AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 FLORE » as the shadows dance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
▬ Contributions à l'histoire : 85


Flore Merrivale

▬ Contributions à l'histoire : 85

MessageFeuille de route
MessageSujet: FLORE » as the shadows dance   Ven 30 Déc 2011, 05:03

Every great story

has a beginning


credit

Et la mienne commence ici


▬ Par le nom que je porte, Flore Merrivale.
▬ Par mon lieu de naissance, Vieilleville, dans la région de Riocht na Elves.
▬ Mon âge, 23 ans.
▬ La personne que je suis, une Singulière.
▬ Et les responsabilités qui vont avec : fille de Blasonnés, cousine éloignée de la famille royale, ma seule responsabilité est de faire honneur à ma famille en me montrant à la Cour, belle et bien éduquée, et en acceptant d’épouser celui qu’on m’aura choisi, de préférence un bon parti. Voilà pour la version officielle. La réalité est toute autre…
▬ J'ai voué ma loyauté indéfectible à mes idéaux, à mes envies, au peuple de Lanriel.
▬ Miroir, mon beau miroir je te présente la croquante Anna Friel.

Votre besace

En jeune Blasonnée qui se respecte, Flore est détentrice d’une garde robe assez impressionnante, mêlant étoffes et couleurs de toutes sortes. Si ce sont des robes raffinées qui composent la plupart de son armoire, Flore possède quelques vêtements plus simples et confortables quand il n’est pas besoin de se rendre présentable. En plus de tout cela, et comme toutes les jeunes femmes de sa condition, Flore détient un nombre incalculable de bijoux, boites ouvragées, coiffures, chaussures et objets divers et variés. Mais ce qui figure réellement dans sa besace est un secret bien gardé : des vêtements d’homme ajusté à sa taille, d’excellentes bottes de marche, une cape légère dotée d’une capuche recouvrant presque le visage, un masque de cuir pour cacher ses traits, des sacs de toile, une dague ainsi qu’une épée légère.


