AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 The Darkest Hour [INTRIGUE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar
▬ Contributions à l'histoire : 450


Eydis

▬ Contributions à l'histoire : 450

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: The Darkest Hour [INTRIGUE]   Mer 11 Avr 2012, 02:01

Le membre 'Axl-Nethun Philoen' a effectué l'action suivante : Le Jugement d\'Eydis

'Le verdict' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▬ Contributions à l'histoire : 1017


Galahad Caherval

▬ Contributions à l'histoire : 1017

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: The Darkest Hour [INTRIGUE]   Mer 11 Avr 2012, 17:27

     Suivant le groupe, Galahad restait silencieux à écouter les pas des autres qui couvraient les bruits naturels de la grotte. Il n'était – heureusement – pas né dans une maison troglodyte ou au milieu de la forêt et par conséquent, se sentait aussi familier ici que dans les appartements du Roi. Le luxe en moins. C'est pour cette raison que les sons étouffés qui signalaient le débarquement d'indésirables n'éveillèrent rien dans l'esprit du jeune homme. Ce ne fut que lorsqu'il vit les personnes devant lui réagir et que ces saletés à multiples pattes se glissèrent jusqu'à leurs pieds, qu'il comprit que quelque chose d'anormal se passait. Pouvait-on réellement parler d'anormal lorsque l'on savait qu'ils se trouvaient certainement dans l'endroit le plus étrange de Lanriel – après la Cité des Morts cela dit – il n'en était pas certain. Secouant le pied pour se débarrasser des araignées qui commençaient à lui grimper dessus, le Singulier releva les yeux en entendant l'un des hommes suggérer quelque chose de très logique et tout à fait réalisable, mais sur quelque chose de gros, pourquoi s'en prendre à des trucs aussi minuscules ? Ce ne fut que lorsqu'il tourna ses yeux vers le fond de la salle au décors aussi laid que ses habitants, qu'il vit la plus grosse immondice qu'il n'avait jamais vu. Une araignée géante, quelle magnifique idée, comme si le responsable des lieux n'avait pas pu leur coller un écureuil version XXL, un peu d'originalité que diable !

     Alors qu'il contemplait toujours l'horrible bestiole, l'un des autres hommes réagit aussitôt, utilisant visiblement sa magie pour envoyer l'épée du premier intervenant sur la monstruosité qui fut blessée une première fois. Il fut rapidement suivi par la femme blonde qui semblait certainement être la plus guerrière du groupe, mais la malheureuse n'eut guère de chance et fut rapidement envoyée plus loin par la grosse araignée qui ne semblait pas particulièrement heureuse de voir des intrus chez elle. Toujours planté en retrait à chasser les mini araignées qui s'obstinaient à lui grimper dessus, Galahad jeta un œil vers la blonde qui essayait d'attirer l'attention de la grosse arachnide, c'était bien aimable de sa part, mais elle devait avoir sacrément confiance en eux pour agir de la sorte !

     Heureusement, le rôdeur semblait désireux de démonter à la jolie donzelle qu'il n'était pas moins doué qu'elle et il fallait avouer que sa petite glissade destinée à rejoindre l'araignée, avait de quoi impressionner. Dommage que cela se passe en comité restreint, il aurait certainement eu beaucoup de succès s'il avait fait cela pendant un quelconque tournois. Même s'il était vrai qu'il était rare de rencontrer des adversaires de ce type. Malheureusement l'attaque ne porta pas ses fruits et le colosse ne parvint pas à blesser très gravement l'araignée, mais au moins réussit-il à rejoindre la blonde pour l'aider. Le Singulier détourna son attention du duo très charmant, pour poser ses yeux sur le sorcier avec qui il était arrivé au rendez-vous. Celui-ci régla la question assez rapidement, même si Galahad constata, avec un déplaisir certain, qu'il n'avait plus grand-chose à faire. La bestiole, couchée sur le sol et privée de ses pattes, ne représentait plus aucun danger. Le jeune homme fronça les sourcils en se demandant bien pour quelle raison le sorcier ne terminait pas la tâche au lieu de lui laisser ce détail à faire. Il haussa finalement les épaules et approcha de l'arachnide qui gisait sur le sol dans une mare de sang. Il y en avait partout, le Singulier manqua de glisser sur l'hémoglobine à plusieurs reprises, mais se rattrapa de justesse. Au final, en évitant de se mettre à portée des mâchoires de la bête, il passa à côté d'elle de manière à se présenter sur son flanc pour viser l'endroit de devait – normalement – se trouver le cœur. Même s'il n'était pas expert de l'anatomie des araignées, cela ne devait pas être très compliqué. Levant son épée, il s'apprêta à frapper.

OUI : Galahad frappe sans glisser et touche le cœur de l'araignée qui agonise suite aux nombreuses blessures.
NON : Galahad dérape sur le sang du sol et s'étale lamentablement, manquant de passer sous le corps de la bête au passage.
     Décidément, la chance n'était pas de son côté, au moment où il s'apprêtait à frapper, Galahad sentit ses pieds se dérober sous lui et glissa sur le sang qui maculait le sol. Son épée retomba à côté de lui et il put s'estimer heureux de ne pas s'empaler dessus – ce qui aurait été encore plus humiliant à n'en pas douter – et manqua de glisser sous le corps encore chaud de l'araignée. Il lâcha un râle de protestation, une chose était sûre, en imaginant qu'il puisse avoir la moindre crédibilité, il venait de la perdre en un instant. Le jeune homme recula, encore sur le sol, ses habits étaient de toute manière plein de sang alors tant qu'à faire, puis il se redressa lorsqu'il fut certain de ne plus glisser une nouvelle fois. Au moins Tanith pourrait régler ça en un claquement de doigts elle. Il était désormais certain que les araignées, ce n'était pas sa tasse de thé.

HP:
 

_________________


Dernière édition par Galahad Caherval le Jeu 19 Avr 2012, 18:03, édité 14 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://song-of-ice-and-fire.forums-rpg.com/
avatar
▬ Contributions à l'histoire : 450


Eydis

▬ Contributions à l'histoire : 450

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: The Darkest Hour [INTRIGUE]   Mer 11 Avr 2012, 17:27

Le membre 'Galahad Caherval' a effectué l'action suivante : Le Jugement d\'Eydis

'Le verdict' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▬ Contributions à l'histoire : 2037


Tanith Ruane

▬ Contributions à l'histoire : 2037

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: The Darkest Hour [INTRIGUE]   Jeu 19 Avr 2012, 07:29


The Darkest Hour
« et une prophétie, ma dame, qui fait partie intégrante de l’histoire de chacun des domaines. chaque devin, de chaque région, chaque nation a eu la même vision. de quelqu’un qui prendra la lumière pour a jamais faire sombrer le monde dans l’ombre »

