle.

En parlant de spécificité personnelle, la deuxième déclaration de Jullanar ne la surprenait pas. Elle se doutait que son interlocutrice ne possédait pas de pouvoir de décision ou d'exécution. Sa phrase n'avait pas eu pour but de confirmer ou d'infirmer quelques suppositions ou conjectures auxquelles elle aurait bien pu se livrer à propos des responsabilités ou du poste qu'occupait véritablement son invitée au sein de sa propre société. Esquissant un geste de conciliation de la main, Scarlett fit une déclaration destinée à apaiser les doutes et inquiétudes légitimes de la Sorcière. "Je ne vous demande pas de me donner une réponse, rassurez-vous. Mais de contacter vos pairs par les moyens que vous jugerez suffisamment sécurisés pour acheminer un tel message. J'ai une autre proposition à vous faire en ce qui vous concerne." Elle tut cette dernière préférant la réserver à un moment qu'elle jugerait plus opportun. Elle ne voulait pas que les détails concernant Tanith de Mogarór passent à la trappe au profit d'une offre d'emploi qui était finalement la conséquence de cette malheureuse histoire.

La révélation suivante laissa l'assassin sans voix, pour ainsi dire. Et amena de nombreuses questions. Depuis combien de temps cette damnée sorcière se baladait-elle librement en Lanriel ? Avait-elle recruté d'autres sorciers ? Fallait-il s'attendre à un complot de grande ampleur ? La suite de l'entretien ne lui laissa pas le loisir de s'y attarder. Visiblement Jullanar Osgrey ne savait rien ou presque. Ou alors, il était envisageable qu'elle essayait de sonder ce que la Couronne savait. Dans une possibilité comme dans l'autre, Scarlett n'avait guère le choix. La sécurité d'Arsenios Hardansson était dans la balance et de toute façon, Tanith avait déjà réussi à courcicuiter la garde. L'image de Rhewen Faynn revint danser devant ses yeux. Avait-on fait le bon choix en confiant cette enfant au Sanctuaire ? Dissimulant ses doutes, Scarlett se borna à un résumé de la situation tel qu'elle avait déjà vu faire par des généraux au cours de conseils tactiques. "Ce que nous savons c'est qu'une Sorcière du Premier Ordre répondant au nom de Tanith de Mogarór a récemment fait son apparition à la Capitale. Qu'elle est à l'origine de plusieurs incidents gravissimes dont le gel d'un puit dans les bas-quartiers et l'attaque de la suite du représentant de la Couronne lors de la fête de Beltane." Elle évita de mentionner qu'elle était le fameux responsable. "Il y a quelques semaines, se jouant de la garde, elle s'est introduit dans l'enceinte du palais. Ayant dérobé un cheval, elle s'est enfui, poursuivie par deux jeunes chevaliers. Dans la confrontation qui a suivi l'un d'eux a trouvé la mort. Nous avons la confirmation qu'elle a été blessée lors de cette altercation. Mais aucune certitude quant à sa mort." Elle marqua une pause. "Je l'ai moi-même rencontré à deux reprises. À chaque fois, elle a montré une étonnante volonté à vouloir rencontrer Sa Majesté le roi en personne. Je ne suis pas encline à encourager la paranoïa mais une Sorcière se revendiquant de la forteresse de Vorlun et voulant à tout prix faire la connaissance du souverain en pleine recrudescence de rumeurs sur les Héritiers entraîne nécessairement quelques soupçons..." Jugeant qu'elle avait présenté un portrait de la situation net et clair, elle se renfonça dans son fauteuil pour y attendre les questions de la femme assise en face d'elle.

_________________


Dernière édition par Scarlett de Vinter le Mer 11 Avr 2012, 12:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echodesplaines.livejournal.com/
Jullanar Osgrey

avatar

▬ Contributions à l'histoire : 4772

MessageSujet: Re: Conversation avec l'assassin (terminé)   Lun 05 Mar 2012, 19:18

Spoiler:
 

Jullanar avait donc mal interprété les propos de son hôte. Et cela la rassura. Elle ne se serait pas sentie capable de prendre une décision, ici et maintenant, sans connaître les détails de l’affaire et, surtout, sans une concertation avec ses pairs. Son rôle était loin d’être prépondérant dans la hiérarchie du Sanctuaire et, quand même bien elle se serait engagée auprès de Scarlett de Vinter, cela n’aurait pas concerné les Sorciers d’Odhra. Qu’il lui faudrait donc contacter au plus vite et avec prudence si Jullanar en croyait les ternes employés par la Singulière. Elle commença à réfléchir au meilleur moyen pour ce faire quand la suite l’interpella. Une autre proposition ? Décidément, cet entretien tournait d’une manière à laquelle elle ne s’attendait pas. Il lui semblait que beaucoup de choses lui échappaient dernièrement, et cette dernière assertion n’était pas sans lui donner raison. Scarlett de Vinter ne souhaitant pas en dire plus tout de suite, Jullanar la laissa reprendre. Elle connaîtrait sûrement bien assez tôt le contenu de cette proposition. Pour le moment, c’était le cas de Tanith qui devait les occuper.