L'interrogatoire d'Inasmir

Je ne vous apprends rien en vous disant que Lanriel possède un roi, mais ce que j'aimerais savoir c'est ce que vous pensez de lui :
Pour avoir eu l’occasion de le rencontrer à plusieurs reprises, je peux vous dire que c’est un homme impressionnant ! On s’imagine toujours qu’un roi est lointain, inaccessible mais quand vous vous trouvez à quelques pas seulement de lui, vous comprenez instantanément pourquoi un tel homme est sur le trône. Je ne suis peut-être pas toujours d’accord avec ses décisions mais je ne peux nier qu’il possède toutes les qualités d’un bon roi. Je regrette seulement qu’il ne voyage plus autant qu’avant, délaissant le reste de Lanriel à certains rapaces sans scrupules…
En parlant de seigneurs souverains, évoquons un peu les deux puissances divines de Lanriel.
Comme toutes les jeunes filles, Eydis est la protectrice de mon âme, de ma vertu. Elle est aussi la déesse-mère et, même si je ne suis pas la plus pratiquante de ses fidèles, je m’en remets toujours à elle, dans la tristesse ou dans la joie. Je dois dire que depuis la découverte des ces Héritiers et de leur dieu, je me pose des questions. Rares sont les gens autour de moi qui connaissent cette soi-disant histoire de frère déchu. Néanmoins, s’il y a ne serait-ce qu’on fond de vérité dans ce Mynkor, je m’autoriserais à craindre pour notre futur.
On a tous son petit ego et moi, Inasmir, le sorcier légendaire, n'échappe pas à ce vice. Alors répondez donc à cette question, que pensez-vous de moi ?
Je parle probablement au nom de tous les Singuliers en affirmant que la déception et la colère ont été mes sentiments quand j’ai appris la nouvelle de la Chute du Bouclier. Je n’étais alors qu’une adolescente, et j’étais bien loin de la capitale, mais les conversations de mes aînés ont forgé mon opinion sur vous, Inasmir. Que vous ayez eu de bonnes raisons, soit, mais cela valait-il la peine de détruire ainsi quelque chose de si important ? Nous n’aurons probablement jamais de réponse à vos agissements et, de toute manière, vous serez bientôt oublié…
La chute du Bouclier aurait secoué toutes les terres mais il y a des gens que cela laisse de marbre, je serai curieux de savoir si vous êtes une de ces personnes ?
J’étais à Vieilleville lorsque ce tragique événement a eu lieu. Mais les retombées se sont faites sur tout le royaume. Nous avons accueillis nombre de familles qui s’étaient enfuies de la capitale pour trouver un refuge sûr. Vous pensez bien que la misère et l’effroi que je lisais dans leurs yeux ne m’a pas laissé de marbre. Je ne saurais probablement jamais quel effet cela fait de se réveiller un jour, une créature immonde à quelques centimètres du visage, mais je peux imaginer l’horreur. Et cet événement, comme d’autres, ont forgé mon caractère et mes convictions d’aujourd’hui.
Mais dites-moi mon amie, racontez-moi donc un peu ce qui fait de vous un être si exceptionnel...
Mère vous dirait plutôt « une mauvaise fille » car toutes les qualités dont je pense être pourvue ne sont pour elle que des défauts. Fille unique, j’ai bénéficié d’une très bonne éducation grâce à de nombreux précepteurs qui m’en enseigné des nombreuses matières, de la poésie à la politique. Ma nature capricieuse et la facilité de mon Père à fondre à chacun de mes sourires – sans compter son absence de fils – m’a permis de m’initier à l’escrime et à l’équitation, activités généralement réservées aux hommes de la famille. Je crois que, en dépit de mon pedigree qui aurait fait de moi une potiche bien mise et paradant à la Cour, je suis devenue une bonne personne, soucieuse de mes gens et du peuple de Lanriel… Au lieu de courir les marchés pour trouver de nouvelles robes ou de visiter châteaux et manoirs pour mettre le grappin sur un prétendant, je passe la plupart de mon temps au service du petit peuple. J’ai toujours aimé participer aux séances de doléance qui se faisaient quand mon père n’était pas si malade et, aujourd’hui, je m’improvise écrivain public, guérisseuse (même s’il ne s’agit là que d’appliquer des onguents ou donner des conseils qui ont marché pour moi-même), etc. Puis-je vous révéler un secret ? Je me déguise parfois en homme, à la nuit tombée, pour réaliser des choses que je ne puis faire en tant que fille de Blasonnés : voler de la nourriture dans nos réserves sans fin pour les distribuer à ceux qui en ont plus besoin que nous, venir en aide aux innocents qui se font détrousser sur les routes qui mènent à Vieilleville, défendre ceux qui se font battre par leurs maîtres, etc. Mais surtout, ne le dites à personne !
Tous les goûts sont dans la nature, n'est-ce pas? Alors éclairez-moi donc sur les vôtres...
Je crois que j’aime avant tout la liberté. Elevée dans le carcan des traditions et des convenances, il n’y a pas meilleur sentiment que celui d’avoir l’impression de pouvoir tout faire, de mener ma vie comme je l’entends. Et j’aime pouvoir chevaucher dans les forêts du Riocht avec le vent cinglant mon visage. J’aime pouvoir porter des pantalons, avoir les cheveux lâches, me rouler dans l’herbe ou dans le foin parce que c’est agréable, rire à gorge déployée avec les gens devant un spectacle de marionnettes, me mêler dans la population, découvrir tout un tas de choses… Bref, j’aime la vie et j’aime la vivre pleinement ! Et j’en profite un maximum car je sais que ça ne durera pas. Ma mère ne cesse me présenter de potentiels maris. Je déteste ça ! Heureusement, mon père a jusqu'à présent réussi à éviter un mariage mais toutes ses manœuvres ont fini par me donner une certaine réputation en la matière… On me dit maudite ou on m’affuble parfois d’adjectifs que je ne préfère pas retranscrire ici. Mais je n’en ai cure… A dire vrai, je ne pense même pas être suffisamment jolie – comme toutes ces belles dames et jeunes filles de la Cour, avec leurs boucles dorées – pour attirer tous les partis intéressants que ma mère voudrait pour moi. Mais qu’importe ! Au moins ne serais-je jamais prisonnière d’une condition.
Tout le monde veut quelque chose, il suffit de découvrir ce que VOUS vous désirez.
Je désire continuer à vivre tel que je l’entends. J’aimerais aussi pouvoir changer les choses, d’une manière ou d’une autre, à grande échelle ou non. Je mentirais si je ne disais pas que j’aimerais trouver l’amour et me marier avec qui j’en aurais envie.
Et les autres dans tout ça.
Comme tout un chacun, je me méfie des Sorciers et des Rôdeurs. Je sais que je ne devrais pas avoir de tels aprioris mais je vis dans une région où ce sont les Druides que nous croisons le plus souvent et avec qui nous sommes dans les meilleurs termes. Je crois que j’aurais bien aimé être aussi proche de la nature qu’ils le sont. J’ai une certaine admiration pour les Inquisitrices, même si je pense qu’elles devraient être plus que de simples arbitres dans un conflit. Pour le reste, j’avoue ne pas avoir eu l’occasion de rencontrer des Devins, des Dragonniers ou des Dessinateurs. En tous cas, j’ai tendance à m’entendre facilement avec les gens, peu importe leur condition sociale, même si je suis très vite agacée par les jeunes Blasonnés que j’ai pu fréquenter dans des bals ou des banquets, à la Cour ou ailleurs.