Ils marchaient en file indienne. L’entrée du chemin était comme une sorte d’arche menant dans un sombre tunnel, arche qui était formée par deux énormes bloc de pierre appuyés l’un contre l’autre, étouffés par la lierre et enrobés de lichen pour porter plus de quelques feuilles noircies. Le sentier lui-même était étroit et serpentait parmi la pierre et la poussière. Bientôt, la lumière de l’entrée ne fut plus qu’un petit trou brillant derrière eux, et le silence était si profond que leurs pieds leur semblaient frapper le sol à grands coups sourds tandis que toutes les pierres et les rochers du tunnel se penchaient sur eux, comme pour écouter. À mesure que leurs yeux commençaient à s’accoutumer à l’obscurité, ils purent discerner les carcasses de quelques créatures, l’éclat jaune d’un squelette humain attira également son attention, la Sorcière espéra alors qu’elle était la seule du voyage à avoir aperçue ce sinistre présage. De temps en temps, un maigre rayon de la lune, qui avait eu la chance de pouvoir se glisser par quelque ouverture dans la pierre loin au-dessus et la chance plus grande encore de ne pas disparaître dans le lacis des branches et des ramilles entremêlées par en dessous, perçait, mince et brillant, devant eux. Mais c’était rare, et cela ne tarda pas à cesser entièrement. Plus leur descendante était progressive, plus la lueur des torches semblaient s’atténuer. Les parois de la pierre semblait s’élargir par moment, bientôt, ils étaient totalement libre de marcher plusieurs côte à côte. Par moment, ils entendaient aussi des bruits étranges, des grognements, des bousculades et des courses dans la poussière. Malgré tout, pour l’instant, la plus vilaine chose qu’ils discernaient tous était l’éclat argenté des toiles d’araignée: des toiles d’araignées sombres et denses aux fils d’une épaisseur extraordinaire, qui s’étendaient souvent d’une pierre à l’autre ou s’enchevêtraient de part et d’autre dans les basses branches. Fort heureusement, il n’y en avait pas au travers du sentier, mais, que ce fût parce que quelque sortilège le gardait libre ou pour toute autre raison, la Sorcière du Premier Ordre ne pouvait le savoir.

Il ne leur fallut pas longtemps avant que chacun en vienne à haïr les cavernes aussi cordialement qu’ils avaient tous détestés les tunnels ; elles semblaient offrir encore moins d’espoir de sortie. Mais ils devaient poursuivre toujours plus loin bien après qu’ils furent en proie à la nostalgie et, bientôt, à la peur. Il n’y avait pas le moindre mouvement dans l’air sous la voûte des cavernes et rien ne venait rompre le silence, l’obscurité et l’impression d’étouffement. Elle qui était pourtant accoutumée aux tunnels et à une existence dépourvu de soleil, Tanith se sentait étouffer peu à peu. […] Devant eux s’ouvraient trois tunnels, trois cavités, trois chemins. Ils étaient parvenus jusqu’à une antichambre, ronde comme un cercle et ils faisaient maintenant face à leur premier dilemme. Quel chemin emprunter? Ses yeux fixaient chaque obscurité à tour de rôle. Plusieurs couloirs s’ouvrent, certains de la taille d’enfants, d’autres très étroits et un dernier plus grand. Le silence les entourait toujours et comme Tanith sentait plusieurs regarda impatients posés sur elle, elle s’immobilisa alors brusquement. Ils furent alors tous frappés de mutisme ; et comme ils restaient là silencieux, ils leur semblaient entendre la rumeur d’une grande chasse les entourant. Bientôt, des colonnes immondes de bêtes noires et velues s’échappaient des crevasses et des trous dans la pierre. De petites araignées qu’ils ne tardèrent pas à exterminé du talon de leur botte. Et, visiblement peu impressionnée par ses petites bêtes, Tanith s’acharnait sur le chemin à emprunter…. Puis, s’approchant de l’un des tunnels, elle vit que l’ombre était faite de toiles d’araignée, l’une derrière l’autre, superposées et toute emmêlées. Elle remarqua également qu’il y avait, installées dans les branches au-dessus de sa tête, d’autres araignées, plus énormes et plus horribles; dans le silence et l’immobilité, elle s’aperçut également que ces créatures repoussantes se parlaient entre elles. Leur voix était une sorte de grincement et de chuintement ténu, mais elle sentait la menace des mots qu’elles prononçaient.

Des aragnes, araignées géantes, cousines de celles qu’ils venaient tout juste de piétiner. Carnivores, la plus grande de toutes les espèces… Leur proie? Tout être vivant qui ne pourra pas s’échapper à tant. Voici l’avant-garde d’une machine à tuer, une armée de milliers d’insectes affamés. Elle recula, sur quoi l’une des plus grosses aragnes, imitée par ses compères, courut le long d’une corde jusqu’à ce qu’elle fût arrivée auprès d’une douzaine de paquets suspendus en rang à une haute branche. Tanith fut horrifiée par le spectacle, maintenant qu’elle remarquait pour la première fois oscillant des les ombres, des pieds ou des mains. Si ses compagnons se débarrassèrent aisément des arachne, des pattes velues et noires s’échappèrent alors du plus large tunnel. Ses pattes, aussi longues et grosses que la taille d’un homme, attiraient un corps encore plus trapu et massif. Et lorsque ses nombreux yeux globuleux furent à la lueur de leurs torches, Tanith comprit qu’ils allaient engager un combat contre la reine du troupeau… L’araignée, gonflée de colère, fonça sur le groupe d’aventurier, leur lançant sa salive, écumant et sifflant d’horribles malédictions. Alors commença la bataille. Certains de ses compagnons avaient des épées, d’autres avaient des poignards quant à Tanith avait la puissance considérable des ses pouvoirs magiques. Son premier réflexe aurait été de lever la main pour toutes les noyer, mais Vorlun la réprimanda sévèrement. Elle se contenta donc de s’armer du petit poignard de Brawyn. Maintes et maintes fois, les araignées, grosses et plus petites, furent repoussés, et beaucoup furent tuées. Mais cela ne pouvait durer éternellement, les petites araignées lui grimpaient sur les jambes et elle parvenait difficilement à rester fermement sur elles. Ils n’allaient pas tarder à être tous maîtrisés comme des mouches fatiguées. Déjà, les araignées recommençaient à tisser leurs toiles d’une pierre à l’autre tout autour d’eux. Les cris, le bruit des coups d’épée et le choc des pierres résonnaient autour d’elle. C’est alors qu’elle remarqua que la reine du troupeau n’avait pas échappé au combat, et si certain de ses compagnons étaient maintenant mal en point, la grosse arachne, elle, s’agitait sur le dos. Les pâtes entièrement tranchées, elle s’agitait violement et lançait des cris d’alertes à basse fréquence. S’il ne l’a faisait pas taire immédiatement, d’autres viendraient la rejoindre.

