AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 The Darkest Hour [INTRIGUE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
▬ Contributions à l'histoire : 2037


Tanith Ruane

▬ Contributions à l'histoire : 2037

MessageFeuille de route
MessageSujet: The Darkest Hour [INTRIGUE]   Sam 21 Jan 2012, 08:20


The Darkest Hour
« et une prophétie, ma dame, qui fait partie intégrante de l’histoire de chacun des domaines. chaque devin, de chaque région, chaque nation a eu la même vision. de quelqu’un qui prendra la lumière pour a jamais faire sombrer le monde dans l’ombre »



L’eau des marais était grise et la lumière rose du couchant s'était dissipée peu à peu pour laisser se couvrir le ciel d'une nappe grise au reflet bleu de la nuit. Insensiblement s'insinuait désormais une pénombre inquiétante engloutissant peu à peu formes et couleurs. Les buissons et les arbres revêtaient des formes inquiétantes, se transformaient en monstres grimaçants ou en redoutables dragons. Un instant, Tanith se demanda si elle n'allait pas faire demi-tour, regagnée sa précieuse forteresse et s'y enfermer à jamais, oublier ses remords et renoncer définitivement à toutes ses idées de vengeance... Toutefois, elle se reprit vite, de nouveau maîtresse d'elle-même et de ses sentiments, la jeune femme s'efforça d'envisager calmement la situation et décida de poursuivre sa route jusqu'au point de rencontre donné pour tous. La Sorcière de Mogaròr arpentait donc doucement les rivages boueux des marécages, à la recherche de cet arbre aussi blanc que de l'os connu des rares occupants de l'ancienne forteresse maudite... Un calme étrange semblait l'encercle de toutes parts ; le silence s'éternisait, s'éternisait tant qu'elle sentit la peur l'envahir de nouveau. Déjà, lui semblait-il, ses pas, l'un après l'autre la menaient sur les traces magiques d'un pays irréel, d'un temps oublié... « Ce que tu t'apprêtes à faire, mon enfant, changera à jamais le cours de l'histoire... cette journée affectera tout le monde, même toi... mon adorée... » S'avançant avec précaution, attentive à chaque bruissement dans les branches, consciente que la moindre erreur pouvait l'entraîner dans une tanière d'arachne affamée, elle allait les yeux mi-clos, insensible au froid et à l'humidité, uniquement guidée par une force infaillible et sereine pouvant la mener qu'au but qu'elle s'était assignée.

Quelques pensées fugaces parvenaient parfois à troubler momentanément son recueillement : qu'adviendrait-il de son expédition au cœur des ténèbres si son escorte ne daignait se présenter? Leur seraient-ils tous fidèles, allaient-ils manqué à leur devoir, à leur parole ? Vorlun avait-il dit vrai ? Quelle déception ce voyage serait s'il n'y avait aucune découverte concrète, deviendrait-elle la pariât des héritiers ? En proie à une insupportable tension, la jeune magicienne éprouvait l'irrésistible besoin de s'adresser à son mentor et maître qui trouverait les mots justes pour la rassurer : « Et que se passera-t-il si je m'avère incapable de remplir mes devoirs ? Et si je devais faillir, que pensera Mynkor ? » se questionnait-elle, de vive voix, l'angoisse lui dévorant de plus en plus l'estomac. « Tu dois être forte mon enfant.... » Soudain le sol, sous ses pieds, n'était plus marécageux que par moment, il devenait sec et ferme, un terrain plus facile à arpenter, moins exigeant pour les mollets. Déjà épuisée, sa blessure au flanc droit lui arracha un petit gémissement, mais elle savait qu'elle ne pouvait plus arrêter ; l'éveil de Mynkor avait été prédit et il était de son devoir d'aller le réveiller... Au loin, elle reconnaissait la silhouette squelettique de l'Arbre Blanc, celui de son enfance, celui qu'elle avait donné comme point de rencontre pour tous ses bouc-émissaires qui venaient la rejoindre. Non, elle n'en portait aucun en affection, ils étaient tous aussi futiles les uns que les autres, mais ils étaient aussi les plus faciles à amadoués, à attirer jusqu'à elle avec un appât aussi simple que l'or et la richesse... Les buissons, les feuilles, même les sombres touffes d'herbes à ses pieds lui semblaient devenues plus clair et moins noyés dans la pénombre. Tanith y voyait comme en plein jour alors que l'aurore était depuis longtemps tombée. Une clarté laiteuse baignait un univers étrange qui ne lui était pourtant pas inconnu...

Essayant donc de conserver son calme et de réduire les battements de son cœur, la Sorcière vit tout à coup un point brillant scintiller devant elle, telle une flamme vacillante, tantôt verte, tantôt jaune, qui s'allumait et s'éteignait à travers les arbres. En fait, une torche approchait, brandie à bout de bras par un étrange et curieux personnage à la peau mate. Un air dégoûté naissait alors au coin de ses lèvres lorsqu'elle reconnue son messager, le charlatan notoire de la Cité, Ryltar : « J'espère que vous m'apportez de bonnes nouvelles... » Parvenu à sa hauteur, le petit sorcier lui témoigna un semblant de respect en s'inclinant devant une puissance magique supérieure à la sienne. Il savait, aussi, que s'il était toujours en vie, c'était parce qu'il lui était passablement utile comme messager et informateur. C'était grâce à Ryltar si Tanith connaissait les derniers évènements de Cathairfál, elle ne voyait donc aucune raison de le supprimer définitivement. Tant qu'il remplirait ses tâches avec un semblant dévotions, il aurait la vie assurée : « Je reviens de la Cité, dame, et les voyageurs s'ont en route pour vous rejoindre... certains ont été difficiles à convaincre... » « Quand arriveront-ils ? », trancha-t-elle se souciant peu de la difficulté qu'avait éprouvé ce misérable magicien au cours de sa quête. « D'un instant à l'autre, j'ai aperçu leurs coursiers plus bas... ». Satisfaite d'entendre cela, elle le congédia après lui avoir remis une petite bourse, témoignant ainsi de sa bonne foie... Serrant davantage sa cape noire autour de ses épaules, remontant sa capuche sur le sommet de sa tête à la caresse glacial d'une bourrasque de vent, la Sorcière le regarda disparaître dans les bois. Elle était désormais au pied de l'imposant tronc d'arbre et attendait impatiemment l'arrivée des voyageurs...
code CSS et fiche par century sex.
CHRONOLOGIE : Ce rp ce déroule environ 2 ou 3 jours après l'intrigue du Grand Tournoi.
Music from Adventures of Merlin
Echo des Plaines RPG


Spoiler:
 

_________________
a villain is just a victim whose story wasn't been told. the pariah who never had the chance to who proves himself to be good and faithful. the victim, the miserable one who never had chance.


Dernière édition par Tanith Ruane le Jeu 19 Avr 2012, 07:43, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▬ Contributions à l'histoire : 2354


Solan Runnarth

▬ Contributions à l'histoire : 2354

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: The Darkest Hour [INTRIGUE]   Lun 23 Jan 2012, 09:24

Dorcha Duil n'avait pas manqué le moins du monde à Solan depuis qu'il y était venu pour la première fois, il y a quelques semaines. Et c'était peu dire: les marécages puants semblaient sentir encore plus que la dernière fois tandis que le gris du ciel rivalisait de ternissure avec l'eau sale dans laquelle il était forcé de patauger depuis plusieurs kilomètres déjà. À ce moment, rien ne lui paraissait plus doux que Cathairfal, ses auberges suspectes et ses ruelles malfamées. Alors, pourquoi être revenu ici, malgré le fait qu'il s'était promis de ne plus jamais y remettre les pieds de son plein gré la dernière fois qu'il avait fait la bêtise de s'aventurer jusque dans ces marais ? Lui-même se demandait encore ce qu'il lui avait pris par la tête au moment où il s'était résigné à prendre la route car on ne pouvait pas dire que c'était ni le charme de la population de moustiques, ni le raffinement de ces somptueux paysages, subtile mélange de grisâtre et de marron. Néanmoins, ce serait se mentir qu'il prétende ne pas savoir ce qui, entre tous ces éléments attractifs, l'avait finalement décidé car il n'y avait qu'une chose: l'argent, évidemment.

En effet, la première fois déjà qu'il avait accepté de venir jusqu'ici, c'était pour l'argent. Une simple mission de pillage en bonne et due forme de la Forteresse de Mogaror pour le compte d'un marchand de vieilleries de Cathairfal. Une simple mission ... jusqu'à ce qu'il se rende compte que la citadelle en ruines n'était pas complètement déserte. Traqué et menacé par une sorcière visiblement mentalement dérangée qui l'avait néanmoins laissé filer, il s'était juré de ne jamais remettre les pieds ici, peu importe la taille de la bourse qui lui serait proposée. Cependant, tout a changé quand, il y a quelques jours, un certain Rylar l'avait approché pour le compte de cette Tanith, la folle qui avait manqué de le faire exploser. Ryltar était une figure connue du milieu sous terrain de Cathairfal puisqu’outre des dons prétendus de sorcier, il était un arnaqueur efficace et charlatan de renom s'il en faut. Tout d'abord, quand celui-ci proposa à Solan d’exécuter une mission à Mogaror, ce dernier refusa net, toujours échaudé par sa première excursion. Néanmoins, le paria commença à changer de point de vue quand Ryltar lui avoua que c'est Tanith elle-même qui l'avait fait contacter. Bien sûr, il lui promit de l'or et un tas de récompenses de valeurs s'il s'avérait que la mission était un succès. Ainsi appâté par l'or et ragaillardi par le fait qu'il ne risquait pas de s'attirer les foudres de la sorcière s'il la recroisait là-bas, Solan accepta.

Il était parti la veille au soir à bord de la charrette d'un paysan, avant de continuer à pied quand la route de ce dernier bifurquait, évitant soigneusement les terres maudites de Dorcha Duil. Cependant, si la perspective d'avoir les poches pleines d'or pendant un petit moment le réjouissait au plus haut point, il avait plusieurs fois failli faire demi-tour tant il craignait que cela soit un coup foireux de Ryltar dont la réputation en ce domaine n'était plus à faire, ou un piège tendu par la sorcière qui aurait eu des remords quant au fait d'avoir laissé la vie sauve à l'intrus qui pouvait, à tout moment, indiqué sa présence aux autorités du Roi qui, apparemment, ne manquaient pas d'envie de la retrouver. Enfin bref, malgré ses hésitations, Solan était maintenant là, à patauger dans des eaux troubles, espérant sincèrement ne pas s'être fait duper. C'est donc la tête pleine d'appréhensions qu'il s'approchait peu à peu de cet arbre blanc auquel on lui avait donné rendez-vous. Au loin, il devinait la silhouette noire, presque inquiétante, de sa commanditaire qui l'attendait alors. Les yeux rivés vers elle sans pouvoir s'en détacher comme c'était le cas de ses inquiétudes, l'horizon gris qui s'étendait derrière elle et le vent froid qui faisait siffler les feuilles de la végétation alentour donnait à la scène comme une mauvaise atmosphère de conte. Bientôt, il arriva sur un sol plus sec, entama la montée de cette petite colline qui surplombait les marais et au sommet de laquelle était plantée cet arbre squelettique telle une présence fantomatique. Tanith, l'autre fantôme du coin, semblait l'attendre en silence:

« - Eh bien, quoi ? C'est tout ce que ça vous inspire ? » dis Solan face au peu de réactions de la sorcière. « - Allons, ne soyez pas si émue de me voir. À moi aussi vous m'avez manqué, vous et votre noirceur. Et votre gobeur de rongeur. Et votre bonne humeur. Enfin, vous voyez le tableau. » reprit-il, un peu inquiet tout de même. Puis, revenant à son peu de sérieux, il demanda: « - Bon, eh bien, Votre Noirceur m'a fait demander, je suis là. »

Après tout, s'il avait une vague idée de ce qui lui serait donné en récompense, il n'en avait pas la moindre quant à ce qu'il s'agissait de faire pour l'obtenir. Encore une source d'inquiétude.


Dernière édition par Solan Runnarth le Mer 04 Avr 2012, 09:53, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▬ Contributions à l'histoire : 1982


Madwyn Dinaflet

▬ Contributions à l'histoire : 1982

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: The Darkest Hour [INTRIGUE]   Jeu 26 Jan 2012, 06:11



    L’odeur des marais était un remugle fétide qui vous prenait à la gorge et s’infiltrait dans vos vêtements, votre peau, vos cheveux pour ne plus vous lâcher pendant quelques jours. Mélange de terre humide, de pourriture, de souffre et d’éléments encore inconnus, elle imposait sa présence, envahissait les narines, se collait à la langue pour donner une saveur rance aux aliments et à l’eau. Le paysage, d’une singulière monotone avec ses gammes de gris et de brun, renfermait en son ventre le plus dangereux des bourbiers. Le froid et l’humidité s’engouffrait sous les pelisses les plus épaisses, glaçant jusqu’aux os le voyageur qui aurait décidé de faire une halte. Dans les marécages, le mot d’ordre était de toujours continuer à avancer. La moindre hésitation et l’on pouvait se faire happer par le marécage et ne plus reparaître. Pourtant, l’endroit plaisait à Madwyn et il trouvait dans cette végétation dépouillée une sorte de réconfort. Mâchouillant une racine dont il avait fait provision, on pouvait même voir se dessiner sur son visage un air tranquille, une ombre de sourire. Petit déjà il adorait les excursions et Dorcha Duil avait toujours excité son imagination. De nombreuses légendes couraient sur les terres de Lanriel, mais il y avait dans cet endroit quelque chose de fascinant. Et ce n’était pas sa dernière excursion qui aurait pu le démentir. D’un bond souple le cavalier mit pied à terre et se retrouva les bottes enfoncées dans la boue jusqu’aux chevilles. Il laissa le cheval libre, sachant que l’instinct de l’animal le préserverait de tout danger et qu’il accourrait au premier sifflement.

    Il inspira à plein poumon une goulée d’air vicié, et se remit en route. Il n’avait croisé personne sur son chemin, et s’attendait à voir surgir la sorcière qui l’avait sommé à tout instant. Le vieil homme qui lui avait apporté son message s’était montré relativement avare en matière d’explications mais rien qui n’inquiète le sorcier de second ordre. Il supputait que le vieux bougre lui-même ignorait le but de ce voyage ce qui était prudent, au vu des menaces qui pesaient sur sa commanditaire. Très vite, les muscles de ses mollets se réveillèrent et un nuage de buée s’échappa de ses lèvres. Tout en marchant il repensait à la rencontre qu’il avait faite avec Tanith, au halo de magie qui l’entourait alors, à la puissance de la frappe dont il avait été témoin. Le Balrog, ennemi redouté de tous, n’avait pas survécu au déchaînement de sa furie et sa puissance l’avait non seulement cloué sur place, mais elle avait réveillé son avidité. Il avait suffit d’une promesse de la sorcière, pour qu’elle s’attache les services du jeune Dinaflet. A peine Ryltar avait-il disparu que Madwyn planifiait son départ. Et maintenant qu’il franchissait les derniers mètres qui le menait au pied de l’arbre mythique, il sentait son impatience grandir. Deux silhouettes se détachaient dans la clarté laiteuse et d’une s’échappait un bourdonnement intempestif.