Ce qu’elle apprit sur le compte de la Sorcière l’impressionna. Elle avait eu vent de l’incident du puits après que Rhewen lui ait avoué à demi-mots les événements qui l’avaient amenée à faire la connaissance de Tanith mais le reste lui était tout bonnement inconnu. Comment le Sanctuaire avait-il pu ne pas être au courant de tout cela ? Surtout si la jeune femme avait clamé haut et fort son rang et son origine. Tout cela était invraisemblable. Il y avait visiblement quelque chose qui échappait à Jullanar mais elle n’aurait su dire quoi. Elle comprenait le discours de Dame de Vinter mais, malgré les faits, elle trouvait que l’assassin allait bien vite en jugement. Jullanar ne pouvait prétendre connaître les motivations de sa consœur mais tout cela semblait bien trop énorme pour être vrai. Son unique rencontre avec elle lui avait montré une jeune femme en proie à des terrifiants cauchemars, à la psyché fragile, qui avait visiblement souffert d’événements traumatisants et qui avait témoigné d’une faiblesse qui contrastait avec tous ces actes criminels. Mais elle avait également été témoin d’un accès d’humeur – ou de folie ? – qui avait bien failli détruire sa demeure. Pour autant, Jullanar ne pouvait se résoudre à porter de jugement sur la Sorcière. Ni se fier à celui de Scarlett de Vinter. Il y a plusieurs années maintenant que les Singuliers et les Sorciers ne sont plus en bons termes. Par la faute d’Inasmir, évidemment, même si le mal est sûrement bien plus ancien et plus profond. Et nombreux sont ceux qui mettent les Sorciers dans le même panier. Même inconsciemment. De ce fait, il en faudrait bien plus à l’assassin royal pour convaincre Jullanar de se ranger à ses côtés. Non pas qu’elle s’opposerait à la couronne, surtout si la culpabilité de Tanith Ruane était prouvée, mais elle ne participerait pas à un nouveau procès qui continuerait de verser de l’huile sur le feu.

Jullanar garda le silence quelques instants. Pour le moment, elle ne pouvait faire part de ses doutes ou de son assentiment à la femme qui lui faisait face. Elle avait maintenant connaissance des faits, tels que rapportés par l’assassin du Roi, et ne pouvait décemment y accorder foi tant que le Sanctuaire n’aurait pas fait sa propre enquête. Par ailleurs, son absence de fonction officielle au sein de ce dernier ne lui permettait pas de faire partager son avis à Scarlett de Vinter. Ce n’était non seulement pas son rôle mais aussi sa volonté propre de garder pour elle ses pensées sur le sujet. En revanche, elle pouvait se faire messagère et, de cette manière, parler au nom du Sanctuaire.

« Qu’attendez-vous de nous ? »

_________________

    An owl came to me, old and wise. Pierced right through my youth. I learned its ways, envied its sense. But needed nothing it had.
    The Crow, The Owl And The Dove - Nightwish.
    icons : ana_jo @ livejournal et anarya
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://winter-sonnet.tumblr.com/
Scarlett de Vinter

avatar

▬ Contributions à l'histoire : 2000

MessageSujet: Re: Conversation avec l'assassin (terminé)   Jeu 22 Mar 2012, 15:26