Maître du Jeu a écrit:
Deux choix s’imposent à vous alors. Mais il vous faut agir vite sans quoi vous serez bientôt cerné par les renforts de la reine. Le lancer de dés est de rigueur :

OUI : Vous parvenez à vous glissez jusqu’au corps massif – et lourdement handicapée – de la reine arachne. Vous ne perdez pas une seule seconde et vous la poignarder en plein cœur. L’animal meurt immédiatement. Les dernières survivantes poilues battent alors en retraite sous un murmure chagriné de voir leur mère assassinée.
NON : Alors que vous tentez de vous glissez jusqu’à la reine, des araignées plus énormes vous barrent la route. Impossible d’atteindre le corps, vous n’aurez malheureusement pas l’honneur de tuer la bête.

« ▬ La reine!, indiqua-t-elle en hurlant tandis qu’elle éventrait une autre araignée, Il faut tuer cette saloperie de reine ! » L’action se poursuivait, mais personne n’achevait encore la reine. Tanith poussa un juron sonore; comme nous ne sommes jamais mieux servit que par soi-même, elle se donna l’ordre d’aller tuer cette bête. D’un pas déterminé, écrasant sur son passage les araignées les plus inoffensif qui ne daignaient même pas l’honneur d‘entacher la lame de son bien-aimé, Tanith progressa jusqu’à la reine. Malheureusement, à quelques mètres, sa route fut interrompue par des arachnes d’une taille plus considérable. Elle pensa pouvoir s’en débarrasser plus facilement, mais l’une d’entre elle lui attaqua la jambe alors que l’autre menaçait d’en faire autant. L’héritière n’eut d’autre choix malheureusement que d’abandonner le corps de la reine à l’acharnement des deux autres. Décidément, la situation paraissait de nouveau assez mauvaise.

code CSS et fiche par century sex.
Music from Adventures of Merlin
Echo des Plaines RPG


_________________
a villain is just a victim whose story wasn't been told. the pariah who never had the chance to who proves himself to be good and faithful. the victim, the miserable one who never had chance.


Dernière édition par Tanith Ruane le Jeu 19 Avr 2012, 07:38, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▬ Contributions à l'histoire : 450


Eydis

▬ Contributions à l'histoire : 450

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: The Darkest Hour [INTRIGUE]   Jeu 19 Avr 2012, 07:29

Le membre 'Tanith Ruane' a effectué l'action suivante : Le Jugement d\'Eydis

'Le verdict' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▬ Contributions à l'histoire : 7


Mynkor

▬ Contributions à l'histoire : 7

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: The Darkest Hour [INTRIGUE]   Jeu 19 Avr 2012, 09:49

Le combat que menaient ses visiteurs n’échappa à la divinité prisonnière. Mynkor se serait probablement gaussé devant leur incapacité à se débarrasser d’une Arachné si la petite troupe n’était pas la plus susceptible de le trouver après tant de siècles passés dans la solitude. Le dieu se concentra alors…

La monstrueuse araignée, privée de pattes et retournée dans une position comique, s’agitait frénétiquement. L’antichambre, remplie de ses congénères de plus petite taille semblait ne pas désemplir malgré les tentatives des visiteurs de les brûler, les découper ou les faire déraper sur un sol glissant. La situation était critique des deux côtés jusqu’à ce qu’un léger changement dans l’air ambiant ne laisse présager une évolution…

Un frisson parcourut l’entièreté de la salle quand, soudainement, l’Arachné gigota convulsivement, poussant des cris stridents, terrifiants. Les milliers de petites araignées tapissant l’antichambre se retirèrent tout aussi promptement, empruntant tous les couloirs qui s’ouvraient à elles pour s’éloigner de ce qui les effrayait et était invisible pour les humains. Quand la dernière petite bête fut partie, la reine-mère poussa une dernière stridulation déchirante avant de se taire. Définitivement.


Son œuvre accomplie, le dieu soupira d’aise. Son agissement ne lui avait pas demandé trop d’efforts. Il n’avait plus qu’à espérer que les voyageurs sachent continuer sans qu’il ait besoin de les aider une nouvelle fois. Ou il ne donnerait pas cher de leur survie dans sa prison. Cependant, tandis qu’il s’occupait de l’Arachné, Mynkor avait eu une meilleure occasion d’observer ses visiteurs et probables sauveurs. Il avait senti en certains d’entre eux de grands pouvoirs, ce qui le stimulait. D’autres, en revanche, semblaient n’être que de vulgaires Singuliers. Race méprisante s’il en est… mais ô combien manipulable !

L’Arachné n’est plus. Son corps inerte. Seuls les filets d’eaux qui s’écoulent pour finir par stagner dans les anfractuosités du sol témoignent de ce qui a pu se passer. Pour les explorateurs, probablement hébétés par le trépas soudain de leur redoutable adversaire, cette aubaine risque de ne pas durer bien longtemps… D’autant plus que le plus difficile est encore à venir : parmi toutes les galeries qui se découpent dans les murs de l’antichambre, laquelle choisir ?

Un murmure ? Un rêve ? Une vision ? Une certitude. Absolue. « C’est par là ! » Le voleur, le paria, ne peut pas se tromper en voyant l'ouverture étroite qui se dessine à sa gauche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▬ Contributions à l'histoire : 2354


Solan Runnarth

▬ Contributions à l'histoire : 2354

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: The Darkest Hour [INTRIGUE]   Mer 25 Avr 2012, 06:48

Dans quelle merde il avait mis les pieds ? C'était sans doute la pensée qui, par fulgurance, l'avait le plus frappé durant toute la durée du combat qui les avait opposés à cette bestiole géante et ses milliers de filles de plus ou moins grandes tailles, plus ou moins dangereuses. Il avait été surpris que sa suggestion soit prise au sérieux par ses camarades, chacun cherchant à immobiliser la bête en la privant de ses pattes plutôt qu'à l'attaquer frontalement. À vrai dire, il aurait imaginé que les bêtes de foires qui l'accompagnaient seraient plus efficaces, plus puissantes aussi, et qu'elles ne s'abaisseraient pas à écouter les idées d'un vulgaire voleur. Est-ce qu'il faisait un complexe d'infériorité ? Oui, et il savait qu'il ne faisait pas le poids contre la moitié d'entre eux: pour l'instant, ils avaient un ennemi commun, mais il s'était fait rouler assez de fois pour savoir que cela comptait, quand le moment de récupérer ce qu'on lui avait promis venait. Pendant toute la bataille, Solan s'était acharné à combattre les vagues successives d'araignées qui déferlaient toujours, sans aucune interruption, sur eux. Il avait été étonné de voir son épée virevolter à travers la pièce sous l'influence d'un des magiciens, avant qu'elle ne lui revienne dans les mains. Trop concentré sur ses propres ennemies, il ne fit pas vraiment attention aux initiatives des uns et des autres, bien qu'il ne manqua pas de remarquer les plus brillantes, comme celle de Galahad ou de Tanith, la si puissante Sorcière qui ne semblait avoir de sorcier que la robe, car elle fut bloquée par une poignée d'araignée. N'avait-elle pas de quoi les faire cramer ou qu'importe ? En tout cas le salut ne vint pas d'elle car, malgré le succès relatif de son plan qui consistait à priver l'araignée de ses pattes, aucun de ses compagnons d'infortune ne parvint à achever la bête immonde. Solan se désespérait de les voir s'en sortir un jour, pourtant ...