    « Allons donc… » Souffla-t-il alors qu’il percevait les propos du grand gaillard face à la sorcière. « Avec le bruit que vous faites on ne peut ignorer votre présence. » Il coula un sourire ironique, trop heureux sans doute de ne pas avoir à porter de masque cette fois. Il était de notoriété publique que Tanith n’était pas une douce créature et ce devait être également le cas des compagnons qui seraient présents pour cette quête. Richesse, pouvoir… Quoi qu’ils convoitent, ils devaient être prêts à tout pour l’obtenir. Le regard brillant il revint sur la sorcière, il avait hâte de se lancer dans l’aventure.


_________________


We will meet back on this road
Nothing gained, truth be told
But i'm not the enemy
It isn't me... The enemy...
MUMFORD AND SONS - THE ENEMY



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▬ Contributions à l'histoire : 119


Aeron Pryddeth

▬ Contributions à l'histoire : 119

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: The Darkest Hour [INTRIGUE]   Dim 29 Jan 2012, 07:05

D'ordinaire Aeron avait du nez pour les affaires juteuses. Elle savait reconnaître une opportunité en or. Et lorsqu'elle utilisait cette image, elle le concevait autant métaphoriquement qu'en termes de pièces sonnantes et trébuchantes. Aussi avait-elle bondi sur l'occasion lorsqu'elle avait vu cet homme pour le moins miteux aborder Wilhelm pour l'entretenir d'une expédition pour le compte d'une sorcière. Il lui arrivait périodiquement de s'attacher à l'un ou l'autre de ses compagnons pour une période plus ou moins longue. La plupart du temps, ces derniers ne s'en offusquaient ou se contentaient de prendre un air vaguement exaspéré pour supporter avec dignité et plus ou moins de bonne volonté les excentricités de leur compagne. Elle avait déjà prévu de passer quelque temps avec son ami d'enfance lorsque l'inconnu s'était présenté visiblement porteur d'une proposition alléchante mais également vaguement inquiétante. Aeron n'en avait à vrai dire pas entendu grand chose mais la tête du messager et la réaction de Wil avait suffit à allumer dans ses yeux la petite lueur d'une avidité bien coutumière. Une mission dangereuse, des profits exponentiels, quand quittait-on Cathairfál qu'on s'en mette plein les poches? Wilhelm avait eu beau protester, la jeune femme avait fait ses bagages après l'avoir prévenu qu'il ne se débarrasserait pas d'elle si facilement. Y compris si il l'attachait à un arbre. Et elle savait qu'il y avait pensé. Elle le connaissait trop bien pour savoir que cette idée lui avait forcément traversé l'esprit.

Maintenant qu'elle se trouvait embourbée jusqu'aux chevilles dans une boue gluante et puante, elle se demandait si cette aventure était réellement une bonne idée. Elle écrasa un nouveau moustique à l'arrière de son cou en étouffant un juron. Regardant derrière elle, elle se consola en se disant qu'il y avait tout de même quelques avantages à se trouver-là. Comme savoir que Wilhelm plus lourd qu'elle serait certainement plus embourbé et pesterait certainement dix fois plus. Comme la certitude que malgré la boue, la puanteur et ses damnés parasites, elle serait sans doute à la tête d'une jolie somme lorsqu'elle aurait terminé cette mission. À laquelle il fallait le préciser, elle n'avait pas été conviée. Mais baste, peu importait. La plupart des employeurs était toujours ravie de pouvoir compter sur une paire de bras supplémentaire, surtout quand ils imaginaient pouvoir se l'accaparer. Rajustant son paquetage, elle remarqua une nouvelle fois à quel point elle avait bien fait de confier Ven aux bons soins d'un autre Rôdeur de passage à la capitale pour que l'étalon rallia le Refuge en toute sécurité. Le laisser aux écuries de Cathairfál aurait été suicidaire. La meilleure façon de voir disparaître sa précieuse monture. Aeron ne faisait nulle confiance aux maquignons qui sévissaient au sein de la principale ville du royaume et aurait préféré emmener son cheval plutôt que de le laisser entre leurs mains avides.

Finalement la silhouette d'un arbre blanc, lugubre squelette laiteux, finit par émerger des brumes. Le point de rendez-vous donc. La jeune femme fut heureuse de découvrir qu'elle n'était pas la première arrivée. En revanche, elle fut moins satisfaite de découvrir le commanditaire. Maudit Wil. Voilà pourquoi il n'avait pas protesté outre mesure. Elle ne risquait pas de lui voler la place avec un sourire et un bon mot. Surtout face à la goule maladive du Premier Ordre qui se tenait face à elle. Enfin... Une mission dans ces fichus marais n'était jamais une promenade de santé et Aeron était sûre que si la femme en face d'elle avait deux doigts de jugeote, elle acceptait de bonne grâce la présence d'un mercenaire de plus. Glissant dans son personnage, la Rôdeuse effectua un petit salut presque martial. "Vous ne deviez pas vous attendre à ma présence, Ma Dame mais j'accompagnais Wilhelm Nystrom quand votre serviteur..." Elle avait hésité un instant avec les mots choses ou familier au souvenir du porteur du message. "lui a porté le message que vous cherchiez des lames pour une expédition. Je me suis dit que vous ne verriez pas d'inconvénient à ce que je me joigne à vous. Je suis Aeron Pryddeth, mercenaire de mon état." Sa voix était sérieuse, posée, à des miles de son insolence ordinaire. Mais nécessité faisait loi et plus Aeron en découvrait sur ce contrat, plus elle s'interrogeait sur la raison de cette convocation en ces lieux. Elle resta immobile attendant le verdict, ses yeux fixés sur le regard d'ambre de la sorcière inconnue alors que montait en elle la certitude d'avoir déjà vu ce visage quelque part...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▬ Contributions à l'histoire : 742


Wilhelm Nyström

▬ Contributions à l'histoire : 742

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: The Darkest Hour [INTRIGUE]   Jeu 09 Fév 2012, 17:04

    Cette épopée promettait d’être aussi longue que pénible. Tout d’abord, ce n’était pas de gaité de cœur que Wilhelm avait accepté de servir la sorcière pour une mission dont il n’avait même pas cherché à comprendre l’enjeu. Cette satanée Tanith avait parfaitement su quelques armes utilisé contre lui pour avoir ses services, et il n’avait pu qu’accepter en marmonnant. Il était resté un long moment sans aucune réponse de sa part jusqu'à ce qu’un type on-ne-peut plus louche et étrange débarque pour lui donner un lieu de rendez-vous. Ryltar de son nom si il se souvenait bien. Un sourire louche avec un regard inexplicable. Wilhelm avait bien évidemment l’intention d’y aller, mais un nouveau soucis s’imposa de lui-même, un soucis qui avait une tête brulée sous une épaisse tignasse blonde. Aeron s’était mise en tête de l’accompagner. Le rôdeur n’avait très certainement pas besoin de ça, et il aurait bien pu s’arracher les cheveux à lui répéter qu’elle n’avait rien à faire ça, et ce jusqu’à s’étrangler, elle avait décidé qu’elle viendrait et lui collerait dans les pattes. Ce n’était pas la première et surement pas la dernière fois qu’elle profiterait d’un de ses contrats, aussi bien, il finit par laisser tomber, guère d’humeur a avoir ce genre de dialogue de sourd avec son amie d’enfance. Quoique l’idée de la noyer dans les marais lui effleura l’esprit, et lui arracha même un sourire rêveur. Une bien mince consolation quand il voyait le regard narquois d’Aeron alors qu’il peinait à avancer dans ce bourbier. Forcément, tout en muscle, il était difficile de se mouvoir dans ces eaux-là. Il aurait bien aimé lui faire avaler ses sourires en lui enfonçant la tête dans l’eau boueuse, mais même cela lui demandait trop d’effort.

    Sa dernière mésaventure dans les marais lui avait passé l’envie d’y retourner avec Eliora sa jument. La pauvre avait bien souffert la dernière fois, et il n’avait pu qu’acquiescer à la proposition de son amie, qui était de confier leurs chevaux à une connaissance commune. Il lui avait d’ailleurs confier sa chouette, l’aventure étant trop risquée pour elle. Seul son faucon le suivait encore, tournoyant dans les airs au-dessus d’eux pour les veiller de son regard inquisiteur. Wilhelm n’avait pas quitté son air morne depuis le début du voyage, même répondre aux pics d’Aeron l’ennuyait. Toute cette histoire le mettait de mauvaise humeur et il comptait bien à veiller que cette Tanith tienne sa parole. Sans quoi il se promettait de la tuer lui-même. Bien évidemment, il n’en avait rien dire à Aeron, il préférait qu’elle imagine qu’il fasse ça pour une coquette somme d’argent, chose qui ne changeait pas bien de l’habitude. Ils étaient tous les deux forgés dans le même moule par les mêmes personnes et il était fort possible qu’il réagisse de la même manière si c’était elle qui avait était engagée par cette sorcière.

    Il avait néanmoins caché l’identité de son employeur à la blonde. Juste pour la satisfaction mesquine de voir son visage se décomposer en voyant que c’était une femme. Il la connaissait trop bien. Il n’avait eu aucun moyen de prévenir la sorcière qu’il ne venait pas seul, mais il était presque sûr que cela ne la dérangerait pas. Il fallait qu’elle soit complétement folle pour refuser de la main d’œuvre supplémentaire. Surtout pour ce qu’elle comptait faire. Le rôdeur jeta un coup d’œil aux autres personnes présentes, deux hommes. Wilhelm ignorait s’ils étaient là de leur plein gré ou si Tanith ne leur avait pas laissé le choix, et à vrai dire, il s’en moquait bien. Il attendit que sa consœur ait fini de s’introduire auprès de leur commanditaire pour prendre la parole.

    « Sommes-nous les derniers arrivés ou attendons-nous encore d’autres personnes ? »


    Il avait fait attention à ne pas paraitre trop impatient, pourtant il ne pouvait s’en empêcher, plus tôt il aurait commencé à servir de bras armé à cette femme, plus tôt ça serait terminé. D’autant plus que plus il venait ici, plus il se rendait compte qu’il détestait les marécages plus que de raison. Bon sang. Mais pourquoi il avait ce mauvais pressentiment désagréable ? Lui qui acceptait n’importe quel contrat qui rapportait plus ou moins, tant qu’on lui promettait de belles batailles et de la renommée, maintenant il était en train de douter. Et il avait horreur de cette sensation. Sa main sur la garde son épée, il se forçait à rester patient en attendant la suite des hostilités.


_________________
For all those who would hurt you: I wish I could have taken this blow for you. For all those who hurt you: I wish it had been my blood instead of you.
Let the tide turn, let oceans shift. Wolf-mother, rise avenge my love. Let the new era of vengeance begin. My angel is fallen, my kindness is lost.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▬ Contributions à l'histoire : 231


Axl-Nethun Philoen

▬ Contributions à l'histoire : 231

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: The Darkest Hour [INTRIGUE]   Sam 11 Fév 2012, 07:09

Axl avait donc fait la rencontre avec cet homme dans la taverne l’autre nuit Il avait en effet trouvé l’homme qui faisait parti de ce groupe et qui savait ou se trouvait tout le reste du groupe Ce groupe que l’on nomme les Héritiers, pour la particularité d’aduler le dieu déchu Mynkor. L’homme avait qui il voyageait se nommait donc Galahad. Il c’était quand même bel et bien présenté après leur petite discussion. Mais ce n’était pas pour autant qu’ils étaient « amis ». Axl savait faire la part des choses, il sentait bien qu’il n’avait pas de pouvoir, et qu’il n’avait rien à craindre de lui, si ce n’était qu’il vienne l’attaque par derrière comme un lâche pour le tuer. Mais un nouveau membre dans le clan, on ne pouvait pas se permettre de faire cela, ce ne serait pas respectable.

Le rendez vous se trouvait donc dans les terres australes, à Dorcha Duil, dans la forteresse de Moragor. Axl n’était encore jamais été là bas à vrai dire, il découvrirait ce lieu propice à toutes sortes de choses mauvaises. Pour ce faire, les deux hommes étaient partis à dos de cheval pour aller un peu plus vite. Même si Axl pouvait se rapprocher en faisant place à son don de téléportation, il n’en ferait rien, vu qu’il ne savait pas vraiment ou le lieu se trouvait. Pour être encore un peu plus en sécurité, il invoqua son lion. Bien sur il pourrait manger son compagnon de route si le cœur lui disait, mais Axl le maîtrisait et ne lui avait pas ordonné, le chanceux.
Quand ils furent arrivés non loin du lieu de rencontre, les marais avaient pris place. Les chevaux n’appréciaient guère ce genre d’endroits, car ils ne savaient pas où ils mettaient les sabots. Ce pouvait donc être fort regrettable de perdre une si belle bête dans cet endroit.

« Nous ne somme plus très loin tu me disais. » dit-il en regardant l’homme aux cheveux longs.

Son lion était parti également, il le lui avait ordonné, pas question que lui aussi se salisse et reste piéger dans ces marais visqueux et puant. Cette odeur était abominable, Axl ne le montrait pas, mais il n’aimait pas cela du tout. S’il aurait voulu il aurait même pu jouer avec l’eau du marais, sa magie était si puissante avec cet élément qu’il contrôlait parfaitement bien. A ce qu’il avait compris, la personne qui prenait les rênes si on pouvait dire cela comme cela était une femme, une sorcière tout comme lui. Une maîtresse de la magie, cela lui plaisait beaucoup.
La forteresse n’était visiblement plus qu’un champ de ruines, il n’était pas arrivé que du bien dans cet endroit. Il ne manquerait plus que des dragons viennent y trouver refuge et ce serait tout autre chose. Voir le feu marquer son territoire dans un endroit comme celui-ci, tout compte fait ce pourrait être vraiment sympa à voir. Les chevaux avaient tout de même suivi le mouvement, et n’avaient pas été engloutis par les marais. L’un des deux hennissait, il avait dû sentir quelque chose non loin. En effet, Axl pouvait entendre des voix parler non loin d’ici.

« Je pense que nous avons trouvé les autres. »

Quelques secondes après, Galahad et lui avait trouvé le point de rencontre. Tout comme cette femme aux longs cheveux bruns, avec ses yeux qui luisaient de magie tout comme lui. Il lui sourit, et se présenta.

« Je vous ai donc enfin trouvé, je suis Axl, et je ferais tout pour le Dieu Mynkor. »

_________________

--- Mynkor ---
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▬ Contributions à l'histoire : 1017


Galahad Caherval

▬ Contributions à l'histoire : 1017

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: The Darkest Hour [INTRIGUE]   Sam 11 Fév 2012, 12:13

     La compagnie du sorcier avait été tolérable, Galahad n'avait jamais apprécié de devoir voyager avec quelqu'un, c'était trop de contraintes sans compter qu'il était de nature silencieuse et que faire la conversation ne l'intéressait nullement. Heureusement, son compagnon du moment s'était révélé très supportable et le Singulier avait presque fini par oublier sa présence. Le chemin de l'endroit où ils s'étaient rencontrés jusqu'à Dorcha Dúil et plus précisément la Forteresse de Mogaròr, avait été assez long, ils avaient donc « emprunté » des montures pour rendre le voyage moins long et moins compliqué. Pendant toute la durée du voyage, le jeune homme n'avait pas daigné lâcher la moindre bribes d'information au sorcier qui semblait sincèrement intéressé par les Héritiers, d'autres mieux renseignés que lui se chargeraient d'éclairer sa lanterne une fois qu'ils seraient sur place, lui n'avait ni la patience ni l'envie de perdre son temps à bavarder. Il n'échangeait jamais des informations contre du vent et il n'était pas convaincu que ce sorcier avait de quoi payer ce qu'il pourrait entendre. La seule information que le forgeron avait jugé nécessaire de transmettre à son compagnon de voyage, avait été qu'ils étaient donc attendus et qu'ils ne seraient pas les seuls à se rendre à cette petite « réunion », le reste arriverait en temps et en heure. Il fallait être patient dans la vie.

     Ils étaient donc arrivés aux abords de l'endroit où ils devaient se réunir, ne restait plus maintenant qu'un marécage à traverser et silencieusement Galahad se demanda pourquoi est-ce que tout ce qui touchait à l'interdit devait toujours être dans des lieux aussi repoussants. Heureusement pour lui, il n'avait jamais été très délicat et l'idée de patauger dans un marécage boueux et puant ne le troublait pas particulièrement, du moment qu'il y trouvait son compte du moins. Accompagné du sorcier à qui il n'avait toujours pas donné son nom, le Singulier traversa donc rapidement le marécage – enfin rapidement, tout était relatif – évitant de perdre une botte ou quoi que ce soit d'autre en marchant dans un sable mouvant ou autres joyeusetés de ce genre que les lieux semblaient offrir. Galahad tenait les rênes de la monture qu'il avait tout d'abord pensé à laisser vadrouiller à l'entrée du marécage, mais mieux valait éviter de se retrouver sans moyen de quitter les lieux si jamais quoi que ce soit tournait mal. Prudence est mère de sureté et lui n'avait pas de pouvoirs magiques pour le protéger. Lorsqu'ils approchèrent des ruines visibles de loin, le jeune homme entendit son acolyte déclarer qu'ils semblaient avoir trouvé les autres Héritiers, un sourire arrogant se plaqua sur les lèvres du Singulier avec qu'il répondait d'un ton ironique.

     ▬ On ne peut rien te cacher. »

     Ils débouchèrent alors non loin d'une forme d'arbre blanc comme une lune pleine et purent apercevoir plusieurs silhouettes qui attendaient. Visiblement ils étaient les derniers, au moins n'auraient-ils pas attendus pour rien ma foi. Le regard mordoré du forgeron passa rapidement sur les quelques personnes présentes ici, il connaissait quelques-unes – dont Tanith bien évidemment – mais les autres lui étaient totalement inconnues. Ce n'était pas si grave au final, il se contrefichait de savoir s'il y aurait le gratin ou au contraire la fange de Lanriel à ce rendez-vous, seule la raison importait. Le sorcier se présenta et Galahad apprit alors enfin son identité. Considérant qu'il n'avait pas à se présenter puisque la seule personne qui avait une importance ici connaissait son nom, le forgeron resta silencieux et se contenta de soupirer légèrement, chassant d'une pichenette un peu de boue qui s'était collée sur son bras. Pourvu que cela ne dure pas trop longtemps, il pouvait être patient jusqu'à ce que quelque chose arrive, mais lorsqu'il en était à deux doigts, c'était beaucoup plus difficile. Tenant toujours les rênes de sa monture, le forgeron attendit donc que Tanith annonce la couleur.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://song-of-ice-and-fire.forums-rpg.com/
avatar
▬ Contributions à l'histoire : 2037


Tanith Ruane

▬ Contributions à l'histoire : 2037

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: The Darkest Hour [INTRIGUE]   Jeu 16 Fév 2012, 07:55


The Darkest Hour
« et une prophétie, ma dame, qui fait partie intégrante de l’histoire de chacun des domaines. chaque devin, de chaque région, chaque nation a eu la même vision. de quelqu’un qui prendra la lumière pour a jamais faire sombrer le monde dans l’ombre »


Une brume verte, irisée parfois de rose, montait lentement des marais et le paysage prenait soudain des allures fantasmagoriques de pays enchanté. La lune, qui peu à peu grimpait dans le ciel, était elle-même entourée d'un halo mystérieux, étrange et inquiétant. Le silence feutré, quant à lui, semblait annoncer de mauvais présages, comme si des frontières invisibles venaient d'être franchies. Le bruit ouaté des sabots des chevaux mécontents s'enfonçant pattes et naseaux dans l'eau stagnante de Dorcha Dúil avait aussi quelque chose d'insolite, répercutant à l'infini comme des pierres roulantes sur de la terre trop sèche. Un sentiment de peur oppressait la jeune Héritière qui se questionnait silencieusement et, toujours fidèle, Vorlun la guidait spirituellement vers la voie des ténèbres : « ▬ Et que va-t-il ce passé si nous nous étions trompés? Et si ce passage n'en était pas tout à fait un? Après tout, la forteresse s'effondre un peu plus chaque jour...Non mon adorée, nous ne nous sommes pas trompés; j'y ai sentit la peur, j'y ai vu la mort...Ils n'accepteront jamais alors de mener l'expédition, l'or n'est d'aucune valeur lorsque la mort en est l'enjeu... ». Arrivée à ce point dans son raisonnement, ses idées se brouillaient, sa perplexité et son énervement grandissaient, furieuse d'avoir recours à tous ces personnages pour accomplir un sacrifice auquel elle avait toujours été destinée... Se dessinait alors devant elle une image d'abord floue et difforme, puis elle reconnue rapidement la silhouette d'un homme qui s'avançait vers elle. Il fallu tout de même qu'il avance encore de quelques mètres pour lui révéler son identité; le brouillard opaque et la noirceur enveloppante lui avaient, jusque là, dérobés les traits de son visage. Solan, le fastidieux voleur qu'elle avait surpris quelques semaines plutôt dans sa forteresse, s'était montré fidèle à l'appel. Elle n'était, cependant, pas étonné de le retrouver de nouveau en ces lieux; elle leur avait tout de même promis une récompense alléchante pour l'honneur de leur présence... « ▬ Eh bien, quoi? C'est tout ce que ça vous inspire?, lui avait-il demandé une fois parvenu à sa hauteur, Allons, ne soyez pas si émue de me voir. À moi aussi vous m'avez manqué, vous et votre noirceur. Et votre gobeur de rongeur. Et votre bonne humeur. Enfin, vous voyez le tableau ». Affichant un sourire sarcastique comme unique réponse, elle ne jugea pas nécessaire de lui répondre. Son humour ridicule ne l'amusait en rien et il avait déjà beaucoup de chance d'être toujours en vie. « ▬ Bon, eh bien, Votre Noirceur m'a fait demander, je suis làNous attendrons les autres... », avait-elle commencé à articuler d'un ton froid avant de sursauter. Elle avait été plus absorbée - le mot est plutôt mal choisit sachant le peu d'intérêt qu'elle accordait à ce genre de personnage - par cette petite introduction improvisée qu'elle ne l'avait pensé, car elle n'entendit pas l'approche d'un autre voyageur. Madwyn, un sorcier avec qui elle partageait déjà plus d'affinité, s'approchait à son tour. De tous les compagnons qu'elle avait convoqués, il était probablement celui pour lequel elle avait le plus d'estime, voir même en qui elle avait le plus confiance. Il ne lui avait jamais caché son adoration pour Mynkor, la magie noire, les rituels anciens et le pouvoir. Madwyn était sujet à devenir lui-même un héritier, ainsi se faisait-elle un plaisir d'échanger certaines informations plus pertinentes en sa compagnie. Lui répondant d'un sourire tout aussi narquois, la Sorcière des marais s'impatientait pourtant; ils manquaient toujours Azazel et Wilhelm.

[…] Une nouvelle spirale de pensées envahissait de nouveau l'esprit torturée et corrompue de la Sorcière. Elle calculait minutieusement tout ce qu'elle leur dirait, filtrait les informations qu’elle jugeait nécessaires d'aborder et celles qu'elle oublierait de divulguer volontairement. Inutile de leur mentionner l'effroyable sensation qui s'était creusée au fond de son estomac lorsqu'elle avait vu se dessiner ce couloir sans fin dans le noir. Inutile de leur parlé des dangers mortels qu'ils s'apprêtaient à défier. Inutile de leur révéler que cette expédition réveillerait des forces obscurs et dangereuses... Sans importance était le but véritable de cette quête; s'ils désiraient tous touchés ce qu'elle leur avait promis, ils devraient éviter les questions trop gênantes ou embêtantes. Levant un peu plus la tête, ne daignant même pas écouter la discussion de ses voisins, elle observa une masse sombre et impressionnante se dresser entre deux corps brumeux. Fronçant les sourcils pour découper avec plus de précisions l'ombre qui s'approchait, à juger par les muscles et la stature de ce voile menaçant, Tanith put enfin accrocher un nom: Wilhelm, le rôdeur dont la patiente légendaire le rendait attachant. Il serait, sans le savoir – quoi qu'il le découvrirait tôt ou tard – les bras et les muscles du groupe et, au cours du voyage, elle comptait sur son caractère bien trempé pour l'affrontement prochain de créatures méconnues. Toutefois elle paru soudainement se renfrogné derrière un masque mécontent, une femme blonde l'accompagnait. Méfiante, elle n'aimait pas les surprises, elle n'aimait pas les imprévus. Et si cette inconnue se révélait être une espionne? Et si elle était une ennemie? Trop tard pour la congédier, et sa condition ne lui permettrait pas d'utiliser sa magie pour le moment, eh bien tant pis, elle serait des leurs pour ce petit voyage au cœur des ténèbres, malgré le mécontentement de l'Héritière. « ▬ Vous ne deviez pas vous attendre à ma présence, Ma Dame mais j'accompagnais Wilhelm Nystrom quand votre serviteur..., Ce maudit Ryltar, pensa-t-elle au même instant, je devrais songer à lui donner des leçons sur la discrétion, lui a porté le message que vous cherchiez des lames pour une expédition. Je me suis dit que vous ne verriez pas d'inconvénient à ce que je me joigne à vous. Je suis Aeron Pryddeth, mercenaire de mon état ». La toisant d'un regard hostile, Tanith n'ajouta rien et se contenta de hocher la tête. Une lame de plus ne leur ferait pas de mal, mais la Sorcière se promettait d'avoir cette mercenaire à l’œil... Il y avait quelque chose dans son attitude qui ne lui plaisait pas. Un brin arrogant, quelque chose d'insaisissable qu'elle n'appréciait pas. Debout à ses côtés, visiblement mécontents d'être là, Wilhelm grognait, la mâchoire serrée et ne desserrerait probablement plus les dents tout au long du voyage. « ▬ Sommes-nous les derniers arrivés ou attendons-nous encore d’autres personnes? »

Puisque Azazel ne semblait pas déterminer à ce montrer, et comme le brouillard continuait de s’épaissir, Tanith jugea qu'il était préférable de ne pas s'attarder auprès de cette arbre. La route qui les conduirait à Mogaròr n'était pas très longue, mais elle serait ardue pour leurs mollets et leurs jambes qui n'étaient visiblement pas habituées à un sol aussi instable. S'apprêtant à leur indiquer la route, soudainement, des hennissements de chevaux se firent entendre. Bêtement, elle remarqua alors qu'aucun compagnon présent à ses côtés n'avaient de monture. Elle avait pourtant bien entendu des bruits de sabots ouatés quelques moments plus tôt. D'autres inconnus s'approchaient-ils? Des voyageurs perdus peut-être, ou Azazel? Comme elle s'attendait à n'importe quoi, l'idée qu'il puisse s'agir de chevaliers lui effleura l'esprit. Soudainement tendue, elle pinça les lèvres: « ▬ Avez-vous été suivis?! » s'exclama-t-elle en scrutant anxieusement les buissons autour d'eux. Des voix, au loin, montaient dans l'air, mais il lui était impossible de deviner exactement si elles nombreuses ou non. Elles semblaient toutes se confondre dans un même écho tonitruant et pout accentuer son sentiment désemparé, ses voix semblaient l'encercler de toutes part désormais. Des incapables, je me suis entourée d'incapables et de bons à rien. J'aurais dû accomplir cette tâche moi-même, pensait-elle hargneusement, la mâchoire serrée. Oui, elle appréhendait déjà les chevaliers, oui, elle imaginait déjà le pire des scénarios... C'est alors que deux autres silhouettes se détachèrent du brouillard. Grandes, imposantes, Tanith distingua les pattes de quadrupèdes; c'était donc eux les cavaliers qu'elle avait entendu quelques instants auparavant. Aucun chevalier, aucune véritable menace, la Sorcière était soulagée. S'approchant peu à peu du groupe, guidant leurs bêtes à travers les assauts meurtriers de la nature des marais, ils parvinrent finalement à rejoindre le groupe. Se détachant du corps blanc de l'arbre, Tanith observa douteusement les deux cavaliers. Deux hommes, jeune d'apparence. Et s'il s'avérait qu'elle connaissait le nom de l'un d'entre-eux, le second, elle ignorait tout de son histoire. Ryltar aurait-il, de nouveau, été incapable d'en discuter? Qui d'autre avait été informer de cette expédition? Et si ses paroles s'étaient échangés dans une taverne ou dans une auberge, il y avait fort à parier que d'autres risqueraient l'aventure par curiosité, par orgueil. Les singuliers étaient tous les mêmes... Ils n'en étaient que plus méprisables. Accordant ainsi un regard désintéressé à Galahad, elle détourna les yeux vers celui qui s'adressait à eux : « ▬ Je vous ai donc enfin trouvé, je suis Axl, et je ferais tout pour le Dieu Mynkor » Si ses paroles éveillèrent la curiosité, ce fut ses yeux, cependant, qui captèrent son attention. Des yeux aussi dorés que le sien, irradiant de magie, brûlant de pouvoir. Un autre sorcier. Elle découvrait ainsi un autre membre de sa race et, curieuse, mais davantage fascinée par la connaissance magique que pourrait lui apporter cet autre magicien, elle accepta immédiatement que Axl de son nom, soit membre de l'expédition.

S'avançant au centre, elle leva les bras imposant ainsi le silence et l'attention de tous. Il se faisait déjà très tard, le soleil s'était couché depuis longtemps et, maintenant qu'il faisait nuit, elle serait la seule à pouvoir les guider èa travers la brume et les ténèbres. « ▬ Puisque nous sommes désormais tous présents, je vous invite à me suivre. Il nous faut regagner Mogaròr le plus rapidement possible. Suivez-moi, je vous y guiderai », leur avait-elle dit presque trop cérémonieusement, leur tournant le dos. Descendant prudemment la petite colline sur laquelle ils étaient tous perchés, elle couvrit sa tête et ses longs cheveux sales de la capuche sombre de sa cape. Consciente du périple qui les attendait, elle regardait anxieusement le ciel, sans éveillée les soupçons de ses compagnons...

[…]


Ils se tenaient tous devant l'étroite petite entrée du caveaux. Un trou sans fin, si sombre qu'on avait l'impression de faire face à un mûr noir et inquiétant. Un courant d'air froid s'y en échappait ainsi qu'une odeur à la fois fraîche et renfermée. Des morceaux de pierre de tailles différentes jonchaient le sol, s'accumulaient à leur pied. Il paraissait clair que cette ouverture s'était faite au fil d'éboulements. L'évènement du Balrog et les conséquences qui s'en étaient écoulées étaient probablement l'élément dénouent de ses années de catastrophes naturelles. Tanith Ruane devant eux leur faisait face, examinant leurs visages éclairés par la lueur orangé de leurs torches. Elles étaient, d'ailleurs, leurs seules sources de lumière dans cet endroit creux et profond sous terre. Retrouver le chemin jusqu'à se passage, bien qu'elle n'y était allée qu'une seule fois, fut une chose aisée. C'était comme si elle s'était sentie attirée et guidée vers ce petit caveaux, comme si Mynkor lui-même lui avait tenu la main pour l'entraîner jusqu'ici. Aucun doute, il était impatient de faire son grand retour, impatient de déclaré la guerre à Eydis et ses fidèles, impatient de gouverner Lanriel et ses héritiers. Laissant le silence planer au-dessus de leurs têtes quelques instants encore, les yeux de la Sorcière pétillait d'une lueur malicieuse, voir excitée. « ▬ Récemment, j'ai découvert ce passage.J'ai fait mes recherches et, selon les légendes de ce domaine, ce passage secret nous conduirait vers les trésors anciens de l'ancien résident. Une richesse inconcevable, des objets, des coupes, des bijoux sculptés dans l'or et dans l'argent. Aucun trésor n'égale cette richesse, même le Roi de Lanriel ne possède pas autant d'or dans ses coffres royaux, oui, ils auraient tous l'eau en bouche. Et elle ne mentait pas, du moins, il y avait un brin de vérité dans ce qu'elle racontait. Il y aurait bel et bien de l'or et un trésor. Mais il n'appartenait en rien à Vorlun, mais plutôt à Mynkor et ses vestiges de guerre. Au cours de son précédent règne de terreur, il avait pillé de nombreuses villes, plusieurs régions et plusieurs peuples. Il s’était approprié ce butin par l'intermédiaire de ses héritiers et il avait été enterré, toujours selon la légende, avec toute ses richesses. Il y avait plusieurs histoires sur ce qu'était cette richesse, mais le plus intéressant aux yeux de la jeune Sorcière était probablement le tombeau qui y avait été mentionné... le tombeau de Mynkor... Prenant des airs détachés, elle demanda : Mais avant de nous y aventurer, vous n'êtes sans doute pas sans savoir que ce genre de trésor doit être gardé par des dangers multiples, des embuscades dangereuses. On raconte qu'il y aurait des créatures qui, liées à ce trésor, veilleraient sur les richesses de leur maître. Je vous rassure, au cours des derniers siècles, elles se seraient endormies, lassées du peu d'action et plongées dans un sommeil éternel, dans l'attente de voir leur dresseur se réveillé. Par prudence, cependant, bien qu'elles soient assoupies, je vous suggère de les trouver et de les tuer. Il nous sera ensuite plus facile de prendre le trésor sans mauvaises surprises... Vous avez des questions peut-être? »
code CSS et fiche par century sex.
CHRONOLOGIE : Ce rp ce déroule environ 2 ou 3 jours après l'intrigue des héritiers.
Music from Adventures of Merlin
Echo des Plaines RPG


_________________
a villain is just a victim whose story wasn't been told. the pariah who never had the chance to who proves himself to be good and faithful. the victim, the miserable one who never had chance.


Dernière édition par Tanith Ruane le Jeu 19 Avr 2012, 07:43, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▬ Contributions à l'histoire : 2354


Solan Runnarth

▬ Contributions à l'histoire : 2354

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: The Darkest Hour [INTRIGUE]   Lun 20 Fév 2012, 13:53

Solan était arrivé le premier, quelle chance ! Cela lui donnait tout le loisir d'apprécier la charmante compagnie de Tanith, reine des conversations palpitantes, entre autres choses. La réaction froide de la sorcière laissa deviner au voleur qu'il valait mieux qu'il n'en fasse pas trop. Après tout, il s'en était fallu de peu la dernière fois qu'il l'avait rencontré, alors ne pas forcer sa chance semblait être une bonne idée. Néanmoins, cela ne présageait rien de bon pour la suite: ainsi condamné à peser la moindre parole et à surveiller le moindre de ses gestes, il craignait de passer plus de temps à craindre un éventuel saut d'humeur de Sa Noirceur plutôt que d'être totalement concentré sur ce qu'il faisait. Qu'importe, car, en attendant, il fallait ... attendre. Silencieusement. Il fallait attendre " les autres ". Quels autres ? Il se le demandait. Évidemment, il se doutait bien que, au vu de la prétendue importance de la mission que lui avait vantée Rylar, Tanith réunirait sans doute d'autres personnes que lui autour d'elle et, d'ailleurs, cela n'était pas pour lui déplaire: au moins, il ne serait pas le seul à se retrouver coincé avec la sorcière. Après quelles sont les chances qu'ils soient aussi tordus qu'elle, hein ? Aucune. Elle devait être la pire psychopathe de Lanriel et pourtant il en avait vu des dérangés, des fous et autres cinglés: Cathairfal et ses auberges en étaient pleins. Et de tous ceux-là, de tous les assoiffés de sang et d'autres choses, Tanith lui paraissait la pire. Comment pouvait-il en être autrement ? Elle vit dans une forteresse aussi humide qu'en ruine, avec pour seule compagnie un serpent. Fatalement, cela ne la rendait pas assez stable pour qu'elle n'ait pas à s'en prendre à tout ce qui bouge. Fort de cette conviction, Solan attendait ceux qui seraient ses compagnons avec impatience, certaine qu'il était de meilleure compagnie que leur commanditaire. Il fut déçu.

Le premier qui arriva déjà ne lui dit rien qui vaille. Il éveillait le même genre de sensation que Tanith, en moins évident peut-être. En moins étrangement attirant, aussi. Il le considéra un instant, l'air blasé déjà par ses conseils sur la discrétion. Quel genre de type pouvait bien se ficher de la discrétion alors qu'ils étaient perdus au milieu de nulle part ? Un type chiant, sans doute. La seconde personne qui arriva dépita encore plus Solan. Elle sentait le rôdeur à plein nez - au sens figuré plus qu'au sens propre, encore heureux ! Solan ne les aimait pas particulièrement. Pourquoi ? Il n'en savait rien, peut-être pour la simple raison qu'il avait souvent été confondu avec eux lorsqu'il vivait à moitié dans la nature, et que les gens ne réservaient que rarement un bon traitement aux gens de leur espèce. Elle était accompagnée d'un autre rôdeur, grand et musclé. Un super couple, soit dit en passant. Un peu odorant, certes, mais l'odeur des marécages puants qui les entouraient donnait le change. Un peu désabusé, Solan pria Eydis pour qu'ils soient les derniers et pourtant d'autres arrivèrent encore. Un autre type, lui aussi baraqué et chevelu, sembla sortir de nulle part, accompagné d'un autre homme qui semblait moins imposant. Enfin quelqu'un d'à peu près normal, Solan l'espérait. Il déchanta vite: un sorcier, quel joli bouquet final ! Il l'avait reconnu à ses yeux dorés et à son charabia sur Mynkor. Qu'est-ce que c'était que tout ce bordel ? Une foire aux monstres ?! Solan n'en revenait pas de s'être engagé dans un tel bourbier ... Il était peut-être le seul singulier parmi tous ceux-là et ça l'inquiétait, surtout qu'il les imaginait tous aussi fous que Tanith. Il était peut-être encore temps de se tirer d'ici ? Non. C'était l'heure de se mettre en route et, de toute façon, il ne tenait pas à crapahuter seul dans ces marais alors qu'il faisait maintenant nuit noire. Comme les autres, le paria se mit en route aux côtés de Tanith. Il n'avait qu'une chose en tête: qu'est-ce qui l'attendait ?

Ils arrivèrent bientôt devant l'entrée de ce qui semblait être l'entrée d'un souterrain. La forteresse lui avait déjà laissé une très mauvaise impression, sa cave ou ses catacombes ou qu'importe ne lui inspirait rien de bien plus exaltant. L’obscurité que parvenait à peine à combattre la lumière des torches donnait l'impression que tout autour d'eux n'était que ténèbres sans fin. Il n'avait pas peur mais très certainement inquiet. Néanmoins, le discours de Tanith, particulièrement le moment où elle évoqua les richesses supposées que renfermait cet enfer, parvint à le rendre plus confiant, ou au moins plus téméraire, si bien que même l'idée d'avoir à affronter des créatures présentes ici depuis des siècles lui parut presque négligeable, secondaire. Bien sûr, le fait que tout cela ne puisse être rien d'autre qu'une vaste supercherie ne le quitta pas vraiment, mais sa nature optimiste - et profondément cupide - le poussa à croire qu'elle était sincère. Néanmoins, Solan ne manqua de s'interroger:

« - Des créatures qui protègent le trésor de leur maître ? Normal. Cependant, on peut savoir de quel maître on parle ? Non parce que j'en ai entendu un ici mentionner Mynkor alors ... » Il se tourna vers Axl: « - J'ai rien contre vous et votre culte hein, par contre j'ai entendu dire que vous n'étiez pas vraiment du genre sympa. J'en ai même eu plusieurs fois la preuve. Du coup, si on est là pour quelque chose qui a à voir avec la destruction, la violence et tout ça, ça peut-être bien d'en savoir quelque chose, non ? » lâcha-t-il en direction de Tanith. « - Au moins, ça donnerait une idée du genre de danger auquel on doit s'attendre. »

Oui, Solan n'était pas très doué pour la diplomatie, aussi espérait-il qu'il ne se mettrait pas à dos les monst... les valeureuses personnes qui l'accompagnait. Cependant, sa question lui paraissait fondée: après tout, une mission réussie passait avant tout par une connaissance des dangers. Si on ne connaît pas ce qui nous attend, on est surpris. Il ne cherchait qu'à être plus efficace.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▬ Contributions à l'histoire : 1982


Madwyn Dinaflet

▬ Contributions à l'histoire : 1982

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: The Darkest Hour [INTRIGUE]   Mer 22 Fév 2012, 10:36



    Il n’y eut pas longtemps à attendre avant que de nouveaux bruits de pas ne se fassent entendre sur la route et le regard du sorcier glissa sur les nouveaux arrivants. De la brume émergea un géant qu’on aurait dit taillé dans la roche, et qu’il du regarder à deux fois, levant le nez au ciel, et une blondinette flanquée à ses côtés, qui paraissait sûrement moins redoutable qu’elle ne l’était, collée ainsi aux basques du géant. Mais elle attira aussitôt sa suspicion. Non invitée. Très vite il se demanda quels ordres avaient été donnés, et comment. Il croyait s’être embarqué pour une quête importante, mais si le premier quidam venu pouvait s’y joindre quelle farce était-ce ? Renâclant dans son coin, Madwyn rentra sa tête entre ses épaules, se fit tout petit, et accueillit le reste de la troupe avec encore bien moins de bienveillance. Sa dernière épopée en groupe n’avait pas été fameuse, et celle-ci commençait sous de bien moins bons hospices. Tanith elle-même n’était pas au mieux de sa forme et s’il s’était gardé de tout commentaire, il n’en nourrissait pas moins des réserves.

    Et ce fut peut-être parce qu’il s’attendait au pire qu’il ne pu s’empêcher de lever les yeux au ciel quand un blondinet à la langue trop bien pendue fit une arrivée « fracassante ». Cette allégeance si directe au Dieu Mynkor, et cette libre parole au milieu d’un groupe d’inconnus était déplacée. Et puis qu’est-ce que « tout » signifiait pour ce sorcier de premier ordre ? Car oui c’était un détail qui n’avait pas échappé à Madwyn et qui rangea le pauvre homme immédiatement dans la catégorie des détestés. De nouveau il coula un regard à Tanith, qui restait imperturbable malgré l’amoncellement de surprises qui s’enchaînaient. Et il garda le silence. Si elle pouvait l’accepter, alors lui aussi. Son regard tomba alors sur le dernier des compagnons à se joindre aux festivités et cette broussaille de longs cheveux en pagaille et sa nonchalance lui rappelèrent un de ses anciens compagnons qui l’avait bien amusé. Il lui faisait donc meilleur accueil.

    Lorsque la petite troupe se mit en branle il suivit sans discuter, le cœur tellement prit par les événements à venir qu’il n’admira pas le paysage, ni ne prit le temps de s’énerver sur la difficulté de voyager dans ces marécages. La forteresse lui semblait identique à celle qu’il avait quitté il y a quelques temps de cela, et il eut l’étrange impression de revenir « chez lui », ce qui, compte tenu de la déculottée qu’il avait prise par le Balrog était surprenant. Mais il ne défiait jamais son instinct, et il suivit sans broncher jusqu’au cœur de la sombre forteresse.

    En revanche une fois arrivé au point critique il déchanta rapidement et ses joues qui avaient prit de la couleur à cause de la marche dans cet air frais devinrent livide. De l’or ? Des pièces ? De la pacotille ? C’était pour ça que Tanith l’avait sonné ? Un vent de protestation souffla en lui, éteint aussitôt par la réserve émit par le premier voyageur qu’il avait aperçu. Ses craintes avaient beau être différentes, son intervention satisfaisait pleinement la curiosité du sorcier sans qu’il ait besoin d’ouvrir la bouche. Aussi posa-t-il un regard sombre et évocateur sur leur guide.


_________________


We will meet back on this road
Nothing gained, truth be told
But i'm not the enemy
It isn't me... The enemy...
MUMFORD AND SONS - THE ENEMY



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▬ Contributions à l'histoire : 119


Aeron Pryddeth

▬ Contributions à l'histoire : 119

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: The Darkest Hour [INTRIGUE]   Mer 22 Fév 2012, 11:08

Aeron était encore en train de chercher où elle avait bien pu croiser le regard ambré de la Sorcière lorsque le piétinement commun associé à des équidés qui pataugeaient jusqu'aux patûrons dans la boue leur parvint et que leur commanditaire réagit avec violence. Et une once non négligeable de panique. Quoi qu'elle eut pour projet de faire, c'était illégal ou elle-même était recherchée. La vision d'une feuille de parchemin représentant une femme dont le visage ressemblait furieusement à celui de leur employeuse lui traversa l'esprit sans qu'elle put se souvenir quels étaient les torts qu'on lui reprochait. Ceux-ci ne tardèrent pas à faire leur apparition sous la forme d'un autre voyageur et d'une déclaration tempétueuse. Mynkor. Les deux syllabes résonnèrent de funeste manière aux oreilles de la jeune femme blonde. Eut-elle été à des lieux de ce rassemblement qu'elle se serait tournée vers Wilhelm pour lui demander des explications sur le champ. En lieu et place, elle se contenta de jeter à l'auteur de cette annonce un regard vaguement interrogateur avant de lui lancer d'un ton sinistre et ouvertement moqueur. "Peut-être devriez-vous le répéter un peu plus fort, je crois qu'il y a quelqu'un à la capitale qui n'a pas bien entendu." Haussant les épaules, elle rentra un peu plus dans son personnage de mercenaire anxieuse de se faire repérer par les autorités. Anxiété qui n'était pas vraiment feinte, il fallait bien l'avouer. "Les amateurs. Tous les mêmes." Son esprit analysait la situation à toute vitesse. Elle était coincée. Si elle faisait mine de changer d'avis, l'un de ses malades extrémistes d'adorateurs de Mynkor l'abattrait. Le mieux était encore de faire profil bas et de tenter de tirer son épingle du jeu. Si la mission se déroulait correctement, Aeron aurait de quoi se faire payer une petite fortune par les autorités compétentes. Elle éviterait juste de mentionner que Wilhelm se trouvait dans le groupe. Pour les autres peu lui importait... Elle ne les connaissait pas, n'y tenait absolument pas. Si ils trouvaient la mort dans ce marais puant, elle n'y penserait pas plus que ça. Le tout était que leur décès ne pose pas de problème pour l'expédition. N'ajoutant rien, elle emboîta le pas au reste du groupe jusqu'à ce qui ressemblait furieusement à un égout. Autant par son aspect que par l'odeur fétide qui s'en dégageait. La Rôdeuse retint un rire narquois. Cette fois-ci elle avait les pieds dans le purin, aussi bien métaphoriquement que physiquement. En espérant que ça ne se dégrade pas.

Puis la Sorcière prononça le mot magique. Trésors. Deux syllabes qui avaient le pouvoir d'éveiller l'avidité d'Aeron. Pilleuse de tombeaux à ses heures perdues, elle vit soudainement cette escapade maudite sous de bien meilleurs auspices. Piller la forteresse de Vorlun et se payer la tête des adorateurs de Mynkor en prime. En parlant de prime, il devait bien y en avoir une pour service rendu. Il suffisait de sortir de ce trou puant en vie. Un nouveau regard à l'entrée tempéra son optimisme à tous crins. Le spectacle désolant de ce conduit délabré et la mention de pièges associés à des créatures. Rivant un regard mauvais à Wilhelm, elle glissa à son attention d'un ton acide. "Vraiment charmant. Ça a tout de la promenade de santé. Vraiment..." Elle espérait silencieusement que les créatures en question soient endormies ou mieux mortes d'inanition. Mais Vorlun était suffisamment vicieux pour avoir réussi à pondre des horreurs qui n'avaient pas besoin de dormir ou de se nourir. Elle entendit distraitement un des autres mercenaires poser la question qui occupait son propre esprit. Pointant un pouce dans la direction de celui qui avait pris la parole, elle le désigna. "La même." Elle marqua une pause. "La même et quand est-ce qu'on y va?" Elle se doutait qu'il y avait un autre but derrière celui que la sorcière leur avait servi mais baste, si elle pouvait se servir à l'oeil, il n'y avait pas de raison de ne pas jouer le jeu...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▬ Contributions à l'histoire : 742


Wilhelm Nyström

▬ Contributions à l'histoire : 742

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: The Darkest Hour [INTRIGUE]   Sam 25 Fév 2012, 10:34

    Déjà bien ennuyé de faire cette expédition, l’amateurisme de certains eurent tôt fait d’hérisser les cheveux de Wilhelm. Il se doutait bien que certains étaient des serviteurs de Mynkor, mais il y avait surement d’autres mercenaires que lui et Aeron. Des mercenaires qui n’auraient aucun problème à vendre leur peau d’héritiers contre quelques pièces. L’idée lui traversa vaguement l’esprit avant qu’il n’en déduise que c’était trop risqué pour le moment. Le regard suspicieux de sa consœur ne lui échappa pas, et il ne put qu’acquiescer en silence sa remarque. En temps normal, il aurait enfoncé le clou à sa remarque cynique envers le sorcier, mais il n’était pas d’humeur à bavarder. Il espérait juste pour lui que son manque de réflexion ne lui coute pas la vie, mais si c’était le cas, il n’en aurait probablement rien à faire. Il reconnut celui qui l’accompagnait mais ne fit aucun commentaire. C’était d’ailleurs l’un des seuls visages qu’il connaissait dans l’attroupement. Sans desserrer les dents, il accompagna le reste du groupe, jetant quelques regards sur les différents protagonistes présents. Il se demandait bien sur quel genre de groupe il avait pu tomber cette fois-ci. Il n’y avait pas d’autres rôdeurs, pour une mission pareille, ils n’étaient certainement pas des soldats, et aucun n’avait l’air de combattant émérites et expérimentés. Wilhelm commençait à vaguement comprendre la raison pour laquelle Tanith l’avait convié à leur charmante réunion. Il était évident qu’il était le bras armé de l’opération qu’elle avait en tête. Rôle qui ne le dérangeait absolument pas au demeurant. Non ce qui le dérangeait était de bien autre nature, mais si Tanith tenait sa parole, il n’avait pas de soucis à se faire.

    Arrivé devant l’entrée, il n’écouta que brièvement les paroles de la sorcière, bien que l’évocation des monstres lui arracha un bref sourire. Le rôdeur se dit qu’il devrait plutôt voir le bon côté des choses au lieu de s’inquiéter : il y allait avoir des bestioles à affronter et très certainement pas des moindres. Voilà comment on l’appâter : avec des promesses de batailles et de faits d’arme. C’était toujours une condition incontournable pour qu’il accepte les contrats. Il n’était pas rare que ses confrères lui demandent de l’aide pour ce genre de choses par ailleurs. Sa réputation était faite depuis bien longtemps à ce sujet, et il n’avait pas besoin de venir l’enrichir. Surtout pas avec une aussi mauvaise publicité que de travailler avec des adorateurs de Mynkor. Quand Aeron lui siffla quelque chose, c’est sur le même ton cinglant qu’il répliqua.

    « Il me semble pourtant t’avoir prévenu que je n’allais pas à la cueillette aux champignons. A l’avenir, tu réfléchiras à deux fois avant de me suivre. »


    Il avait l’impression d’être un père tapant les doigts de sa gamine turbulente en disant « je t’avais prévenu ! » mais il y avait de fortes chances pour qu’Aeron râle d’autant plus que si la mission s’était révélée être une simple balade sans trésor à la clé. Elle n’avait guère l’air pressée d’affronter des créatures des profondeurs, voilà qui était bien l’inverse de son ami qui porta sa main à la garde de son épée, le feu de l’action reprenant le pas sur le reste. Peut-être que finalement, il trouverait son compte pendant cette mission. Mais il n’arrêterait probablement jamais de maudire Tanith pour autant. Un des types souleva néanmoins un point important, visiblement pas rassuré de la tournure que prenaient les choses. Wilhelm croisa les bras, sachant plus ou moins qu’il était en mission ici pour Mynkor, mais ne connaissant pas vraiment la nature de la mission. La sorcière n’avait rien précisé, mais maintenant, il jugea qu’il était peut-être le temps que tout soit dit, même si il la soupçonnerait toujours d’en dire moins que ce qui en était véritablement. Il le trouvait quand même un peu hâtif de s’être engagé pour une mission sans savoir un traitre mot de ce qui allait se passer.

    « Il est vrai que c’est curieux de risquer sa vie sans savoir ce qui peut bien nous attendre là-dedans. »

    Cela ne signifiait en rien qu’il comptait se retirer si cela ne lui plaisait pas, mais qu’il n’aimait pas vraiment marcher à l’aveuglette. Il jeta un regard aux autres hommes présents, certains étaient trop bavards, mais il y en avait un qui n’avait rien dit depuis le début. Il s’en méfia rapidement jugeant que cela cachait qu’il en savait plus que le reste de la compagnie.

_________________
For all those who would hurt you: I wish I could have taken this blow for you. For all those who hurt you: I wish it had been my blood instead of you.
Let the tide turn, let oceans shift. Wolf-mother, rise avenge my love. Let the new era of vengeance begin. My angel is fallen, my kindness is lost.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▬ Contributions à l'histoire : 231


Axl-Nethun Philoen

▬ Contributions à l'histoire : 231

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: The Darkest Hour [INTRIGUE]   Lun 27 Fév 2012, 06:15

La sorcière de premier ordre tenait une réunion qui semblait vraiment promettre Celle-ci les fit ensuite déplacer pour se retrouver ensuite dans un caveau Comme elle l’avait si bien dit, après ses recherches elle aurait trouvé un tunnel qui les conduirait vers les trésors et la richesse de Mynkor Bien sur, pour arriver à trouver tout cela, ce ne serait sans danger, des monstres, des gardiens seraient donc au rendez vous. Seule la lumière de leur torche faisait de la lumière, et de ce fait il fallait suivre Tanith. Une sorcière d’ailleurs qui plaisait beaucoup physiquement à notre cher sorcier de premier ordre. Axl avait enfin trouvé le groupe qu’il cherchait depuis si longtemps, il était vraiment content. Pour le moment il ne disait rien.
Un jeune homme l’interpella pour lui dire, il était entrain de lui dire que s’il vouait un culte à Mynkor alors il ne devait pas être très sympa. Axl esquissa ensuite un sourire, mais ne dit rien. Ce n’était pas parce que l’on adorait un dieu qu’on était un méchant pour autant. Certes, Axl était un assassin sanguinaire, en quête de réponse, et pour lui la violence était plus simple que la séduction. Pour le moment il n’irait pas jusqu’à tuer les Héritiers.

Honnêtement, le jeune homme n’aurait pas pensé être venu ici juste pour trouver des trésors. Pour Tanith cela avait l’air vraiment important, mais pour lui le plus important était de les avoir tous trouvés. Il y avait tout de même plus d’hommes que de femmes. L’être qu’il avait connu dans sa jeunesse n’y figurait pas hélas, cela aurait pu être une occasion pour s’excuser depuis tout ce temps.. Mais advienne que pourra de toute manière. S’il fallait chasser, tuer, piller, il le ferait. Qui sait ? Il pourrait ramener quelques « babioles ». Pour lui, rien ne lui faisait peur, et ici son lion ne pourrait pas faire bien grand-chose sinon se faire tuer et ce n’était pas le but. Il pouvait se téléporter mais cela n’y ferait rien non plus, il n’était jamais venu encore dans ce lieu. La femme blonde avait l’air d’avoir hâte de pouvoir trouver les trésors, il pouvait parier sur le fait qu’elle était une voleuse à ses heures perdues. Mais dans le fond qui n’avait pas envie de richesse ? Axl observait tout le monde, Tanith était devant, et commença à aller un peu plus loin, il fallait donc se mettre vite en chemin.

« Eh bien, ne nous privons pas et allons y. »

Axl n’avait pas peur, les monstres ils savaient les battre, et sa magie en plus de cela pouvait l’aider. De ce fait il était certain de parvenir au but. En espérant que tout le monde resterait ensuite vivant. En gros, la mission était vivre ou mourir. Si quelques uns de ses compagnons mourraient, il ne serait pas triste pour autant à vrai dire. Mais nous ne savons pas ce que nous réserve la suite de cette aventure. Nous avions l’air tous si pressé de découvrir tout ce qui allait arriver, ce trésor, ces secrets. Tout pourrait nous être partagé.

_________________

--- Mynkor ---
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▬ Contributions à l'histoire : 1017


Galahad Caherval

▬ Contributions à l'histoire : 1017

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: The Darkest Hour [INTRIGUE]   Lun 27 Fév 2012, 12:03

     L'oreille tendue, Galahad écoutait Tanith prendre la parole, mis à part la sorcière et le rôdeur, le fils de forgeron ne connaissait personne, il n'avait donc pas vraiment d'intérêt pour ce qui pouvait sortir de la bouche des autres participants. S'ils étaient là, c'était qu'il y avait une bonne raison dans la logique des choses. Il avait donc lâché les rênes de sa monture qui partit en s'éloignant tranquillement, certainement qu'elle finirait sa journée embourbée dans un sable mouvant où elle mourrait d'épuisement. Passant bon dernier, histoire de laisser aux autres le plaisir d'ouvrir la marche, Galahad se contenta de suivre ses homologues en silence, veillant à ne pas mettre les pieds dans les endroits les plus humides, puis ils arrivèrent sans qu'il ne se soit trop intéressé aux paysage environnant. Les marécages, ça n'avait jamais été son truc. Lorsqu'ils arrivèrent au lieu cité par la sorcière, les yeux du Singulier se posèrent sur le trou sombre qui semblait sans fin, peu engageant de prime abord, mais étrangement si l'antre avait été éclairée de lanternes et aussi accueillante qu'un salon de thé pour damoiselles, Galahad aurait trouvé cela plus louche. Il plissa légèrement le nez lorsqu'une odeur de renfermé arriva à ses narines, décidément c'était le décors parfait pour une telle aventure ! Cela lui rappelait étrangement une récente sortie qu'il avait effectuée à la citée de morts. Le feu des torches se faisait entendre en crépitant doucement, dégageant un halo de lumière qui rendait tout cela plus surréaliste, puis le regard du forgeron se posa sur le visage de Tanith lorsqu'elle reprit la parole pour déclarer qu'elle avait trouvé ce passage très récemment et qu'il abritait des richesses immenses. Une moue indifférente se dessina sur le visage du Singulier, l'or et tout cela, il s'en contrefichait pas mal, tout ce qui l'intéressait c'était le pouvoir. L'argent perdait sa valeur, pas les personnalités réputées.

     Un avertissement arriva alors, promettant de l'animation et des dangers, pas très surprenant, il aurait été totalement stupide de se retrouver dans un lieu qui dissimulait de telles richesses sans que cela ne soit protégé par des créatures à faire frémir. Un léger sourire amusé se dessina sur ses lèvres alors qu'il écoutait les paroles de la sorcière, sa main de glissa machinalement jusqu'à la poignée de son épée qu'il toucha dans un geste rassurant. Des questions ? Il n'en voyait aucune. Enfin si, une seule : pouvaient-ils y aller ? L'un des participant prit la parole pour poser quelques questions qui avaient le mérite d'être logiques, seulement à quoi bon s'attendre à croiser certaines créatures, après tout ils verraient bien une fois qu'ils seraient dedans non ? Puis ce fut le tour de la blonde qui accompagnait visiblement Wilhelm et qui avait l'air d'avoir la langue bien pendue. Elle posa la seule interrogation qui était passée dans l'esprit du Singulier, il se contenta donc de hocher légèrement la tête, plus pour lui-même que pour le reste, puis le rôdeur finalisa les questions en appuyant le premier intervenant. Qu'avaient-ils donc tous à vouloir savoir contre qui ils se battraient ? Le jeune homme soupira légèrement, glissant quelques mots pour la première fois depuis son arrivée ici.

     ▬ Quelle importance ? Si ça t'attaque, c'est que c'est dangereux alors t'essaye de le tuer comme tu peux. Que tu saches que c'est une bestiole qui sait parler en alexandrins ou qui pisse par les oreilles ça ne te changera pas grand-chose... Il regarda Wilhelm, sans raison précise, peut-être parce que c'était le seul qu'il connaissait. A moins que tu n'aimes pas les surprises ? »

     Il aurait pu le comprendre. Lui non plus n'aimait pas les surprises, mais pour le coup, il avait du mal à comprendre ce qui pouvait bien poser problème. Même si Galahad n'était pas du genre à accorder sa confiance au premier venu, il savait que Tanith n'était pas une rigolote et qu'elle avait une bonne raison de les mener ici. Que ce soit pour des richesses ou pour trouver Mynkor en personne, qu'ils doivent combattre des petits poneys ou des Balrogs. Il lui faisait donc pleinement confiance, au pire si lorsqu'ils rentraient, il constatait qu'elle s'était jouée d'eux, le jeune homme aurait tous les droits de ne plus jamais croire ce qu'elle dirait, mais étant donné que jusqu'à ce jour rien ne lui avait donné raison de se méfier, pourquoi le faire ? Tout cela le dépassait, après son intervention certainement aussi inutile qu'horripilante pour les autres, le Singulier haussa les épaules pour porter ses yeux mordorés sur Tanith, attendant impatiemment qu'elle se décide à lancer l'action. Il n'avait pas de patience, surtout lorsque le paysage était aussi laid et la compagnie aussi méfiante. Dommage qu'ils n'aient pas plus d'humour, certains avaient l'air d'avoir bien besoin de rire. La lassitude commençait déjà à poindre le bout de son nez. Dire qu'il avait pensé que ce serait l'occasion d'animer un peu tout cela. Il n'était pas combattant. Il n'était même pas entraîné à se battre et n'avait aucun pouvoir, à se demander ce qu'il pouvait bien avoir à faire là. Galahad n'avait rien de plus à offrir que son assurance et le fait qu'il n'avait pas particulièrement peur de la mort. On ne craignait que ce que l'on connaissait, le forgeron n'avait jamais vu de morts, exceptés quelques malheureux sur les routes. Rien qui ne puisse l'effrayer. Il avait beau être arrogant et vaniteux, pour le coup, le jeune homme ne se sentait pas supérieur aux autres protagonistes, il savait simplement une chose : qu'il était prêt à tout pour atteindre ce qu'il voulait.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://song-of-ice-and-fire.forums-rpg.com/
avatar
▬ Contributions à l'histoire : 7


Mynkor

▬ Contributions à l'histoire : 7

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: The Darkest Hour [INTRIGUE]   Jeu 01 Mar 2012, 06:06

Dans les tréfonds de la terre se glissent des sons, lointains, presque inaudibles. Ils se faufilent dans les couloirs, suintent des interstices, coulent dans les vieilles constructions de pierre… jusqu’à une sépulture ancienne, millénaire, divine. Quelle autre ouïe que celle d’un dieu pourrait entendre, et comprendre, tout ce qui se dit bien au-dessus de son antique prison ? Qui d’autre aurait le pouvoir de la conscience malgré la mort ?

Mynkor s’éveille, s’agite, hume les effluves de pouvoir qui s’infiltrent jusqu’à lui. Il reconnaît celles des Sorciers qui ont pénétré sa demeure carcérale, qui excitent son esprit ensommeillé, affaibli, écrasé. Il y a bien longtemps que toute cette puissance réunie ne l’a plus frappé, même si une centaine d’années n’est rien pour le dieu enseveli. La présence des mages de Vorlun avaient été stimulantes durant toutes les années où ils occupèrent la forteresse mais jamais ils n’avaient su que leur véritable maître sommeillait sous leurs pieds. Ils cherchaient ailleurs et ne firent pas attention à ses appels. A dire vrai, il avait fallu longtemps à Mynkor pour arriver ne serait-ce qu’à prendre conscience de la prison dans laquelle l’avait enfermé sa sœur. Et bien plus encore pour récupérer suffisamment de force mentale pour retrouver cette pleine conscience qui le guidait aujourd’hui…

Ainsi sentait-il son heure approcher… Que ceux qui patientaient à la surface fassent de même et Mynkor parviendrait à mieux les identifier et à les guider. Car lorsqu’ils mettraient un pied dans les souterrains de la forteresse, des forces ancestrales, issues de l’esprit divin et terrible de sa sœur, s’éveilleraient elles-aussi. Dans un but que les aventuriers découvriraient bien assez tôt…

Le silence dans la cavité était profond. Seule la poussière s’élevant ou retombant témoignait du passage de l’air. L’effondrement de la forteresse avait mis à jour des galeries, creusées par la main de l’homme ou par le travail naturel des éléments. Et plus on s’enfonçait dans celles-ci, plus le noir était oppressant et les odeurs de renfermé, de pourriture, prenaient à la gorge. Et loin, loin en dessous, une présence s’éveille…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▬ Contributions à l'histoire : 2037


Tanith Ruane

▬ Contributions à l'histoire : 2037

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: The Darkest Hour [INTRIGUE]   Mer 21 Mar 2012, 07:03


The Darkest Hour
« et une prophétie, ma dame, qui fait partie intégrante de l’histoire de chacun des domaines. chaque devin, de chaque région, chaque nation a eu la même vision. de quelqu’un qui prendra la lumière pour a jamais faire sombrer le monde dans l’ombre »


Tanith n’était pas d’humeur à discuter. Du moins, ça ne valait même pas la peine d’essayer et, tout en retrouvant sa respiration, dos au mur, mains sur les hanches, la Sorcière les surveillait d’un œil presque impatient. Il n’y avait eu aucune délicatesse dans ses manières, dans ses paroles ou dans ses gestes depuis le début de l’expédition et elle manqua cruellement, encore une fois, d’amabilité en poignardant du regard le voleur de pacotille qui venait d’émettre une remarque déplaisante. Comme tentative pour faire de l'humour, ça ne valait pas grand-chose, ça n'était en tout cas pas du niveau des meilleurs ménestrels associées de Lanriel. Toutefois, Tanith décida de laisser passer, bien que l'idée de de lui clouer le bec lui tentait horriblement. De toute façon, la discussion devenait très académique; pour elle, les dés étaient jetés depuis longtemps, elle irait jusqu'au bout de cette mission, quoi qu'il arrive... Tandis qu'il exprimait ses craintes, il fut bientôt rejoint d’autres voyageurs tout aussi méfiants et prévenants que lui, ce qui poussa Tanith à tenir sa langue et à l'écouter un peu plus attentivement. Cette méfiance n’était pas un mal dans leur cas, elle était probablement leur unique façon de survivre dans de pareille situation critique alors que pour d’autres, tels que Madwyn ou Axl, ils étaient naturellement protégés contre certains dangers. Néanmoins, la Sorcière des marais n’aimait pas s’attarder sur des détails qui lui semblaient aussi banales. Il lui tardait déjà de rejoindre le tombeau de Mynkor et ses voyageurs la retardaient horriblement dans ses projets. Comme ils échangeaient tous quelques mots dans un brouhaha à peine compréhensible, Tanith levaune main pour prévenir toute nouvelle question. Une fois leur attention dirigée sur la Sorcière et leur impatience réduite à une tension presque palpable, l’air amusé, la maléfique jeune femme reprit : « ▬ Je n’ai jamais dit que cette expédition serait facile. Pour gagner cet or, il vous faudra travailler un peu! Elle regarda autour d’elle, tordant sa tête par-dessus une épaule, puis au-dessus de l’autre, pour avoir la meilleure vue possible de la place. Depuis qu’elle avait trouvé ce passage secret taillé dans la pierre, le décor c’était peu à peu changé, comme si une force invisible s’amusait à reconstruire les décombres tels qu’il lui plaisait. Autrefois sombre et sinistre, l’espace remplit d’hommes et de femmes chargeait l’air d’une électricité de tension et d’appréhension. Un désert dénué de vie où même la flamme la plus chaude n’aurait rien changé se dessinait derrière son dos. Elle pouvait sentir la chaire de poule lui gruger les dos et recouvrir sa peau… Pour être honnête, reprit-elle, je ne sais rien sur les dangers qui nous attendent, sauf ce que j’ai pu en lire dans les manuscrits datés de l’époque de la Grande Guerre. Ils faisaient mentions d’horribles bêtes terrées dans les sous-terrains de la forteresse de Morgaròr. On ne les a jamais décrites correctement, mais la peur qu’elles inspiraient chez les écrivains que j’ai pu lire me laisse croire qu’elles étaient terrifiantes… Ignorant délibérément la mention de Mynkor de la bouche de Solan, elle poursuivit : Je croyais qu’on en avait fini avec elles, que les rares qui avaient survécu à la Grande Guerre avaient été terrassées depuis longtemps… Elle s’arrêta un bref instant, se remémorant les écritures qu’elle avait lu sur le sujet. Aux dires de tous, cette bataille avait été une entreprise brutale et sanglante, et, même si Tanith avait une certaine affinité avec ces animaux dignes de l’enfer, elle se réjouissait de ne pas avoir participé à leur extermination. Mais après quelques recherches que j’ai moi-même entreprit, de toute évidence, ce n’est pas le cas… concluant-elle finalement d'un haussement de sourcil ».

La jeune femme jeune femme n’était nullement impressionnée par le défi de cette aventure, pas plus qu’elle ne l’était par le danger potentiel de ces créatures. Et, comme si cette prise de conscience en donnait le signal, l'espace autour d'elle devint lourd et étouffant, oppressant comme l'atmosphère peut l'être quand elle annonce un orage. Il régnait désormais une âpre odeur de brûlé, qui laissait un goût de métal au fond de la langue, le signe annonciateur d'un éclair. Sa bouche était sèche, mais lécher ses lèvres ne la soulageait en rien. Sa langue était aussi rêche que du papier de verre. Bientôt, l'odeur lui donna des haut-le-cœur. Elle ne lui trouvait aucun qualificatif sauf celui d'ignoble. Elle avait vécu toute sa jeunesse à Mogaròr, elle connaissait les odeurs nauséabondes de la nature. Elle avait connu la mort, bien qu'à contrecœur, elle connaissait l'odeur de la chair des cadavres en putréfaction... Tanith avait vu le visage du Mal Ultime de ce monde, mais il n'y avait nulle comparaison, cette odeur était bien pire. Tanith tenta de respirer par la bouche, mais en vain; la puanteur se lovait autour d'elle comme une maîtresse, se pressant contre chaque partie de son corps, pénétrant ses vêtements comme l'eau imbibe une éponge et ça ne faisait qu'empirer, à croire que son nez ne pourrait jamais s'accoutumer à cette nouvelle odeur. Plaquant l'une de ses mains sur son nez et sa bouche, la Sorcière des marais se demanda un instant si elle n'était pas la seule à souffrir de cette odeur. Lorsqu'elle fut rapidement imitée par nombre de ses compagnons, elle comprit qu'elle n'imaginait rien et que l'expédition se concrétisait. Levant alors une main afin de chasser toute confusion dans l'assemblée, son instinct d'héritière l'incitait à bouger. « ▬ Allons-y, mais tâchez de ne pas vous perdre ».

Citation :
Un long frisson alors parcours l'assemblée. Horriblement silencieuse, la salle s'immobilise. Ils leur semblent entendre des bruits au fond des ténèbres. La densité opaque de la poussière leur empêche cependant d'apercevoir quelconque forme de vie. Les flammes de leurs torches dansent sur la bourrasque d'un vent imaginaire, quelque chose s'est alors éveillée. Et telle une immense machine humaine, ils s'aventurèrent tous dans les confins des ténèbres.

code CSS et fiche par century sex.
Music from Adventures of Merlin
Echo des Plaines RPG

_________________
a villain is just a victim whose story wasn't been told. the pariah who never had the chance to who proves himself to be good and faithful. the victim, the miserable one who never had chance.


Dernière édition par Tanith Ruane le Jeu 19 Avr 2012, 07:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▬ Contributions à l'histoire : 7


Mynkor

▬ Contributions à l'histoire : 7

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: The Darkest Hour [INTRIGUE]   Jeu 22 Mar 2012, 07:19

Si Mynkor avait eu un corps physique, il serait présentement en train de s’agiter, comme un enfant devant une alléchante pâtisserie. Il le sentait, ses visiteurs avaient commencé à pénétrer dans son antre. Petit à petit, il arriverait à les distinguer, à les étudier. Pour le moment, ils ne restaient qu’un son lointain, une image floue. Mais l’esprit du dieu était prêt à les accueillir.

Tandis que les aventuriers s’engagent dans les galeries oubliées, la lumière de leur torche leur fait apparaître des cavités pleines de poussière. S’ils étaient venus plus tôt, peut-être auraient-ils remarqué des restes de squelettes, désormais disparus, envolés. Mais leurs yeux s’intéressent bien plus au chemin qui s’ouvre à eux, aux boyaux qui s’ouvrent de tous côtés, mais dont la plupart ne sont qu’impasses et éboulements. Il semble qu’il n’y ait qu’un seul chemin… pour le moment.

En tous cas, il ne semble y avoir aucune vie. Bonne ou mauvaise chose ? Qui pourrait le dire. La noirceur est partout, silencieuse, probablement mortelle. Pour autant, les aventuriers ne sont pas encore enfoncés très profondément dans les souterrains. Mais ils le seront bientôt car, devant eux, s’ouvre soudain une sorte de caverne, un peu plus haute que le couloir qu’ils suivaient. Dans cette antichambre en forme de cercle, plusieurs couloirs s’ouvrent, certains de la taille d’enfants, d’autres très étroits et un dernier plus grand.

De la poussière s’élève des pas des aventuriers. Le feu illumine et réchauffe la salle ronde. Et soudain, alors que toute vie semblait improbable, ce qui semble être des insectes découlent d’un des plus étroits boyaux, s’éparpillant à qui mieux-mieux. Les regards acérés corrigeront : ce ne sont pas des insectes, mais des araignées. Des petites choses que l’on écrase du talon de la botte, si l’on n’a pas trop peur pour le faire… Et si ce n’est pas le cas, alors il faudra songer à y faire face car, si la colonne d’arachnides finit par se tarir, un raclement étrange parvient de la plus grosse entrée. Et la lumière des torches fait soudain briller des dizaines de petites billes tandis qu’une masse monstrueuse se déverse dans l’antichambre…


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▬ Contributions à l'histoire : 2354


Solan Runnarth

▬ Contributions à l'histoire : 2354

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: The Darkest Hour [INTRIGUE]   Lun 26 Mar 2012, 03:22

Solan ne fut pas mécontent de voir qu'il n'était pas le seul à s'inquiéter de ce qu'ils trouveraient un peu plus loin, après avoir pénétré dans ce tunnel qui lui paraissait sans fin. Après tout, peut-être qu'ils n'étaient pas tous aussi psychopathiques que ne l'était Tanith ? Le paria en doutait, mais se contenta de pousser plus la réflexion, trop occupé à écouter ce que la Sorcière pouvait bien avoir à répondre à leurs inquiétudes , et ce qu'il entendit ne le faisait pas vraiment trépigner de joie au contraire. En effet, il semblait que cette folle qui leur servait de commanditaire n'en savait pas, au final, bien plus qu'eux sur la raison de leur venue ici. Ce n'était pas une perspective réjouissante, loin de là, car Solan avait passé assez de temps dans les tavernes de Cathairfal pour avoir une vague idée des horreurs qui peuplaient Lanriel et plus particulièrement ses sous-sols. Là, bien qu'il s'agissait de bêtes prétendues mortes depuis plusieurs décennies, le mercenaire craignait pourtant qu'elles se révèlent tout ce qu'il y avait de plus vivant. Après tout et bien qu'il ne sente par particulièrement concerné par le culte d'Eydis et de toutes les légendes qui le composent, Solan n'était pas complètement réfractaire à l'idée que certaines histoires qui circulaient dans le Royaume puissent être vraies. Ainsi, il se méfiait grandement de ce qu'il risquait de trouver en suivant ceux qu'il devinait, une partie du moins, comme des fanatiques de Mynkor ou qu'importe quelle autre entité maléfique revenue du passé. Néanmoins, sa curiosité était maintenant rassasiée et, quand bien même ce n'eut pas été le cas, il comprenait que Tanith n'était dans la capacité de leur en dire davantage. Alors, il préféra ne rien dire cette fois, conscient d'ailleurs que cela agaçait grandement la Sorcière, et emboîta le pas à cette dernière quand une odeur nauséabonde, absolument répugnante parvint jusqu'à eux. Qu'est-ce que c'était ? Il n'en savait rien, mais il fut presque heureux d'avancer maintenant.

Il déchanta vite. Tout autour d'eux n'étaient qu'obscurité, humidité, puanteur. Seules les lumières flamboyantes de leurs torches parvenaient à faire qu'ils n'avançaient pas totalement à l'aveugle. Solan progressait juste derrière Tanith qui ouvrait la marche et, tout en restant sur ses gardes, le jeune homme songea qu'il pourrait bien y avoir un monstre sanguinaire à deux pas devant eux qu'ils ne s'en rendraient même pas compte avec toute cette pénombre. Néanmoins, il tâcha d'écarter du mieux qu'il put cette idée anxiogène pour mieux se focaliser sur ce qui les entourait. Ils progressaient alors sans un bruit, personne n'osant plus troubler la pesante atmosphère qui les écrasait tout à fait. Avaient-ils peur ? Solan ne se risqua pas à se prononcer pour le reste de ses compagnons, par contre il était certain que cette boule, ce nœud qui lui nouait l'estomac n'était pas totalement insignifiant ... Était-il le seul à ressentir ce semblant de présence qui l'oppressait alors ? En tout cas, il ne pouvait s'empêcher de ressentir comme un puissant dégoût, et cette sensation ne faisait que se faire de plus en plus pesante à mesure qu'ils progressaient dans le corridor jonché de toiles d'araignées et de moisissures.

Puis enfin, après plusieurs minutes de marche silencieuse, le tunnel se termina enfin. L'endroit dans lequel ils pénétrèrent n'était guère plus plaisant: une salle plus grande, certes, mais elle n'en est pas moins sombre, moins humide ou moins puante. À cette profondeur, il n'y avait pas beaucoup d'oxygène et le peu qu'il y avait était littéralement saturé par la poussière qui s'élevait en nuages dès que l'un des membres du groupe faisait un pas. Solan songea à ce qu'allait être la suite de leur périple maintenant que s'offraient à eux plusieurs chemins possibles: l'idée d'avoir à évoluer séparément lui caressa l'esprit comme un souffle d'effroi. Pourtant, il n'eut pas le loisir de laisser son imagination développer cette éventualité plus longtemps, car, s'il crut d'abord qu'il était simplement en train d'halluciner, il fut bien vite rassuré sur la véracité des informations que ses yeux lui transmettaient lorsqu'il comprit qu'il n'était pas le seul voir ce qu'il voyait: une large colonne d'araignées de petite taille qui se déversaient dans la salle. Les torches des aventuriers se mirent à virevolter dans la pénombre à mesure que la vague arachnéenne se rapprochait d'eux. Déjà les premières étaient à portée de bottes et Solan faisait du mieux qu'il peut pour empêcher les bestioles de lui monter sur la jambe, mais cela ne serait bientôt plus possible tant la masse grouillante semblait fondre sur eux rapidement. Et pourtant, c'était peut-être bien le dernier de leurs soucis ! Entièrement focalisé sur les petites bêtes qui approchaient, Solan aurait pu ne pas remarquer l'immondice qui venait d'apparaître au fond de la salle. Une araignée géante, monstrueuse, une véritable immondice dont la simple vue glaça le sang du paria. Interdit de toute réaction d'abord, il se ressaisit bien vite quand il sentit les insectes qui lui grimpaient sur les jambes. Tout en essayant de se débarrasser de ses assaillantes, Solan lâcha:

« - Que quelqu'un crame ou noie ces trucs ! Balancez-leur n'importe quoi ! » dit-il à l'attention de ceux qu'il savait être des sorciers, l'air plus pressé par la situation que vraiment paniqué.

Sa torche dans une main, l'épée dans l'autre, Solan lui se sentait bien impuissante face à la vague qui leur déferlait dessus. Il n'avait qu'une vague idée de l'étendue des pouvoirs de ceux qui l'accompagnaient, tout comme il n'avait qu'une vague idée de ce qu'impliquait la maîtrise de la Sorcellerie en général, si bien que son imagination n'avait jamais été alimentée que par quelques récits ou fables glanés ici et là à leurs sujets. Il savait que certains Sorciers très puissants pouvaient faire bruler des forêts entières tandis que d'autres étaient à même de noyer tout un village sous les flots. Enfin ... peut-être avait-il été trop crédule, ou trop ivre, quand on lui avait fait part de ces histoires lors de ces soirées passées dans les tavernes de Cathairfal ? À ce moment pourtant, il espérait de tout son cœur que ce ne fut pas le cas et que l'un d'eux pourrait les sortir de ce pétrin: il était inconcevable de tuer les araignées une par une, de toute façon. De plus, un autre problème s'agitait maintenant à l'horizon. Presque rendue informe par l'obscurité qui se mélangeait à sa pigmentation, ce qu'il devinait comme un gigantesque arachnide s'agitait maintenant au fond de la salle. Tout en continuant de se défaire des modèles réduits qui tentaient toujours de lui grimper dessus, Solan se souvint de cette fois où, quand il vivait parmi ce groupe d'enfants des rues qui lui avaient tout appris, ils étaient parvenus à s'en prendre à une caravane sous bonne protection pourtant. L'analogie était étrange, mais pourtant pas dénuée d'intérêt dans leur situation: à l'époque, la mobilité et une bonne diversion avaient été les clés de leur succès, et le voleur était persuadé que ce serait aussi le cas maintenant.

« - Peut-être que si quelqu'un parvient à attirer son attention, d'autres pourront se déplacer sur ses flancs et l'immobiliser. En lui coupant les pattes peut-être ? »demanda-t-il tout à fait sérieusement, ayant perdu toute trace d'ironie dans sa voix.

Après tout, cela ne devait pas être bien plus compliqué que démembrer un insecte de taille normale, pas vrai ? En tout cas, il lui semblait que son plan n'était pas trop mauvais. Néanmoins, il était évident qu'il préférerait qu'un de ses douteux partenaires ne balance une gigantesque boule de feu qui carboniserait tout sur leurs passages, pourtant il se doutait que cela ne pourrait pas s'avérer aussi simple. En attendant, il imaginait que le gigantisme de cette bête devait l'empêcher d'être particulièrement mobile, ce qui leur permettrait de réussir s'ils agissaient avec vivacité. Solan attendait une réaction, qu'elle soit de Tanith ou quelqu'un d'autre. Lui était prêt à agir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▬ Contributions à l'histoire : 1982


Madwyn Dinaflet

▬ Contributions à l'histoire : 1982

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: The Darkest Hour [INTRIGUE]   Mer 28 Mar 2012, 08:43



    Tanith les maintenaient-ils dans le flou pour une bonne raison ? Madwyn l’ignorait et à être franc ces discussions commençaient à user une patience plus que limitée. Parfois il était facile d’endosser le rôle d’un gamin souriant et charmeur et d’autres jours cette coquille était trop lourde à porter pour lui. Avec ces compagnons là de voyage il n’avait pas besoin de faire de ronds de jambe excessifs mais il fallait tout de même garder une certaine cohésion dans le groupe et cela lui semblait presque impossible. Hochant le menton face aux explications données, il se contenta de caler son sac contre son dos et de vérifier la présence de sa dague à sa ceinture avant de suivre les pas des voyageurs qui s’engouffraient dans le boyau sombre face à eux. L’atmosphère devint tout de suite pesante et l’air semblant lourd, presque palpable. A cela un ajoutait une odeur qui soulevait d’abord le cœur puis semblait vous absorber entièrement. Plus forte même que celle d’un corps en pleine décomposition, elle semblait avoir été rejetée par les entrailles d’un enfer abominable. Madwyn n’avait jamais rien connu de pareil, et pourtant il n’était pas habitué à batifoler dans des palais. L’odeur avait même quelque chose de surnaturel. Prenant le foulard qu’il avait autour du coup, il ne noua sur son visage, pour garder ses mains libres mais se prémunir un peu de l’ambiance nauséabonde de la forteresse. Visiblement l’endroit n’avait pas fini d’impressionner les voyageurs. Il se rappela succinctement du Balrog, et de cette crainte qui l’avait assaillit alors que la bête semblait prête à tous les exterminer. Il avait confiance en son don mais savait que parfois, ses propres limites étaient bien trop vite atteintes. Avançant toujours dans les dédales obscurs, il eut l’impression qu’une présence venait l’effleure, mais préféra l’attribuer à l’atmosphère trouble de l’endroit. Par intermittence, sa torche éclairait le visage tendu de ses compagnons. Au moins il ne semblait pas être le seul à souffrir de l’endroit.

    Débouchant dans une cavité plus grande, il eut l’impression que les choses s’allégeaient et il eut l’envie de respirer une grande goulée d’air, même vicié, tant il se sentit soulagé sur l’instant. Il n’était jamais rassurant de voyager dans des endroits confinés et dans les couloirs qu’ils venaient de traverser il aurait été plus facile de venir à bout de leur petite troupe. Alors qu’ici ils pouvaient faire front ensemble. Encore que, la plupart sauverait sûrement plutôt le cuir de ses fesses plutôt que se risquer à une action trop héroïque. Le courage ne venait pas forcément où on l’attendait, songea-t-il, en ayant une pensée pour un fauconnier un brin trouillard. Mais pas le temps de s’y attarder, une marée se déversa à leurs pieds et il découvrit avec surprise que la vague noire qui avançait vers eux étaient composée de milliers, voir de centaines de milliers de minuscules araignées. Sentant crépiter son pouvoir à la surface de sa peau, il se retrouva rapidement flottant à quelques centimètres du sol pour échapper aux mandibules curieuses des arachnées. Il ne pouvait cependant pas faire de même avec ses compagnons de route. Le gigantesque rôdeur à lui tout seul aurait demandé presque l’ensemble de sa force. On ne soulevait pas d’un doigt un morceau comme ça. Mais ce n’était pas le pire. Les poils sur tout son corps se redressèrent lorsqu’il vit apparaître l’ombre inquiétante de la maman de toutes ces petites chéries. Pour un peu il aurait préféré un Balrog. Invectivé par Solan, il eut une moue agacée à son encontre. Il en concevait une certaine amertume, mais parfois la magie ne réglait pas tout. Tanith aurait sans doute put faire quelques chose.

    *En temps normal…* Il eut un regard pour la sorcière de premier ordre, elle n’était pas au meilleur de sa forme. Inutile était un bien grand mot, mais tout de même, elle ne pouvait mobiliser l’ensemble de ses capacités. La voix de Solan retentit à nouveau à ses oreilles et il serra les dents. Il venait de lui donner une idée. Laissant son don prendre le pas sur lui, il tourna vers l’homme un regard doré et pointa un doigt en direction de son épée –lui n’avait qu’une minuscule dague- il banda toute son énergie dans ce geste, et ce fut comme si un bras invisible avait saisit l’épée de Solan, pour la projeter sur la masse poilue de la bestiole et trancher dans le vif. Revenant aux mains de son propriétaire, l’arme avait touché son but. Oui mais à quel point ?

Citation :

Le coup d’épée a-t-il été efficace ?
Oui : Et une patte en moins pour la reine des poilus. Par contre ça a pas mal énervé la troupe et les bébés se mettent à piquer et s’infiltrer partout.
Non : L’énorme araignée est bien blessée, et enragée. Elle se précipite sur les intrus. A vos armes.

_________________


We will meet back on this road
Nothing gained, truth be told
But i'm not the enemy
It isn't me... The enemy...
MUMFORD AND SONS - THE ENEMY



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▬ Contributions à l'histoire : 450


Eydis

▬ Contributions à l'histoire : 450

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: The Darkest Hour [INTRIGUE]   Mer 28 Mar 2012, 08:43

Le membre 'Madwyn Dinaflet' a effectué l'action suivante : Le Jugement d\'Eydis

'Le verdict' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▬ Contributions à l'histoire : 119


Aeron Pryddeth

▬ Contributions à l'histoire : 119

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: The Darkest Hour [INTRIGUE]   Ven 30 Mar 2012, 07:09

Campée sur ses deux pieds, Aeron considérait la réponse de Tanith avec une impression mitigée. En résumé la sorcière venait d'admettre publiquement qu'elle ignorait totalement ce qu'ils risquaient de trouver sous la surface répugnante de ces maudits marais. Malgré ses recherches, elle n'avait trouvé que des mentions effrayées des horreurs qui traînaient éventuellement leurs carcasses dans les boyaux de la terre qu'ils s'apprêtaient à explorer. Plus la journée avançait et plus cette affaire paraissait non seulement glauque mais également périlleuse. La promesse d'un monceau de pièces d'or valait-elle qu'elle risque sa vie de manière aussi irréfléchie ? Elle jeta un nouveau regard peu convaincu à l'ouverture qui baillait dans la paroi rocheuse puis se résigna. Elle avait exploré des endroits bien plus malsains seule... Les demeures des Voies Oubliées, les tombeaux des Cités des Morts. Sa répulsion à l'égard de cet endroit n'était que le contrecoup des légendes de la Grande Guerre et les prédateurs qui hantaient ces lieux ne pouvaient pas être bien différents de tous ceux qu'on trouvait dans les profondeurs souterraines de Lanriel. Aeron se savait pouvoir les affronter seule sans trop de mal bien que le souvenir d'une Arachne gigantesque vint hanter son esprit. Elle se trouvait au sein d'un groupe capable d'affronter des situations périlleuses. Aussi prit-elle la décision de ne pas tourner casaque sans une bonne raison avant de s'engager à la suite du trio de tête...

Comme de bien entendu, ils se retrouvèrent dans l'obligation de progresser dans un goulet étroit, gluant et puant. Évitant autant que possible de frôler les parois, la jeune femme avançait d'un pas prudent, tous ses sens en alerte. Ici le courant d'air semblait murmurer des propos impies et d'antiques formules et le moindre bruit prenait des allures de danger imminent. Les torches elles-mêmes semblaient manquer d'oxygène, n'émettant qu'une lumière chiche, étouffée presque, qui projetait des ombres fantastiques sur les parois humides. Elle pressentit que les choses allaient encore se compliquer. Les combats de couloirs étaient toujours un moment désagréable. Mais les grandes salles prenaient des airs d'arène où se jouait vie et mort. Aussi ne fut-elle ni surprise ni effrayée quand elle vit déferler vers eux un véritable torrent d'arachnides. Elle ne s'y attendait même que trop. Depuis sa dernière renconte avec une représentante de l'espèce à qui son environnement avait particulièrement profité, la jeune femme ne laissait rien au hasard. Elle portait en permanence sur elle une certaine quantité de liquide répulsif acheté à Ysash. La mixture sentait comme toute une batterie de charogne mais elle était efficace. Malheureusement pour ses compagnons d'infortune, elle ne disposait pas de suffisamment de produits pour se permettre d'être généreuse. Chassant les premiers octopodes qui avaient entrepris l'escalade de sa botte, elle se saisit du récipient avant de s'en asperger des pieds à la tête. Désormais les araignées de taille réduite l'éviteraient et elle pourrait se rendre utile. La chose n'avait aucun effet sur les gros gabarits comme le monstre mutilé qui s'agitait un peu plus loin mais elle ne se tordrait pas de douleur sous l'effet des piqûres des plus petites. Elle serait donc disponible pour partir à l'assaut de la créature qui occupait maintenant une bonne partie de l'horizon visible. Dégainant son épée, elle se faufila entre le sorcier qui avait porté son premier coup au monstre, le propriétaire de la lame qui l'avait blessée et leur patronne pour partir à l'assaut. Écrasant sans s'en soucier les créatures qui grouillaient à ses pieds, Aeron fila vers la monstruosité blessée. Dérapant sur le sol rendu glissant par l'ichor répugnant qui le maculait, elle garda dans bien que mal son équilibre. Profitant de la désorientation de l'Arachne provoquée par la perte d'une de ses pattes, elle se rapprocha suffisamment pour lui asséner un nouveau coup en espérant pouvoir trancher un autre de ses membres de cauchemars qui s'agitaient convulsivement. Elle leva son épée et l'abattit dans le même mouvement souple, espérant que rien ne viendrait perturber ses plans.