Ce que la Couronne attendait des Sorciers était simple. Il s'agissait de les voir prendre leurs responsabilités quant à cette sorcière renégate. Peu importait qu'elle fut coupable ou pas à ce stade. Il y aurait un procès de toute façon. Arsenios n'aimait pas escamoter les gens sans raison, pas plus à vrai dire qu'il n'arrivait à se contraindre facilement à ordonner un assassinat et il n'admettrait pas que la vindicte à l'encontre de Tanith de Mogaror risque de compromettre ses relations avec le Sanctuaire des Mages. Pour autant il était certain que la meurtrière ne se rendrait pas sans combattre et la Cour voulait s'assurer de disposer d'une personne capable de contenir ses pulsions assassines. Personne ne songeait à la confronter à une assemblée chargée de la juger sans s'assurer au préalable qu'elle ne pourrait tourner ses pouvoirs contre eux ou contre toute autre personne incapable de lui faire front. Scarlett aurait préféré faire passer cette suspecte encombrante de vie à trépas sans que l'affaire ne vienne éclater en place publique. Il suffirait ensuite de jeter son corps dans les marais entourant la forteresse où elle disparaîtrait sans causer plus de vagues. Mais le meurtre du chevalier Margan et la situation tendue avec les Mages obligeaient à une plus grande publicité. Connaîtrait-elle à nouveau le temps béni et feutrés de l'empoisonnement aristocratiques où glisser une substance mortelle dans le verre d'un traître était le comble du raffinement ? Elle se le demandait sincèrement.

"Ce que nous attendons du Sanctuaire des Mages, dame Jullanar, c'est en priorité qu'il assure la sécurité durant le procès de Tanith de Mogaror. " Elle n'évoqua pas sa défense, pas de prime abord. C'était une chose qu'elle n'envisageait pas. Si les Sorciers avaient envie de défendre cette folle dangereuse, ils en parleraient avec le roi. La chose s'appliquait aussi si ils avaient envie de siéger au sein du tribunal. Elle n'avait pas d'avis là-dessus et n'avait pas à en avoir. Elle ne désirait pas avoir d'avis là-dessus. Elle ne participerait sans doute pas au procès, ou du moins l'espérait-elle. Elle ne souhaitant pas se retrouver impliquée au milieu d'une telle polémique. Par paresse ou par manque d'intérêt, elle n'était pas certaine mais elle était certaine de ne pas vouloir s'impliquer outre mesure. Dépasser la diplomatie de couloir pour se produire sur la scène publique eut été un obstacle majeur à sa fonction. Elle réglait les problèmes dans l'ambiance élégante des alcôves de son manoir ou du palais sans jamais se confronter à la foule. Tout le monde y trouvait son compte. Elle surtout. Elle repoussa au loin les frustrations accumulées des derniers mois pour se concentrer sur la discussion présente. La présence des adorateurs de Mynkor, la violence ouverte, les batailles sur les remparts tous les soirs étaient des situations qu'elle n'était absolument pas formée à affronter. Des situations de soldats. Ou de sorciers. Son regard clair se riva une fois de plus sur son interlocutrice. "Sa Majesté Arsenios Hardansson souhaite que le procès de cette sorcière se passe dans les meilleures conditions possibles. Que tout le monde soit en sécurité. Vous savez très bien qu'il aurait pu se passer de cette formalité juridique si il l'avait souhaité. Certains l'auraient préféré." Elle passa sous silence qu'elle faisait partie de ces derniers, préférant éviter une méprise sur ses motivations. Elle ne souhaitait pas voir mourir la sorcière parce qu'elle était sorcière. Elle souhaitait la voir mourir rapidement et loin de la capitale pour des raisons de sécurité... "Je pense que nous pouvons nous accorder sur le fait que nous avons tous à coeur la protection du plus grand nombre et que le Sanctuaire comme la Cour ne pourra que se réjouir que le procès se déroule dans le climat le plus serein possible."

Spoiler:
 

_________________


Dernière édition par Scarlett de Vinter le Mer 11 Avr 2012, 12:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echodesplaines.livejournal.com/
Jullanar Osgrey

avatar

▬ Contributions à l'histoire : 4772

MessageSujet: Re: Conversation avec l'assassin (terminé)   Lun 09 Avr 2012, 15:32

La Sorcière bénéficierait donc d’un procès. Si Jullanar avait pu s’en douter – encore que, rien n’obligeait le Roi à le faire si ce n’est une volonté politique d’atténuer les frictions entre le Sanctuaire et la monarchie – la confirmation de Scarlett de Vinter la soulagea quelque peu. Car cela signifiait que ce procès prendrait une allure officielle et que, par voie de conséquence, elle n’aurait probablement pas à y participer. Une fois qu’elle aurait délivré ce message à qui de droit, le Sanctuaire dépêcherait sûrement quelqu’un de plus apte à gérer ces situations qu’elle-même. Et Jullanar retrouverait sa précieuse étude. Bien évidemment, la jeune femme suivrait le procès avec beaucoup d’intérêt et peut-être même y assisterait-elle s’il était question d’un procès public, mais la perspective de ne pas avoir à en faire plus qu’observer l’apaisait grandement. Elle ne doutait pas que le Sanctuaire parviendrait à trouver des volontaires pour assurer la sécurité dont parlait Scarlett de Vinter. Nombreux seraient les curieux à voir cette Sorcière qui avait échappé à leur détection et plus encore ceux qui n’attendraient que de se mesurer à ses pouvoirs si l’occasion devait se présenter.