Qu'est-ce que c'était que cette sensation étrange, froide, écœurante, qui sembla s'écouler dans la pièce ? Solan ne le devina pas franchement, mais en fut sincèrement perturbé, et il ne fut pas le seul apparemment car déjà les milliers de bestioles qui, jusque-là, n'avaient craint ni le feu ni le fer, se retirèrent aussi rapidement qu'elles étaient apparues. Dans le même temps, l'immondice qui leur servait de mère semblait suffoquer, ou quelque chose comme ça. Un dernier cri, strident, horrible, et tout semblait maintenant terminé. Que s'était-il passé ? L'air un peu abasourdi, Solan secoua un peu son épée pour la débarrasser du sang puant des dizaines d'araignées dont il s'était débarrassé. Il considéra le groupe autour de lui: à la vue de leurs visages, il comprit qu'il n'était pas le seul à l'avoir senti, cette présence. Chacun semblait se remettre de ses émotions. Étrangement, l'idée de rester là ne lui plaisait guère maintenant qu'il ne pouvait plus s'empêcher d'imaginer les milliers de bestioles qui grouillaient dans les couloirs, les murs, les plafonds ... Il fallait avancer. Mais où ? Solan attendait une quelconque consigne d'un des rôdeurs ou de Tanith elle-même, pourtant tous semblaient aussi perdus qu'il ne l'était. Ils étaient bien avancés, d'autant que vu ce qui venait de leur tombée dessus, se disperser en plusieurs groupes pour explorer chacune des voies possibles était - Solan l'espérait - hors de question. La suite de leur petite aventure semblait s'annoncer plus délicate encore, s'ils ne trouvaient pas le bon chemin. Au fur et à mesure qu'il y réfléchissait pourtant, son attention semblait se fixer sur un des tunnels qui s'enfonçaient plus loin dans les entrailles de la Forteresse, juste à leur gauche. Pourquoi ce chemin ? Ce qui n'était qu'une vague impression se renforçait bientôt, jusqu'à devenir une certitude. C'était par là qu'il fallait avancer, il en était certain. Comment pouvait-il en être sûr ? Difficile à dire et encore plus à décrire, mais tout le poussait vers cette voie la. Il voulut le dire aux autres, pourtant ... Était-ce raisonnable ? Non, pas le moins du monde, mais comment résister ? Qu'importe ce qui lui avait donné pareille certitude, il avait bien fait.

« - On se retrouve bien embêté maintenant, à ne pas savoir où aller ... » déplora faussement le voleur. « - Fort heureusement, il se trouve que je sais par où aller. Me demandez pas comment, je le sais, c'est tout. On dira que c'est ce qui aura fait fuir les araignées qui ne voudrait pas qu'on fasse d'autres mauvaises rencontres. » Lui, ça lui suffisait pour se l'expliquer. Son regard se porta sur Tanith: « - Alors, loin de moi l'idée de déjouer vos plans en vous indiquant délibérément la mauvaise direction ... mais, quand même. » Il semblait réfléchir: « - Rassurez vous, Votre Noirceur, je ne désire pas grand-chose. Je ne suis qu'une pauvre âme, et un chaste baiser de votre part suffirait à me ravir ! Et je suis tout à fait sérieux. » Il marquait une pause. « - Si le chemin que je vous fais prendre est le bon, c'est évident. »

Qu'avait en tête Solan ? Pas grand-chose à vrai dire ! Il aurait pu revoir ses prix à la hausse, ou en profiter autrement, mais il savait que ce qu'il venait de demander à la Sorcière lui coûterait infiniment plus que de dépenser un peu d'or. Il n'était pas dupe sur la façon dont elle le considérait, comme un vulgaire outil au mieux, comme un sous-être au pire. La simple idée de lui arracher ne serait-ce qu'un simple baiser le faisait jubiler tant il devinait le dégoût que ça lui inspirerait. Il jouait gros, mais il lui faisait en quelque sorte payer tout les affronts qu'elle lui avait faits: il n'aurait pas souvent l'occasion d'être en position de lui rendre ainsi les coups, il en profitait simplement. Bien sûr, il aurait peut être été plus sage de se montrer coopératif, de faire preuve de bonne volonté mais, en fait, il savait qu'elle ne reconnaîtrait jamais son utilité, quand bien même il eut été conciliant. Et puis, la tentation était trop forte ! Solan fixa Tanith qui semblait considérer son offre. Au bout de quelques secondes, elle se contenta d'acquiescer.

« - Bien, alors en route. » Il montra le tunnel qu'il savait le bon. Tanith passa devant, les autres lui emboîtèrent le pas. Au passage de Galahad il ne put s'empêcher: « - Tu devrais remettre ton épée à quelqu'un d'autre, au cas où tu glisserais encore. »

Puis le groupe s'engouffra dans l'étroite ouverture que leur avait gentiment indiqué Mynkor.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▬ Contributions à l'histoire : 1982


Madwyn Dinaflet

▬ Contributions à l'histoire : 1982

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: The Darkest Hour [INTRIGUE]   Dim 29 Avr 2012, 07:36



    La suite du combat fut âpre et peu glorieuse. Les petits corps écrabouillés des araignées rendaient le sol glissant et il était difficile de garder ses appuis et de combattre dans ces conditions. De ceux qui se jetèrent à l’assaut de la grosse bestiole il n’y eut guère que le sorcier de premier ordre dont le coup sembla porter ses fruits même si l’immonde chose poilue gigotait toujours en envoyant des salves de sang un peu partout autour d’elle. L’air était maintenant chargé de l’odeur ferrique et entêtante du sang. Alors qu’un dernier se risquait à vouloir l’achever il s’étala sur la bestiole, rendant leurs tentatives plus risibles encore. Même Tanith ne parvenait pas à bout de l’araignée pourtant immobilisée. Ce qui une fois la sensation d’urgence passée, poussa Madwyn à lever les yeux au ciel en maugréant. Voulant économiser ses forces, il prit la seule arme en sa possession et voulu s’approcher de la bête mais il y eut comme un souffle froid qui le caressa et l’obligea à rester immobile alors que les milliers d’araignées disparaissaient dans l’obscurité. Comme des mains invisibles qui se tendaient dans l’air et venait étouffer celle qui leur avait donné tant de mal. Il vit la bestiole convulser, livrer une dernière bataille pour sa vie qu’elle perdit et la sensation qu’il en retira fut bien plus désagréable qu’il ne l’aurait d’abord cru.