Citation :
OUI – Aeron tranche sans faillir une nouvelle patte à l'Arachne.
NON – L'Arachne se reprend avant d'être touchée et décoche à la jeune femme un coup vicieux qui l'envoie dans le décor

La douleur de la mutilation n'avait pas suffisamment aveuglé son adversaire pour que ce dernier ne se soit pas rendu compte de sa présence. La jeune femme croyait avoir atteint son but lorsque le coup atteint son plexus solaire. La douleur explosa dans son abdomen, se réverbérant sous ses paupières alors que son corps décrivait une arabesque gracieuse en traversant la salle. Elle n'eut même pas le temps de se préparer à l'impact car elle atterrit bien plus tôt que ce qu'elle avait imaginé. Le sol couvert de la progéniture chitineuse de l'Arachne n'amortit en rien la brutalité de la chute et la Rôdeuse sentit sous son dos craquer les corps gonflés de l'ignoble masse vivante qui couvrait la pierre. Elle espéra un moment ne s'être rien cassé n'osant se relever trop brutalement. Dégageant les êtres vivants ou morts à diverses stades de démembrement de son propre corps, elle vérifia qu'elle n'avait rien de cassé.

Citation :
OUI – L'attaque du monstre lui a brisé une côte. La jeune femme peut continuer l'aventure mais elle risque de ne pas être d'une grande assistance dans le combat à venir.
NON – A part quelques bleu et un bon vol plané tout va bien.

La douleur fusa là où la patte velue de l'Arachne l'avait heurté, provoquant un grincement de souffrance de sa part. Combattre avec son épée dans ses conditions était tout bonnement exclu. Elle allait devoir bricoler un cataplasme de fortune en plein combat puis tenter sa chance à l'arc. En espérant ne pas planter une flèche dans un de ses compagnons. Elle réalisa qu'il était déraisonnable de sortir une telle arme dans un espace aussi réduit. Elle devrait rester à bonne distance du monstre et l'occuper. Attrapant une des pierres qui jonchaient le champ de bataille, elle la jeta dans la direction de leur ennemi avant de se mettre à brailler pour attirer son attention. "Hé par ici grosse poilue! Je ne suis pas encore morte!" Continuant à la bombarder de projectiles minéraux qu'elle trouvait à ses pieds n'hésitant pas à y ajouter les cadavres de ses enfants, la jeune femme continua de distraire la bête en espérant laisser assez de temps au reste du groupe pour trouver une solution à ce péril mortel.

_________________


Dernière édition par Aeron Pryddeth le Ven 30 Mar 2012, 07:36, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▬ Contributions à l'histoire : 450


Eydis

▬ Contributions à l'histoire : 450

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: The Darkest Hour [INTRIGUE]   Ven 30 Mar 2012, 07:09

Le membre 'Aeron Pryddeth' a effectué l'action suivante : Le Jugement d\'Eydis

'Le verdict' :


Le membre 'Aeron Pryddeth' a effectué l'action suivante : Le Jugement d\'Eydis

'Le verdict' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▬ Contributions à l'histoire : 742


Wilhelm Nyström

▬ Contributions à l'histoire : 742

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: The Darkest Hour [INTRIGUE]   Mer 04 Avr 2012, 16:39

    C’était connu de tout le monde que Wilhelm n’aimait pas vraiment les dialogues et avaient tendance à préférer l’action aux discours pragmatiques et relativement inutiles à son humble avis. Et là, tout de suite, la troupe avait nettement tendance à réduire grandement sa patience. Et Eydis savait que le rôdeur n’en possédait guère, pour ne pas dire qu’il en était totalement dépourvu et que l’envie d’étriper tout le monde commençait lentement mais surement à faire son chemin. Il accueillit sobrement la proposition d’entrée dans les profondeurs. Fixant le trou béant et sans lumière par lequel la troupe était sensée passée. Nullement impressionné, il suivit les autres, mais l’odeur nauséabonde qui lui prit violemment le nez lui arracha une grimace mécontente. Son instinct n’y trompait pas, il savait qu’il y avait des bestioles étranges qui grouillaient dans cet endroit. Ce n’était pas une odeur de renfermé, mais plutôt du limon et de la putréfaction. Assez d’élément pour que le rôdeur commence à comprendre où il était. Et assez pour qu’il sente à nouveau l’adrénaline du combat couler dans ses veines de guerriers. Il avait jeté un coup d’œil à ses compagnons d’infortunes, et avait conclu qu’ils n’étaient guère nombreux à être des fines lames. Bien que les yeux dorés de certains trahissent une puissance magique qui serraient on-ne-peut-plus utile sur place. Le rôdeur avait toujours cette méfiance naturelle envers ceux qui étaient doués de magie, mais néanmoins, dans une situation pareille, il fallait compter sur les capacités de tout le monde. Et bien que toujours sûr de lui et de ses capacités, il n’était jamais certain de s’en sortir vivant de se genre de mauvais traquenard. Maligne Tanith. Comment a-t-elle put réunir autant de personne dans ce coupe gorge, sans qu’ils ne posent plus de questions en prime ? Et puis Wil se souvint de la raison pour laquelle il était ici, et tout sembla soudainement plus clair.

    Le premier problème était que dans une cave aussi étroite, son faucon ne pouvait guère jouer les éclaireurs en avançant le premier. L’espace était bien trop réduit. Aussi bien, il dut se rendre à l’évidence qu’il allait devoir le laisser dehors, en espérant que ce ne soit pas handicapant pour sa troupe. La plupart des protagonistes avaient l’air sûr d’eux et si la plupart semblaient septiques, aucun n’avait l’air particulièrement effrayé de marcher à l’aveuglette. Tant mieux, ce n’était ni le moment ni l’endroit pour faire preuve de lâcheté. Le rôdeur supportait bien des défauts, mais la couardise était ce qui lui donnait le plus envie de trancher la tête de son prochain. Aussi bien, il avança à son tour dans ce passage sombre, non sans avoir tout d’abord dégainé son épée, et tenant une torche de sa main libre.

    L’odeur devenait de plus en plus forte au fur et à mesure qu’ils avançaient à tâtons dans le tunnel, mais bizarrement, elle en devenait supportable. Le rôdeur tâcha de se concentrer sur les sons qu’il pouvait entendre, et ainsi leur éviter une mauvaise surprise. Mais la seule chose qu’il entendit fut le vent qui sanglotait, bien que son for intérieur et son instinct s’agitait sans faillir. Il savait qu’il n’y avait quelque chose de pas loin. Et effectivement, il aurait dût s’en doutait quand il vit des dizaines d’arachnées sortir de nulle part, avec leur mère qui les suivait de près. Wilhelm avait rencontré ce genre de créatures dégoutantes des dizaines de fois, il en avait tué un alors qu’il n’était qu’un garçonnet, mais il n’arrivait toujours pas à se faire à cette vision. Cette énorme masse grouillante
    et gluante, ces yeux, ces mandibules, lui arrachaient toujours une grimace de dégout. Mais il n’eut guère l’occasion de s’attarder sur cette vue que les bébés s’avançaient rapidement vers eux. Il put entendre vaguement le cri de douleur de la mère alors qu’il balayait d’un geste large les petites bestioles avec sa torche. Certaines prirent rapidement feu, et Wilhelm en trancha d’autres avec le fil de son épée. L’armée ne fut pas anéantie pour autant, mais il put éviter la sensation désagréable d’avoir ce genre d’horreur grimper sur lui. Il n’eut pas le temps de s’occuper de ceux qui le suivait derrière en revanche. Le rôdeur avait plus en tête de réduire à néant leur mère et d’avoir ensuite la paix concernant le reste. L’un lui avait déjà tranché une patte, et Aeron tenta bien de faire de même, mais elle fut arrêtée dans son élan et fit un magnifique vol plané avant d’atterrir lourdement sur le sol. Wilhelm fronça les sourcils en voyant que son amie semblait peiner à se lever. Et le comble fut de la voir jeter rageusement divers objets sur la matriarche, alors que dans son état, elle ferait bien mieux de se faire oublier et de se soigner rapidement. Au lieu d’attirer encore plus l’attention d’une horreur pareille.
    Le fauconnier attira l’attention de la génitrice avec un sifflement bruyant, pour qu’elle détourne son attention. Elle était prête à attaquer, et rôdeur s’élança et glissa sur l’épaisse flaque de sang pour se faufiler sous le corps de l’arachnéen, dans la tentative de lui infliger un coup d’épée dévastateur sous son épaisse masse pelucheuse.
    Spoiler:
     

    La douleur aiguë qu’il ressenti quand le dard le frôla le bras lui fit perdre pied un instant. Il jeta un œil à la blessure, peu profonde, mais assez pour qu’un peu de venin eut le temps de s’infiltrer. Pour le moment il ne sentait rien, mais il savait que sous peu, son bras serait mou, inutilisable. Et son système nerveux serait atteint, le rendant fragile et plus faible. Mais cela aurait été bien pire s’il avait été touché de plein fouet. Pour la faire vaguement reculer, il jeta sa torche devant eux, brulant quelques bébés au passage. En attendant que son bras ne sont atteint, il fit basculer son épée dans son autre main, diminuant ses chances au combat. Il ravala sa frustration quand il vit que sa prouesse ne se résuma qu’à une petite coupure pour elle et à un sévère handicap pour lui. Avant qu’elle n’ait l’idée de s’acharner sur lui, il s’avança rapidement vers Aeron et lui fit signe de se hisser sur son dos.

    « Accroches toi bien ! Parce que je ne vais pas te tenir ! »
    fit-il en la forçant à passer ses avant-bras autour du cou du rôdeur. Ils étaient tous les deux touchés, et pourtant faisaient partis des plus expérimentés. La suite des évènements promettait d’être compliquée. En attendant, l’arachnée est toujours là, et ne semblent pas exténuée le moins du monde. Juste furieuse. Wilhelm, avec son infection, son épée dans la mauvaise main, et Aeron sur le dos, n’était pas prêt à un second assaut. Il espéra vaguement que quelqu'un dans l'équipe ait de quoi stopper le venin, ou à la limite le ralentir.

_________________
For all those who would hurt you: I wish I could have taken this blow for you. For all those who hurt you: I wish it had been my blood instead of you.
Let the tide turn, let oceans shift. Wolf-mother, rise avenge my love. Let the new era of vengeance begin. My angel is fallen, my kindness is lost.


Dernière édition par Wilhelm Nyström le Mer 04 Avr 2012, 16:58, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▬ Contributions à l'histoire : 450


Eydis

▬ Contributions à l'histoire : 450

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: The Darkest Hour [INTRIGUE]   Mer 04 Avr 2012, 16:39

Le membre 'Wilhelm Nyström' a effectué l'action suivante : Le Jugement d\'Eydis

'Le verdict' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▬ Contributions à l'histoire : 231


Axl-Nethun Philoen

▬ Contributions à l'histoire : 231

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: The Darkest Hour [INTRIGUE]   Mer 11 Avr 2012, 02:01

Axl c’était aventurer sur un chemin qui n’aurait pas pensé être aussi tortueux. De toute part, une odeur nauséabonde était venu se poser juste où ils se trouvaient tous. Tous les « Héritiers » avaient une torche, oui en effet dans ces cavités on y voyait décidément pas bien grand-chose de toute façon. Tout à coup toutes les torches prirent de l’ampleur, en effet leur flamme grandit aussi vite qu’un courant d’air. Tout cela ne semblait pas bien bon, les monstres, créatures allaient surgir de cet endroit « maudit » pour venir les tuer, les massacrer. Même pour un sorcier de premier rang, il ne survivrait peut être pas. Mais il ferait tout pour, et peut être bien que pour sa poire. Après tout il ne connaissait pas tout le monde, et il n’avait pas beaucoup d’amis.

Les monstres ne se furent pas vraiment attendre, des araignées venaient s’aligner de toute part, arrivant de tous côtés. Mais ce ne fut pas la seule chose, au fond de la grande salle ou ils venaient d’arriver, une énorme araignée vint se tapir dans l’ombre. C’était une créature si immonde, qu’il fallait tout de suite la tuer sans plu attendre ainsi que toutes ses petites amies qui commençait à inonder le sol. Un homme commença à intervenir, il voulait que l’on fasse diversion, en effet cela pouvait être une bonne idée. Axl agita sa torche pour tuer queqlues unes des bestioles qui essayaient de lui monter dessus. Puis d’un coup d’un seul, il fit fonctionner sa magie, un filet d’eau puissant leur ouvrit un chemin. Mais hélas ce chemin fut bien vite recouvert par les petites bêtes. Le combat n’était pas prêt d’être finit, il venait juste de commencer.

Un homme dont il ne connaissait pas le nom venait juste de couper une des pattes du grand arachnide. Cela en ferait toujours une de moins, mais faire cela c’est aussi la provoquer. Tout le monde essayait de se défendre du mieux possible contre les petits intrus. Axl prit son épée, et ôta ce qu’il pouvait de ce qui essayait de monter sur son corps. Dommage qu’il ne maîtrisait pas le feu, cela aurait pu être un don précieux. La jeune femme blonde, essaya de la tuer elle aussi, elle se débrouillait très bien pour le moment, du moins avant d’être projeté par la géante araignée. En espérant qu’elle ne ce soit rien cassé pour le moment, cela pourrait être vraiment dommage pour elle sinon. Il ne préférait rien dire, ce n’était pas encore à son tour de jouer. Ce fut ensuite le tour d’un jeune homme aux cheveux longs, très courageux. Il avait failli se faire toucher par le dard de la mère, sauf qu’une petite parti du venin était venu en lui. Mais par chance, il fut encore vivant, bien que le venin puisse avoir raison de lui. Bon et bien maintenant cela allait être à son tour.

Axl regardait Tanith, il lui fit son plus beau sourire avant de commencer à se bouger les fesses. Pour commencer il usa de son pouvoir pour lui lancer un jet d’eau assez puissant pour essayer de renverser la bête sur le dos. Déjà elle avait été blessé sur le ventre, elle ne résisterait pas bien longtemps.

Citation :

Oui : L’araignée tombe sur le dos, ensuite Axl lui coupe toutes les autres pattes.

Non : L’araignée résiste et Axl vient quand même se frotter à elle lui infligeant quelques blessures à l’abdomen, au ventre.

Avec sa magie, il avait donc bel et bien réussi à la retourner sur le dos. De ce fait, le jeune homme prit un malin plaisir à lui couper toutes les autres pattes, en prenant soin de ne pas avoir à faire à son dard qui semblait piquant et remplit de venin. A côté de lui se trouvait les deux autres hommes. L’un d’eux commençait à ne plus sentir son bras, hélas Axl n’avait pas de talent de guérisseur il ne pourrait pas faire bien grand-chose pour l’aider.

« Je ne peux pas faire bien grand-chose pour ton bras, tu le sens encore ou .. ? »

Il restait encore Tanith et Galahad, le coup final pourrait être versé par l’un d’entre eux.


_________________

--- Mynkor ---
Spoiler:
 


Dernière édition par Axl-Nethun Philoen le Mer 11 Avr 2012, 02:06, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: The Darkest Hour [INTRIGUE]   

Revenir en haut Aller en bas
 

The Darkest Hour [INTRIGUE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» [AAR Darkest Hour mod33] German Austria, you wonderful country
» Soviet Power ! [AAR - Darkest Hour - The Great Campaign]
» [AAR/récit Darkest Hour] Pour un Reich Millénaire
» The Darkest Hour [RPG Fantastique]
» DARKEST HOUR - 06/02 17H

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Echo des Plaines : Chapitre VII ▬ Le Retour d'Inasmir :: HORS JEU :: Vous serez
tous pendus !
 :: Miroir aux souvenirs
-