Ce qu’ajouta l’assassin royal ne manqua pas de faire tiquer la Sorcière. Quand bien même Jullanar évitait du mieux qu’elle le pouvait les affaires politiques, le manque de diplomatie dont faisait preuve Scarlett de Vinter était flagrant. Peut-être n’était-ce pas son intention, sûrement plus habituée à manier le poison que les mots, mais sa façon de présenter les choses, aussi vraies furent-elle, n’était pas pour mettre en confiance la représentante des Sorciers. Oui, le Roi aurait très bien pu se passer d’un procès et charger sa main armée de régler le problème dans le plus grand silence. Et bien sûr que beaucoup préfèreraient que cela se passe ainsi. Sûrement que Scarlett de Vinter était de ceux-là. Mais cette façon de présenter les choses avait quelque chose de menaçant, presque d’accusateur. Et la suite semblait le lui confirmer. Ainsi le Sanctuaire paraissait ne pas avoir le choix. Jullanar devait-elle penser que si ses confrères ne s’alignaient pas, les relations pourraient définitivement se désagréger ? En tous les cas, Jullanar se trouvait désormais dans une position qu’elle n’appréciait pas du tout. Elle ne pouvait prendre une décision au nom du Sanctuaire et encore moins répondre que les Sorciers se « réjouiraient que le procès se déroule dans un climat le plus serein possible. » Non seulement parce que cette entrevue était officieuse et qu’elle n’avait aucun moyen de connaître les intentions de ses pairs mais, surtout, parce qu’il était peu probable que les Sorciers se « réjouissent » d’une telle chose.

« Je leur ferais parvenir la requête du Roi, dame de Vinter. Mais il est probable qu’au-delà de cette mission de sécurité, le Sanctuaire soit désireux de pouvoir interroger la Sorcière avant son procès. » L’idée venait seulement de lui traverser l’esprit mais il y avait fort à parier que ce désir soit l’une des principales conditions pour que le Sanctuaire accepte de se déplacer et de jouer les gardes magiques. « Cela serait-il envisageable ? »

Le Sanctuaire aurait probablement d’autres clauses à faire valoir dans l’optique d’un tel « partenariat » mais Jullanar laisserait ses collègues se charger des les énoncer au Roi ou à ses représentants. Elle ne pouvait désormais pas faire plus pour l’assassin du roi. Mais il restait un sujet sur lequel Scarlett de Vinter ne s’était pas encore exprimée. Un point qui concernait Jullanar directement.

« Vous aviez parlé d’une proposition ? »

_________________

    An owl came to me, old and wise. Pierced right through my youth. I learned its ways, envied its sense. But needed nothing it had.
    The Crow, The Owl And The Dove - Nightwish.
    icons : ana_jo @ livejournal et anarya
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://winter-sonnet.tumblr.com/
Scarlett de Vinter

avatar

▬ Contributions à l'histoire : 2000

MessageSujet: Re: Conversation avec l'assassin (terminé)   Mer 11 Avr 2012, 13:49

Avec Tanith de Mogarór dans les cachots aux bons soins des geôliers et des bourreaux, la situation avait changé. L'important n'était plus d'attraper la Sorcière renégate mais de conserver sa présence dans les prisons aussi secrète que possible. L'essentiel de la population n'avait pas eu vent de la totalité de l'affaire sans quoi les choses eussent été bien différentes. La jeune femme n'osait imaginer le vent de folie qui se serait emparé de la populace si elle avait eu connaissance de l'affaire dans ses moindres détails. La menace vague des Héritiers était un péril fédérateur. Unificateur. La présence d'une seule accusée, venue de la propre forteresse de Vorlun, au sein des murs de la capitale en revanche aurait un effet dévastateur. Sorcière elle était, comme son maître à penser, comme Venecius durant les années sombres, comme Inasmir qui les avait abandonné, comme la jeune Rhewen aux pouvoirs pyrokénisques et elle serait la goutte d'eau qui viendrait faire déborder un vase de haine. Les Singuliers chercheraient un exutoire à leur colère et ils le trouveraient dans la présence de Sorciers dans le voisinage. Le sang coulerait, faisant germer les graines de la dissession qui couvaient en Lanriel depuis déjà de longues années, graines que les Héritiers entretenaient avec soin. Scarlett ne souhaitait pas voir arriver des années de persécutions et de guerres fratricides. Que l'affaire de Tanith se résolve dans les règles de l'art avec le concours du Sanctuaire des Mages. L'autorité du palais en serait renforcé, les mages d'Odhra apparaitraient comme loyaux à la Couronne par ceux qui doutaient de leur engagement. Quant à l'interrogatoire. Elle n'en avait aucune idée. Elle n'était pas chargée de traiter ce sujet avec la Sorcière de manière officieuse. Aux yeux de tous, cette réunion apparaîtrait comme le contrôle de la situation de la jeune Rhewen plusieurs mois après son jugement.