    Fronçant les sourcils, il eut un regard pour ses compagnons qui n’avaient pas l’air plus rassurés. Pas plus qu’ils n’étaient décidés à rester sur place. Madwyn crut d’abord que c’était Tanith qui allait les guider mais ce fut celui à qui il avait emprunté une épée qui se manifesta. Le sorcier trouva qu’il choisissait bien mal son moment pour plaisanter et jouer les jolis cœurs, mais il s’inquiéta d’avantage de cette certitude qu’avait le singulier quant à la route à poursuivre. Etait-il là pour veiller à ce que la situation s’envenime ? Ou bien… Secouant la tête Madwyn suivit la troupe, passant près de Solan quand ce dernier s’accorda une remarque au chevelu. Ironie quand tu nous tiens. Il ne lui semblait pas l’avoir vu briller non plus pendant le combat.

    Trottinant un peu plus vite il se rapprocha du duo que formaient les deux rôdeurs. S’il n’était pas doué dans l’art de guérir, un défaut qu’il lui faudrait corriger rapidement, il possédait néanmoins quelques petites bases. Un minimum qui l’avait tenu en vie jusque là. « Un garrot pour ton bras. » Lui souffla-t-il. « Je crains que ça ne soit pas fini. » Son regard sombre se posa sur la blondinette qui était juchée sur son dos et qui pourrait se charger de l’affaire tant qu’elle profitait de ses muscles. Si le venin continuait à s’étendre ils allaient se retrouver avec une belle montagne de muscles inutiles. Et aucun d’entre eux ne voudrait porter un tel poids mort. Mais surtout, chaque épée comptait.

    Désormais plus sur ses gardes que jamais, Madwyn gardait un bon pas et tenait à sa main sa dague. De sa torche il éclairait les recoins les plus sombres devant lui, prêt à tout instant à découvrir quelque chose tapi dans l’obscurité. Ce qui avait tué l’araignée n’agissait pas en accord avec les monstres de la forteresse. Non. Ca leur avait facilité le passage et avec une telle aisance que sa puissance était à craindre. Certes, ils pouvaient se rassurer tant qu’elle était de leur côté. Mais qui les assuraient de sa constance ? Ce ne serait pas la première fois que certaines alliances se créaient pour dévorer tout le monde une fois l’issue certaine.

_________________


We will meet back on this road
Nothing gained, truth be told
But i'm not the enemy
It isn't me... The enemy...
MUMFORD AND SONS - THE ENEMY



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▬ Contributions à l'histoire : 119


Aeron Pryddeth

▬ Contributions à l'histoire : 119

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: The Darkest Hour [INTRIGUE]   Mar 01 Mai 2012, 02:37

Occupée qu'elle était à attirer l'attention de la monstruosité octopode, Aeron ne vit pas les actes d'héroïsme, ou de bêtise elle ne savait plus très bien comment les qualifier qui se déroulaient en parallèle. Elle prit soudain conscience de la présence de Wilhelm à ses côtés. Qui lui demandait de monter sur son dos. Passer de deux mercenaires expérimentés à un duo improbable d’éclopés... Au rythme où la situation se dégradait, ils risquaient bien d'en être réduit, en rentrant à Cathairfál, à devoir présenter un spectacle sur une des places de la ville, dans l'espoir de gagner leur billet de retour au Refuge. Elle considéra sa propre situation. Déjà elle sentait l'hématome s'étendre sur son abdomen et elle savait que si l'Arachne chargeait, elle ne pourrait courir avec suffisamment de célérité pour éviter ses assauts. Wil malgré sa blessure au bras disposait encore de l'usage de ses jambes. Retenant pêle-mêle les réflexions cyniques, grivoises et menaçantes qui lui venaient à l'esprit, la jeune femme se jucha tant bien que mal sur le dos de son ami, tentant de ne pas le gêner. Le ridicule de la situation toujours bien présent dans son esprit, elle hurla dans son oreille. "Et maintenant monsieur le génie avant que le poison n'ait raison de ton organisme, on fait quoi?" Elle n'attendit pas la réponse puisque avant que celle-ci ait eu le temps de lui parvenir un des Sorciers du groupe avait eu la présence d'esprit, et la chance, de retourner l'Arachne comme une crêpe pour lui couper toutes les pattes. L'on pouvait considérer au moins que ce danger là était écarté... Elle descendit de son perchoir pour se débarrasser de la sacoche qui ne la quittait jamais. Lors de sa dernière rencontre avec Ysash, la jeune femme avait fait provision d'un certain nombre de potions et onguents contre les divers aléas de la vie de Rôdeuse. Se remettre d'une piqûre d'Arachne nécessitait du temps et des soins plus patients que ce qu'on pouvait fournir en cours de mission mais elle savait qu'elle possédait quelque part un tonique qui permettrait à Wilhelm de tenir le temps de la mission. Elle finit par trouver la fiole au fond du sac. Alors que le Sorcier qui avait porté le premier coup contre le monstre conseillait au Rôdeur de garroter la plaie, elle se redressa en grimaçant, la douleur de sa côte se rappelant à son bon souvenir. Elle tendit le remède à son compagnon d'infortune. "Prends ça. Ça a un goût infâme et une odeur encore pire mais la guérisseuse à qui je l'ai achetée sait ce qu'elle fait. Ça n'est pas un antidote mais c'est un pis-aller et avec le garrot ça t'évitera de devenir un bagage inutile. Ça ralentira la progression du poison et l'apparition des symptômes. Tu as tout intérêt à ne pas traîner en route quand on sortira de là." Elle marqua une pause, lui adressa un large sourire et ajouta avec un entrain non dissimulé. "Et pour ton information, ça fera cinquante pièces d'or payable sur le champ ou par la suite." Ne lui laissant pas le temps de répliquer, elle glissa le médicament dans le rebord de son pantalon avant de s'éloigner en toute hâte hors de portée. Wilhelm n'avait jamais eu d'humour et il tapait fort. Elle ne tenait à se trouver dans les parages si il devait s'insurger de cette vente forcée.