L'humain derrière la légende

Pseudo : Quelqu'un de pas raisonnable du tout.
Âge : Le même que mon personnage, tiens !
Sexe : Grands dieux !
Comment avez vous découvert le forum ? Si vous saviez !
Ce que vous aimeriez dire pour conclure : J'espère que c'est le dernier !


Dernière édition par Flore Merrivale le Ven 30 Déc 2011, 05:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▬ Contributions à l'histoire : 85


Flore Merrivale

▬ Contributions à l'histoire : 85

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: FLORE » as the shadows dance   Ven 30 Déc 2011, 05:03

« Mais comment a-t-on pu en arriver là? »

CHAPITRE 1
« Le privilège et la justice »


L’étoffe bruissait entre les mains de la jeune fille qui admirait la finesse des broderies et la douceur du tissu. Accompagnée de sa fidèle amie Marianna, Flore admirait avec envie tout ce que le marchand avait amené des terres lointaines, celles du désert, pour les proposer aux belles dames du royaume. Les deux jeunes filles comparaient les textures, se conseillaient les couleurs ou les motifs avec toute l’insouciance de la noblesse. Âgées de onze ans seulement, elles témoignaient toutes deux des manières de leurs aînées, souhaitant vite grandir afin de connaître leurs futurs prétendants. Elevées à Vieilleville, bercées par les contes et les souvenirs, leur imagination était remplie de princes séduisants et vaillants, de robes somptueuses, de danses courtoises et de baisers échangés sous la lune.

Flore, comme toutes les autres filles de son âge et de sa condition, considérait chaque chose comme un acquis. Que le marchand accepte de lui faire un prix alors qu’elle avait largement de quoi payer le vêtement. Qu’il lui offre même un accessoire assorti à son achat et – surtout – à sa beauté. Que l’on s’écarte de son passage une fois le tout réglé. Que les indigents s’inclinent ou soulèvent leurs chapeaux en la croisant. Oui, Flore était une petite fille stupide et imbue de sa personne. Et ce n’était pas son amie, toute aussi princesse qu’elle qui la changerait.