"C'est une question qu'il leur faudra régler avec le Roi, je le crains. Car en la matière, je ne suis que l'humble et discrète messagère. Un pigeon voyageur d'un genre nouveau en quelque sorte..." Arsenios serait probablement conciliant mais en la matière il n'était pas précisément le seul décideur, tout roi fut-il. Scarlett était un membre du Conseil Restreint dans lequel siégeaient d'autres Blasonnés et certains étaient déjà décidés à batailler pied à pied pour imposer la volonté de Cathairfál aux Sorciers sans leur céder un pouce de terrain. En dehors de cette discussion tout ce qu'il y avait d'officiel, la jeune femme avait décidé de n'être qu'une spectatrice dans l'affrontement qui s'annonçait. Transmettre le message, laisser Jullanar le relayer puis retrouver la quiétude du crime aristocratique. La deuxième partie de la conversation était probablement celle qui l'intéressait le plus. "Dame Osgrey, vous n'êtes pas sans savoir que la sécurité de notre souverain est la première de nos préoccupations." Elle aurait pu dire mes mais elle s'exprimait au nom du Conseil, aussi préféra-t-elle laisser de côté ses avis personnels. "Aussi cherchons-nous toujours de nouveaux moyens de la garantir... Avec la nouvelle menace des Héritiers et la présence de cette Tanith à la capitale, il nous est particulièrement difficile d'assurer cette mission. Aussi cherchons-nous une façon de prémunir la famille royale contre les périls d'ordre occulte." Elle exposa les paumes de ses mains d'un geste qui trahissait toute sa vulnérabilité personnelle. "En tant que singuliers, nous sommes de bien peu d'utilité face à des personnes dont les pouvoirs surnaturels nous dépassent. Pour cette raison, nous souhaiterions vous proposer une place à la Cour en tant que... eh bien, appelons un chat un chat, en tant que protectrice de la famille royale. Vous assureriez que nul mal n'arrive aux souverains ou à leurs héritiers par le biais de la magie. Fonction pour laquelle vous seriez rémunérée en conséquence. La raison officielle de votre présence serait de faciliter la synergie entre le Sanctuaire et le palais, ce que vous auriez également véritablement l'occasion de faire en travaillant au côté du Roi." Scarlett n'avait pas la moindre idée de ce que Jullanar penserait de cette offre d'emploi. Pour elle, une charge à la Cour constituait toujours un grand honneur mais lorsqu'elle l'énonça, la possibilité l'effleura que son interlocutrice prit ombrage d'une telle proposition. Accepterait-elle de se mettre au service d'un Singulier quand bien même celui-ci portait sur sa tête la couronne de Lanriel ? "Il ne s'agit pas un poste à plein temps mais d'occasions ponctuelles. Nos services de renseignements parviennent généralement à juguler les risques. Mais suite à l'effondrement de la tribune à l'occasion du Grand Tournoi, nous avons jugé que certains évènements publics nécessitaient d'être plus... encadrés." Ce n'était pas tout à fait la vérité mais qu'importe. L'idée trottait dans la tête de Scarlett depuis suffisamment longtemps déjà pour qu'elle utilise un pieux mensonge. Elle espérait que son interlocutrice serait ne serait-ce qu'un peu intéressée par la perspective de travailler avec le souverain...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echodesplaines.livejournal.com/
Jullanar Osgrey

avatar

▬ Contributions à l'histoire : 4772

MessageSujet: Re: Conversation avec l'assassin (terminé)   Dim 22 Avr 2012, 18:24

Ainsi donc, Jullanar n’aurait aucune « garantie » à donner à ses confrères et consœurs. Ce n’était peut-être pas plus mal pour elle : sa propre implication en serait moins importante et le Sanctuaire aurait seul à gérer ce futur partenariat. Ce qui en découlerait ne dépendrait pas d’elle, qu’importe la décision qui serait prise. Tout comme son hôte, Jullanar se contenterait du rôle de simple messagère. Et, une fois cela fait, elle retournerait à ses propres occupations.