Elle regagna le groupe d'une démarche qui se voulait assurée mais qui n'y parvenait pas tout à fait. Elle avait beau adapter sa posture à sa blessure, celle-ci se rappelait toujours à son bon souvenir sous la forme d'une pulsation sourde, sombre dans un coin de son corps. Elle commençait à se demander si cette mission n'allait finalement pas lui coûter plus qu'elle ne pouvait lui rapporter. Sans compter les évènements étranges qui entouraient l'agonie de l'Arachne. La façon dont la vie s'était arrachée à son corps bulbeux et gorgé de venin, celle dont ses filles innombrables avaient fui. À croire qu'une autre volonté que celle des créatures de l'endroit était à l'oeuvre et qu'elle voulait les voir réussir. Quelque chose murmurait à Aeron qu'il ne s'agissait pas d'un désir d'Eydis mais d'une créature plus sombre. Soudain inquiète, la jeune femme referma sa cape autour d'elle dans un geste futile pour se sentir moins exposée. Maintenant qu'elle était consciente de la présence d'une autre entité à proximité l'endroit semblait se transformer. Plus que de l'humidité les parois gluantes exhalaient à présent une malveillance à l'affût. La Rôdeuse se sentait observée et elle avait horreur de ça. Elle ne pouvait exiger de leur employeuse des explications détaillées. Pas seule. En revanche si d'autres commençaient à s'interroger, elle obtiendrait plus de poids dans ses revendications et peut-être un espoir de réponse... Elle s'apprêtait à formuler ses doutes à voix haute lorsque s'éleva la voix caustique d'un autre mercenaire. Qui semblait soudain être doué d'un pouvoir de prédiction ou d'une capacité occulte mystérieuse pour s'orienter. Ce qui semblait le surprendre autant qu'elle. Les choses devenaient de plus en plus incompréhensibles, et inquiétantes, alors que les minutes s'écoulaient. Mais puisque le seul chemin était devant Aeron s'engagea dans la file à la suite du Sorcier qui s'était porté à leur aide. Passant devant leur patronne, elle s'arrêta tout de même une minute pour lui poser la question qui lui brûlait les lèvres. "Vous pardonnerez ma curiosité mais doit-on s'attendre nous aussi à recevoir des révélations de ce type ? Ou à subir un autre genre de transformations? Je n'ai rien contre le changement voyez-vous mais j'aimerais assez éviter de me voir pousser des tentacules..." Ce point éclairci, Aeron s'avança résolument dans les boyaux obscurs, la main fermement accrochée à la poignée de son arme. Elle ignorait ce qui les attendait au bout de la route mais dans son esprit grandissait une crainte nourrie par les récits de son enfance. Ceux qui parlaient de malédictions, d'être enchaînés sous la terre, de démons anciens et de punition divine. Elle espérait que la raison pour laquelle la Sorcière renégate avait rassemblé soit de vouloir récupérer une arme et non pas de libérer quelque chose emprisonné dans les fondations de cette funeste forteresse...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▬ Contributions à l'histoire : 742


Wilhelm Nyström

▬ Contributions à l'histoire : 742

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: The Darkest Hour [INTRIGUE]   Ven 11 Mai 2012, 14:53

    En position délicate, Wilhelm était toujours préparé à un potentiel nouvel assaut en cas de besoin, du moins assez pour esquiver sans prendre le risque d’une contrattaque. Se battre dans un environnement aussi peu éclairé et étroit ne rendait vraiment pas la tâche facile. Et avec son bras ankylosé, le rôdeur n’en menait pas lâche. Si un des sorciers arriva enfin à maîtriser l’énorme araignée, en revanche, il fut très compliqué de l’achever. Il ne trouva même pas à le cœur à rire devant certaines pitoyables démonstrations de ses camarades. Plus inquiet par la suite des évènements et par son bras qui menaçait à tout instant de le lâcher. D’ailleurs, Aeron ne fut pas la dernière à le remarqua alors qu’elle s’égosillait sur son dos. Le rôdeur leva les yeux au ciel inexistant, aussi bien à cause du caractère difficile de son ami, que parce qu’il n’avait aucune idée de quoi lui répondre. Deux des sorciers s’intéressèrent vaguement à sa blessure, l’un d’entre eux lui conseillant un garrot. Idée pas spécialement mauvaise, mais Wilhelm doutait de son efficacité à ralentir le poison. Alors qu’il arracha une large bande de tissu à sa chemise pour garroté la plaie, son amie d’enfance se pointa comme un charme avec une fiole qu’elle lui conseilla de boire en vantant les effets qui pourraient lui sauver la mise. Il n’eut pas le temps d’en placer une avant qu’elle ne détale en lui annonça avec une joie débordante que leur amitié de longue date de l’empêcherait pas de payer. Se saisissant de sa bouteille désormais accrochée à son pantalon, il marmonna. « La prochaine fois, je te laisse ramper. » avant de boire son contenu. La grimace qu’il esquissa était catégorique : ceci était mauvais. Mais si Aeron lui avait dit que cela ferrait effet, il la croirait. Même si il trouvait que c’était quand même cher pour un remède.

    Il cru d’abord que le médicament était si mauvais qu’il avait des frissons partout et un malêtre bizarre. Mais il fit les visages de ses compagnons d’infortunes prendre des airs inquiets ou suspect et comprit qu’il y avait quelque chose de bizarre par ici. Ils avaient parlé de Mynkor, et le rôdeur imaginait que le dieu avait toujours une certaine présence ici. Mais il ignorait si il pouvait encore se manifester ici. La disparition subite de la progéniture de l’araignée ainsi que le hurlement strident d’agonie de la matriarche le fit pourtant penser que le dieu sombre avait effectivement son influence ici… dans ce cas pourquoi les avoir laisser se débrouiller seul pour se manifester plus tard ? C’était vraiment stupide. La volonté des dieux était quelque chose que quelqu’un comme Wilhelm n’arrivait définitivement pas à comprendre, et il n’avait aucune envie de savoir ce qu’un esprit malade comme Mynkor pouvait avoir en tête. Il préférait de loin être au courant de rien. Être ici était déjà assez perturbant. Qu’est-ce que le baroudeur n’aurait pas donné à cet instant pour se passer d’une telle escapade dans les tréfonds de cet enfer. Mais il n’avait aucun atout à jouer, la déesse semblaient les avoir abandonné pour oser s’approcher de son frère démoniaque, aussi bien, ils étaient bel et bien livrés à eux-mêmes. Et la chose la plus intelligente à faire en ce moment même, était de se serrer les coudes et de s’entraider en espérant ressortir tous en un seul morceau à la fin de cette pénible épreuve.

    Un des mercenaires semblait être au courant de la direction à suivre, et Wilhelm n’était pas certain d’avoir envie de lui faire confiance. Mais au vu de ses talents au combat semblant toucher le zéro pointé, il jugea que ce type n’avait pas spécialement envie de mourir et était plus enclin à trouver la bonne direction plutôt que d’escorter le groupe dans une impasse et être sûrs de périr lamentablement. Quoique la condition qu’il posa pour cette information avait un aspect des plus pathétiques. Un baiser de la part de la sorcière. Autant en demander un de la part de l’affreux serpent qui lui servait d’animal de compagnie. Et encore ça serait plus agréable que de devoir approcher cette femme. Les remarques diverses, lui arrachèrent un soupir impatient. La seule chose qu’il attendait était de sortir d’ici, mais maintenant le rôdeur était en train de se demander ce qu’ils allaient finir par trouver en restant ici. Les monstres, il savait les gérer, il savait qu’il s’en sortirait d’une manière ou d’une autre… en revanche les dieux maudits et colériques, ça, il ignorait vraiment ce qu’ils pourraient faire pour s’en sortir.

    « Tant que tout cela nous mène quelque part… »
    Marmonna Wilhelm avant de suivre le petit groupe, pas plus rassuré qu’auparavant, mais il fallait bien finir cette expédition, vivant ou les pieds devant. Si Eydis ne les aiderait pas, peut être que Mynkor aurait un semblant de pitié pour eux.


_________________
For all those who would hurt you: I wish I could have taken this blow for you. For all those who hurt you: I wish it had been my blood instead of you.
Let the tide turn, let oceans shift. Wolf-mother, rise avenge my love. Let the new era of vengeance begin. My angel is fallen, my kindness is lost.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▬ Contributions à l'histoire : 231


Axl-Nethun Philoen

▬ Contributions à l'histoire : 231

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: The Darkest Hour [INTRIGUE]   Dim 20 Mai 2012, 03:41

Les araignées étaient toujours bel et bien dans ce lieu. Même Tanith n’avait pas réussi à achever la mère de ces bestioles. La caverne était encore rempli de bêtes velues et poilues, cela ne donnait pas vraiment envie. Il fallait se frayer un chemin tout de même. Mais tout à coup, des cris, des convulsions venant de la mère se firent entendre. La fin de sa vie allait arriver, et cela ne serait pas plus mal. Toutes les araignées partirent dans les recoins de la caverne immense, pour qu’à la fin il n’en reste aucune. Au moins, Axl ne mourrait pas par l’une de ses bestioles, et puis même il savait très bien se défendre, et cela n’allait pas être une araignée qui aurait raison de lui. Mais maintenant, il y avait encore pas mal de possibilités pour prendre un chemin. A gauche, à droit, tout droit, ou encore autre chose ? Seul un homme, un certain Solan avait l’air de savoir ou aller. Axl le regardait d’un air dubitatif, comment pourrait-il bien savoir quel chemin prendre. Cet homme n’avait pas ne serait-ce qu’une graine de pouvoir en lui, et il se permettait d’annoncer la bonne marche à suivre.

Cette aventure de trouver ce Dieu Mynkor, l’avait emmené dans un endroit bien sombre, triste et isolé. La sorcière Tanith, « reine » de la meute, n’était pas non plus en très bon état qui plus est, nous devions en même temps la protéger si un quelconque danger pourrait lui coûter la vie. Il fallait être plus que prudent, il pouvait se passer quelque chose d’inadmissible très vite. Les monstres rôdaient, le bruit des insectes qui frétillaient dans cet environnement. Tout était fait pour que quiconque entre dans cet endroit n’en ressorte jamais vivant. Mais eux, étaient là, blessé pour certains, et en pleine forme pour d’autres, du moins en apparence. Axl avait usé un peu de sa magie, mais il était encore plein de réserve. Le jeune homme n’avait peur de rien, surtout pas d’araignée, mais que pourrait bien leur réserver la suite des évènements. Seule une torche par personne faisait un semblant de lumière, et pouvait effrayer quelques habitants de ce lieu si « morbide ». Pour le moment ils n’avaient pas trouvé de cadavres jonchés sur le sol, personne ne c’était vraiment encore aventuré dans ce lieu, du moins il fallait le croire. Si ses parents savaient ce qu’il était entrain de faire, le dieu que toute sa famille adulait, il pourrait peut être le rencontrer.

Un des rôdeurs avait été infecté par le venin de cette infâme araignée géante. Le pauvre, il pourrait mourir assez vite si l’on ne l’aidait pas en effet. Axl pour ce genre de choses n’était pas vraiment l’homme à qui il fallait demander de l’aide. Son air était comme sans pitié. Mais dans le fond, pour les personnes qu’il aimait vraiment, il serait prêt à tout. Mais dans notre cas, il ne connaissait pas le rôdeur pour un sou. La jeune femme blonde, qui trouvait d’ailleurs très mignonne, lui offrit une potion pour le revigorer, mais qu’elle lui ferait payer. Cela fit faire esquisser un sourire à Axl, il aurait été aussi mesquin. En même temps, il ne possédait pas de potions de la sorte sur lui, il aurait pu mourir lui aussi de blessures venimeuses. Rien qu’y penser, cela lui donnait la nausée. Revenons en donc à nos moutons, Solan avait donc l’air de savoir ou il fallait donc aller. Il n’était pourtant pas devin, mais s’il prêchait la bonne parole, peut être qu’ils arriveraient à bon port. Mais qui sait, peut être que le Dieu Mynkor était parmi eux, et les suivait tout le long de leur périple. Le monde était fait de grands pouvoirs, même s’il ne pouvait pas le voir ce Dieu, peut être qu’Axl pouvait le sentir. On ne se faisait jamais guider par hasard, donc s’il devait aller par là, pourquoi pas. De toute façon, le sorcier ne faisait que suivre, et parlait peu.

_________________

--- Mynkor ---
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▬ Contributions à l'histoire : 1017


Galahad Caherval

▬ Contributions à l'histoire : 1017

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: The Darkest Hour [INTRIGUE]   Dim 20 Mai 2012, 07:49

     Il n'y avait pas grand-chose d'intéressant dans leur petite sortie, mis à part ces araignées et une poisse qui semblait leur coller à la peau, les lieux semblaient relativement normaux. Galahad avait reculé après sa chute si... humiliante ? Oui c'était le mot, seulement le Singulier se fichait pas mal de ce que pouvaient bien penser ses collègues, en imaginant qu'ils se soucient d'un simple paysan, il n'était pas là pour se faire des amis. Une chance que dans son malheur le forgeron soit dénué de pouvoirs, au moins avait-il l'excuse de son manque d'expérience, il était en effet bien plus habitué à battre le fer que les arachnides géantes. Non, ce qui le frustrait c'était simplement de jouer la potiche au milieu de toutes ces personnes, en fin de compte sa présence ici était aussi utile qu'un peigne à un chauve, à quoi perdre son temps dans cet endroit alors qu'il y avait tant de choses à faire à l'extérieur ? Tanith ne semblait pas plus chanceuse que lui, ce qui ne manqua pas de le consoler un peu, apparemment même les sorciers avaient leurs moments de faiblesses. La seule différence étant que le Singulier ne lui arrivait pas à la cheville, même au meilleur de sa forme. Mais c'était sans importance, alors qu'il était encore proche de la Reine qui se trémoussait sur le sol comme dans une danse ridicule, un frisson traversa l'échine du jeune homme qui ne quittait pas la bête des yeux. Celle-ci se mit soudain à gigoter comme si son corps était traversé d'une vive douleur, il la regardait d'un air intrigué, se demandant ce qu'elle pouvait bien avoir, puis soudain ce fut le silence. Les minuscules araignées s'étaient envolées, la Reine était muette et un silence pesant était tombé sur le groupe tandis que Galahad scrutait toujours le cadavre sans pattes de la monstrueuse arachnide. Peu importait la raison de cette soudaine mort, au fond ce qui comptait était le résultat et le forgeron n'était pas de nature curieuse.

     Avant qu'il ne puisse se redresser pour de bon, le forgeron entendit une voix résonner dans la salle, tournant la tête il se rendit compte que c'était celui dont l'épée avait été utilisée pour blesser la Reine. Il énonçait une évidence qui manqua de peu de dessiner un sourire blasé sur les lèvres du forgeron, mais la suite de ses paroles dissuadèrent le jeune homme. Apparemment celui-ci savait ce qu'il fallait faire. Pourquoi ? Bonne question, peut-être qu'il avait une bonne tête ou qu'il était le seul à avoir l'esprit assez ouvert ou ventilé pour saisir les ordres muets de leur divinité. Une fois de plus, les fais importaient peu au Singulier, s'il disait qu'il savait où aller ma foi, en quoi était-ce différent de ce que Tanith leur disait ? Quitte à faire confiance, Galahad se contrefichait que ce soit à cet homme où à la folle des marais. Au moins les hommes étaient-ils moins prompts à faire de folies que les femmes. Au fond, cela convenait parfaitement au jeune homme qui s'estimait heureux de ne pas avoir de rôle importait à jouer dans cette comédie, la place de celui que personne ne remarque lui convenait très bien, au moins pourrait-il en profiter pour observer sans qu'on ne lui accorde la moindre attention. La voix de l'homme retentit une fois de plus alors qu'il réclamait un baiser à la sorcière. Cette fois-ci le sourire de Galahad fit bien son apparition, quel drôle d'endroit pour jouer les jolis-cœur, mais il fallait avouer qu'un tel culot l'amusait beaucoup. Même s'ils n'étaient pas ici pour plaisanter, tant qu'à faire, autant rendre les choses moins ennuyantes. Quoi qu'il en soit, après un moment de silence la voix se fit à nouveau entendre sans qu'une réponse orale ne se fasse entendre, puis il désigna le bon tunnel, ou du moins celui qu'il disait être le bon. Galahad s'était déjà redressé pour récupérer son arme avant de la glisser dans le fourreau qui pendait à sa ceinture, son regard baissé vers ses mains pleines du sang collant de l'araignée fut attiré par la déclaration du joli-cœur qui trouva le moyen de le railler. Il avait un sacré humour décidément ! Le forgeron se contenta de le regarder passer en silence, il pouvait jouer les coqs, dans les souvenirs du singulier, il n'avait pas servi à grand-chose mis à part donner une épée au premier sorcier. Mais il y avait plus important que de répliquer à des piques, sans compter qu'il ne souhaitait pas se faire remarquer – positivement ou non – mieux valait donc suivre sans ouvrir la bouche.

     Les rôdeurs s'étaient visiblement débrouillés entre eux, quoi qu'il en soit tout le monde suivit le chemin dans l'étroite ouverture désignée par le joli-cœur. Superbe, avec une telle largeur dégainer allait devenir impossible et se battre, n'en parlons même pas. Restait à espérer que personne n'allait avoir la sotte idée de les attaquer, mais dans le pire des cas il lui restait toujours son poignard. Le coin était sombre, éclairé partiellement par les torches qui déformaient les ombres de manière assez surprenante. Qu'est-ce qu'il leur réservait pour la suite ? Des autres araignées ? Des insectes ? À moins que ce ne soit tout simplement des momies ou des morts-vivants ? Les possibilités étaient si nombreuses. Guettant les bruits et fermant la marche, le forgeron tournait de temps en temps la tête derrière comme pour s'assurer que personne ne les avait rejoint en cours de route. Peureux ? Pas vraiment, juste prudent, les surprises dans les endroits sombres et étroits ce n'était pas sa tasse de thé.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://song-of-ice-and-fire.forums-rpg.com/
avatar
▬ Contributions à l'histoire : 7


Mynkor

▬ Contributions à l'histoire : 7

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: The Darkest Hour [INTRIGUE]   Dim 17 Juin 2012, 05:52

S’emparer de l’esprit du voleur avait été un jeu d’enfant pour le dieu enfoui. Maintenant que ses visiteurs s’approchaient, il avait pu mieux les étudier et il avait très vite compris que les plus faciles à manipuler seraient les deux Singuliers. Les Sorciers auraient eu vite fait de se débarrasser d’une présence étrangère et les Rôdeurs étaient une espèce par trop imprévisible pour tenter l’expérience. Alors Mynkor avait choisi le plus faible d’entre eux pour s’immiscer dans le groupe. Cela avait été d’autant plus facile que l’homme ne croyait pas en lui, là où l’autre de sa race avait une inclinaison en sa faveur, ce qui pouvait provoquer une réaction inattendue. Et Mynkor souhaitait que ses potentiels sauveurs arrivent le plus vite possible…

Le groupe d’aventuriers s’enfonce toujours plus dans les ténèbres du sous-sol de la forteresse. Plus ils descendent, plus l’air se fait rare. Il n’est plus désormais besoin de créatures malfaisantes ou de pièges divins pour faire revenir les opportuns sur leurs pas. S’ils continuent ainsi, ils mourront bientôt d’asphyxie. Mais la présence dans l’esprit du voleur l’incite à prendre plus de risques, à continuer de s’enfoncer dans les profondeurs de la terre.

Jusqu’à ce qu’une pâle lueur indique la fin de la déclivité. Ce qui s’offre alors aux yeux des visiteurs semble sorti tout droit des histoires et des légendes. Une salle souterraine aux dimensions gigantesques s’ouvre devant eux. Essayez seulement d’en apercevoir le plafond et c’est le précipice qui vous attend. Car, alors que chacun se déverse du couloir pour aspirer un air chargé de soufre – mais air tout de même – quelques pas de plus et c’est la chute assurée. Le promontoire ne leur assure qu’une sécurité relative mais, désormais, ils savent que c’est ici que tout se termine. Leur quête. Ou leur vie. Au-delà du gouffre, ce qu’ils sont venus chercher : le tombeau de Mynkor.


Ils sont là. Son esprit peut désormais tous les toucher, les jauger. La plupart sont acquis à sa cause. Les autres… eh bien, il les épargnera peut-être s’ils parviennent à le sortir de là. Il sent parmi les Sorciers de grands pouvoirs, un potentiel énorme, un espoir qui miroite. Mais il sait aussi que sa divine sœur a posé des sortilèges puissants autour de sa prison. Indestructibles…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: The Darkest Hour [INTRIGUE]   

Revenir en haut Aller en bas
 

The Darkest Hour [INTRIGUE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Echo des Plaines : Chapitre VII ▬ Le Retour d'Inasmir :: HORS JEU :: Vous serez
tous pendus !
 :: Miroir aux souvenirs
-