Les deux Blasonnées quittèrent bientôt l’éventaire du marchand de tissus pour reprendre leur visite du marché. Des merveilles s’étalaient ici et là, toutes venues de contrées qu’elles n’avaient jamais visité. Soudain, Marianna avisa un étal de poupées et attrapa Flore par le coude pour se précipiter vers la marchandise qui lui faisait tant envie. Mais leur impatience fut mise à mal quand une jeune femme percuta Marianna, déversant le contenu de son panier sur les deux jeunes filles. L’amie de Flore fut celle qui subit le plus de dommages, les fruits mûrs éclatants sur la jolie robe de la gamine, la salissant à tous jamais. Choquées, les deux Blasonnées ne pouvaient que contempler le désastre de leurs mises tandis que la paysanne se répandait en excuses.

« Pardonnez-moi, mesdemoiselles. Je ne regardais pas où j’allais. Je suis vraiment désolée… Je nettoierais vos robes, elles seront comme neuves, je…
- Silence ! »

Flore observa son amie, devenue rouge pivoine. De honte ou de colère, elle n’aurait su le dire. En tous cas, elle sentait que le pire était encore à venir et, en effet, cela ne tarda pas. Malgré la population dans le marché, les gens ne faisaient pas trop attention à eux. En revanche, les deux gardes de la maison de Marianna s’étaient rapprochés et l’un d’eux commença à aider la villageoise à se remettre debout et à sauver les quelques fruits qui étaient encore comestibles.

« Fouettez-là ! »

L’ordre était tombé tel un couperet et tout le monde alentour, Flore comprise, arrêta de respirer quelques secondes durant. La jeune Merrivale avait eu un mouvement de recul avant que son amie ne lui tienne le bras, la mine tordue par la colère et la haine. Mais bientôt, le temps retrouva sa mobilité et les deux gardes se rapprochèrent de la paysanne. Le premier la maintint tandis que le second débouclait sa ceinture pour remplir son office. La famille de Marianna était réputée pour sa dureté et il y avait régulièrement des domestiques mis au pilori devant leur propriété et rares étaient ceux qui se présentaient quand il y avait une offre d’embauche mais jamais encore Flore n’avait été témoin de leur cruauté. Le premier coup sur le dos de la malheureuse fit sursauter la jeune fille. Sur le marché, des curieux s’étaient arrêtés devant cette scène mais, très vite, on se détourna, comme si cette condamnation faisait partie du décor. Pour Marianna, c’était également le cas et, au deuxième coup de ceinturon, les deux Blasonnées s’éloignaient, reprenant leurs emplettes là où elle les avait laissées.


Chapitre 2
« Le riche et le pauvre »

Flore jeta un coup d’œil rapide sur la route. Cachée derrière le tronc énorme d’un chêne, elle patientait depuis de longues minutes. Selon ses estimations, la voiture serait bientôt là. Elle était encore un peu essoufflée par la course qu’elle venait de faire depuis la crête située plus au sud mais elle n’en était pas moins prête à exécuter la deuxième partie de son plan. Elle entendait maintenant les sabots du cheval qui tirait la voiture qu’elle avait repérée. Flore rajusta son masque de cuir sur son nez, s’assurant qu’il ne tomberait pas et, rabattant sa capuche sur son visage, elle sortit de sa cachette et dévala le talus pour se planter sur la route, épée au clair.

Seule au beau milieu du chemin, l’attelage se rapprochait de sa position. Flore adopta une posture menaçante. Bientôt, le cocher tira sur les rênes et le cheval s’arrêta dans un hennissement.

« Mais que se passe-t-il ? »

La porte du carrosse s’ouvrit sur un homme vêtu de manière stricte et sans couleur. Il ravala sa salive en voyant la lame pointée sur son torse. Un simple coup d’œil vers le cocher lui apprit que celui-ci ne viendrait pas à son aide. Rares étaient les chauffeurs qui jouaient les héros lorsqu’un brigand se présentait sous son nez. On restait plus souvent en vie en ne faisant rien qu’en essayant de se défendre. Même si Flore n’aurait jamais fait de mal à cet homme. Le surveillant tout de même du regard, elle s’adressa à l’homme qui était sorti, sa voix déguisée par le masque qui recouvrait son visage.

« L’argent. Maintenant !
- Cet argent est celui de Seigneur Avernois. Vous ne pouvez…
- Cet argent appartient au peuple de Lanriel que le seigneur Avernois extorque ! La sacoche ! Maintenant ! »

La pointe de l’épée s’enfonçant dans son col, le collecteur d’impôts ne se fit pas prier plus longtemps. En moins de temps qu’il n’en fait pour le dire, l’argent se retrouva dans les mains de Flore, qui déguerpit sans demander son reste. Elle disparut dans la forêt, sous les hurlements du percepteur, et retrouva bien vite la protection des arbres. Satisfaite de son larcin, Flore se laissa glisser le long d’un tronc avant de souffler. La sueur collait sa chemise dans son dos et elle avait soudain très chaud sous son masque, mais elle était fière de cette première expérience. Tout s’était déroulé selon son plan et le père de Marianna ne recevrait aucun sou du nouvel impôt qu’il venait de lever. Depuis le jour où son ancienne amie avait fait fouetter une jeune femme à mort, Flore avait vu son monde s’effriter. Plusieurs semaines après cet événement au marché, elle avait entendu les servantes discuter entre elles et, ainsi, elle avait appris le décès de la pauvre paysanne suite aux blessures qui lui avaient été infligées. Comble de l’horreur, sa mort avait engendré celle de l’enfant qu’elle portait. L’insouciance et la suffisance de Flore avaient alors volé en éclat et, ce jour-là, elle s’était promis de devenir une personne meilleure. Cette première action était pour elle le début d’une nouvelle vie et la meilleure façon pour elle de racheter ses fautes passées...


Chapitre 3
« Le devoir et le vouloir »

Flore se laissa bercer par le clapotis avant d’enfoncer doucement la tête sous l’eau. Quand elle sentit le souffle lui manquer, elle creva la surface et respira l’air avec contentement. Après une éreintante journée, un bain chaud lui faisait beaucoup de bien. Elle utilisa le savon rapporté de Darya pour se badigeonner le corps d’une senteur fleurie unique. Récurée de la tête au pied, Flore resta dans son baquet jusqu’à ce que l’eau tiédisse. Elle aurait presque fini par s’endormir si sa mère n’avait pas pénétré en trombes dans ses appartements.

« Flore ! Sortez de là ! »

La jeune femme se releva aussitôt avec un « oui, Mère » caricatural et projetant de l’eau partout. Dame Merrivale soupira d’agacement tandis qu’elle ordonnait d’une main distraite à la servante de Flore de l’habiller. Avant que la Blasonnée ne puisse attraper froid, une serviette enveloppa ses épaules, épongeant l’eau qui ruisselait sur sa peau. Vêtue de ce manteau de fortune, Flore enjamba le bain pour se poster devant sa mère.

« Vous partirez dès demain pour la capitale. Comme vous le savez, Arsenios fête l’anniversaire de son couronnement ce mois-ci. » Sous prétexte qu’elle était une cousine éloignée du Roi, la mère de Flore avait tendance à employer une certaine familiarité avec son parent au 125e degré. « Toutes les familles de Blasonné y seront. Malgré l’état de santé de votre père, vous irez au Grand Tournoi. J’ai déjà organisé votre venue et votre emploi du temps. Ne nous faites pas… Par Eydis ! Qu’est-ce que c’est que ça ? »

La voix stridente de sa mère ramena Flore sur terre, qui avait perdu le fil de la conversation dès le premier mot. Alors que sa servante lui séchait les cheveux, Dame Merrivale pointait du doigt l’estafilade rosissant qui courait sur la hanche de sa fille. Zut ! Flore avait oublié cette blessure fraîche.

« C’est ma faute, ma Dame. Ma main a dérapé tandis que j’ajustais une robe sur Mademoiselle.
- Vous pourrez dire adieu aux visites à vos parents pour ce mois, Anette. »

Et Dame Merrivale reprit le fil de son exposé sur l’itinéraire et toutes les invitations auxquelles elle avait répondu de la part de sa fille. Flore ne l’écouta que d’une oreille tandis qu’elle serra la main de sa camériste pour la remercier de lui avoir sauvé la mise. La jeune femme aurait du faire plus attention. Anette ne serait pas toujours là pour la couvrir. Mais surtout, il lui faudrait mieux organiser ses opérations clandestines. Cette nuit, elle avait failli être embrochée et, sans l’intervention d’un soutien inattendu, ses parents l’auraient trouvée flottant dans une rivière. En vérité, depuis sa toute première action, qu’elle avait pensé être un succès jusqu’à ce que les Avernois augmentent encore plus l’impôt et emprisonnent deux paysans qu’ils pensaient coupables, Flore avait du apprendre à mieux réfléchir à ce qu’elle faisait et à mieux se préparer. Ce qui n’était finalement pas évident malgré sa position privilégiée. Elle connaissait mal les réalités et n’avait pas le point de vue des principaux concernés. Elle envisageait depuis quelques temps de se trouver des complices. Mais ce n’était pas une mince affaire. Il y avait de nombreuses rumeurs ces derniers temps et Flore n’était toujours sûre de leur véracité ou si elles la concernaient ou non.

« M’écoutez-vous, à la fin ?
- Oui, Mère.
- Vous êtes donc d’accord pour ce mariage ? Voilà qui nous change ! Mais pas d’entourloupe cette fois, votre réputation est déjà bien trop mauvaise pour que l’on se permette de perdre celui-là. Et soignez donc cette…chose ! Si vous croyez qu’un mari vous prendra avec une cicatrice pareille, vous vous fourrez le doigt dans l’œil, ma fille ! »

Dame Merrivale se détourna dans une profusion de froufroutements tandis que Flore encaissait le choc. Elle allait donc se marier ? Pourquoi n’avait-elle pas écouté plus attentivement sa mère ? Elle n’avait même pas entendu le nom de l’heureux élu. Il lui fallait a tout prix voir son père, le faire intercéder dans les manigances de sa marieuse de mère. Qu’importe la réputation, Flore n’en avait que faire ! Anette avait à peine terminé de lacer le corsage de sa maîtresse que la jeune femme avait relevé ses jupes pour courir quémander l’aide son bien-aimé père. Elle n’épouserait personne qu’elle n’aura pas choisi !


Dernière édition par Flore Merrivale le Ven 30 Déc 2011, 10:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▬ Contributions à l'histoire : 231


Axl-Nethun Philoen

▬ Contributions à l'histoire : 231

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: FLORE » as the shadows dance   Ven 30 Déc 2011, 05:06

Bienvenue à toi sur le forum et bonne chance pour ta fiche :)

_________________

--- Mynkor ---
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Citation :
12

▬ Contributions à l'histoire : 3231


Echo des Plaines
Ceci est un test
Citation :
12

▬ Contributions à l'histoire : 3231

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: FLORE » as the shadows dance   Ven 30 Déc 2011, 05:12


Hâte de voir ce que tu vas nous faire de cette belle jeune fille.

Je te réserve l'avatar pour quinze jours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité
MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: FLORE » as the shadows dance   Ven 30 Déc 2011, 05:44

Oh, la miss de Pushing Daisies ! Bienvenue !
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: FLORE » as the shadows dance   Ven 30 Déc 2011, 06:00

Ça sent le double compte (même si je n'sais pas qui c'est xD)
Bon choix d'avatar en tout cas & bon courage pour la fiche !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
▬ Contributions à l'histoire : 2000


Scarlett de Vinter

▬ Contributions à l'histoire : 2000

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: FLORE » as the shadows dance   Ven 30 Déc 2011, 06:45


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echodesplaines.livejournal.com/
avatar
▬ Contributions à l'histoire : 217


Arshan Mahvir

▬ Contributions à l'histoire : 217

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: FLORE » as the shadows dance   Ven 30 Déc 2011, 08:36

(Re ?) Bienvenue!
Cette charmante jeune femme est très mystérieuse... J'ai hâte d'en savoir plus sur elle!

_________________

J'ai toujours aimé le désert. On s'assoit sur une dune de sable. On ne voit rien. On n'entend rien. Et cependant quelque chose rayonne en silence...
[Antoine de St Exupéry]

Elu Meilleur Druide aux Echo Awards 2011
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▬ Contributions à l'histoire : 4484


Jullanar Osgrey

▬ Contributions à l'histoire : 4484

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: FLORE » as the shadows dance   Ven 30 Déc 2011, 08:51

Re-Bienvenue !

_________________

    An owl came to me, old and wise. Pierced right through my youth. I learned its ways, envied its sense. But needed nothing it had.
    The Crow, The Owl And The Dove - Nightwish.
    icons : ana_jo @ livejournal et anarya
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://winter-sonnet.tumblr.com/

Invité
Invité
MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: FLORE » as the shadows dance   Ven 30 Déc 2011, 09:16

Je sais pas pourquoi mais je sens que nos perso vont bien s'entendre
Bienvenue en tout cas, et j'aime beaucoup le prénom
Revenir en haut Aller en bas
avatar
▬ Contributions à l'histoire : 85


Flore Merrivale

▬ Contributions à l'histoire : 85

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: FLORE » as the shadows dance   Ven 30 Déc 2011, 10:39

Ce serait avec plaisir que d'avoir un lien avec toi, chère Ezephine.
Merci à tous pour la bienvenue (Esendril, je laisse tes dons découvrir qui se cache derrière ce nouveau compte... ) et j'en profite pour signaler que j'ai terminé.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▬ Contributions à l'histoire : 2929


Una Syrion

▬ Contributions à l'histoire : 2929

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: FLORE » as the shadows dance   Ven 30 Déc 2011, 10:48

Re-bienvenue,

Je sais pas pourquoi mais je sens plus le triple-compte que le double-compte et que pour le coup, mes soupçons se portent sur une certaine personne appréciant le vent sur ses fesses.

En tout les cas, j'ai beaucoup aimé l'histoire de cette Zorro/Robin des bois, justicière nocturne.
Déploie tes ailes superwoman et sauve Lanriel.

_________________
Partout, sur ta rive chérie,
Où l’amour éveilla mon cœur,
Mon âme, à sa vue attendrie,
Trouve un asile, une patrie,
Et des débris de son bonheur,
Flotte au hasard : sur quelque plage
Que tu me fasses dériver,
Chaque flot m’apporte une image;
Chaque rocher de ton rivage
Me fait souvenir ou rêver...
Extraits des Nouvelles méditations poétiques, A. de Lamartine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▬ Contributions à l'histoire : 2000


Scarlett de Vinter

▬ Contributions à l'histoire : 2000

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: FLORE » as the shadows dance   Ven 30 Déc 2011, 11:27

J'étais assez sceptique quant à l'énoncé du personnage mais après la lecture de la fiche, j'avoue avoir grande envie d'en avoir plus. J'ai hâte de voir ce que tu vas nous faire de cette jeune demoiselle. Je te valide!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://echodesplaines.livejournal.com/
avatar
▬ Contributions à l'histoire : 4484


Jullanar Osgrey

▬ Contributions à l'histoire : 4484

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: FLORE » as the shadows dance   Ven 30 Déc 2011, 13:10

Démasquée ! T'es pas drôle, Una !
Merci à vous deux, en tous cas.

_________________

    An owl came to me, old and wise. Pierced right through my youth. I learned its ways, envied its sense. But needed nothing it had.
    The Crow, The Owl And The Dove - Nightwish.
    icons : ana_jo @ livejournal et anarya
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://winter-sonnet.tumblr.com/

Contenu sponsorisé

MessageFeuille de route
MessageSujet: Re: FLORE » as the shadows dance   

Revenir en haut Aller en bas
 

FLORE » as the shadows dance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Echo des Plaines : Chapitre VII ▬ Le Retour d'Inasmir :: GESTION DES PERSONNAGES :: Les salutations
à la cour
 :: « Place place ! Sa seigneurie arrive »
-