Si toutefois les projets de Scarlett de Vinter lui en laissaient le loisir. Au fur et à mesure que l’assassin avançait dans sa « proposition », la mine de la Sorcière s’assombrit. La conversation prenait une tournure qui la déconcertait, voire qui lui déplaisait. Ainsi, on lui proposait de devenir « protectrice » de la famille royale ? En somme, un banal garde du corps censé protégé sa majesté de potentielles attaques magiques… Une tâche qui aurait sûrement été un honneur si Jullanar avait été un soldat au service du Roi et non une érudite Sorcière de Premier Ordre dont l’œuvre était de faire évoluer la magie. En temps normal, Jullanar n’était pas quelqu’un d’orgueilleux mais elle jugeait que cette offre d’emploi n’était pas digne de sa position. Surtout si elle était faite par une personne telle que Scarlett de Vinter et dans un environnement aussi peu officiel que celui-ci. Ce rôle de garde du corps ne lui plaisait pas. D’autant plus qu’elle n’avait pas été formée dans une telle optique, contrairement à certains qui suivaient des entraînements particuliers enseignés au Sanctuaire. Si le Roi avait besoin d’un mage formé aux arts du combat et aux techniques de défense contre la magie, il trouverait des candidats bien plus aptes – et sûrement beaucoup plus désireux – à ce rôle parmi les élèves magiciens. Jullanar n’avait rien contre le Roi – leur récente rencontre lors du Tournoi n’avait fait que renforcer le respect qu’elle avait pour le personnage – ou contre le fait de travailler avec lui mais, si cette perspective l’avait traversée, ce n’était pas ce genre de collaboration qu’elle aurait envisagée avec sa majesté. Elle ne se serait jamais non plus imaginée être une Inasmir mais devenir l’employée d’un roi, quel qu’il fut, ne faisait pas partie de ses désirs. Ce type de travail n’était certainement pas pour elle.

« Je comprends votre… inquiétude quant aux potentielles menaces magiques qui pèsent sur la Couronne. » Il s’agissait maintenant d’utiliser un soupçon de diplomatie pour refuser l’offre de son hôte. « Mais je doute être la personne la plus indiquée pour remplir la fonction que vous me proposez. » Jullanar possédait certainement une grande puissance, de par l’Ordre auquel elle appartenait, et dame de Vinter ne lui avait sûrement pas fait cette proposition sans en avoir connaissance, mais elle devait aussi savoir qu’il y avait différentes manières d’utiliser un pouvoir. Après tout, n’est-elle pas la mieux placée pour savoir cela ? « Si vous souhaitez embaucher un garde du corps pour la famille royale, vous n’aurez aucun mal à trouver un Sorcier formé à cette fonction au Sanctuaire. »

Jullanar observa son interlocutrice. Elle n’avait pas réellement envie de déterminer si l’assassin serait déçue de cette réponse ou si cela la soulagerait de ne pas avoir un nouveau Sorcier dans les pattes du Roi après la trahison d’Inasmir. En tous cas, pour la magicienne, et si Scarlett de Vinter n’avait pas l’intention de la raisonner ou de lui faire une autre proposition, cette entrevue pouvait se clore ici.

« Je transmettrais donc le message au Sanctuaire. » Sans attendre l'invitation de son hôte, Jullanar se leva et salua l'assassin royal. « Je vous souhaite une excellente fin de journée, dame de Vinter. » Puis elle quitta la pièce, et la demeure de la conseillère particulière du Roi.

Spoiler:
 

_________________

    An owl came to me, old and wise. Pierced right through my youth. I learned its ways, envied its sense. But needed nothing it had.
    The Crow, The Owl And The Dove - Nightwish.
    icons : ana_jo @ livejournal et anarya
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://winter-sonnet.tumblr.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Conversation avec l'assassin (terminé)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Conversation avec l'assassin (terminé)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les Ombres
» SOS amitié s'vous plaît [PV]
» SMAUG
» Flirter avec le danger [TERMINÉ]
» Les technique avec le mana. [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Echo des Plaines : Chapitre VII ▬ Le Retour d'Inasmir :: HORS JEU :: Vous serez tous pendus ! :: Miroir aux souvenirs-
Sauter vers: